Version classiqueVersion mobile

La cohabitation culturelle

 | 
Joanna Nowicki
, 
Laure Anghel
, 
Stelio Farandjis

Les enjeux du plurilinguisme et de la traduction dans un monde babélisé

Michaël Oustinoff

Note de l’éditeur

Inédit

Texte intégral

1Dans Pour comprendre les médias, Marshall McLuhan (1968) ne traitait pas de la question des langues. Non par ignorance de ce que le « village planétaire » ait toujours été massivement multilingue, mais sans doute parce qu’il croyait, à l’instar de la plupart des intellectuels de son temps, en l’interchangeabilité et la transparence des langues, simples instruments au service de la pensée et d’activités plus hautes du même ordre.

2La Déclaration universelle de l’Unesco sur la diversité culturelle, adoptée le 2 novembre 2001 dans le sillage des événements du 11 septembre de la même année est venue apporter un démenti cinglant à une telle vision des choses : pour la première fois, les enjeux culturels se voient accorder de facto la même importance que ceux d’ordre politique ou économique. La déclaration affirme qu’il ne saurait y avoir de diversité culturelle sans diversité linguistique (Wolton, 2003), ce qui revient à opérer un virage à 180 degrés par rapport au modèle dominant qui s’est progressivement mis en place à la suite de la Seconde Guerre mondiale et qui consiste à faire du recours à une lingua franca universelle la panacée ultime.

  • 1 Voir De la chute du Mur à l’essor de la Chine. Le basculement du monde, Le Monde diplomatique (« M (...)

3Un tel renversement de paradigme* – que viennent accélérer de manière exponentielle les nouvelles techniques de l’information et de la communication (NTIC) – n’est pas sans poser des problèmes d’une extrême complexité, dont on ne commence qu’aujourd’hui à prendre véritablement la mesure. Il est en tout cas dorénavant impossible de réduire la question des langues à son angle purement linguistique. Elle est devenue un enjeu géopolitique majeur du monde contemporain, à analyser en tant que tel, et en termes nouveaux, notamment en raison de ce que d’aucuns n’hésitent pas à qualifier de « basculement du monde »1 dû de la montée en puissance, par exemple, des pays du BRIC (Brésil, Russie, Inde, Chine) ou d’autres aires culturelles.

Les avantages et les inconvénients du tout-à-l’anglais

  • 2 Grin, F., « Coûts et justice linguistique dans l’élargissement de l’Union européenne », Panoramiqu (...)

4La question de la diversité linguistique demande à être examinée à trois niveaux différents, selon que l’on se place à l’échelle mondiale, régionale ou locale. À chaque niveau, il est facile de faire apparaître une hiérarchisation des langues, d’ordre éminemment politique, autour de laquelle tout s’ordonne. Dans le cadre des institutions de l’Union européenne, exemple clé, il n’y a pas seulement deux cas de figures possibles : tout-à-l’anglais, d’une part, multilinguisme intégral de l’autre. François Grin distingue, en l’occurrence, ce qu’il appelle « six régimes linguistiques différents2 ».

  • 3 Depuis l’entrée de la Bulgarie et de la Roumanie dans l’Union européenne, les langues officielles (...)
  • 4 Le nombre des combinaisons est facile à calculer. Il est égal à N (N – 1), c’est-à-dire qu’il augm (...)

5Contrairement à ce qu’avancent les partisans du « régime monarchique » du tout-à-l’anglais, ce n’est pas pour des raisons économiques que le « régime panarchique » (où toutes les langues sont traduites dans toutes les autres) est impraticable, mais pour des raisons de faisabilité : avec 21 langues, il faut traduire et/ou interpréter dans 420 « directions » à la fois (du français vers le polonais, du portugais vers le hongrois, etc.)3, ce qui est actuellement techniquement impossible. Réparties sur une population d’environ 452 millions d’habitants, les dépenses en traduction correspondantes ne représentent en revanche que 5,79 Euros par personne et par an : « Il devient difficile de prétendre qu’il s’agit d’une somme excessive pour garantir que toutes les langues soient traitées sur un pied d’égalité4

  • 5 Grin, F., op. cit., 2004.

