Version classiqueVersion mobile

Les sciences de l'information et de la communication

 | 
Éric Dacheux

Glossaire

Texte intégral

1Apophtegme : une sentence, une phrase devenue célèbre.

2Aporie : difficulté majeure rencontrée dans le cadre d’un raisonnement. Impasse logique.

3Ascétique : relatif à l’ascétisme, méthode morale qui consiste à atteindre la sagesse par l’effort et le renoncement aux biens matériels.

4Anthropologique : qui concerne l’anthropologie, soit l’étude de l’origine des êtres humains et de leur organisation en groupes sociaux, à partir des caractéristiques biologiques, culturelles et linguistiques propres aux différentes populations, afin d’expliquer l’évolution des sociétés humaines.

5Constructivisme : théorie philosophique selon laquelle la société n’est pas une donnée qui préexiste, mais une construction sociale fruit de la communication entre individus.

6Cultural Studies : courant de recherche sur la culture de masse qui, dans une perspective politique de gauche, se développe à la fin des années cinquante en Grande-Bretagne à l’Université de Birmingham, avec les travaux de R. Hoggart, R. Williams, E. Thompson, S. Hall… Remettant en cause les hiérarchies culturelles traditionnelles, ces travaux s’intéressent à la manière dont les médias sont reçus, perçus et intégrés. Le courant s’est largement internationalisé dans les années 80, irrigant les recherches sur les cultures populaires.

7Déhistoricise : ici, qui oublie de prendre en compte toute l’histoire qui précède et explique en partie les pratiques culturelles actuelles.

8Déterminisme technologique : idée selon laquelle ce sont les technologies qui façonnent le monde.

9Les dimensions symboliques et interactionnistes de la communication : la communication n’est pas qu’un instrument, un outil, une technique, c’est aussi un processus entre des personnes qui utilisent des symboles (le langage, les gestes, les images, etc.) et qui interagissent (qui agissent les unes en fonction des autres).

10Les dimensions techniques et idéologiques de la communication : la communication passe souvent par des outils, des médias qui ne sont pas neutres. Ils co-produisent le message (le conte du chaperon rouge, lu sur un livre, écouté à la radio ou vu à la télé, n’est pas exactement le même conte). De même, dans toute communication sont présentes des règles (politesse par exemple) qui renvoient à une organisation sociale et à une vision du monde commune (une idéologie).

11École de Francfort : courant de pensée né à l’Université de Francfort, dans la première partie du vingtième siècle, regroupant des philosophes d’inspiration marxistes qui, comme Adorno, se sont intéressés aux médias comme vecteur d’idéologie* et ont forgé le concept « d’industrie culturelle ».

12Empirique : qui se fonde uniquement sur l’expérience, sur l’observation et ne procède d’aucun système, d’aucune loi. La réalité empirique est celle que l’expérience permet d’observer.

13Épistémologique : l’épistémologie est une réflexion philosophique sur la nature, les méthodes et les concepts de la science. L’expression « coupure épistémologique » fait donc référence à la recherche anglophone qui sépare d’un côté les sciences de l’information et, de l’autre, les sciences de la communication. De même, un « débat épistémologique » est un débat qui porte sur la nature, les méthodes et les concepts d’une science, ici, les sciences de l’information et de la communication.
– Épistémologie normative : réflexion qui porte sur ce que devrait être, dans l’idéal, la science ou une discipline.
– Épistémologie analytique : étude de ce qu’est, concrètement, la science ou une discipline.

14Espace public : le concept d’espace public fait à la fois référence à un processus historique concret (la lente séparation entre l’État et la société civile), mais aussi à une théorie particulière de ce que doit être, dans l’idéal, une démocratie. Le concept d’espace public est donc tout à la fois descriptif (il rend compte d’un phénomène) et normatif (il véhicule une conception particulière de la démocratie).

15Ethnographique : relatif à l’ethnographie, science qui étudie et décrit, sur le terrain, les mœurs de différentes ethnies. Le terme « démarche ethnographique » renvoie donc ici à une méthode d’analyse de la réception qui consiste à décrire comment différents groupes culturels décodent, dans leur milieu de vie, des messages médiatiques.

16Fétichisme : dans le texte, ce terme est synonyme de fascination.

17Fonctionnaliste : qui renvoie au fonctionnalisme, méthode et théorie qui vise à comprendre des organisations (les médias, mais aussi l’École, les sectes, etc.) en découvrant quelle est leur contribution (leur utilité) au bon fonctionnement de la société.

18Gramscien : qui renvoie à la pensée de A. Gramsci, philosophe italien du vingtième siècle qui a, entre autre, contribué à forger la notion d’hégémonie*.

19Hégémonie, hégémonique : l’hégémonie est, dans le sens le plus courant, la prépondérance politique, la domination, qu’exerce un pays ou une puissance économique ou militaire. Dans un sens, plus restreint, celui que l’italien Gramsci lui donne, l’hégémonie possède deux aspects. C’est une vision du monde apte à pénétrer toute une société et à devenir une « foi » qui remplace, à tous les niveaux de la vie étatique, les conceptions et les fois antérieures. Mais second aspect, l’hégémonie n’est pas statique. Elle a ses flux et reflux, elle peut entrer en crise ou se rénover. C’est une domination symbolique forte, pas une aliénation sociale qui ne laisserait aucune possibilité aux individus de la contester.

