Version classiqueVersion mobile

L'opinion publique

 | 
Nicole d'Almeida

L’opinion publique ou la foule à distance

Eugène Dupréel

Note de l’éditeur

Reprise1 du no 2 de la revue Hermès, Masse et politique, 1988

Texte intégral

1Il apparaît immédiatement qu’il y a de grandes analogies de nature entre ce qui se passe au sein des foules et des mouvements de l’opinion publique. Les caractères communs de ces deux phénomènes cependant bien distincts feront l’objet de cette étude. Nous voudrions traiter la question : Comment marquer avec précision ce qui rapproche et ce qui sépare ces deux ordres de faits sociaux ? Plus généralement nous nous demanderons : comment atteindre, à l’égard de ce double sujet, des vérités sociologiques bien enchaînées ? Quelques considérations rétrospectives nous seront utiles.

2C’est G. Tarde qui a attiré l’attention sur les rapports qui nous occupent. Son livre L’Opinion et la Foule (1901) émerge comme la seule œuvre durable, peut-être, d’un foisonnement d’écrits et de théories qui se situe assez nettement dans le passé.

3Le beau temps de ce courant d’idées se placerait entre les années 1890 et 1905. C’est à ce moment-là que sont parus nombre d’ouvrages dont les auteurs prétendaient inaugurer la psychologie collective sous la forme d’une science des foules, et que le grand public a accueilli leurs propositions avec faveur. Ce mouvement fut surtout italien et français. Dès 1889, Sergi publie ses Psichose epidemiche. La Folla delinquente de Sighele est de 1891 (traduction française, 1892). C’est, semble-t-il, le Congrès d’Anthropologie criminelle, tenu à Bruxelles en 1892, qui consacre le mouvement naissant. La Psychologie des Foules de G. Le Bon paraît en 1895 et connaît un succès qui fait de ce petit livre incroyablement bâclé une œuvre centrale et représentative (28e édition en 1921 !). Les travaux enthousiastes de Pascal Rossi connaissent aussi la popularité : Vanimo delia Fola, I suggestori et la Folia, (trad. fr. 1904), etc. L’état de la question est marqué en 1905 par Stratico, dans sa Psicologia collettiva.

Critique des premiers travaux sur la foule

4L’inspiration dominante de ces travaux et de beaucoup d’autres est facile à caractériser : elle est toute psychologique, et ce psychologisme est de formation biologique et pathologique. L’idée majeure est que les hommes rassemblés en une foule constituent un sujet mental, une âme spécifique, dont émanent des phénomènes psychologiques comparables, mais irréductibles, à ceux de la psychologie des individus. En gros, cette âme collective est inférieure à l’âme individuelle, elle est plus rudimentaire et moins saine. Aussi, pour établir ses caractères, aura-t-on recours aux données de l’étude des facultés mentales inférieures et de la pathologie. Il sera beaucoup question de prédominance de l’inconscient, d’instabilité mentale, de contagion morbide, d’hypnose, etc. L’ambition de nos auteurs n’est pas petite : il s’agit d’expliquer l’Histoire et les destinées de l’Humanité ! Un Le Bon ou un Rossi aperçoivent dans la perspective de leur psychologie des foules toute l’activité des hommes associés. Le Bon raisonne sur les foules et conclut sur les races humaines, les nations, sur le régime parlementaire, l’institution du jury, etc. Notre temps est le temps des foules, pour son malheur ; le psychologue sera son médecin.

5Ceci indique quelles tendances d’ordre pratique inspirent, non pas tous ces écrivains, mais un certain nombre parmi les plus marquants. Il s’agit d’un pessimisme antidémocratique. Le souvenir de la Commune de Paris est à la clé de notre mouvement. Taine et ses Origines de la France contemporaine (1875-1888) sont ruminés, invoqués, cités avec conviction. C’est Taine qui, paraît-il, a fait la fortune du mot meneur. Au congrès de 1892, chacun a présent à l’esprit les désordres des années antérieures, les grèves incendiaires de 1886, en Belgique. À la fin du dernier siècle, le socialisme apparaît encore comme une politique de la rue, dont l’émeute est l’instrument normal. Dans le même temps les attentats anarchistes provoquent une terreur générale très perceptible dans l’infléchissement des idées.

