Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La mondialisation de la communication

 | 
Paul Rasse

Les médias vecteurs de mondialisation et « d’événementialisation »

Arnaud Mercier

Note de l’éditeur

Reprise1 du no 46 de la revue Hermès, Événements mondiaux, regards nationaux, 2006.

Texte intégral

1Alors même que de nombreux travaux depuis ceux de Gaye Tuchman (1980) insistent sur le poids des routines dans le travail journalistique, un bon critère d’identification d’un événement aux yeux des médias réside dans la rupture des routines qu’il nous donne à voir. La catégorie événement implique que le sujet soit traité en premier et en « une ». Plusieurs reportages ou articles lui seront consacrés, des personnalités interrogées, des experts consultés, car on attend d’eux qu’ils expliquent la rupture engendrée par le phénomène. Pour les médias visuels, un traitement iconographique spécifique sera accordé (reportage plus long, photos plus nombreuses ou plus grandes).

2Les moyens mis en œuvre relèveront de l’exception : envoyés spéciaux, achat d’images, ajout de pages supplémentaires, éditions de cahiers spéciaux, étirement de la durée des journaux habituels, multiplication de flashes spéciaux. Mais qu’est-ce qu’un événement en soi ?

Qu’est-ce qu’un événement ?

3L’événement se caractérise par une rupture de l’intelligibilité, par la rupture qu’il induit dans les modes de vie ou les représentations sociales. L’événement produit « une modification d’un état du monde qui fait que les êtres subissent un changement, passent d’un état un (E1) à un état deux (E2), provoquant un changement de l’ordre des choses, une déstabilisation d’un état stable qui dans son immuabilité se donnait comme évidence de l’organisation du monde » et il implique que « cette modification soit perçue par des sujets (ou que ceux-ci jugent qu’il y a eu modification) » (Charaudeau, 2005, p. 82). Mais à cette définition, il faut ajouter les ruptures dans les représentations du monde, la déstabilisation pas seulement d’un état stable, mais aussi d’un horizon d’attentes, de croyances, largement partagées et stabilisées. Si cette rupture est socialement reconnue et portée par des acteurs, les journalistes ne pourront l’ignorer et en viendront eux-mêmes à la traiter comme un événement au sens journalistique du terme cette fois. Travail qui pourra ensuite contribuer à accentuer l’interprétation événementielle des phénomènes qui circule déjà dans l’espace public.

4Mais il ne suffit pas que quelque chose fasse événement pour que des médias s’en emparent, surtout pas si ce fait advient loin, à l’étranger, dans un autre univers de référence. Pour expliquer le traitement en événement médiatique d’un fait international, il faut alors identifier des articulations entre les qualités intrinsèques des phénomènes, les valeurs partagées d’une société, les grilles professionnelles d’encodage du réel des journalistes, et l’existence et l’action de groupes sociaux fournissant à la société et donc aux journalistes une lecture événementielle des faits ou au contraire tentant d’empêcher la circulation des informations sur le fait. Certaines réalités mettent en danger, en conflit ou en scène, des enjeux, des valeurs ou des principes si chers à une société qu’ils vont s’imposer aux journalistes dans leur sélection et leur interprétation (par exemple, une tentative d’assassinat contre un président élu, tellement contraire à nos principes démocratiques pacifiques). La mission que les journalistes se donnent de répondre aux attentes du public, les amène à partager un sens commun sur ce qui représente un événement, une rupture de sens conséquente, pour nos sociétés. Ainsi, des représentations sociales préétablies, sous forme de stéréotypes*, de schémas d’analyse simplifiés circulent dans l’espace public et sont présents dans l’outillage intellectuel des publics, et les journalistes en tiennent souvent compte dans leur traitement.

