Version classiqueVersion mobile

La télévision

 | 
Guy Lochard

La fin d’un régime de croyance ?

Jean-Louis Weissberg

Note de l’éditeur

Reprise du no 25 de la revue Hermès Le dispositif. Entre usages et concept, 1999.

Texte intégral

1Un certain régime de vérité est révolu : celui par lequel l’image enregistrée lors d’une capture directe (photographie, télévision, etc.) renvoyait au caractère apparemment immuable du passé. Les formules reliant croyance et mise en forme audiovisuelle du monde – qui ont assuré les beaux jours de ces techniques – entrent aujourd’hui en crise, car au prélèvement événementiel auquel nous avons été habitués, succède désormais l’épreuve d’une animation simulée de modèles. Les nouvelles formes de présence à distance (réseaux, supports numériques interactifs), ouvrent progressivement la voie à ce qu’on pourrait nommer « l’expérimentation directe de l’information ».

2J’y vois la confirmation d’un processus logique. Les techniques d’enregistrement classiques sont parvenues aux limites de leur promesse de restitution audiovisuelle de la réalité. Nous exigeons désormais des images incarnées, vivantes : des moyens pour expérimenter l’actuel – et même le passé – et non plus pour en reproduire de simples traces indéformables.

  • 1 Publié sous le titre Dispositif de croyance, p. 169.

3Le trucage a partie liée avec les techniques d’enregistrement et ceci depuis l’invention de la photographie. Ce qui est remarquable et nouveau dans la crise de légitimité de l’audiovisuel, ce n’est pas tant l’accumulation des scandales (interview reconstituée de Fidel Castro, images détournées du charnier de Timisoara1 ou plus récemment, participation en France de la gendarmerie à des reconstitutions diffusées comme prises sur le vif), mais le doute généralisé que suscite désormais toute image enregistrée ; doute révélateur d’une séparation croissante entre le « voir » et le « croire ».

4Le pacte de conformité qui liait jusqu’à présent l’enregistrement et la chose enregistrée commence à se rompre. Et, à mon sens, la méfiance n’est pas le produit de la tromperie. Je dirais plutôt, qu’à l’inverse, la tromperie peut être débusquée parce que l’état de méfiance nous habite désormais. Aujourd’hui, notre croyance dans les images dépend d’une implication, non pas simplement audiovisuelle, mais aussi sensible, tactile et corporelle. Et le dispositif* technique de transmission audiovisuelle n’assure plus une mission centrale dans l’élaboration de la confiance. Ce que nous réclamons, ce ne sont pas des vérités plus « objectives », mais une participation plus véridique à la mise en scène de l’événement par le truchement de son modèle virtuel. Ce qui est très différent ! D’un côté se tiennent les techniques classiques qui permettent une présentation a posteriori d’une réalité passée ; et de l’autre des techniques de simulation permettant d’expérimenter un modèle de l’événement qui demeure alors encore ouvert, discutable donc relatif.

L’événement mis en maquettes

5Si elle devient plus charnelle, plus expérimentable, l’information sera moins « indicielle » (au sens de Peirce, c’est-à-dire, provenant d’un prélèvement à la source) et plus construite. On n’expérimente que ce qui a été modélisé de manière pertinente. L’événement est mis en maquettes, articulé en rhétoriques cohérentes. Le processus informationnel sera l’aboutissement d’une épreuve publique de légitimité (au sens où la légitimité scientifique s’acquiert à travers la confrontation publique des hypothèses).

  • 2 En décembre 1989 lors de la chute du régime de Ceausecu en Roumanie, les médias du monde entier ann (...)

6Ces modèles sont-ils de fidèles représentants ? Où se situent leurs limites, leurs points aveugles ? La modélisation est, dans le domaine de l’ingénierie, une épreuve opérationnelle, et dans le domaine social une épreuve herméneutique. Quels partis pris le CD Rom modélisant le procès Simpson2 aux États-Unis exprime-t-il ? Sur quelles ignorances est-il édifié ? Quelles interprétations juridiques sont à sa source ?

