Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

L'espace public

 | 
Éric Dacheux

Les contradictions de l'espace public médiatisé

Dominique Wolton

Editor's note

Reprise du no 10 de la revue Hermès, Espaces publics, traditions et communautés, 1992

Full text

1La démocratie requiert l'existence d'un espace public où sont débattus contradictoirement les grands problèmes du moment. Cet espace symbolique, inséparable du principe de « publicité » et de « sécularisation », est une des conditions structurelles du fonctionnement de la démocratie. La démocratie de masse a ensuite conduit à ce qu'un plus grand nombre d'acteurs s'exprime sur un plus grand nombre de sujets. Ce qui a modifié l'espace public dans le sens d'un élargissement, résultat conjugué de la démocratisation, et du rôle croissant des médias. C'est pourquoi, l'espace public contemporain peut être appelé « espace public médiatisé », au sens où il est fonctionnellement et normativement indissociable du rôle des médias.

  • 12 1. On trouvera des références explicites à cette problématique dans les articles suivants :

2C'est aujourd'hui, plus qu'aux xviiie et xixe siècles qu'apparaît la nécessité, pour comprendre ce qu'est la démocratie, d'évaluer avec précision ce que recouvre ce concept12. Pour ma part, j'essaye depuis maintenant plusieurs années de réfléchir aux caractéristiques théoriques de cet espace public contemporain, et notamment au rôle qu'y jouent les médias.

  • 13 2. Le renouveau des travaux visibles en philosophie, science politique, histoire, sociologie, porta (...)

3J'ai suffisamment insisté ailleurs13 sur le fait que la communication n'est pas antinomique avec la démocratie de masse mais qu'elle en est au contraire une condition structurelle, pour qu'il soit nécessaire d'y revenir. Je voudrais plutôt examiner ici un certain nombre de contradictions liées au fonctionnement de cet espace public élargi, caractéristique de la démocratie de masse. Moins, pour remettre en cause son rôle et son statut, que pour analyser les dysfonctionnements consécutifs à son avènement.

4Revenons un moment sur les caractéristiques de l'espace public médiatisé où les liens symboliques sont beaucoup plus importants que les liens réels et concrets. Il renvoie à une société ouverte, urbanisée, dans laquelle les relations sociales sont marquées par une forte valorisation de l'individu, tant sur le plan du travail que sur celui du modèle de consommation. Mais, cet espace est aussi marqué par l'organisation de masse, tant sur le plan du travail, que sur celui de la consommation, des loisirs, de l'éducation. La contradiction principale de notre société, et son intérêt, est de gérer ces deux dimensions opposées. Dans Éloge du Grand Public (1990), j'ai parlé de « société individualiste de masse » pour faire ressortir l'opposition entre ces deux dimensions : une priorité accordée à tout ce qui facilite l'expression, l'identité, la libération de l'individu, plus que de la personne d'ailleurs, et en même temps une société qui, sur le plan économique, politique et culturel repose sur l'échelle du grand nombre. Cette antinomie requiert l'existence d'un espace public élargi médiatisé pour que les contradictions inhérentes à cette double orientation ne soient pas trop violentes.

5L'espace public médiatisé est un des lieux symboliques, parfois le seul, où peut se gérer cette caractéristique contradictoire des sociétés actuelles.

6C'est également un espace dans lequel la presse écrite et les médias audiovisuels jouent un rôle considérable en termes d'information et de communication. Non seulement parce qu'ils sont nombreux, libres et en concurrence, mais aussi parce que l'élargissement du champ de la politique leur confère un rôle central, tant pour la production que la diffusion de l'information. Les sociétés ouvertes doivent disposer d'un moyen de relation à l'autre : c'est la fonction de l'information, récit d'un monde qui élargit sans cesse ses frontières, mais qui s'adresse à une communauté bien particulière beaucoup plus réduite et en général, nationale. Les sociétés ne peuvent s'ouvrir les unes sur les autres qu'à la condition de conserver leur identité. Communication et identité ne sont donc pas antagonistes, mais substantiellement liées. La communication peut multiplier la diffusion d'informations de plus en plus nombreuses, venant de tous les coins du monde, uniquement parce qu'il existe simultanément des communautés restreintes de réception et d'interprétation de ces informations.

7Enfin, c'est un espace public marqué par la présence des sondages. Ceux-ci construisent une représentation constante de l'opinion publique. L'information des médias sur les événements d'une part, et l'information des sondages sur l'état de l'opinion d'autre part sont la condition de fonctionnement de l'espace public élargi de la démocratie de masse. On y retrouve les caractéristiques de la société individualiste de masse avec la gestion de trois paramètres souvent contradictoires : la liberté et la pluralité de l'information ; la valorisation de l'individu ; une société marquée par le nombre et la standardisation.

