Version classiqueVersion mobile

La formation de l’Irak contemporain

 | 
Pierre-Jean Luizard

Livre III. Les racines intellectuelles et politiques du mouvement islamique du début du xxe siècle

A. - Le mouvement de renaissance islamique à la fin du xixe siècle

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Du fait de son poids démographique et économique, ainsi que de son patrimoine historique prestigieux, la Mésopotamie se devait, à l’instar de la Syrie et de l’Egypte, de participer au mouvement de renaissance intellectuelle qui animait les grandes villes du Machrek comme Beyrouth, Damas et Le Caire, depuis la seconde moitié du xixe siècle. Des villes mésopotamiennes comme Baghdâd, Najaf, Sâmarrâ’ et Karbalâ’ furent effectivement le théâtre, au cours des dernières décennies du xixe siècle, d’un important mouvement de renouveau comparable à celui des autres grands centres urbains du Moyen-Orient. Mais à la différence de ces derniers, il s’agissait, sur les rives du Tigre et de l’Euphrate, d’un processus caractérisé par l’absence quasi totale d’une tendance occidentalisée1. Les principaux promoteurs en étaient les ulémas chiites, qui furent les véritables animateurs d’un vaste courant réformiste islamique, à l’opposé du modernisme laïcisant ou du positivisme scientifique qui s’exprimai...

© CNRS Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search