Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La mondialisation de la communication

 | 
Paul Rasse

Le Paradis Terrestre, la première vision espagnole des peuples océaniens

Annie Baert

Note de l’éditeur

Reprise1 du no 32-33 de la revue Hermès, La France et les Outre-mers, l’enjeu multiculturel, 2002.

Texte intégral

À la Renaissance, les grandes nations européennes se lancent dans la découverte du monde. Une conjonction d’inventions techniques a permis de créer de nouvelles générations de navires, les caravelles, puis les nefs (naos) en mesure d’affronter l’immensité vide de l’océan dans sa plus grande largeur. Les carènes ont été renforcées ; mieux étayées, elles peuvent résister aux coups de mer les plus violents. La voilure a été sérieusement améliorée, pour se saisir du moindre vent (même si les vaisseaux ne peuvent naviguer que vent arrière) tandis que le gouvernail d’étambot facilite les manœuvres. La navigation aussi s’est bien améliorée, grâce à la boussole, et plus tard aux premiers astrolabes. La cartographie en profite également ; chaque exploration apporte son lot d’informations, que les géographes reportent sur leurs mappemondes, affinant leurs connaissances en les confrontant et en les ajoutant les unes aux autres. S’y ajoute l’imprimerie, car les éditeurs d’atlas, soucieux de rentabiliser leurs investissements, s’efforcent de casser le mur du silence, que veulent imposer les grands royaumes en compétition, et finissent par diffuser ces nouvelles connaissances dans toute l’Europe.

  • 2 Meyer, J., L’Europe et la conquête du Monde, Paris, Armand Colin, 1996, p. 181.
  • 3 Galéano, E., Les veines ouvertes de l’Amérique latine. Une contre histoire, Paris, Plon, 1981, p. 3 (...)

Dans leurs soutes, les explorateurs ne ramènent pas seulement de l’or, mais aussi des plantes prodigieuses qui seront à l’origine de ce que Meyer appelle une révolution verte et culinaire2. Citons la pomme de terre et le maïs. On peut y ajouter encore le haricot, la tomate... qui une fois acclimatés et cultivés dans les campagnes - il faudra tout de même des siècles pour cela, tant la résistance des habitudes est forte - sauvera l’Europe des famines endémiques, lui permettant de concentrer ses forces sur la production artisanale puis industrielle. À l’autre bout du monde en revanche, dans les pays conquis et progressivement colonisés, la mutation est violente. Outre les massacres, une pandémie de variole, de typhus, de fièvre jaune et de grippe accompagne et parfois précède les Conquistadors3. « L’unification microbienne du globe », pour reprendre l’expression de Leroy-Ladurie, s’est soldée, à partir de 1492, par un énorme choc viral, qui a failli détruire entièrement l’humanité amérindienne. Les survivants sont parqués dans les zones les plus pauvres, au fur et à mesure qu’ils sont remplacés par des esclaves, contraints de mettre en valeur les terres les plus fertiles. Se développe ainsi un système agricole de production de masse, à échelle industrielle, destiné à l’exportation : sucre, et coton notamment. Il ruine les économies antérieures autant que les terres.

La civilisation coloniale est une civilisation de table rase, aussi bien pour ce qui est de l’agriculture que des arts, elle se construit sur la dévastation des cultures antérieures. Dans le nouveau monde, l’Europe a transplanté son esthétique, ses goûts. La Chrétienté impose à tous sa spiritualité qui se décompose en églises et en sectes de différentes confessions, plus ou moins respectueuses des autochtones, mais toujours soucieuses d’éradiquer les précédentes croyances, et cependant là encore contraintes de faire avec les survivances païennes, d’accepter des formes de syncrétismes.
La découverte du monde, n’est pas seulement une entreprise scientifique. Avec son cortège de misères, elle a, à l’extérieur, déstabilisé les économies locales, ruiné les systèmes d’échanges antérieurs. En Europe, elle dynamise le commerce, aide à résoudre les problèmes de famine endémique, et prépare la révolution industrielle.

