Version classiqueVersion mobile

Le journalisme

 | 
Arnaud Mercier

Médias et sources : Les limites du modèle de l’agenda-setting

Jean Charron

Note de l’éditeur

Reprise du no 17/18 de la revue Hermès, Communication et politique, 1995.

Texte intégral

1Une des hypothèses les plus florissantes dans la recherche contemporaine sur les effets des médias est celle dite de l’« agenda-setting ». La notion d’agend asetting désigne un modèle qui établit une relation causale entre l’importance que les médias accordent à certains sujets (issues) et la perception qu’ont les consommateurs de nouvelles de l’importance de ces sujets. Les médias influencent l’ordre du jour des affaires publiques dans la mesure où le public ajuste sa perception de l’importance relative des sujets à l’importance que les médias leur accordent.

  • 1 McCombs, M. E., Shaw, D. L., « The agenda-setting function of mass media », Public Opinion Quarterl (...)

2Cette idée, qui a été formalisée et testée pour la première fois par McCombs et Shaw1, a ouvert la voie à un important courant de recherche en communication politique. La recherche classique en ce domaine consiste à comparer l’agenda des médias (les thèmes abordés par les médias et l’importance qu’ils leur accordent) avec l’agenda du public (mesuré par des enquêtes où l’on demande aux gens de dire quels sont à leur avis les problèmes les plus importants auxquels la société fait face), pour tenter de dégager une relation de causalité entre les deux.

3Au fil des ans, les chercheurs ont précisé le modèle en testant plusieurs variables intermédiaires : le type de médias (les effets respectifs du journal et de la télévision), le type de thèmes (plus ou moins controversés, familiers, complexes ou abstraits), le degré d’information préalable des personnes interrogées, le degré d’intérêt pour la politique (et celui de participation à la politique), les habitudes de consommation des médias, etc.

4L’hypothèse d’un effet d’agenda-setting des médias sur le public est maintenant généralement admise, bien que les corrélations nulles, les observations incompatibles avec l’hypothèse et les conclusions incertaines qui abondent dans la littérature, indiquent que ces effets sont contingents.

5L’idée que les médias parviennent, dans une certaine mesure, à dicter l’ordre des préoccupations des citoyens, soulève plusieurs questions fondamentales : l’agenda-setting n’affecte-t-il pas aussi les jugements ou les attitudes des gens à l’égard des objets hiérarchisés par les médias ? Quelle est l’autonomie des médias dans l’établissement de leur propre agenda et quel est l’apport des sources d’information dans la définition de l’agenda des médias ? Comment se forme l’agenda des décideurs politiques ? Quelle est son influence sur l’agenda des médias et du public ? Bref, comment s’exerce l’influence respective des décideurs, des médias et des citoyens dans le processus de formation de l’agenda des affaires publiques, et quelle est la mesure de cette influence ?

6Un des principaux champs* d’étude visés par l’extension du modèle d’agenda-setting est celui qui porte sur les relations entre les médias et les sources d’information, plus particulièrement les décideurs politiques. Nous voulons ici discuter du potentiel intégrateur du modèle de l’agenda-setting sur ce point précis. Il apparaît en effet que la transposition à l’étude des relations sources-médias d’un modèle élaboré à l’origine pour rendre compte des relations médias-public pose quelques problèmes de « traduction ». Par une critique des recherches empiriques* qui, à partir du modèle d’agenda-setting, tentent de mesurer l’influence réciproque des journalistes et des sources politiques dans la production du contenu des médias, nous voulons souligner certaines limites théoriques et méthodologiques de cette approche.

L’agenda des « quoi »

7Les études qui s’inspirent le plus directement du modèle de l’agenda-setting s’emploient plutôt à mesurer l’influence des sources – en comparant le contenu thématique du discours d’une ou de plusieurs sources – et le contenu thématique du discours de presse, pour tenter d’établir une relation causale entre les deux. Il s’agit donc de transposer à la relation sources-médias le devis de recherche le plus couramment employé dans les études sur les relations médias-public. Les études qui adoptent ce devis sont nombreuses ; nous n’en donnerons ici qu’un exemple.

