Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le journalisme

 | 
Arnaud Mercier

Présentation générale

Regard sociologique sur le métier et regard critique sur ses pratiques

Arnaud Mercier

Note de l’éditeur

Les termes repris dans le glossaire sont suivis d’une*.
Les textes qui suivent ont été retravaillés pour des raisons éditoriales.

Texte intégral

Cet ouvrage a bénéficié des précieux conseils d’un des meilleurs spécialistes de ces questions, François Heinderyckx, qu’il soit ici remercié.

  • 2 voir Mathien, M., « Les journalistes et le pacte républicain. Les fondements historiques de la prof (...)

1L’étude du journalisme implique deux approches complémentaires, qui cadrent parfaitement avec le projet éditorial de la revue Hermès. L’une s’apparente à une sociologie de la profession, traquant ses évolutions, ses pratiques, son identité, son histoire2 ; l’autre concerne l’analyse qui peut être faite des logiques sociales et professionnelles à même d’expliquer la production journalistique, d’aider à décrire, analyser et critiquer les informations diffusées par les médias. On a donc un regard compréhensif sur le métier de journaliste qui fait face à un regard critique sur certaines pratiques journalistiques. On retrouve la première approche dans tout le no 35 d’Hermès (2003), entièrement consacré à l’analyse de la profession de journaliste, dirigé par un des meilleurs spécialistes français de la question, Jean-Marie Charon (Charon, 2007), et par moi-même. Ce dossier présente les principaux résultats de l’enquête décennale sur la carte professionnelle des journalistes, souligne les principales évolutions (féminisation, éclatement des supports et des missions, précarisation, perte de prestige social), établit des comparaisons utiles avec d’autres pays (Belgique, Grande-Bretagne, Canada) mais aussi avec d’autres « professions intellectuelles » (documentalistes, universitaires, avocats).

2La seconde approche se retrouve disséminée dans de nombreux numéros, tant il est vrai que la question de la médiatisation est toujours une clé de lecture des faits étudiés dans Hermès, que ce soit pour analyser la dérision (P. Lefébure, Hermès no 29, 2001), les rituels cathodiques et politiques (D. Dayan, Hermès, no 4, 1989, M. Abélès, no 8-9, 1991, J. Bourdon, no 11-12, 1993), la guerre (D. Hallin, no 13-14, 1994), la science (de Cheveigné, no 21, 1997), ou encore l’économie (G. Leblanc, no 44, 2006).

3La sélection que nous proposons ici rend compte des deux approches, et offre un panorama large et complet de ce que le regard empirique* peut nous aider à comprendre de l’information journalistique pour nourrir une indispensable analyse critique des pratiques d’information. En effet, compte tenu du rôle éminent que jouent les médias dans les développements contemporains de l’espace public, les journalistes ne peuvent opérer sans s’abstraire d’un esprit de responsabilité et sans se soumettre à la critique, savante comme populaire.

4La revue Hermès a toujours su développer ce regard critique empreint d’un esprit compréhensif, loin des discours de dénonciation et d’une sociologie critique qui fait la part belle aux théories du complot et de la connivence généralisée. Si l’analyse détaillée de la production journalistique permet de mettre en évidence des biais dans le traitement de l’information, elle gagne peu de chose à postuler qu’ils sont le fruit d’une intention maligne des journalistes. Écartons également l’hypothèse d’un manque de formation intellectuelle. Les journalistes sont très – et de plus en plus – diplômés.

5Il apparaît donc plus fécond et plus pertinent de voir dans les dérives constatées les conséquences du fonctionnement du système de production de l’information. Les contraintes dans lesquelles les journalistes évoluent les mettent régulièrement à la faute. Comme le souligne Patrick Charaudeau, l’information offerte est le produit « d’une machine à informer complexe et incontrôlable » où la maîtrise du journaliste individuel fait défaut par rapport à la machinerie collective : « L’événement à l’état brut subit une série de transformations-constructions depuis son surgissement. Qu’il soit – au mieux – perçu directement par des journalistes ou qu’il soit rapporté par des intermédiaires, il fait l’objet d’une interprétation, puis il entre dans la machine à informer, passe par une série de filtres constructeurs de sens, et le récit qui en résulte, ainsi que son commentaire échappent à l’intentionnalité de son auteur » (Charaudeau, 2005).

Des journalistes dominés par des logiques sociales supérieures

6Les journalistes sont depuis longtemps l’objet de vives critiques. Dans une perspective, souvent marxiste, de nombreux auteurs ont cherché à pointer leur rôle de soutien implicite ou explicite au système politique capitaliste. George Gerbner considérait le système des médias de masse comme le reflet de la structure des relations sociales et de l’état du développement industriel. Le développement des médias de masse étant étroitement lié à l’émergence du capitalisme, les médias ne pourraient être que l’arme culturelle de l’ordre industriel capitaliste. Cohen et Young affirmaient que les médias grand public tendent à présenter une vision conservatrice des problèmes sociaux, incapables qu’ils sont de se dégager de la vision du monde dominante chez leur public (Cohen ; Young, 1973). Les travaux du Glasgow University Media Group considèrent les médias modernes comme une « consciousness industry » qui favorise le maintien du statu quo social (Glasgow University Media Group, 1980). Plus récemment, Pierre Bourdieu, dans son pamphlet, dénonça « l’emprise du journalisme ». Les journalistes, de « plus en plus soumis aux exigences du marché », arriveraient à imposer aux autres groupes sociaux un mode d’expression et de présentation favorisant les logiques du marché ou de la démagogie, et qui serait devenu le modèle dominant de la prise de parole dans l’espace public (Bourdieu, 1996).

7Tous ces discours savants se retrouvent aujourd’hui encore dans les perceptions ordinaires du journalisme. On reproche pêle-mêle à cette profession d’être encore sujette à des pressions politiques, d’entretenir avec les puissants des relations de dépendance, voire de collusion, de distordre assez souvent les faits, par excès de sensationnalisme ou de précipitation, etc. L’enquête annuelle par sondage publiée en janvier dans la presse française en témoigne, année après année.