PR

1xvie siècle, les peuples océaniens qui vivaient depuis toujours à l’écart du monde occidental, dont ils étaient séparés par l’immensité de l’Océan Pacifique d’un côté et du continent asiatique de l’autre, ont été atteints par la mondialisation*, quand les premiers navigateurs européens – espagnols, dans ce cas – ont « découvert » leurs îles et introduit leur culture dans ces nouvelles terres.

Premières rencontres

2Cette rencontre et les premiers comptes rendus qui en ont été fait, sont d’abord passés par les mots. Or, certaines expressions sont piégées et font peser des accusations infamantes. Il va ainsi du verbe « découvrir » et des termes qui lui sont associés – la « découverte », les « découvreurs » –, ou encore du mot « indigène ». En 1992, de nombreux auteurs espagnols ou latino-américains, choqués par la commémoration du « Cinquième centenaire de la découverte de l’Amérique », proposèrent de parler plutôt de « rencontre entre deux mondes ». S’il y eut effectivement une « rencontre », l’euphémisme de ce substantif en occulterait la brutalité et, au fond, ne ferait pas preuve d’un grand respect envers les Amérindiens, ou envers les autres « indigènes » dont les pays furent ensuite « découverts » par les navigateurs européens.

3Il n’est donc pas inutile de revenir à l’étymologie. Aujourd’hui, le Robert nous dit que découvrir signifie « faire connaître ce qui [était] caché ; divulguer, révéler », confirmant ce qu’écrivait hier le lexicographe espagnol Covarrubias : « manifestar lo que estaba cubierto » (rendre manifeste, montrer, ce qui était caché). C’est pourquoi le capitaine Pedro Fernández de Quirós affirma que les terres qui « venaient d’être découvertes » avaient été « couvertes pendant mille siècles », reprenant les vers de son contemporain, le poète Alonso de Ercilla. Il en est de même avec « indigène », qui, toujours selon le Robert, renvoie par ses racines latines à celui « qui est né dans le pays dont il est question, qui est originaire du pays où il vit ». Mais sa « connotation péjorative » fait que l’on conseille de lui préférer « aborigène » ou « autochtone » (les navigateurs espagnols ne l’employaient pas, utilisant, à la suite de l’« erreur féconde » de Christophe Colomb, le mot indios, Indiens, pour désigner les habitants de toutes les nouvelles Indes, occidentales ou australes, sans y mettre de nuance particulièrement dévalorisante. (Voir de Covarrubias, 1611 ; Fernández de Quirós, 2001, p. 273 ; de Ercilla, 1559-1589 ; Girodet, 2007). Il serait toutefois curieux de dire que Alvaro de Mendaña a « rencontré » les îles Salomon ou les îles Marquises, qui portent encore aujourd’hui les noms que les Espagnols ont alors inscrits sur les cartes marines, ou que les contacts du capitaine Quirós avec les « autochtones » de Hao (archipel des Tuamotu) furent pacifiques, mais belliqueux avec les « aborigènes » de Santo (Vanuatu).

4Il arrive que l’on réponde à celui qui emploie le verbe découvrir : « Mais, enfin, ce sont les Marquisiens qui ont découvert leurs îles, et ils étaient là bien avant Mendaña ! ». Cela ne fait évidemment aucun doute. En fait, il n’y a pas de contradiction entre les deux énoncés, car « découvrir les îles Marquises » ne veut certainement pas dire « être le premier à y arriver ». Les grands navigateurs ma’ohi accostèrent sur des terres vierges, les peuplèrent et firent connaître leur existence à l’intérieur de leur (vaste) monde océanien, sans que cette information pût en dépasser les limites. En revanche, les grands navigateurs européens, qui venaient de l’extérieur du Pacifique, qui possédaient l’écriture, et l’imprimerie – et qui, cherchant de nouvelles âmes à convertir, n’espéraient pas « découvrir » des terres non peuplées –, rapportèrent chez eux et y propagèrent de fabuleuses nouvelles sur l’existence des îles, avec la description de leur nature, de leurs habitants, de leur mode de vie – ou de ce qu’ils en virent. Dès lors, les Océaniens surent qu’il y avait d’autres pays et d’autres peuples au-delà de leur Grand Océan, et en Europe plus personne n’ignora leur présence – le capitaine Quirós écrivit, d’ailleurs, en 1610 : « [leur] découverte est connue dans le monde entier ». Nombreux furent ceux qui, à sa suite, en Angleterre, aux Pays Bas ou en France, entreprirent de s’y rendre à leur tour, pour y faire du commerce, des observations ou des conversions. La mondialisation était en marche dans le Pacifique. Mais sur quelle image commença-t-elle ? et celle-ci a-t-elle fondamentalement changé au cours des siècles ?