Les « régimes linguistiques » potentiels de l’Union européenne selon François Grin (N = 215)

Régime

Nombre de langues officielles

Nature des langues officielles

Directions de trad. et interprét.

Besoins d’apprentissage de langues étrangères

Monarchique

1

Une langue parmi N, par ex. l’anglais

0

anglais, par tous les non-anglophones

Synarchique

1

Une langue tierce, par ex. l’espéranto

0

espéranto, par tous

Oligarchique

k, où 1 <k <21

Sélection de k langues parmi N (par ex., anglais + français + allemand : k = 3)

6

anglais ou français ou allemand, par les locuteurs d’autres langues

Panarchique

21

Toutes les N langues présentes

420

aucun

Hégémonique

21

Toutes les N langues, dont l’une sert de pivot dans l’interprétation-relais

40

aucun

Technocratique

21

Toutes les N langues, une langue tierce servant de pivot dans l’interprétation-relais

42

aucun

  • 6 Ces transferts, qui se chiffrent en milliards d’euros, sont à la fois d’ordre quantitatif (nécessi (...)
  • 7 Grin, F., op. cit., 2004.

6À l’inverse, le régime du tout-à-l’anglais n’est pas, ainsi que le tableau pourrait le laisser croire, un système plus économique. Certes les frais de traduction passeraient de 2 618,9 millions par an (estimation la plus pessimiste) à... zéro, mais c’est oublier que « cette solution est tellement inéquitable qu’elle en devient, sur le plan distributif, inacceptable. En effet, accorder à l’anglais le statut de langue officielle unique donne lieu à cinq types de transferts6 au bénéfice de ses locuteurs natifs.7 ». Les coûts induits sont bien réels.

7L’analyse est transposable à l’échelle de la planète et des évolutions de la mondialisation*. En 2050, il n’est pas impossible que l’anglais se fasse rejoindre par le chinois, le hindi/ourdou, l’espagnol et l’arabe en haut de son piédestal, et l’on se retrouverait alors non avec une seule lingua franca dominante, mais avec plusieurs (chacune ayant sa sphère d’influence propre) sur le mode « oligarchique », à moins que ce ne soit le régime « hégémonique » qui soit préféré, avec l’anglais pour pivot (Graddol, 2000, p. 58).

  • 8 Topping, S., « Shortening the Translation Cycle at Eastman Kodak », in Sprung, R. C. (dir.), Trans (...)

8Cette diversification des langues au sommet de la hiérarchie du marché des langues (Calvet, 2002), on la retrouve au niveau des langues régionales et nationales. C’est particulièrement net dans le domaine des médias, grâce aux nouvelles technologies, que ce soit par Internet (Paolillo et al., 2005) ou par satellite interposés. La tendance, pour les chaînes à l’origine uniquement accessibles en langue anglaise (CNN, CBS, MTV, etc.), est à la multiplication des langues dans lesquelles leurs programmes se déclinent, à les « localiser » (Graddol, 2000, p. 60). Il en va de même dans le domaine de l’économie mondialisée, où le mot d’ordre est désormais no translation, no product (Topping, 2000, p. 111) : « pas de traduction, pas de produit8 ». Récepteurs et consommateurs veulent qu’on s’adresse à eux dans leur propre langue. Le paysage audiovisuel mondial est probablement appelé à devenir, de plus en plus, multilingue, le streaming* sur Internet ne faisant qu’amplifier le processus.

