Versione classicaVersione mobile

Le journalisme

 | 
Arnaud Mercier

Journalistes, une si fragile victoire…

Dominique Wolton

Nota dell’editore

Reprise du no 35 de la revue Hermès, Les journalistes ont-ils encore du pouvoir ?, 2003

Testo integrale

1Les journalistes sont apparemment les grands vainqueurs de ce demi-siècle. Et ce pour quatre raisons liées aux valeurs, à la technique, à l’économie et à la culture.

2Pour les valeurs, le changement est considérable, même si on l’oublie trop souvent. Dans l’affrontement Est-Ouest, les valeurs de liberté et démocratie l’ont emporté. La liberté de la presse est devenue l’horizon de la communauté internationale, et même si elle n’est pas toujours respectée, loin s’en faut, la valeur en est acceptée. Ce sont les régimes autoritaires et dictatoriaux qui doivent maintenant se justifier. Presque partout, au prix parfois de leur vie, les journalistes travaillent dans le monde.

3La deuxième victoire, après celle des idées, est celle des techniques. Les satellites, la radio, la télévision et Internet permettent maintenant de produire et d’envoyer des informations, presque en temps réel, de n’importe quel coin du monde. Impensable il y a encore trente ans. Le village global, pour l’information-presse, est devenu une réalité. La mondialisation de l’information, surtout pour les pays du Nord, est l’un des changements les plus spectaculaires des trente dernières années.

4La troisième rupture est économique. Les industries de l’information et de la communication sont en pleine expansion au plan mondial. Les quatre plus grandes multinationales ne sont-elles pas les industries de la communication dans lesquelles on trouve à la fois des journaux, des radios, des télévisions, des maisons d’édition, du cinéma, de la musique, des logiciels ? Dans toutes ces industries, la presse joue un rôle certain et les emplois existent. Le nombre de journalistes dans le monde, et particulièrement dans les pays occidentaux, a presque triplé en deux générations. Cela ne veut pas dire que le métier s’exerce facilement, car les pressions sont proportionnelles à l’élargissement du champ* de l’information et aux concentrations, fusions et restructurations de plus en plus nombreuses, mais cela veut dire au moins que c’est un secteur dynamique qui permet d’absorber – ce qui a toujours été sa force – des individus venant d’horizons différents.

5Enfin, quatrième victoire d’ordre culturel. Les journalistes sont un peu les héros des temps modernes, en tout cas fortement identifiés et valorisés par rapport aux hommes politiques, entrepreneurs, enseignants… Ils sont omniprésents dans la vie publique, culturelle et politique. Tout accès à la communication passe par eux, ce qui leur confère un pouvoir réel. D’autant que l’idée de liberté, de contre-pouvoir, d’information, est au cœur de la culture contemporaine et les journalistes en sont le symbole.

6Néanmoins, toutes ces victoires posent de redoutables défis à une profession inévitablement fragile, parce que composée d’individus. D’autant que les journalistes travaillent sur l’information, qui n’est jamais une donnée naturelle, mais une donnée construite par des hommes, à destination d’autres hommes, et dont personne ne sait jamais comment elle est reçue. Les journalistes ont donc apparemment du pouvoir, ils en ont d’ailleurs, mais leur action est beaucoup plus difficile qu’ils ne le croient, ou même le disent. Et surtout, leur légitimité* s’effrite presque proportionnellement à leur visibilité. L’un des risques est de confondre la visibilité, et parfois le prestige dont ils sont l’objet, avec la réalité de leur métier.

7En réalité, la profession est confrontée à cinq défis qui sont autant liés à la victoire d’une certaine conception de l’information qu’aux contradictions d’une profession qui, pour l’instant, a surfé sur les mutations qui lui ont été favorables, plutôt qu’elle n’a essayé de les maîtriser.

Informer n’est plus communiquer

8Hier, les deux étaient synonymes. Les techniques de production, diffusion, réception de l’information étaient si contraignantes que toute information était reçue, et la plupart du temps acceptée par les publics. À cette difficulté technique, s’ajoutait la rareté de l’information. Aujourd’hui, c’est l’inverse. Grâce à la technique, un nombre considérable d’informations circulent dans tous les sens. Cela rompt la chaîne traditionnelle émetteur-message-récepteur qui fonde la communication. Les journalistes sont beaucoup moins certains qu’hier, dans un univers saturé d’informations, que les leurs seront acceptées.

