Desktop versionMobile version

L'opinion publique

 | 
Nicole d'Almeida

Présentation générale

L’opinion publique, entre méfiance et confiance, entre culte des sondages et dynamique des opinions

Nicole d’Almeida

Editor's note

Les termes repris dans le glossaire sont suivis d’une *

Les textes qui suivent ont été retravaillés pour des raisons éditoriales.

Full text

1La reconnaissance d’une opinion publique est une caractéristique majeure des systèmes démocratiques. Sans cesse invoquée, inlassablement mesurée au point de constituer une véritable industrie dont les gouvernements, les médias et les entreprises sont les principaux commanditaires, l’opinion publique mérite d’être réinterrogée. C’est ce que propose de faire ce recueil d’articles publiés par Hermès. Retrouver la vitalité de l’opinion publique et la dynamique collective au-delà de l’omniprésence des sondages et des techniques, mettre en perspective historique et spatiale les travaux menés sur ce thème, revisiter les modes d’imbrication des agendas politique, social et médiatique : tel est le souci de la revue et de ce livre.

De la « reine du monde » au fondement de la démocratie

2La puissance de l’opinion dont Pascal estimait qu’elle était « la reine du monde » participe d’une vision traditionnelle, celle d’un agrégat de sentiments, de passions et de préjugés marqués par l’irrationalité et la versatilité. À l’opposé de Platon appelant à une rupture avec l’opinion (doxa), Aristote estime qu’il est important de connaître les lieux communs, expression de la pensée populaire. La rhétorique* qu’il campe pour la première fois dans l’histoire et qu’il définit comme une technique repose sur la prise en compte des opinions existantes, permet d’intervenir sur leur constitution et de prévoir leurs effets. Elle est avant l’heure une théorie de l’émetteur, du récepteur et du message.

3Le xviiie siècle voit l’avènement du mot et de la chose. Jean-Jacques Rousseau, évoquant « l’empire du jugement des autres », envisage une réalité puissante et à double face : d’une part la vanité et l’amour des louanges propres à ceux qui n’existent que dans l’opinion des autres, d’autre part la volonté générale qui fonde le politique. Le siècle des Lumières fait de l’opinion publique l’instance du jugement social, l’instance critique par excellence. Le caractère public de l’opinion renvoie à la publicisation des opinions qui ne sont plus l’affaire du seul for intérieur, qui ne circulent plus sous le manteau mais se mettent en circulation, en visibilité et en confrontation grâce à un système de presse dont la croissance est alors exponentielle. Le caractère public de l’opinion signifie en un second sens une volonté de rompre avec le secret des décisions et des affaires du monde, par suite une volonté de les comprendre et d’intervenir sur leur cours. Enfin, le troisième sens de l’adjectif public nous renvoie à une communauté réelle ou supposée, à une opinion en commun : exposée, reçue, discutée, disputée. Le monde devient jugeable par tout un chacun, liberté est donnée à chacun d’exercer sa raison et d’exprimer son opinion, aspect fondamental inscrit dans la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen. À l’opinion du souverain roi succède la souveraineté de l’opinion, fondement de la démocratie.

4La montée en puissance de l’opinion n’est pas un fait limité à l’hexagone. Tocqueville, lors de son voyage aux États-Unis, découvre l’ampleur de mouvements voisins et convergents : la poussée vers l’égalitarisme, la constitution d’une opinion publique et l’avènement de la démocratie. La confiance dans l’opinion du grand nombre et l’unification des opinions génèrent une nouvelle règle dont Tocqueville pressent la puissance potentiellement tyrannique.

