Version classiqueVersion mobile

Populaire et populisme

 | 
Marc Lits

Glossaire

Texte intégral

1Arts et Traditions populaires : Marcel Mauss définit comme populaire tout ce qui n’est pas officiel, renvoyant à des « courants souterrains de la vie sociale ou à des faits collectifs faiblement cristallisés dans des institutions » (Fl. Weber). C’est dans cette optique qu’est créé en France, après la Seconde Guerre mondiale, le premier Musée national des Arts et Traditions populaires destiné à promouvoir l’étude scientifique de la société française dans ses pratiques et ses usages sociaux les plus quotidiens.

2Contrat social : différentes théories de philosophie politique ont montré que le fondement de l’État peut reposer sur une convention entre les différents citoyens qui le composent, selon laquelle ils acceptent de renoncer à une partie de leurs libertés en contre-partie de la fixation de Lois qui restreignent les libertés individuelles mais garantissent la pérennité de l’ordre social. Thomas Hobbes, John Locke et Jean-Jacques Rousseau (dans Du Contrat social) ont contribué à la construction de cette théorie, dans laquelle il y a une rupture avec l’état de nature au profit d’une volonté collective de promouvoir l’intérêt général, au nom du peuple souverain.

3Cultural Studies (Études culturelles) : le mouvement des Cultural Studies a été lancé en Grande-Bretagne par Richard Hoggart, au départ de la publication de son ouvrage La Culture du pauvre (version originale : The Uses of Literacy, 1957) et de la création du Centre contemporain d’études culturelles à l’Université de Birmingham en 1964. Le Centre sera dirigé ensuite par Stuart Hall. Ces sociologues ont essayé d’élargir les approches des pratiques culturelles en s’intéressant aux styles de vie et aux usages culturels et médiatiques des classes populaires et ouvrières, alors que l’analyse de la culture était jusque là restreinte aux seules productions légitimées par les élites sociales. Des développements ultérieurs vont aussi s’intéresser aux études féminines, aux Gender Studies, aux productions culturelles de toutes les minorités ethniques et sociales.

4Culture populaire : la définition de « culture populaire » est quasiment impossible, tant chaque proposition est discutable car marquée idéologiquement. On peut la considérer, de manière très générale comme la forme de divertissement de masse offerte au public le plus large. D’autres précisent qu’elle concerne plutôt les groupes dominés, pour y inclure les enjeux de pouvoir ou d’hégémonie, dans la mesure où la culture ne peut se penser en dehors des questions de domination et de reproduction des systèmes sociaux. On l’oppose aussi à la culture légitime, dans une acception plus traditionnelle n’incluant que les formes institutionnellement reconnues de la culture (beaux-arts, littérature, musique...).

5Distinction : dans La Distinction. Critique sociale du jugement (1979), Pierre Bourdieu démontre que les goûts et les activités sociales et culturelles ne sont pas le fait d’une attitude naturelle, mais qu’ils sont toujours déterminés par notre position dans l’échelle sociale. Toutes nos pratiques sociales sont révélatrices de systèmes de représentations propres au groupe social d’origine ou auquel on veut marquer son appartenance, dans une hiérarchie de pouvoir.

6Effets (théorie des) : la théorie des effets a été développée par des sociologues américains, en partant des études sur l’influence et la propagande, pour démontrer que les médias de masse réussissent par contagion, par suggestion ou par imitation, à avoir une influence forte et directe sur les usagers. La métaphore de la seringue hypodermique a souvent été utilisée pour décrire cette première étape d’une approche sociologique des médias. Quand on a contesté l’effet massif et direct de cette influence, des théories plus nuancées se sont développées, comme le “two step flow communication”, qui parle d’effets limités et indirects, effectués via des leaders d’opinion qui contribuent à modeler les opinions du plus grand nombre.

7Encyclopédie : Diderot et d’Alembert publient entre 1751 et 1772 l’Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers qui présente une somme sur les savoirs de leur temps, mais aussi un nouveau modèle d’organisation politique. Ils privilégient la monarchie constitutionnelle à la monarchie absolue, soutiennent la lutte contre l’esclavage, les principes d’égalité, le développement économique. Ils incarnent ainsi l’esprit des Lumières et annoncent les mouvements révolutionnaires qui modifieront radicalement le système politique français en 1789.

