Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Médiations

 | 
Vincent Liquète

Présentation générale

Formes et enjeux de la médiation

Vincent Liquète

Texte intégral

1Le concept de médiation* est courtisé dans de nombreux domaines professionnels ou disciplines scientifiques. On en trouve trace dans des disciplines aussi variées que la sociologie, les sciences politiques, l’histoire de l’art, les sciences juridiques, etc.

Pourquoi s’intéresser à la médiation ?

2En sciences sociales, par exemple, la médiation a longtemps servi à désigner l’ensemble des rites et sacrements dans la sphère religieuse, permettant de rapprocher les hommes de dieu (Durkheim, 2003). La sociologie des médias y voit un dépassement des analyses émetteur-récepteur, où les techniques, les discours, les acteurs assurent une position intermédiaire, modifiant alors le schéma conventionnel de la transmission*. Les sciences juridiques proposent à travers les actions de médiation un ensemble de démarches, voire de tactiques, afin d’éviter les recours juridictionnels, tentant de restaurer le dialogue et de restituer leur place aux plaignants et aux personnes ou organisations incriminées. L’histoire de l’art analyse la culture comme un ensemble des formes variées de médiation.

  • 1 Gellereau, M., « Pratiques culturelles et médiation », in Olivesi, S., Sciences de l’information et (...)

3On constate dès lors que la médiation irradie de multiples domaines qu’ils soient scientifiques, sociaux ou professionnels, permettant par exemple à Isabelle Stengers en 1987 de parler d’un concept « nomade » ayant migré entre secteurs d’activités humaines extrêmement variables. D’autres chercheurs ont alerté sur le caractère polysémique de la médiation, qualifié de « fourre-tout », couvrant finalement une infinité de situations ; nous pensons à Michèle Gellereau qui soulignait en 2006 le « risque de tomber dans une sorte de “médiationisme” où tout s’explique(rait) par la médiation1 ». Malgré ces risques, on notera que l’une des préoccupations majeures des acteurs de la médiation est d’améliorer et de faire se rencontrer des intentions de communication. L’objectif de cet ouvrage sera de dégager quelques éléments majeurs caractérisant la médiation puis de les interroger au regard de la communication.

Comment définir la médiation ?

4La médiation peut se définir comme la recherche du lien entre l’énonciateur et le récepteur. Ce lien s’établit, grâce à une tierce personne et/ou un ensemble de techniques, d’outils, de messages ou d’interfaces accompagnant le récepteur (usager, client, citoyen) afin de lui faciliter la compréhension par la construction de sens, pouvant se solder par un changement (d’actions, de représentations, etc.) de sa part. La médiation associe et concilie deux parties jusqu’alors distantes, se méconnaissant, voire en conflit en rétablissant la communication.

5Outre le fait de rapprocher diverses parties, elle agit au niveau symbolique et exerce une forme d’autorité vis-à-vis des récepteurs. La médiation ne constitue uniquement une transmission, c’est aussi un lieu, où se rencontrent le collectif et l’individuel, les diverses institutions et leurs publics, s’appuyant sur des imaginaires collectifs : en ce sens, elle révèle le rapport d’un individu à sa culture (Caune, 1999).

Quatre exemples pour apprivoiser le concept de médiation

  • 2 Actes médiés, en synonyme d’actes de médiation. L’adjectif « médié(es) » sera parfois utilisé comme (...)

6Les exemples présentés ci-après sont volontairement choisis dans des secteurs d’activité extrêmement variés. Les actes médiés2 transforment les informations en circulation, tentent de renforcer le sens des situations observées/vécues par les acteurs afin d’en améliorer la réception.

La médiation de conflits : communiquer inter-personnellement par la parole

  • 3 Par exemple, sur TF1, l’émission « Pascal le grand frère ».

