Version classiqueVersion mobile

La télévision

 | 
Guy Lochard

Une redéfinition du journalisme

Jean Mouchon

Note de l’éditeur

Reprise du No 13-14 de la revue Hermès, Espaces publics en images, 19941.

Texte intégral

1La majorité de la population s’informe en regardant le journal télévisé et, pour une bonne partie d’entre elle, l’image est le garant de la vérité. Cette réalité, couramment exprimée par les téléspectateurs des anciens pays totalitaires, montre la puissance du modèle libéral avec sa profusion d’images. Cette abondance généralisée dans les pays développés et fortement désirée dans les autres résulte largement de progrès technologiques encore récents. À tous les bouts de la chaîne, la technologie a ouvert des possibilités nouvelles pour produire des images, pour les diffuser et pour les recevoir à domicile. Les caméras légères en donnant plus d’autonomie au journaliste, facilitent l’enquête de terrain et accélèrent la réalisation des reportages ; les liaisons satellites désormais victimes d’embouteillages font la preuve de la densité du trafic d’images et, la possession quasi systématique d’un téléviseur (et souvent de plusieurs) dans les foyers des pays développés, donnent la mesure de la position hégémonique de l’image dans le monde actuel. L’information n’étant plus tributaire des limitations techniques antérieures, une nouvelle ère s’est ouverte avec ses potentialités offertes aux différentes catégories d’acteurs engagés dans le processus informationnel. À cette nouvelle ère technologique correspond donc aussi nécessairement une redéfinition des pratiques : c’est bien le cas pour les téléspectateurs et les journalistes.

Un déroulement précipité de l’actualité

2Les attitudes du téléspectateur à l’heure de cette nouvelle donne bousculent beaucoup d’idées reçues. L’image, clé-de-voûte du nouvel ordre informationnel, est d’abord réclamée, regardée et, parfois seulement, mise en perspective critique. La consommation de l’information se fait donc à l’appel du déroulement précipité de l’actualité. Cette tendance explique pour une bonne part l’apparition des nouvelles chaînes d’information en continu* et, sans doute, leur succès. Si la création de CNN par Ted Turner, au début des années quatre-vingt, était accompagnée du scepticisme le plus total de la part des dirigeants des grands networks, dix ans plus tard, plusieurs projets seront mis en place pour le concurrencer (tel Euronews, à l’instigation des chaînes publiques européennes).

3Ce revirement n’est pas mineur car, impulsé par le succès de l’inventeur de la formule, il permet de mesurer l’importance désormais reconnue à la diffusion de l’information à flux continu. Le changement technologique tend à ancrer le besoin d’images dans la population et leur présence plus ou moins abondante devient souvent le premier critère pour juger de la qualité du système d’information. Désormais diffusées en direct, les images viennent s’insérer dans le temps du vécu du récepteur. Le vieux rêve humain, exprimé de tout temps de manière mythique, semble enfin se réaliser : chaque téléspectateur est saisi du don d’ubiquité.

4Le direct crée également un lien communautaire dans toutes les occasions où la télévision rassemble au même moment les regards de millions et, parfois, de milliards de personnes. Les concerts, les actions humanitaires et les événements sportifs retransmis en même temps sur plusieurs continents ont ouvert la voie à une forme de participation massive et consensuelle qui touche aussi la sphère de l’information. Fréquentes, ces retransmissions deviennent un nouveau genre* télévisuel qui se répète au gré des tournois de tennis ou des Jeux olympiques. La mesure de la réussite est alors proportionnelle au nombre de téléspectateurs touchés. Il ne peut en aller de même dans le domaine de l’information. La qualité de ce qui est donné à voir ne s’évalue pas à l’ampleur de l’espace de diffusion ou de réception (Timisoara a été une tromperie collective pour l’ensemble des télévisions occidentales). Les risques de falsification de l’image devraient plus inciter à la distance critique qu’aux mouvements de passion. Cette attitude de prudence constitue un impératif d’autant plus fort que l’image, par nature, a d’abord un impact sensoriel.

5Les nouvelles pratiques télévisuelles construisent un nouveau rapport à la réalité. Ce mouvement semble se précipiter après les années quatre-vingt. La rapidité du défilement des images, leur concentration dans les spots publicitaires ou les génériques de plus en plus courts habituent à se satisfaire d’un regard syncopé toujours prêt à passer à l’image suivante. Le rapport à l’image est vécu dans la griserie : l’image appelle l’image. Le direct et le continu installent ces pratiques dans le domaine de l’information et donnent le reflet d’une réalité réduite à des soubresauts. Peu importent les causes des tragédies du monde, l’information ne s’y arrête pas : elle est emportée par son rythme, elle « surfe » d’un événement à l’autre, sous les feux de la rampe médiatique. S’il est important d’analyser les raisons qui attirent le téléspectateur vers les nouvelles formes de diffusion des images d’information et de comprendre le succès rapide de la formule du direct et du continu, le rappel du discrédit croissant des médias* dans l’opinion publique oblige, par ailleurs, à réfléchir sur ses limites.

