Version classiqueVersion mobile

Populaire et populisme

 | 
Marc Lits

Le populisme : essai de définition

Henri Deleersnijder

Texte intégral

  • 1 Cet article reprend des extraits de mon essai Populisme. Vieilles pratiques, nouveaux visages, Liè (...)

1Choisir le populisme* comme thème d’étude relève d’une véritable gageure1. Apparu sous sa forme substantive en français en 1929 et s’appliquant d’abord à un courant littéraire voulant mettre le roman au service de la description des conditions d’existence des plus pauvres, le terme reste rétif à la moindre définition digne de ce nom. Depuis qu’il a refait surface au cours des années 1980 dans les médias et chez les commentateurs politiques, il paraît prendre un malin plaisir à s’esquiver dès qu’on essaye d’éclairer sa signification ou de l’enfermer dans un moule théorique, tant sont diverses les manifestations du phénomène qu’il recouvre et les causes qui sont à leur origine. Objet équivoque par excellence, tiré à hue et à dia au gré des positionnements de partis et des stratégies électorales, le populisme est cependant un puissant révélateur de l’état d’une société. Il est devenu banal d’observer que nos régimes démocratiques ne se portent pas bien et qu’une crise lancinante serait même en train de les tarauder. De ce constat nous est venue la nécessité d’isoler et d’interpréter les symptômes d’un mal-être qui, à terme, pourrait devenir dangereusement liberticide.

Les traits du populisme

2La tentation d’abandonner à la consigne son autonomie au profit d’un sauveur providentiel est au cœur même de ce qu’il est convenu d’appeler le populisme. Quand un malaise s’installe et dure, que la peur d’un avenir incertain bride les volontés, que les frustrations de toutes sortes s’accumulent et que les aspirations des masses ne rencontrent plus d’écho en haut lieu, la recherche d’un père se fait insistante. Il ne peut être question de sous-estimer l’impact de ce genre de représentations inscrites dans l’inconscient collectif. N’est-ce pas de ses soutes, où se constituent les archétypes, qu’émergent le plus souvent les vocabulaires ?

3Il est d’autres traits qui caractérisent le phénomène populiste. L’appel au peuple, conçu comme unité organique et mythique, par une personnalité charismatique fonctionnant comme catalyseur, en constitue un, majeur à coup sûr. La contestation radicale de l’establishment, à qui il est reproché tantôt d’être incompétent et tantôt de rester sourd aux messages venus d’en bas, en est un supplémentaire : la formule-choc « tous pourris » est la version familière de ce rejet. Enfin, il y a le discours, pauvre en contenu idéologique, mais riche en propos à l’emporte-pièce, qui se distingue par sa tonalité émotionnelle, ce qui ne manque pas d’électriser la révolte contre les élites qu’il promeut.

4Il est peu de concepts qui fassent autant objet de débats que celui de « populisme ». Impossible « de lui trouver une définition capable de couvrir ce que peuvent avoir de commun ses manifestations si diverses dans le temps et dans l’espace », avoue Guy Hermet (2001, p. 19). Lequel, parmi d’autres traits saillants, insiste sur le « clientélisme charismatique » (p. 40) qu’il génère et sur « l’oreille particulièrement complaisante qu’il prête au rêve populaire d’abolir enfin la barrière qui a toujours séparé ceux d’en bas de ceux d’en haut » (p. 49). Margaret Canovan pour sa part, très sceptique face à la polysémie du terme, y découvre deux ingrédients reconnaissables entre tous et qui lui sont propres : « l’exaltation du – et l’appel au – peuple* » ainsi que « l’anti-élitisme » (Olivier Ihl, 2003, p. 229). D’autres politologues insistent sur l’« attitude » typiquement populiste, faite d’une rhétorique empreinte de démagogie, le plus souvent maniée avec maîtrise par un leader flamboyant et télégénique incarnant littéralement un parti hyper-personnalisé. Pierre-André Taguieff (2002, p. 84) enfin, qui s’est particulièrement attelé à décortiquer le phénomène, y décèle avant tout un « rejet des médiations, jugées inutiles ou superflues, limitatives ou nuisibles ». Par ce gain de temps qu’il propose dans la gestion de l’espace public, course niant par le fait même la complexité du réel, le populisme constitue une menace pour la représentation démocratique traditionnelle, voire une avenue toute tracée vers une forme de régime autoritaire.

