Version classiqueVersion mobile

Le journalisme

 | 
Arnaud Mercier

La double dépendance. Quelques remarques sur les rapports entre les champs politique, économique et journalistique

Patrick Champagne

Note de l’éditeur

Reprise du no 17/18 de la revue Hermès, Communication et politique, 1995.

Texte intégral

1Ce n’est sans doute pas un hasard si le journalisme d’information paraît préoccupé, depuis longtemps, et de façon quasi structurelle, par des problèmes de « déontologie professionnelle » et si, également, tout semble s’opposer à l’adoption effective, par la profession, d’une quelconque charte engageant réellement le milieu journalistique. Deux obstacles majeurs semblent être au principe de ce refus. L’un réside dans les craintes, plus ou moins justifiées, des journalistes à l’égard du pouvoir politique, et explique leur attachement hautement proclamé au principe de la liberté de la presse. L’autre, qui est d’ordre économique, tient au fait que les entreprises de presse sont aussi et sans doute de plus en plus des entreprises économiques soumises à une loi du marché qui reconnaît plus volontiers la logique du profit que celle des austères considérations éthiques ou déontologiques.

2Cette position ambiguë du journaliste, pris entre un idéal professionnel élevé et une réalité plus triviale, explique sans doute qu’il y ait peu de métiers qui soient l’objet de représentations sociales aussi opposées. Le personnage social du journaliste oscille, en effet, entre d’une part, le pôle assez prestigieux incarné par le « grand reporter », qui paye parfois de sa vie la couverture des conflits, ou, plus récemment, par le « journaliste d’investigation* » qui révèle des scandales et sert « la démocratie », ou encore par le grand commentateur politique qui exerce son esprit critique sur les responsables du pays ; et d’autre part, le pôle inverse, très négatif, du journaliste corrompu qui fait des articles de complaisance, profite des malheurs du monde (on parle des « charognards de l’information ») ou même, tel le paparazzi, cherche à des fins purement mercantiles à étaler la vie privée, vraie ou inventée, des personnages publics. Si le journaliste est ainsi un personnage trouble, capable du meilleur comme du pire, c’est qu’il doit le plus souvent composer avec les contraintes politique et économique qui pèsent sur lui et rendent sa position instable et inconfortable.

Une position ambiguë

3Les médias, et notamment les médias audiovisuels du fait principalement de leur forte diffusion et de l’impact que semblent avoir les images sur le « grand public », détiennent aujourd’hui un pouvoir symbolique considérable, pouvoir de constituer les problèmes, de dire les mots qui font les choses, bref, d’imposer une certaine vision du monde. Les effets de publication sont tels que la presse est devenue un enjeu politique majeur qui n’est pas sans poser des problèmes à la profession elle-même. S’il existe une exploitation proprement journalistique de ce malaise, dans la mesure où le thème de la corruption et de l’honnêteté des journalistes fait recette auprès de larges fractions de lecteurs, il n’en reste pas moins que cette profession est aujourd’hui traversée par une crise aiguë comme le montre, entre autres indicateurs, la parution récente de livres critiques, écrits par les journalistes eux-mêmes, sur l’information et ses « dérives » ainsi que sur les transformations actuelles que connaît cette profession.

4Certains évoquent le décalage qui existerait entre la formation initiale des journalistes, jugée trop faible au regard du pouvoir que, du seul fait des progrès technologiques de diffusion, ils détiendraient aujourd’hui ; d’autres dénoncent le pouvoir d’une « médiacratie » toute puissante qui ferait régner son ordre ; d’autres encore insistent, à l’inverse, sur la manipulation des journalistes par les autorités politiques ou, plus généralement, par les spécialistes en communication de tous ordres qui se sont multipliés depuis une vingtaine d’années et fabriquent, pour nombre d’acteurs sociaux, des « événements clés en main » et des « campagnes médiatiques » dont ils mesurent les « retombées ».

