Version classiqueVersion mobile

L'opinion publique

 | 
Nicole d'Almeida

Retrouver la positivité et rationalité de l’opinion publique

Benjamin I. Page et Robert Y. Shapiro

Note de l’éditeur

Reprise1 du no 31 de la revue Hermès L’Opinion publique. Perspectives anglo-saxonnes, 2001

Texte intégral

Une méfiance classique envers l’opinion

  • 2 Gunn, J.A.W., « Public Opinion », in Political Innovation and Conceptual change, éd. Terence Ball, (...)

1La tradition de mépris et de peur de l’opinion publique est solidement ancrée dans l’histoire. Parmi les premiers auteurs à utiliser le concept – les philosophes français du xviiie siècle, et même Rousseau – nombreux sont ceux qui se réfèrent à l’« opinion publique » pour inciter les écrivains et hommes d’État à la méfiance, à la dépasser, où à l’apprivoiser2. Les fondateurs du Gouvernement fédéral américain ont souvent évoqué les « erreurs », les « illusions » et les fluctuations de l’opinion. Ils ont ainsi conçu des institutions politiques capables de contenir la volonté de la majorité. James Madison, défendant les dispositions constitutionnelles du Sénat américain, déclara un jour qu’un tel arsenal juridique « choisi et stable » servirait « d’ancrage contre les fluctuations et les illusions du peuple » (Hamilton et al., 1961 [1787-88], p. 384).

2Alexander Hamilton, plaidant pour un exécutif énergique et indépendant, insista lui pour que le principe républicain n’exige pas de complaisance déraisonnable à l’égard de « chaque flambée soudaine de passion » ou de chaque « élan passager » du public (Hamilton et al., op. cit., 1961, p. 432).

3De la même façon, Alexis de Tocqueville (1954 [1835,1840]) s’inquiétait de la « tyrannie de la majorité », qui, craignait-il, étoufferait les opinions minoritaires. Dans son important livre Public Opinion, Walter Lippman montre que la réalité objective diffère considérablement des « images mentales » qui égarent souvent les hommes dans leur appréhension du monde extérieur (Lippman, 1922).

4Il évoque les « stéréotypes* » qui guident la pensée de la plupart des gens en citant Robert Peel à propos de « ce vaste mélange de sottise, de faiblesse, de préjugés, de mauvais et de bons sentiments, d’obstination, et de paragraphes de journaux qu’on appelle l’opinion publique ».

5Et dans les premières années de la Guerre froide, Gabriel Almond mit en avant une « théorie de l’humeur » (« mood theory ») de l’opinion publique. Il affirmait que « les dispositions en matière de politique étrangère de la plupart des américains manquent de structure intellectuelle et de contenu factuel. De tels états psychiques superficiels sont voués à l’instabilité ». Il soutint que seules les menaces immédiates rentrent dans le champ de l’attention et qu’à partir du moment où la pression est réduite, il y a « un rapide retrait, comparable au retour d’un élastique tendu » (Almond 1960 [1950], p. 69, p. 76).

6Il est évident que certains des observateurs cités ont écrit il y a longtemps et qu’ils n’avaient aucun moyen d’accès systématique à ce que pouvait être l’opinion publique. Madison ou Tocqueville ne disposaient d’aucune enquête ou sondage d’opinion. Ils devaient s’en remettre à leur propre jugement et à leurs propres impressions. Pourtant, lorsque la recherche par sondage se développa à partir des années 1930, soumettant des questions politiques à des échantillons représentatifs d’américains, de nombreux résultats semblèrent confirmer ces représentations sceptiques de l’opinion publique. Jusqu’à aujourd’hui cette vision négative est encore largement partagée.

7Paul Lazarsfeld et ses collègues sociologues de l’université de Columbia, par exemple, mirent en évidence dans leurs études des élections de 1940 et 1948 que peu de citoyens avaient accordé de leur attention à la politique, que la plupart d’entre eux s’étaient décidés longtemps avant l’élection et apparemment davantage sur des bases partisanes qu’en fonction des enjeux, et que la plupart des gens n’avaient pas connaissance des positions défendues par les candidats (Lazarsfeld et al., 1968 [1944] ; Berelson et al., 1954).

8Puis, dans les années 1950, Angus Campbell et d’autres chercheurs de l’université de Michigan montrèrent que la plupart des américains connaissaient bien peu de choses sur les positions des partis politiques ou sur ce que leur gouvernement faisait dans tel ou tel domaine ; que la plupart votaient plus sur la base d’allégeances partisanes à long terme ou en fonction de caractéristiques personnelles des candidats, sans tellement prêter attention aux enjeux eux-mêmes. (Campbell et al., 1960).