7Il s’agit à n’en pas douter de la première forme de médiation à laquelle nous pensons tous spontanément lorsque l’on aborde ce sujet. Cette forme de médiation vise principalement à faire se rapprocher deux parties, des individus essentiellement, en leur faisant accepter la relation à l’autre. Divers modes de communication sont alors engagés : le dialogue, des entretiens individuels puis croisés menés par le médiateur, des jeux de rôles, des démarches autoscopiques*, etc. Ces actions de médiation s’appuient sur une « éthique de la communication » reposant avant tout sur la reconnaissance de l’autre dans la relation, sur le caractère indispensable et incontournable de l’autre dans le contexte concerné (professionnel, familial, etc.) et sur la capacité à accepter d’écouter l’autre et d’intégrer sa position dans sa propre prise de décision. L’intention est que chaque récepteur accorde une valeur et une forme de crédibilité à l’émetteur, même si elle avait été reniée. Dans ce type de médiation, le médiateur doit faire preuve, autant que possible, de neutralité dans la relation, d’indépendance dans les prises de décision, d’absence d’intérêts dans la situation en jeu. On remarquera que ces dernières années, les médias de masse, notamment la télévision, ont intégré des émissions de médiation de conflits dans leur programmation, où l’animateur joue le rôle de médiateur3, même si l’intention et le format de ces émissions visent davantage à montrer le conflit et des situations d’incommunication qu’à les résoudre.

  • 4 Un ensemble de méthodes de gestion de la médiation et de gestion de la communication existent : nou (...)

8Outre d’éviter de graves crises ou des recours juridictionnels, ces actions médiées visent le retour à des situations de conformité sociale, rappelant le poids et l’impact des normes et des valeurs sociales sur ce premier type de médiation. Cette forme de médiation concerne particulièrement, les médiations familiales, conjugales, de la santé4, de l’entreprise.

La médiation d’explicitation : rapprocher des logiques différentes

9Cette forme de médiation inscrit le schéma de communication précédent de manière différente, car l’objectif central n’est pas de résoudre une situation conflictuelle entre personnes, mais de réguler les dysfonctionnements effectifs ou potentiels, entre des organismes publics/privés et les usagers de ceux-ci, qu’ils soient clients, adhérents, citoyens. Au-delà de la multiplicité des profils des récepteurs et de leur quantité, la logique de l’émetteur, outre la transmission de messages institutionnels, est d’expliciter les procédures, les manières de faire et de fonctionner, et de tenter d’expliquer les éventuels dysfonctionnements vécus par les usagers. On notera que cette forme de médiation (d’explicitation), a engagé progressivement des modes collectifs d’organisation de part et d’autre du schéma de la communication, avec notamment :

  • l’organisation collective des récepteurs, où de nombreuses associations et regroupements d’usagers ont vu le jour ces dernières années, afin de choisir une délégation représentative des récepteurs pour échanger, voire négocier avec les représentants de l’organisation concernée ;

    • 5 Pour illustration, deux sites dédiés à la communication sur l’acte de médiation institutionnelle : (...)

    le développement et la structuration d’un ensemble de ressources et de dispositifs* d’accompagnement de la part des organisations émettrices pour faire se rapprocher les parties, particulièrement depuis l’essor de l’Internet : notamment le développement d’informations de renseignement et d’explicitations via les sites et les interfaces web, description de procédures, mise à disposition de dossiers préétablis, création de forums et d’espaces numériques d’échanges, archivages des messages et documents de référence, abonnement à une newsletter, etc.5

10Ce second type de médiation nécessite une anticipation des choix du public ainsi qu’une bonne connaissance du domaine par l’émetteur afin notamment d’envisager toutes les formes de demandes, de besoins, voire d’attentes. Le système d’information mis en place tend alors à se complexifier, en visant ce que Jean Caune proposait dès 1999, où il suggérait que la médiation devait être analysée comme un projet social ne pouvant se contenter de forger des liens éphémères. En effet, cette forme de médiation vise à participer à la production d’un sens qui engage la collectivité. Jean Caune propose deux axes d’organisation et d’analyse, l’un, horizontal, axé sur les relations interpersonnelles et l’autre, vertical, qui oriente et organise les rapports sociaux inscrits dans le long terme.

