Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Sociétés de la connaissance

 | 
Michel Durampart

Mondialisation de la communication, à la recherche du sens perdu

Patrick-Yves Badillo y Serge Proulx

Nota del editor

Reprise du no 44 de la revue Hermès Économie et communication, 2006

Texto completo

  • 1 Marcel Proust, À la recherche du temps perdu, vol. III, Le temps retrouvé, Paris, Gallimard, « Bib (...)

« Les vrais paradis sont les paradis qu’on a perdus »
Marcel Proust1

1La mondialisation* de la communication trouve ses racines dans des bases philosophiques et économiques remontant aux écrivains du siècle des Lumières et à l’économie classique. Dès 1833, E. G. Wakefield, auteur d’un ouvrage de référence sur la colonisation, éditeur d’Adam Smith et l’un des fondateurs du Commonwealth, écrivait : « Le monde entier est devant vous ». Il signifiait ainsi que le système économique capitaliste disposait grâce aux colonies d’une possibilité de croissance presque sans limite. Le système capitaliste est par essence en expansion permanente. La mondialisation de la communication constitue l’une des formes modernes revêtues par le capitalisme en évolution et à la recherche insatiable de cette expansion qui s’affirme d’abord au xixe, puis au xxe siècle. La première partie de cet article soulignera que la mondialisation de la communication est un processus de longue période, caractéristique de l’histoire du capitalisme, mais qui se structure d’un point de vue technologique tout au long du xxe siècle et qui prend corps véritablement avec le mouvement de déréglementation initié à partir de 1984. La deuxième partie du texte montrera que loin de l’uniformisation et du village global, la mondialisation est faite de dualités et de fractures.

La longue marche de la mondialisation...

2Après l’hégémonie de l’Angleterre victorienne et les grands empires, puis la montée en puissance du capitalisme américain, au lendemain de la Seconde Guerre mondiale se mettent en place, dès Bretton Woods, les fondements politiques et juridiques de la mondialisation contemporaine. La libre circulation commerciale, mais aussi celle des hommes, des idées et de l’information est inscrite comme pierre angulaire de nos démocraties par les grandes instances internationales. Tandis que la mondialisation industrielle s’affirme, s’amorce la mondialisation de la communication. Dans la mesure où le capital est une relation sociale – comme Wakefield aussi bien que Marx a pu le noter – la logique communicationnelle du capitalisme est inscrite « dans ses gènes » pour ainsi dire. Le débat des années 1970 sur le Nouvel ordre mondial de l’information et de la communication (Nomic) préfigurait les discours sur la société de l’information et les actuels Sommets mondiaux sur la société de l’information (SMSI*).

Les ingrédients technologiques de la mondialisation

3La mondialisation est un processus de longue période inhérent au capitalisme. La mondialisation contemporaine de la communication se prépare d’un point de vue technologique dès la fin du xixe siècle. Le processus s’accélère avec l’apparition de la numérisation, dotée de quatre vertus, selon F. Balle (2001, p. 215-216) : la qualité (altération minimale dans la transmission) ; l’efficacité (compression numérique) ; l’interactivité ; l’universalité (l’unicité du codage permet de combiner toutes formes de contenus sur des supports multiples). Les opérateurs de télécommunication, les fabricants d’ordinateurs ou de logiciels, les éditeurs, les studios de cinéma et les réseaux de télévision peuvent aujourd’hui être considérés comme relevant d’une seule et même méga-industrie de l’information et de la communication ou encore de ce que l’Institut de l’audiovisuel et des télécommunications en Europe (Idate) appelle le DigiWorld*.

Une formidable accumulation de capital : les TIC, une priorité mondiale d’investissement

4Lié aux TIC, un stock énorme de capital s’est accumulé, constitutif d’une méga-industrie, notamment dans la mise en place des réseaux tout au long du xxe siècle. Qu’il s’agisse de plans d’investissement publics ou d’initiatives privées, la constitution des réseaux et la mise en place des TIC sont devenues une priorité mondiale. Au début des années 1980, la part des investissements en TIC dans la formation brute de capital fixe non résidentiel représentait 15 % aux États-Unis et environ 9 % en France. Plus de 25 années plus tard, en parallèle (ou en corrélation ?) avec l’essor de la mondialisation, ces parts ont doublé (30 % pour les États-Unis et 18 % pour la France). Il ne faudrait pourtant pas croire que ce processus est le fruit de mouvements spontanés. Depuis le début des années 1980, la mondialisation de la communication connaît une formidable accélération impulsée par la déréglementation américaine.

