Version classiqueVersion mobile

L'opinion publique

 | 
Nicole d'Almeida

La transformation de l’opinion publique par les sondages

Benjamin Ginsberg

Note de l’éditeur

Reprise1 du no 31 de la revue Hermès, L’Opinion publique. Perspectives anglo-saxonnes, 2001

Texte intégral

1La « volonté du peuple » est devenue la norme suprême d’évaluation de l’action des gouvernements contemporains. Dans les démocraties, et en particulier aux États-Unis, on juge typiquement la valeur des politiques du gouvernement comme la vertu des responsables publics à l’aune de leur popularité. Les dictatures contemporaines, de leur côté, prennent soin de payer leur écot au principe de souveraineté du peuple, même s’il ne s’agit que d’entretenir le soutien du peuple à l’intérieur et de garder, à l’extérieur, une image favorable. Certains tyrans arrivent même à se convaincre qu’ils expriment vraiment la volonté du peuple, voire incarnent celle-ci.

  • 2 Par exemple Harwood Childs, parmi les premiers universitaires spécialistes de l’opinion publique l’ (...)

2Une grande partie de l’importance du sondage d’opinion comme institution civique provient de la signification que les idéologies contemporaines assignent à la volonté du peuple. Les sondages prétendent offrir une connaissance fiable et scientifiquement élaborée des désirs, des craintes et des croyances de la population, et ainsi donner un visage concret au principe de la volonté populaire. La disponibilité d’informations précises ne garantit de toute évidence en aucun cas que les gouvernements tiendront compte des opinions de la population. Pourtant un grand nombre de spécialistes et de praticiens de la recherche par sondage a toujours cru qu’une représentation plus exacte des opinions du peuple pourrait au moins accroître les chances que les politiques des gouvernements soient fondées sur l’opinion et répondent à celle-ci2.

  • 3 La mesure des attitudes et comportements peut souvent être perturbatrice (« intrusive »), et change (...)

3Malheureusement, les sondages font plus que mesurer et enregistrer les manifestations naturelles ou spontanées des vues du peuple. Les résultats livrés par les sondages sont en effet le produit d’une interaction entre l’opinion et l’instrument d’enquête3. En même temps qu’ils la mesurent, les sondages interagissent avec l’opinion, produisant des changements dans la nature et l’identité des idées qui trouvent une expression publique. Les changements induits par les sondages ont en retour de profondes implications sur la relation entre l’opinion publique et le gouvernement. Avant tout, l’activité de sondage a contribué à domestiquer l’opinion en aidant à transformer une force politiquement puissante et souvent perturbatrice en phénomène plus maîtrisable, d’ordre plébiscitaire.

Contre l’assimilation sondages-opinion publique

4Résultats de sondage et opinion publique sont des expressions utilisées de façon presque synonyme. Pour se rendre compte à quel point l’opinion publique est maintenant identifiée aux sondages, il suffit d’examiner le nouveau et élégant magazine national intitulé Public Opinion, qui sans en l’avoir l’air consacre presque toute son attention à la présentation et à la discussion de résultats d’enquêtes.

  • 4 Barnard C. F., « Public Opinion in a Democracy », Herbert L. Baker Foundation, Princeton University (...)

5Pourtant, contre cette tendance générale qui identifie l’opinion publique aux résultats d’enquête, le sondage n’est manifestement pas la seule source de connaissance possible des attitudes du public. Il ne fait aucun doute qu’il existait des moyens de connaître l’opinion publique avant que ne se développent les techniques d’enquête modernes. Les déclarations des notables locaux et des porte-parole des groupes d’intérêts, les lettres à la presse et aux responsables publics, parfois les manifestations, les mouvements de protestation et les émeutes fournissaient des indications sur les opinions du peuple bien avant l’invention de l’enquête par sondage. Les gouvernements prenaient sans doute bonne note de tous ces symptômes de l’humeur du peuple. Comme le remarqua jadis Chester Bernard, cadre (corporate executive) et commentateur politique, avant l’apparition des sondages, les législateurs « lisaient les journaux locaux, faisaient le tour de leur circonscription et parlaient avec les électeurs, recevaient des lettres de leur État et s’entretenaient avec des délégations qui prétendaient parler au nom de larges et d’importantes fractions de l’électorat4 ».

