Version classiqueVersion mobile

Les identités collectives à l'heure de la mondialisation

 | 
Bruno Ollivier

Décentrage culturel et palimpsestes d'identité

Jesús Martín-Barbero

Note de l’éditeur

Reprise du no 28 de la revue Hermès Amérique latine, culture et communication, 20001

Texte intégral

1« L'idée du passage linéaire de la tradition à la modernité est remplacée par l'affirmation selon laquelle la modernité est définie par la diversité et la multiplication des alternatives, la capacité d'associer le passé et le futur. Il y a un changement complet de perspective : alors que l'on considérait auparavant que le monde moderne était unifié et que la société traditionnelle était fragmentée, aujourd'hui, au contraire, la modernisation semble nous faire passer de l'homogénéité à l'hétérogénéité ».

2Alain Touraine (in Wieviorka, 1997)

3« Abstraire la modernisation de son contexte d'origine revient à reconnaître que les processus qui la façonnent ont perdu leur centre pour répandre dans le monde, au rythme de la formation des capitales, la diffusion des connaissances et des technologies, la mondialisation des mass-médias, l'extension de la scolarisation, la circulation vertigineuse des modes et l'universalisation de certains modèles de consommation ».

4José Joaquín Brunner (Brunner, 1995)

A partir de quel point penser l'identité ?

5Les citations ci-dessus résument différents points de vue sur le décentrage de la modernité, et révèlent la diversité des scénarios et les tendances contradictoires qui traversent la question de l'identité. Quand on est au centre, la question semble se concentrer sur comment vivre avec la diversité, ou mieux encore, comment la rendre supportable. Quand on est à la périphérie, la question se pose différemment : comment ne pas se perdre, comment ne pas se dissoudre dans la houle puissante de la mondialisation qui déstabilise les pays et menace la pluralité de leur culture ?

6Les processus d'intégration imposés par la mondialisation sur les uns et les autres n'échappent pas non plus aux contradictions qu'ils provoquent. La Communauté Européenne reste encore une entité économique plus que politique, car les pays qui la composent sont divisés par une diversité de langues et d'Histoires. Cependant, elle contribue à créer certaines conditions d'égalité sociale et à renforcer les échanges culturels en son sein et entre ses pays membres. Inversement, l'intégration économique de l'Amérique latine, culturellement unie par la langue et par des traditions solides, brise la solidarité régionale. En raison notamment des modalités d'insertion exclusive de certains groupes régionaux dans les macro-groupes du Nord, du Pacifique et de l'Europe. Les exigences de compétitivité entre les groupes l'emportent sur celles de la coopération et de la complémentarité régionale. Au niveau de l'État, cela se traduit par une accélération évidente des processus de concentration des revenus, par une réduction des dépenses sociales et une détérioration de l'espace public. Les effets de ces deux types d'intégration sur les mouvements d'identité sont déjà visibles.

7En Europe, la question des nations sans État passe au premier plan. Cela se traduit par le renforcement public de la capacité de production culturelle, en particulier audiovisuelle. En Amérique latine, en revanche, les productions audiovisuelles, qui ont pour ambition de pénétrer sur le marché mondial et s'appuient uniquement sur les initiatives privées, ralentissent la reconnaissance de ce qui est proprement latino-américain dans un mouvement croissant de neutralisation et d'effacement des signes nationaux et régionaux d'identité. Quel paradoxe ! En recherchant la compétitivité internationale, les industries télévisuelles intègrent de plus en plus fréquemment des scénarios et des acteurs de différents pays. Elles mêlent dans la même telenovela un scénario brésilien ou vénézuélien, des acteurs mexicains et des metteurs en scène colombiens ou argentins. La telenovela, qui était devenue un terrain stratégique pour la production et la reproduction des images que ces pays se font d'eux-mêmes et grâce auxquelles ils sont reconnus par les autres, est de plus en plus dépréciée économiquement et culturellement. Elle se réduit à un livre de recettes rentable avec des formules narratives et des stéréotypes* folkloriques.

