Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'espace public

 | 
Éric Dacheux

L'espace public et les médias : une nouvelle ère ?14

Peter Dahlgren

Note de l’éditeur

Reprise du no 13-14, de la revue Hermès, Espaces publics en images, 1994

Texte intégral

  • 14 Cet article est une version remaniée de l'introduction à l'ouvrage collectif, Communicating Citize (...)

1Les configurations institutionnelles propres à l'ordre social dominant et à ses médias sont d'une complexité immense, et il existe d'innombrables façons de les représenter. La catégorie d'espace public peut nous aider à les ordonner de façon cohérente à partir d'un critère : l'accès et la participation du citoyen au processus politique. Les années qui ont suivi la sortie du livre d’Habermas ont été le théâtre de nombreux et dramatiques changements de société, changements qui continuent à s'accélérer dans le domaine des médias. Parler d'une nouvelle ère médiatique ne relève évidemment pas de ce que les historiens accepteraient comme une périodisation sérieuse. Il s'agit simplement ici de souligner l'importance des transformations qui ont affecté les médias et la société en général. Ni les institutions médiatiques, ni les constellations du pouvoir social ne sont tout à fait ce qu'elles étaient au début des années 1960.

Les configurations institutionnelles : une nouvelle ère médiatique

2L'économie politique des moyens traditionnels de communication de masse dans les sociétés occidentales a évolué de manière significative. De nombreux chercheurs ont attiré notre attention sur les changements dramatiques opérés sur les médias dans les domaines de la propriété, du contrôle et du pouvoir politique. Les processus de privatisation, de concentration des entreprises, de transnationalisation et de dérégulation ont amplifié et répandu la logique mercantile des opérations médiatiques, et progressivement exclu toute référence à d'autres normes.

3Les chaînes publiques ont toujours joué un rôle mineur aux États-Unis dans un système presque totalement commercial. En Europe occidentale, les chaînes de service public ont vu leurs conditions historiques d'existence se désagréger à grande vitesse, ce qui a conduit bien des pays à capituler devant les impératifs commerciaux, l'État contribuant à ces changements au lieu de leur résister. L'espace public moderne semble alors être redevenu « l'espace public de représentation » de l'époque médiévale, époque durant laquelle les élites se donnaient en spectacle aux masses, tout en utilisant les lieux publics pour communiquer entre elles.

  • 15 Murdock, G., “Television and citizenship : in defense of public broadcasting”, in Tomlinson, A. (d (...)

4Le progrès politique ne consiste certes pas à défendre contre les privatisations les monopoles actuellement financés par l'État. Ceux-ci se sont souvent avérés élitistes, vulnérables à l'intervention de l'État et de plus, languissants. Il s'agirait plutôt de jeter les bases d'un système de radio et de télévision répondant à l'intérêt public, libéré à la fois de l'intervention étatique et des nécessités de la commercialisation, système qui, en respectant la diversité des informations, des opinions et des formes d'expression, favoriserait l'exercice actif de la citoyenneté15.

  • 16 Murdock, G., Golding, P., “Information poverty and political inequality : citizenship in the age o (...)

5Dans un autre domaine, la « société d'information » dont on a tant clamé les vertus ne favorise ni la diffusion d'informations politiquement utiles, ni les possibilités d'expression culturelle pour le plus grand nombre (Schiller, 1989 ; Garnham, 1990). Au contraire, alors que les progrès technologiques multiplient les interfaces entre communications de masse, ordinateurs, télécommunications et satellites, les forces du marché couplées aux politiques publiques ont favorisé les intérêts privés au détriment du domaine public. Pour le citoyen, l'accès à des informations pertinentes va coûter de plus en plus cher, se répartir de plus en plus inégalement, et cela compromettra un peu plus l'idéal universaliste de la citoyenneté16.

6Dans le domaine du journalisme, un fossé de plus en plus grand se creuse entre les élites que l'on informe et les masses que l'on divertit. La presse réussit à adapter ses structures de fonctionnement à une logique commerciale, mais elle n'en reste pas moins complaisante vis-à-vis du pouvoir étatique. Dans le cas du journalisme télévisuel, il est difficile de parler sérieusement d'un discours rationnel, au moment où la politique et l'information passent avec armes et bagages du côté d'une logique commerciale de création et de fidélisation des publics.