8J'examinerai dix contradictions de cet espace public médiatisé.

1 - La tyrannie de l'événement

9Le premier paradoxe est « la réduction » de toutes les échelles de temps à celle de l'événement. C'est l'impérialisme du news, de l'instant et du direct. Le temps de l'information est littéralement réduit à la seule durée de l'instant. Il n'existe que ce qui surgit. Le triomphe de l'information est la conséquence d'un double changement : l'élargissement du champ de la politique, lié à la victoire de la démocratie et les fantastiques progrès sur le plan technique, sur la production, la diffusion et la réception de l'information. Toute la difficulté vient de ce double changement, politique et technique, l'un n'étant évidemment pas sans rapport avec l'autre. Le changement technique dans l'information a permis de réaliser les rêves les plus audacieux en donnant au citoyen le moyen de savoir ce qui se passe le plus rapidement et le plus complètement possible – quasiment partout en direct.

10Résultat ? Le direct qui était hier à la fois l'horizon de l'information et son idéal devient le pain quotidien, l'ordinaire. L'effet de ce changement de proportion sur la chaîne de l'information est considérable car le direct apparaît en quelque sorte comme le standard, dont l'effet est encore renforcé par le poids de l'image. La chronologie de l'information est aujourd'hui étalonnée par rapport « au direct » alors même que de très nombreuses situations d'informations ne justifient pas un tel rythme ni une telle échelle de temps, ni surtout une telle échelle de compréhension. Si le direct s'impose pour certains événements, il ne peut s'imposer comme la norme et l'idéal de l'information. La domination d'un modèle de l'information marqué par l'urgence et l'événement a nécessairement un impact très lourd sur toute la conception de l'information : l'honnêteté d'une émission se jugerait simplement au fait d'être « en direct ». La valorisation de l'instant est déjà très forte puisque tout ce qui est neuf et nouveau est privilégié, tout ce qui est lent et complexe a tendance à être évacué. Quel événement peut durer plus d'une semaine dans les médias ? Tout ce qui dure trop longtemps lasse et n'attire plus l'attention. Il y a évidemment une contradiction entre la rapidité de l'information, la simplification qui en résulte et la complexité de l'histoire et des problèmes de société.

11La contradiction croissante entre la logique de l'information événementielle et le rythme du fonctionnement de la société résulte assez directement du triomphe de l'information. Mais la politique, et encore moins la société ne vivent au simple rythme de l'événement et du direct. La démocratie nie le temps qu'il lui a fallu pour advenir.

2 - Le « bocal » médiatique

12La victoire de l'information aurait dû rapprocher les journalistes, les hommes politiques, et en général les élites, du reste de la société. En effet, l'omniprésence des médias et des sondages permet de « tout savoir sur tout ». Pourtant, « la classe médiatique, intellectuelle et politique » n'est pas plus proche des problèmes de société qu'hier, même si elle a très exactement le sentiment inverse. En effet, cette connaissance élargie de la réalité est très « médiatisée », c'est-à-dire liée à des informations, et dépend de moins en moins de l'expérience. À cet éloignement inévitable de l'expérience s'ajoutent les biais qu'introduisent les journalistes et les médias dans l'appréhension de la réalité. Il y a une « connaissance » de la réalité qui demande du temps, et une certaine expérimentation, les deux étant en quelque sorte antinomiques avec le schéma rationnel de l'information qui domine dans nos sociétés, avec la logique de l'événement, l'instantané des sondages, la sécheresse des statistiques et la distance des enquêtes.

13En d'autres termes, il n'y a pas de lien direct entre appartenir â la même élite culturelle, aujourd'hui plus nombreuse et plus « mélangée » qu'hier, et connaître mieux la réalité, même si l'on en est mieux informé. Non seulement l'usage des mêmes informations et des mêmes données tend à développer une vision identique du monde, mais surtout l'existence d'une « communauté des élites » aboutit à un processus d'auto-légitimation. Les élites ont moins le sentiment de tout savoir que de savoir l'essentiel, d'autant qu'elles voyagent beaucoup plus que la moyenne des autres catégories sociales et culturelles et qu'à l'étranger, elles rencontrent le plus souvent des populations qui ont des caractéristiques socio-culturelles identiques. Contrairement à ce que l'on n'aurait pu penser, l'omniprésence de l'information ne donne pas aux élites le sentiment d'une réalité de plus en plus complexe, elle crée exactement le sentiment inverse.

