Version classiqueVersion mobile

Les sciences de l'information et de la communication

 | 
Éric Dacheux

La réinvention de la roue : critique des « Cultural Studies »1

James Curran

Note de l’éditeur

Reprise2 du no 11-12 de la revue Hermès, À la recherche du public. Réception. Télévision. Médias, 1993

Texte intégral

  • 1 Cet essai repose sur un ensemble de notes destinées à définir la forme que devrait prendre l’éditio (...)
  • 3 Il s’agit d’un texte publié en anglais, dans une traduction de Leslie Sawyer, et que nous retraduis (...)

1La recherche « de gauche » perd du terrain à la suite du désenchantement grandissant vis-à-vis d’un modèle de société basé sur le conflit des classes. Les travaux de Michel Foucault (1980) contribuent fortement à ce désenchantement, en offrant une vision complexe et éclatée de la société, en révélant la multiplicité des relations de pouvoir en jeu dans des situations différentes. Celles-ci ne peuvent pas, selon Foucault, se ramener à une opposition binaire entre intérêts de classe, ni être imputées aux modes de production. Comme il le formule avec une concision inhabituelle : « Les relations de pouvoir s’enracinent dans le système des réseaux sociaux. Ceci ne veut pourtant pas dire qu’existe, primaire et fondamental, un principe de pouvoir qui dominerait la société jusqu’au moindre détail, mais que – si l’on part de la possibilité d’agir sur l’action d’autrui (possibilité inhérente à toute relation sociale), et si l’on reconnaît la multiplicité des différences individuelles, celles des objectifs, des modes d’exercice du pouvoir sur nous-mêmes ou sur d’autres ; la diversité des degrés d’institutionnalisation, et celle des formes plus ou moins délibérément imposées aux organisations – il est possible de définir différentes formes de pouvoir »3.

2L’approche « foucaldienne » a été adaptée par certains chercheurs menant des études sur les médias qui diffèrent assez nettement des approches marxistes. Pourtant, l’héritage de Foucault est ambigu. Il mène à un éparpillement des recherches. Dans certaines études, le rôle des médias se réduit à une succession de rencontres lecteur-texte dans le contexte d’une société analytiquement désagrégée. Dans d’autres, tout pouvoir externe au discours est totalement évacué. En réalité, ceci nous ramène à la tradition pluraliste américaine dans laquelle les médias sont habituellement analysés indépendamment des relations de pouvoir, ou encore situés à l’intérieur d’un modèle de société selon lequel le pouvoir serait largement partagé. Et, de fait, dans les écrits influents et prolifiques de John Fiske (1987, 1989), cette convergence devient plus ou moins explicite. Sa récente célébration d’une « démocratie sémiotique* », d’une économie culturelle autonome où les membres d’un « vaste éventail de sous-cultures et de groupes » construisent leurs propres significations, reformule un vieux thème pluraliste : celui du consommateur souverain.

  • 4 Voir Blumler, J. G., « The Modern Publicity Process », in Marjorie Ferguson (ed.), Public Communica (...)
  • 5 Voir Reimer, B., Rosengren, K. E., « Cultivated Viewers and Readers : A Life Style Perspective », i (...)

3Pour compliquer le problème, il faut reconnaître que la tradition pluraliste a changé : on s’est éloigné des analyses décontextualisées des médias. Les chercheurs libéraux s’intéressent à un rôle plus large des médias : ils reconnaissent leur impact sur les structures et le fonctionnement du système politique4, leur influence sur l’intégration socio-culturelle (Graber, 1988) ; sur la formation des identités sociales5 et, de manière plus générale et plus cruciale, sur la dynamique des changements sociaux (McQuail, 1987). Le fossé qui séparait à une certaine époque les traditions de recherche radicales (de gauche) et libérales semble avoir disparu.

  • 6 Collins, R., «The Langage of Advantage: Satellite Television in Western Europe», Media, Culture and (...)

4En effet, l’accent mis sur l’autonomie du public encourage une évaluation plus prudente de l’influence des médias. Dans le fil de cette réorientation, je pourrais citer ma propre étude sur une « panique morale » qui, non contente d’échouer, produit un effet de sympathie pour la cible de la campagne. De même, c’est toujours l’argument de l’autonomie du public, enracinée dans les différences linguistiques et culturelles, qui sert à expliquer l’échec de la TV transeuropéenne par satellite à s’assurer un public de masse6.

