Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La mondialisation de la communication

 | 
Paul Rasse

Présentation générale

De la Méditerranée aux univers numériques, une brève histoire de la mondialisation de la communication

Paul Rasse

Texte intégral

1Il est de plus en plus difficile d’imaginer ce qu’était un monde sans moyens de communication, sans route, sans réseau connecté. Un monde où les communautés étaient contraintes de vivre en autarcie, de produire sur place l’essentiel de ce qui était nécessaire à leur existence quotidienne parce que tout devait être transporté par de mauvais chemins, à dos d’homme ou de bête qu’il faut abreuver, nourrir, héberger chaque jour.

2Les historiens ont trop souvent tendance à négliger le coût des transports. Tant que l’on en reste à l’histoire des élites, la question ne se pose pas. Depuis toujours, elles voyagent sur des chaises à porteur, à dos d’homme ou de cheval, sur des navires à voile ou des galères à rame, le coût énergétique de leurs déplacements ne compte pas ; mieux il est à la mesure de leur puissance. Mais dès lors qu’il s’agit des échanges concernant l’ensemble des populations, les dépenses d’énergie vitale nécessaires aux déplacements doivent rester faibles, car toutes les forces sont déjà mobilisées pour produire et assurer les conditions d’existence de la société. Par exemple, les économies d’échelle que permet la spécialisation des artisans employés à des fabrications de plus grande série, doivent rester inférieures à la mobilisation de forces qu’exige le transport nécessaire à leur approvisionnement et la distribution de biens produits en masse.

3Ce principe va nous conduire à distinguer deux grandes révolutions des moyens de communication. Attention, ce n’est pas l’invention technique qui les définit mais la dynamique sociale qu’elles suscitent. En effet comme le défend D. Wolton, « Il faut débusquer l’idéologie technique qui réduit la communication à la technique, et produit une fausse hiérarchie entre nouveaux et anciens médias » (Wolton, 2000). La première est celle des transports, au xixe siècle, avec le train et les steamers à vapeur ; la seconde, celle de la connectique*, vient tout juste de commencer, si bien que nous avons encore du mal à en prendre la mesure alors qu’elle bouleverse déjà nos existences, notre conscience du monde et de l’autre. Mais le monde de l’autre existe-t-il encore, alors que les nouveaux médias brassent les cultures comme jamais auparavant, et que nos univers digitalisés sont de plus en plus virtuels ? C’est à cette histoire et ses conséquences qu’est consacré cet Essentiel d’Hermès.

Pauvreté et dynamique des premiers moyens de communication

4On a tous en tête les représentations des premières grandes routes commerciales, celle de la soie depuis Xi’an ou Lanzhou en Chine à travers les hautes montagnes de l’Asie centrale, vers l’Inde et la Perse, celle de l’ambre depuis les bord de la mer Baltique en Estonie par l’Europe orientale jusqu’à la Méditerranée, celle de l’encens encore et de la myrte à travers les déserts depuis la corne arabique vers la Méditerranée. On oublie que le transport était si long et hasardeux, mobilisait tant de moyens, qu’il était réservé à des marchandises précieuses, légères auxquelles on assignait souvent des vertus médicales, magiques. Ce qui en faisait à l’arrivée des produits d’un luxe fabuleux, réservés aux élites aristocratiques des grandes civilisations de l’Antiquité. On parle aussi beaucoup des fameuses grandes voies romaines, tant vantées pour leur efficacité ; mais elles étaient avant tout des routes militaires, toujours en cours de réparation, toutes en côtes et en pentes, parce que pour des raisons stratégiques elles suivaient les crêtes, ce qui les réservait pour l’essentiel aux armées et aux scribes de l’Empire, au maintien de l’ordre, à l’administration et à la levée de l’impôt.

  • 1 Au mieux de l’empire, les navires mesuraient entre 25 et 30 m de long, 5 à 7 de large et pouvaient (...)

