Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Médiations

 | 
Vincent Liquète

Médiatisation et médiation. Des médias éducatifs aux ENT

Daniel Peraya

Note de l’éditeur

Reprise du no 25 de la revue Hermès Le dispositif. Entre usage et concept, 1999

Texte intégral

  • 1 Dans ce texte, l’utilisation du genre masculin a été adoptée afin de faciliter la lecture et ne re (...)

1Les concepts de médiatisation* et de médiation* sont essentiels pour tout chercheur1 qui s’intéresse à la communication médiatisée*, à la médiation des savoirs* ou plus généralement à l’instrumentation de la communication et de l’action humaines quel qu’en soit le domaine (éducation, formation et apprentissage, vulgarisation scientifique, presse, etc.). L’évolution technologique – des médias de masse aux campus virtuels – ainsi que celle des cadres théoriques ne sont pas étrangers à l’évolution de ces concepts. Aussi la clarification conceptuelle que nous présentons ici s’appuiera-t-elle en partie sur une vision historique. Enfin, seule une approche interdisciplinaire permet d’appréhender, dans leur complexité, les processus de communication et de formation fondés sur les usages des TIC*. Ces deux concepts se trouvent à l’articulation de plusieurs cadres de référence théoriques et de disciplines, notamment la sémiotique* et les sciences de la communication, la psychologie cognitive*, la technologie éducative, la théorie de l’action.

Au centre de la communication médiatisée : le média

2Le concept de communication médiatisée a succédé à celui de communication audiovisuelle largement utilisé au début des années 70. Historiquement, son apparition est contemporaine des premières analyses communicationnelles des médias éducatifs qui connaissent un important essor à l’articulation des années 70-80. Ces travaux portent sur la presse écrite, le cinéma, la télévision et la publicité utilisés à des fins de formation et d’apprentissage quel qu’en soit le niveau, primaire, secondaire et tertiaire (Meunier et Peraya, 2004). La préoccupation des enseignants et de chercheurs résidait alors dans l’analyse et la production des messages à vocation éducative, voire des contenus strictement didactiques communiqués par des médias de masse. Dans ce contexte éducatif, il était souvent question de « communication éducative médiatisée ».

3Le développement de l’informatique de communication associé à la traduction française « communication médiatisée par l’ordinateur » du terme anglophone Computer mediated communication a sûrement joué un rôle dans la généralisation du terme « communication médiatisée » dans sa double acception actuelle. D’abord, le terme désigne un sous-domaine des sciences de la communication ayant comme objet les formes de communication utilisant un média quel qu’il soit. Citons les très nombreuses recherches actuelles sur l’analyse des interactions dans les forums, dans un contexte pédagogique ou non, qui relèvent de ce champ. En second lieu, il désigne toute forme ou tout processus de communication qui se développe sur la base de l’utilisation d’un média. Au sens strict, on ne peut donc isoler le média du processus de communication dont il constitue l’élément d’ancrage. Une émission de télévision visionnée par des téléspectateurs, une conversation entre plusieurs personnes dans une messagerie instantanée ou dans un chat constituent des formes particulières de communication médiatisée, des « dispositifs* médiatiques » spécifiques.

  • 2 Notamment, nouveaux médias ou médias numériques (en opposition aux médias analogiques), multimédia (...)

4Le concept de communication médiatisée, auquel renvoient ceux de médiatisation et de médiation, se comprend mieux dès que l’on rappelle la référence explicite aux médias, entendus à l’origine au sens ordinaire de moyens de communication de masse. Aujourd’hui, l’évolution des technologies a rendu la terminologie hésitante et l’on trouve en concurrence de nombreux termes2. La référence aux médias demeure, cependant, une constante y compris dans la littérature anglophone où ce terme est couramment utilisé pour désigner aussi bien les technologies numériques – un chat, un forum, par exemple – que les médias de masse classiques.

Du média au médium

5La référence aux médias en suggère immédiatement une autre : celle de médium, cet intermédiaire obligé qui rend possible la communication entre les interlocuteurs. Cette position particulière d’intermédiarité fait du média un élément médiateur : tout média assure une fonction de médiation entre les contenus – le sens et la signification au sens large –, un émetteur et les récepteurs. Notons que dans un processus de communication médiatisée, l’émetteur se trouve dans une posture particulière puisque, contrairement à ce qui se passe, par exemple lors d’une conversation en face à face – forme de communication verbale non médiatisée –, il se trouve souvent absent physiquement du processus et représenté notamment par des marques énonciatives.