8Face à cette vision, d’autres auteurs cherchent à nuancer et à complexifier. Greg Philo et Peter Beharrell ont étudié les représentations médiatiques des syndicats britanniques et ont conclu que les mécanismes de distorsions n’étaient pas si simples et si idéologiquement déterminés. Et ils pointent avec force que : « les médias sont trop complexes et le personnel trop varié pour qu’il existe un complot de la droite ou une manipulation délibérée qui tienne debout en tant que théorie globale sur le fonctionnement des médias » (Beharrell ; Philo, 1997).

Des journalistes en proie aux influences de leurs interlocuteurs

  • 3 Lavigne, A., « L’omniprésence des relationnistes. Des relations de presse stratégiques aux pratique (...)

9Le marketing et la communication publique se sont développés pour s’adapter aux logiques de la médiatisation, en élaborant des communiqués ou dossiers de presse calibrés, souvent rédigés par d’anciens journalistes, en fabriquant de toutes pièces un événement ou un personnage médiatique. Le but est de canaliser l’activité des journalistes, afin de les utiliser pour promouvoir l’image de groupes, d’institutions, de personnes, ou d’infléchir la perception d’un problème. Il s’agit pour ces services de convaincre les journalistes que ce qu’ils cherchent à faire savoir représente une « vraie » information. Le vrai défi auquel les journalistes doivent en effet faire face et celui de la professionnalisation et de la généralisation des métiers de la communication, des « relationnistes » disent les Québécois, qui donnent aux acteurs sociaux de plus grandes possibilités de contrôler le message qu’ils souhaitent faire passer, en livrant aux journalistes des produits clés en main, véritable « information-publicité » qui abolit la frontière traditionnelle entre la restitution critique de faits (le métier de journaliste) et la publicité et la propagande (intentions de ceux qui ont besoin des journalistes pour diffuser un message), comme le souligne Alain Lavigne3.

  • 4 Traduction française (Réseaux, no 1, 1992, p. 75-99).

10Les processus de routinatisation du travail journalistique lors de la fabrication de l’information, sont aussi désignés comme à même de produire des clichés. Gaye Tuchman (Tuchman, 1978) a pu pointer que l’un des effets pervers du peu de temps donné pour la recherche d’informations est de pousser les journalistes à s’associer avec les hauts fonctionnaires ou élus qui détiennent l’information, ce qui contribue à leur faire partager le point de vue des élites avec lesquelles ils collaborent. Le processus est à ce point développé que Philip Schlesinger, dans un célèbre article sur les « limites du médiacentrisme », aboutissait à la conclusion de la nécessité de « repenser la sociologie du journalisme »4.

11Constatant que les journalistes sont dans une situation de plus ou moins grande dépendance aux sources, il proposait de penser la sociologie de la production journalistique à partir d’une analyse du réseau d’interaction que les journalistes constituent avec leurs sources habituelles. Pour François Heinderyckx, le « journalisme passif », résultat du déficit de temps qui enferme les journalistes dans des cycles de production trop courts pour approfondir un dossier, est un facteur décisif de compréhension des limites dans la qualité de l’information diffusée. « Le journaliste, lui-même malin-formé, est fragilisé dans son rôle d’observateur critique et se voit entraîné, malgré lui, dans une passivité qui ne sied pas du tout à son métier » (Heinderyckx, 2003, p. 69).

12Le célèbre journaliste américain et enseignant, Philip Meyer, n’hésite pas à admettre dans un entretien accordé au Monde 2 (29/10/2005), que « en journalisme, il faut prendre des décisions si rapides que les règles sont faibles et les exceptions sont fortes ! »

  • 5 Extrait de Duroy, A., « Les liaisons dangereuses du journalisme et de la politique », in Hermès no  (...)

La connivence politico-médiatique5
Certaines particularités dommageables du journalisme français en matière politique sont connues de longue date. Elles ne sont d’ailleurs pas toutes propres au traitement de ce secteur d’actualité. La couverture de tout domaine d’activité implique la fréquentation assidue de ses acteurs. Des liens personnels se tissent ; des sympathies se forgent. Le manque de distanciation entraîne au mieux une forme de myopie ; au pis, une connivence ; parfois une complicité. Ce travers est plus accentué qu’ailleurs dans le champ* politique. Par obligation, hommes et femmes politiques savent séduire. Les journalistes ne sont pas insensibles à cette séduction, d’autant que leur recrutement n’échappe pas à l’endogamie. Il y a une évidente consanguinité entre les politiques et ceux qui sont chargés de les observer. Ils sont fréquemment issus des mêmes milieux, et souvent des mêmes écoles. Ils partagent la même culture, les mêmes codes, les mêmes références. Par goût autant que par obligation, ils fréquentent les mêmes lieux. Souvent, hors des studios, ils se tutoient. Il peut même arriver que certains journalistes imaginent influencer le cours des événements et rêvent de jouer les éminences grises, passant alors de l’autre côté du miroir… Les effets pervers de cette grande proximité sont accrus par une tradition de déférence à l’égard de tous ceux qui occupent une fonction publique. Cette déférence a imprégné la société : l’expérience montre, à la télévision notamment, qu’un questionnement pointu, insistant, est considéré comme agressif, et se retourne contre « l’agresseur », blâmé non sur le fond mais sur la forme. La société républicaine est monarchique dans son comportement : le roi doit être respecté, les roitelets aussi.

Du fait à l’événement journalistique

  • 6 Mercier, A., « Logiques journalistiques et lecture événementielle des faits d’actualité », in Hermè (...)

13Les acquis de l’observation des pratiques journalistiques permettent de mieux comprendre les conditions d’émergence médiatique d’un événement, ce que nous avons appelé la « lecture événementielle des faits »6.