9Il n’y a plus de lien direct entre information et communication, et entre les deux, le récepteur est de plus en plus actif. La communication n’est plus naturelle, il faut la construire. Or les journalistes, dans leur vision du monde, avaient tendance à valoriser la problématique de l’information et à dévaloriser celle de la communication, réduite le plus souvent au commerce, au marketing ou à la publicité. L’information était noble, la communication douteuse. Aujourd’hui, non seulement il n’y a pas d’information possible, quel que soit le support, sans une stratégie de communication, mais de plus le problème de la communication, c’est-à-dire des conditions d’acceptation par les publics, devient crucial, par le simple fait de l’élargissement du champ de l’information. Plus il y a d’informations sur des sujets mondiaux, liées à de multiples cultures, accessibles sur de multiples supports, plus la question de leur acceptation par les publics, eux-mêmes de plus en plus nombreux, est importante.

10C’est la victoire même de l’information qui remet la question de la communication au centre du rapport information-communication.

11La vitesse de circulation pose aussi un problème nouveau. La vitesse de production de l’information et son volume croissant laissent entière la question de la compréhension du monde. L’information ne suffit pas à « dissoudre » la complexité du monde. C’est pourquoi les journalistes doivent absolument compléter leur travail, en faisant appel aux autres professions : universitaires, spécialistes, experts, qui peuvent compléter la logique de l’information par celle de la connaissance. Les connaissances sont aujourd’hui le complément indispensable de l’information, à condition que chacun reste à sa place. Les journalistes doivent rendre compréhensibles les événements d’un monde compliqué et instable. Les universitaires et les spécialistes doivent fournir les clés de la connaissance et de la culture pour essayer d’interpréter ces informations. Les connaissances, avec leur épaisseur historique, permettent en général de donner une certaine perspective à la logique événementielle.

L’emprise de l’économie

12Globalement, le secteur de l’information et de la communication est en pleine expansion économique, mais davantage du côté des possibilités offertes par les systèmes d’information liés aux nouvelles technologies et aux réseaux à haut débit, que du côté des médias traditionnels. Si la radio peut être lucrative, la télévision l’est moins, la presse quotidienne très peu, la presse magazine et spécialisée beaucoup plus. Autrement dit, c’est à la fois un secteur dans lequel il y a beaucoup d’argent en circulation et où l’économie stricte de l’information-presse reste fragile. Difficile pour les journalistes de se repérer dans ce gigantesque malstrom économique. Ils en bénéficient souvent, sur le plan professionnel, même si les conditions d’emplois restent précaires, et même si le milieu perçoit, confusément, ce glissement de logique où l’économie s’impose de plus en plus, modifiant le cœur du métier.

13Le décalage entre la forte culture politique des journalistes, et leur faible culture économique – nécessaire pour préserver leur place et leur autonomie, dans un secteur en pleine restructuration – est accentué par ce changement de statut de l’information dont on ne parle pas assez. Il y a d’une part une réalité de l’information devenue une marchandise dans une économie généralisée de la société de l’information, et d’autre part la subsistance d’un discours classique et important sur la liberté de la presse. Comme si le changement de statut de l’information, dans l’économie, n’avait pas d’impact sur la conception de l’information-presse, ou comme si on pouvait réduire cette question de l’information, devenue marchandise, à la problématique classique de la liberté politique de l’information.

14Hier, l’information était avant tout une valeur politique, et elle était finalement vendue à un prix relativement modeste. Aujourd’hui, c’est l’inverse. L’information est abondante, mais vendue de plus en plus cher aux publics destinataires de plus en plus ciblés, car on est passé d’une conception politique à une conception économique de l’information. Il y a d’ailleurs un paradoxe. Soit l’information est de plus en plus chère, soit elle est gratuite, avec l’essor de la presse gratuite. Ce qui, dans les deux cas, illustre le changement du cadre de référence. La presse écrite est confrontée, à la gratuité, et à l’opposé, pour les systèmes d’information, on voit une segmentation des marchés et la montée des prix. Il y a d’une part une économie de l’information qui se met en place au plan mondial, et qui tend à faire payer de plus en plus cher toutes les informations rares ou utiles, et il y a d’autre part, sous couvert de « démocratie » – en réalité d’économie de la publicité – la tendance à développer des journaux gratuits.

15Dans les deux cas, c’est le même phénomène. C’est le concept d’information politique liée à une bataille d’émancipation qui est battu en brèche. L’information payante ramène à l’idée du lien qui existe depuis toujours entre information et pouvoir. L’information gratuite à la dévalorisation du concept même d’information citoyenne. Il y a donc banalisation et changement de statut de l’information.