La médiation muséale : stratégies multiples de communication auprès des publics

11La médiation muséale a notamment perturbé le schéma traditionnel de la communication, en soulignant l’enjeu de la contextualisation du savoir transmis et en tentant le rapprochement entre deux parties qui se méconnaissent (relation émetteur-expert), voire qui s’ignorent (relation émetteur-novice). Le courant de la médiation culturelle et muséale considère le champ d’action du médiateur, mais également celui des publics. Deux types de médiation se distinguent : d’une part, une médiation « directe », où le médiateur est systématiquement présent dans l’action médiée, cherchant à (ré)-orienter l’action du public, à observer et à anticiper ces réactions face aux œuvres. Concrètement, la médiation directe se solde par des interventions essentiellement humaines, par le biais de guides, d’animateurs, qui présentent un contenu aux publics et tentent de répondre à leurs questionnements.

  • 6 Les médiations directes et indirectes évoquées sont régulièrement complétées par des situations d’i (...)
  • 7 Nous retrouvons le même genre de démarche dans le secteur de l’information-documentation avec le pr (...)

12Les médiations « indirectes » consistent à ce que les acteurs de la médiation se limitent à faire des suggestions de parcours aux publics qui opèrent ensuite des choix et établiront leurs propres cheminements. Ce second type de médiation nécessite de connaître tout autant les œuvres et le processus de création que les publics récepteurs et de leur capacité supposée à recevoir le message artistique et esthétique. Les médiations indirectes ont vu une démultiplication des offres d’information dans le système complexe de communication que constitue notamment une exposition : offre de contenus d’édition (livret, questionnaire, jeux, tablettes), mis à disposition de supports (vidéogrammes, dévédéroms), outils à manipuler (bornes interactives, écran pc, audio-guides), etc.6 Actuellement, les formes les plus extrêmes de médiation muséale se repèrent dans le contexte des œuvres conceptuelles*. Le médiateur emprunte une troisième voie, puisqu’il devient lui-même auteur et producteur de contenus sans lequel l’œuvre ou la production artistique ne serait pas7. L’acte de médiation devient dès lors un acte originel de réalisation de l’œuvre.

La médiation technique : l’effacement du professionnel par la médiatisation

13Le dernier domaine, choisi dans la sphère professionnelle, notamment celle des métiers de l’information, démontre que progressivement les actions de médiation visent à effacer totalement l’action présentielle des professionnels en recomposant la communication entre les récepteurs et un dispositif technique médiatisé mis à leur disposition. Ce dernier, certes bien que produit, administré et géré par des individus, se substitue aux professionnels pour répondre à des besoins d’information des usagers-récepteurs, dont une des spécificités est que l’essentiel de ces échanges se fait sans communication humaine directe (rencontre, échange téléphonique, etc.). Les travaux autour des médiations documentaires rappelaient déjà la fonction du document, qui opère une médiation entre la pensée d’un auteur, absent physiquement de la relation, et un récepteur, le lecteur. Dès lors, dans un contexte de médiation technique, le positionnement du professionnel consiste à mettre à disposition des informations supposées recherchées et faire sens chez les usagers, par anticipation, ou, à récupérer des demandes pour les traiter en mode asynchrone (quelques heures, voire quelques jours plus tard). Ce type de médiation convoque tout un ensemble de métiers, comme les informaticiens, les ingénieurs en cognitique* ou les ergonomes, recherchant pour ces interfaces techniques un maximum d’intuitivité, de fonctionnalité, de navigabilité, etc., visant avant tout l’autonomie dans la recherche d’informations du récepteur.

  • 8 Nous pensons dans ce type de services de questions-réponses, au Guichet du savoir du service centra (...)

14Comme illustration, nous pensons notamment aux services de questions-réponses mis à disposition par diverses institutions8 ou aux suggestions d’acquisitions en matière de consommation de biens culturels par le biais des librairies en ligne notamment. Se tisse alors une relation entre les énonciateurs et les récepteurs, où chaque individu participe à une entreprise humaine et renforce son appartenance à un collectif d’acteurs (les archives en ligne disponibles, par exemple). Chaque acteur, exposé à des actions de médiation, est dès lors appelé à faire un lien personnel avec son propre parcours dans des ressources collectives et multiples, selon ses propres logiques, son propre cheminement, en tentant de s’extraire des discours génériques de l’institution ou des diverses prescriptions.