5S’il existe un style reconnaissable entre tous et des points communs évidents dans les messages émis par Pia Kjaersgaard, Jean-Marie Le Pen, Filip Dewinter, Jörg Haider, Umberto Bossi, Silvio Berlusconi, Christoph Blocher, Pim Fortuyn et, pour l’Europe centrale et orientale, dans ceux provenant d’Andrezej Lepper, Csuurka István, Vladimir Meciar, Vaclav Klaus, Corneliu Vadim Tudor, que de différences néanmoins entre eux ! Même l’ultralibéralisme, qui a pourtant largement leur préférence, ne fait pas toujours l’unanimité chez eux. Pour se limiter à la seule Europe de l’Ouest, objet essentiel de notre propos, plusieurs divergences sont manifestes. Le Parti du peuple danois, à l’instar de ses partis frères scandinaves, est né d’une rébellion antifiscale pour finalement se réconcilier avec l’État-providence. Le Front National est l’héritier d’une France pétainiste, opposée aux droits de l’homme de la Révolution française et à l’ouverture universaliste de la modernité. En Belgique, le Vlaams Blok-Belang, nationaliste lui aussi, prône le séparatisme, au contraire de la formation frontiste de l’Hexagone dont il est cependant proche par bien des aspects. Le Parti de la liberté autrichien, aux nostalgies nazies attestées, s’en prend vigoureusement à l’establishment politique de son pays, marque de fabrique qu’il partage du reste avec la majorité des autres formations de même tendance. La Ligue du Nord, indépendantiste et rompue à la provocation, n’est pas Forza Italia, gardienne de l’unité de la Péninsule mais encore plus de la fortune – à tous les sens du terme – de son homme d’affaires télévisuel. L’Union démocratique du centre, méfiante à l’égard de la périphérie proche et plus lointaine, veut préserver la souveraineté ombrageuse de la Confédération helvétique. L’éphémère Liste Pim Fortuyn, enfin, fondée par un météore atypique, a brisé des tabous et secoué comme jamais le landerneau politique des Pays-Bas.

Des programmes variables

6Il est difficile, par conséquent, de dresser une typologie d’un tel patchwork, surtout que les chefs de file de ces mouvements s’entendent à brouiller les repères traditionnels. Souvenons-nous, à ce propos, du slogan lepéniste « socialement de gauche, économiquement de droite ». Pierre-André Taguieff (2002, p. 127-135) propose néanmoins un classement, tout en étant conscient de son caractère relatif. Il établit une distinction entre le « populisme protestataire » et le « populisme identitaire ». Le premier est la caisse de résonance ou l’exutoire d’un mal-être social où prédominent la contestation de la représentation nationale – donc des partis trustant le pouvoir – et l’appel à une démocratie directe faisant l’économie d’intermédiaires ou de médiations : c’est le pays « d’en bas », dit aussi « réel », qui se dresse contre celui « d’en haut », également nommé « légal ». Les Partis du progrès scandinaves et de la liberté autrichien illustrent ce cas de figure, à leurs débuts du moins. Le second, collant plus intimement à la notion de national-populisme, entend maintenir coûte que coûte l’identité nationale menacée, moins par ceux « d’en haut » que par ceux « d’ailleurs » : le peuple tout entier est appelé à se mobiliser pour maintenir son intégrité face au danger représenté par l’immigration, mais aussi par les élites vues comme le « parti de l’étranger ». Le Front National, en France, est le prototype de cette seconde forme de populisme, ainsi que le Vlaams Blok devenu Vlaams Belang, en Belgique. Il va de soi que la frontière entre ces deux pôles n’est pas étanche et que la plupart des formations qualifiées de populistes participent, à des degrés divers, à l’un et l’autre.