De la collection des opinions à leur publication : la publicisation de l’opinion publique

5Au xixe siècle, la question de l’opinion recouvre la question politique de l’accès au suffrage universel, lequel sera reconnu pour la seconde fois en 1848. L’émergence de la question sociale et la structuration progressive des revendications sociales font apparaître les foules sur le devant de la scène dans une perspective tour à tour émancipatrice et tyrannique qui suscite espoir et inquiétude. La notion d’opinion publique reprend alors une pertinence et une acuité de part et d’autre de l’Atlantique. En France, la publication en 1901 du livre de Gabriel Tarde, L’opinion et la foule, rompt avec l’approche psychologisante de Gustave le Bon et définit le public comme la foule à distance, celle qui malgré l’isolement de chacun de ses membres ne cesse de produire des effets collectifs.

6Le rôle des journaux est essentiel dans ce processus, fonctionnant comme une correspondance publique, comme une conversation publique qui abolit les distances et anime cette force abstraite et souveraine qu’est l’opinion publique. Outre-Atlantique se développe une volonté de connaître précisément l’opinion, de la mesurer dans l’espoir d’améliorer l’art de gouverner et d’agir sur la nature de la démocratie. Entre Bryce (1888), prophète des sondages d’opinion dans lesquels il voit un outil capable de parachever le fonctionnement démocratique, J. Dewey (1927) réfléchissant sur « le public et ses problèmes » et G. Gallup, inventeur de la technique, s’intercale E. Bernays, neveu de Sigmund Freud, qui établit conjointement une théorie des relations publiques et une théorie de la démocratie en plaçant au centre la question de l’opinion publique. Sous la plume de G. Gallup se profile le rêve d’un village démocratique mondial que les chantres des techniques d’information et de communication vont reprendre et amplifier au cours du xxe siècle.

Règne des sondages et réveil de la question

7À la construction politique de l’opinion publique ouverte au xviiie siècle succède sa construction scientifique au début du xxe. L’art des sondages se développe de part et d’autre de l’Atlantique, il connaît un âge d’or après la Seconde Guerre mondiale au point de susciter l’assimilation des résultats de sondages à l’opinion publique. Cette consécration de l’opinion publique marque aussi son oubli : comme l’estime L. Blondiaux, sa conception instrumentale dominante va appauvrir la recherche théorique sur ce sujet.

8Ce contexte théorique endormi par des cascades de chiffres va être secoué par la publication de deux réflexions qui vont aviver la recherche.

9Celle d’Habermas, ouverte par une thèse en 1962 et inlassablement prolongée dans les décennies suivantes, est consacrée à l’espace public comme lieu de formation de l’opinion publique. Ce qui est présenté dans les premiers travaux comme une réalité historique propre au xviiie siècle évoluera ensuite dans le sens d’un principe normatif de la démocratie puis revêtira les contours d’une situation de parole qui, par son caractère idéal, permet a contrario de repérer les distorsions et dysfonctionnements – volontaires ou non – des échanges langagiers. La réflexion de Habermas constitue le sillon d’un examen renouvelé des conditions du débat public, des principes de la discussion et des conditions de formation de l’opinion publique.

10P. Bourdieu jette un pavé dans la mare en publiant dans Les Temps Modernes en 1973 un article au titre provocateur : « L’opinion publique n’existe pas ! ». Virulent critique des sondages devenus une pratique quotidienne, P. Bourdieu en dénonce les présupposés qui sont de trois ordres. D’une part les sondages misent sur le fait que chacun peut avoir une opinion sur tout, d’autre part ils reposent sur le principe selon lequel toutes les opinions se valent et, enfin, ils présupposent un consensus sur l’opportunité de poser une certaine question à un certain moment. Dans ce cadre, l’opinion publique est bien un artefact, un phénomène produit par l’expérience elle-même, elle n’existe pas à l’état naturel : l’enquêteur ne fait qu’imposer sa démarche, sa problématique, voire sa réponse.

Revisiter et reprendre la question de l’opinion publique

11Les extraits de numéros d’Hermès ici rassemblés traduisent un retour à la question de l’opinion publique, un renouvellement de la problématique au-delà de l’écran que constitue l’omniprésence des sondages et au-delà des théories établies, que la revue va mettre en mouvement et en regard. Cette reprise s’opère dans plusieurs directions qui examinent conjointement la place de l’information, le rôle des médias, l’apparition de mouvements sociaux et l’analyse critique des modèles politiques en présence.