5Les journalistes ne font pas advenir une réalité inexistante, mais leur mise en scène de l’information contribue à doter un fait d’une valeur relative, en lui donnant une plus grande visibilité, au point parfois d’écraser tous les autres faits, comme dans les heures et jours qui ont suivi les attentats du 11 septembre 2001, où plus rien d’autre sur Terre ne semblait exister pour qui suivait l’information. Ce faisant, les médias contribuent à renforcer l’interprétation circulant dans l’espace public, faisant d’un phénomène un événement. À cet égard, les journalistes sont aussi acteurs des luttes qui traversent l’espace public pour interpréter un phénomène en événement, à partir du moment où ils choisissent de ne pas donner une grande couverture à certains faits, ne mettant ainsi pas leur effet démultiplicateur au service d’une mise en événement proposée par des acteurs. Les médias peuvent contribuer, par l’écho qu’ils donnent et la lecture qu’ils diffusent, à constituer une communauté d’interprétation, en élargissement aux masses une événementialisation qui concernait surtout un collectif précis. De même, l’effet d’amplification propre aux médias, surtout lorsque les rédactions s’influencent les unes les autres, peut aboutir à convaincre des publics de se mobiliser autour d’un événement (marche, manifestation, dons...) et à créer une communauté de participation et un sentiment de solidarité au-delà des frontières.

6Nous souhaitons ici explorer plusieurs hypothèses explicatives afin de cerner les conditions d’émergence médiatique d’un événement à l’échelle internationale, ce que nous appelons la lecture événementielle des faits. Elles sont au nombre de quatre :

  • pouvoir valoriser des faits advenus en insistant sur leur intensité émotionnelle ;

  • possibilité d’accéder au terrain et existence d’acteurs sociaux à même de valoriser un phénomène et de fournir une interprétation événementielle ;

  • possibilité de réencodage culturel des faits par mobilisation d’archétypes* et de stéréotypes, prisés chez les journalistes pour nourrir leur travail interprétatif ;

  • potentialité d’un fait international à contenir des données qui ont une résonance particulière pour la société nationale ou qui peuvent avoir un impact socio-économique sur le pays des journalistes qui décident de le couvrir.

Valoriser des faits par leur intensité émotionnelle

7Le tragique de l’existence est un des ressorts les plus vieux du journalisme. Les drames humains, liés à des phénomènes naturels (catastrophes diverses), à des accidents techniques (explosions, pollutions) ou à la volonté humaine (attentats, guerres) incitent les journalistes à s’y intéresser. Et plus le nombre de morts sera élevé, plus le fait sera jugé digne d’intérêt car susceptible de provoquer l’effroi et d’attirer la compassion. Pour que le fait soit traité comme un événement, il faut que la violence, la brutalité ou le nombre des victimes dépasse l’ordinaire, à plus forte raison s’il s’agit d’un fait surgissant dans un pays lointain. On retrouve ici la fameuse règle de proportionnalité, évoquée par les journalistes : le ratio morts/distance kilométrique. Celui-ci implique que, plus le lieu concerné est éloigné, plus le nombre de morts devra être élevé pour intéresser les rédactions. Il ne faut pas moins de centaines ou de milliers de victimes pour s’intéresser à un raz de marée, un tremblement de terre, une inondation, en Thaïlande, au Pakistan ou en Louisiane, quand on est journaliste européen.

  • 2 Keita, S., Communication, médias et solidarité internationale : la médiatisation de l’humanitaire d (...)

8Mais cela ne suffit pas à en faire un événement. Un événement correspond à un temps bref, à un phénomène jugé imprévisible et donc inattendu. Les cas cycliques de famine en Afrique – où des dizaines de milliers de personnes, notamment des enfants, meurent lentement mais sûrement, sur plusieurs semaines ou plusieurs mois – se déroulent fréquemment dans une grande indifférence, sans couverture médiatique. Ainsi, une étude des trois grands quotidiens français a montré qu’en un an (de novembre 2004 à octobre 2005), la famine menaçant plusieurs centaines de milliers de Nigériens n’a donné lieu qu’à 26 articles dans Libération, 12 dans Le Monde et 8 dans le Figaro. Par contraste, en deux semaines à partir du Tsunami de décembre 2004, ces trois quotidiens avaient déjà publié 412 articles ou brèves, et en deux semaines également, 274 après la submersion de La Nouvelle Orléans par le cyclone Katrina2. Évidemment, la surexposition médiatique n’est pas sans lien avec la générosité des donateurs institutionnels ou particuliers. Selon les données 2005 de la Fédération internationale des sociétés de la Croix Rouge, le tsunami de fin 2004 a été la catastrophe la mieux financée de l’histoire, avec un minimum de 1241 dollars d’aide humanitaire par bénéficiaire, soit 50 fois plus que les catastrophes les moins bien financées. Les appels d’urgence pour le Tchad, la Guyane, la Côte d’Ivoire, le Malawi et le Niger en 2005, n’ayant eux recueilli en moyenne que pas plus de 27 dollars par bénéficiaire. Mais l’appel aux bons sentiments et à la compassion ne sont pas un facteur suffisant pour enclencher une lecture événementielle.