  • 2 voir Gilberg, S., et al., « The State of the Union address and the press agenda », in Journalism Qu (...)

8McCombs et ses collègues ont étudié les effets d’agenda-setting des discours des présidents américains sur l’État de l’Union2. Ils ont comparé l’agenda exposé dans quatre discours prononcés par trois présidents américains avec l’agenda des médias le mois précédent et le mois suivant chacun des discours. Compte tenu de l’importance de la figure présidentielle dans le système politique américain et de la nature même de ce type de discours (dans lequel le président expose ses priorités), et compte tenu de tout ce qui s’est écrit sur le « contrôle » de la presse par le président, les auteurs s’attendaient à ce que les discours présidentiels influencent l’agenda des médias de façon significative, c’est-à-dire que les médias traitent des thèmes abordés dans ces discours.

9Ces sujets ont donc été classés par ordre d’importance (selon l’espace consacré à chacun) ; on a, de la même façon, ordonné les thèmes abordés par la presse (dans le New York Times et le Washington Post, et dans les bulletins de nouvelles de soirée de ABC, CBS et NBC), selon le nombre de nouvelles qui leur étaient consacrées avant et après chaque discours.

10Les résultats sont extrêmement variables d’un discours à l’autre. Pour celui de Nixon en 1970, la corrélation de rang entre l’agenda du discours et l’agenda des médias est plus forte après qu’avant le discours, ce qui, pour les auteurs, confirme l’hypothèse de l’agenda-setting. Mais les résultats sont inversés pour celui de Carter de 1978 ; la corrélation est plus forte avant qu’après le discours, ce qui suggère, selon les auteurs, que le président aurait en quelque sorte calqué son agenda sur celui des médias.

11L’allocution de Reagan de 1982 présente à elle seule des résultats contradictoires ; les corrélations suggèrent que le discours aurait influencé la couverture ultérieure des journaux, mais aurait été influencé par la couverture antérieure de la télévision. Quant à son discours de 1985, il présente une situation similaire à celle de Carter en 1978 : la corrélation entre le discours et la couverture est plus forte avant qu’après le discours, ce qui suggère que le président a davantage été influencé par la presse que l’inverse.

12Les variables étudiées par les auteurs ne leur permettent pas d’expliquer ces variations dans les résultats ; ils suggèrent cependant qu’elles sont dues à la personnalité des présidents, au degré d'« adversité » entre la presse et le président et à des causes « situationnelles » et « historiques ».

La notion de « setting »

13Le modèle de l’agenda-setting, une fois transposé aux relations sources-médias, laisse à penser que l’influence consiste pour la source à transférer des « thèmes » (issues) aux médias. L’idée d’une définition de l’agenda des médias par transfert apparaît peu appropriée pour caractériser ce qui est susceptible de se passer entre des journalistes et des sources. Elle est la traduction, à propos des « effets » des sources sur les médias, du vieux modèle de l’aiguille hypodermique qui a longtemps servi à expliquer les effets des médias sur les publics.

14On notera d’abord que l’accès des sources au système de production et de diffusion de l’information et leur capacité d’agir sur la production de l’actualité politique n’ont rien d’automatique, même dans le cas des sources dites officielles ; il s’agit du produit d’un « travail », d’une action stratégique qu’il faut analyser.

15Les études qui tentent de se dégager du « media-centrism » de la recherche sur les médias, pour étudier l’action des sources, font la lumière sur le « travail » que les sources officielles doivent consentir pour obtenir cet accès, et prennent la mesure des contraintes que le système médiatique fait peser sur elles (voir par exemple Charron, 1994 ; Taras, 1990 ; Ericson et al., 1989). Ces recherches aboutissent à des conclusions très nuancées sur l’influence respective des sources et des médias dans le processus de production de l’actualité et mènent au constat qu’il n’y a rien de moins approprié pour caractériser l’action des médias que l’image de la courroie de transmission.

