Version classiqueVersion mobile

Le journalisme

 | 
Arnaud Mercier

L’hétérogénéité des journalistes

Christine Leteinturier

Note de l’éditeur

Reprise du no 35 de la revue Hermès, Les journalistes ont-ils encore du pouvoir ?, 2003

Texte intégral

Statuts des journalistes titulaires de la carte de presse en 2000, 2006 et 2008. (Source Carte d’Identité des Journalistes Professionnels, CCIJP)

Total au 01 2000

Total au 01 2006

Total au 01 2008

Titulaire mensualisés

21 759

25 276

26 145

Titulaire pigistes

4 832

5 639

5 601

Demandeurs d’emplois

1 086

1 582

1 312

Directeurs

472

479

521

Stagiaires mensualisés

2 354

2 277

2 463

Stagiaires pigistes

1 182

1 250

1 259

TOTAL

31 685

36 503

37 301

Dont premières demandes

2 180 (dont 307*)

1 979 (dont 303*)

2 162 (dont 322*)

* Diplômés d’une école reconnue par la profession

On voit ici que la profession continue de croître à un rythme régulier dans toutes les catégories. Le nombre de diplômés des écoles reconnues officiellement par la profession, à l’issue du respect d’une procédure exigeante, varie peu d’une année à l’autre. Et leur proportion reste stable et minoritaire. La profession de journaliste embauche encore et de façon ouverte.

Évolution de la part des pigistes parmi les journalistes français de 1955 à 2008 (source CCIJP)

Année

Effectif journalistes

% Pigistes

1955

7 000

5,5

1965

9 990

6,2

1975

13 635

9,6

1985

21 749

12,1

1990

26 614

15

1999

31 903

18

2003

35 539

18

2006

37 009

18,7

2008

37 301

18,4

Le nombre de pigistes* s’accroît avec l’augmentation des journalistes. La pige a pris de plus en plus de place dans le métier, ce qui traduit une augmentation de formes de précarité qui fragilisent forcément la position de ceux qui sont sous ce statut, face aux pressions qu’ils peuvent subir, au sein de la rédaction et en dehors. Cependant, il faut constater que depuis 1999, le pourcentage des pigistes connaît une stabilité, comme si un palier avait été atteint dans la précarité.

Salaires mensuels conventionnels bruts de base en Euros (source Syndicat National des Journalistes, SNJ)

Salaires mensuels conventionnels bruts de base en Euros (source Syndicat National des Journalistes, SNJ)

Barèmes paritaires de base/4e trim. 2007

Le journalisme français est traversé par de fortes disparités salariales. Pas seulement entre les statuts différents et selon l’ancienneté, ce qui est le cas de toutes les professions, mais aussi en fonction du média. Il existe des écarts entre Paris et les provinces, entre la presse quotidienne et la presse magazine, entre les supports papiers et la radio. Ces disparités prouvent à l’envie que le métier est en fait éclaté, tant il est vrai que sous un même statut, avec une même carte professionnelle, on peut gagner du simple au double.
Si les femmes sont encore loin de la parité avec les hommes dans ce métier, tant au niveau quantitatif, que des salaires ou des chances d’accès aux postes de responsabilité, la répartition des nouveaux titulaires de la carte professionnelle montre que la métier se féminise progressivement, les femmes étant désormais chaque année un peu plus nombreuses que les hommes à arriver dans le métier.

Répartition hommes femmes lors de premières demandes de cartes entre 2000 et 2008 (source CCIJP)

Années

Hommes

Femmes

2000

1 132

1 048

2003

935

942

2006

909

1 070

2008

1 015

1 147

Arnaud Mercier

1Cet article présente les principaux résultats d’une radiographie de la population des journalistes français au 1er janvier 2000, c’est-à-dire celle des 31 903 journalistes français détenteurs de la carte professionnelle 1999 réalisée grâce au concours de la Commission de la Carte d’Identité des Journalistes Professionnels (CCIJP), (Devillard et al., 2001).

  • 1 Site de la CCIJP [www.ccijp.org].

2La CCIJP1 est un organe professionnel paritaire créé par la loi du 29 mars 1935 portant le statut du journaliste professionnel, qui attribue la carte professionnelle, symbole de l’appartenance des journalistes à ce groupe. Les critères retenus pour l’attribution de cette carte sont, pour l’essentiel, relatifs aux revenus (tirer le principal de ses ressources de son activité journalistique), à l’activité (collaborer à une ou plusieurs rédactions) et au statut des entreprises (agences de presse et assimilées, entreprises de presse et assimilées).