8Cependant, la diversité des points de vue et des mouvements ne peut pas être uniquement interprétée en termes d'oppositions. Ces différences parlent à la fois de croisements, de complicités et de médiations. Le nationalisme fascisant des serbo-bosniaques et l'ethno-communisme fondamentaliste des guerrilleros péruviens du Sentier Lumineux sont en même temps très lointains et très proches l'un de l'autre. Aujourd'hui, les frontières ne sont pas seulement floues. Elles sont également mobiles. Elles passent de l'un à l'autre camp en déplaçant le sens des identités culturelles (groupes ethniques, races, genres) et des idéologies et projets politiques (gauche, centre, droite, libéral/radical, néolibéral/conservateur). Elles les confondent et les utilisent comme tremplin. On ne devrait en faire ni une lecture optimiste (la disparition des frontières et l'avènement – enfin ! – d'une communauté universelle) ni une lecture catastrophiste (une société au sein de laquelle la « libération des différences » entraînerait la mort du tissu social et des formes élémentaires de l'interaction sociale). Il existe déjà des formes de citoyenneté mondiale, ainsi que le prouve l'existence d'Organisations de défense des Droits de l'Homme et d'ONG. Celles-ci servent de médiateurs entre l'international et le local dans les pays où elles se trouvent.

9Mais les fondamentalismes prennent l'apparence de politiques pour la modernisation économique ou pour les droits des travailleurs autochtones par rapport aux travailleurs immigrés. Ils renforcent l'exclusion sociale et culturelle et développent les perversions de l'exclu. Les communautés et minorités ethniques se sont retranchées de New York à Paris, en passant par la Côte du Pacifique de la Colombie dans une reconversion perverse du racisme.

10À l'origine de ma question initiale se trouve la complexité des imbrications entre les frontières et les médiations qui unissent secrètement les différents aspects des mouvements d'identité. Elles posent un défi qu'il faut assumer. À partir de quel point devons-nous penser l'identité, lorsque ses référents et ses signifiés, ses territoires et ses discours ont la texture fragile d'un palimpseste* (Saxe-Fernández et al., 1996).

De la topographie des « lieux » à la topologie des sensibilités

11Au moment de penser les transformations ambiguës et paradoxales de l'identité, deux lieux me semblent stratégiques : la nation et la cité. On a écrit tant de textes sur les reconfigurations et les convulsions du national qu'il est impossible d'engager un dialogue sur ce thème sans être quelque peu redondant. La même chose se produit depuis quelques années à propos de la cité. Mon propos se limitera donc à indiquer quelques pistes sur le débordement du national et l'éclatement de la cité qui interpellent le discours sur l'identité.

12La première piste évoque la relation entre la crise de l'espace national et la discordance politico-culturelle entre les intellectuels et les formes de connaissance du social. La relation vient de très loin : l'État-nation donne la forme politique à l'espace public moderne dont les récits constitutifs, le roman et le journal, ont fourni les moyens techniques nécessaires à la représentation du type de communauté imaginée qu’est la nation. Un siècle plus tard, Gramsci lie explicitement le rôle organique des intellectuels en tant que médiateurs symboliques – à la fois producteurs d'idées et éducateurs – à l'idée de nation en tant que construction produit de l'interprétation et de la médiation. À leur manière, c'est à dire sans atteindre le niveau d'autonomie des champs de la pensée et de l'art en Europe, où ces domaines ont toujours été liés à la politique, les intellectuels latino-américains ont assumé le rôle suivant : écrire au nom du peuple ou de la nation. Mais ils ont écrit seulement pour leurs semblables, en méprisant tous les publics. Ils se sont sentis libres devant tous les pouvoirs. Mais ils ont fait la cour aux pouvoirs. Ils se sont enthousiasmés pour les grandes révolutions. Ils en ont été aussi les premières victimes. Ce sont les intellectuels : une catégorie dont l'existence même est un problème (Giddens, 2000).

13Désenclavée de l'espace national, la culture perd alors son lien organique avec le territoire et avec la langue qui avaient été jusqu'alors intimement liés à la vocation même de l'intellectuel. L'importance de ce désenclavement, qui a radicalisé le mouvement de la modernité elle-même, est devenue visible avec la crise de légitimité des institutions d'État et de ce qui constitue la citoyenneté : l'identité des partis, la désarticulation entre revendications sociales et processus politiques formels et entre la participation des citoyens et le discours politique.

