Version classiqueVersion mobile

Populaire et populisme

 | 
Marc Lits

Présentation générale

Populaire et populisme : entre dénigrement et exaltation

Marc Lits

Note de l’éditeur

Les termes repris dans le glossaire sont suivis d’un *.

Les textes qui suivent ont été retravaillés pour des raisons éditoriales.

Texte intégral

1L’émergence de leaders qualifiés de populistes en Europe de l’Est ou en Amérique latine, le succès d’un Berlusconi en Italie, la montée des partis d’extrême droite* dans de nombreux pays européens remettent sur le devant de la scène les débats autour du populisme*, et des formes de représentation sociale, culturelle et politique du peuple* dans des systèmes démocratiques où démocratie représentative et démocratie participative semblent aujourd’hui en crise. Pour comprendre les enjeux liés à la définition du populisme (et donc à la place sociale qu’on va attribuer aux manifestations ainsi dénommées), il faut d’abord repartir du terme originel, le peuple, et de sa déclinaison dans les différentes acceptions de la notion de populaire. L’enjeu politique en est évident, mais complexe, dans la mesure où ces notions doivent être mises en discussion au croisement des sciences politiques, de la sociologie, de la philosophie, de l’histoire des mentalités et de l’histoire culturelle, de l’analyse des médias et des sciences de la communication. En outre, si chaque discipline apporte sa définition de l’objet, la perception de celui-ci change fortement au fil des siècles, et au sein des disciplines.

2Des tensions fortes révèlent ainsi les soubassements idéologiques de concepts qui ne sont jamais neutres, qui sont toujours inscrits dans des points de vue marqués, tantôt explicites, tantôt implicites. Il n’est donc pas possible de donner une définition unique de termes comme « peuple », « populaire », « populisme », mais seulement d’éclairer la discussion en situant les contours historiques, culturels et sociaux de ces débats.

Le peuple, masse soumise ou fondement de l’État

  • 1 Cf. les articles « Peuple », « Populaire » et « Populisme » du Trésor de la langue française inform (...)

3La désignation du peuple s’inscrit dès l’Antiquité dans des variations importantes autour de l’objet même que le mot essaye de désigner. Pour s’en tenir à la langue française, le mot y fait son entrée sur le mode le plus solennel dans les Serments de Strasbourg, texte fondateur de notre langue en 842, dans lequel deux petits-fils de Charlemagne concluent une alliance pour défendre « le salut du peuple chrétien ». Le terme renvoie ainsi d’abord à une communauté homogène (ou constituée comme telle par un acte illocutoire), voire à une ethnie, fondée sur un socle de valeurs communes. Au cours des siècles et singulièrement au tournant de la Révolution de 1789, il va se charger d’une signification plus ouvertement politique pour renvoyer tantôt à un groupe humain rassemblé sous les mêmes lois, sans distinction de classes, tantôt à « la partie de la nation qui est dominée économiquement et politiquement »1.

4D’un côté donc, le « peuple souverain », à la fois sujet et objet de l’institution démocratique ; et, de l’autre, le peuple des prolétaires, dont se méfie toujours une classe bourgeoise oscillant entre paternalisme et répression. Durant tout le xixe siècle, le discours sur le peuple, chez les écrivains comme chez les politiques, sera traversé par cette ambiguïté permanente. Le peuple est l’essence de la Nation, celui qui fonde la République en État démocratique ; mais c’est aussi une masse dangereuse, incontrôlable, dont il faut refréner les ardeurs quasi bestiales. Les représentations du peuple dans les romans et romans-feuilletons du xixe siècle sont significatives de cette méfiance récurrente des bourgeois (autant de la part des écrivains que chez leurs lecteurs) envers une masse obscure perçue comme toujours menaçante.