Le paradis

  • 4 Requêtes no 23 et 53, pp. 194 et 432, in P. Fernández de Quirós : Memoriales de las Indias Australe (...)

5On sait que le Français Bougainville fut séduit par Tahiti au point de l’appeler « La Nouvelle Cythère » et de présenter l’ensemble des îles du Pacifique comme un Paradis Terrestre. L’idée pourtant n’était pas neuve, et le capitaine Quirós avait affirmé, 160 ans auparavant : « Puisque les terres que j’ai vues par 15° [de latitude sud] sont meilleures [c’est-à-dire plus belles, plus intéressantes] que l’Espagne, [les autres] doivent être un vrai paradis terrestre » puis, passant des terres encore à découvrir à celles effectivement connues, il écrivit : « J’ai découvert un Paradis Terrestre »4.

6Ses textes, qu’il fit abondamment circuler à travers l’Europe et les vices royaumes espagnols de l’Amérique – et cela lui fut abondamment reproché –, étaient destinés à convaincre son souverain de la nécessité d’organiser une quatrième expédition espagnole dans la Mer du Sud, au départ du Pérou.

7La première (1567-1569), qui vit la découverte des Salomon, fut dirigée par Alvaro de Mendaña. Sous les ordres de ce dernier, le capitaine Quirós participa en tant que chef-pilote à la deuxième, en 1595, faisant escale aux Marquises et à Santa Cruz puis, nommé commandant d’une troisième flotte, en 1605-1606, il découvrit plusieurs îles des Tuamotu, des Cook et du Vanuatu (Baert, 1999). Il poursuivait plusieurs buts à la fois : la recherche du Continent Austral, l’évangélisation des îliens, à laquelle « ils avaient droit, [car] cela fait 1607 ans qu’ils attendent » [16 : 141], et leur assimilation à la société et à la culture hispaniques, dont il serait l’instrument : une sorte d’accomplissement de l’Histoire, qu’il voyait comme une suite de colonisations des uns par les autres, logiques et inévitables, considérant que « l’Espagne avait été autrefois les Indes [c’est-à-dire une colonie] des Phéniciens et des Romains, quand ses naturels n’étaient pas aussi savants et aussi expérimentés qu’aujourd’hui, ce qui explique les contraintes et les offenses qu’ils subirent alors, [de même que] tous les chrétiens ont été des “gentils” » [17 : 158 ; 27 : 215 ; 30 : 237 ; 40 : 315]. Mais les autorités madrilènes ne lui prêtaient qu’une oreille distraite, ironique ou hostile, ce qui l’amena à approfondir ses arguments.

  • 5 Enquêtes administratives in Austrialia Franciscana, VI, Madrid, 1965, pp. 93 et 123 ; Pedro Fernánd (...)

8Que ces îles fussent un Paradis Terrestre, il en apportait de nombreuses « preuves ». D’abord, la belle apparence corporelle de leurs indigènes, grands et robustes au point d’impressionner, voire d’effrayer, les navigateurs, dont certains appelèrent les Marquises « Îles des Géants ». Leurs habitants étaient « forts, jusque dans leur façon de parler », l’un d’eux avait « soulevé une génisse sans effort apparent », il n’y en avait aucun qui fût maigre, et ils étaient visiblement en bonne santé, ce que confirmait la présence de nombreuses personnes âgées, de noble allure. Quant aux paumotu, il les trouva « grands, bien faits et vigoureux », rapportant sa surprise devant la vigueur dont fit preuve un vieillard de Hao5.

  • 6 Histoire..., op. cit., p. 274-283.

