Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'espace public

 | 
Éric Dacheux

Glossaire

Texte intégral

1Apeiron : en philosophie grecque, l’apeiron – que l’on peut traduire par l’expression « ce qui n’a pas reçu de détermination » – est la substance originelle d’où émerge le monde et qui le gouverne. Elle entretient en elle tous les contraires (chaud/froid, lumière/obscurité, etc.), elle abolit toute forme de distinction. Dans le texte, l’opposition entre apeiron et polemos renvoie aux deux phénomène qui menacent la communauté : l’indistinction (des autres communautés) et le conflit (la destruction de la communauté).

2Autopoïétique : en grec "poiesis » signifie " création » ou "production », du verbe "poiein », "faire ». Un système autopoïétique est un système qui se crée lui-même et se développe selon sa logique propre. Pour le sociologue allemand N. Luhmann (voir bibliographie de l’introduction), le système économique, par exemple, est un système autopoïétique qui n’obéit pas à la même logique que le système administratif, autre système autopoïétique.

3Conception normative : le concept d’espace public fait à la fois référence à un processus historique concret (la lente séparation entre l’État et la société civile), mais aussi à une théorie particulière de ce que doit être, dans l’idéal, une démocratie. Le concept d’espace public est donc tout à la fois descriptif (il rend compte d’un phénomène) et normatif (il véhicule une conception particulière de la démocratie).

4Dialegesthai : terme grec signifiant converser, débattre de manière rationnelle entre deux personnes.

5Euzein : les Grecs distinguaient le « zein », la vie en commun à tous les animaux, de « eu zein » le bien vivre (la vie bonne dans des institutions justes dit Aristote) réservée à la communauté des hommes.

6Idion/Koinon : l’avènement de la cité grecque confère à l’homme, outre sa vie privée, une deuxième vie, la « bios politikos ». Il y a donc une opposition entre ce qui est propre à chacun (idion) est ce qui est commun aux citoyens (koinon).

7Isonomia : dans la démocratie athénienne, égalité de tous les citoyens par rapport à la loi.

8Irénisme : nom commun dérivé de l’adjectif irénique [lui-même dérivé de « eirêné » (paix)] qui signifie « destiné à rétablir la paix » (entre les chrétiens de confessions différentes). Par suite, « l’irénisme communicationnel » représente le risque de confondre communication et accord : la communication ne conduit pas nécessairement au consensus, elle peut et doit préserver la possibilité de désaccords démocratiques.

9Koinon : terme grec désignant ce qui est commun (cf. idion)

10Lebenswelt : vocable de la philosophie allemande que l’on peut traduire par « monde vécu ». C’est notre monde quotidien, concret, notre monde d’expérience, notre réalité subjective. Pour Habermas, l’action dans le monde vécu est orientée vers l’intercompréhension, la communication (il parle « d’agir communicationnel ») ; tandis que le système étatique et le système économique sont, eux, orientés vers le succès (il parle « d’agir instrumental »).

11Livre Blanc : ouvrage rédigé par la Commission européenne qui présente les grandes lignes d’action pour l’avenir dans un domaine particulier (gouvernance de l’Union européenne, politique de communication, etc.)

12Médiat (adjectif) : qui n'a rapport à une chose que moyennant un intermédiaire (le contraire « d’immédiat », sans intermédiaire).

13Oikonomia : Vocable grec qui a permis de forger le terme « économie ». Mais, à l’époque, l’oikonomia désigne surtout la gestion du domaine privé (oikia), qui était dirigé par l’épouse et entretenu par les esclaves, par opposition au domaine public, celui de la politique, qui était l’affaire des hommes libres.

14Phénoménologique : adjectif dérivé du mot phénoménologie, école de pensée philosophique selon laquelle le phénomène (ce qui apparaît à la conscience) est la manifestation de la chose elle-même (et non pas, comme dans la tradition des philosophes idéalistes, une manifestation sensible d’une chose définitivement inaccessible).

15Polemos : mot grec signifiant « guerre », c’est l’une des racines du mot « polémique ». Cf. apeiron.

16Polis : ce terme désigne la cité-État (Athènes, par exemple). Pour J.-P. Vernant (voir bibliographie de l’introduction), la polis connaîtra, par étapes multiples, trois évolutions majeures : la promotion d’une parole politique critique, la publicité donnée aux manifestations sociales et aux productions de l’esprit, l’apparition d’un lien social horizontal entre des citoyens définis comme égaux.

17Politikos : terme grec, signifiant « de la cité », c’est l’origine étymologique du terme « politique ».

18Res publica : terme d’origine latine signifiant « chose publique » sur lequel sera forgé le mot « république ».

19Topos (pluriel « topoi ») : mot d’origine grecque signifiant « lieu ».

© CNRS Éditions, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540