Quand les « Cultural Studies » découvrent des résultats déjà mis en lumière dans les années 40

  • 7 Morley, D., « Changing Paradigms in Audience Studies », in Ellen Seiter et al. (eds), Remote Contro (...)

5Cette nouvelle perspective (de gauche) est souvent offerte en exemple de progrès intellectuel. Ainsi, Morley7 soutient-il que « toute la tradition des études sur les effets » fut dominée par « un modèle hypodermique d’influence » jusqu’à ce que l’école des « usages et gratifications » avance le concept d’un public actif. Cette école représentait un progrès, nous dit-on, parce qu’elle ne permettait plus de « parler des effets d’un message sur un public de masse homogène dont les membres seraient touchés de la même manière. » Pourtant, ce progrès était sévèrement limité, car l’école des gratifications expliquait les réactions différentielles aux médias en termes de différences individuelles de personnalité ou de psychologie. Seule cette nouvelle perspective, nous dit-on enfin, propose une explication satisfaisante et complète.

6Voici une caricature époustouflante, même si elle est très souvent répétée, de l’histoire de la recherche en communication. Elle élimine purement et simplement toute une génération de chercheurs. Elle présente comme innovation ce qui n’est en réalité qu’un processus de redécouverte. Il est tout à fait insensé de dire que la recherche sur les effets ait été « dominée » par le modèle hypodermique. Bien au contraire, son souci principal depuis les années 40 était d’affirmer l’indépendance et l’autonomie des publics des médias, et de dissiper la notion largement répandue selon laquelle les récepteurs sont facilement influencés. La recherche sur les effets a inventé bien des idées maintenant reformulées dans l’avalanche récente d’études sur la réception. Elle l’a, certes, fait dans un langage technique différent, et, parfois avec moins de subtilité.

L’apport oublié de la recherche sur les effets

  • 8 Hastorf, A. and Cantril, H., «They Saw a Game: A Case Study», Journal of Abnormal and Social Psycho (...)

7Ainsi, les chercheurs qui travaillent sur les effets affirmaient-ils, il y a déjà bien longtemps, que les prédispositions des récepteurs face aux textes influencent de manière cruciale leur compréhension de ces textes, et que des prédispositions différentes génèrent des compréhensions différentes. Ainsi, pour citer presque au hasard une étude maintenant oubliée, Hastorf et Cantril8 projettent-ils le film d’un match de football particulièrement riche en « fautes », entre Dartmouth et Princeton, à deux groupes d’étudiants de chacune de ces universités. Ils leur demandent, entre autres choses, de relever le nombre d’infractions aux règles commises par chaque camp. Les étudiants de Princeton concluent que l’équipe de Dartmouth a commis au moins deux fois plus de fautes que la leur. Par contre les étudiants de Dartmouth concluent que les deux camps sont plus ou moins à égalité.

8Ceci incite les auteurs à adopter une perspective transactionnelle : « Il est inexact ou trompeur de dire que des personnes différentes ont des attitudes différentes vis-à-vis d’un même objet. Car l’objet n’est pas le même pour des personnes différentes, que ce soit un match de football, un candidat aux élections présidentielles, le communisme ou les épinards. » Implicitement, ils proposent ainsi de remplacer l’apophtegme* « voir c’est croire » par « croire c’est voir ». Cette étude n’est pas la seule, à l’époque, à attribuer les différences de réaction du public aux différences entre des groupes et non pas, comme le dit Morley avec un rien de condescendance, à « des différences individuelles de personnalité ou de psychologie. » Elle est également représentative du style de l’époque : un compte rendu relativement simple de l’adaptation par le public des significations offertes.

  • 9 Kendall, P. and Wolff, K., «The Analysis of Deviant Case Studies in Communications Research», in Pa (...)
  • 10 Ce dernier point n’a été explicité clairement que dans l’analyse des mêmes données entreprise par C (...)

