Version classiqueVersion mobile

La formation de l’Irak contemporain

 | 
Pierre-Jean Luizard

Livre VI. La révolution de 1920

C. - La révolution de 1920, un mythe diversement interprété

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

La révolution de 1920 ne fut pas une révolution nationaliste. Comment aurait-elle pu l’être alors que la conscience nationaliste arabe se limitait à quelques notables, hommes politiques et officiers, la plupart de ces derniers ayant alors rejoint Fayṣal en Syrie ? La société des trois vilayets demeurait encore largement ce qu’elle était à l’époque ottomane : une mosaïque de communautés dont les liens réciproques n’illustraient encore aucune entité commune. De fait, trois communautés ethniques, les Arabes, les Kurdes et les Persans, et deux communautés religieuses, les chiites et les sunnites, participèrent au soulèvement à des échelles différentes.

La révolution de 1920 fut toutefois la première manifestation majeure d’une forme d’identité nationale irakienne. A ce titre, elle devait jouer un rôle important dans la mythologie politique du pays et, plus tard, être la référence de l’ensemble de l’opposition à la monarchie et des forces hostiles aux Britanniques.

La révolution de 1920 ex...

© CNRS Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search