7Toutes ces réflexions ne font que confirmer l'importance des thèses d’Habermas sur la responsabilité des médias modernes face au déclin de l'espace public. Évidemment, ce message est bien connu. C'est celui que les théoriciens critiques n'ont cessé de répéter depuis des années. Sur le statut politique et culturel des médias, une même logique est à l'œuvre, et depuis fort longtemps. Ce qui était vrai au début des années 1960, l'est toujours aujourd'hui, à ceci près que la situation a empiré. Devant ce sombre tableau, il semble qu'il ne nous reste alors plus qu'à procéder à quelques retouches. Il faut, en somme, le remettre à jour, de temps en temps ; le compléter de données plus récentes sur les structures, les messages ou les publics. Pourtant, il y a un danger à s'en tenir à cette condamnation globale. Elle risque de mener à une vision déformée, si on ne tient pas compte des tensions et des contradictions internes aux médias, si on ignore les fissures et les craquements qui s'y manifestent.

8En d'autres termes, se contenter de souligner l'aspect monolithique des industries de la communication, en dénonçant leurs liens avec les pouvoirs de l'État et ceux du capital, c'est risquer de perdre de vue qu'il existe d'autres configurations qui, elles aussi, déterminent la sphère publique. Pour illustrer cette assertion, je voudrais évoquer quatre domaines majeurs et interdépendants : la crise de l'État-nation, la fragmentation des publics, l'apparition de nouveaux mouvements politiques et sociaux, la relative liberté d'accès des consommateurs aux technologies avancées de la communication et de l'information.

9La démocratie moderne se développe à l'intérieur d'un cadre théorique qui renvoie à l'État-nation. En tant qu'entité politique, celui-ci traverse aujourd'hui une crise profonde, accablé qu'il est de problèmes de gestion et de légitimation. Cette crise s'accompagne d'un mouvement de dispersion de la production et d'internationalisation des capitaux. Les économies nationales sont de plus en plus contrôlées de l'extérieur des frontières, dépendant du contexte économique mondial.

10Sur le front intérieur, l'État doit faire face à la diminution de ses marges de manœuvre administratives et politiques, et à une inertie parlementaire que traduit la convergence croissante des programmes des différents partis.

11Lorsque des initiatives politiques majeures connaissent le succès – dans les États-Unis de Reagan, dans la Grande-Bretagne du thatchérisme des années 1980 – il en résulte des traumatismes sociaux dont les milieux populaires font les frais. On voit alors se dessiner les contours d'une « société des deux tiers » : une sorte d'écrémage social instaure un système qui, en gros, semble ne bénéficier qu'aux deux tiers de la population. Le tiers résiduel est sacrifié, rejeté peu à peu dans une classe de sous citoyens. Les partis politiques tombent en discrédit et l'on constate un recul – compréhensible – de la participation politique. Rappelons que Reagan n'accède au pouvoir que par le soutien d'un quart des électeurs. Dans une telle situation, le pouvoir fait l'objet d'une contestation passive. Une telle passivité de la sphère publique n'a jamais été observée depuis trente ans.

12Avec l'adoption croissante d'une logique commerciale par les médias, on peut observer la mise en place progressive d'un clivage des publics à partir de leurs caractéristiques démographiques, et d'une évaluation de leurs capacités de consommation. Le journalisme d'information se construit désormais différemment selon les divers groupes visés, en fonction de stratégies de marché. Le processus est certainement complexe, mais en gros, il a tendance à reproduire la polarisation de classe ci - dessus évoquée. On peut parler d'un recul général des médias de qualité, de ceux qui prétendaient constituer un forum national, à l'instar de l'ex-service public européen.

13Le conditionnement actif d'une information sur mesure pour des publics spécifiques est particulièrement visible, lorsqu'il s'agit du radio-journalisme américain. Il sévit aussi à la télévision et dans la presse écrite. La qualité de la presse aux États-Unis est ainsi fortement affectée par le déclin de la culture littéraire dans les nouvelles générations de lecteurs, déclin dont les effets retentissent sur l'ensemble de l'industrie. De nouvelles initiatives donnent l'impression d'inverser la tendance à la fragmentation. On peut ainsi parler du succès d'un nouveau quotidien américain d'envergure nationale : « USA today ». Pourtant, l'impact de ce type d'initiative sur la participation politique reste négligeable. Le déclin de tout espace public viable pour la politique nationale semble irréversible.