14Ce qui fait événement dans une société se caractérise par une rupture de l’intelligibilité, par la rupture induite dans les modes de vie, les représentations sociales, les idéalisations du monde, ou encore la déstabilisation d’un horizon d’attente, de croyances, largement partagées et stabilisées. Certaines réalités mettent en danger, en conflit ou en scène, des enjeux, des valeurs ou des principes si chers à une société qu’ils vont s’imposer aux journalistes dans leur sélection et leur interprétation (par exemple, une tentative d’assassinat contre un dirigeant national élu, tellement contraire à nos principes démocratiques pacifiques).

15La mission que les journalistes se donnent de répondre aux attentes du public, en les anticipant si possible, les amène alors à partager un sens commun sur ce qui représente un événement, une rupture de sens conséquente pour nos sociétés. On est là face à une boucle interactive qui constitue une des grilles de lecture les plus fécondes pour comprendre l’activité journalistique et ses effets : souvent suivistes par rapport à ce qui circule déjà dans la société, les journalistes ne sont que rarement en situation de faire advenir dans l’espace public, un fait dont personne n’aurait déjà pris conscience et qui ne serait pas susceptible d’être interprété par des acteurs directement concernés. Si la rupture dont l’événement est porteur est socialement reconnue et portée par des acteurs, il est alors très probable que les journalistes ne pourront faire autrement que la traiter comme un événement médiatique. Ce travail pourra contribuer à accentuer l’interprétation événementielle des phénomènes qui circule déjà dans l’espace public. Pour autant, il serait absurde de nier que le travail des journalistes consistant à traiter en événement un phénomène peut aussi relever pour partie de leurs choix professionnels.

16On perçoit ici l’utilité d’une analyse en termes de construction sociale de la réalité, même s’il convient de ne surtout pas en faire l’alpha et l’oméga de toute analyse du rôle des médias face à l’événement. Les journalistes ne font pas advenir une réalité inexistante, mais leur mise en scène de l’information contribue à doter un fait d’une valeur relative, en lui donnant une plus grande visibilité, au point parfois d’écraser tous les autres faits, comme dans les heures et jours qui ont suivi les attentats du 11 septembre 2001, où plus rien d’autre sur Terre ne semblait exister.

Les ingrédients d’un événement journalistique

17Voyons brièvement les logiques journalistiques qui impliquent la saisie par les médias d’un fait susceptible de faire événement.

Un fait tragique

18Le tragique de l’existence est un des ressorts les plus vieux du journalisme. Les drames humains, liés à des phénomènes naturels (catastrophes diverses), à des accidents techniques (explosions, pollutions) ou à la volonté humaine (attentats, guerres) incitent les journalistes à s’y intéresser. Et plus le nombre de morts sera élevé, plus le fait sera jugé digne d’intérêt car susceptible de provoquer l’effroi et d’attirer la compassion. Pour qu’un fait soit traité comme un événement, il faut que la violence qu’il contient, sa brutalité ou le nombre des victimes dépasse l’ordinaire, à plus forte raison s’il s’agit d’un fait surgissant dans un pays lointain. On retrouve ici la fameuse règle de proportionnalité, évoquée par les journalistes : le ratio morts/distance kilométrique. Celui-ci implique que plus le lieu concerné est éloigné, plus le nombre de morts devra être élevé pour intéresser les rédactions. Les images choc, l’appel aux bons sentiments et à la compassion peuvent trouver à s’employer dans tous les cas.

Des images fortes

19Mais cette dimension ne joue pleinement que si les médias possèdent des images spectaculaires, inédites, incroyables ; ils s’empressent de les diffuser et de présenter le fait comme un événement, de par leur capacité même à en montrer des images. C’est particulièrement vrai du tsunami de décembre 2004, où la présence de nombreux touristes équipés de caméras vidéo a permis de récolter des images du drame prises par les victimes elles-mêmes, avec donc un potentiel d’émotion et de saisissement décuplé. Il s’agit d’une condition nécessaire mais pas suffisante. En effet, de nombreux faits sont parfaitement accessibles, immédiatement et facilement, par des échanges internationaux d’images ou des dépêches d’agence, ou pour peu que les rédactions mobilisent quelques moyens propres, mais ils ne se transforment pas en événements.

Des acteurs mobilisés

20La lecture événementielle peut provenir de l’existence de certains acteurs à même de se mobiliser et de construire une cause ou, au contraire, de ne pas faire advenir des événements. Le marketing des faits, grâce à des opérations dont certaines ONG comme Greenpeace ou MSF sont devenues des spécialistes, est un facteur décisif de passage à l’événement. Cela suppose l’existence d’entrepreneurs d’événementalisation, capables de fournir au public des cadres interprétatifs démontrant la valeur événementielle de ce qui pourrait ne rester que des faits journalistiques, un simple commentaire de l’actualité du moment. De nombreuses manipulations sont alors susceptibles de voir le jour, faisant passer pour des événements, des artefacts* fabriqués spécialement pour répondre aux logiques médiatiques. Ce que les journalistes traitent comme des événements ne sont alors que des pseudo-événements.

Les critères de choix des journalistes

21Les journalistes se saisissent d’un phénomène pour son potentiel de mise en forme. Un fait est digne de devenir événement dès lors qu’il permet aux journalistes de le considérer comme exemplaire, ou au contraire comme une rupture, un moment qui oblige à revoir nos cadres interprétatifs.

  • 7 « Outreau, la nouvelle donne journalistique », in Libération, 14 mars 2006.