20Herméneutique : science de l’esprit qui vise non pas à expliquer (découvrir des lois universelles) mais à comprendre (donner un sens aux actions et aux textes étudiés).

21Idéologie : dans une perspective marxiste, l’idéologie est un reflet, inversé, manipulateur, de la réalité sociale. Dans une perspective plus compréhensive, l’idéologie peut être définie comme un système de pensée qui a pour fonction de garantir la cohésion de la société en justifiant l’ordre social en place. La cohésion d’une société n’est donc pas uniquement assurée par la force (la violence légitime du pouvoir), mais aussi par une structure sociale inconsciente : l’idéologie.

22Impérialisme : terme qui désigne la volonté d’un empire d’imposer son point de vue aux autres pays. Il est aujourd’hui utilisé par les chercheurs dénonçant l’influence culturelle qu’exercent les États-Unis dans le monde, grâce à leurs industries culturelles (cinéma, télévision, musique, etc.)

23Métaphysique : connaissance des causes premières et du principe des choses. La question centrale de la métaphysique est celle de l’existence et de la nature de Dieu.

24Ontologiquement : qui a rapport avec l’ontologie (étude de l’être en tant qu’être).

25Oligarchique : qui favorise l’oligarchie, c’est-à-dire la domination d’un nombre réduit d’entreprises.

26ORTF : Office de Radio Télévision Française, cet établissement public à caractère industriel et commercial a été créé le créé le 27 juin 1964 (loi no 64-621) et supprimé le 31 décembre 1974 (loi no 74-469). Succédant à la RTF (Radio Télévision Française), il s’en différenciait par le fait qu’il n’était pas en place sous l’autorité directe du ministère de l’information, mais sous sa tutelle. Ce statut d’autonomie n’a pas empêché diverses formes d’interventionnisme de la part des gouvernements successifs. Celles-ci furent à l’origine, entre autres tensions, d’un fort mouvement du personnel en mai 1968 entraînant sanctions et renvois.

27Otium : correspond au temps de loisir chez les romains. Opposé à négocium (temps de travail, de commerce).

28Paradigme : utilisé en particulier par Kuhn pour désigner une conception théorique dominante ayant cours à un moment donné dans une communauté scientifique, et qui fonde les types d’explication envisageables et les types de faits à découvrir ;
– « informationnel/instrumental » : l’auteur fait allusion à la théorie mathématique de la communication formalisée aux USA en 1948 et qui réduit la communication à un instrument de transmission de l’information ;
– « critique idéologique de dénonciation » : l’auteur fait référence aux travaux des chercheurs Sud-américains marxistes, dénonçant les États-Unis imposant leur vision du monde (leur idéologie) par l’intermédiaire des médias.
– « structuralisme sémiotique » : il s’agit de chercheurs européens qui comme U. Eco, analysent la structure d’un texte, d’un film ou d’une émission de télévision en utilisant la sémiotique*.

29Pragmatique : qui accorde la priorité à l’action et non aux théories.

30Polysémique : qui possède plusieurs sens.

31Processus interdiscursifs : ici, allusion aux interactions, aux communications échangées entre les membres du public quand ils décodent un message.

32Réductionnisme : ce terme a deux sens complémentaires mais différents. D’une part, il s’agit d’une démarche scientifique visant à comprendre un système complexe en le divisant en parties plus simples. D’autre part, il s’agit d’une dénonciation de cette démarche de simplification accusée de conduire le chercheur à ne voir que des « morceaux » de la réalité étudiée, à ne pas embrasser la réalité dans toutes ses dimensions. C’est dans ce sens qu’Edgar Morin emploie ici ce terme.

33Relations asymétriques : relations qui ne sont pas réciproques. Il n’y pas d’information sans communication, mais la réciproque n’est pas vrai, il peut y avoir communication sans information (cas très fréquent, par exemple quand deux personnes échangent des propos sur le temps qu’il fait, chacun sait bien qu’il fait beau – il n’y a donc pas information – mais chacun maintient l’échange de paroles – il y a donc bien communication).

34Rhétorique : c’est étymologiquement l’art de bien parler et par extension l’art de convaincre. Issue de la sphère politique et judiciaire, la rhétorique oscille entre deux horizons : l’art d’agréer qui mobilise les affects et cherche à émouvoir, l’art de persuader qui repose sur la qualité et la rationalité des arguments destinés à convaincre.

35Sciences cognitives : sciences qui étudient la cognition, c’est-à-dire la faculté de connaître. On range sous cette appellation de nombreuses disciplines comme la linguistique, la psychologie ou l’intelligence artificielle.

36Sémiotique : le préfixe « sémio » vient du grec sêmeiôtikê signifiant « signe ». La sémiotique est la science qui étudie les signes. En ce sens, elle trouve son origine dans l’Antiquité grecque. Cependant l’idée d’une classification générale des signes est née à la charnière du dix-neuvième et du vingtième siècle, elle est due à l’américain Charles S.Pierce.

37SFSIC : Société française des sciences de l’information et de la communication. Association savante qui à vocation à regrouper les chercheurs en SIC et les professionnels de la communication.

38Transdisciplinarité : le préfixe « trans » signifie « à travers » ; la transdisciplinarité vise à dépasser les disciplines pour construire un savoir total, elle est différente de l’interdisciplinarité qui vise à l’utilisation conjointe de plusieurs disciplines pour comprendre un objet.

© CNRS Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search