14À l'intersection de la crise de l'État-nation, de l'alanguissement des débats parlementaires et de la fragmentation des publics, apparaît par contre, un développement dramatique : la floraison drue de nouveaux mouvements politiques et sociaux. Ces derniers se manifestent dans des domaines variés : environnement, désarmement, conditions sociales et droits juridiques des femmes, des minorités sexuelles, des groupes ethniques et raciaux, problèmes de politique sociale tels que le logement ou la sécurité sociale.

15Ces mouvements ne partagent ni les mêmes orientations, ni les mêmes objectifs, ni les mêmes tactiques. De plus, certains d'entre eux se clivent rapidement en courants antagonistes. Pourtant, malgré des intérêts très distincts – ceux des féministes et des environnementalistes, par exemple – ils réussissent de temps en temps à joindre leurs forces et à mener certaines campagnes en commun. Une tentative « post-marxiste » de théorisation de ces mouvements peut être trouvée dans Laclau et Mouffe (1985).

16Bien que ces mouvements soient majoritairement progressistes, il en existe également de type conservateur ou réactionnaire comme les diverses ailes droites des mouvements chrétiens aux États-Unis, et les groupes racistes qui, en Europe, s'opposent à l'immigration. Ils ont en commun l'origine de leurs militants qui, souvent, viennent des classes moyennes, encore que, là aussi, il n'y ait pas uniformité absolue. Leurs bases politiques se situent en dehors des partis politiques établis, bien qu'il puisse leur arriver de contracter des alliances passagères avec ces partis, ou avec des organisations de classes plus traditionnelles, comme les syndicats.

17L'un des traits les plus significatifs de ces mouvements est qu'ils rattachent souvent les expériences de la vie quotidienne, surtout celles de la sphère privée (famille, quartier) à une vision normative qu'ils traduisent en interventions politiques. Un des principaux facteurs de leur réussite vient de ce qu'ils disposent d'une technologie informatique et de communication obtenue à des prix abordables. À l’aide d'ordinateurs de bureau, d'imprimantes et de fax, ils réussissent à assurer les multiples tâches d'organisation, d'information et de débat, qui leur incombent. Ceci aurait été impensable il y a quelques décennies. Ainsi, la lettre d'information a-t-elle pu devenir un médium efficace, et à bon marché. Les divisions s'estompent entre la lettre d'information, le prospectus et le journal. Par ailleurs, la possibilité de produire un livre dans la semaine suivant le dépôt du manuscrit, a déjà commencé à estomper les frontières entre le journalisme et l'édition.

  • 17 Downing, J., “The alternative public realm : the organization of the 1980's antinuclear press in W (...)

18En fait, nous assistons à l'émergence d'une pluralité dynamique d'espaces publics alternatifs17, dans un mouvement complémentaire et inverse de celui qui mène à la fragmentation des publics des médias dominants. Ce serait commettre une erreur que d'exagérer l'importance de ces mouvements, car les États et les grandes entreprises sont certainement mieux rôdés que ceux-ci à l'utilisation des nouveaux médias. Mais, ce serait une erreur tout aussi grave que de les ignorer.

19En effet, si nous procédons maintenant à la synthèse des quatre éléments de notre configuration : crise de l'État, fragmentation des publics, nouveaux mouvements sociaux, disponibilité des nouvelles technologies de communication, nous pouvons commencer à entrevoir de nouvelles conditions historiques pour l'existence d'un espace public. II suffit que deux de ces éléments entrent en contact pour que surgissent d'intéressants points de tension. Par exemple, les médias dominants ne cessent de délégitimer les nouveaux mouvements sociaux qu'ils assimilent à une menace pour le système (parallèlement aux efforts juridiques visant à pénaliser certaines formes d'action politique extraparlementaires).

20Pourtant, les définitions que les médias dominants donnent de la réalité ne peuvent plus se permettre d'être en contradiction trop voyante avec les expériences et les points de vue de ceux qui participent à de tels mouvements. À mesure que la taille de ces mouvements croît, les batailles de définition se multiplient. Les grands médias sont contraints de reconnaître, dans une certaine mesure, les interprétations du monde social avancées par leurs interlocuteurs des petits médias.