5L’article rédigé par Louis de Jaucourt pour l’Encyclopédie* de Diderot et d’Alembert est révélateur de ces tensions, essayant tantôt d’identifier les catégories sociales constituant le peuple vu comme l’ensemble des classes dominées (ouvriers, paysans, artisans...) rassemblées sous le vocable de « petit peuple », tantôt de magnifier le peuple comme l’ensemble des citoyens élisant ses représentants politiques, participant à une culture commune. L’analyse sociologique des foules* que tente Gabriel Tarde à la fin du xixe siècle est tout autant significative de cette méfiance vis-à-vis des masses populaires. Le peuple peut aussi être dangereux, parce qu’il manque d’éducation, qu’il est facilement manipulable, qu’il ne contrôle pas ses instincts, qu’il est fondamentalement tiré vers le bas dont il est issu. Un bas explicitement désigné dans le titre de la pièce de Maxime Gorki, Les Bas-fonds (1902) où se côtoient voleurs, prostituées et criminels qu’un jeune bourgeois idéaliste tentera de sauver, d’élever. Certains discours politiques contemporains présentant de manière antagoniste la « France d’en bas » et la « France d’en haut » ne font peut-être que prolonger cette distinction entre classes sociales différentes.

6Certes, Tarde parle des foules, et de leurs débordements irrationnels entraînés par des effets de groupe, mais son analyse se fonde néanmoins sur une opposition récurrente entre le « bas » et le « haut », le « savant » et le « populaire », le rustre et le noble, l’inculte et l’éduqué. Mikhaïl Bakhtine, dans son essai sur L’Œuvre de François Rabelais et la culture populaire au Moyen Âge et sous la Renaissance (1965) a montré comment le carnaval est un moment de renversement des valeurs et des rôles où le peuple peut se libérer de ses peurs par le rire, en magnifiant le « bas », dans des jeux obscènes entre autres, contre le « haut » (à la fois l’intellect et le lieu du pouvoir). Le Roi du carnaval met en scène la dérision des puissants, mais il ne peut le faire qu’un seul jour, le reste de l’année restant rythmé par la soumission du peuple au bon vouloir du prince.

7C’est pour lutter contre ces inégalités que se définira un « contrat social* » depuis Kant et Rousseau. Pour ces philosophes, le peuple va accepter de se soumettre à une autorité qu’il a lui-même choisie, puisqu’il est l’auteur des Lois qu’il a instituées pour se protéger d’une nature inhospitalière. C’est le fondement du système démocratique qui se développe alors dans le monde occidental. Mais cette cité idéale, revendiquée par les Lumières et instaurée lors de la Révolution de 1789, n’arrivera pas à se maintenir au long du xixe siècle. Lorsque le modèle politique est supplanté par des enjeux économiques, la division en classes sociales va l’emporter sur le bien commun. Le peuple, désormais, est de plus en plus réduit aux classes populaires, aux plus pauvres. Il n’y a plus adhésion à un contrat social partagé, mais rivalité entre des classes antagonistes, dans une lutte des classes* entre la bourgeoisie, le capital, et la classe ouvrière, telle que la définissent Marx et Engels dans le Manifeste du parti communiste (1847).

8Toute l’histoire, toute la philosophie politique manifestent cette tension permanente entre une vision homogène d’un groupe uni autour de valeurs partagées (le « peuple élu », la Cité athénienne idéale, l’adhésion collective à un leader charismatique, l’union nationale contre les barbares et les étrangers), tantôt positives, tantôt négatives, et un constat d’éclatement de collectivités sociales composées de strates multiples dont les couches inférieures constituent le peuple, la populace.

Le peuple, un objet d’étude mouvant

9Si le peuple est un objet de discours, il est aussi un objet de savoir. D’Aristote à Marx, de Pétrone aux écrivains prolétariens, de Michelet à Robert Mandrou, de Saint-Simon à Bourdieu, la philosophie politique, la littérature, l’histoire des mentalités et la sociologie ont chacune contribué non seulement à situer le peuple dans ses logiques de place et de variation, mais aussi à le définir en vertu d’a priori procédant de choix idéologiques et politiques. Le peuple de Rousseau n’est pas celui de Marx, le peuple de Marcel Mauss ne s’ajuste guère à celui qui transparaît en filigrane dans les textes de Pierre Bourdieu ou d’Edgar Morin, le peuple de Robert Mandrou est très éloigné de la vision qu’en donne Michel de Certeau. Autant de chercheurs qui ont étudié le « peuple » (dans ses pratiques, ses usages, ses transformations) parce qu’il s’agit sans doute d’un objet ou d’un ensemble dans lequel entrent en tension significative des logiques sociales et historiques générales, mais aussi par intention quelquefois de mieux comprendre objectivement les modes de fonctionnement de leur classe d’origine, par engagement social et politique ou encore par choix de s’intéresser au quotidien et à l’infra-quotidien. Autant de représentations mouvantes dans la production desquelles interviennent, de surcroît, toute une série d’héritages culturels, qui imposent de prendre en compte l’ancrage du peuple dans des contextes géographiques et historiques contrastés. Le « Volk » allemand n’a que peu de rapports avec le « We are the People » américain ; et la conception de la culture populaire latino-américaine, dans ses filiations avec une tradition orale qui continue de traverser les médias contemporains, ne peut être rendue en français par l’emploi du mot « populaire » connoté par une autre histoire culturelle.

