Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'audience

 | 
Régine Chaniac

Pour une utilisation complexe de l’audimétrie

Michel Souchon

Note de l’éditeur

Reprise du no 37 de la revue Hermès, L’audience. Presse, radio, télévision, Internet, 2003

Texte intégral

1L’origine de la télévision en France correspond à la naissance de la méthode des sondages. Jean Cazeneuve et Jean Oulif voyaient en cette concomitance « la grande chance de la télévision » (Cazeneuve ; Oulif, 1963). Conscients du caractère partiel des réactions exprimées par les lettres des auditeurs et des téléspectateurs, les responsables de la radio et de la télévision ont eu recours très vite aux consultations d’échantillons représentatifs pour recueillir des informations sur le nombre et la satisfaction des publics de leurs émissions. Ces sondages commandés à l’IFOP, voire à l’Insee, semblaient scientifiquement solides, et leur utilisation dans la programmation ne paraissait pas scandaleuse, d’autant qu’elle était limitée : bien d’autres critères pesaient davantage, les prescriptions des élites politiques et culturelles notamment. Et, de toutes manières, tout le public à l’écoute se répartissait entre les deux ou trois chaînes du service public.

L’audimat contre la qualité

2Lorsque les chaînes se multiplient et que la publicité joue un rôle grandissant dans le financement des sociétés de programmes, la situation change totalement. Dans les années 80, l’instrument audimétrique se met en place, alors que les chaînes commerciales font leur apparition dans le paysage audiovisuel. Les observateurs et les critiques voient dans cette nouvelle concomitance la grande malchance de la télévision. Et, depuis lors, la dénonciation de la « dictature de l’audience* » ou de la « dictature de l’audimat » est un des thèmes récurrents des discours sur la télévision. Avec un présupposé implicite : l’opposition de l’audience et de la qualité. « On ne peut servir deux maîtres », il faut choisir. D’où un autre thème constant : la nécessité de compléter la mesure de l’audience par l’évaluation de la qualité, l’« audimat* » par le « Qualimat ».

  • 1 Notons que l’émission qui vient en tête pour l’année 2008 est celle de Jean-François Zygel, La Boî (...)

3La première apparition forte du thème date de l’éclatement de l’Ortf, en 1975, lorsque le législateur introduit la note « Q » dans l’équation de répartition de la redevance entre les sociétés issues de l’Ortf. Nouvelles manifestations en 1989 dans la bouche du premier « président commun » de la télévision publique, Philippe Guilhaume (c’est alors qu’est lancé le mot « Qualimat »), puis de Jean-Noël Jeanneney en 1991. Dans le même sens, on se souvient des déclarations de M. André Santini, lors de la privatisation de TF1 en 1987 : « On ne demande pas à Antenne 2 de faire de l’audience, on lui demande de faire de la culture. » Quinze ans plus tard, M. Jean-Jacques Aillagon tient les mêmes propos. Même cause, même effet : la nomination au même poste produit les mêmes effets de discours. La série s’est poursuivie avec quelques nouveaux épisodes. Le président Marc Tessier fait mettre en place, en 2006, un « baromètre de la qualité » par des sondages électroniques1 (voir, en encadré les méthodes mises en œuvre). En 2008, Christine Albanel se réjouit de la suppression de la publicité : la télévision publique, enfin libérée de la publicité et donc de la « tyrannie de l’audimat », va enfin répondre à ses missions culturelles avec des programmes « ambitieux ». Il n’est pas nécessaire d’être grand prospectiviste pour prédire qu’il y aura d’autres épisodes.