9Pourtant, certains analystes des effets ont su construire un modèle beaucoup plus complexe de public interactif. Ils anticipent ainsi la découverte ultérieure des « processus interdiscursifs* marquant les rencontres texte-interprète ». Un premier exemple de cette approche plus élaborée nous est fourni par l’analyse, réalisée par Patricia Kendall et Katherine Wolff9, des réactions du public face à une bande dessinée antiraciste. Celle-ci met en vedette un Mr « Biggott » (Monsieur Chauvin), homme d’âge mûr, peu séduisant, acariâtre, dont l’absurdité (mise en évidence par les toiles d’araignée sur sa tête d’épingle) et les opinions excessives, servent à discréditer les idées racistes. L’étude montre que 31 % des lecteurs n’ont pas vu que Monsieur Biggott était raciste ou que la bande dessinée était une satire du racisme. On peut donc conclure à une différence considérable dans la façon dont les membres du public comprennent les dessins. Certains leur résistent à l’aide de diverses stratégies de mise à distance ; ils réprouvent Monsieur Biggott non pas pour ses opinions (qu’ils partagent), mais parce qu’il est intellectuellement et socialement médiocre… D’autres trouvent même dans les dessins une confirmation de leurs préjugés, subvertissant complètement le propos de la bande dessinée10.

10La partie la plus éclairante de cette étude, dégagée de longues interviews individuelles, porte sur ce qui amène les personnes interrogées à négocier de la sorte les significations de la bande dessinée. Un groupe de spectateurs convaincus du bien-fondé de leurs croyances racistes, ne sent aucun besoin de se distancier du racisme de Monsieur Biggott et ne voit pas que la bande dessinée attaque ses propres opinions. Un autre groupe de spectateurs racistes prend conscience de la dimension satirique de la bande dessinée, sent que Monsieur Biggott est visé, et se dissocie de lui (quelqu’un l’identifia même comme juif). On réussit ici à ne jamais reconnaître l’intention de la bande dessinée.

11Derrière cette réaction complexe, il y a évidemment le fait que les opinions racistes s’accompagnent de sentiments de culpabilité, d’incertitude ou d’embarras. Un troisième groupe (des jeunes gens racistes) invoque un cadre de référence permettant d’esquiver les significations recherchées par l’auteur de la bande dessinée. Plutôt que de reconnaître une attaque contre leurs propres opinions, ces lecteurs identifient une satire générationnelle. Monsieur Biggott symbolise la faiblesse et l’impuissance dérisoire des figures d’autorité (l’un d’entre-eux se réfère ouvertement à son père). Quelques-unes des interviews donnent néanmoins l’impression fugitive que la bande dessinée « marche » : sous le couvert d’un discours visant la génération des parents, on se livre à un réexamen des préjugés.

12Le fait que les publics perçoivent différemment les significations diffusées par les mass-médias est donc bien connu des chercheurs sur les effets, et ceci, depuis plus de cinquante ans. Un autre aspect de la relative autonomie du public, illustré par Lazarsfeld, Berelson et Gaudet, dès 1944, se manifeste dans la tendance des usagers des médias à rechercher ceux de leurs contenus qui renforcent leurs opinions et à se soustraire à ceux qui remettraient leurs croyances en question.

  • 11 Voir Hyman, H. and Sheatsley, P., « Some Reasons Why Information Campaigns Fail », Public Opinion Q (...)

13Les chercheurs des années 40 ont aussi montré que l’existence de subcultures influence le degré d’acceptation des représentations offertes par les médias11. Que ceci n’ait pas attendu le leitmotiv des recherches sur la réception, c’est ce que prouve un groupe d’études concernant All in the Family. Ce feuilleton américain à grand succès met en scène les disputes d’un ouvrier raciste, chauvin, politiquement réactionnaire mais pourtant sympathique : Archie Bunker, avec son gendre, Mike, qui, lui, est plutôt de gauche.

  • 12 Wilhoit, G. C. and De Bock, H., «“All in the Family” in Holland», Journal of Communication, 26(3), (...)
  • 13 Meyer, T. P., «The Impact of “All in the Family”» on Children, Journal of Broadcasting (Winter issu (...)