Du coup d’envoi formel de la mondialisation de la communication à son extension illimitée (1984-2009)

5« Aucune compagnie – et aucune économie nationale – n’échappera à la révolution des moyens de communication. » A. Toffler (1985).

6En germe dès l’origine du capitalisme, confortée tout au long de la seconde moitié du xxe siècle, la mondialisation de la communication n’a cessé de s’intensifier. Le coup d’envoi formel de la mondialisation de la communication est donné en janvier 1984. La plus grande entreprise mondiale de son époque, American Telegraph and Telephone (at&t), qui compte un million d’employés, est démantelée. L’événement est majeur, pour au moins trois raisons :

  • c’est le démantèlement de la plus grande entreprise mondiale de son temps. Du jour au lendemain, des centaines de milliers d’employés se retrouvent dans des entreprises dont les noms, les stratégies et les objectifs changent ; at&t abandonne en effet ses 22 Bell Operating Companies qui vont se regrouper en 7 sociétés locales indépendantes ;
  • c’est le début de la méga-industrie de l’information et de la communication. Au fil du temps, la réglementation s’assouplit de plus en plus et permet aux entreprises d’offrir toutes sortes de services. Dès 1991, le D.G. de Bell Atlantic, l’une des compagnies issues du démantèlement d’at&t, indiquait qu’il fallait « être capable de fournir de l’information et des loisirs de toutes sortes, pour tout le monde, au moindre coût » ;
  • le démantèlement d’at&t est le signal de départ d’une nouvelle vague de libéralisme économique, visant en particulier les monopoles. British Telecom est démantelé en 1986, France Télécom change de statut en 1997. D’autres secteurs que les télécommunications sont aussi dérégulés, tels que le secteur aérien, l’électricité, les banques, les assurances. La concurrence devient la règle fondamentale, malgré l’émergence simultanée d’une nouvelle régulation. En France, il s’agit de l’Autorité de Régulation des Télécommunications (ART), devenue en 2005 l’Autorité de Régulation des Communications Électroniques et des Postes, (ARCEP), et du Conseil Supérieur de l’Audiovisuel, (CSA).

7Les effets du démantèlement sont immédiatement visibles. Les opérateurs américains de télécommunication s’emparent de différents réseaux : en Argentine, au Chili, en Russie, en Europe centrale. Les chiffres d’affaires des secteurs de la communication (télécommunications, audiovisuel, informatique) s’envolent ; les mouvements de concentration, de fusion et d’absorption sont incessants. Les deux décennies qui suivent le démantèlement d’at&t sont celles de la généralisation de la déréglementation, de l’explosion des marchés et de bouleversements majeurs au sein des entreprises. Bien évidemment, l’essor d’Internet contribue à renforcer le multimédia et surtout à rendre mondiaux tous les services d’information et de communication.

Dualités de la mondialisation : les technologies sans l’information et sans la communication ?

8Plus que jamais, le monde entier est concerné par la nouvelle dynamique capitaliste. Mais, loin de l’uniformisation, la mondialisation capitaliste se construit autour de dualités et de fractures. Il n’y a pas de « tropisme technique » (Wolton, 2000, p. 196), mais une construction culturelle et sociale : « En un mot, le progrès technique dans la communication ne suffit pas à créer un progrès de la communication humaine et sociale » (ibid., p. 4). Rappelons d’abord, succinctement, les dualités et les fractures les plus connues comme la fracture numérique ou encore la dualité global/local qui conduisent certains acteurs vers la stratégie de la « glocalisation* ».

De la fracture numérique à la « glocalisation »...