9Il considérait que cela était dû au climat – « le ciel y est clément et la nature y fait régner son ordre » –, qu’il exposa en énumérant d’abord les fléaux absents des îles (ni grosses houles, ni tempêtes, ni animaux dangereux ou venimeux, comme les moustiques, les reptiles ou les caïmans), puis leurs beautés (la « douce harmonie du chant de milliers d’oiseaux [...] et les doux parfums des arbres et des fleurs »). Mais surtout, cette généreuse nature offrait ses multiples bienfaits sans exiger de travail : il fit ainsi de longs éloges de l’arbre à pain et des nombreuses utilisations du cocotier, « une vigne que l’on vendange toute l’année, sans que l’on ait besoin de la cultiver, et qui ne coûte ni temps ni argent » [17 : 152 ; 23 : 195, 198-200 ; 40 : 316-317]6. Il compara alors cette vie « facile » et celle des occidentaux, dont les Océaniens ignoraient les soucis : « Peu industrieux, ils ne se soucient que de profiter de la vie, travaillent le moins possible, et ignorent les tourments que nous, Européens, devons subir [...]. Ils ne connaissent pas les fatigues que nous connaissons [...], ne se soucient pas de se vêtir, ni de travailler [...] et n’ont qu’à jouir de ce que la nature leur offre si généreusement ». Il est clair que l’on peut retrouver ce genre de propos dans de nombreux autres récits de voyage aux îles de la Mer du Sud, et même sous des plumes contemporaines. Ce qui est plus original, c’est l’explication à laquelle aboutit la réflexion du capitaine Quirós.

Le continent austral

10Car cette évocation paradisiaque des îles, dont tout un paragraphe est rédigé au futur, doit se lire en fonction de l’installation d’éventuels colons : « la vie sera facile [...], on pourra ériger de somptueux édifices [...], on construira une grande ville, dont les habitants jouiront de toutes les commodités [...] et qui pourra accueillir deux cent mille Espagnols » [16 : 142 ; 23 : 197-199]. Il fit donc cheminer son lecteur de ses souvenirs éblouis sur les beautés des îles à sa certitude du Continent Austral, dont il pouvait, évidemment, démontrer l’existence. Au lieu de se référer aux classiques théories de l’équilibre de la planète qui, n’étant pas neuves, étaient peu aptes à convaincre son auditoire, il la fit découler de ses observations personnelles, dont lui seul était en mesure de se prévaloir (« Je suis un témoin oculaire », aimait-il à répéter). Il établit ainsi une vision uniculturelle du Pacifique, considérant de façon dialectique que les individus qui occupaient ces îles maintenaient, ou avaient autrefois maintenu, entre eux, des relations qui avaient permis, et qui prouvaient, la diversité dont il avait été le spectateur, et qu’ils avaient une origine commune, le grand continent.

11Faisant un parallèle entre lui-même et Christophe Colomb – dont il estimait les mérites bien inférieurs aux siens, disant que, s’il était inévitable de buter sur le « Nouveau Monde » en partant d’Espagne, c’était autre chose de trouver de si petites terres au milieu d’un immense océan, ce qui était chez lui une idée récurrente [41 : 347-358] –, et comparant les observations auxquelles leurs découvertes avaient donné lieu, il s’interrogea d’abord sur les porcs et les volailles « de Castille », qui n’existaient pas en Amérique à l’arrivée des Espagnols, et que ces derniers y avaient introduits, alors que dans le Pacifique il avait trouvé des animaux fort semblables à ceux qui vivaient en Castille et en déduisit que, là aussi, ils avaient été apportés d’ailleurs.

12Il aurait pu imaginer que les Océaniens soient venus de l’est ou de l’ouest, d’Amérique ou des Philippines, mais il écarta d’emblée cette hypothèse, considérant que leurs connaissances ne leur avaient certainement pas permis de telles navigations : « ces gens sont ignorants, [...] ils n’ont pas les navires nécessaires pour étaler du gros temps, [...] ne peuvent naviguer qu’en vue des îles, ne connaissent pas le compas, [...] n’ont pour seuls instruments que leurs yeux, [...] sont incapables de naviguer contre le vent, de faire de longues navigations [...] et il est impossible qu’ils aient eu des contacts avec l’Amérique, ni avec la Nouvelle-Guinée [découverte par l’Espagnol Íñigo Ortiz de Retes en 1545], ni avec les Philippines » [1 : 36-37 ; 9 : 108 ; 23 : 194].