5Ce malaise qui touche une fraction non négligeable du milieu journalistique exprime, en fait, à sa façon, toute l’ambiguïté de la position qu’occupe, dans le champ* du pouvoir, le champ journalistique, qui est à la fois très puissant dans ses effets (ce qui explique que certains puissent parler, un peu naïvement, de la presse comme d’un « quatrième pouvoir ») mais se trouve, en même temps, en raison même de son pouvoir, fortement dominé ou contrôlé dans son fonctionnement par d’autres champs (économique et politique notamment). Autrement dit, pour paraphraser une expression bien connue, nombre d’acteurs sociaux, et notamment ceux qui appartiennent aux diverses fractions de la classe dominante, considèrent que la presse est devenue une chose trop sérieuse pour être laissée aux seuls journalistes…

Le journaliste entre la politique et l’économie

6L’histoire du journalisme pourrait bien être, pour une grande part, l’histoire d’une impossible autonomie, ou si l’on veut s’exprimer de façon moins pessimiste, l’histoire sans fin d’une autonomie toujours à reconquérir parce que toujours menacée. La production journalistique est fortement commandée par les conditions sociales, en particulier politiques et économiques, dans laquelle elle s’organise. Schématiquement, on peut distinguer deux grands types de système de presse, l’un qui est étroitement dépendant de l’État mais est alors voué à servir le pouvoir en place (c’est le cas par exemple de la presse dans les régimes communistes ou de l’information télévisée en France à l’époque de l’ORTF), et l’autre, qui est constitué sur le modèle de l’entreprise économiquement rentable (c’est le cas de la presse quotidienne en France ainsi que de l’information télévisée depuis les privatisations). Il n’existe pratiquement pas de grande presse d’informations générales qui puisse obéir à de pures considérations intellectuelles. La concurrence, l’urgence, les considérations de ventes et les contraintes politiques pèsent en permanence, dans des proportions variables selon les supports, sur la fabrication et la diffusion de l’information.

7Autrement dit, lorsque la presse n’est plus contrôlée par le pouvoir en place, cela n’implique pas pour autant une liberté totale d’expression des journalistes (d’ailleurs à quel titre auraient-ils ce privilège ?). D’autres contraintes tout aussi fortes s’exercent sur la production journalistique, notamment celles qu’impose la rentabilité économique de l’entreprise de presse.

8La censure économique, celle qui conduit à sélectionner les sujets en fonction des attentes, réelles ou perçues, du public et qui passe donc par les ventes de journaux, est plus forte et beaucoup plus impitoyable. Elle est anonyme et peut paraître à beaucoup légitime : si le journal ne se vend pas, ou pas assez, à qui la faute sinon aux journalistes eux-mêmes qui ne savent pas intéresser leurs lecteurs ?

9La contradiction majeure qui habite le fonctionnement du champ journalistique réside dans le fait que les pratiques journalistiques les plus conformes aux attentes des chartes du métier, sont loin d’être toujours les plus économiquement rentables. Le journaliste se veut idéalement le serviteur intransigeant de la vérité à tout prix alors qu’il appartient à un journal ayant un prix, et se trouve intégré dans une entreprise économique ayant ses exigences propres qui ne sont pas toutes celles de l’esprit. On sait par exemple que la presse populaire (presse « de caniveau », comme on dit en Angleterre), est très florissante et connaît des tirages particulièrement importants alors que la presse dite « sérieuse » (c’est-à-dire destinée aux minorités cultivées ou politisées) a du mal à se maintenir, précisément parce qu’elle ne peut s’adresser qu’à un public numériquement limité. Si l’activité journalistique paraît, dans les régimes de type démocratique, peu soumise au pouvoir politique, elle est, par contre, fortement dominée aujourd’hui par le champ économique.

10Plus exactement, le pouvoir politique s’exerce aujourd’hui sur la presse sous la forme indirecte du pouvoir économique. D’une part, les journaux ne peuvent vivre dans la forme assez luxueuse, et donc coûteuse, qu’ils ont prise désormais (photos en couleurs, pagination importante, etc.) que grâce à la publicité qui est apportée par les entreprises (celle-ci assurant près de la moitié, souvent plus, du coût du journal). Mais avec le risque que, lorsque l’activité économique se ralentit, les recettes publicitaires diminuent, menaçant alors gravement l’équilibre financier des journaux.

11Outre cette pression générale que l’activité globale du champ économique exerce sur la presse, on sait que les entreprises peuvent chacune individuellement, surtout les plus importantes d’entre elles, faire pression en retirant (ou en menaçant de retirer) leur budget de publicité à certains journaux qui ont publié (ou voudraient publier) des articles défavorables aux entreprises en question. Mais ce type de pression directe exercée par les annonceurs, qui est d’ailleurs souvent dénoncé par les journalistes eux-mêmes, en cache une autre beaucoup plus contraignante encore qui s’exerce quotidiennement, et qui réside dans le fait que les journaux eux-mêmes sont des entreprises économiques, et sont donc soumis directement aux lois de l’économie qui, souvent, entrent en conflit avec les nécessités propres à la production de l’information.