Accéder aux faits

9Une autre dimension à réunir est tout bonnement la capacité à aller sur le terrain pour couvrir l’événement. Quand les médias possèdent des images spectaculaires et inédites, elles s’empressent de les diffuser et de présenter le fait comme un événement, de par leur capacité même à en montrer des images. C’est particulièrement vrai du tsunami de décembre 2004, où la présence de nombreux touristes équipés de caméras vidéo a permis de récolter des images du drame prises par les victimes elles-mêmes, avec donc un potentiel d’émotion et de saisissement décuplé. Là aussi, il s’agit d’une condition nécessaire mais pas suffisante. En effet, de nombreux faits sont tout à fait accessibles, immédiatement et facilement, par des échanges internationaux d’images ou des dépêches d’agence, ou pour peu que les rédactions mobilisent quelques moyens propres, mais ils ne se transforment pas en événements.

10La lecture événementielle peut alors tenir à l’existence de certains acteurs à même de se mobiliser et de construire une cause ou, au contraire, de ne pas faire advenir des événements. On doit tenir compte du rôle des artistes inter-ou transnationaux dans leur potentiel de mobilisation des journalistes, de créations d’événements médiatiques pour attirer l’attention sur des faits. Plusieurs famines en Afrique sont passées inaperçues de par le monde, contrairement à celle d’Éthiopie en 1984-1985, puisqu’un chanteur engagé, Bob Geldof, a su, via un concert mobilisant 45 stars du rock britannique et irlandais (le Band Aid), attirer l’attention des médias sur le sort d’un peuple oublié. La recette fut reprise aux États-Unis, avec la chanson We are the World, co-écrite par Michael Jackson, Stevie Wonder et Lionel Ritchie, sortie le 7 mars 1985, qui se vendit à des millions d’exemplaires dans le monde.

  • 3 Mercier, A., « La médiatisation du « fait » humanitaire », Grotius.fr.

11Le marketing des faits, grâce à des opérations dont certaines ONG comme Greenpeace ou MSF sont devenues des spécialistes, est un facteur décisif de passage à l’événement. « Les ONG peuvent être à l’origine de campagne de presse, via leurs propres campagnes de communication, en usant de tactiques d’agit-prop* pour créer des images chocs, des événements à même de sortir les rédactions de leur torpeur. On songe par exemple à la réalisation de montagnes de chaussures usagées réalisées à l’appel de Handicap international afin de relancer l’intérêt médiatique de sa campagne de bannissement des mines antipersonnelles qui font tant d’estropiés dans le monde »3.

  • 4 Schlesinger, P., « Repenser la sociologie du journalisme - les stratégies de la source d’informatio (...)

12La reconnaissance dans une société de la valeur événementielle d’un fait, même si elle passe par l’effet d’écho que les médias donnent, dépend souvent de l’existence d’entrepreneurs d’événementialisation, capables de fournir au public des cadres interprétatifs démontrant la valeur événementielle de ce qui pourrait ne rester que des faits journalistiques, un simple commentaire de l’actualité du moment. Dans cette perspective, l’approche de Philip Schlessinger est précieuse, qui conseillait de privilégier une sociologie des interactions entre sources et journalistes, à une stricte sociologie des journalistes4. La dépendance aux sources (bien souvent officielles) des journalistes, sur certains sujets ou certaines aires géographiques, est telle qu’on voit bien que la lecture événementielle d’un phénomène dépend du message qu’ils auront reçu de la part de sources « bien informées » ou aux stratégies de communication efficaces. C’est dans les interstices de cette réalité que de nombreuses manipulations ont vu le jour, faisant passer pour des événements, des artefacts fabriqués spécialement pour répondre aux logiques médiatiques. Ce que les journalistes traitent comme des événements ne sont alors que pseudo-événements, faits répondant à des nécessités publicitaires.