7Ces questions affleurent obligatoirement dès lors que l’interrogation et les choix de circulation sont délégués à l’interactant. Curieux procès, c’est le cas de le dire, de légitimation. On renvoie au public le soin de choisir ses présupposés : un procès pour les Blancs, un autre pour les Noirs. La formation d’une légitimité, l’émergence d’un point de vue, apparaît comme la mise à l’épreuve d’un ensemble d’a priori. La vogue des jeux vidéo réalistes (serious video games) concrétise cette demande d’expérimentabilité. On sait que les wargames, lointain successeurs du Kriegspiel prussien, ont été dopés par la guerre du Golfe en 1990 (des parties simulant l’opération « Tempête du désert » ont été diffusées par des télévisions américaines et au moment du conflit, l’état major US a, semble-t-il, lui-même utilisé un jeu du commerce pour tester ses plans).

8Mais depuis, les choses se sont accélérées. On trouve sur Internet des jeux vidéo simulant de nombreux conflits en cours. De Pacemaker, à propos de la confrontation israëlo-palestinienne, à Darfour is Dying en passant par Take a Free Ride to the White House, sur la dernière élection présidentielle américaine, les exemples abondent.

9Fonction miroir de l’expérimentation : en cela elle n’est ni plus véridique, ni moins, que la preuve télévisuelle, qui, elle, fonctionne selon la formule « cru parce que vu » et, précisément cru parce que tout le monde, y compris les experts, peut voir. La maxime émergente « cru parce que expérimentable » pose des problèmes bien plus complexes. Elle altère, par constitution, l’idée d’une vérité unique et engendre, le plus naturellement du monde, la relativisation de toute démonstration, de tout jugement. Ce qui est essentiel, c’est le mouvement de consolidation réciproque entre progrès dans l’incarnation tangible des représentants et fondation culturelle de la vérité sur l’expérimentabilité. La figure du réalisme aurait ainsi changé de costume : d’une facture essentiellement liée à la capture visuelle, elle est en passe de se lier au test pratique. Et la représentation virtuelle numérique permet, à la différence du spectacle audiovisuel plat et plein, d’inclure dans le spectacle, une multiplicité de vues, éventuellement contradictoires. À charge pour le spectateur de choisir, l’angle (ou les angles) d’éclairage qui lui convient.

10Transfert de source de légitimité, de l’émetteur vers le récepteur, telle serait la mission, ou le fantasme, de la présentation virtuelle. Et l’on perçoit immédiatement certaines apories qui en découlent. Le récepteur peut-il devenir la seule source de légitimation des informations et de leurs mises en récits ? Évidemment pas. Le paradigme de l’expérimentation n’affirme pas l’extinction des foyers qui surplombent l’acteur individuel et irradient les normes sociales, foyers à travers lesquels l’expérience est à la fois vécue et construite. La référence au groupe n’a pas disparu dans ces jeux expérimentaux, elle s’est simplement assouplie, libérant des espaces de parcours singuliers. On ne saurait substituer une caricature à une autre en échangeant le modèle hétéronome des massmedia, supposés conditionner le social avec celui de l’expérience, laquelle assurerait la parfaite autonomie d’une subjectivité individuelle. Il faut, en revanche, prendre la mesure de la mise en critique généralisée et du relativisme que le dispositif expérimentateur du spectacle véhicule et induit à la fois.

Une expérimentation véridique ?

11L’expérimentation virtuelle est-elle à l’abri du soupçon ? Doit-on lui reconnaître une meilleure aptitude à convoyer la vérité grâce à son expérimentabilité ? Peut-on considérer que l’ingénierie interactive serait, par nature, plus véridique, qu’elle transcrirait plus directement l’événement qu’une narration ou un reportage filmé ; bref, qu’elle ne recèlerait aucune mise en scène ? Non, elle est tout simplement plus adéquate à l’esprit du temps, expérimentateur en diable. Evitons de distiller l’illusion qu’avec ces formules d’expérimentation, on parviendrait à un vécu direct, im-média, la séparation entre l’information et l’événement étant ainsi abolie. Dissipons toute croyance en la possibilité d’une expression directe de l’événement, qui, sans médiations, sans travail de construction, viendrait s’inscrire, transparente, sur l’écran des ordinateurs. Gardons-nous des mirages objectivistes qui assimileraient vérité et expérimentabilité, authenticité et réalisme des doubles, exactitude et similarité des représentants.