22Un fait divers devient événement aussi parce qu’il est considéré comme archétypal. L’incendie de la modeste demeure d’un petit retraité sans histoire d’Orléans, Papi Voise, durant la campagne électorale de 2002 est devenu un événement parce qu’il avait vocation à illustrer la croissance de la délinquance et pire encore de la cruauté gratuite, qui rappelait le film prophétique de Stanley Kubrick, issu du roman de Burgess, Orange mécanique. On peut alors parler d’une dérive journalistique visant à s’écarter de la description factuelle au profit d’une surinterprétation de sa valeur, une sorte de « fait-de-sociétisation » que dénonce le journaliste Hervé Brusini. « La problématisation de l’événement ne s’inscrit plus dans la brutalité du choc, mais dans le harcèlement lancinant de la série. L’événement est entré dans l’ordre de la collection qui définit la grande question de société. Cela s’appelle « banlieue », « délocalisation », « serial killer », « violence dans les stades »7. Et que dire des micros-trottoirs qui encombrent le discours journalistique de commentaires implicitement présentés comme représentatifs de l’opinion du citoyen moyen et qui se généralisent au nom d’une pseudo-proximité avec le public.

L’intérêt du public

23Un fait étranger devient aussi un événement international quand il fait écho aux préoccupations du bassin de réception du média intéressé. Les médias occidentaux ont considéré le tsunami de décembre 2004 d’autant plus comme un événement – et ce plusieurs semaines durant – que de nombreux Occidentaux étaient présents et comptaient au rang des victimes et disparus. Comment ne pas voir que si les dizaines de milliers de victimes n’avaient été qu’asiatiques, les médias occidentaux n’auraient pas appliqué si fortement et durablement une lecture événementielle à ce fait.

  • 8 Chiffres cités par Esther Duflo, « L’aide au prorata des médias », in Libération, 21 novembre 2005. (...)

24La preuve peut en être apportée par le tremblement de terre survenu au Pakistan le 8 octobre 2005, qui a fait plus de 70 000 morts et 2,8 millions de sans-abris. Le tsunami a été en tête de la couverture des trois grands journaux télévisés (JT) américains pendant trois semaines, avec 155 minutes la première puis la deuxième semaine. Un mois et demi plus tard, le sujet figurait encore parmi les dix premiers thèmes abordés. En regard, le tremblement de terre pakistanais, pourtant dramatique dans ses conséquences, a peu suscité l’intérêt. Il a été considéré comme un événement, arrivant en tête des JT américains la semaine de son apparition, mais avec seulement 58 minutes d’antenne. Dès la deuxième semaine, il arrivait en septième position et avait disparu la troisième8.

La mode

  • 9 Voir les travaux pionniers sur ce qui fait la valeur d’une information pour les journalistes (la «  (...)

25Les journalistes agissent vis-à-vis des faits en suivant aussi souvent un effet qu’on peut à bon droit qualifier de mode. Il est fréquent de constater que certains thèmes composent un air du temps, qui assure aux faits qui entrent dans cette catégorie une plus grande visibilité. Cet air du temps est entretenu par la concurrence médiatique. On le sait, les médias s’influencent les uns les autres au point que des phénomènes d’auto alimentation apparaissent. Je le traite en événement car les autres le traitent ainsi9. Ce n’est donc pas une pure défausse, quand un journaliste anonyme réduit dans Télérama la question de l’ampleur donnée au phénomène d’insécurité durant la campagne de 2002 à un effet de mode : « Cet hiver, la mode c’était l’insécurité, déclinée à l’infini : dans les trains, les piscines, les hôpitaux. Partout on cherchait des chiffres à la hausse. C’était le thème porteur. D’autres hivers, ce sont les SDF morts de froid dans la rue… »

26Ce propos a le mérite de rompre avec un faux argument de « naturalité » avec lequel les journalistes semblent parfois se duper. S’ils ont beau jeu de se cacher derrière « l’actualité » qui s’impose, pour évacuer leur responsabilité dans les choix, la notion de mode ramène à une réalité plus prosaïque. Les journalistes trient, sélectionnent dans le vivier infini des phénomènes quotidiens. Leur sensibilité du moment peut les conduire à accorder une visibilité forte ou nulle à un phénomène relevant exactement d’une logique identique, tant par sa signification que par son adéquation aux cartes du monde journalistique. Dans leurs reportages, les journalistes n’utilisent pas la notion de mode, qui mettrait trop explicitement en avant leur responsabilité dans le choix des phénomènes. Ils invoquent donc plutôt des notions aussi floues et commodes que la « loi des séries » ou la « série noire »… qui par définition « continue ».

27Les principes organisateurs du hasard sont ainsi convoqués pour rabattre sur une forme de « naturalité », d’évidence, ce qui relève d’un choix, d’un certain regard, à un moment donné. Les rédactions restent également captives de la banalité rituelle lorsqu’ils rendent compte avec conformisme des « marronniers », c’est-à-dire d’événements aussi immuables que la rentrée des classes, la célébration de Noël ou le début des vendanges.

  • 10 http://www.digitalcenter.org/pdf/2008-Digital-Future-Report-Final-Release.pdf, p. 2.