13On observe également au sein de la production journalistique, des phénomènes possédant toutes les qualités requises pour faire la « une », qui peuvent ne pas y accéder, car des autorités ont suffisamment de pouvoir pour interdire aux journalistes de venir sur place et de travailler librement. Depuis quelques années, des famines, des inondations, des catastrophes diverses émaillent la vie des habitants de la Corée du Nord et ont tué des centaines de milliers de personnes. Ils pourraient aisément donner lieu à une mise en événement international. Tel n’est pas le cas, car les informations sont exfiltrées au compte goutte, le régime communiste de Pyongyang maintenant le pays dans une autarcie quasi totale.

14Durant les conflits contemporains, les armées tentent de cacher ou de minimiser certains faits de guerre (bavures sur des civils, bombardements, opérations commando...) afin d’en limiter l’impact émotionnel et de ne pas susciter des mouvements d’opinion condamnant leurs actes. Si l’information passe quand même, l’armée cherchera à ouvrir des contre-feux, en proposant des interprétations concurrentes du même fait, ou en attirant l’attention sur un autre élément. Le bombardement israélien sur la ville de Cana, au Sud-Liban, en juillet 2006, a été traité dans de nombreux pays comme un événement, car le nombre de civils touchés était assez conséquent et que des images spectaculaires et très émouvantes (des corps d’enfants ramassés dans des immeubles éventrés) ont immédiatement fait le tour du monde via les agences.

  • 5 Darras, É., « La force supposée des hard news », Les Nouveaux Dossiers de l’Audiovisuel, no 10, mai (...)

15Enfin, il faut rappeler, comme le fait finement Éric Darras5, que les acteurs sociaux sont inégaux dans la lutte pour l’accès à une visibilité sociale et/ou médiatique. « Dans leurs rapports (de force) avec le champ journalistique, les porteurs des causes les plus désespérées, demeurent inaudibles, parce que la surface sociale des victimes reste insignifiante, c’est-à-dire non médiatiquement significative (enfants du Tiers-Monde, personnes âgées ou travailleurs immigrés) ».

Réencoder les faits

16L’étude des lectures événementielles des faits internationaux nous confronte à une dialectique de l’universel et du particulier, à travers les traductions culturellement différenciées d’un même fait. La lecture événementielle répond à plusieurs logiques, mais qui ont toutes en commun de voir les journalistes se saisir d’un phénomène à cause de son potentiel de mise en forme. Un fait est digne de devenir événement dès lors qu’il permet aux journalistes de lui appliquer des schémas préalables d’appréhension du monde, en le considérant comme exemplaire ou au contraire comme une rupture, un moment qui oblige à revoir nos cadres interprétatifs. L’exposition d’une dizaine de corps fraîchement déterrés, à Timisoara, en pleine révolution roumaine, en 1989, est devenue un événement mondial, alors même que cela s’avéra être une supercherie. Mais le fait avait le mérite de pouvoir s’interpréter comme la preuve accablante de la cruauté du régime aux abois de Ceausescu. Et il entrait en résonance avec les stéréotypes liés aux Carpates, et au fameux comte Dracula, assoiffé de sang.

  • 6 Libération, « Outreau, la nouvelle donne journalistique », 14 mars 2006.

