Desktop versionMobile version

Sociétés de la connaissance

 | 
Michel Durampart

Glossaire

Full text

1Les termes repris ici sont suivis d’un* dans le texte.

2Associationnisme : le principe associationniste suppose que c’est l’évolution des liens qui induit la transformation sociale ; ce principe reprend et réactualise les mouvements de pensée socialistes nés autour de la révolution de 1848, en prenant le contre pied des principes communautaires (Roger Sue, 2001).

3Bien public international : cette conception considère que le savoir comme la culture, l’éducation, relève du domaine public et doit donc être soutenu, protégé, encadré, par l’action de l’état dans une dimension internationale.

4Cognitif : qui concerne les moyens et mécanismes d’acquisition des connaissances.

5Digiworld : désignation d’une industrie globale et mondiale de l’information et de la communication dans lesquelles convergeraient toutes les activités de diffusion, distribution, équipement en matière de service et de secteurs de la communication.

6Dot Force : voir UN ICT Task Force*

7Empirique : qui se fonde uniquement sur l’expérience, sur l’observation et ne procède d’aucun système, d’aucune loi. La réalité empirique est celle que l’expérience permet d’observer.

8Globalisation : ce mot postérieur à la mondialisation* désigne le développement de liens d’interdépendance entre les nations à l’échelle mondiale. Ce phénomène touche la plupart des domaines, mais on l’évoque surtout dans les secteurs de l’économie pour les marchés et la communication.

9Glocalisation : néologisme désignant la dualité global/local qui recouvre les services, plateformes, éditions, publications dans le web et les réseaux d’information et de communication.

10Hadopi : Haute Autorité pour la Diffusion des Œuvres et la Protection des droits sur Internet. Réglementation adoptée en mai 2009 après de nombreux aléas qui prévoit de contrôler et réprimer le téléchargement illégal en France en introduisant notamment une autorité administrative qui aura le pouvoir de réagir voire de proposer une sanction en cas de récidives visant à télécharge illégalement des contenus culturels.

11Hypertextualité : notion s’attachant à décrire les principes issus de l’application des hypertextes qui proposent des modalités d’interaction, d’enrichissement, de liens des écrits numériques fondées sur les outils du web.

12Logiciels libres : ce sont des programmes informatiques dont la licence est dite « libre », c’est à dire qu’elle permet à tous ceux qui le souhaitent le droit d’utiliser, d’étudier, de modifier, de dupliquer, de donner et de vendre ledit logiciel. À titre d’exemple on peut citer le système d’exploitation Linux.

13Métacognitif : qui relève des procédures, processus liés à la cognition, aux façons d’apprendre, à l’apprentissage ou plus généralement aux savoirs.

14Mithridatiser : se dit en référence avec l’histoire du roi Mithridate (132 av. JC) qui obsédé par la peur d’être empoisonné a cherché à acquérir toutes les connaissances possibles et connues relatives aux poisons, d’où ce verbe qui renvoie à une utopie de la connaissance exhaustive et accumulée.

15Mondialisation : ce mot correspond à l’ensemble des processus qui transforment les systèmes locaux, en particulier les systèmes politiques et économiques, en systèmes internationaux, dans lesquels des interactions se produisent au niveau de la planète entière. Les systèmes locaux dépendent dès lors les uns des autres.

16Recherche Mainstream : une pratique de recherche scientifique qui consiste à suivre l’évolution des technologies et de s’emparer de chaque innovation pour en faire un objet de recherche, pratique qui peut être critiquée du fait d’une conception qui aurait tendance à suivre les modes et les tendances

17R et D : acronyme désignant les activités de recherche et développement.

18Savoir et connaissance : en français, le terme de savoir a un sens qui ne coïncide pas exactement avec celui de connaissance alors que l’anglais utilise knowledge dans tous les cas. La psychologie cognitive distingue les savoirs des connaissances : les savoirs sont des données, des concepts, des procédures ou des méthodes qui existent hors de tout sujet connaissant ; les connaissances, par contre, sont indissociables d’un sujet connaissant.