14Le risque de coupure est également renforcé par l'effet de saturation que le public peut avoir à l'égard d'un flot continu d'informations. Le paradigme dominant de l'information news conduit à une consommation accélérée d'information qui s'accompagne d'un phénomène inévitable de rejet. Au bout d'un moment personne ne peut vivre sous « le bombardement médiatique ». La réaction à l'égard de la saturation d'information conduit à rejeter en même temps les médias et « la classe médiatico-intellectuello-politique ». L'ouverture de l'espace public aboutit à l'effet paradoxal de refermement des différents composants de l'élite politique, culturelle et scientifique sur elle-même, alors que de bonne foi cette élite pense mieux intégrer les différents paramètres de la réalité.

3 - Une communication sans interdits

15De nombreux acteurs de ce secteur pensent que la communication devra être organisée exclusivement par les lois du marché. Le changement est notamment dû au fait que la communication est devenue un secteur « porteur ». On est passé de la réglementation publique, avec les inconvénients de politisation que l'on connaît, à l'idée toute différente qu'il vaut mieux laisser le marché assurer seul la régulation. Autrement dit, banaliser le secteur de la télévision et de la communication au sens large. Ne plus lui attribuer de responsabilité particulière, ni de statut particulier, et l'intégrer dans le lot commun de tous les autres secteurs d'activité économique de la société moderne. « Libérer la communication » de toutes les tutelles, et d'abord de la première d'entre elles, celle de l'État, même si cette liberté politique s'accompagne d'une nouvelle dépendance, cette fois-ci économique. Et même si parallèlement beaucoup continuent à réclamer des systèmes d'aides... mais pour la presse écrite. Pourquoi les aides souhaitables pour un secteur particulier de la communication – la presse écrite – ne le sont-elles pas pour d'autres ? Sans doute parce que la télévision et la communication, en général, sont des secteurs apparemment plus rentables que celui de la presse écrite. Encore faut-il distinguer la presse généraliste très fragile, qui demande l'aide de l'État, et la presse spécialisée qui se porte très bien sans cette aide de l'État. Un peu comme si les réglementations étaient souhaitables quand le marché n'est pas porteur, et inutiles quand il l'est…

16Dans l'appel à la liberté, et au minimum de contraintes dans le domaine de la communication, il y a confusion entre trois plans distincts. D'abord, celui de l'ouverture d'un marché, ensuite celui des possibilités techniques, enfin celui de la réglementation des usages. Si les deux premiers niveaux de la réalité peuvent éventuellement se satisfaire d'un libéralisme absolu, il n'en est pas de même pour le troisième. Le contresens consiste, à croire que la même liberté doit concerner les contenus et les usages, comme elle concerne les techniques et le marché. À supposer d'ailleurs, que les techniques et le marché doivent eux-mêmes rester libres de toute réglementation. Réintroduire des interdits, des réglementations, des normes et des valeurs est aujourd'hui d'autant plus nécessaire que le domaine de la communication est lui-même en pleine expansion et contribue assez directement à la représentation que les citoyens se font de la réalité historique. Il y a même un contresens dans l'appel à la déréglementation comme condition de l'explosion des médias. C'est au contraire l'explosion des médias, et leur rôle croissant dans la communication sociale, qui impose le maintien d'une certaine règle, et non la déréglementation.

17Il n'y a pas d'espace public sans règles, et sans respect de certains principes d'intérêt public. Le premier concerne l'équilibre à maintenir entre les médias publics et les médias privés et entre les médias généralistes et les médias thématiques, justement pour éviter de trop gros déséquilibres de communication au sein de l'espace public. II est à la fois difficile de reconnaître que l'espace public est le lieu central de la démocratie, en termes d'émission et de discussion de messages et ne pas admettre l'impérieuse nécessité d'un minimum de réglementation en ce qui concerne son fonctionnement et notamment pour les médias. Pourquoi l'idée de l'intérêt général disparaît-elle au moment où l’on reconnaît le rôle déterminant des médias et de l'opinion publique dans l'espace public ?

18La communication à travers son expansion retrouve le principe de base de toute activité sociale : pas de liberté sans contrainte. La liberté de communication ne peut uniquement servir à favoriser les industries de la communication, car au bout de ces industries se trouvent des citoyens, des valeurs et des enjeux qui dépassent le cadre d'une industrie. Avec la communication, il ne s'agit pas seulement de vendre des techniques et des messages, il s'agit aussi de relier des citoyens, des communautés et de réfléchir aux conditions qui du côté des récepteurs, il y ait une certaine condition d'interlocution. Ceci ne résulte pas toujours, et même pas souvent, des seules règles du marché.