Repères étymologiques et historiques de la médiation

15Le vocable « médiation » repose sur deux origines étymologiques : d’une part médius indiquant la manière d’être au milieu, d’être « entre ». D’autre part, mediare soulignant la division, voire la séparation entre deux parties. Nous retiendrons alors que les actes de médiation, même s’ils cherchent à faire se rapprocher des parties séparées, peuvent également opérer un choix radical de diviser définitivement deux parties en situation de divergence. L’accompagnement de l’Autre mis en œuvre par des actions de médiation peut amener ce dernier à vivre des situations jusqu’alors non envisagées, voire qui lui sont totalement inconnues. Ce qui veut dire que la médiation propose au récepteur une lecture différente d’une situation ou d’un problème, le dégageant de ses habitudes et de ses manières de faire.

16Historiquement, le terme apparaît dans la langue française au xiiie siècle et est défini comme un acte diplomatique, où le médiateur est considéré comme celui qui s’entremet pour créer in fine un accord. La médiation est positionnée alors comme un acte de communication positive, où le médiateur cherche à rétablir le dialogue et l’échange dans des situations dysfonctionnelles. Plus récemment, au cours des années 1970, principalement chez les nord-américains, puis au début des années 1980 en Europe, la médiation devient un mode généralisé de la gestion de la vie sociale, cherchant à anticiper les risques de conflit, voire de rupture, par l’entremise de tiers devenant progressivement des professionnels de la médiation. Ces derniers vont alors acquérir une reconnaissance sociale et institutionnelle : s’instaure dès lors une forme « d’éthique de la communication » supposant la reconnaissance de l’autre par le biais de l’intervention de médiateurs (politique, familial, social, etc.). Le médiateur tentera alors ce rapprochement dans diverses situations d’incommunication.

Le médiateur, acteur de la communication

17La fonction de médiateur est progressivement devenue une activité professionnelle centrée sur la gestion des relations humaines. La vocation première des médiateurs est de gérer des situations de communication extrêmement variables, parfois critiques, et d’accompagner les individus impliqués dans la résolution de problèmes ou de difficultés. Leur fonction principale est d’être des « organisateurs latents » de la communication, consistant à faire des choix, à mener des arbitrages, à mobiliser un ensemble de ressources, à élaborer des stratégies d’actions en fonction de la réception supposée des destinataires de la médiation. Dès lors, tout médiateur doit être en mesure d’identifier les éventuels besoins et de recueillir sous diverses données des éléments lui permettant d’élaborer un scénario d’actions.

18Mais au-delà du relationnel, le médiateur est également un spécialiste de la transmission. Appliqué au secteur muséal, Daniel Jacobi (1999) souligne que le médiateur est « celui qui s’interpose entre deux catégories d’acteurs, soit pour remédier aux décalages entre la culture savante du spécialiste et celle lacunaire du novice, soit entre l’œuvre ou le monument dont la complexité ou l’opacité rendent la perception esthétique spontanée laborieuse ou même impossible ». Jean-François Six, en élaborant en 1990 une typologie des formes de médiation, distingue quatre types de médiateurs : le « créateur », suscitant entre les personnes et les groupes médiés des liens nouveaux, le « rénovateur », réactivant des liens progressivement distendus, le « préventif », visant le non éclatement des conflits latents, enfin, le « curatif », aidant les parties en conflit à trouver par eux-mêmes des solutions. Le médiateur, par la diversité du registre d’actions, ouvre un nouvel espace de communication permettant d’engager les échanges entre les individus qui jusqu’alors étaient tentés de résister.

Les espaces de la médiation

19Les lieux constituent également par les échanges interpersonnels des espaces de médiation où se met en œuvre la communication sociale.

20Dans ses travaux, Bernard Lamizet en repère principalement trois : d’une part, les espaces dits de conflit et de concurrence (par exemple un marché, ou une place boursière) où les acteurs vont délibérément se confronter tout en respectant un ensemble de règles sociales préétablies et acceptées de tous ; d’autre part, les espaces d’expression et d’exercice du pouvoir politique (par exemple un média de masse, une administration, un organisme institutionnel) où les formes de médiation en jeu légitiment des discours et les positions sociales de certains acteurs (journaliste, professeur, homme politique) ; enfin, les espaces de représentation, rendant compte d’autres réalités ou expériences, qu’elles soient sociales, culturelles, historiques ou esthétiques (par exemple un théâtre, un musée).

