Version classiqueVersion mobile

Les dernières séances

 | 
Claude Forest

Première partie. L'exploitation cinématographique française

Chapitre III. Concentration des structures

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Après une première phase d’introduction sur le marché (1889-1908), une étape ultérieure de croissance (1909-1944), puis de maturité (1945-1957), le spectacle cinématographique en salles va aborder son vieillissement en termes de fréquentation. Cette dernière phase du cycle de vie de l’exploitation va se diviser en deux périodes qui elles-mêmes se répéteront dans le temps. Une première période de chute continue et importante de la fréquentation : 1957-1969, avec une perte de 55 % des entrées (puis 1982-1989 avec - 50 %) ; suivie d’une relative stabilité dans le comportement des spectateurs (1970-1981, puis 1989- ?).

Comme toute phase de déclin, celle qu’a connue l’exploitation cinématographique française - et mondiale - s’est accompagnée d’une modification progressive de la structure de la concurrence. Avec un volume d’activité diminuant, les principaux acteurs ont commencé à se partager le marché. Les restructurations ont alors renforcé le poids des grandes entreprises pour aboutir à...

© CNRS Éditions, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search