13Ils étaient « ignorants » mais l’avaient séduit, un paradoxe qu’il résolut par des jugements plus flatteurs quant aux vertus observées chez ces Indiens : pour mieux mettre en valeur les qualités et la beauté des Océaniens, il les opposa aux autres Indiens qu’il connaissait, ceux du Pérou, de Panama ou du Mexique, à qui il reprochait d’être « sauvages et cruels, [de] vivre nus, [de] manger de la chair humaine, [de] pratiquer la sorcellerie, [de] s’adonner à l’ivresse, [et] d’avoir un visage et un corps fort laids » ; ajoutant que « ce sont des gens rationnels, [...] aptes à recevoir l’Évangile, [...] ils sont propres et gais, [...] ont des lieux de prières, enterrent leurs morts et soignent leurs cultures » et que les outils des charpentiers de marine marquisiens « étaient ingénieusement faits de nacre, leurs embarcations bien construites » – car, sensible aux choses de la mer, il s’y était intéressé de près [16 : 138 ; 17 : 142, 151-152 ; 23 : 194 ; 41 : 350].

14Il conclut donc que, si ces « ignorants » avaient des connaissances, c’était qu’ils les tiraient d’ailleurs, de la grande terre, habitée par des gens plus « civilisés », et qui ne pouvait pas être bien loin, puisque leur lacune majeure, et incontournable, était celle de la navigation en haute mer. D’ailleurs, dit-il, « certaines choses que j’ai vues dans ces îles alimentent ces soupçons ». Les Océaniens étaient tous différents les uns des autres, et il vit même – ou crut voir – des nuances entre les habitants des îles Marquises : ceux de Hiva Oa avaient « le teint des mulâtres », tandis que ceux de Fatuiva étaient « les plus clairs de tous ». Grâce à ce « signe infaillible du commerce et de la communication avec d’autres gens », la boucle était bouclée, et la démonstration achevée : ils étaient bien venus d’ailleurs, d’un ailleurs encore inconnu – sauf de lui-même.

15On sait aujourd’hui que tous les hommes de la Mer du Sud ont la même origine et que le peuplement du Grand Océan s’est fait depuis l’Asie du sud-est, d’où furent effectivement importés les porcs, les volailles et les arbres à pain, comme le capitaine Quirós en avait eu l’intuition. Pour être tout à fait moderne, il lui manqua de croire à leurs prouesses nautiques – mais cela peut se comprendre : après avoir assisté à la perte corps et biens de plusieurs navires (75 % de pertes humaines dans le voyage de 1595), survécu au rationnement, au scorbut, aux naufrages et aux tempêtes, traversé d’immenses déserts marins sans carte, il ne pouvait pas imaginer que les Océaniens aient réalisé de telles odyssées. D’ailleurs, de nos jours encore, une certaine incrédulité persiste : parcourir de telles distances contre les alizés ne semble toujours pas évident, et on peut lire parfois que les Océaniens n’atteignirent ces archipels si éloignés de leur point de départ que par accident, emportés à la dérive par des tempêtes, même si on considère établi que les marins d’autrefois profitaient des vents d’ouest de la saison des pluies, pendant l’été austral, pour gagner vers l’est, tout en étant sûrs de pouvoir faire demi-tour lorsque ceux-ci se remettraient à souffler dans leur direction habituelle.

16Le capitaine Quirós se sentait dans le sens de l’Histoire : les Océaniens étaient venus d’ailleurs, en avaient apporté des plantes, des animaux, des techniques, des gènes, et lui-même continuerait ce mouvement.

Les projets

17Puisque l’existence de ce « Paradis » ne faisait aucun doute, il considérait de son devoir – et de celui de son souverain – de procéder sans tarder à sa colonisation, qui consisterait en une double pénétration : il fallait à la fois le faire entrer dans le monde occidental et chrétien, et y implanter cette même société.