9Depuis cette époque, les enquêtes ont confirmé de façon récurrente que beaucoup, ou même la plupart des américains, disposent de très peu d’informations politiques. Beaucoup de gens ne savent pas le nom de leur représentant au Congrès, quel parti contrôle le Congrès, où sont situés les pays étrangers, et ne connaissent pas le sens de termes et de concepts politiques divers (voir, par exemple, Erikson et al., 1988). Le fait que le niveau de connaissance des américains soit faible est attesté et ne donne pas matière à controverses. Nous ne le contestons d’ailleurs absolument pas.

10Ce qui contribue sans doute à la propagation de cette image peu flatteuse de l’opinion publique est l’instabilité des opinions déclarées des individus sur les politiques du gouvernement.

  • 3 Converse, P. E., « The Nature of Belief Systems in Mass Publics », in Ideology and Discontent, Davi (...)
  • 4 Converse, P. E., « Attitudes et Non-attitudes : Continuation of a Dialogue », in The Quantitive Ana (...)

11Philip Converse, de l’université du Michigan, a ainsi montré que lorsque l’on posait à des citoyens ordinaires les mêmes questions à propos de leurs préférences politiques, ils tendaient à donner, selon les moments, des réponses différentes3. Et les changements de réponse ne semblaient pas correspondre à une quelconque logique rationnelle ; ils paraissaient absolument aléatoires. Converse a forgé le terme de « non-attitudes4 » (« non attitudes ») pour désigner ce type de réponse. Il soutient que la majorité des gens n’ont aucune opinion véritable sur ce que le gouvernement devrait faire dans différents domaines politiques. Quand les enquêteurs se présentent au pas de la porte, ils donnent simplement des opinions rapides (doorstep opinions) ou des réponses sans signification.

12Par la suite, plusieurs chercheurs ont défendu l’idée que l’instabilité des réponses individuelles des citoyens aux enquêtes pouvait résulter, en partie, d’erreurs de mesure : certaines questions apparaissent ainsi ambiguës ou obligent les gens à choisir des réponses qui ne leur conviennent pas. L’enregistrement et la conservation des données peuvent faire également l’objet d’erreur. Mais en comparaison avec ce qui vient d’être dit, cette thèse, encore controversée, semble ne fournir qu’une modeste consolation. Elle laisse entendre par ailleurs que même si les gens avaient de véritables opinions, nous pourrions n’en avoir jamais connaissance, tant la méthodologie d’étude par sondage semble imparfaite sans que nous disposions d’autre moyen alternatif d’enquête. Ainsi l’idée d’une instabilité permanente des réponses aux questions d’enquête sur les préférences politiques du public a continué à s’enraciner davantage.

Stabilité et rationalité de l’opinion publique

  • 5 Le mot « rationnel » a, bien entendu, de nombreuses significations pour de nombreuses personnes. No (...)

13En dépit de cela, et en dépit du scepticisme à l’égard de l’opinion publique qui remonte à Lippmann, Tocqueville et aux Pères Fondateurs, nous désirons présenter une série de propositions sur l’opinion publique aux États-Unis qui développe une approche tout à fait différente. Ces propositions s’accordent avec la thèse générale selon laquelle l’opinion publique collective est réelle, mesurable et rationnelle – ce qui ne veut pas dire exacte ou correctement calculée, mais raisonnable et compréhensible – étant donné les informations dont dispose le public5.

14Nous présenterons ici quelques preuves et illustrations à l’appui de nos propositions, de plus amples développements étant fournis ailleurs (Page et Shapiro, 1992).

15Nos propositions sont les suivantes :

  1. L’opinion publique collective existe. Le public américain en tant qu’entité collective a de véritables préférences concernant la plupart des problèmes politiques du moment, et pas seulement des opinions aléatoires et sans signification.

  2. L’opinion publique peut être mesurée par les enquêtes d’opinion. Il est possible d’apprendre de façon relativement précise ce que sont ces préférences politiques collectives, grâce à des entretiens avec des citoyens appartenant à un échantillon représentatif.

  3. L’opinion collective forme des ensembles cohérents qui discernent les politiques alternatives suivant une orientation raisonnable qui reflète les valeurs et croyances américaines.

  4. L’opinion publique collective est généralement assez stable. Elle change peu, et ne connaît que très rarement des revirements.

  5. Quand l’opinion publique change, elle le fait de façon cohérente et compréhensible. Les changements ne sont ni capricieux, ni erratiques, ni inexplicables mais suivent des principes et des schémas clairs.

  6. De plus, l’opinion publique change presque toujours de façon raisonnable et sensée. C’est-à-dire qu’elle réagit à des événements objectifs, à des évolutions dans la réalité qui affectent les coûts et bénéfices des politiques alternatives, et en réponse à de nouvelles informations véhiculées par les mass-media. Le public réagit de façon sensée aux informations qui sont mises à sa disposition.