6Il en est ainsi, notamment, chez Tarde. Mais celui-ci réagit bientôt contre ce pessimisme et les vues unilatérales qu’il inspire ; il en vient à reconnaître que, si les foules peuvent faire du mal, elles sont parfois bienfaisantes. Il y a tels rassemblements dont résulte un renforcement de ce qu’il y a de meilleur dans les valeurs sociales. Tout compte fait, le phénomène des foules apporte à la société un bénéfice positif.

7Mais ce redressement n’est pas la seule idée par laquelle L’Opinion et la Foule tranche heureusement sur la médiocrité des travaux de ses contemporains. À Gustave Le Bon, qui voit dans notre époque l’âge des Foules, Tarde répond que c’est attribuer au présent ce qui fut le propre du passé ; notre temps est, au contraire, celui de l’opinion publique. Grâce au progrès de la civilisation technique, à l’imprimerie, au télégraphe, au journal, les rassemblements désordonnés ont de moins en moins de raisons de se produire. Des enseignements, des controverses, des accords d’idées et de sentiments, des revirements d’opinion intéressant le grand nombre sont possibles sans que soit interrompue la dispersion ordonnée et régulière des individus. La foule tend ainsi à ne se réaliser qu’à l’état diffus.

8Tarde n’hésite pas à voir là une évolution unilinéaire et universelle. Les foules, ce sont les sociétés primitives, originelles ; l’opinion publique, une, générale, distincte des mille tendances liées aux conditions particulières, au lieu, au niveau, aux intérêts, c’est l’accord social de l’avenir. Le progrès va de l’état de foule vers cette communion générale et sans cesse renouvelée qui rapproche les esprits sans déranger les corps ; et le sociologue est celui qui explique comment cela se produit, par le jeu de quels mécanismes psychologiques et logiques.

9En somme, ce petit livre pourrait bien être, de tous ceux de Tarde, celui qui a le moins vieilli ; c’est un morceau de philosophie de l’opinion publique, plein d’idées excellentes et valables en tout état de cause, notamment sur la conversation.

10Il est temps de fixer le point que nous voulons traiter spécialement en nous opposant aux promoteurs de la psychologie des foules. Que ceux-ci aient relevé des phénomènes dignes d’attention, qu’ils aient émis, au sujet des rassemblements, quelques vérités, il ne saurait être question de le nier ; mais on demeure confondu devant la légèreté avec laquelle, partant de quelques faits avérés, ils prétendent porter la lumière dans tous les domaines de la vie sociale, de la morale à la philosophie de l’art, en passant par le droit et la politique.

11La raison de cette aberration, c’est que les Le Bon et les Rossi aperçoivent le rassemblement humain, la foule, comme un objet ou un être en soi, comme un individu multiple, immédiatement donné à notre perception, se suffisant à lui-même.

12Ils ne situent pas la foule sur un substrat sociologique continu, ils la découvrent comme on perçoit un corps qui frappe les sens en tranchant fortement sur un fond neutre ou sur le vide. À traiter ainsi la foule, ils ont cru mieux la préparer pour l’investigation scientifique : ce fut leur erreur. Manque total, chez eux, d’un travail critique qui consiste à rapporter l’objet d’étude à un ensemble donné qui le sous-tend. Ils viennent aux phénomènes sociaux sans préparation sociologique, considérant la foule à l’instar d’un organisme individuel ou d’une conscience. Ils pensent en biologistes et en psychologues uniquement, sauf pour conclure. C’est pourquoi, dans l’objet propre de leur étude, la foule, ils aperçoivent le monde des phénomènes sociaux inclus pêle-mêle ou indirectement impliqués, et ils sont entraînés à traiter cet objet trop riche selon une méthode qui n’est pas faite à sa mesure.