9Quelques chiffres illustrent l’ampleur des disparités dans l’accès aux TIC et dans l’usage des médias. Alors qu’aujourd’hui le PNB par individu dans des pays comme le Burundi est de 110 $ (2007), on estime que le citoyen américain passe en moyenne plus de 10 h par jour et dépense près de 900 $ par an pour être informé et profiter des possibilités des industries de l’entertainment. Alors que les ménages des pays développés sont équipés à 98 % d’un poste de télévision, ils sont 18 % seulement en Afrique subsaharienne en 2006 selon les dernières statistiques de la banque mondiale. Dans les pays développés, de plus, l’écart entre les « info-riches » et les « info-pauvres » continue de s’accroître. En réalité, derrière cette idée de glocalisation, apparaît l’une des dualités marquantes de la mondialisation : elle provoque des fractures là où elle est censée favoriser l’équité. Cependant, la fracture numérique et la glocalisation ne sont que les dualités les plus connues, les parties émergées de l’iceberg de la mondialisation et de ses crevasses, alors que, structurellement, la mondialisation se fonde sur des paradoxes et antagonismes.

Paradoxes économiques de la mondialisation

10La prégnance de la R et D* est sans doute l’un des indicateurs les plus forts de la poussée de la méga-industrie de l’information et de la communication. En même temps, ce push technologique signifie l’accroissement des inégalités dans la production et l’offre de produits informationnels au niveau mondial. En effet, les industries des TIC concentrent une part élevée de la recherche-développement dans les pays développés. Là encore, les États-Unis sont en tête et creusent l’écart avec le Japon et l’Europe.

Le secteur des TIC : une industrie lourde... mais des créations d’emplois légères ?

11Le secteur des TIC apparaît structurant pour l’économie mondiale. La croissance du capital en TIC depuis les années 1990 est telle que le secteur des TIC est considéré par nombre d’économistes comme une industrie lourde qui stimule la productivité et la croissance. Cependant l’emploi dans les secteurs des TIC n’a pas progressé au même rythme que la productivité.

12La libéralisation des télécommunications s’est notamment traduite dans un certain nombre de cas par un recul des effectifs.

Une mondialisation des TIC inégalitaire : l’hégémonie des infrastructures technologiques

13Le cas américain pourrait faire croire que la solution aux problèmes économiques mondiaux réside dans la généralisation des TIC. Ce serait oublier la concentration des marchés des TIC : selon l’Idate, 70 % du DigiWorld est concentré au sein des pays de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), et au sein de ces pays, les écarts sont grands : les États-Unis comptent pour près du tiers du marché mondial des TIC, tandis que l’Europe pèse à peine plus du quart. L’Europe est, d’une manière générale, beaucoup moins spécialisée dans les TIC que les États-Unis : « Si la contribution des TIC à la croissance est plus de deux fois plus forte aux États-Unis qu’en France, c’est donc principalement parce que le volume de capital en TIC y est deux fois plus élevé » (Curien et Muet, 2004, p. 16).

14Le Digiworld passe de 2,2 à 3,8 mille milliards de dollars de 2000 à 2008 (à comparer avec les 3,6 mille milliards de dollars auquel s’élève le PNB total de l’ensemble des pays d’Amérique latine et des Caraïbes en 2007 ; à comparer aussi avec les 120 milliards de dollars, montant total de l’aide officielle au développement dans le monde en 2008 (source : OCDE). Le graphique ci-dessous illustre le poids considérable des télécommunications dans l’ensemble de la méga-industrie des TIC.

Répartition du marché des TIC : le « Digiworld » en 2008 (à partir de données Idate, chiffrées en milliards de dollards)

Répartition du marché des TIC : le « Digiworld » en 2008 (à partir de données Idate, chiffrées en milliards de dollards)

Des technologies sans information et sans communication

15Derrière les TIC, ce sont surtout les télécommunications qui sont au cœur de la mondialisation de la communication, du moins d’un point de vue économique. Les télécommunications représentent la moitié des marchés mondiaux du DigiWorld (selon l’Idate) avec de grands opérateurs : par exemple, Verizon Communications (issu de la fusion entre GTE et Bell Atlantic, qui avait acheté l’une des 7 entreprises créées en 1984) et at&t (issu du rachat de l’historique at&t par SBC, héritière de 2 compagnies créées en 1984). En outre, l’explosion des mobiles et le développement d’Internet modifient profondément la demande de services et, par contrecoup, les sources de revenus des entreprises. La concurrence se joue désormais entre différents modes de transmission de la voix, des données, des images à partir de technologies diverses et à un niveau mondial.