6Prenons l’exemple du livre. Ce n’est que dans le cadre d’une activité finalisée de lecture, d’appropriation et de construction du sens par un lecteur que nous pourrons considérer, du point de vue communicationnel, le livre comme un véritable média. En dehors de ce processus de communication, le livre, à l’instar de tout autre média, devrait être considéré comme un simple support de stockage. Objet central du processus de communication médiatisée, le média doit être rapproché de l’instrument, tel que l’analyse Rabardel (1995) dans le cadre plus général de l’activité humaine : un sujet entre en relation avec un objet (un objet matériel, un savoir, d’autres sujets) par le biais d’un instrument, lui-même composé d’un artefact* et d’un schème* d’utilisation socialement partagé.

  • 3 Pour une modélisation de ce processus voir Meunier et Peraya, op. cit., 2004.

7Parmi les chercheurs, il faut distinguer ceux qui considèrent le média en tant qu’objet porteur de sens d’une part et, d’autre part, en tant qu’il est un des trois pôles du processus de communication médiatisée, sorte d’interface entre les deux pôles de l’émetteur-producteur et des destinataires. Seule la seconde conception, fondée sur une pragmatique de la communication* permet, pensons-nous, de rendre compte de la communication médiatisée dans sa complexité3.

La médiatisation : « mise en média », ingénierie et professionnalisation

8La médiatisation désigne le processus de conception, de production et de mise en œuvre de dispositifs de communication médiatisée, processus dans lequel le choix des médias les plus adaptés ainsi que la scénarisation occupent une place importante. Plus précisément, la médiatisation désigne les opérations conceptuelles ainsi que les processus créatifs et techniques qui aboutissent à une « mise en média » des contenus, des connaissances, des informations qui font l’objet de la communication. C’est d’ailleurs dans ce sens que l’on a pu parler, comme l’a fait J. Perriault en 1996 en évoquant l’évolution des formes de médiatisation du savoir à distance, « de stocks importants de formation médiatisée » (1996, p. 81).

9Or tout média doit être considéré dans sa double dimension, sémiotique et matérielle. Un livre, par exemple, est doublement constitué : premièrement, d’un objet matériel résultant d’un processus technologique de production industrielle (composition, mise en page, impression, brochage, etc.) ; deuxièmement, d’un texte écrit parfois accompagné de plages visuelles (schémas, graphiques, dessins, photographies), autrement dit d’un ou de plusieurs systèmes sémiotiques de représentation, de différents « langages ». Aussi la médiatisation comprend elle deux aspects complémentaires.

10Premièrement, le processus de mise en média rend indispensable l’adaptation du message aux attributs spécifiques des médias, à leurs formes et leurs caractéristiques communicationnelles qui dépendent de leurs caractéristiques techniques (animation ou non, noir et blanc vs couleurs, 2D vs 3D, etc.). Deuxièmement, la médiatisation implique, une « conversion » entre différents registres sémiotiques (Duval, 1995), c’est-à-dire différents systèmes symboliques ou encore différents langages : il faut, par exemple, « traduire » du langage verbal en langage graphique ou cinématographique. Par exemple, expliquer un phénomène physiologique comme la division cellulaire par un schéma ou une séquence vidéo. La médiatisation aboutit donc à un « produit » (film, émission de télévision, page web, CD-Rom interactif, monde virtuel 3D, etc.) qui s’insèrera dans un processus de communication médiatisée tel que nous l’avons défini ci-dessus.

  • 4 On trouve pour le premier terme plus de 84 000 références dans les pages d’Internet. Médiatiseur, (...)

11La médiatisation s’apparente donc au domaine de l’ingénierie* de la formation, du design pédagogique*. La mise en média, expression que nous avons utilisée pour définir la médiatisation, renvoie par analogie aux opérations de mise en page, de mise en onde ou encore de mise en images, ainsi qu’aux métiers de l’audiovisuel correspondants. Il existe indubitablement aujourd’hui un métier et des référentiels de compétences qui correspondent aux tâches spécifiques du processus de médiatisation. Dans les métiers de l’audiovisuel et l’ingénierie, cette profession est celle de concepteur médiatique ou plus rarement de médiatiseur4.