Valoriser le statut de l’information-presse

16Le changement de statut de l’information va obliger les journalistes à définir les critères déontologiques qui permettent de valider une information-presse. Si tout le monde peut mettre n’importe quoi sur Internet et y accéder, il faut bien que le public puisse distinguer rapidement l’information labellisée par des professionnels (les journalistes de l’information), de celle produite et distribuée par tous ceux qui ont un accès à Internet.

17Labelliser l’information-presse par rapport à toutes les autres informations est un impératif catégorique. À côté de l’information-presse, on trouve l’information-service en pleine expansion dans le monde entier, et qui est probablement le principal atout des nouvelles technologies ; l’information-institutionnelle, très bien gérée par les acteurs économiques et politiques qui ont compris la nécessité d’être présents dans l’espace public ; l’information-connaissance, liée à toutes les bases de données et aux systèmes d’information professionnels qui vont croître, au fur et à mesure des échanges et de la croissance d’une économie de la connaissance au niveau mondial.

18Aujourd’hui, tout est information, dans la « société de l’information », mais on comprend vite qu’il ne s’agit pas de la même information selon que l’on parle de la bourse, de l’économie, des services, du savoir, de la culture, de la politique !

19Non seulement il faut préserver une information universelle, bon marché, liée au statut de citoyen, mais il faut, en plus, que ces mêmes citoyens distinguent facilement les informations validées par les professionnels de la presse que sont les journalistes de toutes les autres informations produites par les acteurs de la société où la dimension de conviction, ou d’intérêt, l’emporte sur la déontologie de l’information-presse. Le problème pour les journalistes est de redéfinir, et de défendre suffisamment nettement des critères de distinction pour protéger l’information la plus fragile, celle qui est liée au statut de la presse.

20Pour défendre le statut de l’information-presse, les journalistes doivent s’allier avec les archivistes et documentalistes qui, dans l’économie de l’information, jouent un rôle considérable. Sans eux, les journalistes ne peuvent plus faire leur travail, tant ils sont submergés par le volume de l’information. Le pôle journaliste-documentaliste pourra plus facilement distinguer les autres types d’information, notamment tout ce qui concerne le publi-reportage et les multiples formes d’informations institutionnelles.

21Ce travail sur les différents types d’information obligera aussi les journalistes, et leur organisation syndicale, à augmenter les liens avec le milieu universitaire au sens large. Les uns et les autres regardent la même réalité, mais différemment. Et plus il y a d’informations et de connaissances de toute nature, plus les journalistes ont besoin des repères, et de la connaissance universitaire. À condition que chacun reste bien à sa place et que les journalistes, par exemple, à partir d’un certain degré de notoriété, ne croient pas tout savoir. Cette tendance est évidemment plus forte pour « l’élite journalistique » que pour les autres, cependant, c’est la pointe visible de l’iceberg. Logique de l’information et logique de la connaissance sont complémentaires pour essayer de rendre compte d’un monde dont les frontières ne cessent de s’élargir, où les événements politiques sont de plus en plus nombreux, ainsi que les acteurs et les institutions intervenant sur ce même monde.

22À vrai dire, face à l’explosion de l’information, et de son marché, la préservation du statut de l’information-presse comme enjeu politique de la démocratie passe par la constitution d’une sorte de triangle : journaliste-documentaliste-universitaire.

L’émergence du récepteur et la diversité culturelle

23Plus il y a d’information, plus le rôle du récepteur devient central, car contrairement à ce que l’on a longtemps cru, et qui a été invalidé par les faits, le récepteur n’est jamais passif. Il sélectionne, trie, hiérarchise, accepte, refuse, et plus il est exposé à un flux croissant d’information, plus il se tiendra à distance. Les journalistes ne doivent pas écrire en fonction des publics, mais ils ne peuvent non plus ignorer la capacité active que ceux-ci ont d’accepter ou de refuser l’information.