21On peut voir, avec l'exemple de Greenpeace, avec quelle adresse certains mouvements parviennent à se servir des médias dominants, ce qui suggère un nouveau type de rapports entre les uns et les autres. Les médias propres à ces mouvements tendent en effet de plus en plus souvent à servir de sources d'information pour les grands médias. Ainsi, ces mouvements, grâce à leurs médias commencent-ils à entrer en compétition avec les organisations plus établies qui servaient jusqu'ici de « sources », en faisant pression pour obtenir plus d'espace et de temps pour leurs nouvelles dans les principaux médias. Il s'agit peut-être là d'un premier signe de la division de l'espace public. Les médias des mouvements alternatifs, liés aux expériences et aux interprétations de la vie quotidienne de leurs membres, sont de plus en plus capables d'imposer leurs versions de la réalité politique aux médias dominants. Ceci permet à la fois de diffuser et de légitimer un spectre plus large de points de vue et d'informations.

22Si cette interprétation est correcte, nous pourrions bien assister ici à des changements historiques, parallèles à ceux qu'avait décrits Habermas. Pour ce dernier, les luttes politiques menées par les classes bourgeoises montantes contre les pouvoirs de l'État avaient abouti à créer un nouvel espace public, espace qui était entré en déclin avant de finalement se désintégrer, faisant place à ce que J. Habermas désigne comme la « reféodalisation » du pouvoir social sous l'État-providence. Certes, ces nouveaux mouvements ne sont pas près de dissoudre ou de supplanter le pouvoir concentré par des médias liés aux États et aux regroupements industriels. Pourtant leurs médias alternatifs pourraient très bien parvenir à rééquilibrer le système dominant de communications. Si tel était le cas, cet espace public à deux voix serait en tout cas un reflet de la transformation des relations sociales de pouvoir.

  • 18 Jakubowicz, K., “Musical chairs ? The three public spheres of Poland”, Media, Culture & Society, A (...)

23Il faudrait parler en conclusion des événements historiques sans précédents survenus en Europe de l'Est et en Europe centrale. Bien que la mise en place d'espaces publics ouverts à l'opposition soit impensable lorsque la répression d'État est totale et systématique (par exemple dans l'URSS, la Tchécoslovaquie ou la Roumanie d'avant 1989), on peut observer par contre qu'un appareil répressif relativement bénin (en comparaison des autres) – comme celui qui existait par exemple dans la Pologne des années 1980 – se montre suffisamment poreux pour laisser fonctionner un espace public oppositionnel. Les relations entre cet espace public et les médias dominants se révèlent, comme l'a montré Jakubowiicz18, inopinément complexes.

24Lorsque l'appareil est plus répressif et qu'il se trouve soudainement relâché, nous assistons à l'explosion de médias alternatifs (dans les républiques Baltes, par exemple), bien que ceux-ci ne disposent pas des ressources financières et technologiques dont bénéficient les mouvements sociaux à l'Ouest. Avec la relative – et peut-être provisoire – stabilité politique observable aujourd'hui, notamment en Hongrie, en Pologne et en Tchécoslovaquie, la politisation atteint son niveau le plus élevé. Une « normalisation » est accomplie. Notons pourtant que la conversion aux modèles démocratiques occidentaux s'accompagne d'importants investissements occidentaux dans le domaine des médias. Inévitablement, de nouveaux rapports vont s'établir entre médias alternatifs et médias dominants, luttes dont, une fois de plus, la sphère publique constituera l'enjeu.

Le domaine de la production du sens

25Parler en termes de configurations institutionnelles, c'est s'intéresser à l'espace public au niveau macro-social des structures. En comprendre la dynamique nécessite cependant que l'on se tourne vers les processus et les conditions de la production du sens : des sujets combinent leurs expériences et leur réflexion pour produire du sens (politique ou autre). Pour rendre compte d'une telle production, il faut tenir compte de trois facteurs : les interactions entre les membres du public, l'interface entre médias et public, les produits médiatiques eux-mêmes.

  • 19 Voir Dewey (1927), puis Carey (1989), et Rosen (1986) pour la discussion relative à la pertinence (...)

