Version classiqueVersion mobile

L'opinion publique

 | 
Nicole d'Almeida

Mettre les sondages au service de la démocratie

George Gallup

Note de l’éditeur

Reprise1 du no 31 de la revue Hermès, L’Opinion publique. Perspectives anglo-saxonnes, 2001

Texte intégral

1La théorie démocratique est aujourd’hui mise en cause à travers le monde. Hitler brocarde les « masses stupides », la « bêtise granitique du genre humain » et ne considère pas les gens ordinaires autrement que comme un « troupeau d’électeurs ». Pour lui, le gouvernement démocratique et parlementaire est celui des « incompétents et des ignorants ». Son partenaire de l’Axe, Mussolini, proclame bruyamment que le fascisme a « jeté aux ordures » la « théorie sans vie » du gouvernement démocratique.

2Ce défi lancé aux principes démocratiques soulève deux questions fondamentales. La première est de savoir si la démocratie est la meilleure forme de gouvernement. Il est évident qu’une écrasante majorité des américains pense cela. Les traditions de la liberté individuelle, de la libre parole, du droit de s’assembler et du débat public sont si profondément enracinées dans cette nation que l’idée d’un gouvernement dictatorial suscite la répulsion instinctive des américains.

3Dans toute confrontation entre l’idéologie démocratique et l’idéologie totalitaire, le choix du peuple américain est éminemment clair. La seconde question fondamentale concerne la manière dont la démocratie peut être rendue plus efficace. Un gouvernement doit rester en alerte, il doit s’adapter à des conditions toujours changeantes, il doit sans cesse chercher à éprouver et perfectionner ses modes d’action. Un gouvernement n’est pas un ensemble de principes abstraits ; c’est un organisme en mouvement qui vit ou meurt selon l’efficacité avec laquelle il conduit sa force.

4L’un des principaux avantages mis au compte du totalitarisme est l’efficacité de son administration.

5Quand la volonté d’une nation est en fait la volonté d’un seul homme, l’action rapide et efficace est possible – les problèmes peuvent être posés et résolus rapidement, même s’il s’agit pour le moins d’une efficacité à court terme. D’un autre côté, dans une démocratie, le peuple tout entier a le droit de trancher de grands débats de politique publique. C’est un processus lent et jamais achevé. Nous n’avons une élection nationale que tous les deux ans. Dans un monde où tout change aussi rapidement comme on peut le constater aujourd’hui, il est souvent préférable de connaître la volonté du peuple à propos des grandes questions de politique publique et à des intervalles de temps plus courts. Nous ne pouvons pas poser des problèmes et dire ensuite : « laissons les prochaines élections en décider ».

6Les événements n’attendent pas les prochaines élections. Nous avons besoin de connaître la volonté du peuple à chaque instant. Si nous y parvenons, l’efficacité de la démocratie s’en trouvera accrue, parce que nous pourrons substituer une connaissance spécifique de l’opinion publique aux tâtonnements et aux spéculations actuels. C’est par une information sur le véritable état de l’opinion publique que les hommes politiques peuvent accéder aux aspirations de l’électorat et concevoir des projets de gouvernement. Ils peuvent savoir quel degré d’opposition suscite tel ou tel projet et quels efforts seront nécessaires pour gagner le soutien du public. La tâche d’initier l’action publique relève, comme toujours, de la responsabilité des hommes politiques. Mais la volonté collective ou les attitudes du peuple doivent être étudiées sans plus tarder.

Volonté du peuple, élection et groupes de pression

7Comment connaître la volonté du peuple à chaque instant ? Avant de répondre à cette question, je voudrais examiner quelques-unes des principales voies par lesquelles, aujourd’hui, s’exprime l’opinion publique. La plus importante de ces voies est évidemment l’élection nationale.

