Version classiqueVersion mobile

Les sciences de l'information et de la communication

 | 
Éric Dacheux

L’apport des sciences de l’information et de la communication

Dominique Wolton

Note de l’éditeur

Reprise1 du no 38 de la revue Hermès Les sciences de l’information et de la communication, 2004.

Texte intégral

1Qu’apportent, de mon point de vue de chercheur, les sciences de l’information et de la communication depuis un demi-siècle ? Cinq acquis, apparemment modestes, mais qui sont autant d’outils pour penser une des questions anthropologiques* les plus compliquées : qu’est-ce que communiquer ?

La dissociation entre information et communication

2Les deux ne sont pas synonymes, même si depuis cinquante ans les progrès techniques concernent la capacité à produire et distribuer de plus en plus vite un nombre considérable d’informations de toute nature. Chacun sait bien que la difficulté essentielle est dans la communication, qui implique la relation, c’est-à-dire la prise en compte de l’Autre. Avec l’information, on reste du côté du signe, de l’unité cognitive et symbolique. Avec la communication, on butte sur l’Autre, le récepteur. Celui qui n’entend pas, ne comprend pas, refuse, recule, recode, s’éloigne, transforme. L’épreuve reste l’Autre, quelle que soit la nature, la forme de l’information, l’identité et l’échelle du destinataire.

3La croissance de l’information et la multiplication, comme l’hétérogénéité des récepteurs rendent finalement visible cette dissociation entre information et communication. Celle-ci a toujours existé, mais pendant des siècles la rareté de l’information, et la difficulté de sa transmission, autant que l’échelle relativement limitée des échanges entre les hommes et les sociétés étaient telles que l’on croyait de bonne foi que l’information créait de la communication. C’est paradoxalement l’explosion de l’information, les progrès technologiques, ainsi que les échelles de réception qui rendent plus visible cette dissociation.

Transmettre n’est pas communiquer

4Un plus grand nombre d’informations, transmis de manière très efficace et rapide, par un plus grand nombre de systèmes techniques n’assure pas forcément une meilleure communication. Preuve qu’il ne suffit plus d’avoir beaucoup d’informations et beaucoup de tuyaux pour créer de la communication. L’essentiel n’est pas la transmission, mais la communication c’est-à-dire le partage d’un minimum de valeurs pour accepter de débattre et de partager ce qui est reçu. C’est pour prendre en compte de ce phénomène inattendu d’une distorsion entre le nombre d’informations diffusées et les décalages dans la réception que dans mon livre, « l’Autre mondialisation », je parle de trois mondialisations.

5La première, politique, est liée à la construction du cadre démocratique commun de l’Onu à la sortie de la guerre. La seconde est économique. La troisième, demain, concerne l’émergence du couple culture-communication. Les deux sont devenues indissociables, faisant de ce couple, comme on le voit en accéléré depuis la fin de l’affrontement Est-Ouest, un des facteurs de paix et de guerre, les plus importants.

6L’enjeu de cette troisième mondialisation est la capacité à organiser démocratiquement, la cohabitation culturelle, à l’échelle des sociétés et du monde. C’est-à-dire de réfléchir aux conditions pour établir un minimum de communication en dépit de la diversité des cultures des récepteurs. Tout faire pour éviter que la facilité des échanges et la visibilité plus grande du monde, au lieu de rapprocher les points de vue, soit au contraire l’occasion d’une insupportabilité plus grande. Les différences culturelles, sociales et politiques deviennent le ferment de nouveaux conflits. Car tel est le paradoxe : il n’y a jamais eu autant d’échanges et autant d’incompréhension. Tout simplement parce que la fin des distances physiques révèle l’étendue des distances culturelles. Plus que jamais la révolution de l’information et de la communication, où se mêlent progrès techniques, enjeux économiques et utopies sociales fait apparaître la différence entre deux grandes philosophies de la communication. Une technologique et économique, et l’autre humaniste et démocratique. La différence reste essentielle entre ceux qui, finalement, croient que les hommes au bout des techniques et des échanges, se comprennent, et ceux qui en doutent. Et ceux-là, remettent la politique, au sens de la définition de règles nécessaires d’arbitrage entre des visions différentes du monde au cœur des rapports entre information, communication et société.

7Si dans les valeurs occidentales, et même ailleurs, l’information, la communication, restent des références humanistes et démocratiques, cela ne suffit pas à simplifier ou améliorer les rapports humains et sociaux. L’opposition entre ces deux philosophies de la communication, humaniste et technique, renvoie aux deux conceptions normatives* et fonctionnelles de la communication.

Le temps et l’expérience : indispensables conditions de la communication

8Au bout des images des réseaux, des systèmes, les hommes doivent passer et perdre du temps, pour se voir, se rencontrer afin que quelque chose, finalement, se passe et se décide. C’est vrai aussi bien dans la vie scientifique que dans celle des affaires et de la politique. D’ailleurs, depuis un siècle les déplacements physiques des hommes ont cru proportionnellement à la performance de toutes les techniques de communication qui devaient justement permettre de les réduire. L’épreuve de la rencontre avec autrui passe par la rencontre et le temps. Finalement après tous les miracles techniques, les prolongements de nos sens, de nos capacités cognitives, nous sommes avant tout des êtres sociaux. L’expérience reste le fondement des rapports humains. La technique ne comble ni le doute métaphysique* ni la rencontre physique requise pour toute situation de communication.