17Un fait devient événement aussi parce qu’il est considéré comme archétypal. La mort de Jean-Paul II devient un événement quand il rassemble tant de fidèles catholiques venus de partout, illustrant le charisme international d’un homme, mais aussi quand des hommages lui sont rendus dans des pays non catholiques, permettant alors de célébrer, dans un univers de terrorisme islamiste et de « choc des civilisations » pronostiqué, les valeurs consensuelles de l’œcuménisme, de la tolérance entre les religions. On peut alors parler d’une dérive journalistique visant à s’écarter de la description factuelle au profit d’une surinterprétation de sa valeur, une sorte de « fait-de-sociétisation » que dénonce le journaliste Hervé Brusini. « La problématisation de l’événement ne s’inscrit plus dans la brutalité du choc, mais dans le harcèlement lancinant de la série. L’événement est entré dans l’ordre de la collection qui définit la grande question de société. Cela s’appelle “banlieue”, “délocalisation”, “ serial killer”, “violence dans les stades” »6.

Faire écho aux préoccupations nationales

  • 7 Chiffres cités par Duflo, E., « L’aide au prorata des médias », Libération, 21 novembre 2005. Elle (...)

18Un fait étranger devient aussi un événement international quand il fait écho aux préoccupations nationales. Les médias occidentaux ont d’autant plus considéré le tsunami de décembre 2004 comme un événement – et ce plusieurs semaines durant – que de nombreux Occidentaux étaient présents et comptaient au rang des victimes et disparus. Comment ne pas voir que si les dizaines de milliers de victimes n’avaient été qu’Asiatiques, les médias occidentaux n’auraient pas appliqué si fortement et si durablement une lecture événementielle à ce fait. La preuve peut en être apportée par le tremblement de terre survenu au Pakistan le 8 octobre 2005, qui a fait plus de 70 000 morts et 2,8 millions de sans-abris. Le tsunami a été en tête de la couverture des trois grands journaux télévisés américains pendant trois semaines, avec 155 minutes la première puis la deuxième semaine. Un mois et demi plus tard, le sujet figurait encore parmi les dix premiers thèmes abordés. En regard, le tremblement de terre pakistanais, pourtant dramatique dans ses conséquences, a peu suscité l’intérêt. Il a été considéré comme un événement, arrivant en tête des journaux télévisés américains la semaine de son apparition, mais avec seulement 58 minutes d’antenne. Dès la deuxième semaine, il arrivait en septième position et avait disparu la troisième7.

19Par ailleurs, l’accueil réservé à un fait international dépend étroitement de la façon dont il peut s’insérer dans des schémas de préoccupation nationaux. Les études de cas parues dans le no 46 d’Hermès, montrent bien l’importance de la règle de réappropriation culturelle et nationale des événements extérieurs.

20À travers les titres et les commentaires des résultats négatifs des référendums français et néerlandais sur le Traité constitutionnel européen, en 2005, on perçoit une volonté de ramener les enjeux à ce qui est déjà connu ou qui est susceptible d’intéresser les publics. Les presses bulgare et roumaine posèrent ainsi la question de l’impact possible de ce revers électoral sur le processus de construction communautaire, c’est-à-dire pour eux, le nouvel élargissement programmé. Le propos est donc dans ces deux pays de rassurer les lecteurs, en faisant appel aux déclarations publiques des officiels européens et locaux qui avancent l’idée que ce résultat ne pourra pas avoir d’incidence sur le devenir de leur adhésion, prévue pour 2007. Dans la presse canadienne, la couverture médiatique avant le scrutin français a été relativement faible, et plus encore dans la presse anglophone, toutefois le retentissement du scrutin a donné lieu à une couverture en « une », traduisant l’importance accordée au phénomène. Mais alors que les journaux anglo-canadiens ont cantonné l’événement au temps très court de l’actualité quotidienne, les franco-québécois ont privilégié une couverture temporelle plus longue, étant donné leur intérêt à l’égard des référendums constitutionnels, notamment ceux sur l’organisation fédérale du pays.

21Pour les attentats de Madrid, en 2004, une étude comparative de la presse dans plusieurs pays montre que des logiques médiatiques transnationales peuvent voir le jour, liées ici à un parti-pris sensationnaliste et moralisateur. La presse internationale consacra ses « unes » à l’événement, assorties de photos choc et spectaculaires, versant dans une forme d’unanimisme compassionnel de dénonciation de l’horreur, épousant le point de vue des victimes. Néanmoins, les faits ne font pas événement dans les médias de la même manière. Dans chaque pays, comme le relève Fausto Colombo dans sa contribution sur l’Italie, apparaît une « rationalisation » voire une « normalisation » de l’événement par le biais d’un « repli sur la chronique nationale ».