6Certainement ces modes d’évaluation alternatifs de l’opinion publique existent-ils toujours. Mais il faut remarquer que lorsque les résultats d’un sondage diffèrent de l’interprétation de l’opinion publique présentée à partir d’une autre source, c’est presque invariablement les sondages que l’on présume corrects. Le dirigeant d’un syndicat, dont le compte-rendu des opinions de la base diffère des conclusions d’un sondage, est automatiquement soupçonné de dénaturer ou de falsifier l’opinion de ses membres. Les hommes politiques qui osent contester les estimations négatives de leur popularité fournies par les sondages sont immédiatement tournés en ridicule par la presse.

7Cette présomption en faveur des sondages d’opinion provient du caractère à la fois scientifique et représentatif de ces derniers. La recherche par sondage est façonnée d’après la méthodologie des sciences naturelles et donne au minimum une impression de sophistication technique et d’objectivité scientifique. Les résultats de sondages délibérément tendancieux et déformés dont la presse se fait occasionnellement l’écho ne dénaturent que partiellement cette impression.

8De la même façon, les sondages peuvent prétendre offrir une vision du sentiment populaire plus représentative qu’aucune autre source de connaissance. Les porte-parole de groupes n’expriment parfois que leur propre opinion. La répartition des opinions reflétée par le courrier des lecteurs et rapportée par les responsables politiques manque notoirement d’objectivité. Les manifestants et émeutiers, bien que sincères, ne constituent rarement plus qu’une minuscule et peu représentative portion de la population. Les sondages, par contraste, essayent au moins de tenir compte de façon égale de tous les individus concernés. Et de fait, en offrant une vision représentative de l’opinion publique, les sondages ont souvent servi d’antidote contre les faux porte-parole et d’indicateurs concernant les problèmes du peuple, problèmes qui auraient pu ne jamais être mentionnés par les individus qui écrivent aux législateurs ou aux directeurs de journaux.

9Néanmoins, les sondages font plus qu’offrir un compte-rendu scientifique et représentatif du sentiment populaire. La substitution des sondages à d’autres moyens d’évaluation des opinions publiques a aussi pour effet de transformer plusieurs des caractéristiques principales de l’opinion.

10Les sondages en sont venus, ces dernières années, à représenter un élément important aidant à déterminer comment, pour qui, quand et quelles opinions privées deviennent des objets publics. De fait, l’avènement des sondages a beaucoup contribué à changer l’agrégation, le cumul et l’expression publique des opinions des citoyens.

11On peut faire remonter directement à l’introduction de l’enquête par sondage quatre changements fondamentaux dans le caractère de l’opinion publique. Premièrement, les sondages altèrent à la fois ce qui est exprimé et perçu comme l’opinion du public en transformant un phénomène volontaire (voluntary matter) en un phénomène pris en charge et subventionné de l’extérieur (externally subsidized matter). Deuxièmement, les sondages modifient la manière dont l’opinion est publiquement présentée en transformant ce qui est un comportement en une attitude. Troisièmement, les sondages changent l’origine de l’information sur les croyances publiques en transformant ce qui est la propriété de groupes en l’attribut d’individus. Enfin, les sondages enlèvent partiellement aux individus le contrôle qu’ils ont de l’expression publique de leur opinion en transformant ce qui est une assertion spontanée en une réponse contrainte.

12Individuellement et collectivement, ces transformations ont profondément affecté la nature de l’opinion publique, et, de façon plus importante, le rapport de l’opinion au gouvernement et à ses politiques. Dans la mesure où les sondages ont supplanté les modèles alternatifs d’évaluation du sentiment populaire, ces quatre transformations ont contribué de façon décisive à la domestication et à la pacification de l’opinion publique. Les sondages ont rendu l’opinion publique moins dangereuse, moins perturbatrice, plus encline à « laisser-faire » (permissive) et, peut-être, davantage soumise au contrôle du gouvernement.

13Avant l’avènement des sondages, on ne pouvait souvent qu’inférer l’opinion publique des comportements politiques. Avant que ne soient disponibles des résultats d’enquête concernant l’électorat, par exemple, les analystes cherchaient généralement à déduire l’opinion de l’électorat de la configuration des votes, attribuant la fortune électorale des candidats aux différentes caractéristiques de l’humeur publique qui pouvaient être tirées des résultats des élections. Les mouvements de population servaient souvent de base à des conclusions sur les préférences des citoyens.