16L’idée de transfert ramène la fonction journalistique à une fonction de sélection, c’est-à-dire à cette métaphore du journaliste « gatekeeper » qui laisse ou non « passer » l’agenda défini par la source. Or, on sait que la production de l’information médiatique implique bien davantage qu’une fonction de tri. Certes, le traitement de l’information suppose une série d’opérations dont certaines peuvent être, sur le plan formel, assimilées à des opérations de sélection comme le choix et la pondération des items. Par contre, la notion de sélection ne peut rendre compte des opérations de décodage/recodage, d’interprétation, de contextualisation, de structuration et d’intervention (enquêtes, opérations de suivi, etc.).

17Les études sur le fonctionnement des médias et les pratiques journalistiques nous enseignent que la nouvelle ne peut pas être conceptualisée comme un matériau pré-défini, produit à l’initiative de la source, et sur lequel le journaliste n’intervient pas autrement que par sélection. Les chercheurs en ce domaine s’accordent plutôt à dire que les nouvelles ne sont pas sélectionnées, mais construites, et que cette construction est l’œuvre conjointe des journalistes et des sources.

18Conscients de cette limite du modèle, certains auteurs ont suggéré d’abandonner la notion d’agenda-setting au profit de la notion d’agenda-building, laquelle désigne un processus collectif d’élaboration d’un agenda impliquant une certaine réciprocité entre les médias, les décideurs et le public.

19Mais qu’il s’agisse de « setting » ou de « building », le modèle suppose un échange entre la source et la presse, où chacun agit et réagit à l’action de l’autre en fonction de ses intérêts, de ses valeurs, de ses ressources et de ses contraintes. La nouvelle serait en quelque sorte le produit de l’addition ou de la combinaison de l’apport de l’un et de l’autre ; la source suggère un agenda que le journaliste éventuellement transforme. Ce modèle néglige de considérer l’éventualité – la plus probable – que l’action de l’un soit fonction de la réaction anticipée de l’autre.

20Quand la source adopte un discours et des thèmes en fonction des valeurs professionnelles, de la « sensibilité » des journalistes et en fonction des exigences techniques des médias, on devrait observer une forte corrélation entre l’agenda de la source et l’agenda de la presse.

  • 3 Molotch, H., Protess, D. L., Gordon, M. T., « The media-policy connection : Ecologies of news », in(...)

21L’agenda de la source ayant été établi sur la base d’une prévision de la réaction de la presse, on peut dire que la source, parce qu’elle y tire avantage, a accepté de se soumettre aux préférences de la presse. En d’autres termes, lorsqu’il y a conformité entre le discours de la source et le discours de la presse, c’est qu’il y a eu adéquation entre l’offre de la source et la demande des médias. Sur quelle base pourra-t-on déterminer que la source a exercé plus d’influence que la presse ou l’inverse ? S’il y a eu ajustement mutuel par anticipation de l’un et de l’autre, on peut dire que l’action de la source et celle de la presse sont « mutuellement constituées »3. La nouvelle n’est donc pas seulement le produit de la rencontre de deux logiques différentes et en partie opposées (celle de la presse et celle de la source) ; chaque partie intègre, dans une certaine mesure, à sa propre logique celle de l’autre.

22Ainsi, il n’est pas rare qu’une source voulant mettre à l’ordre du jour une question qui l’intéresse, entre en contact prioritairement avec un média ou un journaliste qui suit déjà la question de près ; le thème figure déjà à l’agenda « potentiel » du média ou du journaliste. Il arrive aussi que les journalistes (par leurs reportages, leurs questions et les pressions qu’ils exercent) parviennent à « forcer » l’agenda de la source et l’amènent à aborder des sujets qu’elle aurait préférés éviter. D’ailleurs, une part importante des efforts de communication publique des politiciens et des organisations politiques est consacrée à tenter de rectifier des structures interprétatives imposées par les journalistes eux-mêmes. La comparaison des agendas, comme technique de mesure de l’influence, apparaît peu appropriée pour rendre compte de ce genre de situations.