9On insistera cependant sur la distinction opérée par la Commission européenne entre multilinguisme et plurilinguisme, entre pays et États, etc. : la France, par exemple, est un pays multilingue, car de nombreuses langues y sont parlées (mais c’est un État monolingue, le français étant la seule langue officielle, contrairement à l’Afrique du Sud, qui en compte onze). Le plurilinguisme est, avant tout, d’ordre individuel : est plurilingue celui qui maîtrise, à des degrés divers, plusieurs langues. Par conséquent, le développement du multilinguisme est une donnée de fait de la mondialisation, dont Internet est l’illustration sans doute la plus spectaculaire : en 2000, l’anglais y était encore majoritaire (51,3 %) ; en 2005, sa part est tombée à 32 % (Graddol, 2007, p. 44). On peut s’en féliciter au nom de la diversité linguistique, mais ce n’est nullement une condition suffisante au regard du dialogue interculturel* (Debray, 2007).

Le monde anglophone de plus en plus acquis au plurilinguisme : le cas emblématique des sciences humaines

10Le multilinguisme peut en effet favoriser le repli identitaire sur soi plutôt que l’ouverture sur l’autre, si chacun s’obstine à demeurer emmuré dans sa propre langue et sa propre culture. Voilà pourquoi il faudrait se réjouir du fait que la mondialisation est en mesure d’assurer à l’anglais une diffusion comme jamais aucune autre langue n’en a connu jusqu’ici : pour la première fois dans l’histoire de l’humanité, tous les hommes seraient, à terme, en mesure de communiquer les uns avec les autres « directement ». Défense de la diversité et de l’anglais iraient, pour ainsi dire, main dans la main.

  • 9 Brown, G., English – The World’s Language, 17 janvier 2008. Transcription en ligne sur <http://www.pm.gov.uk/output/Page14289.aspw>.

11Cet argumentation est très exactement celle employée par le Premier ministre britannique Gordon Brown9 dans un document vidéo mis en ligne par le site du 10 Downing Street à l’occasion d’une visite officielle en Inde et en Chine. Il y déclare son intention de mettre à la disposition de ceux qui n’ont pas encore accès à l’anglais à travers le monde tous les moyens pédagogiques nécessaires (notamment grâce aux nouvelles technologies) leur permettant d’assimiler une langue que deux milliards de personnes seront en train d’apprendre en 2020. Le deuxième point concerne plus particulièrement l’Inde : le Premier ministre annonce le lancement d’un nouveau programme pour recruter des formateurs experts (master trainers) destinés à former pas moins de 750 000 professeurs d’anglais en Inde en l’espace de cinq ans.

  • 10 Hiddleston, S., « India can Play a “Major Role” in Global English Growth », The Hindu, 14 janvier (...)

12On reconnaît là les analyses de deux rapports réalisés successivement par David Graddol (2000 et 2007) pour le compte du British Council : le premier s’interroge sur l’avenir de l’anglais (The Future of English ?) ; le deuxième (English Next) prolonge le précédent en avançant notamment que le sort de l’anglais est étroitement lié au processus de la mondialisation et se jouera par conséquent... en Inde et en Chine. Il est en effet à prévoir que dès la première moitié du xxie siècle, l’anglais entre en concurrence avec le chinois, l’arabe et l’espagnol pour des raisons aussi bien d’ordre démographique, économique que géopolitique, comme l’explique David Graddol dans une interview accordée au journal The Hindu10. Le tout-à-l’anglais n’est donc pas, comme on l’entend dire un peu partout, une fatalité : les spécialistes anglophones ne sont pas, comme on le voit, les derniers à l’avoir compris ou à en avoir tiré les conséquences.

  • 11 The British Academy, « Language Matters. A Position Paper », 2009. En ligne sur <www.britac.ac.uk/reports/language-matters/>
  • 12 Ibid., notre traduction.