La force de l’image

6Potentiellement, l’homme contemporain dispose de nombreux moyens pour s’informer. Le journal, la radio et la télévision sont à la portée de tous pour proposer leur approche complémentaire de la réalité (comme le rappellent avec insistance les gens de télévision lorsqu’ils répondent aux critiques sur la superficialité de l’image. Du concret à l’abstrait, de la rapidité de l’instant au recul du différé : les variantes pour approcher la réalité sont disponibles. En fait, peu de gens en profitent. À part les décideurs et certains professionnels pour qui l’information est devenue une donnée stratégique, la majorité de la population n’a ni le temps, ni peut-être le goût, de passer d’un support à l’autre (la baisse constante et inquiétante du nombre de lecteurs de journaux l’atteste, en France tout particulièrement). L’acte de s’informer s’opère à l’économie, à partir d’un seul support choisi pour sa commodité et pour sa simplicité. La télévision, déjà ouverte dans les foyers au moment du rituel du journal, s’impose alors comme le principal vecteur d’information des sociétés développées. Pour la majorité des individus, l’information sur le monde passe donc par l’entremise de l’image.

7Être informé quasi exclusivement par l’image n’est pas sans conséquences. La vision de la réalité qui est partagée par des millions de téléspectateurs est soumise au filtre d’une présentation qui privilégie fréquemment la dimension affective et émotionnelle. La famine dans les pays d’Afrique a trouvé un large écho mondial dès lors que des enfants faméliques ont été montrés en gros plans aux heures de grande écoute. L’image a une charge d’interpellation plus considérable que l’écrit : la force de l’image prime toujours sur « le poids des mots », pour reprendre le sens de la publicité de Paris-Match.

8Mais, l’accumulation d’images d’horreur ou leur répétition, jour après jour, fait courir le risque de banaliser l’inacceptable. L’habitude de voir des scènes de guerre finit par émousser le sentiment d’absurdité que l’on peut éprouver. L’image-miroir finit par faire fond, à l’arrière-plan des préoccupations plus immédiates et quotidiennes. L’émotion qui ne débouche sur aucun acte concret devient une émotion stérile. Malgré cela, la télévision fait commerce des images-choc. Les journalistes, pour répondre aux urgences du métier ou pour exploiter une recette au succès assuré (les journaux sportifs – eux aussi – proposent une fois par an des numéros spéciaux tout en images en reprenant les « grandes émotions » de l’année écoulée), contribuent à fixer dans leurs pratiques une rhétorique de facilité et de conformisme. L’image, pourtant, offre d’autres possibilités. À condition de ne pas être choisie avec la volonté de faire du spectacle, elle peut montrer des éléments du quotidien apparemment anodins mais dont le sens est ouvert sur l’avenir. Moins directement « interpellante », cette catégorie d’images perd en autonomie : la force de sa signification doit souvent être mise en valeur par un texte d’accompagnement. Ce recours nécessaire à une expression mixte pour rendre compte des phénomènes complexes indique bien les limites de la pratique du « tout en images » qui se développe avec les innovations de la technologie. L’image d’information n’a d’intérêt que si elle ouvre à la compréhension de ce qu’elle montre.

9L’excès de médiatisation a bien pour conséquence d’annihiler le pouvoir du téléspectateur à prendre de la distance. Constamment sollicité, il perd sa capacité à abstraire, et donc à mettre en perspective ce qui lui est proposé. Il risque alors d’être soumis à des manipulations grossières ou tristement caricaturales, comme on le vit pendant la guerre du Golfe en 1991. Instruits par l’expérience du Vietnam où le réalisme tragique des images avait suscité un rejet de l’opinion publique, les militaires ont cette fois imposé le registre inverse avec la version d’une guerre « propre ». Les images de haute technologie, montrées dès le début de manière répétitive, ont défini la nature de la « couverture » proposée : l’information était détournée au profit d’une volonté de masquer les atrocités de la guerre. Ce procédé, encore vivace dans les mémoires et à l’efficacité attestée (au même moment, la vente des jeux électroniques a largement augmenté), démontre le pouvoir exorbitant de l’image mise sous contrôle. Le fait qu’elle ait pu permettre une falsification incroyable de la réalité au point que la guerre a d’abord semblé renvoyer à l’univers ludique et, que jamais ensuite, il n’a été question des morts irakiens, en donne l’inquiétante mesure.

