Version classiqueVersion mobile

Les dernières séances

 | 
Claude Forest

Première partie. L'exploitation cinématographique française

Chapitre premier. Un nouveau commerce

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

28 décembre 1895.

Si la date de la première représentation publique et payante du cinématographe en France est connue, elle ne peut cependant circonscrire le démarrage et l'exploitation française d’images animées.

L’émergence, la survie, et le développement de ce commerce ne relevèrent ni du miracle, ne de la génération spontanée, ni du génie d'un homme seul, mais de la conjonction favorable d’un ensemble de facteurs historiquement repérables. La concordance entre une offre et une demande d'une certaine forme d'attraction n'a pu s'opérer que parce qu'elle avait été avait été préparée - à son insu, mais de longue date - tant sur les plans techniques, commerciaux que culturels. Mais si dans tous les pays industrialisés l'exploitation du cinématographe –ou d'une technique similaire portant une autre appellation - démarre à des dates voisines, en conclure à son acceptation généralisée serait assimiler un faire-part de naissance à l’arbre généalogique achevé.

L’APPARITION D’UNE PROFESSION (...

© CNRS Éditions, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search