Le journalisme bousculé par Internet
La presse écrite est, globalement, en crise. Les lecteurs de la presse payante sont vieillissants et tendanciellement moins nombreux. Le temps passé à rechercher de l’information sur Internet est un facteur explicatif parmi d’autres mais qui n’est plus uniquement marginal. En 2006, l’Internet a, pour la première fois, dépassé les journaux et magazines papiers comme support régulier d’informations des Européens. C’est ce qui ressort d’une étude annuelle menée par le cabinet Jupiter Research (portant sur plus de 5 000 personnes au Royaume-Uni, en France, en Allemagne, en Italie et en Espagne) et publiée le 9 octobre 2006 par le Financial Times. La télévision reste de loin le premier média d’information, les citoyens de ces cinq pays passent encore trois fois plus de temps à regarder ses émissions qu’à surfer sur l’Internet. Mais, en moyenne, ils passent quatre heures par semaine sur l’Internet, alors qu’ils n’en consacrent que trois à lire des journaux ou des magazines. Dans le cadre de l’enquête annuelle du Center for the Digital Future de la Annenberg School for communication, parue début 2008, il apparaît que 80 % des Américains sondés (de 17 ans et plus) considèrent « Internet comme une source importante d’information pour eux (contre 66 % en 2006) et plus importante que la télévision (68 %), la radio et les journaux (63 %) »10. Les médias d’information traditionnels se doivent donc de réagir et d’offrir à leur tour une version électronique de leur travail.
Mais les pratiques d’information pour les internautes rompent avec la relative linéarité de la consommation des informations (obligation de suivre dans l’ordre voulu par la rédaction les journaux radio et télé, rubriquage et pagination structurés pour la presse écrite). Internet autorise une lecture diffractée, permet de croiser journaux écrits, sites de stations radios ou de télévision, dépêches d’agences et archives. Cela sonne le glas de l’unicité des sources d’information, de même que cela remet en cause profondément la linéarité de la lecture, les liens hypertextes permettant à tout moment à un lecteur de partir ailleurs, sans certitude qu’il revienne toujours vers la page initiale et la fin de l’article. Un tel phénomène implique de réfléchir à des techniques journalistiques adaptées pour retrouver des procédés de captation, et pour offrir sur un même site est tenté d’aller chercher ailleurs.
Comme l’écrivent deux pionniers français de la mise en ligne de journaux pré-existants : « Internet offre une approche si renouvelée et mélangée qu’elle déstabilise le fond même des journalismes écrits et audiovisuels » (Fogel ; Patino, 2005, p. 25-26), notamment parce que cela ouvre l’ère du « navigateur roi », qui est capable de construire son offre d’information et qui « visite », le site étant moins une destination finale qu’une étape dans un parcours personnel.
Les nouveaux dispositifs techniques permettent aux journalistes de connaître quasiment en temps réel les réactions d’une partie de leur public et la façon dont les médias concurrents couvrent le même fait. C’est une situation d’interactivité et de réflexivité inédite dans l’histoire, qui offre l’opportunité (mais aussi souvent l’obligation) aux producteurs de messages d’ajuster très rapidement leur production à la concurrence et aux réactions du public.
On aboutit dès lors à une situation « d’hyper-concurrence » selon l’expression de Jean Charron et Jean de Bonville. « L’enjeu de cette concurrence est la captation de l’attention de plus en plus volatile d’un public extrêmement sollicité et qui dispose des moyens techniques et culturels pour exercer ses choix librement et instantanément. En somme, chaque message doit se frayer un chemin jusqu’au public. Les principaux agents de cette concurrence ne sont donc plus seulement, comme autrefois, les patrons, les gestionnaires et les responsables des services commerciaux des entreprises de presse ; ce sont aussi et surtout les producteurs de message, en l’occurrence les journalistes » (Brin ; Charron ; de Bonville, 2004, p. 276). Hyperconcurrence qui peut se ressentir concrètement par l’affichage du nombre de visiteurs et lecteurs des articles, avec une présentation de l’information sous forme de classements : contenu le plus récent mis en ligne, le plus consulté, le plus commenté, le mieux noté par les lecteurs, le plus recommandé par l’audience, le plus envoyé par mail à des amis…
Les journalistes doivent être préparés à affronter une telle pression.
La question n’est plus de savoir, désormais, si le passage en ligne des rédactions traditionnelles est viable ou non. Tout le monde s’y met, et si le modèle de stabilité économique est encore à trouver, les grands titres sortent progressivement d’une logique de niche, avec un accès réservé à des abonnés qui ont les moyens et l’envie de payer pour une information de qualité, au profit d’un accès libre, compensé par l’augmentation des recettes publicitaires.
Selon les analystes, le marché de la publicité en ligne croît de 40 à 50 % par an, ce qui explique que le New York Times ou le Financial Times (en octobre 2007) aient annoncé la création d’un système mixte, avec accès gratuit à un quota d’articles, puis abonnement. Un marché du journalisme numérique existe donc et est même en plein essor. Les chiffres d’audience de la presse quotidienne d’information calculés annuellement par TNS Sofrès en témoignent (7 mars 2007). Les titres écrits ont 23 250 000 lecteurs par jour (du lundi au samedi) en moyenne, et depuis 2006 un indicateur cross-média a été créé (l’agrégat hebdomadaire QUOTWEB : quotidiens + leurs sites internet) qui montre la part importante de lecteurs sur la toile, puisque l’audience grimpe alors à 35 768 000, soit 50 % de lecteurs en plus. Si Le Figaro a perdu 10,5 millions d’euros en 2007, les autres branches du groupe (les magazines et les sites Internet) sont rentables. Le site Lefigaro.fr a ainsi gagné 7 millions d’euros en 2007 (Le Monde, 6 février 2008).
Les pratiques journalistiques sont aussi bouleversées par l’essor des médias numériques. Trois formes d’adaptation se sont fait jour dans les médias traditionnels, dont nous donnons ici des exemples.
1 – La création d’un secrétariat de rédaction spécifique, au sein des rédactions existantes pour assurer la mise en forme sur un site, de contenus produits par les journalistes pour leur support d’origine. (ex : Le Républicain Lorrain avant 2008)
2 – La création de rédactions propres avec un contenu spécifique, au sein de rédactions existantes. (ex : Télérama ou Le Monde)
3 – La création en propre de sites d’information, ex nihilo, sans autre support de diffusion. (ex : Rue 89 ou Médiapart)
Cette évolution remet donc en cause aussi bien l’économie globale des médias que les pratiques du métier et est le grand défi de la profession pour les années qui viennent.