La médiation dans les sciences humaines

  • 5 Le triangle pédagogique de Jean Houssaye fut publié dans Théorie et pratique de l’éducation scolai (...)

12Au sens le plus général du terme, la médiation est entendue au sens de relation, d’interface, entre deux termes, deux acteurs. Il existe des médiateurs sociaux ou institutionnels (conflits sociaux, par exemple), des médiateurs interpersonnels (conflits intergénérationnels ou conflits de couple, etc.). La médiation est assurée par un acteur humain, une personne qui intervient entre deux ou plusieurs partenaires et tente de modifier leurs représentations d’une situation, de transformer leurs relations et leurs comportements. Les didacticiens, qui explicitent la relation pédagogique en référence au triangle d’Houssaye5, assignent à l’enseignant le rôle d’un médiateur : celui-ci s’interpose comme un facilitateur entre l’apprenant et les contenus qui font l’objet de l’apprentissage.

13Nous retiendrons de ces quelques exemples les deux caractéristiques suivantes. Premièrement, il s’agit toujours de médiation humaine. Deuxièmement, la médiation a pour fonction et pour résultat de transformer la relation entre les sujets (les acteurs) ou entre les sujets et des objets (des savoirs, des connaissances). Autrement dit, le médiateur joue un rôle actif envers les partenaires de la relation dans laquelle il s’inscrit tout en transformant cette dernière.

La médiation dans le domaine de la communication médiatisée

  • 6 Deux dimensions définissent le vocable « Anthropien ». Adaptation du substantif grec « anthropos » (...)

14En ce qui concerne les médias, la première caractéristique de la médiation est totalement différente puisque nous avons affaire à une médiation dont la nature est technique – ou « technosociale » selon l’expression de Flichy – et non plus strictement humaine. Le concept de médiation est donc indissociable de l’ensemble des courants de pensée qui ont analysé depuis près de 50 ans l’instrumentation de l’activité humaine : rares sont en effet les activités de l’homme qui échappent au processus d’instrumentation à travers la médiation d’artefacts techniques. Le paléontologue Leroy Gourhan fait figure de pionnier : il a défendu cette thèse dès 1964 à propos du rôle des outils dans le développement des Anthropiens6.

15Que l’on parle d’outils techniques, de médias ou encore d’instruments, il s’agit toujours de mettre en évidence, à travers la médiation d’un objet technique et des schèmes culturels d’utilisation qui lui sont attachés, les transformations qu’opère cet objet sur les comportements humains dans ses différentes dimensions. Tel est le fondement de la médiation : elle relève de la sphère des usages et des effets qu’induit le média par sa présence dans le cadre d’une activité (communication, information, production, apprentissage, etc.). Si la médiatisation appartient à la sphère de conception et de production du média ainsi que du processus communicationnel auquel il participe, la médiation ressortit de l’observation, de l’analyse et de la compréhension des effets dans son usage social et personnel. La médiatisation est l’objet de l’ingénierie, la médiation celui de la recherche. En conséquence, les approches, les méthodes et les processus de médiation se distinguent fondamentalement de ceux qui constituent la médiatisation.

16Les définitions classiques que donnent certains théoriciens des médias ou didacticiens, selon lesquelles la médiation consisterait en une médiation humaine et la médiatisation en une médiation technologique nous paraissent peu opérationnelles : la fonction de médiation humaine – le tutorat ou l’encadrement cognitif ou relationnel par exemple – se trouve en effet souvent médiatisée. Par ailleurs, la médiation technique nous semble constitutive du média, du dispositif comme de l’instrument.

L’évolution des formes de médiatisation et de médiation

La médiatisation des contenus et la « médiation sémiocognitive »

  • 7 Jonassen, D.H., « What are cognitive Tools ? » in Kommers, Jonassen et Mayes, Cognitive Tools for (...)
  • 8 Pour illustration, la canne blanche de l’aveugle constitue un exemple classique dans la mesure où (...)

17Dès les années 80, des chercheurs, et particulièrement des sémioticiens, se sont intéressés aux effets de médias dans une perspective cognitive. Leurs travaux s’appuient notamment sur les travaux de Vygotsky ainsi que sur les différents courants de recherche qui ont mis en évidence l’importance des processus de médiation au sein de l’activité humaine. Leur conception des médias s’apparente à celle que les psychologues ont développée sous la dénomination d’« outil cognitif »7 dans le cadre de l’analyse de l’activité et de la cognition humaines8.