16Pour toutes ces raisons, nous pensons que l’on ne doit pas craindre l’opinion publique, et qu’au contraire, on devrait lui faire confiance puisqu’elle représente le principal moteur d’un gouvernement démocratique. Le public américain est à la hauteur de la tâche que la théorie de la démocratie majoritaire lui assigne.

  • 6 En renvoyant à la « formation sociale » des préférences, nous n’entendons pas adopter la notion de (...)

17Comment est-ce possible ? Comment ces propositions peuvent-elles être vraies au regard du faible niveau de connaissance que nous soulignions plus haut et aux réponses fluctuantes données aux enquêteurs par les citoyens ? La réponse suppose une distinction entre les opinions des individus et l’opinion publique collective. Beaucoup d’observateurs ont soutenu de façon erronée que l’opinion publique collective et les réponses aux enquêtes collectives ont les mêmes caractéristiques que les opinions et les réponses de chaque individu qui compose le public. Mais les opinions individuelles et collectives sont en fait assez différentes, pour deux raisons. La première renvoie à l’agrégation statistique des opinions des individus, la deuxième à ce que l’on peut appeler la formation sociale des préférences à travers une délibération collective qui implique la division du travail et des systèmes de communication élaborés6.

  • 7 Achen, C. H., « Mass Political Attitudes and the Survey Response », American Political Science Revi (...)

18L’agrégation statistique repose sur la réalité, la mesurabilité et la stabilité de l’opinion publique collective. Même si les réponses des individus aux sondages d’opinion sont partiellement aléatoires, pleines d’erreurs de mesures, et instables, quand elles sont agrégées en une réponse collective – par exemple le pourcentage de gens qui disent qu’ils préfèrent telle ou telle politique particulière – la réponse collective peut être assez sensée et stable. Il ne s’agit là que d’un exemple de la loi des grands nombres. Dans de bonnes conditions, les erreurs de mesure individuelle seront indépendamment aléatoires et tendront à s’annuler les unes les autres. Les erreurs dans une direction tendront à annuler les erreurs dans la direction opposée. L’on aura alors une mesure précise de l’opinion publique collective (ces propriétés collectives vaudraient par exemple, pour le type d’erreurs de mesure des préférences des individus postulées par Achen7).

19Le même raisonnement s’applique non seulement aux erreurs de mesure mais aux fluctuations réelles des opinions des individus, pour autant que ces fluctuations sont indépendantes les unes des autres. Même si beaucoup d’individus changent d’opinion selon des mouvements « aller et retour » désordonnés, tant qu’ils ont chacun une inclination sous-jacente à leur opinion, ces changements temporaires peuvent s’annuler les uns les autres, et produire une opinion publique collective tout à fait stable.

20Ce contraste entre opinion individuelle et collective n’a rien de magique. Il découle de simples principes statistiques.

21Plus profondément, la formation sociale des préférences à travers la délibération collective explique cette distinction à effectuer entre opinion individuelle et opinion publique. Du fait de ce processus, même mal informée individuellement des subtilités de la politique, l’opinion publique peut agir en tant que collectif de façon tout à fait informée, raisonnable, sensée – d’une façon que nous appelons « rationnelle ». Dans un monde changeant et incertain, les préférences des individus ne sont pas fixes mais se développent et changent en réponse à de nouvelles informations et de nouvelles interprétations. Or, des individus atomisés ne produisent pas seuls dans leur coin de l’information et de l’interprétation, celles-ci sont souvent produites et diffusées par l’intermédiaire d’une structure sociale complexe qui met en jeu une division spécialisée du travail et de larges réseaux de communication.

22Les experts, les chercheurs et les responsables publics produisent du savoir à propos du monde politique. Ils font des découvertes, analysent et interprètent de nouveaux événements. Ces analystes diffusent leurs idées et leurs interprétations auprès des commentateurs et de leaders d’opinion, qui à leur tour communiquent avec le grand public directement à travers les journaux, les magazines et la télévision, et indirectement à travers les réseaux sociaux familiaux, d’amis et de collègues de travail. Les membres du public pensent et parlent entre eux et souvent s’adressent en retour aux élites, mettant en question, critiquant et sélectionnant les idées utiles. La plupart des citoyens n’acquièrent pas de connaissances très détaillées de la politique, mais prêtent attention et réfléchissent sur ce que les médias et amis leur rapportent, de ce que les commentateurs, les responsables et les experts réputés disent au sujet du gouvernement. Et ils tendent à former et à modifier leurs préférences politiques en conséquence.

23Ainsi, de nouvelles informations et de nouvelles idées peuvent affecter l’opinion publique collective même si la plupart des citoyens n’en ont pas de connaissance approfondie. Même lorsque la plupart des individus sont mal informés, l’opinion publique collective peut réagir pleinement et de façon sensée aux événements, aux idées ou aux découvertes (ce que ce système de délibération collective ne peut pas garantir, cependant, c’est que l’information transmise au public soit toujours fidèle, utile et non tendancieuse – nous reviendrons sur ce point dans notre analyse de la manipulation de l’opinion).