  • 2 Les données présentées ici concernent l’ensemble des journalistes titulaires de la carte de presse (...)

3Si l’obtention de la carte de presse crée symboliquement l’appartenance à un groupe ainsi unifié, celui de journaliste professionnel, cette unité apparente est relativement trompeuse. En effet, l’analyse des différentes données2 qui permettent de construire le profil socio-démographique et professionnel des journalistes fait apparaître des facteurs de différenciation qui s’opposent assez fortement à ce que cette dénomination de « journaliste professionnel » peut avoir d’unificateur. Plusieurs éléments sont des facteurs significatifs de différenciation au sein de la profession : la situation professionnelle, le média d’exercice, la formation...

Des conditions d’exercice de l’activité très variables

4Premier facteur de différenciation entre les journalistes, la situation professionnelle dans l’entreprise définie par le statut, la fonction, la qualification et le revenu mensuel brut, tous éléments qui sont fortement corrélés au média d’exercice.

5Le statut est un élément distinctif important car il divise le groupe entre journalistes pigistes (18,4 % des journalistes en activité) exerçant souvent leur activité dans un cadre précaire (CDD ou rémunération à la copie) et journalistes salariés mensualisés (81,6 %) bénéficiant d’une plus grande stabilité de l’emploi.

6Même si pour une fraction importante, le passage par le statut de pigiste est une situation temporaire, certains journalistes font des « carrières » de pigistes. En effet, plus de 35 % des pigistes ont une ancienneté professionnelle supérieure à dix ans, c’est-à-dire qu’ils n’ont pas pu, ou n’ont pas souhaité, être intégrés dans une entreprise avec un statut stable. Pour les pigistes, l’accès à des positions hiérarchiques intéressantes ou prestigieuses, et aux revenus associés, est pratiquement impossible.

7Atteindre une position hiérarchique d’encadrement, elle-même susceptible d’une évolution tout au long de la carrière, est un autre élément de différenciation : 38 % des salariés ont des responsabilités de gestion d’équipes, mais seulement 3 % des pigistes. Cet accès à des fonctions d’encadrement discrimine aussi fortement les femmes. Les postes dits « base » correspondent, en général, à des activités de terrain et concernent 62 % des salariés mensualisés et 97 % des pigistes.

Répartition de la population des journalistes en fonction du statut – Total, femmes et hommes – 1999

  • 3 Tout nouvel entrant dans la profession relève de la position de « stagiaire » pendant deux ans. Tou (...)

Statut

Effectifs

En %

Femmes (%)

Hommes (%)

Journaliste titulaire

22 644

71

67,1

73,5

Journaliste stagiaire3

1 785

5,6

7

4,7

Directeur

483

1,5

0,6

2,1

Total Journaliste

24 912

78,1

74,7

80,3

Pigiste titulaire

4 863

15,2

17,2

13,9

Pigiste stagiaire

856

2,7

3,4

2,2

Total Pigiste

5 709

17,9

20,6

16,1

Demandeur d’emploi

1 281

4

4,7

3,6

% et effectifs

31 903

100 %

100 %
12 546
(39 %)

100 %
19 447
(61 %)

  • 4 Cf. site [www.snj.fr].

8Les métiers des journalistes, au-delà de la dénomination collective commune, sont très variés, contribuant à l’hétérogénéité des situations professionnelles observables. La typologie de la CCIJP en recense plus de 300 qui ont été ramenées à une trentaine, en conformité avec les typologies classiques de la convention collective et des barèmes de salaires4. La catégorie la plus nombreuse est celle de « rédacteur-reporter » qui représente 45 % des effectifs d’ensemble mais 65,4 % des « journalistes base ». Cette catégorie même est assez floue, ce qui correspond aussi à la polyvalence croissante des journalistes entre desk et terrain. Parmi les fonctions d’encadrement, c’est celle de rédacteur en chef – rédacteur en chef adjoint qui domine, avec 12,5 % des effectifs mais 40 % des « journalistes cadres ».