18Un outil cognitif doit-il être considéré comme un artefact de nature matérielle ou symbolique, une sorte d’extension du corps et de facultés humaines ? Il les prolonge, les démultiplie, enfin, il permet au sujet humain de réaliser des tâches qui seraient impossibles autrement. Or la double nature des médias – matérielle et technologique d’une part, représentationnelle, sémiotique et cognitive, d’autre part – permet de les considérer comme de véritables outils cognitifs. Nous parlerons dans ce cas de médiation sémiocognitive dans la mesure où les représentations mentales doivent êtres considérées comme des systèmes sémiotiques (notamment Duval, op. cit.).

La médiatisation de la relation et la médiation relationnelle

19Même si cette perspective a été longtemps privilégiée, communiquer ne consiste pas seulement à transmettre un message. Communiquer constitue tout aussi fondamentalement un acte social : « issue de la relation sociale, la communication forme, maintient ou transforme la relation » (Meunier et Peraya, 1993, p. 201). Tout acte de communication doit donc se décomposer en deux dimensions distinctes : l’une relative au contenu et l’autre à la relation entre les interlocuteurs. Dans cette perspective, le média est considéré comme un véritable acte d’énonciation au sens pragmatique du terme.

  • 9 Barchechath, E. Etpouts-Lajus, S., « Postface. Sur l’interactivité » in Crossley K. et Green L., L (...)

20Comment alors rendre compte de la présence d’un émetteur absent et du lien social propre à l’interaction entre celui-ci et un destinataire, co-présent au processus de communication ? Le concept d’interactivité intentionnelle9 constitue une première réponse à cette question. Il s’agit de la reconstruction d’une situation d’interlocution par l’empreinte, les indices, que laisse l’émetteur à travers le document médiatisé. La façon d’interpeller le destinataire, de s’adresser à lui et de l’impliquer constitue une forme essentielle de médiatisation de la relation. Les effets, en termes de médiation relationnelle peuvent être, par exemple, de l’ordre de l’empathie, de l’identification ou, au contraire, de la décentration et de la distanciation.

Nouvelles médiatisations, nouvelles médiations : les environnements numériques de travail

  • 10 Peraya, D., « Vers les campus virtuels. Principes et fondements techno-sémio-pragmatiques des disp (...)

21Les dispositifs technologiques actuels, ceux que nous utilisons dans nos sphères de vies professionnelles et privées, ont introduit un énorme changement dans les processus de médiatisation. Ils ne constituent plus seulement des technologies de communication ; ils rendent possible la médiatisation ou l’instrumentation de nombreuses activités différentes : la publication, l’écriture individuelle ou collective en ligne, l’organisation et la mutualisation de nombreuses ressources, l’indexation sociale (folksonomie*), le travail collaboratif à distance, la gestion collective d’agenda et de projets, la prise de décisions, etc. Les environnements numériques – virtuels – de travail, les plateformes de formation à distance ou les campus virtuels constituent de bons exemples de cette évolution10.

  • 11 D’autres types de médiation seraient à considérer comme la médiation praxéologique, la médiation r (...)

22Cette complexification des environnements provoque la multiplication des fonctions médiatisées, à laquelle correspond une diversification des formes de médiation. Si les médiations sémio-cognitive d’une part, relationnelle d’autre part, relèvent classiquement du champ de la communication médiatisée, les médiations sensorimotrices, entre autres, émergent de cette évolution. La médiation sensorimotrice est directement liée au développement de l’interactivité, des interfaces « haptiques* » : les périphériques à retour de force notamment dans les jeux vidéo ou ceux de la Wii. La médiation sensorimotrice connaît un développement important et constituera sûrement un axe de recherche privilégié dans les années à venir11.

23Nous retiendrons de cette tentative de clarification que les concepts de médiatisation et de médiation relèvent de domaines et de pratiques différents au sein desquels l’un et l’autre trouve leur pertinence et leurs propres critères de validation. Ainsi définies, médiation et médiatisation se révèlent liées et parfaitement complémentaires : médiatiser demande une bonne connaissance des effets induits par les médias afin de concevoir, de produire de nouveaux contenus et de nouvelles formes de communication médiatisées qui soient les plus adaptés aux objectifs comme aux contextes de communication qui sont les leurs.