8L’élection est la seule expression du jugement public qui soit à la fois officielle et capable de contraindre. Mais, considérées d’un point de vue strictement objectif, les élections expriment l’opinion nationale de manière confuse et imparfaite. En premier lieu, elles interviennent trop rarement. En second lieu, ainsi que Bryce l’avait pointé dans The American Commonwealth, il est de fait impossible de distinguer les programmes des candidats. Comment pouvons-nous savoir si le public vote pour un homme ou pour son programme ? Comment est-il possible de savoir si toutes les propositions d’un même candidat sont approuvées par les électeurs ou si ceux-ci approuvent certaines propositions tandis qu’ils en rejettent d’autres ? Or, la société devient chaque jour plus complexe, la tendance est d’avoir de plus en plus de programmes à chaque nouvelle élection. Quelques-uns seulement peuvent être discutés ; les autres non.

9Les élections législatives offrent à l’opinion publique une seconde voie par laquelle elle peut s’exprimer aujourd’hui. Le législateur, techniquement parlant, est censé représenter les intérêts de tous les électeurs de sa circonscription. Mais avec le bipartisme*, la tentation est forte pour lui de représenter et d’être influencé par les électeurs de son propre parti. Il est soumis à la discipline du parti et à la volonté de ses chefs. Son travail dépendra du rôle qu’il accordera à de telles pressions.

10Dans ces circonstances, son comportement au Congrès* est probablement gouverné non par l’idée qu’il se fait de ce que veulent les électeurs de son État, mais par l’idée qu’il se fait de ce que veulent les chefs de son parti dans ce même État.

11Même dans le cas ou une assemblée élue s’efforce d’améliorer sa représentation du peuple, elle est confrontée au problème suivant : quelle est la volonté du peuple ? Devra-t-elle l’apprécier à travers les lettres ou les télégrammes que lui adressent les administrés ? Trop souvent ces modalités d’expression de l’opinion publique sont le fait d’une minorité organisée. L’élu du Congrès devra-t-il apprécier l’état de l’opinion publique à travers les visites que lui rendent des délégations qui viennent de son propre district ?

12Les législateurs sont constamment exposés à l’influence des lobbies* et des groupes de pression. Le sénateur Tydings, dans une conférence prononcée ici, à Princeton, soulignait récemment que les États-Unis étaient au monde le sol le plus favorable à l’activité de ces groupes. Le peuple américain représente un conglomérat de races différentes, chacune avec des origines culturelles également différentes. Les particularismes et les groupes en lutte les uns avec les autres déterminent la politique nationale et internationale.

13Évidemment, le législateur croit devoir légiférer en assurant les intérêts de son district. Mais il se doit également de légiférer en assurant les intérêts de la Nation tout entière. Logiquement, cependant, pour mener à bien ce second devoir, il doit connaître ce que pense la Nation. Il est d’autant plus difficile pour lui de connaître les attentes de la Nation tout entière qu’il n’est même pas en mesure de savoir ce que pensent les électeurs de son propre district. Ainsi, s’il pouvait connaître ces attentes à chaque instant, il serait plus souvent en mesure de légiférer dans l’intérêt du pays tout entier. Je pense que nous serons d’accord pour considérer que dans un système politique où le gouvernement repose sur le consentement des gouvernés, il doit exister une communication permanente entre les représentants élus par le peuple et le peuple lui-même. Dans un passage éloquent de Modern Democracies, Bryce décrivait la situation en ces termes : « En disant que l’opinion publique est le véritable dirigeant des États-Unis, je veux dire qu’il existe un jugement et un sentiment de la Nation tout entière qui est imparfaitement exprimé à travers les assemblées représentatives, qui ne peut pas être mesuré par l’analyse de la distribution des votes aux élections, qui ne peut pas aisément être recueilli par l’étude la plus subtile de la presse, mais qui demeure cependant une force réelle, impalpable comme le vent, une force que nous tentons tous de découvrir et à laquelle nous obéissons tous. »

Utilité et fiabilité des enquêtes d’opinion

  • 2 Ici, Gallup écrit « the cross-section or sampling survey » (NDT).