13Or ce défaut, énorme chez nos auteurs, entache encore plus ou moins la pensée de plus d’un, malgré qu’une saine habitude de considérer sociologiquement les faits humains se soit très heureusement répandue. Et je voudrais montrer qu’on ne peut espérer maîtriser les difficultés que soulève l’étude des phénomènes de rassemblement – et bien davantage encore celle des faits relatifs à l’opinion publique – que si l’on a eu soin de reporter ces deux ordres de phénomènes non seulement sur l’ensemble de la réalité sociale, mais sur cet ensemble méthodiquement aperçu.

Pour une construction rigoureuse des notions

14Loin de commencer la sociologie avec des remarques sur les caractères propres aux foules, il convient d’arriver à l’examen de celles-ci muni de notions sociologiques soigneusement élaborées et d’une utilité scientifique éprouvée.

15Les principales de ces notions me paraissent être, d’abord, celle de relation entre individus ou de rapport social, et celle de groupe social en général. Que le phénomène de foule et que l’opinion publique consistent dans des complexes de rapports sociaux, il n’y a pas lieu de le démontrer, il convient seulement de ne jamais perdre de vue cette vérité élémentaire, et ce n’est pas si facile qu’il y paraît.

16Il est non moins évident que les rapports sociaux en question se présentent combinés de telle sorte qu’ils constituent des groupes et des oppositions de groupes. Il faut prendre la notion de groupe social ou de société particulière dans sa plus grande extension imaginable, sous peine de s’attarder à des malentendus et à des rivalités de conventions. Il y a groupe social réunissant des individus dès que, dans leurs rapports sociaux, un certain élément d’accord tend à l’emporter sur un élément d’antagonisme. Depuis le salut de deux étrangers qui se croisent jusqu’à une religion universelle et séculaire, on se retrouve devant des groupes sociaux ainsi définis.

17Rapprocher deux exemples marqués par un tel écart, c’est reconnaître que la notion de groupe social requiert impérieusement, à titre de notion sociologique complémentaire, l’idée de degré d’existence ou de consistance d’un groupe : une société a un faible degré d’existence lorsque, dans les rapports sociaux qui la constituent, l’accord ou les facteurs de cohésion ne l’emportent que de peu sur les facteurs d’antagonisme ou de dispersion.

18Avec quelque ardeur que communie dans un instant donné une foule suspendue aux lèvres d’un meneur improvisé, le groupe social que cette foule constitue n’en est pas moins une société douée d’un faible degré d’existence, à cause de son caractère éphémère et de son manque de structure intérieure : l’heure du repas, une pluie d’orage en aura raison.

19Une quatrième notion sociologique fondamentale, complémentaire elle aussi de la notion de groupe, est celle d’interpénétration des groupes. Des sociétés distinctes s’interpénètrent par le fait qu’elles ont des membres communs. Une expérience déjà longue m’a convaincu que cette notion élémentaire est à la fois la plus nécessaire pour l’examen des questions de sociologie complexe (et il n’y en a guère d’autres), et la plus injustement négligée.

20Rapport social, groupe social ou société, degré d’existence des groupes, interpénétration des groupes, celui qui maintiendra dans sa pensée ces quatre notions sociologiques générales n’aura pas de peine à mettre dans les problèmes de la foule et de l’opinion une saine ordonnance, et à y tracer des perspectives qui prépareront leur solution.

21Une foule est proprement un groupe social marqué de trois caractéristiques. Il est constitué par des rapports sociaux définis eux-mêmes par le contact immédiat des individus qui en sont les termes ; ce groupe est éphémère. Il vient de commencer, c’est un groupe à l’état naissant, et il est sur le point de finir, soit par dislocation simple, soit par sa transformation en quelque chose de plus organique.

22C’est reconnaître que les membres de ce groupe sont aussi dans d’autres groupes sociaux, antérieurs et plus durables. La foule peut émaner d’un seul groupe social, mais elle n’est une foule typique que si elle présente un désordre relatif dont la condition la plus régulière est une certaine hétérogénéité des individus qu’elle réunit. La foule soutient avec d’autres groupes sociaux un rapport d’interpénétration.