13Parallèlement, ils sont de plus en plus nombreux à se rendre compte que la maîtrise de l’anglais ne suffit plus, notamment dans le domaine des sciences humaines, comme le montre une étude récente de la British Academy intitulée « Language Matters »11 : l’apprentissage des langues étrangères est devenu un enjeu stratégique incontournable, y compris dans le monde anglophone. Rejoignant les analyses de la Commission européenne en la matière, l’étude souligne que cet apprentissage est inséparable de la question de « la citoyenneté et de la communication ; des dimensions économique, sociale et culturelle ; de la démocratie ; de la diversité ; de l’employabilité ; du développement durable ; de l’égalité des chances ; de la mondialisation ; de l’identité ; des compétences interculturelles ; des qualifications fondamentales (key skill) ; de l’éveil aux langues (language awareness) ; de la mobilité ; du multilinguisme ; du développement personnel et social de l’individu ; des valeurs »12. Se focalisant sur le domaine des humanités et des sciences humaines, le rapport fait ressortir trois considérations essentielles.

  • 13 Ibid., notre traduction.

14Tout d’abord, il est indispensable de maîtriser les langues étrangères pour la simple et bonne raison qu’autrement l’on se prive de l’accès à un nombre grandissant d’études qui ne sont pas traduites en anglais : « Dans les humanités, par exemple, des domaines tels que ceux de l’histoire et de la philosophie doivent faire appel à des études réalisées dans d’autres langues et qui ne sont ni traduites en anglais ni probablement destinées à l’être. Quant aux sciences humaines, la connaissance des langues étrangères est indispensable dans le cadre des études comparées et des travaux transnationaux pour des disciplines telles que les sciences politiques, la sociologie ou l’économie du développement »13.

15En second lieu, les chercheurs de toutes les disciplines – y compris les sciences de la nature – ont, mondialisation oblige, besoin de savoir s’exprimer aussi bien oralement que par écrit pour aller étudier ou travailler à l’étranger, voire collaborer avec leurs collègues en dehors des frontières nationales.

16Enfin, compte tenu du développement des travaux associant des chercheurs originaires des pays les plus divers, et des sommes de plus en plus importantes qui y sont consacrées par les agences aussi bien nationales qu’internationales, la méconnaissance des langues étrangères s’avère un handicap certain pour une part non négligeable du système universitaire britannique, dont la compétitivité s’en trouve d’autant diminuée. Et le rapport de conclure, avec une pointe d’humour britannique, qu’à défaut de connaître les langues étrangères, les chercheurs du Royaume-Uni se marginalisent en restant mondialement connus... à l’échelle de l’Angleterre.

17Le renversement de perspective n’en est pas moins spectaculaire : qui aurait cru, il y a seulement une trentaine d’années, qu’il serait posé en de tels termes ?

Traduction et communication dans un monde babélisé

  • 14 Hiddleston, S., op. cit., 2008.

18Au vu de ce qui précède, la question n’est plus tellement de savoir s’il faut être pour ou contre le tout-à-l’anglais, puisque ce modèle en vient à être remis en cause par les anglophones eux-mêmes. D’ailleurs, prendre l’exact contre-pied serait tout aussi absurde : au train où l’Asie continue à apprendre l’anglais, ce sont près des deux tiers de l’humanité qui, à terme, pourraient être en mesure de communiquer dans cette langue14. À supposer même que la planète entière y parvienne un jour (simple hypothèse d’école, tant cet avenir semble lointain), les problèmes de « communication » ne seraient nullement résolus pour autant. Ce serait confondre information et communication (Wolton, 2003) : la babélisation croissante du monde ne s’explique pas autrement. En règle générale, on ne communique jamais mieux que dans sa propre langue : le tout-à-l’anglais est donc à cet égard, par définition, une impasse.

  • 15 Ricard, P. « Une étude britannique prône le multilinguisme en affaires », Le Monde, 25 septembre 2 (...)

19Si l’on veut éviter, par conséquent, les problèmes, voire les conflits de tous ordres qui naissent de l’incommunication, il est nécessaire, comme le fait l’Union européenne, de promouvoir l’apprentissage de la langue de l’Autre. Y compris dans le cadre de la vie professionnelle, car, comme l’explique Leonard Orban, Commissaire européen au multilinguisme : « Les salariés devraient donc maîtriser, pour le plus grand bonheur de leurs employeurs, au moins trois langues : celle de leur pays d’origine, l’anglais bien sûr, et une troisième parmi les plus parlées de l’UE – l’allemand, le français, l’espagnol ou l’italien. Sans négliger le russe, l’arabe ou le chinois15 ».