9Ces métiers variés s’exercent sous des statuts différents. Ceux de dessinateurs, de reporters photographes et de journalistes reporters d’images s’exercent de façon significative, entre 50 % et 35 %, sous le statut de pigiste. D’autres métiers rassemblent une part de pigistes moindre, mais supérieure à la moyenne, entre 29 % (rédacteur-reporter) et 25 % (rédacteur-réviseur). En revanche, les métiers techniques de la mise en page (secrétariat de rédaction, maquette et graphisme) s’exercent majoritairement sous le statut de salarié mensualisé.

La mosaïque des médias d’exercice

10Le média d’exercice est le deuxième facteur de différenciation. En effet, le paysage médiatique français est très diversifié, qu’il s’agisse des supports (presse ou audiovisuel ou télématique), de la périodicité (du pluriquotidien des médias audiovisuels et télématiques à la multitude des périodicités de la presse), des contenus (de la presse spécialisée traitant de tous les sujets imaginables aux radios et télévisions généralistes) ou de la couverture géographique des médias (radios locales, hebdomadaires départementaux, grands quotidiens régionaux ou grands médias nationaux, agences internationales).

11La presse écrite fait travailler l’essentiel des journalistes avec 72,82 %, très loin devant l’audiovisuel (21 % avec 12,4 % pour la télévision et 8,5 % pour la radio) et les agences (6 %).

  • 5 Direction du développement des médias, Tableaux statistiques de la presse. Édition 2001, Documentat (...)

12Ceci correspond de façon assez logique à la structure du marché caractérisé, en particulier, par un très grand nombre d’entreprises de presse et de titres. Les statistiques de la Direction du Développement des Médias5 dénombrent plus de 3 460 titres, dont la plupart sont des périodiques portant sur des sujets très différents, et concernant soit les amateurs, soit les professionnels. Ceci explique que la presse spécialisée fasse travailler environ 33 % de l’ensemble des journalistes. Il faut également noter que c’est en presse spécialisée que l’on trouve les tirages les plus élevés, supérieurs à un million d’exemplaires (presse de télévision et presse féminine).

13On dénombre à peine une centaine de quotidiens, dont une dizaine ayant une couverture nationale. Les quotidiens régionaux ont une diffusion très supérieure à celle des quotidiens nationaux mais aussi des rédactions très nombreuses : ils font travailler plus de 20 % de l’ensemble des journalistes contre seulement 7,5 % pour les quotidiens nationaux.

Pigistes et salariés permanents – Part dans les effectifs des médias (en % de chaque média) – 1999

Pigistes

Salariés mensualisés

Ensemble des journalistes

Agences photographiques

42,7

57,3

0,9

Télévisions régionales

31,7

68,3

5,5

Autres télévisions

30,2

69,8

3,3

Presse spécialisée grand public

26,3

73,7

21,0

Radios nationales

23,6

76,4

3,3

Pigistes et salariés permanents – Part dans les effectifs des médias (en % de chaque média) – 1999

Presse magazine d’information générale

22,8

77,2

5,3

Télévisions nationales

21,9

78,1

3,5

Autres agences

19,1

80,9

2,1

Presse quotidienne nationale

19,6

80,4

7,4

Presse spécialisée technique et professionnelle

17,1

82,9

11,7

Radios locales

16

84

5,3

Presse institutionnelle

14,7

85,3

4,2

Agences mondiales d’information

10,1

89,9

3,1

Presse quotidienne régionale

6,8

93,2

20,1

Presse régionale non quotidienne

6,1

93,9

3,1

Effectif total et en %

5 640
(18,6 %)

24 685
(81,4 %)

30 325
(100 %)

  • 6 Service juridique et technique de l’information et de la communication, Indicateurs statistiques de (...)

14Les entreprises de télévision, en particulier celles susceptibles de faire travailler des équipes importantes de journalistes sont peu nombreuses : il s’agit surtout des cinq grandes chaînes nationales hertziennes (3,5 % des journalistes), de quelques chaînes régionales (en particulier FR 3) ou locales et de quelques chaînes d’information. En radio, la situation est identique. Certes il existe plus de 1 200 stations6 de radio mais 50 % sont des radios associatives et 22 % des radios musicales où l’information est quasi absente. Restent alors surtout les radios du groupe Radio-France, les grandes stations commerciales (RTL, Europe 1 ou RMC) et les grands réseaux nationaux (NRJ) qui emploient 3,3 % des journalistes.