12Ce retour de la question impulsé par la revue au cours des vingt dernières années prend la forme d’un triple détour :

  • Détour épistémologique, qui met en lumière l’imbrication étroite entre les travaux menés sur l’opinion publique et l’émergence et évolution des sciences humaines et sociales. Définir les contours d’un concept flou et procéder à sa catégorisation suppose la construction d’une posture scientifique qui opère principalement par rupture. Tel est le sens de l’article de E. Dupréel qui propose de détacher l’opinion publique de la gangue psychologique ou psychologisante qui la réduit à la somme des expressions subjectives et variables. Constituer un regard sociologique sur l’opinion comme il le propose, c’est reconnaître et expliquer une structure, et comprendre l’insertion des faits sur cette trame. Dans cette perspective, l’opinion publique ne recouvre pas une communauté de croyances et de sentiments, elle renvoie plutôt à une position de décloisonnement et de distance, « indépendante des rassemblements et de plus en plus distincte des mouvements de foule », mobilisant un rythme propre, à la fois plus lent que celui des foules et plus rapide que celui des sociétés.

  • Détour historique, qui rappelle l’articulation viscérale entre manière de gouverner et mesure de l’opinion, l’une reposant sur la connaissance de l’autre. D. Reynié montre comment la pratique du sondage s’inscrit dans la foulée de la statistique sociale, « source de connaissances et génératrice d’actes de gouvernement ». Le détour historique permet de mettre en lumière le passage de l’âge de la collection à l’âge de leur publication (le xxe siècle). La publicisation, élément constitutif des démocraties et que refusent les régimes totalitaires, rend possible une réflexivité collective dans laquelle se forment la représentation et l’institution d’une communauté, voire d’une nation. L’accent est dès lors mis sur l’opinion publiée, dans laquelle se constitue une communauté, se forge une conscience commune et se dessine un agenda social.

  • Détour géographique : le numéro 43 d’Hermès, coordonné par D. Reynié et L. Blondiaux, met en évidence la vivacité de la réflexion menée sur ce sujet aux États-Unis tant dans les premières décennies du xxe siècle qu’à partir de 1980, l’éclipse entre les deux périodes correspondant à l’ère des sondages. La traduction et la présentation de textes fondateurs et de textes contemporains permettent de comprendre la continuité, la reprise et la conversation entre travaux anciens et actuels qui se déroulent Outre-Atlantique sur des thèmes essentiels : comment les sondages affectent-ils les comportements électoraux, comment transforment-ils l’art de gouverner et influencent-ils la manière dont une société exprime ses revendications, quelle est la place de l’information dans la conscience politique ?

Renouer avec une théorie de la société et de la démocratie

  • 1 On remarquera la multiplication de mini-sondages quasiment quotidiens menés via Internet, souvent p (...)

13Au-delà des chiffres et des dogmes, il s’agit de retrouver des principes, voire des idéaux politiques ainsi qu’une théorie de la société. Il faut aller au-delà de l’industrie de l’opinion qui multiplie et banalise1 les sondages en les orientant principalement sur des questions de consommation et de produits, industrie dont les excès supposent depuis peu un travail de déontologie, de normalisation et de certification destiné à éclaircir ce secteur lucratif et opaque. Au-delà de la statique-statistique sociale (et sa quête inachevée de rigueur), il convient de revenir à la dynamique sociale et politique.

  • 2 Ce qui ne l’empêchera pas de connaître, comme d’autres, certains déboires tels le résultat inattend (...)