5En fait, les seules voies de communication un peu performantes, permettant de transporter des marchandises et des hommes en quantité, se sont édifiées sur l’eau. Les premières civilisations sont nées le long du Nil, de l’Euphrate et du Tigre, trois fleuves relativement faciles à naviguer, qui ont permis d’unifier de vastes pays. Avec la mer, les moyens de communication changent de dimension. Ils participent à la dynamique des civilisations cosmopolites*, faites de la rencontre entre différents empires. Ce n’est pas par hasard que la Méditerranée est devenue le berceau des premières grandes civilisations occidentales de l’Antiquité ; elle se trouve au centre de pays et de terroirs diversifiés qu’elle a permis de mettre durablement en relation. Ce sont les peuples de la mer Égée, poussés par un cabotage d’îles en îles, qui auraient révolutionné cette navigation embryonnaire en développant des bateaux allant à rame et à voile, carénés, mais surtout munis de quilles. Les historiens y voient l’ancêtre des lointains navires phéniciens et grecs ; les premiers pouvaient transporter jusqu’à 36 tonnes de denrées commerciales, les seconds jusqu’à 120 tonnes. L’essor de la navigation a fait de la Méditerranée le premier vrai réseau de communication1. L’Égypte, la Mésopotamie, l’Asie mineure, Mycènes, la Crète, deviennent cosmopolites, et la Méditerranée un espace économique utilitaire.

  • 2 Braudel, F., « L’espace et les hommes », op. cit., p. 79.

6À partir des voies de communication fluviales et maritimes se développent des villes, non plus seulement de gros bourgs qui organisent le troc entre villages, mais des agglomérations structurées dans une tout autre perspective, celle du négoce et de la spéculation. Leur tête est ailleurs, dans la conscience de cet « ailleurs » et des avantages que ces civilisations auraient à tirer des différences que les unes et les autres cultivent laborieusement. Tel bien, ici si rare et prisé, est produit en abondance là-bas ; telle façon de faire là-bas serait bien utile ici aussi. Bientôt, les cités accumulent la richesse, et par conséquent, les possibilités d’investir, de se lancer dans d’autres entreprises qui élargiront davantage encore leur pouvoir d’action. Comme il faut contrôler, comptabiliser, garder la mémoire de toutes les transactions, l’écriture vient à point. Rudimentaire et d’un usage compliqué d’abord, réservée aux princes et aux scribes qui leur sont attachés, elle se simplifie à partir du xe siècle av. J.-C. Dans les palais des princes et des riches marchands débordant sur la ville cosmopolite, une extraordinaire culture d’échanges se met en place, qui brasse les modes et les goûts, les religions et les connaissances2.

7Viennent ensuite les Grecs. La civilisation hellénistique étend son influence culturelle à toute la Méditerranée. Reviennent les Égyptiens, puis arrivent les Étrusques qui préparent l’Empire romain. La Méditerranée devient cet immense espace de communication qui fera la dynamique de l’Antiquité.

Des voyages épuisants et limités

  • 3 Durant tout xvie siècle, calcule Braudel, le voyage de pèlerins, Venise, Terre sainte prenait en mo (...)

8Mais attention, cette circulation restera toujours coûteuse. La construction et l’entretien des navires épuisent les hommes et les forêts. La Méditerranée, sous ses apparences soyeuses, est une mer capricieuse. Elle se fâche brusquement, si bien que, même aux meilleurs moments de Venise, la navigation est interdite durant tout l’hiver. Le voyage Alexandrie - Marseille se fait, au mieux, en trente jours de navigation3, il faut ensuite décharger et recharger les bateaux, sans compter l’acheminement et la distribution de la cargaison par voie terrestre, ce qui est encore une autre affaire. En définitive un navire peut espérer faire deux ou trois aller - retour par an. On imagine quel devait être le prix des denrées, une fois parvenues à bon port (quand elles échappaient aux tempêtes et arrivaient en bon état), car il faut amortir le navire, son entretien et la rémunération de son équipage sur ces deux ou trois voyages. À cela s’ajoute encore la livraison jusque dans les terres, le conditionnement, la fabrique des amphores qui ne pouvaient servir qu’une seule fois, car il était impensable de les ramener vide.

Des échanges réservés aux élites

9En définitive, entre les villes, dans l’économie « monde », ne circulent que des produits de luxe ou d’usage exceptionnel, servant au prestige et au plaisir des élites, à leur domination symbolique ou militaire. De plus, les réseaux de communication n’irriguent que les sociétés établies à leurs abords, les villes des bassins fluviaux ou les ports, laissant d’immenses espaces vides, repliés sur eux-mêmes, à l’écart du temps et du monde. Et quand les grandes civilisations s’effondrent sous le poids des déséquilibres et des convoitises qu’elles suscitent, les pays se referment sur eux-mêmes. Les villes, quand elles demeurent, s’étiolent, s’enclosent de murs, se replient sur leur région, comme les villages sur leur territoire et les familles sur l’autarcie. Et déjà, d’une vallée à l’autre, on ne se comprend plus ; les langues divergent, tout comme les traits culturels ou les modes de vie. Chaque communauté ne doit plus alors compter que sur elle-même pour assurer ses conditions d’existence en s’efforçant d’exploiter au mieux son environnement immédiat.