24Le public d’aujourd’hui, plus éduqué et informé, est donc plus critique à l’égard de l’information et des journalistes. Ce qui va obliger beaucoup plus les journalistes à tenir compte de la diversité culturelle des récepteurs. C’est un des plus gros enjeux politiques de la mondialisation de l’information. L’information bâtie sur un modèle occidental est aujourd’hui distribuée dans le monde entier, de manière identique, sans tenir compte des diversités culturelles. Comme si tout le monde avait la même conception de l’information. Comme si tout le monde avait la même conception de la liberté, du rapport au pouvoir, de la hiérarchie, du droit de critique. Il suffit déjà de se rendre compte des différentes conceptions de l’information existant au sein de l’Europe et entre celle-ci et les États-Unis ! L’Occident, un peu arrogant, s’imagine qu’il détient, pour le monde entier, la vérité de ce qu’est l’information, et la liberté de l’information, tout simplement parce que c’est en Europe que ces concepts essentiels ont été inventés entre le xviiie et le xixe siècles et que l’Europe les a exportés dans le monde entier. Parfois pour de bonnes raisons, parfois pour de moins bonnes… Le modèle occidental de l’information est contesté. Il faudra demain organiser une cohabitation entre plusieurs valeurs de l’information, de telle sorte que l’information occidentale, aujourd’hui la plus libre, et la plus pluraliste, ne fasse pas l’objet d’un rejet, le Sud n’y voyant que la trace d’un impérialisme culturel. Les techniques d’information sont mondiales, l’information n’est pas mondiale, le citoyen n’est pas mondial. C’est cette contradiction qu’il faut maintenant gérer. En sachant qu’en trente ans, partout dans le monde, la culture de l’information s’est considérablement développée. C’est d’ailleurs le bénéfice de cette liberté croissante de l’information, mais la conséquence doit en être une attention, beaucoup plus forte, aux diversités culturelles. Or, l’Occident a tendance à confondre le fait que ses informations sont de plus en plus accessibles dans le monde, avec le fait que le monde partage sa conception de l’information… Là aussi, il va falloir faire l’apprentissage de la diversité culturelle. Pas de liberté de l’information demain sans une réflexion sur la diversité culturelle.

25La dimension universelle de l’information et du travail journalistique passe aujourd’hui par l’acceptation d’un relativisme historique pour permettre aux autres cultures d’appréhender cette information occidentale, en général la plus libre, sans la rejeter. L’universalisme de l’information occidentale passe par un relativisme historique pour ne pas être l’objet d’un rejet. Non que l’Occident doive abandonner sa philosophie de la liberté et de l’information, mais qu’il évite de croire qu’elle est « naturellement » meilleure. Et qu’il fasse un effort pour comprendre d’autres systèmes de valeurs, afin que s’établisse ainsi un dialogue interculturel favorable à tous.

26Le paradoxe est que les journalistes, pour faire leur travail, ont besoin d’une certaine « inconscience », et ne pas trop prendre en compte les autres visions du monde qui concurrencent la leur et leur travail. Mais ils vont y être obligés par les réactions de méfiance qu’ils vont rencontrer.

27Les journalistes sont sur le fil du rasoir : obéir à leur conception de l’information ; rester indépendants ; faire honnêtement leur travail ; tenir compte de la diversité culturelle, sans s’y soumettre.

La grandeur du métier de journaliste

28Plus il y a de professionnels de l’information, plus il faut spécifier le métier de journaliste qui, à partir des événements, construit des informations à destination du public, le plus large possible. Car la légitimité du journaliste tient au lien très fort qui existe, entre son métier, et la démocratie de masse. C’est par rapport à une certaine éthique de l’information, et avec la possibilité d’intervenir sur tous les aspects de la réalité, qu’existe ce métier, aussi fragile que la liberté de la presse. Et son pouvoir ne vient, en définitive, que de la confiance accordée par le public. Si l’objectivité est depuis toujours impossible, l’honnêteté par contre reste un idéal à privilégier. Et de plus en plus.

29Caractériser le métier, c’est aussi distinguer les différents types d’activités liées à l’information et à la presse. Et surtout oser rappeler que « l’élite journalistique » que l’on rencontre dans chaque pays ne correspond qu’à une partie de la profession. C’est cette élite qui est le plus souvent rejetée, car les citoyens y voient une collusion avec toutes les autorités, une certaine arrogance et sûreté de soi, finalement contradictoires avec un métier où la modestie est sans doute la valeur la plus importante à défendre. Car le journaliste voit, souvent, en premier, l’irrationalité du monde et de l’Histoire. Et les publics, de plus en plus attentifs à cette réalité, supportent mal de voir le comportement de plus en plus content de lui de cette minorité de journalistes qui confondent le fait de « voir » les grands de ce monde, avec le fait d’en faire partie. La proximité des décideurs de tous ordres devrait les rendre de plus en plus modestes. On assiste au contraire au mouvement inverse depuis trente ans. Les publics voient ce processus et le supportent de moins en moins. Rappeler que l’écrasante majorité des journalistes n’a pas de rapport avec ce petit milieu dirigeant de chaque pays aurait un effet positif. Là-aussi, chacun à sa place.

30Pourquoi les journalistes ne se distinguent-ils pas de ceux devenus souvent la caricature du métier en en devenant l’élite ? Les journalistes d’agence, par exemple, si essentiels à la production de toute l’information mondiale, n’ont rien à voir avec la médiatisation de cette élite, ni la plupart du temps, les journalistes correspondants à l’étranger. Le rappeler permet de montrer les multiples facettes d’un métier à la fois en expansion, et fragile.