14Aujourd’hui, l’opinion publique est synonyme de sondages. Mais au xixe siècle, l’opinion publique était généralement identifiée aux émeutes, grèves, manifestations et boycotts. Le sentiment public au xixe siècle pouvait parfois se manifester à travers des formes de comportement assez curieuses. Par exemple, dans les années 1830 à Londres, l’« éclairage » (illumination) était un moyen prisé d’expression de l’opinion populaire. Dans un « éclairage », ceux qui épousaient une opinion particulière plaçaient des lanternes ou des chandelles à leur fenêtre. Bien souvent la foule allait de maison en maison en demandant que les occupants « éclairent ». Ceux qui refusaient pouvaient retrouver leurs vitres brisées et leur maison saccagée.

Utilisations politiques des sondages

15L’avènement des sondages a transformé l’opinion publique, qui était de l’ordre du comportement, en un phénomène de l’ordre de l’attitude. Les sondages extraient, organisent et rendent publique l’opinion sans requérir aucune action de la part du détenteur de l’opinion. Bien sûr la présentation publique de l’opinion via les sondages n’exclut en aucune façon l’expression ultérieure de celle-ci à travers un comportement. Mais les sondages permettent à tout parti intéressé d’évaluer l’état d’esprit du public sans avoir à en attendre une manifestation comportementale.

16Dans la perspective des élites politiques, la vertu manifeste des sondages est qu’ils permettent de reconnaître et de gérer les attitudes populaires – même les attitudes des secteurs les plus silencieux de la population – avant qu’elles ne se matérialisent en une forme d’action politique désagréable, perturbatrice ou menaçante. En démocratie, bien sûr, la menace comportementale la plus routinière posée par l’opinion publique est l’action hostile dans l’isoloir, et le sondage est devenu pour les élites politiques démocratiques l’un des principaux moyens d’anticipation et de prévention du mécontentement de l’électorat. Mais dans le contexte à la fois de démocraties et de dictatures, les gouvernements ont aussi abondamment employé les sondages pour prévenir les possibilités de désobéissance et d’agitation populaire.

17Ces dernières années, par exemple, de nombreux régimes d’Europe de l’Est ont lancé des programmes de sondages. Les sondages ont été utilisés, en partie, pour avertir les dirigeants de foyers potentiels de désaffection populaire, d’hostilité, ou d’activités antigouvernementales… Les sondages donnent au régime l’opportunité de résoudre ces « malentendus » avant qu’ils ne constituent une menace sérieuse.

18La réponse du gouvernement polonais à de telles enquêtes a été de chercher à modifier les attitudes jugées menaçantes. Les campagnes ayant pour but le changement des attitudes, cependant, ne sont pas les seules réactions autoritaires possibles du gouvernement. Le chef de la Gestapo Heinrich Himmler est réputé avoir soigneusement étudié les sondages sur les attitudes des Allemands à l’égard du régime nazi et de sa politique. Apparemment à chaque fois qu’il remarquait que certains sondés ne répondaient pas de façon appropriée, il exigeait de connaître leur nom.

19Aux États-Unis, le sondage a généralement été utilisé comme adjuvant dans la mise en œuvre des politiques (policy implementation). Les sondages peuvent fournir aux membres de l’Administration une idée de ce que les citoyens sont ou ne sont pas susceptibles de tolérer, et ainsi les aider à éviter la désobéissance et la résistance du peuple… Durant ces dernières années, la réalisation de sondages variés est devenue un élément courant du processus de mise en œuvre des politiques publiques.

20Il me faut souligner encore une fois que même les utilisations les plus larges et les plus habiles des sondages ne garantissent pas que l’opinion publique ne se manifestera qu’à travers des attitudes.

21Même à l’ère des sondages, les expressions comportementales de l’opinion sous la forme de protestations, d’émeutes, de grèves, etc. sont assez courantes. La connaissance la plus pointue des attitudes du public ne garantit pas que les gouvernements pourront ou voudront agir effectivement pour prévenir l’expression de ces dernières à travers certains types de comportements.

22Néanmoins, les sondages peuvent offrir aux gouvernements une certaine connaissance de l’opinion publique tant que cette dernière reste formellement de l’ordre de l’attitude, pose moins de danger immédiat, et reste susceptible de modifications ou d’arrangements.

23Dans certaines circonstances, bien sûr, la connaissance des attitudes populaires glanée dans les sondages peut convaincre les détenteurs du pouvoir de simplement s’incliner devant la volonté populaire avant qu’il ne soit trop tard. Une telle réaction répond sans doute bien aux espoirs exprimés par les défenseurs des sondages. Cependant, assez souvent, les sondages ont pour effet d’affaiblir la menace ou la pression que l’opinion publique est susceptible de faire peser sur les responsables et décideurs publics. En convertissant l’opinion, en transformant un phénomène de l’ordre du comportement en un phénomène de l’ordre de l’attitude, les sondages transforment en effet aussi l’opinion publique en un phénomène moins immédiatement menaçant et dangereux.