Méthodologie du baromètre qualitatif de France Télévisions
Les enquêtes du baromètre qualitatif sont menées par Harris Interactive pour France Télévisions auprès d’un panel* de 10 000 personnes de 15 ans et plus, interrogées quotidiennement par Internet.
L’échantillon quotidien est représentatif de la population française des téléspectateurs et fait l’objet d’un redressement sur les critères usuels de sexe, âge et activité.
Les panélistes (environ 2000 répondants par jour) indiquent, à partir d’une grille, les programmes qu’ils ont regardés. Pour chaque programme suivi, ils donnent une note de satisfaction (sur 10).
Le questionnaire est approfondi systématiquement pour les émissions de première et deuxième parties de soirée (qualité d’écoute, modes et raisons de choix du programme, qualités et défauts).
Au quotidien, le baromètre permet de suivre : le niveau de satisfaction de chaque programme diffusé sur les chaînes hertziennes ; la qualité d’écoute, le mode de sélection, les critères de choix ; les forces et faiblesses des émissions de soirée.
Le principe du panel permet une grande souplesse d’utilisation : ré-interrogation de panélistes sélectionnés sur des critères d’écoute ou d’appréciation ciblés, ou questionnaires ad hoc permettant d’approfondir l’analyse de la perception. En cumulant les résultats : mise en place de « standards », de niveaux de références, permettant de comparer les programmes entre eux et de remonter au niveau agrégé des chaînes.
(Source : France Télévisions)

Injonctions contradictoires

  • 2 J’ai raconté cette longue histoire dans un essai de « sociologie narrative » : « Télévision et cul (...)

4Ainsi, tout au long de son histoire, le service public de la télévision a été invité à remplir une mission présentée, de manière drôle et très juste, par Françoise Giroud à la fin des années 80 : « On demande à Antenne 2 d’avoir l’audience de TF1 avec les programmes d’Arte ». C’est enfermer les responsables de la télévision publique dans ce « double bind » dont nous ont beaucoup parlé les psychologues de l’école de Palo Alto. « Faites bien ce que vous voudrez, de toute façon, ce sera mal. Votre audience est faible : c’est mal ; vous avez peut-être de bons programmes, mais vous êtes incapables de rassembler les foules dans les grandes célébrations joyeuses de la culture. Votre audience est forte : c’est mal ; vous racolez le public avec des émissions qui ne présentent pas suffisamment de différence par rapport à celles des télévisions commerciales »2. Je vais essayer de montrer que les travaux sur le public de la télévision, sur son « audience » peuvent aider à sortir de cet enfermement dans des injonctions contradictoires.

Un instrument nécessaire aux sociétés de programmes

5Entendons-nous bien : l’objectif de ce texte n’est pas de faire l’apologie d’une politique de programmes médiocre. Il est bien clair que la recherche obsessionnelle de l’audience maximale conduit à la démagogie. Mon but est différent : il est de montrer qu’il est possible de faire une utilisation intelligente et féconde de l’instrument audimétrique, y compris pour des télévisions de service public. Pour enseigner les mathématiques à John, dit la vieille sagesse des pédagogues, il faut connaître les mathématiques et John. Pour faire une bonne politique de programmes, il faut connaître le public, dans la diversité de ses attentes et de ses comportements. À quoi l’instrument audimétrique contribue (c’est ce qu’il faut démontrer).

6Il n’est assurément pas le seul. Dans la mesure où le public de la télévision est coextensif à la société française, tous les travaux économiques ou sociologiques et toutes les études de prospective sont utiles pour connaître les téléspectateurs. Les sociétés de programmes ont encore recours à des réunions de groupe, à des entretiens non directifs, à des tests de « pilotes », etc. Mais, compte tenu du coût de l’instrument audimétrique, il serait malheureux qu’il ne soit pas utilisé aussi intelligemment que possible par les responsables des sociétés de programmes. Pendant les premières années de son existence, les audimètres* ne mesuraient que l’audience des foyers. En 1988-1989, l’addition des boîtiers comportant des touches individuelles a permis des tris beaucoup plus intéressants et le suivi des comportements personnels. À partir des données ainsi collectées, une utilisation intelligente suppose la construction d’indicateurs, car l’audience est une réalité complexe que l’on ne peut appréhender par un seul indicateur.

Un détour : l’audience, c’est des « heures-spectateurs ».

  • 3 Voir « L’audience de la télévision : plaidoyer pour la notion d’heures-spectateurs », MédiasPouvoi (...)