12L’expérimentation virtuelle est aussi une médiation, la présence à distance demeure une scénographie, l’interactivité se joue dans un théâtre. Mais ces formes obéissent à de nouvelles distributions de rôles ainsi qu’à des systèmes de valorisation inédits où les dispositifs socio-techniques de médiation jouent un rôle considérable. Croire un article de presse relatant les nouvelles du front, opère selon des mécanismes assez différents de ceux à l’œuvre lorsque l’on porte crédit à une séquence du journal télévisé présentant une attaque aérienne pendant la guerre du Golfe. Dans les deux cas, la croyance vient de loin. Elle précède la narration, préformée qu’elle est dans des intérêts et des engagements déjà établis.

13Mais le mirage objectiviste télévisuel consiste précisément en ce que l’on oublie le commentaire langagier fondamental pourtant, ne voulant retenir que la capture visuelle directe de l’événement. C’est ce dispositif « techno-épistémique » – la vérité fondée sur le prélèvement indiciel instantané, initié par la photographie – qui s’étiole aujourd’hui. La face technique (capture visuelle instantanée, « le direct ») et la face épistémique (fonder l’accréditation sur la vision) de ce dispositif s’entretenaient réciproquement. Ces deux faces divergent maintenant, nous offrant le spectacle de la substitution progressive d’un régime socio-technique dominant par un autre, l’expérimentation virtuelle du modèle de l’événement ; régime où nous retrouvons une autre face technique (la simulation numérique et l’hypermédiation) ainsi qu’une autre face épistémique (la mise à l’épreuve des hypothèses).

La fonction communautaire vaccine-t-elle la télévision contre la crise de confiance ?

  • 3 On se souvient de ce procès d’un footballeur américain accusé d’avoir tué sa femme, qui avait défra (...)

14Pour caractériser la crise du régime classique d’adhésion, j’ai surtout insisté sur l’affaiblissement du pacte visuel, le vacillement du régime de vérité fondé sur le « voir pour croire ». Deux aspects de la question méritent une discussion : l’accompagnement langagier de l’image télévisuelle3 et surtout le sentiment communautaire, qu’on peut aussi appeler la valeur « cultuelle » de la télévision ; sentiment et valeur qu’on pourrait aussi considérer comme partie prenante du dispositif de médiation, jouant sur la simultanéité du rassemblement des face-à-face dispersés. La valeur cultuelle de la télévision – soit encore sa fonction de lien social – ouvre à une discussion assez complexe. Le sentiment que des millions de personnes sont rassemblés dans une même vision à distance leste l’événement télévisuel d’un crédit incontestable.

15Croire c’est aussi faire partie d’une communauté, avant d’être un exercice intellectuel. L’adhésion procède d’un mouvement volontaire, ou plutôt nécessaire : « entrer dans l’orchestre » comme le dit Daniel Bougnoux (Bougnoux, 1991). Appartenir à une communauté, serait-ce une communauté séparée comme celle des téléspectateurs, engage, selon de toutes autres modalités (l’intérêt, le maintien des liens, etc.), qu’une opération raisonnée disséquant la validité d’une proposition. La dimension cultuelle, religieuse de la télévision – au sens propre du terme – la prémunirait-elle donc de l’altération « fiduciaire », au sens de la perte confiance dans la « monnaie » du visible ? Et la formule émergente « cru parce que expérimentable » demeure-t-elle valide dans ce contexte de l’adhésion engagée ? Je le pense, pour l’essentiel. S’il est vrai que la fonction communautaire assure pour une grande part la pérennité du modèle mass-media – et la réception simultanée a donc encore de beaux jours devant elle – cette fonction n’est pas à l’abri des transformations en cours. J’ai le sentiment que cette fonction communautaire joue plus sur la dimension narrative – le besoin que l’on nous raconte les mêmes histoires – que sur un plan informatif ou cognitif : croire les experts ou les médiateurs patentés.

16C’est plutôt cette deuxième opération qui est taraudée par le désir d’expérimentation. Et la force de cette option, c’est qu’elle assure un compromis acceptable entre une participation intime – par l’entremise de modèles – et un risque limité, c’est-à-dire un engagement protégé par la distance. Mon hypothèse ne conclut d’ailleurs ni à la disparition future de la télévision, ni à celle du « grand public », mais à l’effritement de son pouvoir référentiel et persuasif au profit d’autres régimes de croyance appuyés sur les pragmatiques socio-techniques de l’expérimentation. Par ailleurs, la fonction cultuelle est à la source de controverses sur les rapports média* de masse/espace public. En effet, au moment où se multiplient les signes annonciateurs d’une baisse de régime « fiduciaire » des massmedia, se font jour des évaluations quelque peu nostalgiques. Elles suggèrent que les massmedia, comme forme, sont peut-être inséparables de l’idée de démocratie. Dans cette perspective, en ces temps de rigueur individualiste, le grand public serait plutôt une réserve de liens sociaux à protéger qu’une survivance totalitaire à dissiper. C’est le point de vue, par exemple, de Dominique Wolton (Wolon, 1990).