31De même, faudrait-il que les journalistes, en Occident, desserrent l’étau des sondages. Pas un jour, dans la presse, sans un sondage. Comme s’il n’y avait que l’information quantitative. Mais les journalistes, en privilégiant à l’excès les sondages, réduisent leur travail d’enquête, leur liberté d’esprit critique et confortent le sentiment qu’un individu, ou une rédaction, ne peuvent avoir raison, contre une information quantifiée. C’est toute la dimension qualitative du métier qui est en cause dans le glissement d’une activité journalistique qui, en dehors de la stricte couverture des événements, se réduit de plus en plus à un commentaire des sondages.

32En réalité, la mondialisation de l’information va obliger les journalistes du Nord à une certaine réserve, car les confrères du Sud, et avec eux tous ceux qui accèdent de plus en plus aux informations, réalisent que la liberté de l’information n’est pas si naturellement garantie au Nord. Certes, il y a moins de dictateurs, mais les liens entre l’économie, la politique, les finances et les enjeux économiques du secteur de l’information sont tels que les journalistes du Nord doivent devenir plus modestes. Ils n’ont pas, sur leur propre secteur, la rigueur d’investigation* qu’ils affichent par ailleurs pour d’autres secteurs d’activités.

33Le résultat favorable de la mondialisation de l’information est d’obliger à diversifier les rôles et comportements des journalistes, et à retrouver une certaine retenue qui, finalement, ramène le travail du journaliste sur l’enquête, qui est le centre de son métier. Mais cela passe par un effort sérieux de formation. À la fois pour mieux comprendre les enjeux de la mondialisation de l’information, les réalités et contradictions des sociétés occidentales et pour s’ouvrir aux autres sociétés et cultures. Le journaliste n’est ni un justicier, ni un compagnon du pouvoir, ni un politique, ni un universitaire en culotte courte.

34Pour ma part, cela fait des années qu’à la fois je défends ce métier, indispensable à la démocratie, j’en rappelle sa fragilité, au-delà de son apparente victoire, et réfléchis aux moyens d’en renforcer le statut et les liens, avec des professions dont les valeurs sont proches. J’en ai parlé dans de nombreux livres, L’information demain. De la presse écrite aux nouveaux métiers (1979) ; La folle du logis (1983) ; Terrorisme à la une : médias, terrorisme et démocratie (1987) ; War Game, L’information et la guerre (1991) ; La dernière utopie. Naissance de l’Europe démocratique (1993) ; Penser la communication (1997) ; Internet et après. Une théorie critique des nouveaux médias (1999). Sauver la communication (2005).

35Dans un monde saturé d’informations, de rumeurs et de mensonges, le rôle du journaliste, visant à déchiffrer le monde et les événements pour essayer de les expliquer au plus grand nombre, est fondamental. Entre l’action et la connaissance, leur métier, centré sur une information validée par eux, est déterminant. Cette fonction de médiateur est encore plus importante aujourd’hui qu’hier car l’espace de la communication est plus vaste, et les enjeux de paix et de guerre, liés aux incompréhensions et mensonges, encore plus nombreux.

36C’est en distinguant plus nettement les trois logiques fondamentales, de l’information, de la connaissance, et de l’action que l’on peut aussi contribuer à défendre et refonder le métier de journaliste, si indispensable à la démocratie. Le comble serait que, au moment où les valeurs de la démocratie n’ont finalement jamais été autant présentes dans le monde, l’un des métiers qui en est le symbole, sans en être le seul, se voie progressivement délégitimé.

37Au-delà des performances techniques, des mirages ou des réalités de l’économie de l’information, l’essentiel reste bien ce lien entre information et journalisme. L’information n’existe jamais en soi ; elle est toujours le résultat d’une construction, discutable, par des hommes qui, tel Fabrice à Waterloo, voyant le spectacle fou du monde, essayent de le comprendre pour l’expliquer à d’autres hommes, innombrables, et invisibles. C’est cette chaîne, finalement fragile, entre les événements, l’information et les journalistes qui fait l’intérêt de ce métier. Sa grandeur ? Les valeurs qu’il incarne et qui permettent, comme pour la démocratie, d’en critiquer les erreurs, ou les dérives, au nom même des valeurs qui le portent, pour l’améliorer. Les journalistes, avec quelques autres, sont les fantassins de la démocratie.

© CNRS Éditions, 2009

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540

Cerca su OpenEdition Search

Sarai reindirizzato su OpenEdition Search