Logiques sociales et professionnelles à l’origine d’une malinformation

28F. Heinderyckx utilise le terme « malin-formation » pour regrouper une série de comportements journalistiques qui aboutissent à proposer aux publics une information peu conforme aux canons annoncés du métier et aux aspirations démocratiques liées à la liberté de la presse et au devoir d’information du journalisme. On peut du coup se livrer à une sociologie critique des pratiques journalistiques, en mettant en relation les conditions concrètes d’exercice du métier avec certaines dérives observées dans le journalisme et parfois dénoncées par les journalistes eux-mêmes, comme aux États-Unis (Borjesson (dir.), 2003). On ne peut esquisser ici qu’un rapide panorama. Il s’agit de restituer l’analyse critique des informations diffusées, dans le cadre d’une analyse des conditions socio-économiques et des logiques professionnelles de fabrication de l’information. Trois facteurs principaux peuvent ainsi conduire à la production d’une « malin-formation ».

L’urgence

29Par rapport à l’idéal affiché de recherche de vérité et de respect de principes d’objectivité, les conditions socio-économiques de travail mettent parfois les journalistes en porte-à-faux. La mise en place d’une information en temps réel et en continu (24/7 comme disent les Américains pour 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7) place les journalistes dans des situations souvent délicates, voire impossibles. Sommés de prendre l’an-tenne, de réagir au plus vite pour alimenter le site, le direct et l’urgence ouvrent grandes aux journalistes les portes des approximations non recoupées et la transmission de rumeurs incontrôlées.

30L’assimilation de l’objectivité au respect de la règle dite du « he says, she says », qui assure à chaque partie en conflit un accès à la parole ne manque pas également de poser problème. En effet, en se contentant de mettre sur un même plan deux paroles, les journalistes renoncent à leur mission qui est d’éclairer les publics sur la vérité des faits. Le cas typique est celui des annonces sur le nombre de manifestants : « 10 000 selon la police, 60 000 selon les organisateurs ». Une telle distorsion est le fruit d’un mécanisme connu : la Préfecture tend à sous-estimer pour nuire à l’idée de succès de la mobilisation, inversement les organisateurs gonflent souvent leurs chiffres, d’autant plus qu’ils anticipent sur la minoration des autorités. Lancer à part égale ces deux mensonges n’en fait pas une vérité. Pas plus que de laisser implicitement entendre que la vérité se trouve au milieu, en faisant la moyenne des deux chiffres. La mission des journalistes serait de compter eux-mêmes, comme ils ont appris à le faire à France Grenoble. Pire encore, cette règle d’équilibre permet à ceux qui sont attaqués d’ouvrir un contre feux et d’obtenir ainsi une tribune permettant de présenter des mensonges éhontés en face de certaines vérités. Mettre sur un même pied, un mensonge et des vérités sous prétexte d’objectivité, revient à fourvoyer la mission d’information.

La connivence avec les sources

31La question de la relation aux sources est porteuse de paradoxes qui peuvent déboucher sur une malin-formation. L’actualité est a priori, le domaine de l’inattendu, du renouvellement quotidien. Aussi, dans un univers incertain, les journalistes doivent être capables de réagir très vite. Par ailleurs, l’information ne se récolte pas seulement par enquête personnelle, mais aussi auprès de sources qui font elles-mêmes œuvre de récolte de données.

  • 11 Carton, D., « Bien entendu, c’est off ! », Ce que les journalistes politiques ne racontent jamais, (...)

32L’intérêt du journaliste est de stabiliser ses relations avec des sources fiables. Mais comment viabiliser et inscrire dans la durée de tels liens, et rester totalement indépendant de ses sources ? On observe que ces liens aboutissent fréquemment à des liens d’amitié et de complicité qui ne favorisent pas la mise à distance critique. Le journaliste Daniel Carton a bien souligné par exemple les pièges du « off the record »11. Et difficile à justifier par un intérêt supérieur de l’information, l’acceptation des journalistes politiques de s’unir à leurs sources par un pacte de discrétion est appelé off the record. Le procédé consiste à accepter des confidences des leaders en échange d’une stricte confidentialité et donc d’une impossibilité d’en faire état publiquement. Les journalistes n’en retirent donc que la satisfaction de savoir des choses, de devenir des initiés mais sans que cela ne profite directement à leur public.

33La transgression de cette règle condamnerait celui qui s’y livre, à subir un ferme démenti de la part de l’intéressé et surtout, l’écarterait définitivement du cercle des informés. Ne pouvant se payer un tel luxe, les journalistes acceptent donc de rester captifs d’informateurs qui leur livrent une information, mais dont ils ne peuvent rien faire, sauf la faire passer sous couvert d’un « on murmure dans l’entourage de… » ou via la publication d’un livre de confidences plusieurs mois ou années après les faits. « Le off agit comme le dernier sérum de vérité de la politique. Une vérité jamais exposée puisque savoir se taire est devenu la suprême qualité d’un journaliste politique voulant être reconnu et admis » écrit D. Carton.

  • 12 Mercier, A., « Judith Miller ou le blanchiment de l’information sale », Les cahiers du journalisme,(...)
  • 13 Miller, J., « A personnal account. My four hours testifying in the Federal Grand Jury room », The N (...)

34Le cas de la journaliste Judith Miller est révélateur de la mise en place aux États-Unis d’un circuit de « blanchiment de l’information sale »12, lié à la professionnalisation des techniques du spin doctoring*, singulièrement dans l’administration Bush. Il s’agit d’informations à usage politique que les conseillers distillent de façon parcimonieuse et ciblée auprès de quelques journalistes, tout heureux de se retrouver en « une » de leur journal, grâce à des « scoops » qu’on leur sert en échange d’un regard peu critique sur la valeur de ce qui leur est donné. Cette tactique consiste, pour une source, à créer une association privilégiée avec un ou des journalistes, un ou des titres de presse, en entrant dans une logique d’échanges. C’est exactement ce qu’illustre la façon dont Judith Miller couvrit durant plusieurs années, pour le New York Times, la question irakienne (affaire des enveloppes pleines d’anthrax, puis justification de la guerre et enfin recherche vaine des armes de destruction massive en Irak, dont elle a annoncé à plusieurs reprises la quasi découverte). Judith Miller en a dévoilé certains mécanismes dans les colonnes de son journal, avant de le quitter définitivement13. Elle y reconnaît notamment qu’elle a reçu l’autorisation par le Pentagone « de voir des informations secrètes » mais qu’elle « n’a pas été autorisée à discuter » avec sa propre rédaction, ce qui est pourtant le b a ba du métier, d’où le regret qu’elle présente : « J’aurais pu exprimer une frustration à M. Libby de n’avoir pas été autorisée à discuter avec les rédacteurs certaines informations sensibles sur l’Irak ».