14Cet effort pour découvrir l’opinion publique a été largement responsable de l’introduction d’un nouvel instrument permettant de connaître l’opinion publique – l’enquête par échantillon représentatif2. Au moyen de larges études nationales réalisées à de brefs intervalles, les chercheurs tentent aujourd’hui de mesurer et de donner une voix aux sentiments populaires que suscitent les grands enjeux du moment. Cette nouvelle technique peut-elle s’intégrer dans le schéma de notre forme de gouvernement ? Est-ce un instrument utile à la démocratie ? Pervertira-t-elle et sera-t-elle nuisible à la démocratie, ou bien contribuera-t-elle à une plus grande efficacité du processus démocratique ?

  • 3 La plupart du temps, Gallup désigne « sampling referendum » l’enquête d’opinion par échantillon rep (...)
  • 4 Ici, Gallup parle des « cross-section surveys » (NDT).

15Le référendum par échantillon3 est une procédure simple permettant de sonder les opinions d’un nombre relativement réduit de personnes, sélectionnées dans le but de refléter avec une grande fidélité les caractéristiques de l’ensemble de la population électorale. En pratique, de telles enquêtes reviennent à sonder les opinions d’un électorat miniaturisé. La validité des enquêtes par échantillon4 ne suppose pas d’interroger un grand nombre de personnes. La technique est basée sur le fait que quelques milliers d’électeurs correctement sélectionnés refléteront fidèlement les conceptions d’un électorat de plusieurs millions de personnes.

16Dans un tel travail, la clé du succès est l’échantillon et donc la sélection correcte des électeurs qui le composent. Des précautions doivent être prises pour assurer la représentation de toutes les opinions politiques, mais aussi la représentation des riches et des pauvres, des vieux et des jeunes, des hommes et des femmes, des ruraux et des citadins, des croyances religieuses, en bref, de tous les types d’électeurs vivant dans chacun des États du pays, en respectant des proportions correctes.

17Un large usage des référendums par échantillon fournit une masse abondante de données sur l’opinion publique. Depuis trois ou quatre ans, on a pu recueillir l’opinion du public à propos de plusieurs centaines d’enjeux, parmi lesquels, les projets concernant la Cour suprême, les occupations d’usines, la loi sur les salaires et le temps de travail, la politique américaine vis-à-vis de l’Europe, les dépenses publiques, et tout un ensemble de questions économiques, politiques et sociales. Pour la première fois, les politologues possèdent tout un ensemble de données concernant l’opinion publique.

18La question de savoir si les enquêtes d’opinion peuvent fournir une contribution utile à la démocratie dépend largement de la fiabilité de la mesure. Durant les dernières années, la méthode de l’échantillonnage, utilisée dans l’étude de l’opinion publique, a fait l’objet de nombreux tests.

  • 5 Il s’agit ici du temps qu’il fait… (NDT).

19Globalement, les tests ont montré que ces techniques pouvaient atteindre un haut niveau de représentativité, et il semble raisonnable de penser que, avec le développement de cette science naissante, la fiabilité de tels instruments devrait être régulièrement éprouvée. La voie aujourd’hui la plus efficace pour évaluer la fiabilité des référendums par échantillon est de comparer les résultats électoraux avec les prévisions. Un tel test ne peut cependant en aucune façon être considéré comme tout à fait satisfaisant, en raison du fait qu’une enquête préélectorale ne doit pas seulement mesurer l’opinion vis-à-vis des candidats mais aussi prédire quels sont les groupes de personnes qui se donneront finalement la peine d’aller voter. Ajoutons à ceci le problème de l’estimation des effets que le temps5 peut avoir sur la participation électorale, ou encore celui des organisations politiques et l’on verra aisément que les résultats électoraux ne peuvent en aucun cas être considérés comme un test parfait pour mesurer la fiabilité de cette nouvelle technique. Mais malgré ces handicaps, les enquêtes préélectorales durant les deux dernières années ont prédit les résultats avec une marge d’erreur de seulement 3 à 4 %. Elles ont par ailleurs indiqué des tendances que la grande majorité des hommes politiques et des observateurs n’ont souvent pas réussi à voir, ou bien qu’ils ont sous-estimées.