16Les médias y ont un poids économique relativement faible. En effet, les écarts sont de 1 à 100 parmi les groupes les plus importants du secteur de la communication (entreprises de télécommunications, grands groupes de médias et câblo-opérateurs). Les groupes relevant du monde des médias y sont en position très inférieure. Ainsi, c’est General Electric qui est en tête du point de vue du chiffre d’affaires total et du bénéfice net, et d’autres groupes venant des télécommunications sont bien placés (at&t, NTT, Verizon, Deutsche Telekom). Certes, les activités de telles entreprises restent encore marquées par leur secteur d’origine, mais la diversification qui accompagne la concentration laisse entrevoir des perspectives beaucoup plus poussées de modification des frontières traditionnelles et les entreprises ayant les plus grandes capacités financières sont évidemment mieux placées. La très mauvaise situation financière de grands groupes médiatiques comme Time Warner/AOL, NewsCorporation contraste avec les potentialités globales de groupes aux activités moins tournées vers les médias pour l’instant.

Une concentration des médias à l’échelle mondiale

  • 2 (H. Bourges, président de l’Union internationale des journalistes et de la presse de langue frança (...)

17« Nous passons, avec armes et bagages, dans l’ère de la communication universelle. Des discours plus prudents ou frileux peuvent bien être tenus par ceux qui redoutent les conséquences de cette mutation : ils n’ont pas prise sur elle, et ils seront contraints demain, faute d’avoir anticipé les bouleversements en cours, à des révisions déchirantes. »2

18Au cœur de la méga-industrie de l’infotainment, les transformations ont d’abord concerné les télécommunications et le secteur des médias. Dans le cas des États-Unis, la dérégulation des médias est un processus plus tardif que celui des télécommunications puisqu’il a été marqué principalement par le Telecommunications Act de 1996 ; c’est aussi un processus encore limité car la plupart des nouvelles règles en matière de propriété proposées en juin 2003 par la Federal Communications Commission (FCC) n’ont pas été mises en œuvre. Mais l’assouplissement de la réglementation ne peut que renforcer le processus de concentration. Au début des années 1980, aux États-Unis, l’essentiel des médias grand public est dominé par 50 groupes, contre seulement 6 en 2004 : Time Warner (incluant AOL), Disney, Viacom, NewsCorp, Bertelsmann, et General Electric. Le chiffre d’affaires de ce dernier, toutes activités confondues, est de 183 milliards de dollars en 2008 ; à titre de comparaison, le chiffre d’affaires du premier groupe français dans les médias, le groupe Lagardère, est de 8,2 milliards d’euros (2008). Les écarts sont considérables et donnent une idée des mutations potentielles en cas de déréglementation de certains marchés liés aux médias, notamment en Europe.

19Un autre signe fort d’inégalité dans la mondialisation de la communication est l’écart entre l’information supposée rentable et les autres formes d’information. Ainsi, l’information économique et financière constitue le créneau le plus rentable dans le domaine de l’information payante. Plus de 90 % des recettes de l’agence Reuters proviennent des informations économiques et financières (en particulier les cours des marchés financiers) alors que la plupart des services fournis par cette agence aux médias sont déficitaires.

À la recherche du sens perdu...

  • 3 Badillo, P.-Y., « L’information et le paradoxe éthique des TIC. De la responsabilité infinie à la (...)
  • 4 Ibid., p. 68.

20Avec l’explosion des TIC à l’échelle planétaire, on a pu croire naïvement que l’augmentation des débits sur les réseaux aurait des effets sur la démocratie. En quelques années nous sommes passés de débits en kilobits à des débits en mégabits, voire en gigabits et plus encore. À chaque progrès technologique est associée une multiplication par 1 000 des débits. En d’autres termes, ne serait-ce que des kilos aux gigas, les débits ont été multipliés par 1 million ! À quoi cela sert-il ? « Le zetta permettrait de transférer en une seconde cent fois plus d’informations que l’ensemble de l’information créée par les êtres humains depuis le début de l’humanité ! »3. « Neil Postman indique la question-clé que l’on devrait toujours poser face à la technologie : quel est le problème auquel la technologie apporte une solution ? »4. À l’évidence, les TIC ont une utilité indéniable dans nombre de domaines, comme par exemple dans la santé. Mais il est indispensable de remettre au premier plan la problématique du sens.