L’apport des sciences de l’information et de la communication va au-delà de leurs compétences spécifiques

9Certes elles sont liées à la compréhension de la place actuelle de l’information et de la communication dans des sociétés ouvertes où l’on constate un entremêlement permanent entre l’idéal humaniste et démocratique de l’échange et des intérêts du marché, entre les techniques et la politique. Mais elles ont une autre utilité. Elles déplacent les frontières et les problématiques des autres disciplines traditionnelles, qui de la philosophie à la sociologie, de l’anthropologie à la linguistique, de l’histoire à la science politique, de la géographie au droit et à l’économie…. ont depuis longtemps pensé, dans leur vocabulaire, l’information et la communication. Les sciences de l’information et de la communication obligent ces disciplines à réexaminer leur approche des rapports entre information, culture, communication, connaissance et société.

10Les disciplines plus anciennes ne sont pas « dépassées » par ce nouveau domaine de connaissance scientifique : il n’y a pas d’échelle « du progrès » entre les « vieilles » et les « nouvelles » sciences. Simplement le regard qu’elles apportent sur une vieille question, celle de l’information et de la communication, à l’aune des changements technologiques, économiques, culturels et sociaux survenus depuis près d’un siècle, éclaire autrement la problématique traditionnelle. Par comparaison, la psychanalyse n’a pas invalidé la psychiatrie, la médecine, la linguistique et l’ensemble des sciences qui s’occupent du langage et du rapport au monde et à autrui ; elle a obligé à prendre en compte cette nouvelle approche. Et à réexaminer raisonnement et problématique. Il en est de même pour les sciences de l’information et de la communication. Elles invitent à penser autrement les objets de connaissance et les représentations. À la place qui est la sienne, cette discipline n’a aucune prétention à se substituer aux autres. Elle contribue simplement à penser différemment les réalités sociales, politiques, culturelles, psychologiques.

Le surgissement des identités culturelles collectives

11Les sciences de la communication permettent de voir plus rapidement cet enjeu, l’un des plus importants du xxie siècle. Non seulement le monde, devenu plus petit n’est pas forcément plus compréhensible, mais surtout en rendant plus visible les différences culturelles, au sens des langues, religions, systèmes symboliques, représentation… il oblige à un gigantesque effort de tolérance et d’intercompréhension qui rejoint d’ailleurs les idéaux de la première mondialisation dans la charte de l’Onu de 1948 : la nécessité d’une communauté internationale respectueuse des différences culturelles et religieuses. Simplement le contexte a changé en un demi-siècle. Dans un monde plus visible, où les échanges ne cessent de croître, les identités culturelles collectives s’affirment de plus en plus et deviennent un facteur de conflit.

12La première mondialisation posait le principe du respect des cultures. La troisième l’impose, sous peine de faire de la culture un des agents conflictuels, les plus actifs du siècle à venir. Autrement dit, si le village global physique n’a pas apporté la compréhension et la communication mondiale, il a mis au contraire au cœur des rapports humains et sociaux, la problématique de l’identité culturelle collective. Les identités culturelles collectives ont toujours existé, mais elles n’ont jamais été aussi visibles, et revendiquées à la fois par l’idéal démocratique mondial, et par les sociétés qui menacées par l’ouverture assurée par la mondialisation les revendiquent de plus en plus. Il suffit de voir ce qu’il s’est passé en Iran depuis 1979 et dans de nombreux autres pays. Pendant plus d’un siècle les inégalités économiques et sociales ont été au cœur de conflits. Aujourd’hui c’est aussi le cas avec la culture, entendue comme l’ensemble des éléments du patrimoine et de la réalité contemporaine qui permettent de comprendre le monde, de s’en faire une représentation, et d’agir. Avec la mondialisation on assiste simultanément à une sorte de lutte de classes à l’échelle du monde et au surgissement des risques d’une lutte des cultures.

13La question de la cohabitation culturelle c’est-à-dire la gestion pacifique des identités culturelles collectives au plan mondial est un nouveau défi. Jamais la question de l’Autre, comme horizon de la communication, ne s’est posée à cette échelle, ni à cette vitesse. En réalité nous avons à la fois des systèmes techniques extrêmement performants, et une obligation moins facile à satisfaire : penser la place croissante des identités culturelles collectives dans un monde ouvert où la facilité et la vitesse des échanges n’est pas synonyme de plus de tolérance. C’est en cela que les sciences de l’information et de la communication touchent, comme la plupart des sciences humaines et sociales, à la question essentielle de la paix et de la guerre.

Bibliographie

Références bibliographiques

Wolton, D., L’autre mondialisation, Paris, Flammarion/Champs, 2004.

Notes

1 Publié sous le titre « Information et communication : dix chantiers scientifiques, culturels et politiques », p. 175.

© CNRS Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search