10Et dans un même pays, la France par exemple, les variations dans le temps peuvent aussi être importantes. Du Front populaire de 1936 à la création de l’UMP en 2002 (cet acronyme signifie bien Union pour un mouvement populaire), on constate que l’adjectif a changé de bord politique. Est-ce le peuple qui a changé, ce peuple de gauche toujours présent dans les discours des dirigeants communistes français ? Serait-ce que la classe ouvrière, noyau dur de ce peuple, aurait disparu avec la fin toujours annoncée de la lutte des classes ? Y a-t-il eu détournement de sens ou est-ce, plus simplement, que la polysémie de l’adjectif permet des usages divers selon les époques ? Ce qu’il faudrait en ce dernier cas étudier, c’est moins une hypothétique transformation sémantique du terme que l’ancrage de ses usages dans des contextes à chaque fois différents, et ce que ces glissements disent de l’évolution de nos sociétés contemporaines, de la place que le peuple y occupe et de sa progressive disparition du discours public.

Expressions et traditions populaires

11À la fin du xviiie siècle, quand des historiens ou des ethnologues vont s’intéresser aux productions populaires, ils le font essentiellement pour collecter des traces des pratiques des gens ordinaires et des témoignages révélateurs des folklores* locaux. Pour Marcel Mauss, est populaire tout ce qui ne relève pas de l’officiel, qui n’est pas inscrit dans des logiques institutionnelles. Ce sont d’abord les traditions des campagnes, dont on pressent la disparition prochaine, puis la collecte s’étend aux objets et pratiques des mondes industriels et urbains. C’est le moment où se développe le modèle des Arts et Traditions populaires*, fondé sur une conception assez statique et conservatrice de formes de vie considérées comme menacées. Mais cette vision patrimoniale va être contrebalancée par une logique plus dynamique, telle que la développe l’Unesco à travers sa promotion du patrimoine vivant immatériel, qui inscrit les pratiques ordinaires dans un projet culturel et social sans les reléguer au statut d’objets de musée.

12De la même manière, quand Jean Vilar fonde le Théâtre National Populaire, quand se créent après la Seconde Guerre mondiale des associations culturelles comme « Peuple et culture », le projet est clair. Dans le cadre de la démocratisation culturelle amorcée dès 1880 avec l’enseignement obligatoire, et prolongée par l’ouverture des maisons de la culture sous l’ère Malraux, il s’agit d’apporter au plus grand nombre les œuvres maîtresses de la littérature, du théâtre classique, voire du cinéma d’auteur.

13Depuis lors, deux évolutions majeures ont modifié radicalement ce lien entre la culture de type patrimonial (même quand elle est le fait de créateurs contemporains) et un public large : d’abord, le périmètre de ce qui est considéré comme culturel a explosé ; ensuite, la notion de public populaire semble obsolète. D’un côté, les créateurs, dans une époque parfois qualifiée de postmoderne, ont eux-mêmes mis en question l’héritage culturel, l’art, la création, ce qui n’a pas contribué à les rapprocher d’un public quelque peu en perte de repères. De l’autre, le déferlement des mass médias a amené une bonne part de ce public (surtout compris comme une audience chiffrée en parts de marché ou un potentiel d’acheteurs) à consommer de la télévision, de la musique enregistrée, des spectacles dits populaires (les comédies musicales récentes, les concerts rock...) plutôt que de fréquenter les salles de théâtre, de concert ou de ballet, voire les maisons de la culture. Dès lors, les définitions de l’art et de la culture sont à revoir, ainsi que les stratégies de conquête (ou de séduction) d’un public plus hétérogène qu’avant. Les deux termes, « culture » et « populaire », dont la coexistence relevait parfois de l’oxymore aux yeux de certains, sont plus que jamais associés dans des mises en tension problématiques.