14Une comparaison menée au Canada et aux États-Unis entre des adolescents racistes et non racistes, montre que les premiers justifient Archie Bunker, et pensent que le feuilleton le donne en exemple (Vidmar et Rokeach, 1974 ; Brigham et Giesbrecht, 1976). Une étude semblable menée en Hollande révèle une situation plus complexe. Faisant intervenir des groupes dont les attitudes s’organisent en termes d’un caractère dominant – ce sont respectivement, l’ethnocentrisme, l’autoritarisme, ou le traditionnalisme – elle met en évidence les différences partielles dans la lecture du feuilleton12. Mais la plus intéressante de ces études, consacrée aux réponses à un programme, faites par des enfants de 6 à 10 ans, pourrait servir de résumé aux thèses classiques du nouveau culturalisme. Elle montre en effet que « … des enfants différents, soumis à des procès de socialisation différents, font intervenir face au programme, des croyances, des attitudes et des valeurs différentes, et en sont de ce fait différemment affectés »13.

15La recherche sur les « effets » anticipe ainsi les arguments des « Cultural Studies », en démontrant empiriquement la multiplicité des significations suscitées par les textes, l’activité et la créativité des publics, et le lien qui existe entre la variation des lectures et celle des positions sociales.

Apports et limites de l’approche pluraliste proposée par une partie des « Cultural Studies »

  • 14 Il y a une certaine invraisemblance inhérente au degré relativement élevé de consensus du groupe qu (...)

16Ceci dit, il existe un niveau où l’approche pluraliste constitue un réel progrès. Elle rend effectivement mieux compte de la réalité du texte, propose une compréhension beaucoup plus riche et plus complète des processus interdiscursifs liés à la réception du public et, surtout, elle replace ceux-ci dans un contexte sociologique plus précis. Mais, d’un autre côté, elle représente également un recul : elle se montre réticente à quantifier, elle repose trop souvent sur des discussions de groupe et, de ce fait, ne parvient pas à dégager de façon adéquate les différences individuelles et, plus généralement, les différences internes au groupe14. De plus, elle repose sur le concept flou de « décodage » que certains chercheurs, dans la tradition des effets, ont plus utilement décomposé de manière analytique en distinguant attention, compréhension, acceptation et rétention.

Malgré l’autonomie des publics, l’influence idéologique des médias reste forte

17La démonstration de l’autonomie relative du public était la pièce maîtresse des perspectives pluralistes sur les médias. Les recherches empiriques* permettant de réfuter une représentation des médias qui en faisait les instruments d’un contrôle de classe ou un vecteur d’influence au service des élites. Cette réfutation reposait sur une certaine vision de la société : celle d’un assemblage de petits groupes caractérisé par un partage des pouvoirs et par une opinion publique organiquement constituée à partir de la base ; exerçant, du moins en théorie, un rôle de supervision et de contrôle vis-à-vis de l’État.

18Quelques travaux issus des « Cultural Studies » formulent maintenant des vues assez semblables malgré les différences de problématique. Les études de réception illustrent l’autonomie du public. Elles sont invoquées pour récuser le fait que les médias servent à reproduire les discours dominants. Le nouveau modèle conçoit aussi la société comme une juxtaposition de sous-cultures et de groupes. Ce modèle soutient enfin que le pouvoir de structurer la société, de la rendre intelligible sous une forme qui permette de généraliser certains intérêts collectifs n’est pas exclusif à une classe. Il n’y a pas de discours dominants, simplement une « démocratie sémiotique » de voix pluralistes.

19Cette nouvelle version de l’argument pluraliste va peut-être un peu trop loin. Elle exagère notamment l’imperméabilité des publics à l’influence des médias. Elle exagère l’autonomie des publics tout comme les formulations pluralistes classiques exagéraient celle des organisations médiatiques. En réalité, le circuit du pouvoir est loin d’être débranché en ces deux points stratégiques que sont les processus d’encodage au sein des organisations médiatiques, et les processus de décodage par le public.

20En premier lieu, il est rare que les textes des médias soient complètement « ouverts » aux lectures. Ils manifestent plutôt ce que Morley (1980) appelle utilement, une « polysémie* structurée ». En d’autres termes, le niveau dénotatif des textes guide, de façon plus ou moins marquée, la compréhension du public, même s’il arrive que les significations ainsi privilégiées soient rejetées.

  • 15 Philo, G., «News Content and Audience Belief: A Case Study of the 1984-5 Miners Strike », PhD disse (...)