35Dans l’ouvrage très critique sur le journal Le Monde, de Péan et Cohen, qui a donné lieu à une vive polémique, un des chapitres les plus intéressants et les moins contestés par les intéressés concerne la façon dont Edwy Plenel est devenu un spécialiste reconnu des « affaires » d’État. Il a fait carrière au Monde en nouant des relations privilégiées avec Bernard Deleplace, secrétaire général de la FASP (Fédération autonome des syndicats de police), devenant son conseiller officieux. Selon les deux enquêteurs, Edwy Plenel a aidé B. Deleplace à rédiger un mémorandum remis au nouveau ministre socialiste de l’Intérieur.

36Durant l’année 1985, il a contribué à la préparation de la nouvelle formule du journal de la Fasp, Police d’aujourd’hui. Il aurait aussi contribué à rédiger les axes programmatiques du syndicat. En échange, Edwy Plenel « a tôt fait de déployer un système de collecte de renseignements très efficace, véritable cabinet noir à l’intérieur d’un ministère traditionnellement jaloux de ses secrets. De fait, Bernard Deleplace rémunère Edwy Plenel : si ce n’est en cash, du moins en informations inédites. Celles-ci vont l’aider à devenir le journaliste d’investigation le plus connu de France, contribuant à doper les ventes de certains numéros, à la grande satisfaction de la direction d’un Monde alors en difficulté » (Péan ; Cohen, 2003, p. 77). « Non seulement le journaliste bénéficie ainsi peu à peu de véritables réseaux qui l’aident dans la conduite de ses enquêtes, mais le point limite du système est atteint quand Deleplace demande à des policiers de mener des enquêtes parallèles, en dehors de leurs heures de service, pour le compte du journaliste du Monde ! » (ibid. p. 78). Se forme donc un tandem Deleplace-Plenel : « devenu puissant grâce au premier, le second, par des accroches et des articles louangeurs, modèle un personnage de plus en plus important, tout en augmentant par ricochet sa propre puissance. Il encourage même Deleplace à « écrire » un livre dans la collection Au vif du sujet, qu’il codirige chez Gallimard » (ibid. p. 81).

Les contraintes économiques

  • 14 Demers, F., « La convergence comme nouvelle pratique journalistique », in Pratiques novatrices en c (...)

37On doit aussi évoquer les conditions économiques du travail journalistique. Dans le cadre de la constitution de groupes de communication, des stratégies de convergence cherchent une nouvelle rentabilité au sein des entreprises appartenant à un même groupe. La branche information peut, à bon droit, être considérée par les responsables d’autres branches comme un débouché publicitaire naturel. Le choix des invités cinéma sur un plateau de journal télévisé a souvent beaucoup à voir avec le fait que la chaîne est coproductrice, par exemple. Mais cela peut aller plus loin. Il n’est plus rare donc de voir certains traitements de l’information être parasités par ces logiques de convergence. François Demers y voit une nouvelle pratique journalistique14 notamment au Québec. Le groupe Québecor a lancé sa version de l’émission Star Académie sur sa chaîne de télévision généraliste : TVA. « Le PDG du groupe a alors explicitement conscrit tous les médias lui appartenant pour soutenir l’œuvre commune, l’opération Star Académie, y compris dans leurs contenus d’information journalistique. La promotion croisée d’une opération commerciale mettant le journalisme à contribution directe est le cœur de cette pratique nouvelle ».

38En 2003, un journaliste culturel du Républicain Lorrain a reçu un avertissement écrit suite à un article très critique sur la venue de la chanteuse Jennyfer, en tournée en Lorraine après sa victoire à la Star Académie. TF1 avait protesté auprès de l’intéressé et des autorités du journal, en invoquant le partenariat commercial qui les liait. Dans le même esprit, en mars 2006, le groupe Prisma avait préparé une note (retirée après une levée de bouclier interne), demandant à ses journalistes qui écriraient un livre, de s’engager « à ne pas mettre en cause l’un des partenaires ou annonceurs publicitaires de Prisma presse ».

  • 15 McChesney, R., « The problem of journalism, a political economic contribution to an explanation of (...)
  • 16 Klinenberg, E., « Journalistes à tout faire de la presse américaine », Le Monde diplomatique, févri (...)

39La course au rendement financier et temporel est également un facteur favorisant l’émergence de la malinformation. La multiplication des supports au sein d’un même groupe, avec le souhait de rationaliser l’usage des personnels, pour minimiser les coûts, aboutit dans certains groupes à une dégradation notable des conditions de travail15, un journaliste pouvant avoir à remplir plusieurs éditions différentes des supports d’un même groupe. Au sein du groupe Chicago Tribune, quand Internet commençait à bien s’imposer dans la rédaction, la situation devint celle-ci : « L’équipe locale produit 8 versions et 3 éditions du journal, 7 émissions d’information télévisée et un nombre incalculable de produits divers sur Internet. Le marché des journaux s’étant contracté et la concurrence s’étant intensifiée en matière de télévision et d’Internet, la Tribune a redéfini le rôle des reporters afin qu’ils puissent travailler sur plusieurs médias à la fois. Un reporter peut désormais écrire un article pour l’édition du soir, paraître à l’écran pour traiter le même événement à la télévision et étoffer l’information avec les spécialistes d’Internet en leur suggérant des liens avec d’autres sites ou événements. Ces pratiques maintiennent les coûts à un bas niveau. Mais elles absorbent une partie du temps que les journalistes consacraient à leurs recherches »16.