23Faire la synthèse de ces caractères, c’est déjà expliquer mainte particularité des foules.

24Une foule est une société à la fois intense, à cause du contact, et inconsistante, car elle vient de naître et elle va finir dans peu d’instants. Ses facteurs de cohésion tiennent, pour une bonne part, du hasard. Elle est un groupe qui doit s’improviser une structure et aboutir à des résultats instantanés. Mais, en même temps, tout ce qu’on trouve dans cette société-là vient d’ailleurs, d’autres groupes. Individus, désirs, croyances, raisons de s’assembler ou de réagir à ce qui est survenu, tout est préalable. Ce n’est ici qu’un phénomène discontinu, porté sur une trame sociale et matérielle bien autrement consistante.

25Un rassemblement qui ne serait que l’assemblée en un lieu des membres d’un groupe, prévue, ordonnée, ne serait pas spécifiquement une foule, mais seulement un aspect de l’activité de ce groupe. Dans une foule proprement dite, les individus sont décloisonnés. Je veux dire que leur contact ne correspond plus exactement aux relations qui définissent l’ordre social antérieur. Des distances, des murailles, des instruments, des coutumes ne les séparent plus ou n’assurent plus entre eux un ordre constant. C’est pourquoi un ordre nouveau tend à s’établir, car des êtres sociaux, comme les hommes, ne peuvent pas voisiner sans qu’un embryon de société ne se forme, incontinent : il faut que s’institue un groupe ou un combat, autrement dit deux groupes.

26Nos quatre notions générales serviront de même à se rendre compte, sans trop de peine, de ce qu’est le public proprement dit et elles permettent de saisir autrement que par intuition ce qui rapproche et ce qui différencie la foule et l’opinion.

27On se gardera de confondre l’opinion publique et les mouvements d’opinion, avec la communauté de croyances et de sentiments des membres d’un groupe social doué d’un haut degré d’existence. La croyance d’un catholique, le patriotisme d’un français ne sont pas affaire d’opinion. Ce qui caractérise l’opinion publique, c’est une pensée décloisonnée. Les lecteurs d’un journal à grand tirage ne sont pas seulement nombreux, mais différents les uns des autres.

28Ils vivent à distance, ils ont des intérêts variés, ils émanent de groupes multiples : le journal fait converger leur attention sur des sujets étrangers aux préoccupations de chacun d’eux. Des accords, des inclinations communes se forment, se dénouent ; ce sont les fluctuations de l’opinion.

29De même que la foule est comme un groupe – naissant d’autres plus stables et formé, en quelque sorte à leur détriment, de la substance même, brassée, de ces groupes – les mouvements de l’opinion publique réunissent pour un temps, dans des limites le plus souvent très étroites, des esprits qui, par leurs intérêts, leur naissance, leur localisation dans l’espace, se répartissent en des groupes tranchés.

30Et de même qu’au sein d’une foule il peut s’accomplir des événements qui réagissent sur la structure des groupes sous-tendus, l’opinion publique combine et retravaille les opinions et les sentiments d’une manière qui retentit plus ou moins sur les groupements consistants qui en constituent la trame.

31Le caractère commun à l’opinion et à la foule, c’est donc le décloisonnement relatif qu’on y découvre, décloisonnement des individus dans l’une, des esprits dans l’autre. À vrai dire, l’opinion, plutôt qu’un groupe social inconsistant, est comme une série de groupes sociaux au plus faible degré d’existence, qui tendent perpétuellement à naître et qui cessent d’être, pour renaître les uns des autres à quelque nouvelle occasion. Leur point de formation, c’est l’accord d’un grand nombre sur un jugement, une valeur, un grief, un desideratum. Ou encore, lorsqu’il s’agit d’intérêts communs aux membres des sociétés très grandes et très constantes, c’est l’accord, non sur les fins et les intérêts eux-mêmes qui sont, eux, permanents et indiscutables, mais sur l’opportunité de telle ou telle manœuvre, de telle ou telle convention.