21Prenons l’exemple d’une discussion de groupe récemment enregistrée. L’un des participants récuse l’interprétation avancée par un autre membre du groupe en brandissant un photogramme et en disant, avec un impact visible : « Ceci ne ressemble pas à une foule excitée »15. Il fait ainsi appel à une compréhension largement partagée des signes dénotatifs comme « preuve » (et comme moyen de persuader les autres) de la validité de son « interprétation ».

22En deuxième lieu, les publics ne disposent pas d’un répertoire infini de discours interprétatifs, face aux significations proposées par la TV. La place des individus dans la structure sociale tend à déterminer la nature des discours qui leur sont aisément accessibles. La disponibilité de ces discours influencera l’éventail d’interprétations qu’ils offriront du contenu des médias.

23La combinaison de ces deux limites à l’autonomie du public entraîne certaines conséquences. Celles-ci sont bien mises en évidence dans une étude menée sur la réception par le public d’un reportage du journal télévisé britannique sur la grève des mineurs de 1984 à 1985 (Philo, 1990). Cette étude révèle une correspondance évidente entre certains thèmes fréquemment abordés dans les reportages sur la grève et ce qui reste compris, cru et gardé en mémoire par le public après un laps de temps considérable.

24Cette étude est particulièrement révélatrice pour la double compréhension qu’elle procure du dialogue qui a lieu entre les spectateurs et les informations télévisées. D’une part, elle met en évidence la variété des ressources auxquelles le public fait appel pour résister, ou pour négocier les significations proposées : connaissances de première main (et, de manière plus fréquente, récits oraux faits par des témoins) ; expériences de classe ; cultures politiques ; comptes rendus disponibles sur d’autres médias ; scepticisme à l’égard des nouvelles en général ; examen de leur logique interne.

25Inversement, elle montre également la façon dont certains spectateurs révisent leurs opinions à la lumière des informations diffusées. Ces spectateurs sont aussi, et c’est important, ceux qui, partant d’une totale identification avec le Syndicat national des mineurs, en arrivent, malgré eux, à accepter certaines des critiques exprimées contre ce syndicat dans les reportages télévisés (Philo, 1990).

  • 16 Voir Kosicki, G. and McLeod, J., « Learning from Political News : Effects of Media Images and Infor (...)

26Cette étude reflète un changement dans la recherche dominante sur les effets. Le modèle des effets minimaux qui domina la recherche empirique américaine pendant une génération est maintenant attaqué par les chercheurs de la tradition libérale. Ceux-ci affirment de plus en plus souvent que les médias exercent, de fait, une influence considérable, dans certaines circonstances, sur les croyances, les connaissances et les opinions du public16 (Iyengar et Kinder, 1987). Ils mettent ainsi au conditionnel l’un des dogmes centraux de la foi pluraliste. Curieusement, les chantres de la « démocratie sémiotique » choisissent de se rallier à une position que les libéraux abandonnent. Leur nouvelle approche est alors un retour qui s’ignore, aux sagesses – discréditées – du passé.

Deux types d’études en réception

27Pourtant, les études de réception ne sont pas homogènes. On y trouve deux tendances distinctes : l’une représente la continuation de la tradition radicale ; et l’autre appartient à un mode moins normatif.

28La tendance radicale continue à situer la consommation culturelle dans le contexte plus large des luttes sociales. La célèbre étude menée par Janice Radway sur les lectrices américaines adonnées aux romans d’amour illustre cette approche. Les lectrices qu’elle observe se livrent à une reconstruction symbolique de la masculinité ; elles sont attirées par des livres stéréotypés dans lesquels des hommes durs, insensibles ou impitoyables sont humanisés par l’amour d’une femme, devenant ainsi des êtres sensibles et généreux (Radway, 1987). Il y a une affinité certaine entre ce récit de la guerre des sexes et les comptes rendus antérieurs des chercheurs de Birmingham sur les rapports de classe en Angleterre, comme par exemple, le portrait brossé avec sympathie des « teddy boys », des « mods », des « rockers » par Hebdige (1979).

29Tous ces récits cherchent à mettre en relation les plaisirs liés à la consommation culturelle avec l’expérience sociale des membres du public. Mais cette expérience est remise en contexte. Face à des relations sociales inégalitaires, les membres du public cherchent à trouver une solution imaginaire à leur position de subordination. Leur plaisir relève déjà d’une forme de résistance.