Les transformations technologiques du métier

12Parmi le second groupe de problèmes qui sont évoqués aujourd’hui par les professionnels des grands médias, il y a les conditions mêmes dans lesquelles tend à s’exercer aujourd’hui la profession, les progrès technologiques conduisant les journalistes des médias nationaux à travailler en permanence dans l’urgence et à « faire » de plus en plus de l’information « en direct » et « en temps réel ». Les journalistes de télévision font de « l’information en continu » et doivent décider et choisir rapidement, dans le flux ininterrompu des images qui, aujourd’hui, parviennent du monde entier et entrent dans les salles de rédaction, celles qu’ils passeront et, parfois, devront commenter sur le champ.

13Mais cette rapidité croissante du traitement de l’information place les journalistes en position de faiblesse : loin de posséder cette écoute et cette disponibilité nécessaires à qui veut comprendre les événements mis en avant par l’actualité, ils sont contraints de mobiliser des schémas explicatifs tout prêts et cherchent leurs repères dans le « déjà-vu » et dans les précédents. Les journalistes de l’audiovisuels montrent plus qu’ils n’expliquent, mettent en scène l’information plus qu’ils ne l’analysent.

14Les petites agences de reportage qui, pour se donner le temps de réfléchir et de maîtriser les sujets, essayent de développer une autre conception du travail journalistique, privilégiant notamment les enquêtes longues (c’est-à-dire de plus de trois mois) et les sujets hors de l’actualité la plus immédiate, ont beaucoup de mal à vendre leur travail aux grands médias. Les groupes de presse, finalement peu nombreux, se livrent une concurrence d’autant plus forte que les intérêts économiques en jeu sont devenus considérables. À la télévision, les programmes de divertissement, mais aussi d’information (journaux télévisés, émissions politiques et magazines de reportages) sont perçus et conçus comme autant d’occasions de susciter des audiences maximales – des « parts de marché » – le coût de chaque émission devant être couvert par la publicité qu’elle génère et qui dépend de l’audience. Une grande partie de l’activité journalistique se trouve du même coup soumise à de très fortes contraintes d’ordre économique qui sont loin de favoriser le travail journalistique dans sa dimension proprement intellectuelle.

15Un autre obstacle, et non des moindres, à l’exercice de l’activité journalistique, tient au pouvoir même qui est attribué aux médias et qui a eu pour effet, depuis une vingtaine d’années, de faire émerger et prospérer de nouveaux agents spécialisés dans « les stratégies de communication ». Un nombre croissant d’institutions et de groupes sociaux cherchent à « piéger » les journalistes en payant, souvent fort cher, des professionnels de la communication qui fabriquent des « événements sur mesure ». Ces spécialistes conçoivent ainsi, pour une clientèle dont les demandes sont souvent assez naïves – « On veut être en première page » ; « On veut passer au « journal télévisé » ; « On veut avoir une photo dans le journal » ; « On veut faire une conférence de presse : amenez-nous une dizaine de journalistes ! », rapporte par exemple un conseiller en communication – des « événements » très élaborés, des « plans-médias » de plus en plus sophistiqués, et en mesurent (comptages et graphiques à l’appui) les « retombées » par type de médias, par rubriques, par départements, etc.

16Le problème n’est pas de savoir si, face à ces sollicitations nouvelles, les journalistes agissent ou non par complaisance ou même par intérêt matériel. Ils sont généralement pris, en toute bonne foi, dans ce jeu par lequel les agences de communication, se mettant réellement à la place de professionnels toujours pressés qui, en permanence, travaillent dans l’urgence et doivent passer d’un sujet à un autre, effectuent un véritable travail d’information. La vraie question est peut-être de savoir qui peut se payer les services de ces nouveaux spécialistes et ainsi bénéficier de ce savoir-faire et de cette sorte de « valeur symbolique ajoutée » produite par ces nouveaux agents.

17Il est donc encore trop simple de dire que les journalistes sont des « manipulateurs manipulés » dans la mesure où, ce que l’on appelle communément « information » ou « événement », sont des produits collectifs particulièrement complexes qui échappent en partie aux journalistes eux-mêmes. Sans doute existe-t-il, dans le processus de production de l’information, des tentatives explicites de manipulation que les journalistes dénoncent sans nécessairement pouvoir toujours y échapper. Manipulation active, avec « l’information-spectacle », la fabrication de faux scoops, le trucage des reportages (le « bidonnage »), comme le privilège donné au sensationnalisme, bref, l’utilisation de recettes censées faire les gros tirages des hebdomadaires ou accroître l’audience des télévisions mesurée par les audimats ; ou encore, la manipulation passive, avec les tentatives permanentes de mystification dont ils sont l’objet (dossiers de presse, visites organisées, etc.), bref, tout ce qui, selon eux, a eu pour effet de rendre de plus en plus floue et incertaine la frontière qui séparait autrefois « l’information » de la « communication ».