19SMSI : deux sommets mondiaux de l’information organisés en priorité par l’ONU à Genève en 2003, puis à Tunis en 2005, et qui devaient s’attacher à débattre de la gouvernance d’Internet, des sociétés de l’information et de l’accès mondialisé aux technologies de l’information et de la communication en relation avec le développement économique, en proposant des accords et des solutions sur ces questions.

20Société de la connaissance : on ne peut donner qu’une définition globale et limitée d’une telle dénomination. Nous dirons que dans l’acception et la traduction que propose cet Essentiel, il s’agit à la fois des industries, des milieux scientifiques, médias, opérateurs, et institutions qui produisent de la connaissance et la diffusent dans les sociétés. Mais cela inclue aussi les technologies, supports, outils, qui permettent sa circulation et diffusion ainsi que le rapport qu’établit l’ensemble des publics avec les informations et les savoirs dans un cadre économique et social à la fois local et mondialisé.

21UN ICT Task Force : l’objectif de ce Groupe d’étude est « d’orienter l’action de l’Organisation des Nations Unies s’agissant de la formulation de stratégies relatives au développement des technologies de l’information et de la communication, et de l’utilisation de ces technologies au service du développement. Il doit aussi, sur la base de consultations avec toutes les parties prenantes et les États membres, forger des partenariats stratégiques entre le système des Nations Unies, le secteur privé, les fondations et fonds, les donateurs, les pays bénéficiant de programmes et les autres acteurs concernés, selon les résolutions des Nations Unies concernées ». Auparavant c’est un groupe dénommé DOT Force* qui occupait ses fonctions avec une mission moins élargie.

22Unilatéralisme : conception ou modèle qui tendent à vouloir s’imposer de façon unique et dominante face à d’autres concrétions ou modèles. De ce point de vue, les conceptions dites déterministes peuvent prendre le même travers lorsqu’elles tendent à affirmer que les sociétés sont, par exemple, déterminées par leurs modes de production ou de structuration politique. Ainsi, les tenants du colonialisme, et peut être aussi ceux qui veulent le réhabiliter à tout prix, ont pu penser qu’il se justifiait de lui même parce qu’il amenait quasi mécaniquement le progrès aux sociétés colonisées et qu’en ce sens il était de fait légitimé. Ainsi l’idéologie techniciste s’apparente à ce mode de pensée qui considère que les techniques ne peuvent qu’engendrer du progrès, des bienfaits, du mouvement et donc en ce sens influe de façon unilatérale sur le changement et l’évolution sociales. Ces idées, idéologies ou conceptions peuvent aussi traduire une forme de vision enchantée du monde, dite positiviste qui se traduit par une représentation qui tend à considérer que dans tout changement, progrès et innovation ne peut résider que des aspects positifs qui l’emportent sur leurs inconvénients ou travers. De ce fait, il est souvent nécessaire pour des chercheurs voulant résister à ces attractions de définir en quoi ils se démarquent de ces modes de pensée (ou s’y opposent) ou conceptions surtout lorsqu’il s’agit des relations entre technologies de l’information et de la communication et sociétés de la connaissance. La difficulté étant bien que l’emploi même d’un acronyme comme TIC réitéré sans explicitation renvoie déjà à une vision qui peut impliquer un travers unilatéraliste et déterministe.

23Utilisabilité : néologisme qui renvoie aux usages, aux utilisations, dans un contexte, en situation, qui peuvent être faits d’outils ou de techniques.

24Wikipedia : la grande encyclopédie en ligne qui vise à un modèle contributif généralisé des auteurs et lecteurs, qui soulève de nombreuses réserves et critiques dans les communautés scientifiques et qui s’affirme aussi comme un modèle hégémonique de diffusion des savoirs.

© CNRS Éditions, 2009

Terms of use: http://www.openedition.org/6540

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search