4 - La standardisation

19La multiplication des échanges, au sens où un plus grand nombre d'acteurs s'exprime sur un plus grand nombre de sujets, impose que les uns et les autres utilisent partiellement les mêmes codes. Ce code, c'est celui du discours laïc et rationnel dominant dans l'espace public démocratique, et très largement marqué par le discours politique. C'est en effet à travers les catégories politiques que les acteurs appréhendent le monde, construisent leurs discours et leurs oppositions. C'est parce que les uns et les autres utilisent plus ou moins le même langage politique, même s'ils le font au travers de discours conflictuels, qu'existe ce minimum d'intercompréhension que l'on observe dans les démocraties pluralistes. Le prix à payer à l'élargissement de l'espace public est donc la prédominance du discours politique, le seul compris par tous. Mais cette « unification », toute partielle et simple condition d'une communication possible, conduit inévitablement à un certain appauvrissement, car le code politique appliqué à la plupart des sujets de société est nécessairement réducteur. Les exemples, sans doute les plus notoires de cet envahissement du discours politique, concernent la manière dont la mort, la sexualité, les manipulations génétiques, la religion, sont aujourd'hui abordées sur le même mode que l'économie, les élections, la fiscalité... Comme si l'existence d'un autre type de discours avait quelque chose d'insupportable.

20La conséquence évidente de cette prééminence du discours politique est l'idéologisation de pans entiers de la réalité sociale. Avec pour conséquence l'accentuation des oppositions, et la dévalorisation des discours qui n'entrent pas dans cette logique dichotomique. Certes, le fonctionnement de l'espace public est indissociable de l'existence de conflits, mais tous ne se traduisent pas nécessairement dans un vocabulaire et sur un mode politique. S'il faut parler un peu le même langage pour communiquer, la question est de savoir à partir de quel moment, cette prééminence d'un code – fut-il politique – n'est plus synonyme de liberté, mais plutôt d'appauvrissement. La solution à ce problème ne consiste pas dans l'organisation de l'expression des citoyens, par l'intermédiaire de multiples médias plus ou moins locaux, au plus ou moins interactifs comme on l'a souvent dit, car cette expression reprend les mêmes codes de communication. Elle consiste plutôt à admettre la coexistence au sein de l'espace public d'un plus grand nombre de discours hétérogènes aux valeurs et aux références laïques et politiques dominantes. Admettre également qu'à côté du discours laïc et rationnel, cohabitent sans avoir à se justifier par rapport à lui des discours à caractère esthétique, religieux, spirituel... porteurs d'autres valeurs et d'autres représentations.

5 - La personnalisation

21L'élargissement de l'espace public et le rôle croissant des médias accentuent les phénomènes de personnalisation. Certes, il n'y a pas de politique sans personnalisation, et c'est ce qui en fait finalement sa grandeur, mais il faut néanmoins admettre que la généralisation de la communication médiatisée, à destination d'un grand public, accentue encore ce processus. Même si c'est à cette condition qu'une bonne partie du public peut comprendre des questions nécessairement techniques, et ardues de la société moderne. La complexité et la technicité de nombreux dossiers s'accommodent mal de ce traitement personnalisé de la politique. La plupart du temps, il n'y a pas de concordance entre l'existence d'un problème, le temps nécessaire à son émergence dans l'espace public, la prise de conscience qu'en ont les citoyens et la rapidité avec laquelle il est traité dans les médias, avant de ressortir du cercle de lumière médiatique. Ramener la politique à une question humaine a l'avantage de rappeler son caractère « solutionnable » mais a l'inconvénient de l'inscrire dans le calendrier des échéances électorales pratiquement jamais adéquat à leur solution. Il y a non seulement un risque de jeu de miroir, d'identification croisée, mais aussi « de perte de définition » dans un tel mécanisme. Ce que l'on gagne en personnalisation et en temps court, on le perd en compréhension de la complexité et de la durée des problèmes.