7Pour construire des indicateurs d’audience et les bien comprendre, il me semble utile de passer par une idée simple : l’audience de la télévision ne s’exprime et ne devrait à peu près jamais s’exprimer en nombre de personnes, mais en nombre d’« heures-spectateurs ». L’audience de la télévision, c’est des gens qui passent du temps devant la télévision. Non pas des spectateurs seulement. Non pas des heures abstraitement. Des heures-spectateurs, comme on parle de « kilomètres-voyageurs » en économie des transports. Pour parler de l’audience d’une émission de télévision, on ne peut utiliser seulement un nombre de gens ; on ne peut utiliser seulement une durée pour parler de l’audience d’une chaîne. Les seuls cas où on puisse parler en nombre de gens, c’est lorsqu’il est question de l’audience instantanée (à tel moment précis, telle chaîne ou telle émission avait tant de spectateurs) et de l’audience cumulée* (pendant la diffusion de telle émission ou pendant telle période de temps, tant de personnes ont regardé au moins une partie de cette émission ou de cette tranche horaire). Dans tous les autres cas, l’audience de la télévision doit être exprimée en heures-spectateurs3.

Un exemple : l’année 2001

  • 4 Pour information, la durée moyenne d’écoute journalière de la télévision par individu a été, en 20 (...)

8Le volume L’année TV 2001, publié par Médiamétrie*, nous apprend que la part d’audience* de TF1 sur l’ensemble de l’année a été de 32,7 %, celle de France 2 de 21,1 %, celle de France 3 de 17,1 %, celle de M6 de 13,5 %, etc. Pour comprendre ces chiffres, il faut passer par un volume total d’écoute de la télévision additionnant toutes les heures passées devant le petit écran par les 7 240 personnes « de quatre ans et plus vivant dans un foyer équipé au moins d’un téléviseur » qui font partie du panel audimétrique de Médiamétrie et qui représentent (au sens des sondages) la population de référence (53 millions). Ce volume d’écoute se chiffre en heures par individu (en 2001 : 3 heures 17 minutes en moyenne journalière ; 1054 heures 32 minutes par an) ou mieux en heures-spectateurs (55,89 milliards sur l’année)4. Pourquoi privilégier cette dernière approche ? Parce que le chiffre par individu est un chiffre moyen qui conduit à penser que les différences entre les individus sont peu importantes.

9On dira couramment que les Français regardent la télévision pendant plus de mille heures par an. Ce qui est faux : certains regardent pendant beaucoup plus de temps et d’autres pendant beaucoup moins. Le volume d’écoute exprimé en heures-spectateurs n’induit rien de tel. De plus, je montrerai plus loin que cette manière de présenter le volume d’écoute permet des analyses nombreuses et révélatrices des comportements différenciés des spectateurs.

Multiplicité des indicateurs de « l’audience »

10À partir des banques de données constituées par les relevés audimétriques, on peut construire des indicateurs très nombreux. Citons en quelques-uns.

  • L’audience instantanée (Instant Audience) est le plus simple : c’est l’ensemble des personnes présentes devant la télévision ou telle chaîne à un moment précis.
  • L’audience cumulée (Reach ou Cumulative Audience) est l’ensemble des personnes qui ont vu au moins un fragment de la période étudiée (émission ou tranche horaire)
  • L’audience en entier (Programme Total Audience) est l’ensemble des personnes qui ont vu toute la période étudiée (telle émission ou telle tranche horaire).
  • L’audience moyenne* (Rating ou Average Audience) est le nombre de personnes présentes, en moyenne, pendant la durée d’une émission ou d’une tranche horaire (autrement dit, c’est la moyenne de toutes les audiences instantanées).
  • La part d’audience ou part de marché (Share) est le rapport de l’audience moyenne d’une émission ou d’une tranche horaire à l’audience moyenne de la télévision pendant le même laps de temps.
  • Le volume d’écoute (Viewing Time) est le temps passé devant la télévision (ou telle chaîne) pendant une période de temps donnée par l’ensemble des individus d’une population.