  • 2 Il est significatif, par exemple, qu’est sorti il y a peu un Dictionnaire du cinéma populaire franç (...)

14Par là, c’est une nouvelle cartographie sociale et politique qui tendrait à se dessiner, du fait que les repères ne cessent de bouger et que les référents eux-mêmes changent. Comme souvent, la littérature et les médias font office de révélateurs de ces usages. On s’y intéressera tout particulièrement pour saisir la place du populaire aujourd’hui, dans ses marques affichées2 comme dans ses absences ou ses travestissements, voire dans les lignes de partage qu’il instaure non plus entre des groupes sociaux distincts mais au sein de chaque individu. Comprendre la question du populaire aujourd’hui est un enjeu central pour la culture, la communication, la politique.

15Les approches sociologiques inspirées des travaux de Bourdieu, qui ont parfois servi à reconnaître des pratiques culturelles plus récentes comme la photographie, ont aussi, de facto, contribué à figer de manière rigide les oppositions entre les champs de production restreinte, valorisés par la critique et une élite intellectuelle, et les champs de grande production dans lesquels se retrouvent les best-sellers, les productions de la culture médiatique, les produits culturels massivement diffusés. Pourtant, les recherches plus récentes d’un Bernard Lahire, par exemple dans La Culture des individus, montrent que ces clivages n’ont plus lieu d’être, ou plutôt qu’ils ne correspondent plus à des découpages liés aux classes sociales ou aux qualifications socio-professionnelles, mais qu’ils nous traversent tous dans nos usages culturels plus hybrides que jamais. Le même individu peut à la fois apprécier une pièce de Bernard-Marie Koltès et la trilogie Star Wars, un ballet de danse contemporaine et un concert du vainqueur de la Star Academy. Les analystes et les sociologues doivent eux aussi repenser leurs catégories, en s’inspirant à la fois des pratiques, des usages, et pas seulement de concepts a priori, parce que les découpages anciens ont vécu, que les classements fondés sur les seuls critères institutionnels sont périmés.

16C’est précisément l’enjeu des Cultural Studies*, qui dénoncent le fait que la culture populaire n’existe pas en soi, n’est pas un donné naturel, mais qu’elle est une pure construction de la part des observateurs extérieurs. Il s’agit donc d’analyser ces structures de représentation pour voir ce qu’elles cachent, et faire ainsi entendre la voix des groupes dominés. Le populaire se trouve toujours chez l’autre ; il est construit par un regard extérieur, souvent condescendant. Le combat des Cultural Studies est donc à la fois scientifique, politique, et même militant. Mais il a le mérite de montrer les logiques de résistance à l’œuvre dans les pratiques populaires, ce qu’avait prémonitoirement montré Michel de Certeau. Ce combat a souvent été taxé de populiste, et dans une période postmoderne qui promeut une forme de relativisme généralisé, au moment où le populisme politique reprend de la vigueur, il doit sans cesse être réévalué, y compris dans ses confrontations avec des modèles teintés de néo-libéralisme.

Du populaire au populisme

  • 3 Cf. l’article de Musso, P., « Le phénomène Berlusconi : ni populisme, ni vidéocratie, mais néo-poli (...)