10Le contrôle de l’image est d’autant plus redoutable que l’information en continu donne une illusion de transparence. Son déroulement ininterrompu peut faire vibrer l’émotion mais anesthésie à coup sûr la raison. Elle facilite ainsi la mainmise des décideurs politiques et des militaires sur la procédure informationnelle chaque fois que des intérêts stratégiques sont en jeu. La guerre du Golfe a sans doute constitué la première réalisation à l’échelle mondiale de cette redéfinition du rôle des médias et du positionnement de chaque catégorie d’acteurs dans le système d’information. Derrière l’image montrée se profile la finalité propagandiste. L’affirmation de l’autonomie des journalistes apparaît comme le contre-point indispensable à cette pression toujours menaçante. Les nouvelles modalités d’accès à l’information le permettent-elles ?

Conformisme et conformité

11Les progrès de la technologie audiovisuelle offrent une plus grande souplesse d’accès au terrain et donnent potentiellement la possibilité de varier les sources d’images. Dans la réalité, le mouvement contraire se manifeste, s’accentue même, sous la pression des contraintes économiques. Le besoin d’images – considéré comme irrépressible – et la « couverture » mondiale des événements ne peuvent être satisfaits qu’en faisant appel aux grandes agences de presse internationales, majoritairement d’origines anglo-saxonnes. La loi du marché, par le mouvement de réduction des sources d’information qu’elle occasionne, tend donc inévitablement à institutionnaliser la conformité, voire le conformisme dans la diffusion de l’information.

12La tendance est particulièrement sensible dans le domaine des nouvelles internationales. CNN, en position de quasi monopole pour la fourniture d’images en situation de crise mondiale, impose par là-même un modèle unique de traitement de l’information qui mérite d’être interrogé tant pour sa forme que pour ses effets. L’exemple de la « couverture » de la guerre du Golfe en 1991 est là aussi éclairant. Appliquant systématiquement le principe de l’information en direct et en continu, la chaîne s’est trouvée en position de prestataire de services pour les dirigeants des pays belligérants. Tribune ouverte en permanence à l’échelon mondial, elle donnait les informations, sans délai et sans retenue : son caractère privé lui assurant la possibilité de remplacer la voie diplomatique, trop limitée par des contraintes stratégiques. Mais cette pratique change la nature de la finalité informative. Elle tend à redéfinir le système en lui attribuant des fonctions séparées, selon les catégories d’usagers.

  • 2 Voir Vincent, R. C., « CNN : élites talking to élites » in Triumph of the image, Oxford, Westview P (...)

13L’information se décline alors à plusieurs niveaux : le premier, sans doute le plus important, concerne les élites internationales pour qui le suivi de l’évolution des tensions mondiales est indispensable pour les prises de décision, l’autre, de moindre importance, à l’intention du grand public. Plusieurs études démontent le mécanisme de cette pratique de dédoublement2 (Arquembourg, 1992). La reprise systématique des images de CNN par l’ensemble des chaînes généralistes apparaît, dans ces conditions, comme contradictoire avec leur vocation. Mais la crainte d’être moins « performant » que la concurrence, rend certains journalistes moins exigeants et les conduit à se contenter de reproduire des formules à succès sans se soucier du contexte d’insertion. La limitation des sources d’information, quelle que soit son origine, est génératrice de conformisme. L’accélération des procédures de diffusion due au progrès technique en accentue encore le risque. La vidéo, le satellite et l’ordinateur modifient le rythme du travail et raccourcissent le temps de latence entre l’événement et son image. Ainsi, paradoxalement, alors que l’ouverture au monde semble ne plus avoir de limite, les conditions de sa compréhension se restreignent.

La marchandisation de l’information

14Prise dans le mouvement général de l’industrialisation de la culture, l’information est de plus en plus contrainte par des impératifs économiques. La logique du vedettariat, qui nourrit le mythe de l’infaillibilité, ne s’accommode pas facilement des aléas de la réalité. Poussée à l’extrême, elle peut motiver des dérives peu compréhensibles si elles ne sont pas rapportées à leur contexte de réalisation. Conçue comme produit commercial, l’image coure le risque d’être utilisée à des fins qui n’ont plus de rapport avec la démarche informative. Son intégration dans le circuit marchand modifie fondamentalement sa nature : la mise en forme compte désormais plus que le contenu de ce qui est montré. L’image d’information est inséparable des modèles narratifs et des procédés rhétoriques qui définissent sa présence à l’écran.

15À l’heure de la télévision commerciale, la sélection se fait en fonction de la capacité à attirer et retenir le public (la population dans son ensemble pour les chaînes généralistes ou le public cible pour les chaînes câblées et les chaînes cryptées). Les formes choisies deviennent ainsi le mode unique de présentation de la réalité. Parées du caractère d’évidence que leur confère leur suprématie, elles influent sur le processus informatif dans la mesure où elles prédéterminent une manière d’appréhender le monde. Le modèle fragmenté et haché des journaux télévisés ne se justifie qu’en référence à des choix préalables dont on peut discuter la pertinence.