  • 8 « À chacun son 11 septembre ? » Les Dossiers de l’Audiovisuel, no 104, juillet 2002.

22L’événement d’Atocha engendre une production de discours qui renvoient chaque pays à ses propres préoccupations, ses propres angoisses. L’Italie, saisie d’une analogie avec l’Espagne, s’interroge sur la menace qui pèse sur elle (« L’Italie est une cible ») tandis que la France déjà touchée et en mal d’Europe se centre sur les insuffisances de la politique communautaire contre le terrorisme. Quant aux États-Unis, c’est avec empathie et projection que ces attentats sont évoqués, dans la lignée de ceux du 11 septembre 2001. On peut faire la même analyse comparative pour les regards journalistiques sur les attentats du World Trade Center8. Les faits internationaux pour devenir un événement médiatique mondialisé doivent donc aussi contenir les caractéristiques propres à en faire de bons supports projectifs dans chaque pays.

Conclusion

23La lecture événementielle de faits internationaux se comprend comme la réunion de caractéristiques faisant coïncider les qualités propres d’un fait et l’action décisive d’entrepreneurs d’événementialisation avec les grilles d’appréhension du monde des journalistes. Le phénomène doit être dramatique, spectaculaire, particulièrement illustratif ou en rupture, facilement accessible aux médias. Il doit être facile à transposer, par mimétisme ou parallèle, dans l’univers national, en rejoignant les préoccupations du pays ou une certaine forme de morale jugée universelle. Il doit permettre de mobiliser les catégories de jugement des journalistes et autoriser des interprétations fondées sur des schémas canoniques, comme les valeurs démocratiques (la chute d’un régime dictatorial est un événement international), les bons sentiments (l’œcuménisme, la fraternité universelle, le pacifisme...), la fatalité humaine (les épidémies, les catastrophes naturelles) ou le dépassement de l’homme (les exploits technologiques ou sportifs, depuis l’homme qui marche sur la lune jusqu’à celui qui court le plus vite le 100 mètres). Des opérateurs extérieurs aident aussi à la mise en visibilité du phénomène et à sa construction événementielle, tandis que la reprise nationale amplifiée de faits internationaux dépend des possibles associations à la culture et aux préoccupations de chaque pays.

Bibliographie

Références bibliographiques

Charaudeau, P., Les Médias et l’information. L’impossible transparence du discours, Bruxelles, de Boeck, 2005.

Tuchman, G., Making News, Londres, Free Press, 1980.

Notes

1 Version revue et amendée par l’auteur.

2 Keita, S., Communication, médias et solidarité internationale : la médiatisation de l’humanitaire dans la presse française, Thèse en sciences de l’information et de la communication, Université Paul Verlaine-Metz, 2009.

3 Mercier, A., « La médiatisation du « fait » humanitaire », Grotius.fr.

4 Schlesinger, P., « Repenser la sociologie du journalisme - les stratégies de la source d’information et les limites du média-centrisme », Réseaux, no 51, 1992, pp. 75-98.

5 Darras, É., « La force supposée des hard news », Les Nouveaux Dossiers de l’Audiovisuel, no 10, mai-juin 2006, p. 57.

6 Libération, « Outreau, la nouvelle donne journalistique », 14 mars 2006.

7 Chiffres cités par Duflo, E., « L’aide au prorata des médias », Libération, 21 novembre 2005. Elle montre que l’ampleur des dons internationaux a été directement affectée par le niveau de couverture médiatique des catastrophes survenues en une année.

8 « À chacun son 11 septembre ? » Les Dossiers de l’Audiovisuel, no 104, juillet 2002.

Auteur

Professeur en sciences de l’information et de la communication à l’Université Paul Verlaine de Metz, membre de la rédaction en chef d’Hermès, il a dirigé le laboratoire Communication et politique du CNRS de 2004 à 2006. Ses recherches portent sur le journalisme, le traitement de l’information et la communication politique.

© CNRS Éditions, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540