26Commençons par le public. La conception du public que développe Habermas se rapproche beaucoup de celle de John Dewey, que l'on peut considérer comme son homologue américain. Ils soulignent, l'un et l'autre, la nécessité de penser le public comme un procès situé à l'intérieur d'un cadre communautaire19. Pour Habermas, il s'agit de réagir contre une rationalité technocratique, particulièrement prépondérante dans le contexte des grands médias. Celle-ci consiste à réduire la notion de public à celle d'une audience de consommateurs de médias. Le public n'est plus alors qu'un produit à livrer aux publicitaires ou qu'un objet de manipulation sociale : acheteurs potentiels des produits annoncés, électeurs qu'il faut faire basculer du bon côté. La montée en puissance de cette logique commerciale et instrumentale développe entre les médias et leurs publics, un climat de cynisme réciproque qui finit par ronger l'espace public. L'idée même d'opinion, par exemple, tend à se vider de son sens lorsqu'on s'en sert pour décrire les résultats des sondages.

27Malgré son étroitesse, cette vision du public, fréquemment adoptée et renforcée par des discours commerciaux, politiques ou universitaires, se révèle indiscutablement utile, en termes idéologiques. Elle dispense également d'avoir à réfléchir sur un certain nombre de questions véritablement centrales pour la sociologie. Celles de savoir, par exemple : comment les publics se constituent ? Quel est le rôle joué par les médias dans ce processus ? Quelle est la nature des liens sociaux entre les membres du public ? Comment le journalisme et les autres médias réussissent-ils à favoriser ou à exclure la possibilité du dialogue et du débat ? Les publics, en d'autres termes, diffèrent par des conditions et par des traits socioculturels spécifiques. Quant aux médias, ils jouent un rôle majeur dans la construction des publics.

28Il faut bien souligner que l'importance des médias sur ce point ne tient pas seulement à leur diffusion de l'information, mais aussi à leur logique et à leur stratégie d'ensemble. Le journalisme y fait partie d'un ensemble de discours qui lui servent de contexte et lui donnent, selon leur contenu, un éclairage différent. En d'autres termes, l'espace public s'ouvre aux discours publicitaires et au spectacle. Le maintien des frontières devient d'autant plus artificiel, que les médias eux-mêmes s'appliquent, avec brio, à en effacer le tracé. Tout ceci est essentiel, si l'on veut comprendre les déterminations médiatiques de la production de sens dans l'espace public.

29L'effacement des frontières entre journalisme, spectacle, relations publiques et publicité illustre précisément ce que J. Habermas déplore. Pourtant, il a peut-être sous-estimé le rôle de la culture médiatique dans l'instauration de cadres interprétatifs communs. L'existence de ces cadres interprétatifs ne suffit évidemment pas à instaurer entre les partenaires de la sphère publique l'interaction requise par un idéal de participation politique. Les médias contribuent néanmoins, et fortement, à l'élaboration de perceptions culturelles communes. Bonnes ou mauvaises, celles-ci ont le mérite d'exister. Le type de communauté qu'elles créent peut être authentique ou non : mais ceci est un autre problème.

30II est indubitable en tout cas que l'existence de communautés interprétatives fondées sur les médias conditionne la production de sens dans un espace public moderne. On peut ne pas aimer les significations ainsi partagées. Pourtant, tout modèle qui viserait à construire un public « non contaminé » par la culture des médias se révélerait à la fois illusoire et stérile. Il faut partir des réalités contemporaines telles qu'elles sont.

31Signalons à ce propos une évolution significative. L'audiovisuel commercial crée depuis longtemps des « marchés » qui ne coïncident pas nécessairement avec les frontières politiques d'une nation. Nous voyons aujourd'hui la télévision par satellite produire une culture internationale. Si la fragmentation des publics nationaux favorisait l'apparition de communautés interprétatives différenciées, l'internationalisation de la production d'information télévisuelle favorisera peut-être par contre la construction de réseaux internationaux de sens commun. Même si de telles constellations n'ont pas de fondement politique formel, elles peuvent avoir leur importance dans la formation de l'opinion internationale.

32Si un véritable « public » se construit dans l'interaction discursive des citoyens, peut-être faut-il voir la notion d'audience comme une étape, étape modeste mais nécessaire, vers la construction de ce public. L'appartenance à l'une peut déboucher sur l'appartenance à l'autre. C'est dans le cadre de l'audience que s'opère la rencontre avec le produit médiatique. C'est l'audience qui constitue l'écologie sociale du lecteur, du spectateur ou de l'auditeur. Quant à la réalité du « public », elle prend forme à partir des pratiques sociales qui, créées dans ce contexte, se développent bien au-delà.