18Il souhaitait cependant que cela fût radicalement différent des drames qui avaient eu lieu en Amérique, dont il fit, à de très nombreuses reprises (dans plus de dix de ses Requêtes), une critique féroce – qui lui valut bien des inimitiés dans les hautes sphères du pouvoir –, illustrée en particulier par le discours imaginaire qu’il met dans la bouche d’un Indien s’adressant aux Espagnols, et qui semble annoncer le Supplément au Voyage de Bougainville de Diderot [40 : 302-303]. Il voulait en particulier épargner à sa population la tragique baisse démographique qu’avaient connue le Mexique et le Pérou après l’arrivée des Conquistadors, qui avaient, dit-il, maltraité et « tondu » les Indiens – il estimait que « si les îles de la Mer du Sud sont [aujourd’hui] très peuplées, c’est que nous ne nous y sommes pas encore installés... ». Il envisageait pourtant leur occupation, qu’il voyait comme une nouvelle chance que la Providence offrait à l’Espagne de tirer les leçons du passé et de réussir dans une « nouvelle république », ce qu’elle avait si dramatiquement manqué ailleurs. Ne reculant devant aucune contradiction, il insistait sur son intérêt matériel car « c’était un deuxième “Nouveau Monde”, plus riche encore que l’Amérique » – précisant toutefois : « cet argument me remplit de honte, mais je me sers de tout ce qui peut être utile [à convaincre le roi]. » [4 : 53 ; 37 : 269 ; 40 : 281, 302, 342 ; 42 : 361 ; 47 : 387].

19Il bâtit donc des projets, précis et fort réfléchis. Puisque la présence espagnole sur un territoire quelconque ne se justifiait, dit-il, « ni par la raison ni par la justice », il gagnerait « l’adhésion des indigènes par la douceur » : s’il ne pouvait se passer de soldats, il éviterait d’emmener des êtres « aux mœurs corrompues, présomptueux, arrogants et attachés à leurs propres intérêts » – faisant clairement référence aux militaires qu’il considérait responsables des drames survenus aux Marquises et à Santa Cruz en 1595, et qui faillirent lui coûter la vie –, et insistait pour être autorisé à choisir lui-même « des hommes de science, d’expérience et de conscience ». Il rédigea ainsi de longues listes où figuraient des artisans de tous les corps de métier (forgerons, maçons, charpentiers, tonneliers, architectes, médecins ou apothicaires) nécessaires à la vie quotidienne d’une ville espagnole.

20Ces énumérations incluaient aussi des individus plutôt inattendus au sein d’une expédition coloniale : des peintres, des sculpteurs, des musiciens, des professeurs de chant, des mathématiciens, des écrivains ou des imprimeurs. Car il s’agirait de « bannir l’ignorance » : il construirait des écoles et des universités, où les jeunes indigènes s’instruiraient en lisant des ouvrages portant « sur les choses naturelles et sur les grands hommes, bien meilleurs que les livres de fiction », et qui seraient imprimés sur place. Quant à l’évangélisation, dont il dénonçait également l’absence de résultats en Amérique, ses projets se concrétiseraient par des hôpitaux, des séminaires et des églises, où les enfants seraient conduits vers le sacerdoce et où on dirait « des millions de messes », à la charge de frères de l’ordre de Jean de Dieu, de franciscains et de dominicains, semblables aux douze Apôtres qui avaient transformé les « gentils » en chrétiens [28 : 218 ; 35 : 262-265 ; 40 : 305, 308, 315, 343-344].

21Il expliqua clairement que tout cela visait à ce que les Océaniens cessent d’être ce qu’ils étaient, et à en faire de « nouveaux Espagnols pour ce qui est du style de vie », qui cultiveraient leurs propres arbres fruitiers et ceux qu’on importerait d’Espagne, deviendraient « des commerçants, paieraient des impôts, [...] auraient oublié leurs coutumes, leurs vêtements et leur langue » et adopteraient des mœurs « civilisées » [40 : 315-316] : comment mieux définir ce qu’on appelle aujourd’hui l’assimilation ?