10Dans la quatrième de ses Dix-huit leçons sur la société industrielle, Raymond Aron reprend la proposition de Paul Valéry selon laquelle Napoléon Bonaparte mettait à peu près le même temps que Jules César pour aller de Paris à Rome, autrement dit que depuis l’Antiquité, les moyens de communication n’avaient quasiment pas évolué en dépit d’importantes améliorations techniques comme le cerclage des roues de chariot, ou le palonnier pour l’attelage en ligne (Daumas, 1992, p. 5 ; Braudel, 1988, p. 372). « Que ce soit en Europe, aux USA ou en Chine, que ce soit avec des chevaux, des voitures, des bateaux, ou des coureurs à pied, s’exclame Braudel, il est de règle de faire au plus 100 km par 24 h » (Braudel, 1988, p. 372).

La révolution des moyens de transports

11Cependant, un processus est en marche. Les crises, les décadences, les ruptures, même quand elles durent des siècles, n’arrêtent pas le cours de l’histoire : l’essor inexorable des moyens de communication qui nouent les économies et les sociétés entre elles. Il faut des siècles, mille ans, pour rassembler les civilisations de la Méditerranée et les tenir dans la Pax romana, avant que ne s’effondre l’Empire, incapable d’assumer les réseaux* de communication devenus indispensables à son existence. Il faut mille ans encore pour refermer le grand trou noir mérovingien et sentir le frémissement d’une mutation qui n’adviendra qu’avec la machine à vapeur.

12Le train et les steamers à hélice représentent la première grande révolution, celle qui va rendre les coûts de transport acceptables, dynamiser l’Occident, l’engager dans une profonde mutation en dépit de deux guerres apocalyptiques. En un demi-siècle, l’Occident, du moins la France et l’Europe, se couvre d’un réseau de chemins de fer, et bientôt les routes relient chaque village aux gares, et chaque gare aux ports. Les conditions technologiques ouvrent la voie à un changement radical ; marchandises et hommes commencent à voyager d’un bout à l’autre des nations, puis des empires, avec régularité et à des coûts suffisamment bas pour être accessibles à tous.

  • 4 Théry, E., Le Péril jaune, Paris, Félix Juven, 1901, p. 308, cité par Berger, S., Notre première mo (...)

13En 1912, il ne faut plus que 5 jours et demi pour traverser l’Atlantique, alors qu’un siècle plus tôt, le même voyage durait encore 45 jours. À l’intérieur des pays moins développés, en Argentine, en Uruguay, dans les colonies, l’implantation de voies de chemin de fer ouvre d’immenses espaces à la régularité des transports et aux opportunités commerciales qui les accompagnent. En 1901, un économiste alors renommé, Edmond Thercy, écrit : « En ce qui concerne spécialement l’Extrême-Orient, le canal de Suez, les grands steamers à marche rapide et la concurrence des frets – sans parler de l’influence prochaine du Transsibérien – ont décuplé la vitesse de circulation des marchandises, assuré leur livraison avec une régularité presque mathématique et réduit leurs frais de transport dans des proportions telles que leur prix de revient – surtout lorsqu’il s’agit de produits manufacturés – n’en peut plus être sensiblement affecté. »4

14Les moyens de transport permettent désormais d’une part, d’approvisionner d’immenses usines qui produisent à la chaîne, en masse et à moindre coût, des objets standardisés de grande consommation, et d’autre part, de les distribuer, de les acheminer un peu partout dans le monde pour les commercialiser. Pour avoir imaginé la fabrication d’une automobile rudimentaire mais accessible aux classes moyennes, en poussant à son paroxysme la division des tâches et en jouant au mieux des économies d’échelle permises par la production en masse d’objets standardisés, Henry Ford symbolise ce passage où le règne de la marchandise industrielle s’étend à la vie quotidienne des populations et à la société tout entière.