6 - L'identification action-communication

22En politique, l'action est inséparable de la communication, surtout en démocratie, où les hommes politiques doivent expliquer leur décision pour gagner les élections, ou leur réélection. De toutes façons, une bonne partie de l'action devient indissociable d'une stratégie de communication pour obtenir l'acquiescement du plus grand nombre. Et chacun sait bien depuis longtemps que « parler c'est agir », notamment en politique, et progressivement cette assimilation entre communication et action se renforce comme on le voit dans le rôle que joue la télévision dans la politique. Les hommes politiques, après avoir cru utiliser la télévision à leur profit pour séduire les citoyens, ont compris qu'il ne leur suffisait pas de parler pour convaincre et que celui qui contrôlait les « tuyaux » ne contrôlait pas forcément les opinions publiques et encore moins les votes. Bref, il y avait une autonomie, souvent étonnante de la part des récepteurs que l'on a pourtant longtemps crus passifs et manipulables ! Mais les hommes politiques ont aussi compris, à l'inverse, que sans communication, ils n'ont aucune chance de se faire comprendre. Si l'attitude à l'égard du processus de communication a changé en passant d'une idée simple « il suffit de parler pour convaincre » à l'idée plus complexe « il faut en tous cas parler et c'est le public qui se fera sa propre idée », ce qui n'a pas changé c'est l'importance de la communication.

23La part de la communication dans l'action ne cesse de croître avec le risque d'un renversement du rapport entre les deux, au profit cette fois de la communication. D'autant que les médias ne cessent de faire pression pour que les hommes politiques se justifient, s'expliquent, « au nom du droit des citoyens à savoir ». En outre, dans un système de communication où le rôle des sondages, comme capteurs partiels de l'opinion publique ne cesse d'augmenter, les hommes politiques ont beaucoup plus qu'hier tendance, quoi qu'ils disent, à modifier leur image et leur discours en fonction des informations que leur apportent les sondages. Ils ont beau rappeler la nécessité de ne pas confondre sondages et élections, ils sont enclins, dans une démocratie de masse où par nature ils ne « voient » ni le public ni ses réactions, à considérer les sondages comme de bons indicateurs.

24Ces trois transformations contribuent à accroître la part de la communication dans l'action politique. Le résultat est que les hommes politiques passent entre 20 à 40 % de leur temps dans des stratégies de communication. Soit pour valoriser leur action, soit pour offrir et améliorer leur image du public, soit pour neutraliser des concurrents qui eux aussi jouent cette logique de la communication.

25Cette place croissante de la communication dans la politique moderne soulève une autre question : la difficulté de plus en plus grande à distinguer l'information, l'opinion et l'action. Quelle que soit la dimension communicationnelle de la politique, celle-ci reste définie par l'assomption de la décision, c'est-à-dire, l'exercice de l'arbitraire du pouvoir. L'interdépendance croissante entre décision, communication et action ne met pas fin à leurs différences radicales.

7 - Le thème de la transparence

26Il résulte de la place croissante accordée à la communication et des deux mouvements complémentaires qui lui sont liés.

27Le premier concerne l'omniprésence des médias et de l'information qui donnent de bonne foi le sentiment que les problèmes importants d'une société sont « visibles », en tous cas portés à la connaissance de tous. La première transparence vient de l'information, la seconde de la présence des sondages qui semblent fournir l'information complémentaire de celle des médias. Ceux-ci « couvrent » les événements, et les sondages « couvrent » l'état de l'opinion publique pour les problèmes plus ou moins publics du moment.

28L'idée simple est que médias plus sondages donnent une assez bonne visibilité de la réalité sociale et de ses différents composants. Surtout, médias et sondages sont considérés comme des capteurs essentiels des problèmes à venir, alors même que la plupart du temps ils ne font qu'enregistrer ce qui survient et n'ont pas vocation à une fonction anticipatrice. Et c'est là que réside la contradiction. Médias et sondages produisent plutôt les informations sur ce qui arrive, même si l’on espère confusément trouver également dans leur information, une anticipation des problèmes à venir. Anticipation qu'ils n'apportent pas souvent car tel n'est pas le rôle. Même s'ils avaient cette fonction anticipatrice, il n'est pas certain que les responsables politiques prendraient ces anticipations pour certaines, car il y a déjà suffisamment de problèmes à gérer pour ne pas avoir à s'encombrer avec ceux qui ne se posent pas encore de manière aiguë ! Si chacun admet que l'information des médias et des sondages ne constitue pas une anticipation, mais la plupart du temps une photographie de l'instant, chacun souhaite y voir, cependant une dimension anticipatrice, sans pour autant s'y sentir lié ! Cette ambiguïté est encore renforcée par le poids des chiffres. On souhaite en effet implicitement que les sondages, par le simple fait qu'ils sont chiffrés, donneront une vision complémentaire, et parfois plus rigoureuse de l'information fournie par les médias.