On ne peut mesurer « l’audience d’une émission » par un seul chiffre

11De ce qui précède, on peut déduire que « l’audience d’une émission » ne peut être mesurée par un seul chiffre. Ou plutôt, l’audience d’une émission ne devrait pas être mesurée par un seul chiffre, car le plus souvent on entend ou on lit des phrases comme : « Telle émission a eu 10 % d’audience, ce qui, compte tenu de la « valeur du point », représente 5,3 millions de spectateurs ». C’est réduire la notion d’audience à un seul indicateur, l’audience moyenne. Donnons deux exemples qui montreront que la réalité de l’audience est bien différente. Deux films ont été diffusés par la télévision publique pendant la semaine du 11 au 17 mai 1992 : Les Liaisons dangereuses (mardi 12 mai, France 2, 20 h 56, 115 minutes) et Le Guépard (jeudi 14 mai, France 3, 20 h 47, 171 minutes). Les indicateurs utilisés ici sont assez faciles à saisir à partir des définitions ci-dessus. Disons seulement que le pourcentage de fidélité répond à la question : « Sur 100 personnes présentes au début de l’émission, combien l’ont vue en entier ? »

Les Liaisons dangereuses

Le Guépard

Audience cumulée

36,2 % = 18,6 millions

30,4 % = 15,6 millions

Audience initiale

7,3 % = 3,6 millions

5,8 % = 2,9 millions

Audience moyenne

7,8 % = 3,9 millions

4,5 % = 2,2 millions

Audience finale

6,9 % = 3,4 millions

2,7 % = 1,3 million

Audience intégrale

4,8 % = 2,4 millions

1,5 % = 0,7 million

Heures-spectateurs

7,475 millions

6,270 millions

Pourcentage de fidélité

62 %

23 %

  • 5 Le pourcentage de fidélité nettement plus faible obtenu par Le Guépard (Visconti, 1963) peut s’exp (...)

12On voit bien, sur ces deux exemples5, que le public d’une émission est à la fois beaucoup plus et beaucoup moins important que le chiffre de l’audience moyenne. Beaucoup plus important, parce que, presque toujours, le nombre de ceux qui voient un fragment d’une émission donnée est plus grand que celui qui est exprimé par le chiffre de l’audience moyenne de cette émission : beaucoup de gens entrent et sortent, passent quelques instants. Beaucoup moins important, si on ne retient comme « spectateurs » de l’émission que ceux qui l’ont vue en entier (à la manière des spectateurs d’une salle de cinéma). Autrement dit, l’audience d’une émission et de la télévision en général ne peut être analysée uniquement avec la métaphore de la salle de spectacle, une partie relève de la métaphore de la salle des pas perdus.

Les indicateurs des publicitaires

13Les utilisateurs de l’audimétrie ont des manières de faire différentes et privilégient tel indicateur plutôt que tel autre. Les publicitaires, par exemple, construisent des indicateurs tels que le « GRP » (c’est-à-dire l’addition des pourcentages d’audience moyenne obtenus par un message publicitaire lors de ses différents passages à l’antenne), la « couverture » (le nombre total de personnes ayant vu un message publicitaire au moins une fois lors de ses différents passages à l’antenne) ou le « taux de répétition » (le nombre moyen d’expositions à un message publicitaires pour les personnes figurant dans la « couverture »). Les programmes de média planning sont destinés à chercher l’utilisation optimale du budget d’un annonceur en déterminant les emplacements les plus favorables, en termes de GRP, de couverture ou de répétition, en fonction de la cible* des messages. Il faut ajouter à ces calculs permettant de déterminer le « coût au mille » le plus faible possible, des facteurs moins facilement pondérables comme la « prime au leader », la notoriété et le prestige d’un programme, etc. Ici peuvent intervenir une bonne politique de communication et l’accent mis sur un indicateur de la « force globale » de la chaîne : sa part de marché.

L’obsession de la part de marché

14Autre exemple, moins savant et plus anecdotique, d’un usage des données audimétriques. Un exemple qui illustre la surévaluation d’un seul indicateur, la « part de marché » dans une télévision commerciale. J’étais responsable des études à TF1 au moment de la privatisation, en 1987. Les nouveaux responsables de la chaîne disaient : « Ce que nous avons acheté, ce n’est rien d’autre que 40 % de part de marché. Et nous les avons payés très cher (« le plus gros chèque jamais signé par un Auvergnat », a dit, à l’époque, Francis Bouygues dans une interview). On nous annonce que nous descendrons à 33 % en 1992. Il faut éviter cette baisse. » La barre des 40 % devint la « ligne bleue des Vosges ».