14Cette crise a croisé celle de l'autorité du savoir de la société, thématisée par Foucault, C. Geertz et de Certeau. Les structures implicites du pouvoir, l'historicité de la connaissance, la critique de l'objectivisme et des conceptions cumulatives de la connaissance ont été dévoilées. La crise de la représentation qui affecte les chercheurs en sciences sociales et les intellectuels est devenue évidente. D'où et au nom de qui parlent-ils aujourd'hui ? Quelles sont les médiations que leur savoir et leur vocation maintiennent actuellement avec le sujet social ? Et comment peuvent-ils être représentés quand le sujet unifié dans l'identité du peuple ou de la nation est aujourd'hui un sujet explosif ? Le remplacement des figures et catégories de peuple et nation par celle de public déplace les problèmes. Mais il élude précisément la question des identités auxquelles se réfèrent ces figures et que représentent ces catégories. En conséquence, ce que l'on appelle aujourd'hui le public, élargit le champ politique et l'affaiblit en même temps. Non seulement à cause de l'invasion du privé mais aussi à cause de la fragilité qu'introduit la fragmentation des horizons culturels et des langages dans lesquels s'expriment les revendications et les conflits.

15Les intellectuels et les sciences sociales doivent avec urgence prendre en charge le processus d'accentuation du caractère abstrait du lien social qui unit le public aux nouveaux modes de symbolisation et de représentation créés par les réseaux de communication et les flux d'information. Et aujourd'hui, c'est grâce à ce nouvel espace public qu'ont lieu les profondes transformations des identités sociales, de la légitimité des acteurs politiques et de la représentativité de la parole des intellectuels.

16La deuxième piste correspond à la relation entre la déspatialisation* de la cité et les reconfigurations du sens de l'appartenance et de l'identité civiques. Avant d'être simplement un fait électronique, la déspatialisation décrit un dispositif politique. Et plus précisément celui qui, transformant la cité en une homologie* de son plan (carte des rues), rend son discours unidimensionnel afin de l’instrumentaliser à travers la rationalité du paradigme de l'information. Ce modèle de communication dont l'axe conceptuel et opérationnel constitue la cité en tant que flux (transit, interconnexion et circulation constante des véhicules, des images, des personnes et des informations) et qui sert de base aux urbanistes qui cherchent à organiser le chaos urbain. En conséquence, la préoccupation fondamentale des urbanistes actuels n'est pas tant que les citoyens se rencontrent mais au contraire qu'ils circulent ! L'impératif n'est plus de s'assembler mais de se connecter. C'est ainsi que la cité devient une métaphore pour toute la société ; elle est convertie en une « société d'information ».

17La déspatialisation signifie donc que l'espace urbain ne compte que dans la mesure où il a une valeur associée au prix de son sol déterminé par le flux des véhicules : une transformation des lieux en espaces de flux et de canaux, ce qui équivaut à la production et à la consommation sans aucune localisation. Dévalué dans sa matérialité historique, le corps-espace de la cité perd de son importance en faveur de la nouvelle valeur accordée à son temps, le régime général de la vitesse. Le flux technologique, converti en d'autres flux véhiculés par des intérêts, dévalue la mémoire culturelle dans la majorité des villes latino-américaines au point de justifier leur effacement. Et sans se référer à ceux qui saisissent et qui reconnaissent sa pertinence, les citoyens ressentent une insécurité bien plus grande que celle qui est engendrée par l'augmentation brutale de la délinquance. Cette insécurité, véritable angoisse culturelle et appauvrissement psychique est la source la plus sûre et la plus secrète de l'agressivité tellement répandue.