  • 2 Musso, P., « Le phénomène Berlusconi : ni populisme ni vidéocratie, mais néo-politique », Hermès, (...)

7Il convient enfin de mettre en évidence une dernière figure du phénomène pluriel qui nous occupe, à savoir celle du « télépopulisme ». Dans ce modèle, actuel au plus haut point, « on retrouve l’appel au peuple, mais d’une façon telle qu’il puise l’essentiel de son efficacité symbolique dans les ressources propres de l’espace médiatique et dans la compétence télégénique des leaders »2. Le télécrate Berlusconi est ici le champion toutes catégories qui, propriétaire de l’outil comme personne, s’en est servi à son gré au point que son type de pouvoir a pu être désigné – un peu hâtivement à vrai dire – du nom de « péronisme électronique ». La télévision, en route vers le plus facile et vers la séduction du spectateur-électeur-consommateur, élimine la distance entre le dirigeant et le peuple, ce qui est bien au cœur du rêve populiste, mais ce rapprochement n’est évidemment que virtuel. C’est l’illusion de la démocratie en direct, le citoyen étant aux abonnés absents. Foin de la réflexion ! Laisser du temps au temps n’est plus de mise, le règne de l’immédiateté a jeté aux oubliettes cette sage prudence. C’est d’ailleurs une des constantes fallacieuses de la démagogie que de promettre beaucoup et de laisser supposer que tout peut se réaliser très rapidement. Puisqu’« il n’y a qu’à... », brève de comptoir idéologique du café du commerce. À ce train-là, le vote par sms a de l’avenir.

Un concept fourre-tout

8Il arrive que les mots, à l’imitation des prix, soient entraînés dans des spirales inflationnistes. Suremployés, ils ont une regrettable tendance à se vider de leur sens et, comme essoufflés par un usage débridé, finissent par ne plus être porteurs de la moindre signification. Celui de « populisme » est sur la bonne voie pour connaître ce funeste sort. Au sortir des années 1980, émergeant dans le champ médiatico-politique, il avait petit à petit délogé son aîné « poujadisme » qui avait lui-même détrôné le terme « boulangisme », resté connu de nos jours des seuls historiens et amateurs de l’histoire de France. Depuis, il s’applique à un concept fourre-tout, véritable auberge espagnole du langage idéologique en mal de précision, mais très souvent avec une intention polémique affirmée : mettre au pilori un adversaire et disqualifier sans appel son discours. L’énoncé verbal fonctionne ainsi comme un acte tout en gratifiant son auteur d’un label démocratique obtenu, on en conviendra, à bon marché.

9Si on se limite au xxe siècle, ils ont été nombreux les dirigeants de pays qui, dans des aires géographiques diverses et des contextes historiques déterminés, ont été taxés de « populistes », de leur temps ou après leur disparition. Bon nombre de leaders du tiers-monde l’ont été durant les luttes menées contre les colonisateurs européens et au lendemain de l’acquisition des indépendances : Nasser le fut en Égypte, Sekou Touré aussi en Guinée ainsi que Sukarno en Indonésie. Abstraction faite de ceux que nous avons déjà évoqués (particulièrement Vargas, Peron, Degrelle, Poujade), ce trio emblématique peut être complété – liste non exhaustive – par Atatürk en Turquie, Banzer en Bolivie, Bhutto au Pakistan, Cárdenas au Mexique, Castro à Cuba, Chávez au Venezuela, Collor de Melo au Brésil, Eltsine en Russie, Fujimori au Pérou, Khadafi en Libye, Khomeini en Iran, Lumumba au Congo, Menem en Argentine, Milosevic en Yougoslavie, Neyere en Tanzanie, Papandréou en Grèce, Walesa en Pologne, etc. Le populisme serait-il donc la chose la mieux partagée au monde ? Non, répond Guy Hermet (2001, p. 446) tout en reconnaissant « l’application extensive donnée (...) à la notion », mais il « représente une tentation offerte à tous les praticiens de la politique, même si tous n’y succombent pas ».