14Convoquer les écrits de G. Gallup est important car cet ancien journaliste est tout autant l’inventeur de la technique des sondages qu’un théoricien de la démocratie. La technique de mesure qu’il met au point est imbriquée dans une vision et une espérance sociale qui, selon lui, permet de réunir l’Amérique en une assemblée à l’instar des Town Meetings* de la Nouvelle Angleterre du xviiie siècle. Le sondage, dispositif dont il élabore la rigueur et la représentativité2, est mis au service d’un imaginaire démocratique. Son but est de conforter le déroulement de la démocratie représentative en complétant l’information des représentants et des élus par des sondages ce qui permet de mettre à distance l’influence des lobbies* qui cherchent à s’imposer et à peser sur les décisions publiques. Le texte présenté ici de G. Gallup est intéressant sur un autre aspect : il anticipe clairement les points de critique qui seront développés au cours du xxe siècle : possibilité d’infléchissement des votes par la publication anticipée de sondages ou de verrouillage du débat public. À ces objections, Gallup répond par une confiance résolue envers la compétence du peuple ; selon lui, le bon sens ou le sens commun transcende les niveaux d’intelligence ou de compétence, « une démocratie dépend moins des lumières de chaque individu que de la qualité du jugement collectif ».

15Quarante ans plus tard, B. Ginsberg reprend la question et met en lumière le travail de domestication-pacification de l’opinion publique opéré à tous niveaux (commercial, social, politique), qu’il met en parallèle avec le renforcement du pouvoir de l’État. La question des relations entre sondages et opinion publique rebondit dans ce texte de l’amont (les thèmes sur lesquels l’opinion est interrogée) à l’aval (l’usage qui en est fait) via la question du rôle de l’information et des médias. Le travail de Ginsberg fait évoluer la réflexion sur plusieurs points. D’une part, il déplace la question de la compétence et du savoir du peuple vers celle de la volonté populaire ; d’autre part il relativise la place dominante des sondages (qui cherchent à l’emporter au nom de leur scientificité et représentativité) et nous invite à renouer avec d’autres modes d’accès (souvent délaissés) à la volonté du peuple : manifestations, prises de parole, « symptômes », acteurs et autres porte-parole désignés ou auto-désignés. De l’opinion publique au sondage se joue un régime d’activité et de passivité des publics, les sondages ne supposant « aucune action de la part du détenteur de l’opinion ».

16Le règne des sondages, qui transforment en attitude ce qui est par ailleurs un comportement, contribue à désamorcer la force de la critique sociale et rend possibles des utilisations politiques contrastées : répression, prévention ou accompagnement de l’action politique. L’agenda et l’efficacité de l’opinion publique sont entamés par la généralisation de la pratique des sondages qui circonscrit le champ des préoccupations, réduit le champ de la discussion publique et en exclut des questions fondamentales (telles la validité du système économique, la légitimité du gouvernement, etc.), les sondages n’ayant finalement de sens que pour leurs commanditaires.

17Ni totalement apathique, ni mobilisée en permanence, l’opinion publique est autant jugeante que jugée, mesurante que mesurée, sujet qu’objet de jugements. Plusieurs articles parus dans Hermès explorent la dynamique sociale de l’opinion faite de parole et de silence, d’inclusion et d’exclusion, de publics et de contre-publics. Les travaux de E. Noëlle-Neumann situent la production de l’opinion à l’interaction entre individus et environnement social et ils en soulignent le caractère réfléchi, anticipé. La production de l’opinion se déroule dans une dynamique de l’anticipation du jugement des autres. Dans ce cadre, la pression du point de vue dominant peut susciter une spirale du silence qui n’est pas synonyme d’apathie totale. L’opinion dominante ne domine pas durablement, elle peut être ébranlée par le pouvoir des informations et le rôle des médias qui forment un « environnement dont la pression déclenche la combativité, la soumission ou le silence ».

Retrouver la positivité de l’opinion publique, repenser les pratiques démocratiques à l’aune de la communication

18La question de l’opinion reste ouverte et présente dans les colonnes d’Hermès qui poursuit l’investigation sur l’imbrication des dimensions sociale, politique et médiatique.