29En se calquant sur le modèle de la politique, – le caractère plus ou moins représentatif de ce qui est avancé –, l'information risque de perdre ce qui est sa force, et sa légitimité : faire le récit de l'histoire. De toute façon, la représentativité en politique est très différente de celle qui prévaut dans les sondages, car en politique chacun par le vote donne ultérieurement sa décision. Par contre on ne vote pas pour la plus grande partie des phénomènes de société abordés aujourd'hui par ces sondages. Et l'information qu'ils apportent est inéluctablement renforcée par la légitimité qui en démocratie entoure tout ce qui est « représentatif ». À ceci près qu'ici il n'y a pas la contre-épreuve de l'élection. Le risque est donc que les sondages apparaissent comme une sorte de complément ou de forme dérivée de la légitimité politique, sans en avoir la signification. Risque d'autant plus grand que le nombre de problèmes entrant dans la sphère politique ne cesse de s'accroître et donc de légitimer cette dimension de représentativité liée à la politique.

30Le mode « représentatif » d'appréhension élargi au-delà des champs stricts de la politique a l'avantage d'unifier les représentations de la réalité, mais il a l'inconvénient d'appliquer un code commun à des phénomènes qui n'en relèvent pas.

31Car il n'y a pas de continuité entre la vision de la société fournie par les médias, les sondages et la politique, même si les trois parlent évidemment de la même réalité. Il est souhaitable de conserver cette hétérogénéité de représentation. Plus la politique envahit l'ensemble de la société, et plus la communication joue un rôle important dans cette même société, plus il faut faire cohabiter des représentations différentes de la société pour éviter une fausse homogénéité, donc une fausse transparence. Le prix à payer de cette fausse transparence serait le surgissement de conflits d'autant plus inexplicables, qu'a priori, le dispositif réunissant la politique, les sondages et les médias aurait dû permettre de voir l'essentiel.

8 - L'irénisme* communicationnel

32La démocratie suppose un langage partiellement commun pour que les oppositions idéologiques se jouent sur un mode communicationnel et non sur celui de la violence physique. Le passage de la violence à l'affrontement, plus ou moins argumenté, constitue d'ailleurs un signe de maturité politique et l'on mesure en général le développement de la démocratie à l'entrée d'un nombre croissant d'aspects de la réalité sociale dans l'espace public. C'est-à-dire dans un espace où les mots remplacent les coups. Le risque est évidemment de confondre la dimension communicationnelle nécessaire à l'affrontement politique avec un consensus politique. De confondre l'acceptation d'un code commun de communication avec un consensus. Parler la même langue n'implique nullement être d'accord. Ceci chacun le savait tant que l'espace politique était étroit. Dès lors qu'il s'élargit, avec une tendance à traiter tous les problèmes de société dans l'espace public et donc à généraliser ce vocabulaire commun minimum, la tentation est grande de confondre partiellement le langage commun nécessaire à la communication politique, avec un accord sur le fond des problèmes.

33Le paradoxe de la communication, dont le rôle croissant est lié à l'élargissement du champ de la politique, est de favoriser l'idée d'une réduction des antagonismes. Comme si être en plus grand nombre à s'opposer, au travers des processus de communication plus nombreux, devait aboutir à des consensus plus faciles ! Le second effet pervers dû au rôle croissant de la communication dans la politique, est de généraliser une approche des diverses oppositions en terme de « conservateur » et « progressiste ». Cette dichotomie est en quelque sorte le complément dans l'ordre politique du schéma rationaliste qui préside au modèle communicationnel. On aura tendance à gratifier de « conservateurs » les acteurs politiques n'utilisant pas le discours politique adéquat au monde de la communication, et de « modernes », ceux qui au contraire s'y soumettent ou le promeuvent.

34Ce rapprochement entre la communication et l'opposition conservateur-moderniste, comme étalon de la politique, est cependant inadéquat à la communication, comme à la politique. À la communication, parce qu'il rationalise et réduit encore plus le code communicationnel nécessaire à la compréhension, alors même que l'Histoire montre combien sont peu rationnels la plupart des discours politiques ! À la politique dont la nature est justement de casser cette opposition dans laquelle à chaque génération, on veut enfermer les choix. En un mot, il n'y a pas de modernité communicationnelle, et la modernité n'est pas plus l'apanage de la politique que la communication n'en est l'étalon. Finalement, il n'y a pas de politique communicationnelle même s'il y a une condition communicationnelle à la politique.