15Le fordisme excelle dans la fabrication en grande série et à coût dégressif d’objets domestiques, notamment de récepteurs télévisuels, d’appareils phonographiques, informatiques, dont l’usage se simplifie en même temps que leur coût baisse, pour les rendre toujours plus accessibles à des fractions toujours plus larges de population (Ortoleva, 1995 ; Miège, 1996). Pour les alimenter, des conglomérats se structurent en industries culturelles qui contrôlent l’ensemble de la production. La presse à grand tirage, le cinéma, puis la télévision et autres industries culturelles de plus en plus puissantes concentrent les moyens d’expression dans quelques immenses entreprises, conçues, aménagées, spécialisées pour la production de masse, accaparant l’essentiel des possibilités de financement et des réseaux de diffusion.

16Les mass media connaissent un développement formidable, parce qu’ils accompagnent, soutiennent et renforcent les nouveaux modes de vie. Comme l’automobile à partir des années cinquante, l’informatique et le téléphone portable plus tard, ils répondent parfaitement aux exigences de la fabrication industrielle ainsi qu’aux aspirations des populations, tout comme aux nouveaux modes de vie de la société fordienne. Ils se glissent dans les interstices, dans les fissures provoquées par les mutations sociales, et finalement les font éclater jusqu’à réorganiser à leur avantage toute la vie quotidienne.

17Le développement des banlieues est facilité par la voiture qui devient progressivement indispensable. Face aux contraintes astreignantes des transports ferroviaires collectifs, elle symbolise la liberté retrouvée. Elle permet le lien entre les différents lieux d’existence de la famille : le travail, les loisirs, le supermarché, le logement, qui peuvent désormais s’éloigner les uns des autres pour être rationnellement organisés sur le modèle fordien. La télévision vient à point pour remplir le vide créé par l’affaiblissent des formes denses de la sociabilité urbaine antérieure, en même temps qu’elle contribue à leur affaiblissement en offrant un exutoire à la solitude grandissante (Wolton, 1993). La famille devient la cible privilégiée de la publicité, prégnante, qui distille insidieusement une morale du couple atomisé, standard. Plus que cela encore, elle devient le réceptacle où se réalise la consommation et se révèlent les bienfaits de la société fordienne de masse, d’abondance et de loisirs. Peu importent les journées harassantes, dispersant la famille aux quatre coins de la ville, les transports bondés, les courses au supermarché anonyme, puisqu’au bout de la banlieue se trouve le foyer, puisque le repas dans la cuisine ou la salle à manger et la télévision – qui offre alors seulement deux ou trois chaînes – au salon la recomposent et la rassemblent chaque soir (Wolton, 1993, p. 135).

  • 5 Entre 1820 et 1856 le salaire ouvrier annuel moyen oscille entre 1 500 et 2 000 euros actuels, pour (...)

18Le développement des moyens de transport, en permettant l’industrialisation de la société sur le modèle fordien, aura en un siècle bouleversé les modes de vie des populations pour entrer dans ce que l’on commence à appeler la société de consommation de masse. Comparée aux famines récurrentes des sociétés rurales, à la misère des grands centres industriels du xixe siècle, la différence (peut-on dire le progrès ?) est tellement évidente5.

La révolution connectique

19Jusqu’à ces dernières décennies, la gestion de l’information, toujours pléthorique, nécessaire au fonctionnement des sociétés modernes, exigeait de mobiliser des cohortes de bureaucrates submergés par la paperasserie, ce qui, bien sûr, coûtait très cher. Avec les progrès de l’informatique, il est devenu facile d’accumuler les données les plus brutes et les plus insignifiantes, de les organiser, de les retravailler pour les rendre utilisables. Cependant qu’elle soit « couchée » dans les livres, sur des bandes ou des disquettes magnétiques, l’information circulait encore à la vitesse des moyens de transport de l’époque (le navire, la voiture, l’avion).