  • 5 Report of the National Advisory Commission on Civil Disorders, New York, Bantam, 1968, part. chap. (...)

24Les sondages peuvent, pourtant, donner à un gouvernement de meilleures chances de manipuler et de modifier l’opinion publique et par là d’éviter de se conformer aux préférences des citoyens. On peut trouver un exemple intéressant de ce phénomène dans l’activité de la Commission anti-émeutes (Riot Commission) américaine de 1965 dont le rapport n’appela pas à des changements dans les institutions et les politiques sur lesquelles les Noirs avaient violemment exprimé leurs opinions5. Avant tout, l’effet des sondages fut d’aider le gouvernement à trouver un moyen de ne pas s’adapter aux opinions que les Noirs avaient exprimées dans les rues des ghettos urbains des États-Unis.

Trahison de l’opinion par les sondages

25Les comportements de masse ne constituaient pas, avant l’avènement des sondages, le seul gisement d’informations concernant l’opinion populaire. L’on pouvait aussi obtenir un aperçu de l’état d’esprit de la population par les militants, dirigeants ou notables des groupes organisés ou communautaires de la nation. Les responsables politiques comme tous ceux qu’intéressait, par exemple, l’opinion des travailleurs, consultaient habituellement les responsables syndicaux. De la même façon, les gens soucieux de l’état d’esprit des agriculteurs pouvaient s’adresser aux dirigeants des organisations agricoles. Bien évidemment, les dirigeants des groupes d’intérêts, les responsables de parti et les notables attendaient rarement qu’on leur demande leur sentiment. Ces notables faisaient – et font toujours – volontairement le premier pas pour donner leur avis sur l’opinion de leurs adhérents.

26Bien que de tels avis ne soient pas toujours pleinement fondés, il est certain que les dirigeants de groupes, de partis et de communautés ont souvent de meilleures occasions de rencontrer et d’écouter leurs adhérents que n’en ont les membres extérieurs. Avant l’invention des sondages, ces dirigeants possédaient très probablement les plus fiables des données disponibles sur les opinions de leurs partisans. En l’absence de preuves contradictoires, en tout cas, la prétention de ces dirigeants à détenir une connaissance exceptionnelle d’une certaine partie de l’opinion publique était suffisamment forte pour leur permettre d’avoir une influence considérable sur les affaires de la Nation. Globalement l’opinion publique était un bien précieux qui appartenait aux partis, aux groupes d’intérêts, ou aux communautés et à leurs chefs.

27L’avènement des sondages a transformé l’opinion publique, qui était la propriété de groupes, en l’attribut d’individus. Les sondages d’opinion sont à même d’extraire directement l’opinion des individus-citoyens, et ainsi de permettre aux gouvernements de contourner les porte-parole putatifs de l’opinion publique. Les sondages n’ont jamais complètement supplanté les dirigeants de communautés et de groupes d’intérêts comme source d’information concernant l’état d’esprit du peuple. Néanmoins, ils réduisent la nécessité de tels intermédiaires en permettant à toutes les agences ou organisations désireuses de connaître l’opinion publique d’établir leurs propres liens avec les détenteurs d’opinion. En même temps, les sondages sapent souvent la prétention des dirigeants de groupes et des activistes à parler au nom de leurs adhérents. Les sondages semblent assez fréquemment découvrir des divergences entre les prétentions des dirigeants ou des porte-parole auto-désignés d’un côté, et de l’autre l’opinion du grand public qu’ils prétendent refléter.

28D’un côté, les sondages dressent sans aucun doute un tableau un peu plus représentatif des opinions du public que celui qu’il est possible d’obtenir des leaders de groupe et des notables, qui déforment, par négligence ou de façon délibérée, les opinions de leurs adhérents. Même avec les meilleures intentions, il se peut que les leaders d’un groupe soient insuffisamment sensibles à l’inévitable disparité de points de vue entre les activistes et les citoyens ordinaires et présument simplement que les opinions de leurs adhérents ne sont que l’écho de leurs propres opinions. Les sondages peuvent constituer un antidote utile contre l’inexactitude comme contre le mensonge.