La notion d’« agenda »

23La notion d’agenda pose aussi problème. L’agenda désigne la conscience de l’existence d’un objet et l’importance relative qu’on y accorde, et se présente comme une liste hiérarchisée de sujets de préoccupation. Cette notion est une métaphore davantage qu’un concept scientifique.

24Employée pour désigner le contenu des nouvelles, elle occulte son objet davantage qu’elle ne l’éclaire ; elle escamote des dimensions fondamentales de l’information journalistique. Elle ne dit rien des codes et des rhétoriques médiatiques et politiques, et rien non plus sur la substance des « messages ».

25La métaphore masque en fait les formes les plus significatives d’influence sur la définition de la réalité politique. Une première forme d’influence consiste à faire en sorte qu’un sujet soit débattu ; c’est la seule que la méthode de classement et de comparaison des agendas vise à mesurer. Une deuxième forme d’influence consiste à faire en sorte qu’un sujet ne soit pas débattu : ici la méthode classique de l’agenda-setting ne peut rien mesurer puisqu’il n’y a rien à mesurer. Une troisième forme, plus déterminante, consiste à imposer une définition de la réalité à propos d’un objet. La méthode ne peut rien nous apprendre à ce propos tant que la substance des « messages » n’est pas prise en compte.

26Finalement, l’influence, peut-être la plus déterminante et sans doute la plus difficile à mesurer, consiste non pas dans l’imposition de sujets proprement dits, mais dans la définition des paramètres à l’intérieur desquels sont choisis les thèmes qui peuvent être débattus. On entre ici dans une sphère de phénomènes (la culture et les idéologies), qui sont l’objet de forces sociales et historiques que les techniques de recherche empiriques peuvent difficilement saisir, mais qui n’en sont pas moins centraux pour la compréhension des processus de définition de la réalité publique à un moment donné de l’histoire.

  • 4 Reese, S. D., « Setting the Media’s Agenda : A Power Balance Perspective », in Anderson, J. S. (ed) (...)

27Reese, qui défend la proposition d’une extension du modèle de l’agenda-setting, affirme que, finalement, « l’agenda-setting est fondamentalement une théorie de l’influence politique »4. Nous ne le contredirons pas sur ce point (bien qu’il y aurait beaucoup à dire à propos de l’usage qui est fait ici de la notion de « théorie »), sauf pour ajouter que si les questions d’agenda donnent lieu à des jeux d’influence, la notion d’agenda est loin d’épuiser toutes les modalités de l’influence dans les processus de construction de l’actualité politique.

Pour une approche stratégique

28En ce qui concerne l’état actuel de la recherche sur les relations sources-médias, la question est moins de savoir si des formes d’influence s’exercent entre les sources et la presse (ce dont personne ne doute), ni même d’en prendre une « mesure », (ce qui suppose qu’il y aurait quelque chose de systématique, de récurrent et donc de prévisible à mesurer quantativement – ce dont on doute de plus en plus), que de comprendre, dans sa complexité et sa contingence, un phénomène crucial dans les processus de communication politique, c’est-à-dire comprendre la manière dont s’exercent concrètement les formes d’influence. Dans cette perspective, il faut recourir à une approche et à des méthodes susceptibles de rendre compte de cette complexité.

29Certains travaux, qui s’inscrivent dans la tradition de l’agenda-setting, mènent d’ailleurs à cette conclusion. C’est le cas des recherches menées pas une équipe multidisciplinaire (qui comprend des sociologues, des politologues, des psychologues et des « communicologues »), rattachée au Center for Urban Affairs and Policy Research de l’Université de Northwestern. Cette équipe a entrepris d’étudier des cas d’agenda-building en combinant diverses méthodes (enquêtes par sondages, entrevues en profondeur, observation directe, analyse du contenu et des formes narratives des nouvelles) et différentes perspectives (en fonction de la filiation disciplinaire des membres de l’équipe) pour tenter de reconstituer, par des études de cas, la dynamique des relations entre la presse, les décideurs politiques et le public.

