Version classiqueVersion mobile

La cohabitation culturelle

 | 
Joanna Nowicki
, 
Laure Anghel
, 
Stelio Farandjis

Glossaire

Texte intégral

1Les mots qui figurent dans le glossaire sont signalés par un * dans le texte.

2Choc de civilisations : concept venu dans la langue française de l’anglais (clash of civilisation) avec une connotation bien plus forte en français. Perçu en France comme dangereux car pouvant fonctionner comme une prophétie auto-réalisatrice, on lui préfère d’autres expressions comme par exemple « confrontation des paradigmes* culturels ».

3Cohabitation culturelle : terme neutre qui implique le respect des identités et la communication établie entre les personnes issues des cultures différentes.

4Commonwealth of Nations : constitué à la fin du xixe siècle pour fédérer, autour de la couronne britannique, des territoires appartenant à l’Empire ; il a évolué progressivement en un rassemblement de membres souverains. Une cinquantaine d’États ou territoires sur lesquels se sont exercées jadis la domination et la colonisation britanniques constituent le Commonwealth. Ils sont « unis comme membres libres et égaux du Commonwealth, coopérant librement dans la recherche de la paix, de la liberté et du progrès », selon la déclaration de 1949.

5Communautarisme : courant affirmant que la structure sociale se fonde sur le développement des mouvements propres à chacune des communautés ethniques d’un pays. C’est aussi un terme polémique utilisé, en France, pour qualifier le mode de vie d’une communauté minoritaire devant lequel les idéaux républicains et laïcs devraient s’effacer au nom d’un droit à la différence revendiqué par les minorités. Aux États-Unis, il prend une autre signification : c’est un mouvement de pensée qui s’est développé dans les années 1970, qui fait de la communauté (ethnique, politique, sportive, etc.) une valeur aussi importante, sinon plus que celles « universelles » de liberté. Il s’oppose alors à l’individualisme*.

6Dialogue interculturel : à différencier de la négociation et de la conversation ; dans son modèle idéal, il implique la bienveillance et la gratuité. Son but est la recherche commune de la vérité. Il doit être basé sur l’égalité parfaite des interlocuteurs. Ces conditions sont très rarement remplies dans la vie réelle. Repris aujourd’hui dans le débat public sous la forme plus générale du dialogue des cultures.

7Différentialisme : sensibilité qui insiste sur les différences culturelles plutôt que sur les ressemblances entre les ethnies, communautés ou groupes. On l’oppose souvent à la sensibilité universaliste* qui, elle insiste sur ce qui unit les personnes issues des cultures différentes au nom de la commune humanité ou au nom de la Loi. Ces sensibilités différentes peuvent avoir des répercussions concrètes lorsqu’elles deviennent politiques notamment sur des choix de modes de cohabitation dans une société donnée et conduire soit à l’assimilation, soit à l’intégration, soit à la ségrégation des étrangers.

8Diversité culturelle : ce terme désigne la diversité des cultures sur notre planète reconnue comme valeur en soi à protéger depuis la Convention de l’Unesco elle est devenue un sujet de débat politique.

9Droits culturels : droits visant à préserver la culture d’un individu et/ou d’un groupe. Le débat qui anime toutes les sociétés contemporaines sur les garanties formelles à donner à chacun pour préserver son identité culturelle. Son enjeu est le rapport complexe entre l’universalité des droits humains et la singularité de chacun. Il n’y a pas d’authentique culture de l’universel qui ne soit pas en même temps nourrie de la culture de la diversité. L’importance de la réflexion sur les droits culturels, est encore le plus souvent sous-estimée par comparaison avec les droits civils et politiques d’une part, économiques et sociaux d’autre part.