8Épistémologique : l’épistémologie est une réflexion philosophique sur la nature, les méthodes et les concepts de la science.

9Extrême droite : ce terme désigne les partis et mouvements politiques qui se situent à la droite des partis libéraux et conservateurs, en dénonçant souvent le parlementarisme et en prônant un nationalisme exacerbé, fondé sur le repli identitaire (lié à une nostalgie de l’âge d’or) et les valeurs du travail, de la famille, de la patrie. Ils peuvent s’inscrire dans des filiations avec les mouvements fascistes et nazis de la première moitié du xxe siècle. Leurs discours sont caractérisés par la simplification, les stéréotypes, les amalgames, la violence verbale.

10Folklore : le terme « folklore » a été créé en 1846 par William Thoms. Arnold Van Gennep fut le premier à développer une base méthodologique pour l’étude scientifique du folklore et à circonscrire plus précisément le domaine d’étude de ce qui devait être une nouvelle discipline, désignant à la fois la science du savoir populaire et le savoir populaire lui-même. Le folklore concerne essentiellement des productions collectives, souvent l’œuvre d’un auteur anonyme, et adoptées par le peuple, relevant pour l’essentiel de la vie quotidienne

11Foule : les philosophes, les psychanalystes et les psycho-sociologues se sont toujours intéressés aux masses, aux foules. Serge Moscovici, dans L’Âge des foules (1981), considère la foule comme « une masse, c’est l’animal social qui a rompu sa laisse ». La force du groupe balaye les interdits de la morale, ce qui peut entraîner tous les débordements. Il suit en cela les travaux fondateurs de Gustave Le Bon (Psychologie des foules, 1895) pour qui un choc psychique « transforme les individus en un être collectif doté d’une unité mentale. Ce peut être le peuple, ou la race, qui acquiert alors un sentiment de « puissance invincible lui permettant de céder à des instincts, que, seul, il eût forcément refrénés ». C’est le phénomène d’imitation qui pousse l’individu à faire comme les autres. Il faut y ajouter la capacité de certains meneurs à instrumentaliser des foules en les suggestionnant par la puissance de leur verbe et leur charisme, ce qu’avait déjà analysé Tarde. Mais cette force peut aussi nous terrifier, comme le montre Freud, en 1921, dans La Psychologie des masses et l’analyse du moi.

12Histoire culturelle : déjà en germe dans l’École des Annales des années 30, l’histoire culturelle est une forme d’histoire sociale qui prend en compte la dimension collective des phénomènes culturels et des institutions de médiation. Elle s’intéresse aux éléments quantitatifs (tirages, diffusion, pratiques sociales), sans négliger les productions et pratiques populaires, et en étant attentive à l’inscription dans des séries culturelles (les collections, les genres les générations...). Elle respecte la polysémie des objets et leur ancrage dans des réalités temporelles et spatiales, en n’oubliant pas les enjeux socio-politiques.

13Légitimité : pour Bourdieu, la culture légitime désigne des connaissances et des savoirs qui apparaissent légitimes au plus grand nombre. L’institution scolaire, par exemple, valorise certains types de savoirs qui sont dès lors légitimés socialement : le roman réaliste du xixe siècle plutôt que le roman sentimental ou de science-fiction, la peinture plutôt que la bande dessinée. La maîtrise de la culture légitime permet donc de se composer un capital culturel. Tous les produis culturels n’étant pas jugés de manière équivalente, ces distinctions impliquent des différences de capital culturel, qui se traduisent dans l’occupation de places socialement différenciées pour leurs détenteurs.

14Léviathan : Le Léviathan, ou Traité de la matière, de la forme et du pouvoir d’une république ecclésiastique et civile, est un essai de philosophie politique publié par Thomas Hobbes en 1651. Il traite de la structure de l’État, reposant sur un gouvernement central fort, seul à même d’empêcher le chaos et les guerres civiles auxquels notre faiblesse humaine nous conduit naturellement. On ne peut donc se rebeller contre un pouvoir fort ; mais en contrepartie, il doit assurer la paix et la sécurité de tous les citoyens.