  • 6 Dans le même temps, les responsables du budget recevaient commande d’un document analogue : sur la (...)

15Pendant l’été, une note de service me demanda de faire chaque semaine un document qui porterait, sur la grille de programmes hebdomadaire, pour chaque émission de la chaîne, l’objectif d’audience correspondant à 40 % de part de marché et l’audience réalisée, « afin qu’on voie rapidement les émissions viables et celles qui n’ont plus leur place dans la grille ». L’utilisation de stabilos rouge et vert rendait le document rapidement lisible !6 Ayant surtout travaillé dans le secteur du service public, je souhaite montrer que l’instrument audimétrique présente beaucoup d’intérêt pour évaluer les télévisions de ce secteur, lorsqu’on dépasse cette manière simpliste de l’utiliser.

L’étude de la structure du volume d’écoute par genres

16Revenons au volume d’écoute exprimé en heures-spectateurs. Il peut être analysé dans des directions très variées. Donnons quelques exemples. Il est possible de chercher quelle est la part tenue par les différentes catégories d’émission dans le volume d’écoute de la télévision. En 2001, les journaux télévisés représentaient 15,3 % des heures-spectateurs ; les films 7 % ; les fictions télévisées 24,8 % ; les magazines et documentaires 20,4 % ; les jeux 8,5 % ; les variétés 4,3 % ; les émissions sportives 4,8 % ; les émissions pour la jeunesse 2,7 % ; la publicité 8,2 %... La comparaison de la structure du temps d’antenne (des « programmes diffusés ») et de la structure du volume d’écoute (des « programmes reçus ») permet des analyses utiles des comportements des spectateurs. Une autre comparaison, celle de la part des genres dans les programmes diffusés et dans le volume d’écoute des différentes chaînes, est un instrument performant pour l’étude du paysage télévisuel.

Le téléspectateur moyen n’existe pas

  • 7 Rappelons au passage que les durées d’écoute sont très différentes : 20 % des spectateurs réalisen (...)

17Pour sortir de la fiction simplificatrice du « téléspectateur moyen », il est indispensable d’étudier la structure du volume d’écoute par genres de programmes dans les groupes de la population classée par âge, sexe, type d’activités socioprofessionnelles, catégorie d’habitat, etc. J’ai pratiqué, par exemple, des études comparées de la télévision reçue par des groupes constitués en fonction de l’importance de la durée d’écoute de la télévision : fort, moyen ou faible temps consacré à la télévision7.

  • 8 Voir Les structures du temps d’écoute : une nouvelle classification, Exposé aux journées de l’Irep (...)
  • 9 Denis McQuail ed., Sociology of Mass Communications, Penguin Books, p. 163.

18Ces études ont permis de découvrir que les téléspectateurs les plus assidus ont un éventail de choix plus ouvert que les petits spectateurs : les premiers font aux émissions de découverte et d’ouverture sur le monde une place importante, alors que bien des essayistes croient qu’une forte durée d’écoute s’accompagne de la consommation boulimique des fictions et des émissions de divertissement. Exemple : la part relative de la fiction télévisée et surtout des films est beaucoup plus élevée dans la « télévision reçue » des « petits consommateurs » que dans celle des « gros consommateurs »8. Ces derniers se servent beaucoup du petit écran parce que, n’ayant pas de nombreux moyens d’information, de distraction, de loisirs et de spectacles, ils font de la télévision un « média utile à toutes fins » (un « all-purpose media », disaient, dès les années 1970, des sociologues anglais)9.

Une variable complexe

  • 10 On trouvera des résultats anciens des études ANIS dans Petit écran grand public (La Documentation (...)

19J’aime bien le mot de Jean Paulhan : « C’est le langage qui a besoin d’être simple, et les opinions un peu compliquées »… Pour compliquer un peu les analyses, il m’a semblé utile, à plusieurs reprises, de croiser les variables d’âge, de niveau d’instruction et de sexe pour obtenir une « variable complexe » que j’ai appelée – pas très finement – ANIS. À partir de deux niveaux d’instruction (relativement bas et relativement élevé), de trois classes d’âge (jeunes, personnes d’âge moyen et personnes âgées) et des deux sexes, on obtient une typologie en douze groupes construite a priori10.