20Avec le télégraphe, puis le téléphone, elle était parvenue à voyager le long de câbles à la vitesse de l’électricité, ce qui, à l’échelle de la planète, rendait cette circulation quasiment instantanée. Mais le dispositif restait rudimentaire ; pour faire communiquer entre eux deux terminaux télégraphiques, téléphoniques ou informatiques, il fallait encore les relier de bout en bout par un fil. Autrement dit, il fallait établir une série de connections permanentes ou temporaires, ajoutant les unes aux autres des portions du réseau jusqu’à relier les deux terminaux entre eux. Cette chaîne nécessitait de mobiliser des armées d’opérateurs regroupés dans d’immenses centres de tri, de façon à connecter les bonnes sources aux bons destinataires. Les progrès de la connectique et du traitement du signal permettent maintenant de mettre en relation directe toujours plus de personnes et de machines dispersées de par le monde ; ils rendent possible l’instauration de relations fréquentes, mais surtout permanentes, à un coût dégressif approchant l’infinitésimal, et donc accessible à toute forme d’entreprises comme à un nombre croissant d’individus.

21Cette fois, ce n’est plus seulement la finance, les matières premières, les objets de consommation, ou les éléments nécessaires à leur assemblage qui voyagent, mais aussi toute l’information nécessaire à leur conception, leur réalisation et leur commercialisation. La mondialisation* de la distribution et des marchés a ainsi permis de multiplier la diversité des productions, et néanmoins de pouvoir continuer à en amortir le coût, sur le principe fordien des immenses séries standardisées. Le consommateur croit avoir le choix et la possibilité de personnaliser sa consommation, même si, dans les faits, il se voit offrir un panel de produits pour l’essentiel de plus en plus identiques, mais qui ne varient plus que par le design, la couleur, la taille ou l’ajout de quelques gadgets superficiels... En dépit des apparences, la standardisation* de la production et, en aval, de la consommation comme des modes de vie qui y sont liés, s’est accrue partout, au fur et à mesure que les nouvelles technologies de l’information et de la communication rendaient possibles l’expansion du modèle fordien à de nouveaux domaines de la vie quotidienne, ainsi que son exportation dans le monde, partout où la logique capitaliste y voyait l’opportunité d’étendre son règne.

La planète enchantée par les industries culturelles
Les technologies de la communication et les industries culturelles ont bouleversé notre rapport à la culture. Les productions culturelles (films, livres, disques, etc.) et les modes de vie des pays les plus puissants deviennent une référence universelle, et les multinationales l’utilisent pour étendre leur pouvoir, pour promouvoir et vendre leurs productions fabriquées en masse, pour maintenir leur position dominante sur les marchés devenus planétaires. Le leadership culturel est aussi important que ne l’était, jusque là, la maîtrise des ressources indispensables à l’essor des empires et de l’industrie.
L’American way of life constitue un modèle pour tous, mais il n’est véritablement accessible qu’aux élites du monde, et à moindre niveau, aux catégories sociales intermédiaires qui peuvent espérer elles aussi s’élever. À défaut de pouvoir adopter l’American way of life, les autres populations peuvent acheter et consommer quelques objets prestigieux, ostentatoires, à forte connotation symbolique, dont la fabrication est sous-traitée par les industries du luxe et les grandes marques. Mais mieux que cela, les autres populations peuvent vivre le rêve américain dans des univers digitalisés de plus en plus sophistiqués. Les industries culturelles excellent dans la production et la diffusion de ces univers, commercialisés à des tarifs variables, adaptés au niveau de vie moyen des populations pour que celles-ci puissent, d’une façon ou d’une autre, y avoir accès.
Le roman représente sans doute la préhistoire des dispositifs technologiques capables d’exfiltrer le sujet hors de son quotidien pour lui permettre de s’identifier à des héros et de vivre des univers plus exaltants. Cependant, l’apprentissage de la lecture est difficile. Elle exige notamment que le lecteur fasse abstraction de son environnement pour entrer dans l’univers de l’auteur. Le cinéma est plus efficace et immédiatement accessible, sa réception dans une salle noire et silencieuse facilitant cette abstraction. Depuis, les dispositifs techniques n’ont cessé de s’améliorer avec des écrans cathodiques, puis vidéo ou plasma, toujours plus grands et plus réalistes. Les nouvelles technologies s’efforcent maintenant de prendre possession de l’ensemble de l’environnement du spectateur. Les dispositifs dolby stéréo, surrounds multichannel, distribuant le son tout autour du sujet y ont parfaitement réussi. Les expériences de projection à 180°, de cabines de simulation, s’efforcent maintenant de reconstituer des environnements kinesthésiques contrôlés, pour téléporter le spectateur individuellement dans des univers, immersifs, faits de sensations et de spectacle total.
Bien sûr, tous ces équipements sophistiqués sont encore loin d’être accessibles à tous. Mais comme cela a été le cas avec la télévision ou plus récemment avec le téléphone portable, on peut imaginer que les populations les plus pauvres, restées en marge de notre modernité, mobiliseront les moyens nécessaires pour y accéder, quitte à faire l’impasse sur d’autres dépenses. Ainsi, en Afrique, les réseaux satellitaires permettent de sauter les étapes précédentes, celles des infrastructures de transport, celle de l’électricité et du téléphone par fil, pour accéder directement aux nouveaux dispositifs de communication. Et les grands opérateurs ont intérêt à les y aider en cassant le prix des abonnements pour les rendre accessibles aux populations des pays les plus pauvres, ou en dotant richement de puissantes fondations destinées à réduire la fracture numérique.
PR

