Version classiqueVersion mobile

La formation de l’Irak contemporain

 | 
Pierre-Jean Luizard

Livre II. Les chiites de Mésopotamie, une communauté non reconnue

B. - Les villes saintes chiites

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

C’est autour des tombes des imams que se sont édifiées les quatre villes saintes du chiisme en Mésopotamie. De par leur caractère sacré, Najaf, Karbalâ’, Sâmarrâ’ et Kâẓimayn devinrent le lieu de résidence de nombreux ulémas et sayyids chiites, ainsi que des centres religieux et culturels destinés à l’enseignement du dogme duodécimain. Certaines cités, comme Baghdad et Ḥilla, qui se trouvaient à proximité des villes saintes, avaient, jusqu’à la fin du xve siècle - et bien qu’elles n’aient pas la sainteté de celles-ci - également joué le rôle de centres religieux importants, attirant en leurs murs les religieux chiites les plus réputés de leur époque, ainsi que leurs disciples.

Baghdâd accueillit ainsi d’éminents « faqîh-s » chiites sous le règne des Bouyides (945-1055), jusqu’à ce que cheikh aṭ-Ṭûsî, connu sous le nom de Shaykh aṭ-Ṭâ’ifa (955-1067), quittât la ville en 1056 pour s’établir à Najaf. C’était, en particulier, le cas de Muḥammad Kulaynî (mort en 940), de Shaykh al-Mufid (...

© CNRS Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search