21Un quatrième type d’espace, immatériel, constitué principalement par les environnements numériques (ENT*, plate-forme de travail collaboratif, bureau virtuel) met à la disposition de ses membres un ensemble de ressources (documents, agenda, interfaces de recherche) et des modes d’échange (synchrones et/ou asynchrones) assurant des formes de médiation entre les producteurs et les récepteurs. Dès lors, on retiendra qu’un espace constitue à lui seul, une situation de communication qui engendre un contexte de médiation entre les individus.

L’apport de la revue Hermès à cette thématique

22Depuis 1988, date de la parution du premier numéro de la revue Hermès, jamais un numéro n’avait été intégralement consacré à la question de la médiation ; du moins pas ouvertement. En effet, en y regardant de plus près, nous avons identifié au moins 17 numéros sur les 56 que comprend actuellement la collection, proposant au moins un article intégrant la question de la médiation dans son propos.

23En 1997, la difficulté d’assurer un rôle de médiateur fut abordée par Denis Ruellan, dans le no 21 Sciences et médias dans un texte intitulé « Une médiation pour une médiatisation », où l’auteur soulignait la difficulté de faire se rapprocher deux cultures professionnelles, celle du scientifique et celle du concepteur technique. Certains métiers de l’information ont également été approchés dans des numéros prenant en compte indirectement la question de la médiation : nous pensons particulièrement au no 35 de 2003 intitulé Les journalistes ont-ils encore du pouvoir ?, avec les textes de Dominique Augey ou de Jean Michel.

24Au-delà des acteurs de la médiation, deux domaines ont été particulièrement analysés dans Hermès : celui du politique et celui de la culture. Certaines publications ont montré comment la médiation déterminait une part des imaginaires collectifs et restait étroitement liée à l’exercice du pouvoir et de la fonction politique. C’est notamment le cas du texte de Jean-François Tétu, « L’espace public local et ses médiations » (no 17-18, 1995), où l’auteur souligne que « la médiation est donc à la fois invention et production d’un espace public ». Deux formes marquantes de la médiation de l’espace public local sont proposées : la PQR* et la communication des collectivités locales. André Berten (no 25 de 1999) dans « Dispositif, médiation, créativité : petite généalogie », présente la médiation comme un « entre-deux dont aucun des termes [...] n’est vraiment maître, un moyen terme qui a sa propre autonomie, son propre fonctionnement ». En 1995, André-J. Bélanger dans « La communication politique ou le jeu du théâtre et des arènes » nous montre le poids des médias, notamment la télévision, dans l’exercice de la médiation et de la communication politique, et nous alerte sur le fait que la médiation s’est progressivement complexifiée, démultipliant le nombre d’intermédiaires. Dès lors, le schéma de base de la communication s’en trouve complexifié, où les politiques de médiation contribuent à ce brouillage des situations de communication. Dans le secteur de la culture, Elisabeth Caillet dans « Les politiques de publics dans les musées » (no 20, 1997) souligne que la médiation culturelle est « au cœur des préoccupations des services culturels des musées rénovés ou nouveaux », et évoque également un ensemble de critères montrant l’institutionnalisation de celle-ci.

25Les numéros plus récents dévoilent l’émergence d’un nouveau champ de questionnement : celui du positionnement et des registres d’actions de la médiation, dans de « nouveaux » contextes et territoires, notamment ceux des réseaux* d’information et/ou des dispositifs de formation, d’apprentissage, et d’échange. Le no 26-27 de 2000 intitulé www.democratielocale.fr, évoque de nouvelles formes de matérialité de l’espace public (texte de Dominique Bouiller) où un changement de médiation technique s’opère avec notamment le passage de l’imprimé au numérique et où toute la chaîne des médiations s’en trouve modifiée. Plus proche de nous, en 2004, dans le no 39 Critique de la raison numérique, Jérôme Dinet et Jean-Michel Passerault évoquant une microsituation, à savoir celle de la RDI* à l’école, soulignent en conclusion de leur texte, l’impact des recherches en psychologie cognitive* pour aboutir à des modifications directes de logiciels et d’interfaces d’outils de RDI, assurant la médiation entre les jeunes usagers (des élèves dans ce cas bien précis) et des bases de données bibliographiques. En 2008, Annie Gentès, avec le design et la médiation créative, dans le no 50 titré Communiquer-innover : réseaux, dispositifs, territoires soutient l’idée que les ressources et maquettes produites ne sont pas « seulement des objets de négociation ou de médiation mais des objets de médiation créative qui font vivre [...] les potentiels de la technologie ».