19Retrouver la rationalité d’une puissance de jugement derrière les chiffres, ne pas faire dériver la question de l’opinion publique vers celle de l’audience, interroger les pratiques de débat, forums et autres modes délibératifs, remettre au centre la question de l’échange entre les hommes, telles sont les voies en cours d’exploration.

20Contre la thèse de la versatilité de l’opinion, les travaux entrepris aux USA depuis 1980 revenant sur la pratique intensive des sondages développée durant 50 ans, permettent de comprendre les constances et variations, d’identifier des répétitions et régularités et de rompre avec la conception d’une opinion – pensée inférieure. L’existence d’une stabilité dans les opinions du public est dégagée par les travaux de B. Page et R. Shapiro qui, se penchant sur des questions identiques posées par les instituts de sondage durant un demi-siècle ne relèvent qu’environ 20 % de changements substantiels de position. La positivité, voire la rationalité de l’opinion publique sont avérées, tandis que les changements d’opinion sont référés à des changements de contexte et à l’apparition d’informations nouvelles. Il en résulte que « la notion d’un public capricieux est un mythe » et que la qualité de l’information est principalement ce qui la modèle, l’intérêt pour les affaires publiques étant corrélé au volume et niveau d’informations existant.

  • 3 Ouvert aux jeux d’acteurs, aux contradictions mais aussi au possible.

21L’article de M.-G. Suraud est représentatif de l’état des recherches menées actuellement en sciences humaines et sociales, largement focalisées sur la question de l’accord. Elles sont caractérisées par le déplacement de la volonté politique qui évolue de l’aval (le résultat) vers l’amont (le processus de prise de décision). Le rôle de l’opinion publique dans ce processus délibératif se traduit aujourd’hui dans la plupart des démocraties occidentales par l’instauration de procédures spécifiques, créées et structurées par la puissance publique. La multiplication de débats en d’autres lieux, liés au potentiel interactif d’Internet, rend possible l’intervention de participants nombreux et en situation d’égalité formelle, suscitant des espoirs, voire l’annonce d’une démocratie électronique. Dans cette question de l’entente et de la clôture du débat, M.-G. Suraud apporte une réponse intéressante qui nous ramène aux conditions fondamentales de la communication humaine, qui nous invite à penser la démocratie non comme une technique mais comme une valeur et laisse entrevoir l’horizon d’un pouvoir ouvert3 dans lequel la communication joue un rôle essentiel.

22Cependant, il ne faut pas confondre communication et médias. Si certains tendent à assimiler opinion publique et publics rassemblés par les médias, D. Wolton fait clairement la différence entre ces notions. Il démontre que le public cesse d’être une valeur et devient une marchandise courtisée par des médias en mal d’audience. De même que la publication incessante de sondages a remplacé toute analyse de l’opinion publique, les mesures d’audience tiennent lieu de réflexion sur le public. D. Wolton en appelle au « retour d’une réflexion critique, politique sur le statut des publics et des rapports entre public et audience ». Aux « apprentis d’une communication réduite aux outils et au marché », il rappelle la nécessité d’un retour théorique inscrit dans une théorie de la société et de la démocratie.

Bibliography

Références bibliographiques citées

Bryce, J., The American Commonwealth, vol. 2, New-York, MacMillan, 1888.

Dewey, J., Le public et ses problèmes (J. Zask trad.), Athens, Ohio, Swallow Press, 1954 [The Public and its Problems, New-York, Holt, 1927].

Notes

1 On remarquera la multiplication de mini-sondages quasiment quotidiens menés via Internet, souvent peu scrupuleux de critères de représentativité et de neutralité, techniques légères en faisabilité et en coût.

2 Ce qui ne l’empêchera pas de connaître, comme d’autres, certains déboires tels le résultat inattendu de l’élection de H. Truman en 1948.

3 Ouvert aux jeux d’acteurs, aux contradictions mais aussi au possible.

Author

Professeur des universités, université Paris-Sorbonne (Celsa) et membre du GRIPIC.

© CNRS Éditions, 2009

Terms of use: http://www.openedition.org/6540

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search