Inlassable brassage des mondes atomisés

  • 6 « Tribalisme post moderne », in Rasse, P., Midol, N., Triki, F. (dir.), Unité et diversité, Les ide (...)

22La première révolution des moyens de communication tendait à déraciner les populations et à les acculturer à la société de consommation de masse. Mais les communautés parvenaient encore, tant bien que mal, à se reformer, à se rassembler dans les quartiers ouvriers ou les banlieues en marge des bassins industriels, à transformer les plus grandes entreprises en forteresses ouvrières où elles se forgeaient une nouvelle identité. La seconde révolution, celle de la connectique, les fait exploser dans un cosmopolitisme généralisé, en tribus éphémères6 (Maffesoli, 1991). Car les systèmes de communication ne servent pas seulement à acheminer de la matière. Ils conduisent aussi au brassage des populations, à la circulation des idées et des savoirs, à la diffusion des modes de vie, des principes de travail ou des façons de consommer. Progressivement, les cultures se fondent dans un cercle de plus en plus large, jusqu’au cercle le plus large d’une culture mondiale qui tend à dominer et à devenir exclusive.

23La rationalité technologique, la standardisation des productions de masse fabriquées et distribuées à échelle planétaire, l’hégémonie des industries culturelles, la ruine des économies et des sociétés traditionnelles, l’urbanisation... conduisent inéluctablement au brassage des cultures et des modes de vie, à l’explosion de la diversité en parcelles de différences qui se combinent entre elles dans un cosmopolitisme généralisé, fertile mais épuisant. La culture mondiale devient un maelström où dominent le point de vue des plus puissants et l’intérêt des plus riches.

24Jusque-là, un voyage engageait physiquement et durablement le sujet tout entier et mobilisait tant de forces pour l’accompagner, que tout déplacement était exceptionnel. Il faut maintenant si peu d’énergie aux « clic » d’ego derrière son micro-ordinateur connecté à haut débit, pour qu’il soit tour à tour, producteur, consommateur, chercheur, flâneur, séducteur, voyeur, se déplaçant d’un bout à l’autre de la planète à la vitesse de la lumière, au fur et à mesure qu’il saute d’un site à l’autre. L’homme voyage comme jamais auparavant, même quand il reste immobile. Et quand il voyage, les univers évoluent peu : les moyens de transport, l’hôtellerie, les espaces enchanteurs conçus pour le dépaysement sont sécurisés, climatisés, confortables, de fait de plus en plus standardisés. L’homme, libre, écartelé, à l’identité incertaine et fragmentée, passe de l’un à l’autre, avant de poursuivre sa course solitaire.

  • 7 Voir par exemple : Licoppe, C., « Logiques d’innovation, multiactivité et zapping au travail », Her (...)

25Les différences atomisées ne sont plus celles des communautés, des régions, ni même des nations, mais d’hommes dispersés de par le monde, ou même de portions d’individu, des gestes, des pulsions, des bribes de connaissance, des éclairs d’intelligence, réunis ponctuellement, pour des motifs éphémères et limités en segments de consommation, en parts de marchés, en groupes de projet ou de pression, en processus de production, en chaînes d’assemblage, en communautés d’intérêts.7

Un Essentiel d’Hermès pour engager la réflexion sur les mondes à venir

  • 8 Il faut également mentionner 3 ouvrages de la collection « Les Essentiels d’Hermès » : Laulan, A.-M (...)

