Version classiqueVersion mobile

La télévision

 | 
Guy Lochard

Une expérience collective

Daniel Dayan

Note de l’éditeur

Reprise du no 4 de la revue Hermès Le nouvel espace public, 19891

Texte intégral

1La réflexion sur la télévision porte généralement sur la télévision quotidienne. Il s’agira ici d’une télévision d’exception, d’une télévision d’interruption, caractérisée par des événements qui ponctuent la vie sociale en interrompant le flot des émissions.

2Ces événements représentent d’immenses moyens de scansion. En interrompant la grille des programmes*, ils bouleversent l’ordre quotidien qui s’y exprime, et s’accompagnent souvent d’un arrêt complet de toute activité autre que celle qui consiste à suivre le déroulement de l’événement. Celui-ci est non seulement annoncé, préparé dans un crescendo qui culmine avec l’émission, mais il bénéficie aussi d’un monopole de transmission. Simultanément présent sur plusieurs chaînes, il peut dans certains cas devenir inévitable. La mobilisation mise en œuvre exclut que de tels événements puissent être des accidents ou des catastrophes. Ce ne sont pas des événements au sens journalistique du terme, encore qu’ils ne puissent pas se permettre une totale vacuité en termes de contenu informatif. Ce sont plutôt des messages, des actes discursifs adressés à la société dans son ensemble. Quel que soit leur point de départ, ils acquièrent alors une dimension politique. Le plus souvent, cette dimension est explicite.

3Ces événements émanent des instances du pouvoir. La solennité qui les entoure revendique une légitimité nationale ou supranationale. Elle se traduit par une dimension cérémonielle qui affecte le tout ou une partie de l’événement. Certains se présentent comme cérémoniels de bout en bout. D’autres comportent simplement des séquences cérémonielles, mais qui, en servant de cadre de référence à l’événement, le transposent sur un registre magnifié.

Un superlatif du direct

4De tels événements sont tournés en direct (en continu, en temps réel et simultané), et la plupart du temps en extérieurs. Sur un tableau des genres télévisés, ils représenteraient le superlatif du « direct ». Ils relèvent, en effet, non seulement du prime time, mais d’un temps qui échappe, en la faisant exploser, à la grille des programmes. Ces événements se signalent donc par la dépense qu’ils représentent. Le temps qui leur est cérémoniellement consacré est en fait un temps « offert en sacrifice ». Ce sacrifice place le spectateur dans une position particulière. D’emblée il est en dette vis-à-vis de l’événement. Mais cette organisation formelle n’est pas simplement évaluable en termes de rareté. Le choix du direct comporte également une dimension fonctionnelle. Il autorise une expérience collective simultanément offerte à l’ensemble d’une communauté nationale ou internationale, et inscrite dans une situation localisée qui pourrait être directement observée, le rôle des médias étant théoriquement limité à n’être qu’un rôle de relais.

  • 2 Arlen, M., : « Hosts and Guests, Essays on Television » in The Camera Age New York, Penguin, 1981.

5Permettant le « contact » convivial dont Michael Arlen2 fait l’une des caractéristiques majeures de la télévision ordinaire, de tels événements le transposent à l’échelle, quelle qu’elle soit, que permettent les moyens techniques.

6Leurs thèmes doivent alors se prêter à un tel rôle. Ils doivent être suffisamment consensuels pour que la convivialité ne s’évapore pas. Ils doivent simultanément justifier le statut exceptionnel conféré à l’événement, évitant ainsi qu’il ne se résorbe dans cette convivialité. Tout événement de ce type est un pari sur le consensus. Mais le thème proposé ne fait événement que par la diversité et l’éventuelle incompatibilité de ceux qu’il réunit. D’où un double risque, et des événements en équilibre instable pris entre vacuité et implosion, faisant alternativement appel aux ressources de la dramatisation et à une rhétorique de l’atténuation des conflits. Les grands événements télévisés peuvent se caractériser syntactiquement par leur caractère interruptif ; sémantiquement par leur solennité et par le degré de tension qu’ils représentent vers un consensus ; pragmatiquement par le type de sociabilité qu’ils induisent en affectant les circonstances de leur réception, en amenant les spectateurs à se grouper et à former des communautés de visionnage, de célébration et d’interprétation.

