Version classiqueVersion mobile

Les dernières séances

 | 
Claude Forest

Première partie. L'exploitation cinématographique française

Chapitre II. Les années fastes

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

La nécessité pour l’ensemble de l’industrie de voir son fonctionnement assaini avait bien été comprise par les pouvoirs publics, qui prirent dès l’entrée en guerre des mesures qui transformèrent profondément le mode de fonctionnement des professions cinématographiques. Pour l’exploitation, la plupart de ces mesures sont encore en vigueur de nos jours, preuve de leur pertinence, ou du fort conservatisme du milieu. L’occupation allemande permit d’imposer et de roder une tutelle étatique mâtinée de concertation permanente avec les branches professionnelles, que la Libération ne remit pas en cause.

La fréquentation, qui avait continué de croître durant les hostilités, atteindra son apogée peu après leur cessation, devenant sensible aux changements - voire révélatrice - du mode de vie des populations, tant française que de l’ensemble des nations industrialisées. Sans le savoir, les exploitants français vivaient leur âge d’or.

VIVE L’OCCUPATION (1939-1945)

Dès le 29 juillet 1939 est pris un ...

© CNRS Éditions, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search