15Tous ces médias n’ont pas les mêmes pratiques de recrutement et de gestion de leurs effectifs. C’est ainsi que la part des pigistes dans les rédactions est très variable en fonction des secteurs médiatiques (Ruellan ; Marchetti, 2001).

16Le groupe des pigistes est sur-représenté dans les agences photographiques, dans les chaînes de télévision, les radios nationales et la presse magazine, généraliste ou spécialisée grand public (45 à 22 % des effectifs).

17Ces secteurs ont une gestion spécifique de leur personnel journaliste. Dans les agences photographiques, les photographes sont rarement salariés permanents. Dans l’audiovisuel et surtout la télévision régionale (31,7 % de pigistes), les pigistes représentent véritablement un volant de main d’œuvre flexible, plus souple à gérer et qui permet de compléter les effectifs sans engager l’entreprise. La presse d’information générale (presse quotidienne, nationale et régionale, et presse magazine) et les agences internationales comptent la plus grande part de salariés mensualisés (81 à 94 %) et un pourcentage significatif de cadres (entre 28 et 34 % des effectifs).

18Les écarts de rémunération accentuent les différences selon les médias. Les quotidiens nationaux, l’audiovisuel national, les grandes agences mondiales et la presse magazine d’information générale proposent à leurs salariés des rémunérations plus élevées.

19Au-delà des éléments de structure de la profession, ce sont les spécificités même de chacun des médias et de chacune des entreprises qui créent des différences entre les journalistes. Ces indicateurs conditionnent fortement la pratique quotidienne de l’activité journalistique, en particulier la culture propre à chaque entreprise et la variété des pratiques de recrutement.

Un groupe original : les titulaires de la carte de presse diplômés des écoles agréées

20Le troisième facteur important de différenciation à l’intérieur du groupe est celui de la formation. Ne font l’objet de cette analyse que les seuls diplômés d’une école professionnelle agréée titulaires de la carte 1999, aucune autre donnée sur la formation des journalistes n’étant disponible dans la base de données de la CCIJP.

21Ces journalistes issus des formations agréées par la Convention collective des journalistes sont nettement plus jeunes (52 % ont entre 26 et 35 ans contre 30,3 % pour l’ensemble). L’observation des lieux de naissance et de résidence montre une présence plus importante de la province : 75,5 % sont nés en région contre 63,9 % pour l’ensemble et 42,3 % travaillent en région contre 39,7 %. Il faut d’ailleurs noter l’existence d’une relation entre les lieux de naissance et la localisation des écoles de formation, dont cinq sur huit reconnues en 1999 sont installées en province.

22Leur situation professionnelle diffère également de celle de l’ensemble des journalistes. Plus jeunes ils sont logiquement plus nombreux à être pigistes (19,6 % contre 18,4 % pour l’ensemble). Mais pour eux, le statut de pigiste (à la pige ou en CDD) n’est qu’une étape dans leur parcours. Très peu de pigistes diplômés des formations agréées (12,5 % contre 40 % pour l’ensemble des journalistes) ont plus de 40 ans.

23L’analyse de la présence des diplômés des écoles agréées par secteurs d’activité permet de mesurer leur place relative dans les effectifs des différents secteurs médiatiques. Ceci permet également d’identifier l’avantage relatif que représente le passage par une formation reconnue pour accéder aux médias considérés comme les plus prestigieux.

24Dans les télévisions régionales, les radios, les agences mondiales, ils représentent plus du quart des effectifs (28,5 à 26 %), soit le double de leur présence moyenne dans l’ensemble de la population active des journalistes (12,2 %). Ils sont également assez fortement représentés dans les télévisions nationales (21,6 %) et les « autres télévisions » (16,9 %) et dans la presse quotidienne nationale (15,7 %) et régionale (13,1 %). Dans les radios locales, les « autres agences » et la presse magazine leur présence correspond à leur part dans l’ensemble du groupe des journalistes. En revanche dans les autres secteurs, presses spécialisées, agences photographiques et presse régionale non quotidienne, leur présence est moindre puisqu’ils ne représentent que 2,5 à 7,3 % des effectifs.