20Les applications, pour la recherche, sont nombreuses. Pour prendre un exemple concret, une recherche sur Internet en entrant « Manuel Castells » sur Google donne 552 000 entrées. L’anglophone monolingue n’aura accès qu’à 142 000 d’entre elles (25,7 %) ; l’hispanophone, à 271 000 (49 %) ; le lusophone, à 51 300 (09,2 %) ; le francophone, à 26 000 seulement (04,7 %), le russophone à 4 000 (0,007 %), etc. Par conséquent, celui qui en sus de l’anglais maîtrise l’espagnol aura accès à près de 75 % des entrées alors que l’anglais seul le cantonne à 25,7 %. Autre exemple : pour les mots clés « cultural diversity », « diversité culturelle », « diversidade cultural », « diversidad cultural », l’anglais vient, certes, largement en premier (4 180 000 entrées), devant le portugais (2 060 000), le français et l’espagnol (respectivement 896 000 et 890 000) mais on ne peut plus faire l’impasse sur l’équivalent chinois 文化差異 (wénhuà chyì) qui enregistre pas moins de 1 490 000 entrées. Voilà qui vient apporter de l’eau au moulin de l’argumentation de l’étude de la British Academy (op. cit.), en étendant la perspective à d’autres aires culturelles que celle du monde occidental.

  • 16 Goldman, N., « Un dictionnaire de concepts transnationaux : le projet “Iberconceptos” », dans Nowi (...)
  • 17 Benveniste, É., « Deux modèles linguistiques de la cité », Problèmes de linguistique générale, 2, (...)

21Mais la question n’est pas que d’ordre purement quantitatif : elle est d’ordre également conceptuel, chaque langue étant porteuse d’une « vision du monde » particulière, pour reprendre le terme de Wilhelm von Humboldt. C’est dans une telle optique que le no 49 de la revue Hermès intitulé Traduction et mondialisation (2007) s’est placé, comme le fait apparaître l’article de Noemí Goldman pour l’espagnol et le portugais : « Un dictionnaire de concepts transnationaux : le projet “Iberconceptos”16 ». En restant au sein de la même langue, l’espagnol, on s’aperçoit qu’un mot en apparence aussi simple que pueblo est en réalité « intraduisible » (il n’a pas le même sens en Espagne et en Amérique Latine) et, à plus forte raison, quand on passe à d’autres langues, même aussi proches comme le portugais, voire le français (« pueblo » = lat. populus = pt. « povo » = fr. « peuple ») ou par emprunt (angl. « people »), car pueblo « désigne [...] à la fois la cité et le peuple » (ibid. : 81). C’est là rejoindre l’analyse développée par Émile Benveniste dans « Deux modèles linguistiques de la cité », qui montrait que dans le couple « cité/citoyen », ce n’était pas le couple du latin civis/civitas qui affleurait, mais bien le couple du grec pólis/polítēs, étendant l’analyse à d’autres aires culturelles à travers le couple de l’anglais city/citizen, de l’allemand Burg/Bürger ou du russe gorod/graždanin, etc.17.

  • 18 Auroux, S., « La diversité des langues et l’universalité de la pensée », MultiCiência, no 4, 2005. (...)
  • 19 Lévy-Leblond, J.-M., « Sciences dures et traduction », dans Nowicki, Joanna, Oustinoff, Michaël (d (...)