7Ces divers éléments pourraient apparaître comme plusieurs facettes d’un même phénomène. Ils se rattacheraient tous au concept de « liminalité » introduit par Victor Turner (Turner, 1977) pour penser la différence entre les structures de la vie quotidienne, et celles qui en caractérisent les interruptions rituelles ou festives. Ceci ferait de la télévision d’interruption une sorte de médium dans le médium, régi par une autre logique et commandé par d’autres lois. Mais, malgré l’intérêt d’une approche strictement rituelle du phénomène, l’enjeu d’une étude de la télévision interruptive est de savoir ce qu’une telle étude peut dire de la télévision ordinaire. Ou bien elle éclaire la télévision ordinaire – par exemple, par un grossissement des mécanismes mis en jeu – ou bien elle n’éclaire rien du tout. Il serait ainsi trop facile d’abandonner la télévision ordinaire à l’avalanche de condamnations dont elle fait habituellement l’objet, et de conférer aux événements interruptifs les bénéfices d’un statut d’exterritorialité.

8Ceux-ci ne seront donc pas considérés ici sous l’angle du rituel, mais dans leur rôle d’activation, ou de mise en léthargie, de l’espace public. Ils sont loin, cependant, de former un corpus homogène.

9On peut ainsi distinguer des événements singuliers, uniques, inattendus et des événements, certes interruptifs, mais cycliques, inscrits dans, et prévus par, divers calendriers que ces calendriers soient historiques, culturels, religieux ou politiques. Parmi les premiers, les initiatives, les actions d’origine officielle (Sadate à Jérusalem, Jean-Paul II en Pologne) ne doivent pas se confondre avec les réponses explicites à des crises ouvertes et à des événements dramatiques relevant du journalisme (funérailles de Kennedy, de Sadate, de Mountbatten, d’Indira Gandhi ; triomphe réservé aux astronautes ; « rituels redressifs » à caractère juridique, tels que le procès de Watergate). Parmi les seconds il faut tenir compte de ce qui sépare les affrontements réglés (qu’ils relèvent d’un curriculum politique ou sportif : débats présidentiels, jeux olympiques, etc.) des célébrations religieuses, culturelles ou civiles (investitures, couronnements, commémorations anniversaires, etc.). Ces distinctions ne relèvent pas d’une simple volonté classificatoire, encore qu’il soit intéressant de voir si elles font écho à certains des clivages en « genres » de la télévision ordinaire, mais elles permettent de tenir compte de la diversité des situations.

La dimension sociale de la réception

10Dans quelle mesure des événements qui aspirent à être des événements publics réussissent-ils à maintenir leur dimension publique alors qu’ils sont reçus dans la sphère privée et portés par un médium façonné par celle-ci ? Est-ce que dans de tels événements c’est la sphère publique qui s’élargit pour incorporer la sphère privée ? Est-ce qu’au contraire la sphère publique bascule et sombre dans la sphère privée ; les discours qui y sont tenus dans le familialisme et l’anecdote ; les débats dans la glu des identifications ? Comment les spectateurs de leur côté réagissent-ils à la nature de l’événement qui leur est proposé ? À quels types de signaux réagissent-ils pour sortir des rôles qu’ils se sont forgés face à la télévision ordinaire, ou, au contraire, pour y revenir ?

11L’ethnographie des publics peut apporter ici un éclairage intéressant en soulignant à quel point la dimension sociale de la réception de ces événements se démarque par rapport au comportement habituel des spectateurs. L’acte de regarder y est en effet lié à une dimension non plus hédonique, mais normative. Il faut assister à l’événement, et il faut attester, en le visionnant en groupe, que l’on y assiste. Le cadre de référence « ceci est un spectacle » est transposé à l’intérieur d’un second cadre de référence, rituel ou festif. Cette transposition n’implique cependant pas que l’espace du domicile soit radicalement transformé. Qu’il le soit ou non dépend non seulement de la constitution de groupes de spectateurs, mais de la nature des interprétations qu’ils élaborent, de l’argumentation qu’ils empruntent aux acteurs de l’événement ou qu’ils constituent en réponse à celui-ci, et de ce que cette argumentation atteigne ou non l’espace public au cours de manifestations directes ou transmises par les médias.

12De tels processus, dit-on, ne sauraient se déclencher. Les grands événements télévisés dépendent de l’initiative, de la bonne volonté ou de la coopération d’un pouvoir en place. Ils ne sauraient donc jouer qu’un rôle de séduction hégémonique, de renforcement du statu quo. Ce seraient des sortes de pièges à consensus, incapables de promouvoir autre chose que de l’adhésion ou du plébiscite. À supposer qu’ils le fassent, ils circonviendraient toute action politique par le simple fait d’en maintenir les éventuels protagonistes cloués devant leurs écrans.

13Dans une perspective plus résolument moderne, de tels événements seraient non plus hégémoniques mais vides. Ils seraient incompatibles avec toute argumentation ou tout débat, car emblématiques d’une fonction « phatique » à l’état pur. Ils s’épuiseraient dans leur rôle de contact.