25Le passage par une école agréée semble rendre l’accès aux médias réputés les plus prestigieux (agences, audiovisuel et presse quotidienne) plus aisé. Les journalistes femmes sont effectivement un peu plus nombreuses (12,7 %) que les hommes (11,4 %) à être passées par une école reconnue et ce phénomène s’accentue : les effectifs des écoles ont tendance à se féminiser. Et quand elles sont issues d’une école professionnelle agréée, elles sont proportionnellement plus nombreuses dans l’audiovisuel et dans les grands médias nationaux ou régionaux d’information générale. Le passage par une école de journalisme agréée par la profession représente un avantage réel pour les femmes journalistes en termes de carrière.

Journalistes diplômés des écoles agréées titulaires de la carte 1999 – Présence dans les effectifs des médias (en % de l’ensemble des actifs)

Diplômés des écoles agréées % de l’ensemble des actifs du média

En % de l’ensemble des journalistes

Télévisions régionales

28,5

5,5

Radios nationales

26,1

3,3

Agences mondiales d’information

26

3,1

Télévisions nationales

21,6

3,5

Autres télévisions

16,9

3,3

Presse quotidienne nationale

15,7

7,4

Internet

15,2

0,2

Journalistes diplômés des écoles agréées titulaires de la carte 1999 – Présence dans les effectifs des médias (en % de l’ensemble des actifs)

Presse quotidienne régionale

13,1

20,1

Radios locales

12,2

5,3

Autres agences

11,8

2,1

Presse magazine d’information générale

10,4

5,3

Presse institutionnelle

7,3

4,2

Presse spécialisée technique et professionnelle

6

11,7

Presse spécialisée grand public

5,8

21

Presse régionale non quotidienne

4

3,1

Agences photographiques

2,5

0,9

Rappel effectif total et en %

3 810
12,2 %

30 619
100 %

26Les journalistes diplômés des écoles agréées occupent donc, en général des positions apparemment plus favorables que la moyenne des journalistes. Cela se traduit bien sûr par des éléments matériels mesurables (accès à des positions cadres plus facile, revenus plus élevés) mais aussi des éléments symboliques, à savoir l’accès aux médias qui occupent le haut d’une hiérarchie implicite dont les critères d’organisation seraient d’une part la visibilité nationale ou internationale et d’autre part la proximité au monde politique.

27Cette analyse des données statistiques de la CCIJP confirme donc l’hétérogénéité de la profession, qui apparaît relativement éclatée et moins unie qu’on ne le croit. Cependant, l’analyse statistique n’offre qu’une photographie globale de la profession, mais les situations individuelles sont loin d’être aussi « prédéterminées » que ce qu’elle suggère car ces positions individuelles s’expliquent aussi par les dimensions subjectives qui ont présidé, pour chaque journaliste, au choix de cette profession et à la façon dont, ensuite, cette carrière et ses conditions d’exercice sont perçues et gérées.

Bibliographie

Références bibliographiques

Devillard, V., Lafosse, M.-F., Leteinturier, C., Rieffel, R., Les Journalistes français à l’aube de l’an 2000. Profils et parcours, ed. Panthéon-Assas, LGDJ, 2001.

Ruellan, D., Marchetti, D., Devenir journalistes. Sociologie de l’entrée sur le marché du travail, Documentation française, 2001.

Notes

1 Site de la CCIJP [www.ccijp.org].

2 Les données présentées ici concernent l’ensemble des journalistes titulaires de la carte de presse 1999, ce qui ne recouvre pas totalement l’ensemble de ceux qui exercent des fonctions journalistiques.

3 Tout nouvel entrant dans la profession relève de la position de « stagiaire » pendant deux ans. Toutefois les diplômés des écoles reconnues ne sont stagiaires qu’un an et certaines spécialisations techniques (photographe par exemple ou JRI) permettent l’accès direct à la position de titulaire.

4 Cf. site [www.snj.fr].

5 Direction du développement des médias, Tableaux statistiques de la presse. Édition 2001, Documentation française, 2001.

6 Service juridique et technique de l’information et de la communication, Indicateurs statistiques de la radio, 1999.

Table des illustrations

Titre Salaires mensuels conventionnels bruts de base en Euros (source Syndicat National des Journalistes, SNJ)
Légende Barèmes paritaires de base/4e trim. 2007
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/13911/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 76k

Auteur

Maître de conférences en sciences de l’information et de la communication, à l’Université Paris II et Directrice adjointe de l’Institut Français de Presse.

© CNRS Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search