22En d’autres termes, il ne suffit ni de parler la langue de l’Autre ni, puisque personne n’est en mesure de maîtriser les quelque 6 000 langues dénombrées aujourd’hui, de recourir à la traduction pour éviter les sources d’incompréhension réciproque. C’est là une question dont on ne saurait dissimuler la difficulté d’ordre épistémologique* : « La diversité des langues est probablement irréductible et cette irréductibilité constitue assurément le fait le plus énigmatique auquel soient aujourd’hui confrontées la philosophie du langage et la métaphysique occidentale18 ». Cela ne veut pas dire que l’on ne dispose pas des instruments théoriques voulus, bien au contraire : « Parler d’“intraduisibles” n’implique nullement que les termes en question, ou les expressions, les tours syntaxiques et grammaticaux, ne soient pas traduits et ne puissent pas l’être – l’intraduisible, c’est plutôt ce qu’on ne cesse pas de (ne pas) traduire » (Cassin, 2004, p. 27). Ajoutons enfin que les sciences dites « dures » ne sont nullement à l’abri d’une telle approche fondamentale19 : c’est dire l’étendue du terrain à couvrir.

Conclusion : un domaine de recherche en pleine expansion

  • 20 Ferenczi, T., « La langue des autres », Le Monde, 29 février 2008.

23Être contre le tout-à-l’anglais et prôner le plurilinguisme, ce n’est pas une pétition de principe : c’est avant tout prendre conscience que le monde dans lequel nous vivons est de plus en plus multiculturel, qu’il demande, pour être compréhensible dans toute sa complexité, de faire appel à la « pensée métisse » (Gruzinski, 1999). Il ne s’agit plus seulement, comme par le passé, de savoir se déplacer dans une culture homogène et dans un espace essentiellement monolingue. Face à un tel monde, il faut au contraire apprendre à passer d’une culture à l’autre, mais aussi d’une langue à l’autre, ce qui inclut par conséquent l’anglais – qu’il faut d’ailleurs apprendre à mieux maîtriser – mais ne s’y réduit pas20.

24Dans un tel cadre, la diversité culturelle est inséparable de la diversité linguistique, car les langues ne sont pas de simples outils interchangeables. Voilà pourquoi la traduction ne saurait être, contrairement à ce que l’on pense parfois, une opération « transparente » : c’est à cette lumière qu’il faut également considérer la mondialisation.

25De ce point de vue, les recherches en la matière ne font, pour ainsi dire, que commencer : non pas tant en raison du développement accéléré et protéiforme* des NTIC (que ce soit dans le monde occidental, au sein des BRIC ou ailleurs) ou du changement de paradigme dont il a été question, car le monde n’a évidemment pas attendu la mondialisation pour être majoritairement multilingue ou plurilingue. Ce qui est nouveau, c’est que la question des langues et de la diversité culturelle soit considérée comme un enjeu majeur, et non secondaire, d’un monde devenu multipolaire. C’est aussi pourquoi un sujet d’une telle complexité ne saurait être la chasse gardée d’une seule discipline, comme la traductologie, par exemple : il ne peut être abordé dans toute son ampleur que sous un angle pluridisciplinaire (Nowicki, Oustinoff, 2007).

Bibliographie

Références bibliographiques

Calvet, L.-J., Le Marché aux langues. Les effets linguistiques de la mondialisation, Paris, Plon, 2002.

Cassin, B. (dir.), Vocabulaire européen des philosophies. Dictionnaire des intraduisibles, Paris, Le Seuil et Le Robert, 2004.

Debray, R., Un mythe contemporain : le dialogue des civilisations, Paris, CNRS Éditions, 2007.

Déclaration universelle de l’Unesco sur la diversité culturelle, Paris, Éd. de l’Unesco, 2002.

Graddol, D., The Future of English ? A Guide to Forecasting the Popularity of the English Language in the 21st Century, The British Council & The British Company (UK) Ltd, 1997 (nlle éd., 2000).

Graddol, D., English Next. Why Global English may Mean the End of “English as a Foreign Language”, The British Council & The British Company (UK) Ltd, 2006 (nlle éd., 2007).

Gruzinski, S., La Pensée métisse, Paris, Fayard, 1999.

Nowicki, J., Oustinoff, M. (dir.), Traduction et mondialisation, Hermès, no 49, Paris, CNRS Editions, 2007.