20La principale utilité de l’enquête par échantillon ne réside pas cependant dans les prévisions électorales. Tandis que de telles prévisions suscitent une intéressante et légitime activité, elles ne servent probablement pas un enjeu digne de préoccupation mais elles offrent cependant au public une démonstration convaincante de la fiabilité des méthodes par échantillonnage.

21Plusieurs observateurs avisés du gouvernement se sont demandés pourquoi le gouvernement lui-même, plutôt que des institutions privées, ne conduirait-il pas les enquêtes par échantillon ?

22Quelques spécialistes de science politique ont ainsi suggéré la création d’un bureau fédéral permanent dédié au sondage de l’opinion publique, arguant du fait que cette nouvelle technique constituant une contribution à la démocratie, il est du devoir du gouvernement d’en prendre le contrôle. Le danger d’une telle proposition, selon moi, réside dans le fait qu’elle expose le parti au pouvoir à la tentation de conduire ces enquêtes dans le but de prouver qu’il est soutenu afin de faire taire ceux qui s’opposent à lui. Une organisation privée, d’autre part, doit réussir ou échouer moins selon les enquêtes qu’elle a pu faire ou ne pas faire que sur la précision de ses résultats et l’impartialité de ses interprétations. Une démocratie a grandement besoin de nouvelles enquêtes fiables et complètes concernant les activités de toutes les branches du gouvernement ainsi que les points de vue de tous les responsables et de tous les partis. Mais quelques personnes argueront précisément de cette nécessité pour considérer que le gouvernement doit prendre le contrôle de la presse et de toutes ces nouvelles formes de recueil d’informations.

Les effets pervers des sondages

23En soutenant que les enquêtes par échantillon peuvent être hautement représentatives, ne prouvons-nous pas qu’elles exercent des effets pervers ou une influence nocive en créant ce que l’on nomme l’effet « bandwagon »* ? II y a encore des personnes qui craignent que les électeurs, sachant quel est le candidat le plus populaire, le choisiront, tout simplement pour se retrouver du côté des vainqueurs. Cet argument est avancé à l’approche de chaque période électorale.

24Cette évidence ne doit pas, bien sûr, conduire à exclure la possibilité d’une telle influence, mais la charge de la preuve appartient aux tenants de la doctrine de l’effet bandwagon.

25On soutient parfois que les enquêtes d’opinion publique imposent un verrouillage du débat public. Lorsqu’il est montré dans le cours du débat que les défenseurs d’une option bénéficient du soutien de la majorité, les opposants perdent espoir, abandonnent leur cause et ne prennent plus la peine de tenter de convaincre, croyant de tels efforts inutiles. Permettez-moi encore de dire que la défense d’un tel point de vue ne va pas de soi. Chaque élection produit nécessairement une minorité.

  • 6 Il s’agit du Grand Old Party, qui est le Parti républicain (NDT).

26Les enquêtes par échantillon n’imposeront pas le verrouillage du débat public tant qu’il sera dans la nature de l’opinion publique de changer. La volonté du peuple est dynamique ; les opinions changent constamment. Il y a un an, une écrasante majorité des électeurs était sceptique quant aux chances du Parti républicain en 1940. Aujourd’hui, la moitié des électeurs pense que le GOP6 l’emportera. Si les élections elles-mêmes ne parviennent pas à verrouiller le débat public, comment les enquêtes d’opinion le pourraient-elles ?

27La forme de gouvernement sous lequel nous vivons est celle du gouvernement représentatif.