9 - Le « village global »

35Le changement essentiel, dans le domaine de la communication en cinquante ans, résulte dans la mondialisation des techniques de communication. Hier, seules les agences de presse avaient une couverture partiellement « mondiale » des événements. Aujourd'hui, grâce à l'alliance de l'informatique, des télécommunications et de l'audiovisuel n'importe quel événement jugé important au bout du monde peut être couvert. Les satellites ont encore accentué cette possibilité, généralisant une information en temps réel. Du point de vue technique, nous ne sommes pas loin du village global dont parlait Marshall Mac Luhan. Mais plus il est facile de communiquer d'un point de vue technique, plus on s'aperçoit de la différence de nature entre technique de communication et contenu de la communication.

36Il ne s'agit pas de « voir » ou de connaître les événements du monde pour savoir, encore faut-il s'y intéresser. Et non seulement personne ne s'intéresse à tout, mais plus il est facile de produire et de diffuser de l'information, plus on réalise que les conditions de réception sont difficiles et limitées. À l'ouverture de la communication s'oppose la fermeture de la réception. Hier, les limites de la communication venaient des contraintes de production et de diffusion et l'on s'inquiétait peu des conditions de réception, d'autant que le volume d'information était limité.

37Aujourd'hui, c'est exactement l'inverse. Presque tout est visible et la principale restriction est du côté de la réception, car ce sont les codes langagiers, culturels, religieux, historiques, qui constituent les cadres au travers desquels les différents publics s'informent et communiquent. Personne n'est intéressé par tout, et d'ailleurs cette fermeture du côté de la réception est finalement un facteur favorable pour éviter que la communication n'aboutisse à une « tyrannie communicationnelle ». Autrement dit, il n'y a pas de communication sans compréhension et c'est le filtre de la compréhension qui oriente et limite « l'absorption » des messages.

38Cela signifie concrètement deux choses.

39Il n'y a pas de compréhension sans une certaine durée : il faut du temps, beaucoup de temps pour comprendre, un temps en tout cas plus long que le temps de la production, de la diffusion et de la réception de l'information. Un écart se creuse donc entre la rapidité de « information et la nécessaire lenteur de sa compréhension ». La deuxième condition est le partage de valeurs communes pour décoder et « comprendre » à peu près de la même manière les informations que l'on reçoit. Le problème principal pour l'avenir de la communication, réside dans la redécouverte de la complexité des facteurs mobilisés dans ce que l'on appelle d'un terme général « la réception ».

40Plus il y a d'information et, de communication, plus la notion de point de vue est déterminante du côté de la réception. Et, dans l'ensemble, les points de vue s'organisent autour des valeurs nationales. C'est même d'ailleurs au sein d'un espace public national que se structurent la plupart du temps le codage et le décodage des débats portant sur les grands événements du moment. Il suffit pour s'en convaincre d'observer comment les débats politiques sont radicalement différents en Belgique ou en Suisse, des pays pourtant fort peu éloignés de la France et qui utilisent largement la langue française !

41En d'autres termes, la mondialisation de l'information, tant du point de vue des techniques que du nombre des sujets traités va de pair avec la redécouverte de l'importance du cadre national pour ce qui concerne le décodage et l'interprétation des événements. Plus les conditions de production et de diffusion de l'information et de la communication sont « internationales », plus sont importantes à maintenir les identités à partir desquelles sont décodées et interprétées ces informations. L'identité, condition de l'interprétation, s'oppose au caractère ouvert des processus de communication. C'est pourquoi il ne faut pas confondre le fait que la télévision s'organise sur le mode d'un marché mondial, avec l'autre aspect, à savoir que dans sa réalité communicationnelle, elle reste attachée à une identité nationale.

10 - Un espace public sans frontières

42L'histoire de la société depuis le xviie siècle, et de la démocratie depuis le xviiie siècle, est synonyme de l'émergence d'un espace public et du processus complémentaire de rejet de certains phénomènes, dans l'espace privé, Le principe de « publicité » est devenu la règle, au point qu'il y a aujourd'hui quasiment recouvrement entre espace public, espace politique et société civile. C’est l'espace public qui devient l'étalon, et le symbole de la société, avec en parallèle une dévalorisation de l'espace privé.

43Le triomphe de l'espace public est aussi le triomphe d'un « vocabulaire sociologique » et l'élimination de toute référence externe à ce vocabulaire. Il est évident que la généralisation de la communication contribue à unifier les catégories de discours et plus généralement les cadres d'analyse utilisés au sein de l'espace public. Le problème est donc plutôt celui de la limite à apporter à l'extension de l'espace public, pour éviter la tyrannie d'un principe de publicité lié au schéma sécularisé du xviiie siècle. Pour éviter un risque – si ce n'est de tyrannie en tout cas d'unidimensionalisation – il est souhaitable de renforcer au sein de la société la coexistence voire l'affrontement de valeurs et de références de natures différentes.