22Ses projets eurent peu d’écho à la Cour, mais ne tombèrent pas dans l’oubli : tout au long du xviie siècle, des religieux s’adressèrent aux rois Philippe III et Philippe IV, aux papes Urbain VIII et Grégoire XV ou à des congrégations, incluant des copies de ses écrits, dans l’espoir de les appliquer dans la Mer du Sud. Pour ce qui est du xviiie siècle français, on notera qu’en 1756, Charles de Brosses reprit de nombreuses pages du capitaine Quirós dans son Navigations aux Terres Australes ; qu’en 1763, furent publiés des Mémoires touchant l’établissement d’une Mission Chrestienne dans le Troisième Monde... la Terre Australe..., par Jean Paulmier de Courtonne, de la Cathédrale de Lisieux ; qu’en 1769, Pierre Cureau de la Chambre évoquait les « terres Australes fraîchement découvertes » dans son Panégyrique de la Bienheureuse Rose de Sainte-Marie de Lima du Pérou ; et que la même année vit la publication de Mémoires touchant l’Établissement d’une Mission Chrétienne dans la Terre Australe, par Cramoisy.

  • 7 Rodríguez, M., Les Espagnols à Tahiti, Société des Océanistes, no 45, 1995.

23Enfin, bien que les missionnaires catholiques que le vice-roi du Pérou envoya à Tahiti en 1774-1775 se soient heurtés à la radicale altérité des deux cultures, à laquelle ils n’étaient évidemment pas préparés, et que leur séjour d’un an se soit soldé par un échec sur le plan strictement religieux, leur mission était bien dans la droite ligne des desseins du capitaine Quirós7 (de Brosses, 1967 ; Schaub, 2003).

Et toujours une certaine vision de l’autre

24La différence entre ce que le capitaine Quirós projetait et ce qui s’est effectivement passé dans le Pacifique semble parfois bien ténue : la catastrophe démographique ne fut pas évitée, les richesses naturelles furent exploitées par des individus « aux mœurs corrompues », des hommes « présomptueux » stigmatisèrent l’« ignorance » qui régnait dans les îles ; on ouvrit des églises, des écoles et des universités, et l’acculturation est aujourd’hui une réalité : on y paye des impôts et on consomme parfois plus volontiers des fruits importés que ceux du fenua. Quant à la renaissance des coutumes et des langues, qui furent effectivement sur le point de sombrer dans l’oubli, elle est encore bien récente.

25Ce grand marin-explorateur-découvreur n’est certes pas un ethnologue ou un historien qui se serait intéressé aux peuples du Pacifique pour le plaisir de l’esprit. Prisonnier des préjugés de son temps, autant que traumatisé par ses expériences maritimes, il fut incapable même d’imaginer que les Océaniens fussent les grands navigateurs que l’on sait maintenant, et certains de ses propos ne laissent pas de choquer l’honnête homme contemporain, car même l’historien a encore souvent du mal à ne pas juger les événements qu’il étudie, et à ne pas les voir à l’aune de la pensée et des connaissances d’aujourd’hui.

26Il ne parvient pas toujours non plus à se défaire d’une certaine malveillance totalement gratuite, et fort courante, qui fait écrire par exemple à l’universitaire reconnu que « bon nombre de ces colons espagnols [étaient] sortis des lupanars et des prisons » (ce qui n’est pas exact, mais fait toujours son effet), qu’à leurs yeux, « ces magnifiques créatures [les Marquisiens] étaient impures et entachées d’une laideur intérieure » et que la plupart d’entre eux « tuaient parce que le fait que les indigènes étaient autres soulageait leur conscience du devoir de les traiter comme eux-mêmes » (ce que contredisent totalement les propos du capitaine Quirós, qui, s’il ne perçoit pas leurs capacités nautiques, admire leur beauté, apprécie leur sens du religieux, prise leur ingéniosité technique, et ne les voit certainement pas comme « autres », puisqu’il rappelle qu’« il n’y a eu qu’un seul Adam »), ou qu’à Tahuata, « les moines balancèrent leurs encensoirs, [...] et s’agitèrent autour d’un autel » (mais comment des prêtres catholiques n’auraient-ils pas souhaité faire entrer, au moins symboliquement, cette nouvelle terre dans leur monde chrétien, en y disant une simple messe ?).