Bibliographie

Références bibliographiques

Duval, R., Sémiosis et pensée humaine. Registres sémiotiques et apprentissages intellectuels, Berne, Peter Lang, 1995.

Jonassen, D.H., « What are cognitive tools ? » in Kommers, Jonassen et Mayes, (Ed.) Cognitive Tools for Learning (p. 1-6), New York, Springler Verlag, 1992.

Leroy-Gourhan, A., Le geste et la parole, Paris, Albin Michel, 1964.

Meunier, J.P., Peraya, D., Introduction aux théories de la communication. Analyse sémio-pragmatique de la communication médiatique (2e édition revue et augmentée, 1re édition en 1993), Bruxelles, De Boeck, 2004.

Perriault, J., La communication du savoir à distance, Paris, L’Harmattan, 1996.

Rabardel, P., Les Hommes et les technologies une approche cognitive des instruments contemporains, Paris, Université de Paris 8, 1995. Disponible en ligne à l’adresse : http://ergoserv.psy.univparis8.fr/Site/Groupes/Modele/Articles/Public/ART372105503765426783.PDF.

Notes

1 Dans ce texte, l’utilisation du genre masculin a été adoptée afin de faciliter la lecture et ne relève d’aucune intention discriminatoire.

2 Notamment, nouveaux médias ou médias numériques (en opposition aux médias analogiques), multimédia (pour désigner de manière quasiment exclusive des dispositifs informatiques), dispositifs médiatiques, etc.

3 Pour une modélisation de ce processus voir Meunier et Peraya, op. cit., 2004.

4 On trouve pour le premier terme plus de 84 000 références dans les pages d’Internet. Médiatiseur, largement moins représenté, existe cependant notamment dans l’expression « l’enseignant médiatiseur ».

5 Le triangle pédagogique de Jean Houssaye fut publié dans Théorie et pratique de l’éducation scolaire : le triangle pédagogique. Vol. 1. Berne : Peter Lang, 1988. Le triangle est organisé autour de 3 dimensions : le(s) savoir(s) (ou contenu de la formation), l’enseignant et l’apprenant reposant sur 3 processus à savoir l’enseignement, processus didactique, l’apprendre reposant sur des stratégies d’apprentissage, et le processus de formation, dit relation pédagogique. Une des hypothèses de l’auteur est que chaque enseignant privilégie l’un de ces trois axes.

6 Deux dimensions définissent le vocable « Anthropien ». Adaptation du substantif grec « anthropos », le terme est utilisé par les paléontologues pour désigner les fossiles à caractère humain. D’autre part, l’Anthropien est un hominidé dont les caractéristiques physiques sont celles du type humain.

7 Jonassen, D.H., « What are cognitive Tools ? » in Kommers, Jonassen et Mayes, Cognitive Tools for learning, (p. 1-6), New York, Springler Verlag, 1992.

8 Pour illustration, la canne blanche de l’aveugle constitue un exemple classique dans la mesure où elle fait subjectivement partie des organes de l’aveugle ; elle prolonge ses organes sensoriels et fait partie intégrante de son système cognitif.

9 Barchechath, E. Etpouts-Lajus, S., « Postface. Sur l’interactivité » in Crossley K. et Green L., Le design des didacticiels. Paris, Observatoire des Technologies pour l’Éducation en Europe, 1990.

10 Peraya, D., « Vers les campus virtuels. Principes et fondements techno-sémio-pragmatiques des dispositifs de formation virtuels » in Jacquinot G. et Monnoyer L. (Ed.), Hermès no 25 Le Dispositif. Entre Usage et concept (pp. 153-168). Paris, CNRS Éditions, 1999.

11 D’autres types de médiation seraient à considérer comme la médiation praxéologique, la médiation réflexive, la médiation pragmatique/relationnelle ou la médiation identitaire.

Auteur

Professeur à TECFA, l’unité des technologies éducatives de la Faculté de psychologie et des sciences de l’éducation de l’Université de Genève. Ses domaines d’enseignement et de recherches sont les dispositifs de communication et de formations médiatisées, les dispositifs de formation entièrement ou partiellement (hybrides) à distance et plus généralement l’intégration des TICE dans les pratiques d’enseignement supérieur et universitaire.

© CNRS Éditions, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540