Paolillo, J., Pimienta, D., Prado, D., et al, Mesurer la diversité linguistique sur Internet, révisé et accompagné d’une introduction de l’Institut de statistique de l’Unesco, Publications de l’Unesco pour le Sommet mondial sur la société de l’information, Paris, 2005.

Wolton, D., L’Autre Mondialisation, Paris, Flammarion, 2003.

Notes

1 Voir De la chute du Mur à l’essor de la Chine. Le basculement du monde, Le Monde diplomatique (« Manière de voir »), no 147, octobre-novembre 2009.

2 Grin, F., « Coûts et justice linguistique dans l’élargissement de l’Union européenne », Panoramiques, no 69, 4e trimestre 2004, p. 97-104.

3 Depuis l’entrée de la Bulgarie et de la Roumanie dans l’Union européenne, les langues officielles de l’UE sont passées de 21 à 23.

4 Le nombre des combinaisons est facile à calculer. Il est égal à N (N – 1), c’est-à-dire qu’il augmente, à une unité près, comme le carré du nombre en question : la progression est exponentielle. Avec 23 langues, on passe ainsi à 23 x 22 = 506. À titre de comparaison, dans l’Europe des six, il y a avait quatre langues officielles, soit seulement 4 x 3 = 12 combinaisons.

5 Grin, F., op. cit., 2004.

6 Ces transferts, qui se chiffrent en milliards d’euros, sont à la fois d’ordre quantitatif (nécessité pour les non-natifs d’investir massivement dans l’apprentissage de la langue, dans la traduction, etc.) et qualitatif (en particulier le désavantage des non-natifs à devoir s’exprimer dans une langue qui n’est pas leur langue maternelle).

7 Grin, F., op. cit., 2004.

8 Topping, S., « Shortening the Translation Cycle at Eastman Kodak », in Sprung, R. C. (dir.), Translating into Success : Cutting-Edge Strategies for Going Multilingual in a Global Âge, Amsterdam & Philadelphie, John Benjamins, 2000, p. 111.

9 Brown, G., English – The World’s Language, 17 janvier 2008. Transcription en ligne sur <http://www.pm.gov.uk/output/Page14289.aspw>.

10 Hiddleston, S., « India can Play a “Major Role” in Global English Growth », The Hindu, 14 janvier 2008.

11 The British Academy, « Language Matters. A Position Paper », 2009. En ligne sur <www.britac.ac.uk/reports/language-matters/>

12 Ibid., notre traduction.

13 Ibid., notre traduction.

14 Hiddleston, S., op. cit., 2008.

15 Ricard, P. « Une étude britannique prône le multilinguisme en affaires », Le Monde, 25 septembre 2007.

16 Goldman, N., « Un dictionnaire de concepts transnationaux : le projet “Iberconceptos” », dans Nowicki, J., Oustinoff, M. (dir.), Traduction et mondialisation, Hermès, no 49, Paris, CNRS Éditions, 2007.

17 Benveniste, É., « Deux modèles linguistiques de la cité », Problèmes de linguistique générale, 2, Paris, Gallimard, 1974.

18 Auroux, S., « La diversité des langues et l’universalité de la pensée », MultiCiência, no 4, 2005. En ligne sur <http://www.multiciencia.unicamp.br/art01_4_i.htm>

19 Lévy-Leblond, J.-M., « Sciences dures et traduction », dans Nowicki, Joanna, Oustinoff, Michaël (dir.), Traduction et mondialisation, Hermès, no 49, Paris, CNRS Editions, 2007.

20 Ferenczi, T., « La langue des autres », Le Monde, 29 février 2008.

Auteur

Maître de conférences HRD à l’Institut du Monde Anglophone, Université Paris III Sorbonne Nouvelle, membre du TRACT au sein du Pôle Linguistique, Langue, Traduction (LILT) dans l’EA 3980. Membre du comité de rédaction de la revue Palimpsestes (Presses de la Sorbonne Nouvelle) et de la Rédaction en chef de la revue Hermès.

© CNRS Éditions, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search