15Lutte des classes : Marx affirme que toute société est composée de différentes classes sociales, qui sont en opposition forte et violente (comme lors de la révolution russe de 1917) parce que leurs intérêts sont contradictoires. Ces oppositions peuvent porter sur la répartition de la richesse, de la propriété, ou du pouvoir. La principale opposition se marque entre les ouvriers (la classe des prolétaires) et les bourgeois (la classe des capitalistes). L’objectif final de la lutte des classes est la réalisation du communisme, c’est-à-dire d’une société sans classe. Pour K. Marx, « L’histoire de toute société jusqu’à nos jours n’a été que l’histoire de la lutte de classes. »

16Peuple : le terme « peuple » peut renvoyer à des réalités très différentes selon les époques, les points de vue, les auteurs. En latin, populus désignait l’ensemble des citoyens ayant le pouvoir de voter, par opposition au Sénat et à la plèbe. C’est dans cette lignée que l’article 3 de la Constitution française affirme que le principe républicain est « gouvernement du peuple, par le peuple et pour le peuple ». Généralement, le peuple peut désigner une communauté qui partage un même territoire, ou une langue, ou des valeurs communes. C’est ainsi que l’article premier de cette même Constitution annonce : « La Communauté est fondée sur l’égalité et la solidarité des peuples qui la composent. » Voilà donc déjà deux sens distincts du mot « peuple ». En outre, le terme peut aussi désigner une partie plus restreinte de l’ensemble, en général les individus appartenant aux couches dites « inférieures » : la classe ouvrière, les petites gens, « la France d’en bas », avec une connotation souvent péjorative, dont des traces peuvent se retrouver dans les représentations littéraires et artistiques.

17Populisme : en politique, le terme a d’abord désigné des mouvements de revendication paysans et ouvriers, aux États-Unis, en Russie, dans la deuxième moitié du xixe siècle. Puis il a désigné des groupes politiques qui s’opposaient au parlementarisme, à la démocratie représentative accusée de corruption et de défense des intérêts d’une classe restreinte. Cela s’est illustré en France à travers le boulangisme, puis le poujadisme et dans des groupes d’extrême droite. Les traits récurrents du populisme sont la dénonciation des élites, la volonté de nettoyer des pouvoirs corrompus, de les balayer. Il joue sur l’appel à des leaders autoritaires et à la nécessité d’un pouvoir fort, en se revendiquant d’être le porte-parole d’un peuple méprisé par ses dirigeants.

18En littérature, le courant populiste veut faire du peuple le personnage central du roman, parce qu’il serait l’oublié des écrivains très rarement issus des classes populaires. Depuis 1931, le Prix du roman populiste récompense une œuvre romanesque qui « préfère les gens du peuple comme personnages et les milieux populaires comme décors à condition qu’il s’en dégage une authentique humanité ».

19Résistance : Michel de Certeau, dans les Arts de faire, montre que la théorie des effets a ses limites et que les citoyens ne sont pas toujours pris dans des logiques de domination. Ils peuvent inventer des ruses ou des tactiques de résistance pour subvertir de l’intérieur les impositions du pouvoir. Les publics ne sont pas toujours dominés et ils restent actifs dans la réception des messages qu’on leur envoie, comme le montre la résistance des Indiens d’Amérique du Sud face à l’envahisseur occidental au xvie siècle, ou encore les étudiants en mai 68.

20Telenovela : ce terme espagnol peut être traduit strictement par « romans télévisé ». Il désigne un genre télévisuel populaire mettant en scène des fictions sérielles de longue durée (parfois plusieurs centaines d’épisodes diffusés quotidiennement) mélangeant histoires familiales et sentimentales et questions sociales. Il s’est particulièrement développé dans la plupart des pays latino-américains (et tout spécialement au Brésil), où il touche des audiences considérables à travers l’ensemble des couches de la population.

© CNRS Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search