30L’autre tendance de l’analyse de la réception renvoie à une conception moins conflictuelle de la société et elle conçoit la consommation culturelle en termes très différents. Cette tendance est illustrée par l’étude ethnographique menée en Suède par Fornas, Lindberg et Sernhede (1988) sur des groupes rock amateurs, constitués d’adolescents. L’hypothèse sous-jacente à cette étude (et à d’autres études similaires) est que la culture populaire sert de prétexte à une exploration des identités sociales dans le contexte d’une société où s’écroulent les traditions.

31La musique rock est alors perçue comme un laboratoire où des adolescents en quête d’un « moi » autonome, produisent de l’identité. Cette étude est remarquable pour l’observation méticuleuse et détaillée dont elle fait preuve et qui n’a pas toujours de contrepartie dans la recherche radicale. En effet, si le « tour de force » de Radway (1987) rend bien compte de la relation au patriarcat des toxicomanes du roman d’amour, il ne nous dit pas grand-chose sur leurs maris de chair et de sang. Par contre, le problème des études comme celle de Fornas, Lindberg et Sernhede, vient de ce qu’elles proposent l’analyse de la consommation culturelle et de la formation de l’identité presque comme un but en soi. Cette étude appartient plus aux travaux sur la « socialisation » de la tradition pluraliste qu’à la tradition « radicale » des Cultural Studies.

Changements et continuités

32Ce compte-rendu a délibérément mis l’accent sur les changements survenus mais il doit être nuancé de deux façons. Certains chercheurs dont les travaux portent sur les médias, particulièrement les historiens et les psychologues sociaux, sont restés indifférents à l’agitation intellectuelle qui les entourait, et ils ont imperturbablement poursuivi leurs travaux.

  • 17 Eco, U., «Towards a Semiotic Enquiry into the TV Message», Working Paper in Cultural Studies (3), B (...)
  • 18 Hall, S., «Encoding and Decoding the TV Message», Birmingham Center fort Contemporary Cultural Stud (...)

33Il faut aussi marquer l’existence de continuités souterraines : une progression invisible sous-tend certains des brusques changements soulignés ici. Par exemple, si les analyses de la réception doivent beaucoup aux formulations théoriques de Barthes (1975), Eco17 et Hall18, elles présentent néanmoins bien des points de ressemblance avec les recherches empiriques mises en chantier dans les années 40.

34Néanmoins, il y a eu des changements majeurs. Les plus importants et les plus significatifs sont liés à la progression constante des thèmes pluralistes à l’intérieur de la tradition « radicale ». Ce sont en particulier : le rejet des structures explicatives et totalisantes du marxisme ; la nouvelle conception d’un public créatif et actif ; le glissement qui mène de la politique à l’esthétique populaire. Parce que ce nouveau modèle s’est développé dans les débats internes entre chercheurs « de gauche », plutôt qu’en réponse directe aux auteurs libéraux, la convergence qu’il représente avec la tradition pluraliste a été en partie occultée.

35Un raz-de-marée s’est produit dans ce domaine, remodelant – pour le meilleur ou pour le pire – l’avenir des études culturelles et celui des recherches européennes sur les médias.

Bibliographie

Références bibliographiques

Barthes, R., The Pleasure of the Text, New York, Hill and Wang, 1975.

Curran, J., Gurevitch, M. and Woollacott J. (eds), Mass Communication and Society, London, Arnold, 1977.

Fiske, J., Television Culture, London, Methuen, 1987.

Fiske, J., Understanding Popular Culture, Boston, Unwin Hyman, 1989.

Fornas, J., Lindberg U. and Sernhede O., Under Rocken, Stockholm, Symposion, 1988.

Foucault, M., Power/Knowledge, Brighton, Harvester, 1980.

Graber, D., Processing the News, (2nd edn), White Plains, NY, Longman, 1988.

Hebdige, D., Subculture. London, Methuen, 1979.

Iyengar, S. and Kinder, D., News That Matters: Television and Public Opinion, Chicago, University of Chicago Press, 1987.

McQuail, D., Mass Communication Theory, London, Sage, 1987.

Morley, D., The «Nationwide» Audience, London, British Film Institute, 1980.

Philo, G., Seeing and Believing, London, Routledge, 1990.