29D’un autre côté, cependant, en sapant la capacité (capacity) des groupes, intérêts, partis, etc. à parler au nom de l’opinion publique, les sondages peuvent aussi diminuer l’efficacité de l’opinion publique comme force dans les affaires politiques. Par essence, les sondages s’interposent entre l’opinion et son expression organisée ou collective. Bien qu’ils puissent parfois déformer l’opinion de leurs membres, les groupes organisés, les groupes d’intérêts et les partis restent les rouages les plus efficaces pour faire en sorte que l’opinion ait un impact sur le gouvernement et la politique. La transformation de l’opinion publique par les sondages en l’attribut d’individus augmente l’exactitude mais réduit très probablement l’efficacité générale de l’expression publique de l’opinion de masse.

30En l’absence des sondages, les individus choisissaient généralement eux-mêmes l’objet des revendications publiques qu’ils désiraient faire entendre. Les personnes ou groupes désireux de dépenser les capitaux, l’effort ou le temps nécessaires pour se faire une tribune publique sélectionnaient généralement aussi l’agenda ou les sujets sur lesquels leurs opinions seraient diffusées.

31L’individu qui écrit une lettre de colère à un journal ou au législateur choisit généralement l’objet de son mépris. Les organisateurs d’une marche de protestation définissent généralement l’objet de leur colère. Probablement les foules d'« éclaireurs » au xixe siècle choisissaient-elles de leur propre chef les sujets qu’elles mettaient en lumière pour un plus large public.

32L’introduction des sondages d’opinion n’a certainement pas fermé aux individus la possibilité de présenter des opinions sur des sujets choisis par eux-mêmes. En fait, aux États-Unis, une multitude d’organisations, de groupes et d’individus prend continuellement les devants pour exposer les idées les plus extraordinaires. Néanmoins, les sondages extraient l’opinion des individus sur des questions qui ont été bien davantage sélectionnées par un organisme extérieur – les commanditaires de l’enquête – que par les sondés eux-mêmes. Ainsi les sondages réduisent-ils le contrôle qu’ont les individus sur l’agenda de l’expression de leur propre opinion. Avec l’utilisation des sondages, l’opinion exprimée publiquement devient moins clairement une affirmation des propres préoccupations des individus et davantage une réponse aux intérêts des autres.

33La conséquence la plus manifeste de ce changement est que le sondage peut donner une représentation trompeuse de l’agenda des préoccupations publiques, car ce qui apparaît important aux organismes commanditaires de sondages peut se révéler assez différent des préoccupations du grand public. Les divergences entre l’agenda des sondages et les intérêts généraux du grand public étaient particulièrement aiguës durant la tourmente politique et sociale de la fin des années I960 et du début des années 1980. Bien que, comme nous l’avons vu, les sondages furent utilisés pendant cette période par le gouvernement pour mettre un frein au désordre, les principaux sondages commerciaux s’intéressèrent peu aux problèmes qui soulevaient tant d’inquiétude publique.

34L’année 1970, par exemple, fut marquée aux États-Unis par le conflit racial et la protestation pacifiste (anti-war). Il y eut au moins quarante-quatre protestations pacifistes majeures et quelques quarante manifestations de violence raciale (cf. Kattelman (dir.), 1971). Pourtant en 1970, le Sondage national Gallup ne consacra que 5 % de ses questions à la politique américaine au Viêt-nam et seulement deux questions sur 162 aux relations raciales domestiques (cf. Gallup, 1972).

35Étant donné le caractère commercial de l’industrie des sondages, les différences entre les préoccupations des sondages et ceux du grand public sont probablement inévitables. Les sondages soulèvent généralement des questions qui ont de l’intérêt pour les clients et les acheteurs de résultats : journaux, candidats politiques, organismes gouvernementaux, entreprises commerciales, etc. Les questions qui ne sont d’aucune pertinence immédiate pour le gouvernement, le monde des affaires ou les hommes politiques, ne trouvent pas facilement leur voie jusqu’aux sondages. Ceci est particulièrement vrai pour des problèmes tels que la validité du système économique capitaliste ou la légitimité de l’autorité gouvernementale, problèmes que le monde des affaires préfère ne pas voir soulever, et encore moins à ses propres frais. Parce qu’ils posent rarement des questions sur les fondements de l’ordre existant, tout en demandant constamment aux sondés de choisir entre des alternatives définies par cet ordre – candidats ou produits de consommation par exemple – les sondages contribuent à rétrécir l’horizon de la discussion publique et renforcent les limites de ce que le public perçoit comme constituant les possibilités politiques et sociales réalistes.

