Version classiqueVersion mobile

La formation de l’Irak contemporain

 | 
Pierre-Jean Luizard

Annexes

Annexe II. Les accords Sykes-Picot (mai 1916)

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Selon les termes de cet accord tenu secret, l’Arabie turque était divisée en zones d’influence britannique et française. Les vilayets de Baghdâd et de Basra formaient une zone rouge, attribuée à la Grande-Bretagne, la Syrie côtière, le Liban et la Cilicie, un zone bleue, réservée à la France. Dans leur zone d’influence respective, les deux puissances avaient le droit « d’établir tel contrôle qu’elles jugeraient approprié » en accord avec l’État ou la confédération d’États arabes. Quant au vilayet de Mosul, il était divisé en deux, les deux principales villes, Mosul et Kirkûk se trouvant respectivement dans les zones A et B d’un territoire où il était convenu qu’une confédération d’États arabes indépendants sous l’autorité du chérif Ḥusayn pourrait s’établir, la France ayant un droit de regard sur la zone A (la Syrie et Mosul) et la Grande-Bretagne sur la zone B (Kirkûk et la Transjordanie jusqu’à Ἀqaba). La France et la Grande-Bretagne avait « un droit de priorité sur les entreprise...

© CNRS Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search