18Déspatialisation signifie aussi décentrage, équivalence (et insignifiance) de tous les lieux. Ceci a pour conséquence la perte du centre, de ce sentiment qui transformait les places, les coins et certaines rues en points de rencontre. L'intensité populaire de la rencontre et le danger de l'attroupement que permettait la place sont aujourd'hui dissous par les dispositifs du pouvoir se cachant sous les oripeaux d'exigences de vitesse dans les liaisons et les connexions des flux. En échange, les grandes villes et les villes moyennes de l'Amérique latine – où se concentre maintenant la majorité de la population - offrent de plus en plus de centres commerciaux où les rencontres ont lieu en fonction du spectacle architectonique et scénographique du commerce concentrant et déspatialisant les activités que la « vieille » ville moderne avait séparées : le travail et les loisirs, le marché et la religion, les modes élitistes et les engouements populaires. En même temps, la croissance incontrôlable fragmente et dissémine la cité et la rend invivable. De Mexico à São Paulo en passant par Bogotá ou Caracas, Guadalajara ou Medellín, la cité où habitaient les citoyens qui en jouissaient se réduit, rétrécit, perd son utilité et se désurbanise.

19Devant l'augmentation brutale de la pression migratoire et l'incapacité des autorités municipales à ralentir la détérioration croissante des conditions de vie de la majorité de la population, les habitants recourent aux stratégies de survie rurale – une « culture du glaneur » qui insère les connaissances rurales et les récits, les temporalités et les sentiments dans les apprentissages et les appropriations que les pauvres apportent à la modernité urbaine.

20L'autre aspect de la déspatialisation de la cité est configuré par la croissance et la densité grandissante des médias, des technologies informatiques et des réseaux électroniques qui la dématérialisent dramatiquement : la cité « médiatisée » devient virtuelle. D'un côté la dévaluation et même la destruction de la spatialité et des différentes temporalités qui composaient le tissu de la « vieille » société exigent la réinvention de liens d'appartenance et d'identité. C'est à cette exigence que répondent les réseaux audiovisuels, effectuant, selon leur propre logique un nouveau tracé des espaces et échanges urbains.

21Il est évident que ce qui fait la force des images télévisées et des flux d'informations, ce n'est pas tant le pouvoir des technologies mais plutôt leur capacité à catalyser, amplifier et approfondir les tendances structurales de notre société. Comme l'affirme F. Colombo : « Il existe un déséquilibre apparent de vitalité entre territoire réel et celui présenté par les mass-médias. Les déséquilibres ne découlent cependant pas de la vitalité excessive des médias mais plutôt de la relation faible, confuse et stagnante entre les citoyens et le territoire réel » (Colombo 1983). Ce qui signifie concrètement pour la Colombie, par exemple, que les médias vivent de la peur car ils phagocytent la capacité de communication que la violence chasse des rues. La théâtralité banale de la politique se déplace sur le terrain de la télévision, qui devient un lieu étrange où un pays divisé et déchiré communique sans se rencontrer afin d'exorciser le cauchemar quotidien. La télévision est transformée en bouc émissaire sur lequel on peut rejeter la responsabilité de la violence, du vide moral et de la dégradation de la culture.

22Entre les médias fin-de-siècle et les peurs, on peut voir la configuration d'un nouveau sensorium*. Ce dernier est bien différent de celui que Walter Benjamin imaginait au début du xxe siècle dans les médiations du cinéma avec « les modifications de l'appareil sensoriel que ressent tout passant dans la circulation d'une grande ville ». Alors qu'à l'époque, le cinéma catalysait « l'expérience de la multitude » (Benjamin, 2000), et que les citoyens exerçaient ainsi leur droit à la cité, aujourd'hui il se passe le contraire. Nous nous trouvons face à la désagrégation de l'expérience sociale, la privatisation de l'expérience catalysée et sanctifiée par la télévision. La transition du peuple qui se promène dans les rues au public qui va au cinéma ou au théâtre gardait encore le caractère collectif de l'expérience. Cependant, le passage des publics de cinéma aux audiences de télévision a marqué une transformation profonde : la pluralité sociale et culturelle sujette à la logique de la désagrégation métamorphose la différence en une stratégie de l'indice d'écoute. Comme elle ne peut pas être représentée politiquement, la fragmentation de la citoyenneté est prise en main par le marché : la télévision est donc le principal médiateur de ce changement.