17Si la culture est en crise, la notion même de peuple, ou de populaire est aussi remise en question. La montée de partis dits « populistes » dans l’ensemble de l’Europe incite, enfin, à s’interroger sur le devenir du « peuple » et son investissement par des politiques qui en détournent l’image à leur profit. Au moment où émergent des partis et des leaders qualifiés de « populistes » – et sans refaire l’histoire du Front National ou d’autres formations politiques semblables – il paraît urgent de déterminer sous quel angle le discours politique et le discours des médias reformulent le vieil antagonisme entre le peuple comme acteur politique et l’instrumentalisation politicienne des passions populaires. Certes, nombre de spécialistes de sciences politiques ont pris en compte ce phénomène et il ne s’agit donc pas ici de proposer un nouveau panorama des partis populistes européens. Non seulement parce que ce genre d’études existe largement par ailleurs, mais aussi et surtout parce que ce type de cadrage s’en tient à une compréhension du phénomène qui n’en mesure sans doute pas la portée exacte. On ne peut en effet comprendre le populisme – et lutter contre la forme qui est aujourd’hui la sienne – sans le relier à l’évolution des représentations du populaire. Henri Deleersnijder propose plus bas un essai de définition qui remonte aux racines historiques du populisme et en relève les traits communs, au travers de l’analyse de plusieurs partis européens qui s’inscrivent dans cette mouvance. C’est dans cette perspective qu’on peut alors s’interroger sur la dimension populiste d’un Berlusconi qui transforme le rapport au politique en y intégrant logiques entrepreneuriales et stratégies médiatiques3.

18Le terme « populiste » est aussi connoté négativement que « peuple » ou « populaire ». Il peut être adressé à un homme politique dans le simple but de le disqualifier, sans grand besoin de justifications. Il a été employé aussi bien pour désigner les mouvements boulangiste et poujadiste en France que, hier, l’Argentin Juan Peron ou aujourd’hui le Vénézuélien Hugo Chavez. Il désigne plus souvent des mouvements de droite ou d’extrême droite, mais il peut aussi toucher les dirigeants de la gauche, en rassemblant dans le même ensemble les groupes protestataires qui veulent nettoyer des systèmes jugés pourris et les partis identitaires qui se définissent par le refus des autres et le repli sur l’ethnie nationale. Le fonds de commerce des partis populistes repose sur le dénigrement de la démocratie, et particulièrement de la démocratie représentative, au profit de l’adhésion soumise à un leader charismatique. Il n’y a plus de contrat social partagé, mais une confiance aveugle en un sauveur qui se démarque des discours politiques traditionnels. C’est donc bien d’une crise de la représentation et de la démocratie que la question du populisme est le révélateur.

19C’est en cela qu’une compréhension des expressions populaires et des phénomènes populistes est plus que jamais nécessaire, pour autant qu’elle n’occulte pas les positions idéologiques qui construisent toujours les points de vue, et qu’elle soit exercée avec un regard critique exempt d’a priori.

L’apport de la revue Hermès

20Si l’on regarde l’ensemble des volumes de la revue Hermès, celle-ci n’a cessé de tourner autour de ces questions des rapports entre les individus, les masses et le pouvoir politique. Le 1er numéro, en 1988, portait déjà sur « Théorie politique et communication », et donnait un cadre général pour penser les rapports entre la science politique et les théories de la communication, à un moment où les hommes politiques eux-mêmes, du moins en Europe, n’avaient pas encore pris conscience de l’importance de la communication dans les relations entre les élus et les citoyens-électeurs. Le no 17-18 de 1995 reviendra sur ces rapports ambigus. Mais déjà dans le no 2, de 1988, la thématique du dossier était consacrée aux rapports entre « Masse et politique ». C’est de ce numéro qu’est extrait l’article de l’Encyclopédie ici repris, qui propose une première définition du mot « Peuple », toujours d’actualité aujourd’hui. Et peu après, dans le no 5-6, de 1990, intitulé « Individus et politique », on reproduit la communication de Gabriel Tarde où il définit son concept de « foule », avec toutes les ambiguïtés qu’il recèle quant à la dangerosité potentielle de masses incontrôlées, ou manipulées par des meneurs mal intentionnés.