28Quel sera l’effet sur le gouvernement représentatif si la volonté du peuple est connue à chaque instant ? Les Assemblées législatives deviendront-elles de simples chambres d’enregistrement, les représentants de simples marionnettes, et la fonction représentative finira-t-elle par disparaître ?

29Dans un système de mesure fréquente de l’opinion, la fonction de représentation n’est pas menacée, pour deux raisons. En premier lieu, il est clair que le peuple n’a ni le temps, ni le goût d’examiner tous les problèmes auxquels sont confrontés les gouvernants. On ne peut attendre des gouvernés qu’ils expriment un jugement sur les questions techniques touchant à l’administration et à la conduite des affaires publiques. Ils peuvent seulement émettre un jugement sur des questions très générales de politique publique.

  • 7 General will.

30Au fur et à mesure que la société devient plus complexe, un besoin croissant d’experts se fait jour. Une fois que les électeurs ont fait connaître leur choix d’une politique générale ou d’un plan d’action, les experts sont requis pour les mener à bien. En second lieu, il n’est pas dans la compétence des électeurs d’initier la législation, mais de décider à quel programme ils accordent leur préférence parmi l’ensemble des programmes qui leur sont proposés. Les politiques nationales ne surgissent pas du peuple ordinaire. Les gouvernants, informés de la volonté générale7 du peuple, doivent prendre l’initiative de concevoir les politiques publiques qui accompliront la volonté générale et en assureront l’inscription dans les faits.

31Avant l’avènement des référendums par échantillon, les représentants n’étaient pas pour autant coupés de leurs circonscriptions. Ils lisaient la presse locale ; ils visitaient leur district et bavardaient avec les électeurs ; ils recevaient des lettres de leur État ; ils recevaient des délégations porteuses de revendications issues de larges fractions de l’électorat. Le seul changement qu’introduit le référendum par échantillon est de fournir aux législateurs un instrument performant de mesure de l’opinion dans leur district et dans la nation tout entière.

Faire confiance au peuple et renouer avec un idéal

  • 8 Ballot cattle.

32Cependant, la méthode de l’enquête d’opinion par échantillon laisse entière une question fondamentale. Le peuple est-il compétent ? Cela n’aurait évidemment pas de sens de mesurer la volonté du peuple si celui-ci devait être fou, ou ignorant. Le chercheur qui, au terme d’un patient travail, concevrait une méthode précise et efficace permettant de sonder le « suffrage du bétail8 » ne contribuerait guère à la formation d’un meilleur gouvernement.

33Les enquêtes par échantillon réalisées au cours de ces dernières années ont largement mis en évidence la compétence des gens ordinaires dont chacun peut librement vérifier la réalité. Et je pense que la personne qui voudra l’examiner s’apercevra comme moi que, collectivement, les Américains possèdent un degré remarquablement élevé de bon sens. Ces personnes peuvent ne pas être brillantes, ne pas être des intellectuels ni même des lecteurs assurés, mais elles possèdent cette qualité du bon sens qui se manifeste toujours dans l’expression de leurs opinions à propos des enjeux du moment. Théodore Roosevelt soutenait que « la majorité des gens ordinaires commettrait, jour après jour, moins d’erreurs en se gouvernant eux-mêmes que n’importe quelle classe ou groupe d’hommes n’en commettront en essayant de les gouverner ». Lord Bryce ajoutait que l’opinion publique américaine est « généralement juste dans ses buts et qu’elle tend à devenir plus sage et plus modérée avec les ans ». Les recherches par les enquêtes d’opinion tendent à confirmer en tout point les conclusions formulées par ces deux éminentes personnalités.

