Version classiqueVersion mobile

L'opinion publique

 | 
Nicole d'Almeida

Vitalité et structuration de l’opinion publique : la perspective d’une démocratie délibérative

Marie-Gabrielle Suraud

Note de l’éditeur

Reprise1 du no 47 de la revue Hermès, Paroles publiques, communiquer dans la cité, 2007

Texte intégral

1Les questions relatives à l’évolution des pratiques démocratiques ont été marquées ces dernières années à la fois par une pensée pratique que traduit la volonté « de mettre la décision en débat » et par une pensée théorique qui renvoie elle-même à deux types d’approche distincts.

Mettre l’opinion publique au cœur du processus de décision

2D’un côté, les recherches se centrent sur les procédures institutionnelles d’échange entre la sphère politique et la société civile, placées implicitement au cœur du « renouveau démocratique ». La volonté d’élargir la participation aux décisions politiques se traduit alors par la création de dispositifs de débat. De multiples expériences de démocratisation de l’action administrative, fondées sur le principe de la participation, ont ainsi été mises en œuvre (Bacqué et al., 2005), soit en situation de co-présence, soit par le biais de sites ou de forums électroniques de discussion. Ces expériences participatives, numériques ou non, ont une caractéristique commune essentielle : elles sont à l’initiative des pouvoirs publics qui en contrôlent tant les conditions de mise en œuvre que le choix des procédures.

3D’un autre côté, la transformation des pratiques démocratiques est évaluée au regard du renforcement de l’espace public autonome. Cette notion désigne l’espace public propre à la société civile*, elle-même définie comme étant formée des groupes se situant en dehors du système économique régulé par l’argent et de la sphère administrative régulée par le pouvoir politique (Habermas, 1987). Dans cette perspective, il s’agit d’observer la façon dont les citoyens s’organisent pour identifier, interpréter et formuler leurs exigences vis-à-vis des autorités politiques. Le renouveau des pratiques démocratiques ne peut uniquement être conditionné par l’échange institutionnalisé. Il dépend aussi des formes d’organisations propres aux espaces publics autonomes. Cette question peut être abordée par l’analyse des débats civiques en co-présence ou en ligne. Dans ce cas, l’utilisation de l’Internet est envisagée sous l’angle de ses spécificités communicationnelles, et c’est alors sa capacité à contribuer à la formation d’espaces publics autonomes alternatifs (Bastien ; Neveu, 1999) qui est analysée : peut-il favoriser la constitution de l’opinion publique et de la volonté politique par la transformation des conditions de débat ou d’expression civique qu’il serait susceptible d’engendrer ?

  • 2 « Débat civique » renvoie ici aux débats qui se déroulent dans l’espace public autonome propre à la (...)

4L’évolution récente des réflexions relatives à la portée démocratique des différents modes d’expression publique ou de participation à la vie politique est marquée par la diffusion d’un modèle de démocratie délibérative dérivé de la philosophie de J. Habermas. Bien que s’inscrivant dans le champ des théories participatives, la théorie délibérative s’en distingue par une conception plus ambitieuse de la légitimité politique. Se fondant sur ce modèle, de nombreuses réflexions cherchent à évaluer la portée démocratique des expériences de concertation ou des débats civiques2. Même quand il ne s’agit pas de se référer formellement à cette approche, l’utilisation du concept de délibération est désormais largement répandue.

5Le propos de cet article est d’interroger la validité d’un tel modèle. L’hypothèse formulée ici pose que les différentes situations de débat ou de confrontation ne sont conceptuellement pas assimilables. Ainsi, le parti pris consistant à transposer directement les normes délibératives à tout type d’échange doit être examiné rigoureusement, d’autant plus que les théories délibératives renvoient elles-mêmes à des espaces spécifiques et strictement circonscrits.

Portée et limite du modèle délibératif

6Si la délibération est loin d’être conceptualisée de façon univoque dans la théorie politique, il existe pourtant un dénominateur commun entre les différentes approches. En premier lieu, elles proposent une définition procédurale* de la légitimité politique, plaçant la démarche délibérative au cœur du processus décisionnel : ce sont les processus d’élaboration et de justification des principes fondateurs qui distinguent la théorie délibérative d’autres modèles de la démocratie et en particulier des approches libérales traditionnelles. L’enjeu de cette visée normative* est de montrer que la thèse consistant à envisager la décision politique uniquement comme le résultat de négociations entre intérêts particuliers peut être dépassée. L’approche délibérative situe le moment décisif non dans la décision elle-même mais dans le processus de formation de la volonté politique.

  • 3 Boy, D., « Les évolutions des opinions sur les biotechnologies dans l’union européenne », Revue int (...)
  • 4 Lacoumes, P., Le Bourhis, J.-P., « Le bien commun comme construit territorial », Politix, no 42, 19 (...)