18Il reste que cette vision manipulatrice cache les effets de censure incommensurablement* plus grands que le champ journalistique exerce dans son fonctionnement le plus ordinaire, en dehors de toute tentative explicite de manipulation, lorsque le journaliste n’écoute, pourrait-on dire, que sa propre conscience professionnelle, compte tenu des structures actuelles de production de l’information.

Les deux principes de légitimité

19Le pouvoir immanent de consécration que possède le champ médiatique pour décider de ce qui est important, et dire ce qu’il faut penser des choses et des gens importants, repose sur la légitimité* propre que les journalistes ont collectivement accumulé au cours de l’histoire.

20En réalité, cet espace social est régi aujourd’hui non pas par un, mais par deux principes concurrents de légitimité qui s’affrontent pour définir l’excellence journalistique, cette concurrence ayant précisément son principe dans la dualité profonde de cette activité, à la fois intellectuelle et économique, que nous avons évoquée plus haut. Deux définitions du « bon journaliste » s’affrontent désormais.

21Le bon journaliste, c’est d’abord celui qui écrit dans le journal Le Monde ou, dans une moindre mesure, dans Libération, ou encore celui qui se conforme aux principes enseignés dans les écoles de journalisme (dont certaines ont d’ailleurs pour directeur d’anciens journalistes du Monde). C’est un professionnel de l’information qui essaie de tenir à distance les deux menaces majeures qui pèsent sur l’autonomie intellectuelle de la production journalistique. À savoir, d’une part, le parti-pris politique (il faut être « honnête », vérifier ses informations, etc.), et d’autre part, la recherche à tout prix du tirage comme on le voit dans les journaux à scandales (il faut hiérarchiser l’information et ne pas céder au sensationalisme).

22Ce premier principe de légitimité, que l’on peut dire plutôt intellectuel, était comme incarné dans la figure emblématique du directeur-fondateur du Monde, Hubert Beuve-Méry, personnage austère, pour lui-même comme pour ses collaborateurs (qui étaient, la légende au moins le dit, mal payés) et pour ses lecteurs (il refusait les photos et, la légende le dit encore, demandait explicitement à ses journalistes « de faire emmerdant… »). Il était particulièrement intransigeant avec les règles déontologiques qui définissent l’information sérieuse. Il refusait les scoops et mettait son point d’honneur dans l’exactitude des informations factuelles publiées dans son journal. Cette exigence à la fois morale et intellectuelle a été très profitable au quotidien, puisque Le Monde est rapidement devenu le journal de référence des milieux dirigeants et influents ; mais en retour, elle se payait négativement d’un point de vue économique en raison d’une faible diffusion du journal, celui-ci ne pouvant toucher que des milieux sociaux nécessairement restreints.

23Le second principe de légitimité est incarné par le présentateur du Journal télévisé de 20 heures de TF1, et dans une moindre mesure celui de France 2. Il est d’ordre économico-politique bien qu’il se présente aussi comme une forme d’excellence professionnelle. Les journaux télévisés ou de radio, quoique destinés à un large public, se veulent sérieux, professionnels, exigeants, irréprochables. Soumis plus fortement que la presse écrite aux lois de la concurrence, dans la mesure où les ressources de ces grands médias proviennent en grande partie, voire exclusivement, de la publicité commerciale, les journalistes de radio et de télévision, dont beaucoup sortent aussi des écoles de journalisme, doivent faire en sorte de toucher le public le plus large possible, utilisant à cette fin un vocabulaire simple, des images fortes et traitant de sujets qui sont censés intéresser tout le monde. Leur pouvoir ne réside pas dans la qualité intrinsèque du travail journalistique puisque ces médias sont pour l’essentiel des « médias de reprise », c’est-à-dire des journaux qui mettent en images, sonores ou visuelles, les sujets généralement soulevés et déjà traités par la presse écrite. Leur pouvoir spécifique réside dans l’impact qu’ils peuvent avoir sur un public qui est pratiquement coextensif à l’ensemble de la population, c’est-à-dire dans la contribution décisive qu’ils apportent à la fabrication de l’opinion et aux effets politiques qu’ils produisent.