10Ancien par ses pratiques mais nouveau par maints aspects de sa récente résurgence, le populisme ressemble à un Janus idéologique moderne. Deux faces opposées le caractérisent. La première, aimable, exprime un irrépressible besoin de transparence et de protection, l’espoir d’un monde où les désirs légitimes du plus grand nombre seraient quasi immédiatement satisfaits. Un monde chaleureux où la justice serait la règle, sans médiations entre « ceux d’en bas » et « ceux d’en haut », débarrassé aussi de l’implacable loi du temps : « Ce que tu veux, tu l’as, dans l’heure... ». Besoin, enfin, d’une démocratie directe où les problèmes se résoudraient comme par enchantement, un simple coup de baguette magique suffisant à les résoudre. Comment ne pas reconnaître dans ce rêve fascinant et tellement légitime la nostalgie d’un âge d’or perdu, éden qui n’a d’ailleurs jamais existé ?

11Mais le populisme présente également un autre visage, inquiétant celui-là. Par sa façon de simplifier à outrance la complexité du réel, faisant fi des contradictions (de classes, d’intérêts, d’opinions) inhérentes à tout groupe humain, il sombre aisément dans une rhétorique démagogique et tend à déboucher tôt ou tard sur des politiques autoritaires. « On passe en force » pourrait être sa consigne favorite, pour le bien du peuple évidemment... Quantité de dictateurs ont expérimenté cette manière de gouverner qui les dispensait de rendre des comptes à ceux qui, de bonne foi, les avaient hissés sur le pavois du pouvoir ; au portillon du royaume de l’ambition doivent, selon toute vraisemblance, se presser encore aujourd’hui des candidats à leur succession. Par sa logique binaire aussi, réduisant la réalité entre bons et mauvais ou entre amis et ennemis, par son nationalisme et sa xénophobie qui accompagnent le plus souvent un repli identitaire, par son mépris enfin pour le peuple qu’il prétend servir, ce populisme dépravé est le voisin tout proche de l’extrême droite. Miroir aux alouettes pour la multitude, il constitue un péril certain en la demeure démocratique où il s’infiltre.

Bibliographie

Références bibliographiques

Hermet, G., Les populismes dans le monde. Une histoire sociologique. xixexxe siècle, [coll. « L’espace du politique »], Paris, Fayard, 2001.

Ihl, O., Chene, J., Vial, É, Waterlot, G. (dir), La tentation populiste au cœur de l’Europe, [coll. Recherches], Paris, La Découverte, 2003.

Taguieff, P.-A., L’illusion populiste. De l’archaïque au médiatique, Paris, Berg International, 2002.

Notes

1 Cet article reprend des extraits de mon essai Populisme. Vieilles pratiques, nouveaux visages, Liège/Bruxelles, Territoires de la Mémoire/Luc Pire, 2006.

2 Musso, P., « Le phénomène Berlusconi : ni populisme ni vidéocratie, mais néo-politique », Hermès, « Peuple, populaire, populisme », no 42, Paris, CNRS Éditions, 2005, p. 172

Auteur

Professeur d’histoire, essayiste et collaborateur scientifique à l’Université de Liège en Arts et Sciences de la Communication. Il a publié Les Prédateurs de la mémoire. La Shoah au péril des négationnistes, Bruxelles, Labor, 2001, et Populisme. Vieilles pratiques, nouveaux visages, Bruxelles, Luc Pire, 2006.

© CNRS Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search