20L’hypothèse spontanée est que l’addition des deux caractéristiques de l’âge et du niveau d’instruction devrait creuser les différences des jugements et des comportements en matière de télévision chez les personnes les moins âgées : les jeunes instruits devraient regarder peu, et ne voir que les émissions "haut de gamme", les jeunes moins instruits étant plus dépendants de la télévision ; à l’inverse, on peut supposer que les différences tendront à s’estomper avec l’âge... Les enquêtes analysant les comportements donnent des résultats quelque peu différents. Examinons la durée d’écoute journalière (exprimée en minutes) de douze groupes constitués à partir des trois caractéristiques : le sexe (H = Hommes - F = Femmes), l’âge (J = Jeunes : 20-39 ans - M = Moyens : 40-59 ans - V = Vieux : 60 ans et plus) et le niveau d’instruction (S = Supérieur - A = Autre).

La fidélité à un programme comme indicateur d’intérêt

21Encore un autre souvenir d’ancien combattant. Lorsque je travaillais dans le secteur des études de la télévision publique, la demande m’a été adressée à plusieurs reprises de construire des « indicateurs de la qualité » qui compenseraient le poids jugé excessif de l’audience. L’utilisation des sondages à cet effet se heurtant à des difficultés de méthode qui me semblaient – et qui me semblent toujours – insurmontables, j’ai toujours plaidé pour la recherche d’indicateurs basés sur le comportement objectif des responsables des chaînes, suivant la règle énoncée par Maria Casarès dans un vieux film de Bresson : « Il n’y a pas d’amour, Hélène, il n’y a que des preuves d’amour ». Quelles pourraient être des « preuves d’amour de la qualité » ? Par exemple : le nombre d’heures de documentaires diffusés ; la nature des émissions placées dans le prime time* (ouvrent-elles vraiment les choix des téléspectateurs aux heures de plus grande écoute ?) ; la part du budget consacrée aux créations dans le domaine de la fiction et des programmes caractérisant le service public, etc.

22Mais il est possible d’emprunter une autre voie qui s’appuie, à contre-courant, sur les chiffres de l’audimétrie. Il est, par exemple, possible de calculer le nombre de personnes ayant suivi la totalité d’une émission, et de produire des « pourcentages de fidélité » répondant à la question : « Sur 100 personnes présentes au début de l’émission, combien l’ont suivie jusqu’au bout ? ». Il est clair que cet indicateur apporte des informations sur la capacité des émissions à intéresser leur public (voir, ci-dessus, les « pourcentages de fidélité » de deux films).

Des « preuves de la qualité »

23L’utilisation des indicateurs que nous avons énumérés et définis ci-dessus permet d’apporter encore d’autres « preuves de la qualité » d’une chaîne de service public… à condition évidemment que les résultats soient probants ! Exemples.

  • Les chiffres d’audience cumulée sur une semaine (en retenant une durée minimale significative, de l’ordre de 10 ou 15 minutes en continu) montrent que beaucoup de gens utilisent la chaîne, la jugent « utile » : malgré l’extrême diversité des publics et malgré les demandes contradictoires des spectateurs, la proportion est très faible de ceux qui, au cours d’une semaine, ne trouvent absolument rien d’intéressant sur cette chaîne ; ce qui apporte la preuve qu’elle est authentiquement « généraliste ».
  • Dans la structure du volume d’écoute de la chaîne, les émissions de la curiosité, de l’intelligence et de l’information tiennent une place importante : les spectateurs manifestent qu’ils ont besoin de cette chaîne pour ce type de programmes qu’ils trouvent plus difficilement ailleurs (plus rarement ou à des heures de moins forte écoute).
  • La part d’audience de la chaîne est élevée dans tel groupe de la population, négligé par les télévisions commerciales, alors que ce groupe, pour diverses raisons, compte beaucoup sur la télévision pour son information, son divertissement et sa culture.
  • Pour ce qui est des émissions caractéristiques d’une télévision publique (les documentaires, les magazines d’information ou de reportages), les parts d’audience de la chaîne sont supérieures à la part d’audience moyenne, ce qui prouve la différence de ses productions et de sa politique de programmation.