27Ces lignes, publiées récemment à Papeete, ne diffèrent guère de tout ce que produisit dès le xvie siècle la Leyenda Negra, dont la vaste diffusion a été si bien étudiée par Joseph Pérez – car la propagande et la désinformation se répandirent dans tout le monde occidental aussi vite que les renseignements sur les îles du Pacifique s’y étaient propagés (Dening, 1999 ; Pérez, 2009).

28La théorie que le capitaine Quirós élabora sur le voisinage culturel des Océaniens n’existait que parce qu’elle était destinée à servir son désir d’organiser un nouveau voyage – qui échoua pour des raisons politico-économiques qui le dépassaient. Il n’en reste pas moins qu’il eut des intuitions troublantes, que ses observations sur les points communs, dus à la communication géographique, entre les Marquisiens, les Salomonais et les Philippins, par exemple, étaient fondées, ou que ses visions d’avenir de ce que produirait la mondialisation dans le Pacifique se sont dans l’ensemble révélées justes. Pour ce qui concerne les archipels de l’actuelle Polynésie française qu’il parcourut, les Marquises et les Tuamotu, on retiendra la générosité de la nature, la beauté et la noble allure de leurs habitants, leur curiosité à l’égard des étrangers, leur accueil généreux et sympathique, toutes choses qui n’ont pas disparu aujourd’hui, où les responsables polynésiens des médias et de l’industrie du tourisme parlent toujours de « Paradis ».

Bibliographie

Références bibliographiques

Baert, A., Le Paradis Terrestre, un mythe espagnol en Océanie, Paris, L’Harmattan, 1999.

Brosses (de), C., Navigations aux Terres Australes, Paris, 1756, éd. fac simile 1967.

De Covarrubias, S., Tesoro de la lengua castellana o española, Madrid, 1611.

De Ercilla, A., La Araucana, Madrid, 1569-1589.

Dening, G., Marquises, 1774-1880. Réflexion sur une terre muette, Papeete, édition de l’Association Éo Enata, 1999.

Fernández de Quirós, P., Histoire de la découverte des Régions Australes, Paris, L’Harmattan, 2001.

Girodet, J., Pièges et difficultés de la langue française, Paris, Bordas, 2007 (2 vol.).

Pérez, J., La légende Noire de l’Espagne, Paris, Fayard, 2009.

Schaub, J.-F., La France espagnole. Les racines hispaniques de l’absolutisme français, Paris, éd. du Seuil, 2003.

Notes

1 Publié sous le titre « Du continent austral au paradis terrestre. Une vision espagnole des peuples océaniens des xvie et xviie siècles ».

2 Meyer, J., L’Europe et la conquête du Monde, Paris, Armand Colin, 1996, p. 181.

3 Galéano, E., Les veines ouvertes de l’Amérique latine. Une contre histoire, Paris, Plon, 1981, p. 30.

4 Requêtes no 23 et 53, pp. 194 et 432, in P. Fernández de Quirós : Memoriales de las Indias Australes. Dorénavant indiquées entre crochets, par leur numéro et leur page de l’édition de Madrid, Historia 16, 1991.

5 Enquêtes administratives in Austrialia Franciscana, VI, Madrid, 1965, pp. 93 et 123 ; Pedro Fernández de Quirós : Histoire de la découverte des Régions Australes, op. cit., p. 50-54, 230 et 243.

6 Histoire..., op. cit., p. 274-283.

7 Rodríguez, M., Les Espagnols à Tahiti, Société des Océanistes, no 45, 1995.

Auteur

Docteur, agrégé d’espagnol, membre de l’Asociación Española de Estudios del Pacífico et de l’AsociaciónInternacional de Caminería Hispánica, ses recherches portent sur les premiers voyages espagnols à travers le Pacifique.

© CNRS Éditions, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540