Radway, J., Reading the Romance, London, Verso, 1987.

Notes

1 Cet essai repose sur un ensemble de notes destinées à définir la forme que devrait prendre l’édition revue de Mass Communication and Society. Il a été enrichi par des conversations avec mon co-éditeur, Michael Gurevitch.

2 « The New Revisionism in Mass Communication Research : a Reappraisal », traduit de l’anglais par la Maîtrise de traduction de l’Université de Liège et Daniel Dayan, publié sous le titre « La décennie des révisions. La recherche en communication de masse des années 80 », p. 47.
Par soucis pédagogique et de recherche de cohérence avec les autres textes nous avons modifié la traduction en n’utilisant pas le terme « révisionniste » employé dans le texte original.

3 Il s’agit d’un texte publié en anglais, dans une traduction de Leslie Sawyer, et que nous retraduisons ici (N.d.T.).

4 Voir Blumler, J. G., « The Modern Publicity Process », in Marjorie Ferguson (ed.), Public Communication, London, Sage, 1989.

5 Voir Reimer, B., Rosengren, K. E., « Cultivated Viewers and Readers : A Life Style Perspective », in Nancy Signorelli and Michael Morgan (eds), Advances in Cultivation Analysis, Beverly Hills, Sage, 1989.

6 Collins, R., «The Langage of Advantage: Satellite Television in Western Europe», Media, Culture and Society, 11 (3), 1989.

7 Morley, D., « Changing Paradigms in Audience Studies », in Ellen Seiter et al. (eds), Remote Control, London, Routledge, 1989, p. 16-17.

8 Hastorf, A. and Cantril, H., «They Saw a Game: A Case Study», Journal of Abnormal and Social Psychology, 49 : 129-34, 1954.

9 Kendall, P. and Wolff, K., «The Analysis of Deviant Case Studies in Communications Research», in Paul Lazarsfeld and Frank Stanton (eds) Communications Research 1948-1949, New York, Harper, 1949.

10 Ce dernier point n’a été explicité clairement que dans l’analyse des mêmes données entreprise par Cooper et Jahoda (Cooper, E. and Jahoda, M., « The Evasion of Propaganda : How Prejudiced People Respond to Anti-Prejudice Propaganda », Journal of Psychology, 1947.)

11 Voir Hyman, H. and Sheatsley, P., « Some Reasons Why Information Campaigns Fail », Public Opinion Quarterly, 9 : 412-23, 1947.

12 Wilhoit, G. C. and De Bock, H., «“All in the Family” in Holland», Journal of Communication, 26(3), 1976.

13 Meyer, T. P., «The Impact of “All in the Family”» on Children, Journal of Broadcasting (Winter issue), 1976.

14 Il y a une certaine invraisemblance inhérente au degré relativement élevé de consensus du groupe que Morley (1980) a rencontré lors de son travail sur le terrain. De plus grandes différences à l’intérieur du groupe seraient probablement apparues s’il avait mené des interviews individuelles. Pour un exemple récent de recherche qui met en évidence des différences individuelles frappantes à l’intérieur des groupes dans la façon de percevoir les informations, voir Graber (1988).

15 Philo, G., «News Content and Audience Belief: A Case Study of the 1984-5 Miners Strike », PhD dissertation, Glasgow, Glasgow University, 1989.

16 Voir Kosicki, G. and McLeod, J., « Learning from Political News : Effects of Media Images and Information Processing Strategies », in Sidney Kraus (ed.), Mass Communication and Political Information, Hillsdale, NY, Lawrence Erlbaum, 1990.

17 Eco, U., «Towards a Semiotic Enquiry into the TV Message», Working Paper in Cultural Studies (3), Birmingham: Birmingham Centre for Contemporary Cultural Studies, 1972.

18 Hall, S., «Encoding and Decoding the TV Message», Birmingham Center fort Contemporary Cultural Studies Paper (mimeo), 1973.

Auteur

Professeur de communication au Goldsmiths College (Université de Londres) où il dirige un centre de recherche sur les médias. Ces travaux portent sur les médias. Il a publié une vingtaine d’ouvrage dont le célèbre Mass Media and Society (co-dirigé avec M. Gurevitch) qui en est à sa quatrième édition.

© CNRS Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search