Une utilisation intelligente ?

24Au moment de terminer ce texte, je rencontre un ami dans un ascenseur. Il me demande si je m’occupe encore un peu du paysage télévisuel. Pas beaucoup, mais en ce moment, justement, j’écris un texte sur la possibilité d’utiliser intelligemment l’audimat. Il s’étonne : Est-ce possible ? J’allais essayer de lui répondre, mais les portes de l’ascenseur se sont refermées. Je lui enverrai ce texte. Réussirai-je à vaincre son scepticisme ?

Bibliographie

Références bibliographiques

Cazeneuve, J., Oulif, J., La grande chance de la télévision, Paris, Calmann-Lévy, 1963

Notes

1 Notons que l’émission qui vient en tête pour l’année 2008 est celle de Jean-François Zygel, La Boîte à musique, diffusée le 11/07/08 à une heure avancée de la soirée. Les meilleures notes de satisfaction sont souvent obtenues par des émissions pointues, programmées la nuit ou l’été, qui n’ont pas beaucoup d’audience. Il y aurait d’autres indicateurs à conjuguer avec cet indice de satisfaction pour évaluer la qualité des programmes, notion complexe et multidimensionnelle (CF. plus loin).

2 J’ai raconté cette longue histoire dans un essai de « sociologie narrative » : « Télévision et culture. Jalons et anecdotes pour servir à l’histoire d’un malentendu », Revue de l’Institut de sociologie, Université libre de Bruxelles, 1995, 1-2, p. 155-170.

3 Voir « L’audience de la télévision : plaidoyer pour la notion d’heures-spectateurs », MédiasPouvoirs, 4e trimestre 1994, p. 11-20.

4 Pour information, la durée moyenne d’écoute journalière de la télévision par individu a été, en 2008, de 3 heures 35 minutes.

5 Le pourcentage de fidélité nettement plus faible obtenu par Le Guépard (Visconti, 1963) peut s’expliquer par deux facteurs : sa longueur (une heure de plus que son concurrent) a favorisé l’instabilité des téléspectateurs (abandon pour certains, arrivée en fin de programmes concurrents pour d’autres) ; son rang de passage élevé (7ème diffusion) en faisait un film déjà connu pour une bonne part de l’auditoire, alors que le film de Stephen Frears, datant de 1988, était inédit à la télévision.

6 Dans le même temps, les responsables du budget recevaient commande d’un document analogue : sur la grille des programmes de la semaine précédente, étaient portés le coût de chaque émission et la recette publicitaire qu’elle avait récoltée.

7 Rappelons au passage que les durées d’écoute sont très différentes : 20 % des spectateurs réalisent près de la moitié du volume total d’écoute, un peu plus de la moitié des heures-spectateurs étant assurée par les 80 % restant. Une autre expression simple de cette inégalité est la loi paradoxale « 1/3 = 2/3 » : un tiers des spectateurs est responsable des deux tiers des heures-spectateurs, etc.

8 Voir Les structures du temps d’écoute : une nouvelle classification, Exposé aux journées de l’Irep (1990) ; Le public de la télévision, des comportements différents, Ina-Médiamétrie (mai 1991) ; Régine Chaniac et Jean-Pierre Jézéquel, Télévision et cinéma. Le désenchantement, Nathan/Ina, 1998 (chapitre 4 : « Public du cinéma et public de la télévision »).

9 Denis McQuail ed., Sociology of Mass Communications, Penguin Books, p. 163.

10 On trouvera des résultats anciens des études ANIS dans Petit écran grand public (La Documentation française, 1980, p. 38-60) et dans « Le vieux canon de 75 ». L’apport des méthodes quantitatives à la connaissance du public de la télévision » (Hermès 11-12, 1992, p. 187-1).

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/14146/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 86k

Auteur

Sociologue, a été responsable d’études à l’ORTF et à l’INA, puis directeur des études de TF1 et d’Antenne 2, avant d’être consultant à la présidence commune de France Télévision. Il appartient maintenant au groupe Bayard.

© CNRS Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site