  • 3 Wolton, D., « Les dix contradictions de l’espace public médiatisé », in Hermès no 10, Espaces publi (...)

16Contestant la « tyrannie de l’événement » qui préside actuellement à la fabrication de l’information, Dominique Woltonmontre les limites de l’impérialisme du news, de l’instant et du direct : « Il y a une contradiction entre problèmes de société »3. La tendance étant à l’accentuation de cette pratique, on peut alors se demander si elle ne fait pas pleinement partie de la stratégie d’accroché des chaînes. Profitant au maximum des nouvelles possibilités de la technique, ces dernières disposent d’un large éventail de moyens pour dramatiser l’information. Jouant à la fois du potentiel émotionnel de l’image (les titres sont parfois remplacés par les images-choc du jour) et du direct qui peut (dit-on) à tout moment faire surgir l’inattendu, elles maintiennent le public en haleine.

17Cette limitation de la réception de l’information aux palpitations de l’instant montre assez le dévoiement possible de la fonction journalistique sous la pression de la rentabilité économique. Malgré les apparences, la présentation factuelle de l’information ne se limite pas à sa forme instantanée et aléatoire. Elle est intégrée à des schémas narratifs préalables, d’autant plus faciles à développer que les nouvelles évoquent en majorité des dérèglements, des catastrophes naturelles ou des atrocités commises par les hommes. L’ordre et le désordre sont ainsi constamment mis en avant, bornes d’un récit du monde inlassablement répété mais rarement mis en perspective. La croyance à l’existence du fait brut et la modélisation narrative réduite à un cheminement binaire contribuent à dissocier l’actualité de son explication. Le choix, relevant apparemment de la nécessité professionnelle, renvoie en réalité à une philosophie sous-jacente de l’information. On peut, comme Gérard Leblanc, se demander si « la dissociation entre les effets et les causes ne signifie pas l’impossibilité d’atteindre, par leur mise en relation, à une conception du monde qui en suppose la maîtrise » (Leblanc, 1987).

18L’interrogation a d’autant plus de pertinence que les compléments traditionnels à l’information livrée par le journal télévisé sont de plus en plus menacés de suppression et ne jouent plus le rôle qu’on continue à leur attribuer en dépit des démentis de la réalité. Alors que les magazines d’investigation sont déjà peu nombreux, la presse écrite pourrait à l’avenir voir son lectorat réduit « à une élite excentrique ».

19Les effets de système liés à la conception marchande du produit informatif sont dangereux car ils aboutissent à privilégier le modèle d’accès à l’information le plus passif. La concurrence entre les chaînes accentue les risques de perversion du système médiatique. Préoccupée avant tout de ne pas se laisser distancer par ses concurrentes, chacune d’entre elles pousse dans le sens de la surenchère. L’image d’information perd en crédibilité lorsqu’elle est subordonnée à des exigences qui l’éloignent de son champ d’appartenance. Cependant, il est réconfortant de constater que l’image qui s’écarte trop d’un minimum de crédibilité informative perd tout pouvoir de persuasion. L’image d’information change de nature avec les progrès de l’électronique, le bouleversement des modes de diffusion par les satellites et la place prépondérante que tient la télévision pour l’information du grand public.

20Le direct, le continu et le spectaculaire, désormais modes courants de présentation, ont des effets sur l’ensemble du système informatif. Le journaliste, soumis aux impératifs de la concurrence commerciale entre les chaînes et pressé par la vitesse impulsée par la technologie, a du mal à ne pas devenir dépendant de logiques externes à son métier. Le public, sollicité dans les registres de l’émotif et du ludique, a du mal à s’y retrouver.

Bibliographie

Références bibliographiques

Arquembourg, J., « CNN et la guerre du Golfe : médiation et stratégies d’acteurs ». Université Lille 3, mémoire de DEA, 1992.

Leblanc, G., Le monde en suspens, Marburg, Hitzeroth, 1987.

Notes

1 Publié sous le titre L’information politique en champ et contre-champ, p. 263.

2 Voir Vincent, R. C., « CNN : élites talking to élites » in Triumph of the image, Oxford, Westview Press, 1992.

3 Wolton, D., « Les dix contradictions de l’espace public médiatisé », in Hermès no 10, Espaces publics, traditions et communautés, Paris, CNRS éditions, 1992, p. 95-113.

Auteur

Professeur émérite à l’Université Paris X-Nanterre, ancien président de la SFSIC (Société française des sciences de l’information et de la communication.

© CNRS Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search