32On comprend ainsi pourquoi l’opinion publique, passagère communion des esprits en une enfilade de sociétés naissantes et évanescentes, ne cristallise pas indifféremment sur tous les sujets. Les mouvements d’opinion se prennent surtout à deux sortes de thèmes, ou très frivoles, ou très élevés. Le public se passionne pour des choses sans portée, mais où l’intérêt s’accroche sans effort : résultats des compétitions sportives, crimes mystérieux, erreurs judiciaires, conjonctures comiques, scandales et sujets scabreux. D’autre part, ce seront les controverses portant sur les valeurs universelles, le beau, le juste, ce qui est conforme et ce qui ne l’est pas. Cela s’explique : les problèmes débattus de la sorte « transcendent », comme disent les philosophes, le niveau des intérêts particuliers et celui des convenances de groupes.

33Les débats de niveau moyen, ceux qui portent sur des intérêts – mais importants et durables – sur les tendances constitutionnelles des sociétés consistantes, ces débats-là ne sont pas affaire d’opinion publique, de même qu’une armée en bataille ou une réunion de fidèles prosternés en un acte d’adoration ne sont pas une foule proprement dite.

34Nous concluons donc à l’insuffisance absolue d’un psychologisme* banal qui persisterait à prendre ces phénomènes sociaux, les foules, le public en général ou l’opinion publique, comme des objets en soi, aperçus à l’instar de l’individu sensible. Il est possible et même opportun de commencer par mettre ces deux phénomènes connexes à leur vraie place sur une trame sociologique complète.

35Le comportement des hommes rassemblés en désordre dans un petit espace, de même que l’entente relative des esprits nonobstant la dispersion et les intérêts divergents, ces deux objets d’étude sont à reporter sur le canevas permanent des rapports sociaux de toutes sortes, des groupes sociaux durables, dont un grand nombre s’interpénètrent par des membres communs.

36C’est sur ce système de structures que se produisent, comme des phénomènes discontinus, comme des groupes au faible degré d’existence, des états critiques que sont les foules désordonnées et les revirements d’opinion – car l’étude de l’opinion, c’est surtout, nous le savons, l’étude des changements d’opinion ! Le savant se demandera : Dans quelles conditions de structures sous-jacentes ces deux états critiques deviennent-ils probables ? Autrement dit : quelles en sont les causes favorisantes ? En second lieu, il aura à traiter, comme nous avons commencé à le faire, la question : Quelle est la nature de ces phénomènes discontinus, et quel en est le déterminisme propre ?

37S’il nous est permis de terminer cette étude sociologique en qualité de philosophe, il nous semble que le procédé méthodique préconisé ici peut et doit être généralisé.

38Par les exemples de la foule et de l’opinion, nous avons seulement fait voir que, dans toute réalité sociale, se retrouvent, à l’analyse, deux éléments :

  • un ordre donné, une structure élaborée préalablement à la conjoncture qu’on veut retenir. Ainsi des institutions, des sociétés permanentes, des individus tout formés préexistent à une émeute ou à une panique, et leur survivent.

  • l’actuel, le fortuit, ce qui vient du dehors pour se combiner avec cet ordre donné, ce qui insère sur cette structure quelque chose qui y est irréductible.

39Il y a donc toujours, dans le social, la dualité de la structure et de l’intervalle ; il y a des phénomènes intercalaires. Les foules les mieux caractérisées, comme une manifestation tumultueuse ou une émeute, sont des phénomènes intercalaires ; de même les courants d’opinion les plus typiques, tels que de grandes et passionnées controverses d’idées. Les représenter ainsi, c’est déjà, sinon les expliquer, du moins préparer leur explication.

Notes

1 Dupréel, E., « Y a-t-il une foule diffuse ? L’opinion publique », in Hermès no 2, Masses et politique, Paris, CNRS Éditions, 1988, p. 212-225.

Auteur

Philosophe belge, élève de René Berthelot. Professeur à l’Université libre de Bruxelles.

© CNRS Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search