26Ce bref repérage de publications nous montre l’incidence de la revue Hermès pour tenter de délimiter et d’apporter une lecture plurielle des situations et dispositifs de médiation, en prenant appui sur des contextes extrêmement différents.

Objectifs et organisation de cet ouvrage

27Nous avons finalement organisé la sélection des sept contributions à cet ouvrage autour de quatre principes à savoir : d’une part, revisiter quelques textes anciens publiés dans Hermès qui tentent fondamentalement de définir des formes de médiation et le rôle des médiateurs ; d’autre part, considérer des domaines extrêmement variables permettant de tenter une approche exhaustive de la question médiée ; de plus, croiser les grilles d’analyse de la médiation à travers des études issues principalement de la sociologie, des sciences politiques, des sciences de l’éducation ou des Sciences de l’information et de la communication (SIC) ; enfin, en recherchant une progression dans les expertises présentées. En effet, nous souhaitons à travers ce recueil proposer un parcours progressif dans la réflexion et la lecture afin d’appréhender les multiples facettes de la médiation, mais également en proposant des interrogations sociales et politiques majeures de l’acte de médiation, notamment à l’aide des trois dernières contributions.

28Les deux premiers textes, signé Daniel Peraya et Philippe Breton, proposent de clarifier les concepts de médiatisation et de médiation.

29Le premier s’appuie sur une analyse historique tout en convoquant une approche interdisciplinaire. L’enjeu de la médiatisation* et de la médiation, étroitement liées, est celui de la communication médiatisée*. La médiation se résumerait, à la position d’intermédiarité qu’occupe tout média dans le processus même de communication. Il appuie sa démonstration, notamment, sur des formes de médiations techniques, comme les dispositifs de formation à distance ou les ENT.

30Le deuxième choisit de distinguer le registre de la médiatisation du politique de l’acte de médiation plus englobant. La médiation est caractérisée par la question de la mise en forme de la parole politique par les producteurs du message politique et celle choisie par les médias.

31Le troisième texte de Bernadette Dufrêne et Michèle Gellereau interroge les finalités de l’action de médiation culturelle au-delà de ce qui est énoncé, suggéré par les instances décisionnelles. Les auteures suggèrent que les médiations culturelles engagées sont en soi des actes politiques cherchant à accroître in fine la communication sociale.

32Ensuite, Jean Caune propose une archéologie des diverses strates de la politique culturelle française au cours de ces 50 dernières années, avant de nous suggérer un autre mode d’analyse de la culture s’appuyant, entre autres, sur une nouvelle expérience esthétique.

33Le texte suivant de Michel Grossetti caractérise les ingrédients humains et non humains des ressources de médiation. Elles permettent, entre autres, de mettre en confiance les acteurs associés, dans un contexte d’échange qui lui est propre. En interrogeant les interrelations entre les ressources de médiation, les réseaux et le cadre collectif, M. Grossetti propose un cadre théorique qu’il qualifie de « robuste », où le concept de médiation introduit systématiquement les processus d’interaction et de coordination, permettant alors de dépasser toutes les analyses se centrant sur la seule lecture instrumentale des ressources.

34Vient ensuite l’article inédit d’Isabelle Fabre et Cécile Gardiès, qui interroge le monde de la documentation. Dans leur article, les auteures définissent la médiation documentaire comme une médiation des savoirs*, assurant un processus créateur de nouveaux messages, obligeant les documentalistes à réaménager leur offre d’informations, notamment en agissant directement sur les dispositifs.