14Au premier argument, on peut répondre que l’indépendance reconnue aux médias leur permet de refuser un événement proposé par le pouvoir et d’en prendre en charge d’autres : par exemple : le sermon « I had a dream » de Martin Luther King, ou les auditions de « Watergate ». On a montré, et à juste titre, que le « drame social » de Watergate aboutit à un consensus de la droite et de la gauche américaines sur certaines valeurs essentielles, et marque ainsi la fin d’une crise exacerbée par la guerre du Vietnam. « Watergate » n’est cependant pas un événement au service du Pouvoir, puisque les auditions se déroulent contre la volonté d’un Président fraîchement réélu et aboutissent à sa destitution. Ce n’est pas non plus un « piège à consensus » : ce consensus est laborieusement construit sous les yeux des spectateurs dans un échange d’arguments et de contre-arguments. Ce n’est pas enfin un événement vide, puisque s’y développe un débat serré sur la nature des liens souhaitables ou possibles entre normes démocratiques et pratiques gouvernementales.

15Ce dernier point répond directement au second argument dont on peut par ailleurs suggérer qu’il n’est particulièrement pertinent ni pour les sociétés contemporaines ni pour la télévision. Au troisième argument, on peut répondre que certains événements – ceux précisément dont les enjeux sont réels – requièrent un examen attentif de l’argumentation proposée et de la façon dont elle l’est. De ces événements, souvent situés sur de multiples scènes, la télévision offre la version la plus lisible et la plus complète. Y assister sur place, c’est s’exposer à en manquer l’essentiel et cela ne présente d’avantage que si l’événement est clairement confrontationnel. Mais à moins de soutenir que les seuls événements à portée politique sont des émeutes ou des révolutions, il est absurde ou trivial de dire que les événements télévisés consistent à immobiliser leur public. Certes ce public est assis, mais les transmissions ne sont pas éternelles.

16Certaines d’entre elles débouchent sur des changements profonds auxquels ce public participe de façon cruciale. Il faut alors supposer que l’espace privé puisse se constituer non seulement comme une antithèse de l’espace public, mais comme un espace où se cristallisent des positions et s’élaborent des alternatives.

Réponses et initiatives

17Dans leur majorité les événements qui se constituent comme des réponses excluent toute possibilité de débat. Ce sont en général des rituels répondant à une transgression majeure et catastrophique. Ils jouent alors le rôle imparti par Turner (Turner, 1974) aux « actions redressives » dans son scénario des « drames sociaux ». Assurant le retour à l’équilibre d’une société en état de choc, ils font appel à une dramaturgie de l’unanimité. Au nombre des « réponses » de ce type on peut citer les funérailles organisées à la suite des assassinats de John Kennedy, d’Indira Gandhi, de Lord Mountbatten, d’Anouar el Sadate. Politiquement ce sont des hommages, permettant d’illustrer des normes. Ce sont aussi, et surtout, des condamnations. L’hommage et la condamnation peuvent se combiner, comme dans les funérailles de Kennedy, où la priorité accordée à l’impératif rituel amène toutefois les organisateurs à faire passer au second plan les péripéties dramatiques dont s’émaille l’enquête policière en cours.

18Les deux événements qui serviront d’exemple pour les initiatives, la visite du Président Sadate à Jérusalem et la première de celles du pape Jean-Paul II en Pologne, sont des événements caractérisés par la présence d’une entité émettrice clivée. Ces événements sont en effet moins souhaités par les gouvernements qui les organisent que concédés par eux, l’initiative revenant alors à l’homme d’État invité. Répondant à la pression de l’opinion publique nationale, et plus encore à celle de l’opinion internationale, la puissance invitante permet au visiteur de s’adresser directement à un public, qui dépasse largement le public national, pour inclure, dans une sorte de société ou de théâtre des nations une audience mondiale. L’existence de cette audience affecte profondément la nature de l’événement puisque les acteurs sont parfaitement conscients de la diversité de leurs publics, et sensibles aux avantages qu’ils peuvent en tirer. Ces avantages sont accompagnés de contraintes.

19Dans un tel contexte les arguments échangés ne peuvent plus se limiter à la négociation ou à la conciliation des intérêts respectifs des partenaires. L’internationalisation du public, amène ceux-ci à présenter leur action comme illustratrice de normes universelles, et à se distancer par rapport aux intérêts et aux positions particulières qu’ils représentent. La défense de leurs positions n’a de chances de convaincre que si elle est formulable en termes qui puissent être généralisés. Il est alors intéressant de constater que l’un des effets majeurs, encore que peu étudiés, d’événements de ce genre est de représenter une véritable « conversion » de leurs acteurs. Être à la hauteur de l’événement, c’est en effet être capable de provoquer son partenaire à une sorte de potlatch au cours duquel chacun devrait renoncer à une partie de ses objectifs, pour les rendre conformes à des normes communes.

