Desktop versionMobile Version

La télévision

 | 
Guy Lochard

Glossaire

Volltext

1Les termes repris ici sont signalés dans le texte par une *

2Broadcasting : terme anglais (que l’on peut traduire en français par diffusion). Il s’emploie pour les diffusions (radio, télévision, informatique) de « point à masse » autrement dit d’une source unique à un ensemble de destinataires. On peut l’opposer en ce sens au narowcasting qui désigne les mode de diffusion décentralisés et s’adressant à des publics plus limités et plus spécifiques (les Webtv*) ou encore à l’egocasting terme apparu plus récemment désignant toutes les formes individualisées de diffusion et de consommation médiatique (blogs, listes personelles de diffusion, streaming).

3Dispositif : ce terme a été, pour la télévision, proposé et défini pour la première fois par Pierre Schaeffer, responsable du Service de la recherche de l’O.R.T.F*. Il s’est propagé ensuite dans le vocabulaire scientifique mais aussi professionnel pour désigner à la fois les contraintes socio-techniques propres à un média (dispositif* télévisuel/cinématographique), les éléments stratégiques retenus pour la production d’un programme* (le dispositif de l’émission x) et enfin certains moyens spécifiques mis en œuvre pour sa réalisation (ex : le dispositif scénographique).

4Genre : comme l’ensemble des domaines d’expression artistique ou langagière, la communication télévisuelle s’organise en genres. Elle se manifeste en effet à travers un ensemble de formes conventionnelles identifiées à la fois par les professionnels de télévisions et par les téléspectateurs. Hérités pour la plupart du cinéma (les fictions unitaires), de la presse (les feuilletons) ou de la radio (les retransmissions sportives), les genres télévisuels donnent lieu à des typologies qui sont d’origine professionnelle ou d’origine scientifique. On peut observer que ces systèmes de classification font appel à des critères généralement hétérogènes puisqu’ayant trait à la fois au contenu (magazines littéraires) aux formes sous-jacentes (débats) ou encore aux effets recherchés (divertissement)

5Information en continu : inaugurée en 1984 pour la télévision par la chaîne nord américaine CNN, ce système d’information consiste en la délivrance régulière de nouvelles sans cesse actualisées par le biais de bulletins ou de flashs. Ayant recours le plus possible au direct afin d’être en prise directe avec les évènements, ces chaînes se sont fortement développées depuis le début des années 90 en raison notamment de raisons d’ordre géopolitique. Al Jazira, la chaîne quatari a tenté ainsi de concurrencer l’influence des chaînes nord-américaines. La France s’est dotée en 2006 d’un vecteur autonome avec France 24.

6Média : désigne un support de diffusion d’informations ou de spectacles prenant appui sur différentes moyens langagiers graphiques et visuels pour la presse écrite, sonore et verbal pour la radio, audiovisuels pour la télévision). Synonyme le plus souvent du terme mass-média un média dans sa forme classique permet une diffusion de point à masse, autrement dit d’une source unique vers un grand nombre de destinataires. On peut ainsi le différencier du terme medium à connotations plus techniques. Ce terme peut se décliner et se voir complété pour qualifier par exemple Internet, généralement défini comme multimédia interactif.

7Opérateur : désigne une entreprise publique ou un groupe privé dotés d’une autorisation légale (conférée par une instance de régulation) qui met à la disposition de publics un service de télédiffusion sous la forme d’une offre de programmes*. Il ne se confond pas avec une chaîne puisqu’un même opérateur peut proposer plusieurs chaînes.

8Programme : correspondant au terme courant d’émission, ce vocable plus spécialisé désigne une unité de production délimitée dans le temps et diffusée une seule fois (programme unique) ou régulièrement (programme en série) dans sa grille (de programmes) par une chaîne de télévision.

9Programmation : ce terme désigne l’acte professionnel d’agencement dans une grille (journalière, hebdomadaire ou mensuelle) d’un ensemble de programmes afin de les faire correspondre aux attentes et aux disponibilités des différents publics de la chaîne considérée.

10O.R.T.F : Office de Radio Télévision Française, cet établissement public à caractère industriel et commercial a été créé le créé le 27 juin 1964 (loi no 64-621) et supprimé le 31 décembre 1974 (loi no 74-469). Succédant à la R.T.F (Radio Télévision Française), il s’en différenciait d par le fait qu’il n’était pas place sous l’autorité directe du ministère de l’information mais sous sa tutelle. Ce statut d’autonomie n’a pas empêché diverses formes d’interventionnisme de la part des gouvernements successifs. Celles-ci furent à l’origine, entre autres tensions, d’un fort mouvement du personnel en mai 1968 entraînant sanctions et renvois.

11Série : le principe de la série (ou de sérialité) ne s’applique pas seulement, comme on le pense trop souvent, aux fictions. On peut considérer qu’il est constitutif de l’industrie télévisuelle qui se fonde sur la récurrence et la déclinaison quotidienne ou hebdomadaire de formes préétablies et de normes prédéfinies dans lesquelles doivent se couler les professionnels (scénaristes pour les fictions, journalistes pour les journaux télévisés etc.).

12Télévision de flux/télévision de stock : la première de ces formes de télévision renvoie à l’ensemble des programmes* destinés à une unique diffusion (journaux télévisés, magazines d’information, jeux). Elle s’oppose à la seconde qui recouvre une ensemble également hétérogène de programmes (fictions, documentaires) destinés à être diffusées plusieurs fois. Il est à noter que la montée en force dans la télévision contemporaine d’émissions à base d’archives (palmarès, rétrospectives, zapping) vient quelque peu questionner cette distinction.

13TV2.0 : on désigne par cette expression le nouveau dispositif* socio-technique issu du phénomène de convergence numérique et né de la rencontre entre la technique classique de télédiffusion et Internet. Il se traduit notamment par la proposition faite aux téléspectateurs (via principalement des sites attachés aux chaînes) de faire part de leurs commentaires et de participer à l’activité éditoriale de la chaîne en faisant parvenir leurs propres productions diffusées dans des programmes spécialisés ou non.

14Web TV : on emploie ce terme pour désigner les sites Internet qui délivrent principalement des contenus sous la forme de vidéos. Ils utilisent pour cela la technique du streaming.

© CNRS Éditions, 2009

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540

Suche in OpenEdition Search

Sie werden weitergeleitet zur OpenEdition Search