Version classiqueVersion mobile

La formation de l’Irak contemporain

 | 
Pierre-Jean Luizard

Livre II. Les chiites de Mésopotamie, une communauté non reconnue

C. - Les chiites d’Irak, communauté rurale et tribale, et les ottomans

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Chacune des nombreuses communautés ethniques et religieuses, qui composaient la population des trois vilayets de la Mésopotamie ottomane, avait sa propre histoire et présentait des caractéristiques particulières. Les chiites d’Irak se distinguaient non seulement des autres communautés mésopotamiennes, mais aussi des autres chiites, qu’ils soient sujets ottomans, persans ou dépendants d’un autre Etat. Majorité chiite, majorité arabe, majorité rurale et tribale, se conjuguaient pour faire du pays chiite la zone ethnique et religieuse de loin la plus importante des vilayets. Les villes saintes et les grandes villes, comme Basra et Baghdâd, où les chiites représentaient une forte proportion de la population, venaient compléter le tableau d’un pays qui, sans être une entité entièrement distincte des autres régions mésopotamiennes, n’en manifestait pas moins une certaine homogénéité.

L’histoire des chiites d’Irak est indissociable du développement exceptionnel du culte rendu aux Imams. La ...

© CNRS Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search