34Il n’est pas difficile de comprendre pourquoi la thèse de la stupidité des masses a autant de partisans. Parlez avec les premières cent personnes que vous rencontrez dans la rue de plusieurs questions d’actualité importantes, et les chances sont grandes que vous soyez frappés par l’absence de précision ou de connaissance à propos de ces questions. Peu d’entre eux posséderont une information suffisante sur ces questions particulières pour être en mesure d’exprimer un jugement bien fondé. Mais heureusement, une démocratie ne requiert pas que chaque électeur soit bien informé sur tous les enjeux. En fait, une démocratie dépend moins des lumières de chaque individu que de la qualité du jugement collectif ou de l’intelligence de milliers d’individus. Talleyrand disait : « la seule chose qui soit plus sage que n’importe qui, c’est tout le monde ». Il serait évidemment absurde de soutenir que toutes les opinions collectives représentent toujours les réponses les plus intelligentes et les plus avisées quelle que soit la question. Mais les résultats d’un référendum par échantillon portant sur des centaines de questions indiqueraient, de mon point de vue, que nous pouvons placer une grande confiance dans le jugement collectif et l’intelligence du peuple.

35L’une des formes les plus anciennes et les plus pures de la démocratie dans ce pays fut le town meeting de la Nouvelle-Angleterre. Les habitants se rassemblaient dans une salle pour discuter ensemble et voter sur des questions concernant la communauté. Il s’agissait d’un échange libre des opinions en présence de tous. Le town meeting constituait une manière simple et efficace de faire parler l’opinion publique, et les décisions prises par l’assemblée restaient liées à la volonté du public. Lorsqu’une communauté démocratique opère ainsi à une petite échelle, elle est capable de s’exprimer directement avec rapidité et certitude. Mais les communautés ayant vu leur taille augmenter, le town meeting est devenu impraticable. En conséquence, les gouvernés perdirent l’habitude de s’exprimer et devinrent de moins en moins capables de débattre des questions vitales, comme le faisaient leurs ancêtres de la Nouvelle-Angleterre. L’intérêt pour la politique restait à la traîne, l’expression d’une opinion dépendant de l’élection, procédure lente et compliquée, moins favorable à un fréquent échange des idées que le town meeting. L’indifférence et l’apathie des électeurs facilitaient la prise de contrôle par les organisations politiques de l’administration et du gouvernement dans de nombreux États et de nombreuses villes.

36La valeur du town meeting de la Nouvelle-Angleterre tenait au fait qu’il offrait à tous les citoyens membres de la communauté un forum pour échanger les idées et voter sur les différentes options envisagées. Aujourd’hui, l’idée du town meeting de la Nouvelle-Angleterre a été, d’une certaine manière, restaurée. La large diffusion quotidienne des journaux qui rapportent les opinions des hommes politiques sur les enjeux du moment, la possession peu ou prou universelle de la radio, qui fait de la Nation tout entière un immense auditoire et, maintenant, l’avènement du référendum par échantillon qui fournit les moyens de déterminer rapidement la réaction du public au débat du moment, ont en effet créé un town meeting à l’échelle nationale.

37Après un siècle et demi, nous revenons au town meeting. Cette fois, la Nation y prend part dans sa totalité.

Notes

1 Gallup, G., « Sondages d’opinion et démocratie », in Hermès no 31, L’opinion publique. Perspectives anglo-saxonnes, Paris, CNRS Éditions, 2001, p. 167-180 (trad. fr. par Dominique Reynié). [Extrait de Public Opinion in a Democracy, Stafford Little Lectures, Princeton University, 1939].

2 Ici, Gallup écrit « the cross-section or sampling survey » (NDT).

3 La plupart du temps, Gallup désigne « sampling referendum » l’enquête d’opinion par échantillon représentatif (NDT).

4 Ici, Gallup parle des « cross-section surveys » (NDT).

5 Il s’agit ici du temps qu’il fait… (NDT).

6 Il s’agit du Grand Old Party, qui est le Parti républicain (NDT).

7 General will.

8 Ballot cattle.

Auteur

Journaliste et publicitaire américain, fondateur de l’American Institute of Public Opinion (1935).

© CNRS Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search