26Depuis sa création, la communication est la porte d’entrée de la revue Hermès pour explorer les mutations du monde. Les articles qui suivent ont été choisis parce qu’ils mettent en perspective, historique, ou géopolitique ces transformations. Ils sont notamment extraits du no 28, Amérique latine. Cultures et communication (2000), du no 30, Stéréotypes dans les relations Nord/Sud (2001), du no 32-33 La France et les Outre-mers. L’enjeu multiculturel, et du no 46, Événements mondiaux, regards nationaux. Nous pourrions encore citer beaucoup d’autres numéros qui illustrent l’importance du thème pour la revue, comme Frontières en mouvement (no 8-9, 1990), La cohabitation culturelle en Europe (1999, no 23-24) ou bien encore Francophonie et mondialisation (no 40, 2004)8.

27Il y aurait encore tant à dire de ces mondes nouveaux, planétaires dans lesquels nous nous sommes entrés ; l’objectif de cet Essentiel est d’en rappeler les origines, de pointer les étapes les plus significatives, puis d’esquisser une analyse de quelques-uns des bouleversement qu’ils induisent, avant d’aborder les horizons incertains qui se dessinent pour ceux qui auront à cœur non pas tant de les explorer que de les réfléchir. Le projet est de tenir les deux bouts, à la fois de trouver de beaux objets, de beaux corpus, où se réfractent les processus de mondialisation (qu’il s’agissent des mémoires des grands voyageurs, ou des messages de solidarité après les attentats), et parallèlement de les tenir dans une analyse plus vaste de façon à ressaisir les forces qui conduisent à ces bouleversements.

28Les deux premiers articles rappellent que la mondialisation de la communication commence avec la découverte de l’autre. Pour les armées conquérantes de l’antiquité, l’autre, le barbare, rassemble aux portes de la civilisation toutes les sociétés qui ne participent pas de la culture grecque, puis gréco-romaine, et dont la langue est réduite à des cris gutturaux, des borborygmes incompréhensibles pour l’homme civilisé. Pour les Conquistadors, il est le sauvage, à l’image de la nature et de la forêt luxuriante, si loin de la civilisation occidentale, qu’on doute même qu’il ait une âme. L’article d’Annie Baert, consacré à la première vision espagnole des peuples océaniens montre bien que les explorateurs de la Renaissance sont fascinés ; ils manifestent parfois de l’empathie ou de la compassion, mais sont prêts à se retourner à la première difficulté ou dès que se dessinent des perspectives de profits.

29Après les aventuriers, avec la révolution des moyens de transport au xixe siècle, viennent les marchands, les romanciers, les peintres et les poètes férus d’orientalisme, préfigurant les premiers touristes à la découverte des charmes de l’Orient, comme l’expliquent Mohammed Laamiri et Boussif Ouasti. De retour, les voyageurs insatiables racontent la sensualité des Levantines, tandis que les diplomates et riches arabes qui font le périple dans l’autre sens sont subjugués ou choqués par la beauté provocante et la liberté des élégantes parisiennes. La rencontre de l’autre n’est plus radicale, ni exceptionnelle ; elle s’installe, s’organise, se met en scène, comme un miroir plus ou moins déformant dans lequel chacun se contemple et se redéfinit.

30La mondialisation de la communication se poursuit après la Seconde Guerre mondiale, trouve un nouveau souffle avec l’essor des industries culturelles de masse, le cinéma et la télévision qui cristallisent les rapports Nord-Sud. Elle progresse partout inexorablement, mais la résistance s’organise passive ou active. Philip Schlesinger et Nancy Morris, expliquent comment se dessinent, se transforment et s’actualisent les stratégies de résistance en Amérique du sud.

31Désormais le pouls de la planète bat au rythme des grands évènements mondialisés par une médiatisation excessive. Arnaud Mercier étudie les conditions d’émergence médiatique d’un événement à l’échelle internationale tandis que Gérôme Truc décrypte comment il résonne dans le cœur des masses en analysant les 60 000 messages de solidarité, provenant du monde entier, recueillis à la gare d’Atocha de Madrid, après les attentats du 11 mars 2004. Dans les deux cas, il s’agit de confronter l’usage que les médias font d’un événement mondial à ce que les chercheurs en sciences sociales en retiennent.

32Enfin, Dominique Wolton revient sur la fragmentation des mass media, et le développement de l’Internet dans une approche critique des dérives technicistes qui font des innovations le moteur de l’histoire, alors qu’elles n’existent que dans leur interaction avec les populations qui s’en emparent, en inventent les usages, en même temps que celles-ci transforment leurs existences.