21Si la thématique des rapports entre les citoyens et les élus, entre masse populaire et élites politiques, entre dominants et dominés est logiquement présente au fil de plusieurs numéros d’une revue dont le sous-titre est « Cognition, communication, politique », il faut attendre le no 42, de 2005, pour qu’y soit consacré un dossier complet sous le titre « Peuple, populaire, populisme ». C’est de ce dossier que viennent la majorité des articles repris dans le présent volume. Ce n’est pas un hasard si ce numéro paraît à un moment où les partis d’extrême droite connaissent un regain de succès dans toute l’Europe (y compris dans les nouvelles démocraties libérées du joug communiste), où les discours nationalistes et xénophobes gagnent du terrain, en même temps que progressent l’anti-politisme et la méfiance vis-à-vis des modèles de pouvoir traditionnels.

22C’est d’abord d’une volonté de comprendre les ressorts du populisme que naît ce numéro, qui présente les succès des partis populistes en Italie (autour de la figure de Berlusconi) ou en Europe de l’Est, ou encore le rapport au peuple assez ambigu contenu dans le discours du Front National en France. Mais cette méfiance du peuple, dans ses choix électoraux ou ses fascinations pour quelques leaders charismatiques, est bien plus ancienne, remontant à la Révolution française, voire aux discours ambivalents présents chez les philosophes grecs et romains, autant que chez Rousseau et Marx. Il s’agissait donc de déconstruire la notion même de « peuple », puisque celle-ci n’existe pas en soi, mais est seulement le résultat d’un discours savant, très variable selon les auteurs et les disciplines. C’est pourquoi il fallait revisiter la philosophie, l’histoire, la sociologie, les Cultural Studies, la littérature, pour y interroger les multiples avatars d’un terme protéiforme, toujours marqué idéologiquement.

23Si la notion même de peuple est particulièrement délicate à saisir, le terme de « populaire » est encore plus suspect, tant il apparaît connoté négativement. Plusieurs articles de ce dossier essayaient donc de comprendre les pratiques populaires, pour en montrer les lectures variées possibles. Les programmes de télévision, par exemple, seraient révélateurs d’un goût toujours plus dégradé, où la dimension éducative de ce média de masse est de plus en plus supplantée par sa tendance au divertissement. La presse people elle-même, et son succès grandissant, serait révélatrice de ses glissements, en même temps que décline l’éducation populaire, si importante dans l’immédiat après-guerre. Finalement, l’analyse des usages du « peuple » tendrait à démontrer une lente dégradation de la culture légitime, noyée dans des pratiques de masse, si l’on en restait à une lecture trop simple. Mais les sociologues d’aujourd’hui viennent à propos démonter les parti-pris idéologiques de semblables lectures, en mettant en question ces classifications arbitraires et ces jugements non fondés. Non seulement, ces pratiques sont plus diversifiées qu’il n’y paraît, de la part de chaque individu en particulier, mais elles ont aussi connu de grandes variations à toutes les époques.

24Il importait donc, dans le numéro d’Hermès qui est la source principale du présent volume, comme dans les articles qui suivent, de mettre en perspective des notions beaucoup plus complexes que ne le donne à penser l’usage courant. Et de remettre en débat des notions centrales pour la construction d’un débat public où se croisent toutes les catégories sociales, tous les citoyens.

Notes

1 Cf. les articles « Peuple », « Populaire » et « Populisme » du Trésor de la langue française informatisé, CNRS Éditions.

2 Il est significatif, par exemple, qu’est sorti il y a peu un Dictionnaire du cinéma populaire français des origines à nos jours (Bosseno, Ch. -M., Dehee, Y., Paris, Nouveau Monde Éditions, 2004) qui s’affirme comme le premier du genre, alors « que d’autres ouvrages de référence négligent ou traitent avec condescendance » ce type de production. Voir également Bourdon, J., « La télévision et le peuple, ou le retour de la “populace” », in Méadel, C., (dir), La réception, [coll. Les Essentiels d’Hermès], 2009, p. 69-88.

3 Cf. l’article de Musso, P., « Le phénomène Berlusconi : ni populisme, ni vidéocratie, mais néo-politique », in Mercier, A., (dir.), La communication politique, [coll. Les Essentiels d’Hermès], 2008, p. 125-141.

Auteur

Professeur de communication à l’Université catholique de Louvain, où il dirige l’Observatoire du récit médiatique. Il a publié récemment Du récit au récit médiatique, Bruxelles, De Boeck, coll. “Info&Com”, 2008.

© CNRS Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search