20Les « initiatives » sont donc des événements que leur dimension de spectacles politiques n’empêche pas d’être dialogiques. Ils le sont d’abord, parce que chacun de leurs partenaires est amené à référer explicitement son action à des normes en la proposant comme exemplaire à des tiers. Sadate ou Jean-Paul II lancent un défi. Le défi est relevé. Pour la puissance organisatrice, l’événement se veut en effet carte de visite, certificat de transparence, preuve que l’on ne veut pas se soustraire au débat. Ils le sont ensuite, par le fait même de mettre en présence une double perspective sur le même événement.

D’autres destinataires

21Cette double prise en charge aboutit à des événements qui, comme Arlequin, sont les serviteurs de deux maîtres. De tels événements ne peuvent être reçus que dans un cadre délibératif. Le « spectateur idéal » qu’ils interpellent est convoqué comme témoin, et comme juge. La puissance invitante peut cependant tenter de privilégier son message par le cadrage, la mise en scène de l’événement, par la cérémonialité dont elle l’entoure, et par la position de force qu’elle occupe vis-à-vis des débats qui succéderont à l’événement dans l’espace public national. Mais, quel que soit son aspect cérémonial, un tel événement ne peut être que dialogique, le dialogue portant aussi sur le rôle imparti à la forme cérémonielle.

22Pour faire passer son propre message, l’acteur invité exploite l’occasion qui lui est donnée de « parler par-dessus la tête » des représentants du pouvoir. Ostensiblement adressé à son vis-à-vis, son discours vise en fait deux autres destinataires. C’est un discours à la cantonade, prononcé de quelques tons trop haut, et fait pour être entendu et enregistré sur la scène internationale. C’est aussi un discours plus personnel, sinon intime, un discours émis vers la sphère privée contre la sphère publique institutionnelle, et tendant à dissocier les individus privés de leurs représentants dans celle-ci. Sadate s’adresse aux Israéliens, et en particulier aux « mères », en leur parlant de leurs enfants, en évoquant les futurs conscrits et les inévitables victimes d’une nouvelle guerre. Le pape entre en connivence avec les catholiques, dans la sphère de leurs croyances privées, par-dessus la tête du gouvernement polonais.

23En permettant aux spectateurs de faire appel à des interprétants existentiels pour juger des propositions qui leur sont faites, de tels événements se rapprochent de celles des « réponses » qui représentent une interlocution véritable avec la sphère privée. Ils ont aussi en commun avec ces dernières de se produire à l’intérieur d’une sphère publique déstabilisée. Déstabilisation par le bas, provoquée par un court-circuit des processus de filtrage mis en place par les médias, et menant à l’irruption sur la scène publique, et à la politisation, de thèmes privés. Déstabilisation par le haut, liée à la possibilité qu’offre la télévision à l’acteur d’une « initiative » de s’adresser « par-dessus la tête » des représentants du Pouvoir à la sphère publique internationale et à la sphère privée.

  • 3 Théorie formulée par la sociologue Elizabeth Noëlle-Neumann (1916-). Celle-ci considère que par peu (...)

24De ce double élargissement, qui met en continuité des espaces généralement distincts, naît un espace public non seulement plus vaste, mais qualitativement différent ; espace peu propice aux énoncés dogmatiques, aux grands récits officiels et à la raison d’État puisqu’il les prend en tenaille entre les aspirations nées de la sphère privée et les grands principes énoncés sur la scène internationale, entre deux registres de légitimité qui peuvent s’articuler et se renforcer, l’affirmation des premiers permettant l’expression des secondes et tirant donc celles-ci de la « spirale du silence »3.

Bibliographie

Références bibliographiques

Turner, V., : Social dramas and Ritual Metaphors. Symbolic Action in Human Society, Ithaca, Cornell University Press, 1974.

Turner, V., : The Ritual Process : Structure and Antistructure, Ithaca, Cornell University Press, 1977.

Notes

1 Publié sous le titre Télévision interruptive : entre spectacle et communication, p. 143.

2 Arlen, M., : « Hosts and Guests, Essays on Television » in The Camera Age New York, Penguin, 1981.

3 Théorie formulée par la sociologue Elizabeth Noëlle-Neumann (1916-). Celle-ci considère que par peur d’être marginalisés les individus ont tendance à se conformer aux opinions exprimées dans leur environnement. Un mouvement en spirale se forme ainsi pour imposer les opinions dominantes et réduire au silence les opinions déviantes ou minoritaires.

Auteur

Directeur d’études au CNRS, Laboratoire LAIOS.

© CNRS Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search