10Francophonie : ce terme renvoie à plusieurs réalités. C’est, tout d’abord, un fait linguistique : les locuteurs qui utilisent la langue française. C’est, ensuite une signification politique : la volonté de s’organiser sur le plan associatif ou diplomatique à partir du critère francophone. C’est, enfin, une notion philosophique ou spirituelle : l’idée ou, mieux encore, l’idéal de la Francophonie, tel que le président Senghor l’a exprimé dès 1962 : « un humanisme intégral qui se tisse autour de la terre, une symbiose des énergies dormantes de toutes les races et de tous les continents qui se réveillent à leur chaleur complémentaire ».

11Ghettoïsation : phénomène de concentration dans un quartier d’une minorité ethnique, culturelle, ou religieuse, par choix ou par contrainte, avec une connotation de difficulté et de ségrégation sociale, voire de réclusion, dans un environnement urbain généralement dégradé.

12Globalisation : cette notion est postérieure à celle de mondialisation*. Elle désigne, dans un sens étroit, l’interdépendance économique et financière de plus en plus forte des pays de la planète. Dans un sens plus large, elle correspond à l’ensemble des processus qui transforment les systèmes locaux, en particulier les systèmes politiques et économiques, en systèmes internationaux, dans lesquels des interactions se produisent au niveau de la planète entière. Les systèmes locaux dépendent dès lors les uns des autres.

13Individualisme : terme pluriel qui renvoie à toute théorie ou tendance qui fait prévaloir l’individu sur toutes les formes de la réalité, et qui lui décerne le plus haut degré d’importance. Mais on peut aussi bien l’opposer à l’étatisme, au collectivisme, au conformisme ou au fédéralisme. Dans le sens courant, il signifie le comportement marqué par un esprit d’indépendance. Il est souvent connoté négativement et utilisé dans le sens d’égoïsme. Ce terme est parfois confondu avec l’autonomie, qui contrairement à l’indépendance revendiquée par l’individualisme implique au contraire l’existence de règles et de liens librement consentis.

14Laïcité : respect de la liberté de conscience et de sa pratique individuelle et collective ; autonomie du politique et de la société civile à l’égard des normes religieuses et philosophiques particulières ; non discrimination directe ou indirecte envers des êtres humains.

15Mondialisation : ce mot désigne le développement de liens d’interdépendance entre les nations à l’échelle mondiale. Ce phénomène touche la plupart des domaines, mais on l’évoque surtout dans les secteurs de l’économie pour les marchés et la communication. On peut dire que cette acception est propre à la fin du xxe siècle en généralisant l’idée de globalisation*.

16Multiculturalisme : c’est un terme sujet à diverses interprétations. Il peut simplement désigner la coexistence de différentes cultures (ethniques, religieuses etc.) au sein d’un même ensemble (pays, par exemple). Il peut aussi désigner différentes politiques volontaristes, anti-discriminatoires, visant à assurer un statut social égal aux membres des diverses cultures.

17Paradigme : utilisé en particulier par Kuhn pour désigner une conception théorique dominante ayant cours à un moment donné dans une communauté scientifique, et qui fonde les types d’explication envisageables et les types de faits à découvrir. Dans le sens courant, plus souvent utilisé comme synonyme de modèle. Le mot paradigme tient son origine des mots grecs παράδ ιγµα (paradeigma) qui signifie « modèle » ou « exemple », et παραδ ιεικύναι (paradeiknunai) qui signifie « démontrer ».

18Stéréotype : ce n’est pas un concept stricto sensu mais une représentation plus ou moins générale des phénomènes sociaux. Il réduit l’individu à des traits censés être propres à sa culture d’appartenance (le Français est cartésien, l’Italien joyeux). Le stéréotype a un aspect cognitif, émotionnel et pragmatique. Il est de longue durée et offre une grande résistance au changement.

19Streaming : diffusion de flux d’images en temps réel sur des sites.

20Universalisme : l’universalisme en politique est l’affirmation que tous les groupes humains ont une nature commune. Par-delà les différences biologiques et culturelles, il existe une unité fondamentale du genre humain. Il en résulte que l’ensemble des peuples doit être représenté dans la conduite des affaires du monde.

© CNRS Éditions, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search