30Grâce à la collaboration d’une équipe de journalistes qui se consacrent au journalisme d’enquête, les chercheurs ont pu analyser plusieurs cas d’enquête journalistique, reconstituer dans le détail tout le processus d’investigation* (du choix du sujet jusqu’à la diffusion/publication des reportages), analyser la nature des échanges entre les journalistes et leurs informateurs et réaliser des enquêtes auprès de citoyens et de décideurs avant et après la diffusion/publication des reportages.

  • 5 Cook, F., et al., « Media and agenda-setting : effects on the public, interest group leaders, polic (...)
  • 6 Ettema, J., et al., « Agenda-setting as politics : A Case study of the press-public-policy connecti (...)
  • 7 Molotch, H., et al., op. cit., 1987.

31On peut résumer l’essentiel des observations de ces chercheurs de la façon suivante : certains reportages de certains médias, parfois influencés par certains décideurs à certaines conditions, peuvent parfois influencer l’agenda de certains publics et de certains décideurs à certaines conditions… Plus sérieusement, on fera remarquer que les premiers travaux de cette équipe s’inscrivaient résolument dans le cadre de l’agenda-setting en tentant d’identifier les facteurs de contingence qui influencent la relation de causalité entre l’agenda des sources, des décideurs et du public5 ; les rapports plus récents – bien qu’ils ne critiquent pas formellement le modèle initial – prennent une bonne distance par rapport à ce modèle pour en arriver à suggérer une approche fondée sur les notions de jeu6 et d'« écologie des nouvelles »7.

32Dans cette perspective, il ne s’agit plus de tester ou d’étayer un modèle formel en produisant des propositions générales prédictives qui établissent des relations causales entre l’agenda des sources et l’agenda des médias, mais de considérer qu’il y a là un « jeu » complexe de stratégies et de tactiques et que ce qu’il faut comprendre, c’est la manière dont les joueurs jouent le jeu et le jeu lui-même : le processus de la gouverne à l’ère des médias. C’est pourquoi ils suggèrent d’analyser des « parties » jouées à partir d’une approche ethnographique et historique.

  • 8 Schlesinger, P., « Rethinking the sociology of journalism : Source strategies and the limits of med (...)

33Les conclusions de ces travaux – qui rejoignent celles de chercheurs qui, en dehors de la tradition de l’agenda-setting, se sont intéressés ces dernières années aux relations sources-médias8 – nous éloignent d’un modèle formel pouvant servir de cadre théorique général pour l’étude des phénomènes dits « d’agenda-building », mais ils peuvent servir de point de départ pour un renouvellement de la recherche sur les médias et les sources. Des notions comme celle de « jeu » et d'« écologie des nouvelles », qui soulignent le caractère à la fois complexe et contingent de l’influence dans les processus de communication politique, nous invitent à aborder les actions des « joueurs » du point de vue de l’analyse stratégique.

34L’analyse stratégique – telle qu’on l’entend ici – n’a pas de prétention au statut de « théorie » ; c’est plutôt un ensemble de postulats, de méthodes, qui suggèrent d’analyser les relations entre des sources et des médias dans différents champs sociaux comme des systèmes d’interactions complexes ; le but de l’analyse est de saisir, à travers la complexité et la contingence, la rationalité des comportements des acteurs dans le système (Crozier ; Friedberg, 1977).

35Parler de contingence et de jeu ne mène pas obligatoirement à un indéterminisme radical. La notion de jeu, si on veut bien lui donner quelque pertinence théorique, doit plutôt nous amener à considérer l’action des joueurs d’un double point de vue : celui des contraintes, des structures, des « déterminismes » qui limitent le champ du possible et celui de la liberté, du jeu des acteurs dans les structures, un jeu fondé sur le calcul et l’intérêt. Le jeu est un cadre contraignant (un ensemble de « règles du jeu », qui font elles-mêmes l’objet de luttes, c’est-à-dire de jeux) dans lequel les acteurs mettent en œuvre des stratégies et des tactiques. Tout ne peut donc pas arriver dans le jeu ; par ailleurs la connaissance des règles ne suffit pas à prévoir ce qui va arriver.