  • 4 Ceux qui partent en guerre contre les formes diffractées de l’espace public – telles qu’Internet – (...)

17Comment, en effet, penser un espace public qui ne serait plus construit selon le modèle de la pyramide ? D’où viendraient les références communes à l’expérience4, les normes réglant l’échange ? Quelles formes d’espace public dessineraient les scénographies hybrides mêlant simulation, réception directe, accès à des banques de données et échanges latéraux. Ces nouvelles formes de lecture par navigation – qui s’opposent, par nature, aux logiques de l’instantanéité – enrichissent l’éventail des pratiques de communication. Elles réévaluent ce que signifie « s’approprier », rajeunissent la notion de durée. Qu’induiront ces nouveaux cadres de réception/action ? Ils posent effectivement nombre de questions quant à la détermination de références communes dans l’échange social. Ne concluons pas trop vite à leur disparition, si tant est que ces références « transcendantes » qu’on croyait disparues resurgissent souvent à travers le processus même qui les disperse.

18Ces processus définissent des normes communes, y compris morales, dans l’affrontement à l’État et aux groupes privés. Et l’on pourrait même aller jusqu’à considérer l’affermissement de la présence à distance comme l’un de ces ciments collectifs. Ce n’est pas la disponibilité technique de ces nouvelles formes de lectures qui, par contagion d’usages, transformerait le « grand public » des mass-media en enquêteurs attentifs, recoupant les sources et testant des interprétations. C’est plutôt l’inverse qu’il faut considérer : l’émergence de ces dispositifs expérimentaux comme indice d’une redistribution des normes de croyance. Par ailleurs, dans le décrochage de la confiance, il convient d’accorder toute son importance à des mouvements proprement politiques (à dimension culturelle) tel que le rejet des élites qui se manifeste notamment par la théorie du complot. Laquelle théorie se nourrit bien sûr de l’épuisement des qualités fiduciaires de l’ère de l’enregistrement.

Bibliographie

Références bibliographiques

Bougnoux, D., La communication par la bande, Paris, La Découverte, 1991.

Wolton, D., Éloge du grand public, Paris, Flammarion, 1990.

Notes

1 Publié sous le titre Dispositif de croyance, p. 169.

2 En décembre 1989 lors de la chute du régime de Ceausecu en Roumanie, les médias du monde entier annoncèrent la découverte de charniers comptant jusqu’à 70 000 corps de victimes du régime, cette information se voyant accréditée par la présentation de cadavres sortis d’une morgue. Cette annonce est apparue ensuite comme le résultat d’une entreprise de désinformation et d’une compétition entre médias.

3 On se souvient de ce procès d’un footballeur américain accusé d’avoir tué sa femme, qui avait défrayé la chronique. CNN a édité, fin 1994, un CD-Rom édifiant sur « l’affaire Simpson ». À coup de clic, on chemine dans des vidéos montrant l’état sanglant des lieux découverts après le meurtre. S’y bousculent la foule, la police. Deux clics sur le dossier « L’arrestation », et s’affiche la course poursuite sur les autoroutes de Los Angeles. On peut aussi écouter une ancienne bande audio où la femme du footballeur, terrorisée, appelle les urgences policières. Le spectateur poursuit son exploration entrant dans les méandres de la procédure, examinant, par exemple, les réponses des experts aux questions juridiques posées et interrogeant des spécialistes, via Internet.

4 Ceux qui partent en guerre contre les formes diffractées de l’espace public – telles qu’Internet – défendent, je crois, une conception rigide et archaïque de l’espace public. Présupposant un lien consubstantiel entre média de masse et démocratie, ils restreignent la crise de la démocratie représentative à ses aspects régressifs (le Monicagate, par exemple), oubliant que même à travers cet épisode scabreux se manifeste une véritable recherche de rapports latéraux, non ou antiétatiques. Ils ramènent les modalités actuellement encore dominantes de la médiation, à des formes absolues et veillent jalousement sur le monopole professionnel dont ces formes jouissent encore et que certains usages d’Internet, notamment, menacent.

© CNRS Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search