Bibliographie

Références bibliographiques

Braudel, F., Civilisation matérielle, économie et capitalisme xve - xviiie siècle, Tome 1, Les structures du quotidien, Paris, Armand et Colin, 1988.

Daumas, M., Le cheval de César, ou le mythe des révolutions techniques, Paris, Ed. des Archives Contemporaines, 1992.

Maffesoli, M., Le temps des tribus, le déclin de l’individualisation dans les sociétés de masse, Paris, Le livre de poche, 1991.

Miège, B., La société conquise par la communication, tome 1, Grenoble, PUG, 1996.

Wolton, D., Internet et après ? Une théorie critique des nouveaux médias, Paris, Flammarion, 1999 (poche Champs, Flammarion, 2000).

Ortoleva, P., La société des médias, xxe siècle, Paris, Casterman, 1995.

Wolton, D., Éloge du grand public, une théorie critique de la télévision, Paris, Flammarion, poche, 2003 (1993).

Notes

1 Au mieux de l’empire, les navires mesuraient entre 25 et 30 m de long, 5 à 7 de large et pouvaient emporter de 150 à 200 tonnes et jusqu’à 10 000 amphores, au Moyen Âge les naves de Raguse pouvaient embarquer jusqu’à 1 000 tonnes (Braudel, F., « L’espace et les hommes », L’aube, in Braudel, F. (dir.), La Méditerranée, Paris, Arts et métiers graphiques, 1988, p. 54-57). Mais les gros bateaux restent une exception, dit encore Braudel ; en Méditerranée au xvie siècle, les capacités de transport des navires n’était en moyenne que de 75 à 200 tonnes par bateaux (Braudel, F., La Méditerranée et le monde méditerranéen à l’époque de Philippe II, volume 1, Paris, Armand Colin, 1987 (1re éd. 1949), p. 278).

2 Braudel, F., « L’espace et les hommes », op. cit., p. 79.

3 Durant tout xvie siècle, calcule Braudel, le voyage de pèlerins, Venise, Terre sainte prenait en moyenne 43 jours à l’allée et 93 au retour. Braudel, La Méditerranée..., op. cit., p. 243.

4 Théry, E., Le Péril jaune, Paris, Félix Juven, 1901, p. 308, cité par Berger, S., Notre première mondialisation, Paris, Seuil, 2003, p. 23.

5 Entre 1820 et 1856 le salaire ouvrier annuel moyen oscille entre 1 500 et 2 000 euros actuels, pour 3000 h de travail par an, soit environ le double des heures travaillées aujourd’hui. À la fin de la Seconde guerre mondiale, il était de 3 800 euros actuels, pour atteindre 12 500 euros en 1976 (Marchand, O., Thélot, C., Le Travail en France, 1800-2000, Paris, Nathan, 1997, p. 24).

6 « Tribalisme post moderne », in Rasse, P., Midol, N., Triki, F. (dir.), Unité et diversité, Les identités culturelles dans le jeu de la mondialisation, Paris, L’Harmattan, 2002, p. 141 et suiv.

7 Voir par exemple : Licoppe, C., « Logiques d’innovation, multiactivité et zapping au travail », Hermès, no 50, Communiquer – innover. Réseaux, dispositifs, territoires, Paris, CNRS Editions, 2008, p. 171 et suivantes.

8 Il faut également mentionner 3 ouvrages de la collection « Les Essentiels d’Hermès » : Laulan, A.-M., Oillo, D. (dir.), Francophonie et mondialisation, 2008 ; Ollivier, B. (dir.), Les identités collectives à l’heure de la mondialisation, 2009 et Nowicky, J. (dir.), La cohabitation culturelle, 2010.

Auteur

Coordinateur de l’ouvrage. Professeur à l’Université de Nice Sophia-Antipolis, directeur du laboratoire des Sciences de l’Information et de la Communication I3M, et directeur du master professionnel Médiation et Ingénierie Culturelle. Il a publié une dizaine de livres et de nombreux articles scientifiques dans les domaines de l’anthropologie de la communication, sur les cultures savantes et populaires, la médiation dans les musées et le théâtre, l’ingénierie culturelle, les identités face à la mondialisation, la communication scientifique...

© CNRS Éditions, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540