36Mais quels que soient les changements dans l’horizon du discours public que les sondages contribuent à produire, le problème, plus large, est qu’ils altèrent fondamentalement la nature de l’agenda public de l’opinion. Tant que les groupes et les individus présentent normalement leur opinion sur des sujets choisis par eux-mêmes, il y a toutes les chances pour que l’ordre du jour de l’opinion consiste dans les propres besoins, espoirs et aspirations des citoyens. Les opinions extraites par les sondages, au contraire, concernent principalement les problèmes intéressant le gouvernement, le monde des affaires ou les autres commanditaires de sondages. En général, les questions de sondage ont comme visée finale une forme d’exhortation. Les entreprises font des sondages pour persuader les consommateurs d’acheter leurs marchandises. Les candidats font des sondages pour convaincre les électeurs de les soutenir. Les gouvernements font des sondages pour obtenir l’obéissance des citoyens. Parfois plusieurs de ces buts sont associés. En 1971, par exemple, le Conseil Intérieur de la Maison Blanche (White House Domestic Council) commanda un sondage qui traitait d’une multitude de questions sociales conçues à la fois pour aider l’administration dans sa planification politique (policy planning) et pour soutenir les efforts de réélection du président.

37Avant tout, les sondages disent aux gouvernements – et aux autres commanditaires – ce qu’ils aimeraient connaître sur les opinions des citoyens, davantage qu’ils n’offrent aux gouvernements les opinions que les citoyens voudraient leur voir connaître. Il en résulte une transformation de l’expression publique de l’opinion, qui voit l’affirmation d’une demande se changer en étape d’un processus de persuasion.

Bibliographie

Références bibliographiques

Kattelman, D., (dir.), Facts on File Five Years Index, 1966-1970, New-York, Facts and file, 1971.

Gallup, G., The Gallup Poll, Public opinion 1935-1971, vol. 3, New-York, Randon House, 1972.

Notes

1 Ginsberg, B., « Les sondages et la transformation de l’opinion publique », in Hermès no 31, L’opinion publique. Perspectives anglo-saxonnes, Paris, CNRS Éditions, 2001, p. 167-180. [Extrait de The Captive Public : How Mass Opinion Promotes State Power, New-York, Basic Books, 1986.]

2 Par exemple Harwood Childs, parmi les premiers universitaires spécialistes de l’opinion publique l’un des plus importants, fit valoir que « [les sondages] mettent l’opinion publique au grand jour et ainsi rendent les appareils gouvernementaux plus sensibles à l’opinion ». Childs H., Public Opinion, Princeton, N.J., D. Van Nostrand, 1965, p. 84. De la même façon, George Gallup fit remarquer que l’on pourrait substantiellement améliorer la qualité du gouvernement représentatif si les représentants avaient « une vue précise des souhaits, des aspirations et des besoins des différents groupes qui forment le grand public ». Gallup G., Rae S., The Pulse of Democracy, New York, Simon and Schuster, 1940, p. 266.

3 La mesure des attitudes et comportements peut souvent être perturbatrice (« intrusive »), et changer davantage que simplement enregistrer le phénomène en question. Pour une discussion de qualité du problème voir Webb E. et al., Unobtrusive Measures : Nonreactive Research in Social Sciences, Chicago, Rand McNally, 1966.
Bien que le problème des mesures perturbatrices soit plus aigu dans les sciences sociales, il est bien connu en biologie et en science physique. Le problème de l’« incertitude » dans le domaine de la mécanique quantique, par exemple, vient du fait que la mesure du mouvement des électrons affecte la trajectoire que prendra l’ électron.
La trajectoire de l’électron est en fait, comme le dit Lev Landau, « un produit de son interaction » avec l’instrument de mesure… Landau L.D. et. Lifshitz E.M., Quantum Mechanics, Reading, Mass., Addison Wesley, 1958, p. 3 (J.B. Sykes et J.-S. Bell, [trad.]).

4 Barnard C. F., « Public Opinion in a Democracy », Herbert L. Baker Foundation, Princeton University, Princeton, N.J., 1939, pamphlet, p. 13.

5 Report of the National Advisory Commission on Civil Disorders, New York, Bantam, 1968, part. chap. 17. Pour un commentaire, voir. Fogelson R. M., Violence as Protest, New York, Doubleday, 1971, part. chap. 7.

Auteur

Chercheur au Center for Governemental Studies, Johns-Hopkins University (Baltimore).

© CNRS Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search