24L’audience de ces journaux est perçue comme une sorte de vote de confiance du public, les « meilleurs » journalistes étant ceux qui font les scores d’audimat les plus importants, ceux qui sont en quelque sorte élus par les téléspectateurs, c’est-à-dire en définitive ceux qui rapportent le plus économiquement à la chaîne (sous la forme de spots publicitaires). Ainsi, entre Le Monde et le Journal de 20 heures de TF1, on passe d’un principe de légitimité interne à un principe de légitimité externe, du jugement des pairs au plébiscite des téléspectateurs, bref de la logique du champ intellectuel à celle du champ politique. Mais, parce qu’ils participent tous les deux au processus de production de l’information et sont en quelque sorte en concurrence, ces deux entreprises de presse, bien que situées aux antipodes l’une de l’autre, ne peuvent s’ignorer.

25Si l’opposition entre presse à diffusion restreinte et presse populaire n’est pas nouvelle puisqu’elle s’est mise en place dès la fin du xixe siècle, avec l’apparition de la presse bon marché, il reste que la diffusion généralisée de la télévision a, au cours des vingt dernières années, profondément modifié l’économie générale de la production de l’information et notamment le rapport de force entre ces deux types de presse.

26La production de l’information dominante, c’est-à-dire celle qui s’impose à tous, s’est trouvée au cours de la période récente, profondément bousculée dans la mesure où la hiérarchie objective qui s’établit entre les différents supports de presse et qui se laisse voir dans la circulation de l’information, comme dans ce que l’on peut appeler les phénomènes de reprises, a été modifiée. La production journalistique est d’abord lue par les journalistes qui cherchent les sujets d’actualité, des idées d’articles et essayent, sur les sujets imposés, de se démarquer des journaux concurrents en apportant, parfois dans une logique de la surenchère, « un plus » (comme on dit à Libération) ou un angle d’attaque original.

27L’information importante (et, par là, dominante) est celle qui est considérée comme telle par l’ensemble des supports de presse, et qui, en même temps, est reprise par les journaux les plus en vue. Certains supports ont, à cet égard, un pouvoir d’imposition plus grand que d’autres dans le champ journalistique. Une information qui, par exemple, paraît dans Le Canard enchaîné et qui n’est pas reprise par un autre support de presse, reste une information du Canard enchaîné et n’a qu’un effet politique très limité. Sa reprise par un quotidien très légitime comme Le Monde par exemple (comme ce fut le cas dans « l’affaire des diamants ») modifie le statut de l’information qui, de simple « on-dit » devient une information politique sérieuse, digne d’entrer dans le débat politique. Et le fait qu’elle soit reprise par les journaux télévisés en fait une affaire nationale.

28Si chaque journal et chaque journaliste est attentif, pour ne pas dire obsédé par ces reprises entre supports, c’est d’une part parce qu’elles constituent une sorte de sanction propre au milieu journalistique car, en effet, tout journaliste éprouve une certaine fierté à voir un de ses articles repris par d’autres journaux, surtout s’ils sont prestigieux, cette reprise étant perçue comme la preuve de l’importance en soi de l’information traitée ou « sortie ». D’autre part, parce que l’efficacité politique d’une information, sa capacité à déranger et à s’imposer comme actualité obligée, dépend de sa reprise par les autres supports de presse et notamment par les plus prestigieux ou les plus efficaces, dans la mesure où ils lui apportent une valeur symbolique ajoutée. Et les supports de presse les plus prestigieux ont un poids d’autant plus important dans la production de l’information, par le fait qu’ils sont plus lus et que leurs informations sont plus souvent reprises par les autres journaux. Enfin, parce qu’ils exercent un véritable pouvoir de consécration sur ces autres journaux dont ils reprennent ou non les informations.

29Pendant longtemps, il existait une séparation entre la grande presse populaire et la presse dite « sérieuse » qui venait principalement alimenter les débats publics. Le poids nouveau des médias audiovisuels dans la production de l’information dominante a contribué à faire sauter cette frontière entre ces deux types de presse, et à modifier par là la logique des débats publics ainsi que l’économie qui régit le marché des opinions. C’est sans doute là que réside le principe majeur des inquiétudes de ceux qui réfléchissent sur l’évolution de la profession.

Auteur

Sociologue à l’Institut national de la recherche agronomique (Paris), et membre du Centre de sociologie européenne (laboratoire de l’École des hautes études en sciences sociales associé au Centre national de la recherche scientifique).

© CNRS Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search