7La plupart des travaux se référant à la démocratie délibérative privilégient fortement la dimension du processus argumentatif. « Dans le cas de la délibération, il s’agit de permettre la confrontation entre individus qui, à travers un échange d’informations, des discussions, une mise en cause de chaque point de vue, élaborent collectivement des jugements et des opinions3. » L’apport des modèles délibératifs se limite à la perspective de procédures régulées qui seraient capables de favoriser « la réactivité permanente, par la discussion, le débat et l’information du point de vue général surplombant et annulant les divergences exprimées » et de permettre « une redéfinition des positions réciproques4 ».

8Ainsi, le plus souvent, la démarche délibérative est définie comme une confrontation réglée d’« arguments » à propos des problèmes affectant une société. Dans ce cas, la portée démocratique des différentes expériences de débat est évaluée en regard de la conformité de leurs procédures à l’idéal d’un processus argumentatif.

9Or, l’approche délibérative ne se réduit pas à l’échange argumentatif et intègre des dimensions essentielles tant du point de vue de l’évaluation des situations d’échange que du point de vue du cadre normatif servant aux conditions de mise en œuvre des débats que ces approches suggèrent.

10Dans l’acception habermassienne, les procédures délibératives sont spécifiques en même temps qu’adaptées aux espaces propres à la sphère du pouvoir : dans la mesure où les délibérations ont pour but de réaliser une entente rationnellement motivée, elles devraient pouvoir se poursuivre indéfiniment jusqu’à l’obtention du consensus. Dans la pratique, le consensus ne constitue qu’une perspective normative ; il est rarement atteint. Or, la nécessité de trancher incite à clore les délibérations par une décision. En l’absence d’accord, c’est la procédure de débat qui valide un résultat (obtenu, le cas échéant, par un vote à la majorité). La nécessité de trancher contraint au maintien d’instances susceptibles de répondre à cette tâche de façon légitimement reconnue.

La délibération, une affaire d’État ? Lieux et procédures de la délibération

11Le succès de la politique délibérative réside donc dans l’articulation entre d’une part, la capacité des citoyens à engager des actions collectives et, d’autre part, l’existence de procédures appropriées à la communication. Dès lors, si la délibération est avant tout « un processus mené pour parvenir à une décision et régulé par des procédures démocratiques », les débats proprement délibératifs ne sont, formellement, que ceux qui se déroulent au sein de la sphère du pouvoir. Ceci fait de la délibération une pratique ne pouvant être « procéduralisée » que dans les institutions de l’État de droit. C’est pourquoi Habermas distingue conceptuellement deux « espaces » : les espaces intégrés à la sphère administrative et les espaces publics autonomes de la société civile, non contrôlés par le système politique. Cette distinction permet précisément de maintenir au cœur des réflexions et des pratiques la question du rapport au pouvoir, ainsi que le rôle et la place de la « formation informelle » de l’opinion, propre aux espaces publics autonomes, dans le processus démocratique.

12Par conséquent, les débats civiques ne peuvent pas être assimilés aux espaces organisés de la sphère politique puisqu’il s’agit avant tout, dans leur cas, d’une participation à la formation de l’opinion, et non d’une implication directe dans les décisions prises par le pouvoir d’État. Ainsi, à supposer que les échanges, menés dans le cadre des débats publics, aient pu conduire à la formation d’un point de vue partagé, rien ne dit comment la sphère administrative peut se voir contrainte de les intégrer.

13La « procéduralisation » stricte de toute forme d’expression ou de confrontation doit-elle être systématisée et étendue à l’ensemble des espaces structurant la société ? Le cas échéant, dans quels espaces la délibération devrait-elle s’institutionnaliser ?

14Habermas (1997, p. 330) répond à cette question en refusant l’idée d’une « société qui serait soumise dans son ensemble à une régulation délibérative, en ce sens politiquement constituée ». Cette posture invalide la pertinence de la transposition du modèle délibératif à tout type de situation de débat, en particulier quand il s’agit d’analyser les débats civiques des espaces de débat non régulés par le pouvoir. La perspective d’étendre la délibération à ces espaces soulève en effet plusieurs difficultés, souvent accentuées si ces échanges sont médiatisés par l’Internet.

Évaluer les débats civiques sur le Net

15La transposition des normes délibératives nous paraît non seulement incompatible avec les modes d’organisation et de structuration propres à l’espace civique, mais aussi en contradiction avec les attendus suscités par les échanges en ligne. Plusieurs éléments mettent en évidence l’inadéquation du modèle délibératif quand il s’agit d’analyser les débats propres à l’espace public autonome et plus encore quand il s’agit des débats numériques.

16En premier lieu, la reconnaissance, en amont, des procédures réglant l’échange est une clé des théories délibératives en même temps qu’elle constitue l’un de leurs fondements. La procédure doit elle-même inclure la validation des règles structurant l’échange.

17Dans cette perspective, l’utilisation d’un moyen de communication tel que l’Internet, qui vise à dépasser les barrières spatiales et qui est supposé n’imposer aucune limite à la participation aux débats, paraît peu compatible avec un processus de validation des règles de l’échange. En effet, l’égalité formelle face à la prise de parole, permettant effectivement à tous les participants d’exprimer leur point de vue, n’engendre pas d’égalité quand il s’agit de retenir et/ou d’appuyer certains avis plutôt que d’autres.