36L’approche stratégique nous invite en fait à chercher à saisir la dialectique système-acteur (ou contrainte-liberté), à prendre en compte à la fois les déterminismes, le poids des structures, et l’indéterminé, ce qui relève de la liberté des acteurs et de la stratégie.

37L’analyse du jeu nécessite une connaissance du système de contraintes et de ressources qui définissent la position de chaque acteur et ses possibilités d’action. La sociologie des nouvelles nous apprend à ce propos que l’action des journalistes est le produit d’un ensemble complexe de facteurs ; elle est déterminée à la fois par des forces externes (les structures sociales, les valeurs et les idéologies ambiantes dans une société et les intérêts des « fournisseurs » des ressources informationnelles, financières et techniques) et « internes » (les structures du système médiatique, les modes de fonctionnement des médias en tant qu’organisation, les pratiques et la culture journalistiques). Et il est sans doute possible de dessiner une sorte de cartographie des facteurs qui, à différents niveaux de réalité, influencent l’action des journalistes et le contenu des nouvelles (voir par exemple la tentative de synthèse de Shoemaker et Reese, 1991).

Bibliographie

Références bibliographiques

Charron, J., La production de l’actualité. Montréal, Boréal, 1994.

Crozier, M., Friedberg, Å., L’acteur et le système. Paris, Seuil, 1977.

Ericson, R. V., et al., Negotiating Control : A Study of News Sources. Toronto, University of Toronto Press, 1989.

Shoemaker, P. J., Reese, S. D., Mediating the Message. Theories of Influences on Mass Media Content. New York/Londres, Longman, 1991

Taras, D., The Newsmakers : The Media’s Influence on Canadian Politics. Toronto, Nelson, 1990.

Notes

1 McCombs, M. E., Shaw, D. L., « The agenda-setting function of mass media », Public Opinion Quarterly, 1972, vol. 36, p. 176-187.

2 voir Gilberg, S., et al., « The State of the Union address and the press agenda », in Journalism Quarterly, 1980, vol. 57, p. 584-588 et aussi Wanta, W., & al. « How President’s State of Union talk influenced news media agendas. » Journalism Quarterly, 1989, vol. 66, p. 537-541.

3 Molotch, H., Protess, D. L., Gordon, M. T., « The media-policy connection : Ecologies of news », in Paletz, D. L. (ed.), Political Communication Research : Approaches, Studies, Assessments. Norwood, Ablex, 1987, p. 26-48.

4 Reese, S. D., « Setting the Media’s Agenda : A Power Balance Perspective », in Anderson, J. S. (ed), Communication Yearbook 14. Newbury Park, Sage, 1991, p. 309-340.

5 Cook, F., et al., « Media and agenda-setting : effects on the public, interest group leaders, policy makers, and policy », in Public Opinion Quarterly, 1983, vol. 47, p. 16-35.

6 Ettema, J., et al., « Agenda-setting as politics : A Case study of the press-public-policy connection », in Communication, 1991, no 12, p. 75-98.

7 Molotch, H., et al., op. cit., 1987.

8 Schlesinger, P., « Rethinking the sociology of journalism : Source strategies and the limits of media-centrism » in Ferguson, M. (ed.), Public Communication. The New Imperatives. Future Directions for Media Research. London, Sage, 1990, p. 61-83. Voir aussi Charron, op. cit., 1994 ; Ericson, op. cit., 1989 ; Taras, op. cit., 1990.

Auteur

Professeur titulaire au Département d’information et de communication de l’Université Laval (Québec), responsable du Groupe de recherche sur les mutations du journalisme.

© CNRS Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search