35Pour conclure, Dominique Wolton, à travers un entretien intitulé « La médiation au regard de la communication », situe la médiation vis-à-vis de la communication et de la transmission, en nous suggérant de nouvelles formes de médiation tout en s’interrogeant sur son avenir.

36L’apport des diverses contributions de cet ouvrage se situera donc au carrefour des logiques collectives et individuelles particulièrement déterminant pour contribuer à l’appréhension des faits sociaux et des démarches communicationnelles en jeu.

Bibliographie

Références bibliographiques

Caune, J., Pour une éthique de la médiation, Grenoble, PUG, 1999.

Durkheim, E., Les formes élémentaires de la vie religieuse, 6e éd., PUF, 2003.

Jacobi, D., La communication scientifique ; discours, figures, modèles, Grenoble, PUG, 1999 [coll. Médias & sociétés].

Six, J.-F., Le temps des médiateurs, Paris, Seuil, 1990.

Notes

1 Gellereau, M., « Pratiques culturelles et médiation », in Olivesi, S., Sciences de l’information et de la communication : objets, savoirs, discipline, Presses universitaires de Grenoble, 2006, p. 27-42.

2 Actes médiés, en synonyme d’actes de médiation. L’adjectif « médié(es) » sera parfois utilisé comme qualificatif à la médiation.

3 Par exemple, sur TF1, l’émission « Pascal le grand frère ».

4 Un ensemble de méthodes de gestion de la médiation et de gestion de la communication existent : nous pensons, par exemple, pour le secteur de la santé, à la thérapie systémique familiale (TSF).

5 Pour illustration, deux sites dédiés à la communication sur l’acte de médiation institutionnelle : Cas 1, le site de la médiation aux crédits d’entreprise : www.mediateurducredit.fr ; Cas 2, le site institutionnel du Médiateur de la République : http://www.mediateur-republique.fr/. Nous noterons le renforcement de cet accompagnement des usagers et des citoyens à partir de 2002-2003 avec le plan d’action de l’économie numérique, dont le volet développement de l’administration électronique.

6 Les médiations directes et indirectes évoquées sont régulièrement complétées par des situations d’immersion, où le public est appelé à vivre une forme de réalité de la situation évoquée à travers des mises en scène. C’est notamment le cas des écomusées où des scènes de vie sont interprétées par des guides/acteurs (exemples : écomusée de la Grande Lande-Marquèze (parc-landes-de-gascogne.fr/1-16529-Presentation.php), village historique acadien à Rivière-du-Nord (New Brunswick, www.villagehistoriqueacadien.com), château de Guédelon en Puisaye (www.guedelon.fr),...) ou des partages de lieux de vie authentiques ou reconstruits : station spatiale (cité de l’espace de Toulouse), musée des mines de charbon (Middlestown, Pays de Galles,...).

7 Nous retrouvons le même genre de démarche dans le secteur de l’information-documentation avec le processus de redocumentarisation* (cf. glossaire). Voir Regimbeau, G., « L’information et la documentation en art contemporain dans ses dispositifs : cadre théorique et étude de cas. » In Couzinet, V. (dir.), Dispositifs info-communicationnels : questions de médiations documentaires, Hermès science : Lavoisier, Systèmes d’information et organisations documentaires, 2009, p. 229-263.

8 Nous pensons dans ce type de services de questions-réponses, au Guichet du savoir du service central de la bibliothèque municipale de Lyon (www.guichetdusavoir.org), au service SVP musique de la Cité de la Musique (www.citedelamusique.fr/francais/questions/questions.aspx), au service 1001 questions du Centre Régional de Documentation Pédagogique de Bretagne destiné aux enseignants (www.crdp.acrennes.fr/crdp/services/1001questions/index.php), ailleurs en Europe, le réseau de bibliothèques espagnoles Preguntas.

Auteur

Vincent Liquète, enseigne les SIC à l’université Bordeaux 4 Montesquieu – IUFM, en master professionnel « Documentation et systèmes d’information » dont il a la responsabilité. Chercheur à l’École Nationale Supérieure de Cognitique (équipe de recherche « Cognitique et Ingénierie Humaine »). Coordinateur de l’ouvrage.

© CNRS Éditions, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540