Bibliographie

Références bibliographiques

Almond, G. Á., The American People and Foreign Policy, New York, Praeger, I960 (1950).

Berelson, B. R., Lazarsfeld, P. F. et Mc Phee, W. N., Voting : A Study of Opinion Formation in a Presidential Campaign, Chicago, The University of Chicago Press, 1954.

Campbell, A., Converse, P. E., Miller, W. E. et Stokes, D. E., The American Voter, New York, Wiley, 1960.

Erikson, R. S., Luttbeg, N. R. et Tedin, Ê. L., American Public Opinion : Its Origins, Content, and Impact, 3e éd., New York, Macmillan, 1988.

Hamilton, Á., Madison, J. et Jay, J., The Federalist Papers, éd. Clinton Rossiter, New York, New American Library, 1961 (1787-88).

Lazarsfeld, P. F., Berelson, B. et Gaudet, H., The People’s Choice : How the Voter Makes Up His Mind in a Presidential Campaign, 3e éd., New York, Columbia University Press, 1968 (1944).

Lippmann, W., Public Opinion, New York, Macmillan, 1922.

Page, B. I., Shapiro, R. Y, The Rational Public : Fifty Years of Trends of American’s Policy Preferences, Chicago, The University of Chicago Press, 1992.

Tocqueville, A. De, Democracy in America, 2 vol., éd. Phillips Bradley, New York, Random House, 1954 (1835-1840).

Notes

1 Page, B. I., Shapiro, R. Y., « Le public rationnel et la démocratie », in Hermès no 31, L’opinion publique. Perspectives anglo-saxonnes, Paris, CNRS Éditions, 2001, p. 93-124 (trad. fr. Laurence Monnoyer-smith). [Extrait de Reconsidering the Democratic Public, George E. MARCUS ; Rüssel L. HANSON (dir.), Pennsylvania State University Press, 1993].

2 Gunn, J.A.W., « Public Opinion », in Political Innovation and Conceptual change, éd. Terence Ball, James Farr, and Russell L. Hanson, 247-65. Cambridge, Cambridge University Press, 1989.

3 Converse, P. E., « The Nature of Belief Systems in Mass Publics », in Ideology and Discontent, David E. Apter (ed.), 206-61, New-York, Free Press, 1964.

4 Converse, P. E., « Attitudes et Non-attitudes : Continuation of a Dialogue », in The Quantitive Analysis of Social Problems, Edward R. Tufte (éd.), 168-89, reading, Mass. Addison-Wesley, 1970.

5 Le mot « rationnel » a, bien entendu, de nombreuses significations pour de nombreuses personnes. Nous voulons dire par là que les préférences politiques des citoyens ressortissent d’une rationalité instrumentale, qu’elles sont conçues en vue d’obtenir certains bénéfices politiques. Mais cela n’implique pas un calcul égoïste et étroit de bénéfices matériels. Les bénéfices peuvent concerner des êtres aimés, des groupes sociaux particuliers, la patrie dans son ensemble, ou la totalité de l’humanité, et pas seulement soi-même ; ils peuvent mettre en jeu des biens immatériels (par exemple esthétiques ou affectifs). Plus encore, nous n’insistons pas sur le fait que le comportement soit soumis à un calcul ou même conscient pour posséder les caractéristiques de la rationalité instrumentale. Ainsi, nous utilisons le terme davantage dans le sens que lui donne V.O. Key J.-R., (1966), que dans celui que lui donnent les modèles économistes du choix rationnel.

6 En renvoyant à la « formation sociale » des préférences, nous n’entendons pas adopter la notion de « socialisation », qui laisse entendre que les citoyens sont entièrement passifs, que leurs esprits sont comparables à des ardoises immaculées sur lesquelles écrivent des forces au delà de leur contrôle. Nous concevons les citoyens à la fois comme plus actifs et plus résistants que cela. La plupart des gens sont en possession de valeurs et de croyances de base, enracinées dans l’expérience, qui sont difficiles à faire bouger ; ils réfléchissent sur la politique et en parlent, mettent en question ce qu’ils entendent et exercent leur jugement. Nous pensons que l’expression de « délibération collective » décrit mieux les processus à travers lesquels les préférences politiques se développent et changent, mais nous voulons aussi souligner que la délibération se déroule dans un contexte social.

7 Achen, C. H., « Mass Political Attitudes and the Survey Response », American Political Science Review, 69 : 1218-31, 1975.

Auteurs

Chercheur au Northwestern University d’Evanston (Chicago).

Chercheur, Columbia University (New-York).

© CNRS Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search