44Que signifient ces dix contradictions présentes dans le fonctionnement de l'espace public médiatique ?

45Que la communication, au sens large, est aujourd'hui la condition fonctionnelle et normative de l'espace public et de la démocratie de masse, mais qu'elle ne peut, à elle seule, garantir la qualité du fonctionnement de cet espace public démocratique. Cet espace suppose aussi des valeurs politiques, qui sont relativement hétérogènes aux valeurs communicationnelles.

46Autrement dit soit l'on souscrit au modèle démocratique initial ; et l'on voit dans le mouvement quasiment synchronique, d'un nombre croissant de problèmes débattus dans un espace public lui-même sans cesse élargi, avec des processus de communication eux-mêmes de plus en plus nombreux, la condition d'un « bon modèle de fonctionnement politique ».

47Soit au contraire on souligne que la croissance, en parallèle, de la communication et de la politique rendent encore plus nécessaire le maintien d'un antagonisme entre les valeurs inhérentes aux deux.

48On assiste donc à un changement du point de vue normatif dans les relations entre communication et action. Si hier les deux étaient normativement liés au modèle démocratique, force est de reconnaître que la victoire du modèle démocratique, et donc de la communication oblige au contraire à les disjoindre. D'autant plus les différencier au plan normatif, qu'ils sont liés sur le plan fonctionnel. C'est pour préserver les conditions de fonctionnement d'un espace public élargi au sein d'une démocratie de masse largement médiatisée qu'il est souhaitable de maintenir, plus que par le passé, une différence de nature entre information, communication et action politique.

49Le triomphe du modèle démocratique oblige à mieux distinguer ce que l'on souhaitait, au contraire, joindre hier, C'est à cette capacité à recréer une tension entre des valeurs complémentaires, mais structurellement antinomiques, que l'on échappera à certaines dérives graves pour l'espace public médiatisé de la démocratie de masse.

Notes

12 1. On trouvera des références explicites à cette problématique dans les articles suivants :

  • « Le Nouvel Espace Public », Hermès, no 4, Éd. du CNRS, 1989 (notamment les articles de J.-M. Ferry, A. Touraine, R. Boudon, E. N. Neumann...)

  • « Masses et Politique », Hermès, no 2, Éd. du CNRS, 1990.

  • « Individus et Politique », Hermès, no 5-6, Éd. du CNRS, 1990.

C'est dans ces trois numéros, et surtout dans Hermès no 4, que se trouvent la plupart des références concernant l'espace public, ainsi que les travaux actuels et les bibliographies.

13 2. Le renouveau des travaux visibles en philosophie, science politique, histoire, sociologie, portant sur le statut actuel de la démocratie, la représentation, l'opinion publique, les rapports entre l'individu et la communauté, le rôle de la communication, la question de la nation... vont probablement contribuer à relancer une réflexion sur l'espace public. Mais les références explicites à une problématique construite sur l'espace public sont rares. Dans quelques années la bibliographie sera plus étoffée. Pour l'instant, on peut constater un décalage entre le fait que la référence à l'espace public soit beaucoup plus fréquente qu'il y a une trentaine d'années, et le fait que les travaux concrets portant sur une réflexion théorique et sociologique de l'espace public restent limités.
En ce qui concerne mes travaux personnels sur ce sujet, on peut se reporter à :

  • « Le nouvel espace public », in La Folle du Logis, La télévision dans les sociétés démocratiques, chapitre X, Paris, Gallimard, 1983.

  • « Télévision, lien social et espace public », 3e partie, in Éloge du Grand Public, une théorie critique de la télévision, Paris, Flammarion, 1990.

  • « Les nouvelles frontières, le temps, l'autre, l'histoire », in War Game, la guerre et l'information, Paris, Flammarion, 1991.

D'autre part :

  • « Le statut de la communication politique dans les démocraties de masse. Ses rapports avec les médias et l'opinion publique », in Crises et modernisation, Paris, Éd. du CNRS, 1991.

  • « La communication politique. Construction d'un modèle », Hermès, no 4, Éd. du CNRS, 1989.

  • « Les médias, maillons faibles, de la communication politique », Hermès, no 4, Éd. du CNRS, 1989.

© CNRS Éditions, 2008

Terms of use: http://www.openedition.org/6540

Read

Freemium

open access

Provided by L’éditeur de ce site