21Si l’essor de la « société de l’information » est une affaire de développement des infrastructures de télécommunications, les enjeux sont désormais la connaissance partagée et l’intelligence collectivement distribuée. Les acteurs humains agissent souvent dans un cadre où l’information est tacite. L’explicitation de la connaissance suppose que l’information soit mise en contexte en regard de l’usager humain qui cherche à s’approprier l’information. La notion de « connaissance » – évoquée de plus en plus souvent aujourd’hui à travers les vocables de « gestion des connaissances », de « société de la connaissance* » ou d’« économie de la connaissance » – implique que l’on insiste conceptuellement sur la différence entre les termes d’information et de connaissance. Pour faire court : l’effet de connaissance chez un individu advient au moment où une information est appropriée (intériorisée) par un sujet.

22Dans ce contexte d’« infobésité », l’essor des TIC, de même que les nombreux discours sur la société dite « de l’information et de la connaissance », a contribué à jeter un voile sur le rôle crucial des médias. Cette situation a provoqué l’oubli d’une préoccupation éthique essentielle : la qualité de l’information. Il serait fécond de défricher un domaine presque totalement vierge, celui de l’écologie des médias qui « propose une approche novatrice sur les médias et l’ensemble des mécanismes de production et de diffusion d’informations » (Badillo, 2008).

23Si la diffusion de plus en plus fluide et à une large échelle de l’information constitue un point fort de l’informatisation des sociétés, le risque de voir la désinformation se propager à une vitesse et à une échelle jamais vues n’est pas moindre. Nous voilà face à un paradoxe et à des ordres de grandeur totalement différents de ce que nous avons connu jusque-là. Le sens serait-il, comme le temps, un paradis perdu ?

Bibliografía

Références bibliographiques

Badillo, P.-Y. (Dir.), Écologie des médias, Bruxelles, Bruylant, 2008.

Balle, F., Cohen-Tanugi, L., Dictionnaire du Web, Paris, Dalloz, 2001.

Curien, N., Muet, P.-A., La société de l’information, Conseil d’analyse économique, Paris, La Documentation française, 2004.

Idate, Digiworld Yearbook 2008, The Digital World’s Challenges, Montpellier, 2008.

Toffler, A., S’adapter ou périr, traduction française, Paris, Denoël, 1986, (1985).

Wolton, D., Internet et après ? Une théorie critique des nouveaux médias, Paris, Flammarion, 2000.

Notas

1 Marcel Proust, À la recherche du temps perdu, vol. III, Le temps retrouvé, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1954, p. 870.

2 (H. Bourges, président de l’Union internationale des journalistes et de la presse de langue française, 2001). Bourges, H., « Mondialisation, communication et identité culturelle », intervention dans le cadre de l’université de la Communication de la Caraïbe, Trinité, Martinique, 19 avril 2001 ; [http://www.presse-francophone.org/UIJPLF/uijplf_BourgesCaraibe.htm].

3 Badillo, P.-Y., « L’information et le paradoxe éthique des TIC. De la responsabilité infinie à la nécessaire régulation », chapitre 3 in Fullsack J.-L. et Mathien M. (Dir.), Éthique de « la société de l’information », Bruxelles, Bruylant, 2008, p. 69.

4 Ibid., p. 68.

Índice de ilustraciones

Título Répartition du marché des TIC : le « Digiworld » en 2008 (à partir de données Idate, chiffrées en milliards de dollards)
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/14424/img-1.jpg
Archivo image/jpeg, 46k

Autores

Professeur en Sciences de l’Information et de la Communication (professeur agrégé des universités en Sciences Économiques en 1988). Directeur de l’EJCM de 1997 à 2008, directeur et fondateur du Laboratoire IRSIC, Université de la Méditerranée Aix-Marseille II.

Sociologue, professeur à l’École des médias, Faculté de communication de l’Université du Québec à Montréal (UQAM), directeur du Groupe de Recherche sur les usages et cultures Médiatiques (GRM) (http://grm.uqam.ca/) et du Laboratoire de Communication Médiatisée par Ordinateur (LabCMO) (http://cmo.uqam.ca).

© CNRS Éditions, 2009

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540