  • 20 Cf. Allor (1989) et les réponses qui lui sont faites dans le même numéro, ainsi que Erni (1989).

33De récents débats ont mis en avant le caractère problématique et complexe de la notion d'audience20. En dépit de ceux-ci, il est probablement plus facile, théoriquement et empiriquement, d'étudier des audiences que des publics. À condition, bien entendu, de clairement spécifier la relation entre les deux.

  • 21 Pour un rapide survol de cette littérature abondante, ainsi que des synthèses sur les problèmes mé (...)

34La dernière décennie a vu un énorme développement des études sur la réception des médias et donc sur l'audience. Ces études portaient notamment sur le lien entre l'appartenance à une audience et d'autres pratiques sociales pouvant s'avérer pertinentes pour la constitution d'un public. Un tel programme – notamment celui des chercheurs « culturalistes » – a suscité un regain d'attention pour les processus actifs de production de sens mis en œuvre par les membres d'une audience, en termes d'interaction sociale et de décodage des médias. Au nombre des problèmes simultanément posés : celui des pratiques sociales et culturelles ; celui de la perception des structures textuelles ; celui du rôle joué par le langage, la conscience et la subjectivité dans la construction de la réalité sociale21.

35En nous permettant de mieux comprendre les produits médiatiques et la nature des relations entre médias et audience, ces études, tout comme certains courants actuels de recherche dans les disciplines littéraires, nous offrent le moyen de dépasser certaines prémisses rationalistes de la théorie d’Habermas. On peut constater un intérêt croissant pour des problèmes liés à la représentation, au réalisme, au rituel, à la réception et à la résistance (excusez les allitérations...). Mentionnons enfin les problèmes liés à la polysémie et à la conception plurielle du sujet. Ces problèmes sont souvent associés à des points de vue postmodernes, mais certains des débats présents commencent à ne plus ressembler à des guerres de tranchées et les nouvelles problématiques ne sont pas a priori rejetées par les courants critique et interprétatif (Kellner, 1989).

36Faisant simultanément intervenir des thèmes chers à la théorie critique et des thèmes post-modernes, les notions de « plaisir » ou de « résistance » du spectateur se voient reconnaître une pertinence, même lorsqu'on les invoque à propos de discours aussi ostensiblement rationnels que les programmes d'information (de Certeau, 1984 ; Fiske, 1987).

37La distinction a priori faite entre information et divertissement devient fort problématique si on la reconsidère du point de vue de la production du sens par l'audience. Mais sans attendre les conclusions des études de réception, la production médiatique s'oriente vers l'« info spectacle », dans un brassage accéléré des genres traditionnels. Les recherches actuelles nous incitent à réfléchir sur le rôle joué par le sujet comme site de négociation ou de contestation. Le sens n'est donc jamais fixé. Devant le caractère polysémique du discours des médias et des interprétations de l'audience, cette remarque entraîne bien des conséquences que l'on ne peut explorer ici. Soulignons simplement qu'une question de taille est soulevée : quels rapports y a-t-il entre, d'une part, le « libre jeu » du sens, et, de l'autre, le caractère systémique de la structure sociale et de l'idéologie ?

  • 22 Collins, J., “Watching ourselves watch television, or who's your argent ?”, Cultural Studies, octo (...)

38Les différents courants – conceptuels, théoriques, méthodologiques – qui se regroupent au sein de l'école culturaliste (pour une synthèse utile, voir Real, 1989) contribuent tous à un savoir sur la dynamique de la production du sens dans l'espace public. On peut simplement regretter que ces travaux aient, pour la plupart, porté sur la fiction plutôt que sur le journalisme et l'information, et que dans ce dernier domaine, seules les nouvelles télévisées, largement étudiées aient fait l'objet d'une ambitieuse théorisation22, les autres médias de l'espace public ayant été relativement négligés. Ainsi, les études empiriques traditionnelles et les analyses de contenu nous ont certes beaucoup appris sur la sociologie de la presse écrite. Mais elles ne nous disent pas grand-chose sur les processus de production de sens par leurs lecteurs. Les recherches sur le journalisme ont beaucoup à apprendre des études culturalistes.