Plan de l’ouvrage

40Pour rendre compte de la complexité de la recherche sur le journalisme, nous avons croisé quatre approches :

  1. une approche globale. Le texte de D. Wolton remet en perspective l’évolution du métier de journaliste avec les transformations contemporaines de l’espace public.

  2. une approche sociographique. Il s’agit d’interroger les caractéristiques de la profession de journaliste. Le texte de C. Leteinturier présente les résultats de la dernière enquête décennale sur les titulaires de la carte de presse, en pointant les évolutions du métier.

  3. une approche par les pratiques journalistiques. Le texte de J. Charron revient sur la notion d’agendasetting et questionne ainsi la relation des journalistes à leurs sources. L’article de P. Riutort remet en perspective les évolutions du journalisme à travers la figure du journalisme économique, pendant que celui de Jean-Marie Charon fait de même avec le journalisme politique.

  4. une approche critique. P. Champagne dresse un panorama complet et très instructif des diverses contraintes sociales et contradictions dans lesquelles les journalistes doivent évoluer.

Bibliographie

Références bibliographiques citées

Beharrell, P., Philo, G., Trade Unions and the media, Londres, McMillan, 1977.

Borjesson, K., (dir.), Black list : quinze grands journalistes américains brisent la loi du silence, Paris, Les Arènes, 2003.

Bourdieu, P., Sur la télévision, Paris, Liber éditions, 1996.

Brin C., Charron J., de Bonville J. (dir.), Nature et transformation du journalisme. Théorie et recherches empiriques, Sainte Foy, Presses de l’Université Laval, 2004.

Charaudeau, P., Les médias et l’information. L’impossible transparence du discours, Bruxelles, De Boeck, INA, 2005.

Charon, J.-M., Les journalistes et leur public : le grand malentendu, Paris, Vuibert/INA/CLEMI, 2007.

Cohen, S., Young, J., The manufacture of news : deviance social problems and the mass media, Londres, Constable, 1973.

Fogel J.-F., Patino B., Une presse sans Gutenberg, Paris, Grasset, 2005.

Glasgow University Media Group, Bad news (Vol. 1), 1976, More bad news, (Vol. 2), Londres, Routledge and Keagan, 1980.

Heinderyckx, F., La malinformation, Bruxelles, éditions Labor, 2003.

Pean, P., Cohen, P., La face cachée du monde, Paris, Mille et une nuit, 2003.

Tuchman, G., Making news, a study in the construction of reality, New York, Free Press, 1978.

Notes

2 voir Mathien, M., « Les journalistes et le pacte républicain. Les fondements historiques de la profession », in Hermès no 5, Paris, CNRS éditions, 2003, p. 121-130 et aussi Mercier, A., « L’institutionalisation de la profession de journaliste », in Hermès no 3-14, Paris, CNRS Éditions, 1994, p. 219-235.

3 Lavigne, A., « L’omniprésence des relationnistes. Des relations de presse stratégiques aux pratiques hors du contrôle des journalistes », in Pratiques novatrices en communication publique, journalisme, relations publiques et publicité, Laval, Presses de l’Université de Laval, 2005, p. 103-126.

4 Traduction française (Réseaux, no 1, 1992, p. 75-99).

5 Extrait de Duroy, A., « Les liaisons dangereuses du journalisme et de la politique », in Hermès no 5, Les journalistes ont-ils encore du pouvoir ?, Paris, CNRS éditions, 2003, p. 131-136.

6 Mercier, A., « Logiques journalistiques et lecture événementielle des faits d’actualité », in Hermès no 6, Paris, CNRS Éditions, 2006, p. 23-35.

7 « Outreau, la nouvelle donne journalistique », in Libération, 14 mars 2006.

8 Chiffres cités par Esther Duflo, « L’aide au prorata des médias », in Libération, 21 novembre 2005. Elle montre que l’ampleur des dons internationaux a été directement affectée par le niveau de couverture médiatique des catastrophes survenues depuis un an.

9 Voir les travaux pionniers sur ce qui fait la valeur d’une information pour les journalistes (la « newsworthiness ») : Galtung, J., Ruge, M., « The structure of foreign news » Journal of International Peace Research, 1, 1965, p. 64-91.

10 http://www.digitalcenter.org/pdf/2008-Digital-Future-Report-Final-Release.pdf, p. 2.

11 Carton, D., « Bien entendu, c’est off ! », Ce que les journalistes politiques ne racontent jamais, Paris, Albin Michel, 2003.

12 Mercier, A., « Judith Miller ou le blanchiment de l’information sale », Les cahiers du journalisme, no 6, automne 2006, p. 220-233.

13 Miller, J., « A personnal account. My four hours testifying in the Federal Grand Jury room », The New York Times, 16 octobre 2005, p. 31.

14 Demers, F., « La convergence comme nouvelle pratique journalistique », in Pratiques novatrices en communication publique, journalisme, relations publiques et publicité, Laval, Presses de l’université de Laval, 2005, p. 77-101.

15 McChesney, R., « The problem of journalism, a political economic contribution to an explanation of the crisis in contemporary US journalism », Journalism studies, vol. 4, no , août 2003, p. 299-329.

16 Klinenberg, E., « Journalistes à tout faire de la presse américaine », Le Monde diplomatique, février 1999, p. 7.

Auteur

Professeur en sciences de l’information et la communication à l’Université de Metz et membre de la rédaction en chef d’Hermès, a dirigé le laboratoire Communication et politique du CNRS de 2004 à 2006. Ses recherches portent sur le journalisme, le traitement de l’information et la communication politique.

© CNRS Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540