23Mais le sensorium qu'arbore la cité virtuelle ne pointe pas que dans une seule direction. Une ressemblance de famille véhicule la diversité d'écrans qui rassemblent notre expérience de travail, de jeu et de vie à la maison, notamment pour la nouvelle génération. Il y a déjà près de trente ans que la presque septuagénaire Margaret Mead écrivait très lucidement : « Notre mode de pensée nous lie encore au passé, au monde tel qu'il était dans notre enfance et notre jeunesse. Nés et élevés avant la révolution électronique, la plupart d'entre nous ne comprennent pas sa signification. Par contre, les jeunes de la nouvelle génération sont comme les membres de la première génération d'un nouveau pays. Nous devrions apprendre avec les jeunes la manière de faire les prochains pas » (Mead, 1971). C'est en eux que se forment les nouvelles sensibilités « détachées des formes, des styles et des pratiques qui définissent la culture, et dont les sujets se constituent à partir de la connexion/déconnexion des appareils diffuseurs de l'information (jeux d'interface) » (ibid).

24Toute une génération a appris à parler anglais en regardant des programmes de télévision captés par une antenne parabolique, se sent plus à l'aise avec un ordinateur qu'avec du papier et un crayon quand il s'agit d'écrire et ressent une empathie « naturelle » avec la culture technologique. Face à la mémoire longue, mais en même temps à la rigidité des identités traditionnelles, les membres de la nouvelle génération semblent doués d'une plasticité neuronale.

25Cette élasticité culturelle s'allie à une capacité d'adaptation aux contextes les plus divers qui est digne du caméléon et à une complicité expressive avec l'univers audiovisuel et informatique. Ces jeunes trouvent leur rythme et leur langue dans les images et les sonorités, dans les fragmentations et les vitesses de cet univers. Et ce n'est pas l'apanage de la jeunesse de la haute bourgeoisie. Les sons et les rythmes heavy metal évoquent un sujet qui transcende les différentes classes sociales. Du jeune solitaire écoutant son walkman au groupe qui fait de la musique à la maison, de la discothèque au concert de quartier, le rock en espagnol proclame haut et fort l'expérience et la sensibilité des nouvelles tribus urbaines, à savoir la magie et la culpabilité chrétienne, le machisme et le culte de la Mère. Tout cela est amalgamé à l'hédonisme et à la fragmentation de la vie, au vertige de la vitesse et à l'agression visuelle, à l'esthétique du jetable, à l'angoisse morale et au déracinement. L'oralité culturelle des majorités dans ces pays nous révèle donc sa totale pénétration et sa complicité avec la visualité électronique – et dévoile ainsi les hybridités déconcertantes qui composent les nouvelles identités.

Bibliographie

Références bibliographiques

Benjamin, W., Oeuvres (en trois volumes), Paris, Folio, 2000.

Brunner, J. Cartografias de la modernidad, Santiago de Chile, Dolmen, 1995.

Colombo, F., Rabia y televisión, Barcelona, G. Gili, 1983

Garcia Canclini, N., Consumidores y ciudadanos, Mexico, Grijalbo, 1995

Giddens, A., Les conséquences de la modernité, Paris, L'Harmattan, 2000.

Mead, M., Cultura y compromiso, Buenos Aires, Granica, 1971

Saxe-Fernandez J. et al., « Poder y desigualdad en la economia internacional », dossier no 143, Nueva sociedad, Caracas, 1996.

Wieviorka, M., Une société fragmentée ? Le multiculturalisme en débat, Paris, La Découverte, 1997.

Notes

1 Texte original traduit de l’espagnol par Germaine Mandelsaft

Auteur

J. Martín-Barbero est né à Ávila (Espagne). Il a été Président de l'Association latino-américaine des chercheurs en communication (ALAIC), membre du comité consultatif de l'Association latino-américaine des facultés de communication sociale (FELAFACS) et expert pour de nombreux organismes internationaux (OEA, UNESCO...).
J. Martín-Barbero, Des médias aux médiations, CNRS éditions, 2000, coll. « communication » (présentation par Guy Lochard et Bruno Ollivier).

© CNRS Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search