39Dans cette présentation, j'ai privilégié une certaine interprétation de la notion d'espace public. Cette notion renvoie à deux grandes questions. La première est une question de structure institutionnelle. La seconde porte sur le processus ambigu de la production du sens. Mais, parler d'espace public, c'est aussi se situer sur le plan pratique, apprendre à en identifier les manifestations dans le flux du discours des médias ; apprendre à reconnaître ce qui est dit, ce qui ne l'est pas, et la façon dont ce qui est dit est exprimé. C'est se familiariser avec les thèmes, avec les débats, avec les styles de présentation, les modes d'adresse, la rhétorique. Une telle familiarité n'est pas seulement nécessaire à une compréhension théorique. Elle est la condition d'un engagement politique concret, engagement qu'il faut mener au sein et au nom de l'espace public. Personne n'a jamais promis qu'il fût facile d'être un citoyen...

Bibliographie

RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES

Benhabib, S., Critique, Norm and Utopia: A Study of the Fundations of Critical Theory, New York, Columbia University Press, 1986.

Bernstein, R. (dir.), Habermas and Modernity, Cambridge, MA, MIT Press, 1986.

Carey, J., Communication as Culture, Londres, Unwin Hyman, 1989.

De Certeau, M., The Practice of Everyday Life, Berkely, University of California Press, 1984.

Dewey, J., The Public and its Problems, Chicago, Swallow Press, 1927.

Ferguson, M. (dir.), Public Communication : the New Imperatives, Londres, Sage, 1990.

Fiske, J., Television Culture, Londres, Methuen, 1987.

Fiske, J., Understanding Popular Culture, Londres, Unwin Hyman, 1989.

Garnham, N., Capitalism and Communication, Londres, Sage, 1990.

Habermas, J., The Philosophical Discourses of Modernity, Cambridge, MA, MIT Press, 1987.

Habermas, J., The Structural Transformation of the Public Sphere, Cambridge, Potity, 1989.

Kellner, D., Critical Theory, Marxism and Modernity, Baltimore, Johns Hopkins University Press, 1989.

Laclau, E., Mouffe, C., Hegemony and Socialist Strategy : Towards a Radical Democratic Politic, Londres, Verso, 1985.

Mcquail, D., Siune, K. (dir.), New Media Politics, Londres, Sage, 1986.

Real, M., Supermedia : A Cultural Studies Approach, Londres, Sage, 1989.

Schiller, H., Culture, Inc.: The Corporate Takeover of Public Expression, New York, Oxford University Press, 1989.

Woodward, K. (dir.), The Myths of Information, Londres, Routledge, 1980.

Notes

14 Cet article est une version remaniée de l'introduction à l'ouvrage collectif, Communicating Citizenship : Journalism and the Public Sphere to the New Media Age, édité par Peter Dahlgren et Colin Sparks, Londres, Routledge, 1991.

15 Murdock, G., “Television and citizenship : in defense of public broadcasting”, in Tomlinson, A. (dir.), Consumption, Identity and Style, Londres, Routledge, 1990

16 Murdock, G., Golding, P., “Information poverty and political inequality : citizenship in the age of privatized communication”, Journal of Communication, vol. 39, no 2, été, 1989.

17 Downing, J., “The alternative public realm : the organization of the 1980's antinuclear press in West Germ, any and Britain”, Media, Culture & Society, avril, vol. 10, no 2, 1988.

18 Jakubowicz, K., “Musical chairs ? The three public spheres of Poland”, Media, Culture & Society, Avril, vol. 12, no 2, 1990.

19 Voir Dewey (1927), puis Carey (1989), et Rosen (1986) pour la discussion relative à la pertinence des propos de Dewey.

20 Cf. Allor (1989) et les réponses qui lui sont faites dans le même numéro, ainsi que Erni (1989).

21 Pour un rapide survol de cette littérature abondante, ainsi que des synthèses sur les problèmes méthodologiques et théoriques, consulter Morley (1989) ; Moores (1990) ; Höijer (1990) ; Silverstone (1990) ; Jensen et Jankowski (1991).

22 Collins, J., “Watching ourselves watch television, or who's your argent ?”, Cultural Studies, octobre, vol. 3, no 3, 1989.

Auteur

Professeur en médias et communications, université de Lund, Suède

© CNRS Éditions, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site