18Pour illustrer ce propos, on peut s’appuyer sur l’analyse de forums de discussion utilisés dans le cas de situation de mobilisations civiques, dont l’enjeu est le plus souvent de peser à court terme sur une décision politique. L’espace public de la société civile est alors généralement marqué par des désaccords parfois importants entre différents groupes mobilisés.

  • 5 5. Suraud, M.-G., « Le Net ou la clôture de l’espace public », Réseaux, no 118, 2003.

19Des études montrent également que les listes de discussion électroniques se limitent souvent aux échanges internes aux groupes momentanément formés5. Il apparaît que si la participation active au débat en ligne est faible, les militants ne lisent pas l’intégralité des messages. Le plus souvent, un tri rapide est effectué : seuls les messages provenant d’expéditeurs clairement identifiés, dont on cherche à suivre les interventions sur le terrain, sont consultés. Ce sont essentiellement ceux des leaders d’opinion (au sens où en parle Lazarsfeld), que l’on connaît et, surtout, dont on évalue l’influence ou l’importance au sein du mouvement. Ainsi, le plus souvent ce ne sont pas les contenus qui priment, mais les locuteurs, ainsi que leur rôle et leur place dans la mobilisation. Cet aspect est lié au rapport entre le débat et l’action.

  • 6 6. Suraud, M.-G, « L’espace public : entre autonomie et institutionnalisation », Communication, vol (...)

20Enfin, les normes délibératives intègrent au processus de débat les conditions de sa clôture. Les rapports entretenus entre les différents groupes composant la société civile, y compris dans une situation d’hégémonie – par définition toujours instable et propice à la remise en cause – excluent la possibilité en cas de désaccord irréductible d’imposer une clôture aux débats et de contraindre les participants à la reconnaissance d’une position ou d’une autre. Des observations montrent qu’en cas de conflit entre différentes composantes de la société civile, non seulement aucune position ne s’impose ou n’est légitimée mais, qu’en outre, les parties en désaccord sont amenées à se désolidariser6.

21S’il est question d’évaluer la portée des débats civiques et, plus particulièrement, la contribution du Net à la transformation du processus démocratique, c’est bien la transformation des rapports qui sous-tendent ces débats qui doit être privilégiée. L’espace public n’est pas exempt de situations d’exclusion ou de manipulation. De façon plus générale, il n’échappe pas à des formes de structuration ou d’organisation. Ainsi sans la prise en compte et l’analyse spécifique des rapports entretenus entre les différentes alliances passées dans l’espace public de la société civile, rien ne peut permettre de conclure à un processus de démocratisation du débat vis-à-vis duquel l’Internet ne représente au mieux qu’une ressource. C’est l’existence ou non d’un débat orienté, en tendance, vers la recherche de l’interprétation commune d’une situation donnée qui doit être avant tout interrogée.

22Au-delà des modalités du débat lui-même, la possibilité de construire une action coordonnée, surtout dans une situation de fortes différences, implique de répondre à une interrogation forte : existe-t-il ou non une volonté commune de la part des participants de chercher à s’entendre, c’est-à-dire d’accepter a priori de dépasser la présentation stratégique d’opinions prédéterminées et relatives à des intérêts particuliers ? Autrement dit, à quelles conditions les participants s’engagent-ils à s’inscrire dans un processus devant aboutir à un accord ?

23En conclusion, nous soutiendrons que c’est bien le concept de communication, ainsi que les caractéristiques de l’échange auquel il renvoie, qui conserve une valeur heuristique* dès lors qu’il s’agit de repérer les formes d’organisation propres à la société civile ainsi que les conditions de formation de points de vue partagés. Il convient donc de séparer ce qui relève de la théorie délibérative et ce qui relève de l’agir communicationnel stricto sensu.

Bibliographie

Références bibliographiques

Bacqué, M.-H., Rey, H., Sintomer, Y., Gestion de proximité et démocratie participative, La découverte (2005).

Bastien, F., Neveu, E., Espaces publics mosaïques, Presses universitaires de Rennes, 1999.

Habermas, J., L’agir communicationnel, Fayard, 1987.

Habermas, J., Droit et démocratie, Gallimard, 1997.

Notes

1 Suraud, M.-G., « Communication ou délibération : les échanges dans la société civile », in Hermès no 47, Paroles publiques, communiquer dans la cité, Paris, CNRS Éditions, 2007, p. 177-186.

2 « Débat civique » renvoie ici aux débats qui se déroulent dans l’espace public autonome propre à la société civile.

3 Boy, D., « Les évolutions des opinions sur les biotechnologies dans l’union européenne », Revue internationale de politique comparée, vol. 10, no 2, 2003.

4 Lacoumes, P., Le Bourhis, J.-P., « Le bien commun comme construit territorial », Politix, no 42, 1998.

5 5. Suraud, M.-G., « Le Net ou la clôture de l’espace public », Réseaux, no 118, 2003.

6 6. Suraud, M.-G, « L’espace public : entre autonomie et institutionnalisation », Communication, vol. 24, no 2, 2006.

© CNRS Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search