Version classiqueVersion mobile

La communication politique

 | 
Arnaud Mercier

Les bulletins municipaux : une contribution ambiguë à la démocratie locale

Christian Le Bart

Note de l’éditeur

Reprise du no 26-27 de la revue Hermès, www.démocratielocale.fr, 2000

Texte intégral

Les arrière-pensées politiques du bulletin municipal

  • 17 La loi du 15-1-1990 interdit, dans les six mois qui précèdent un scrutin, toute « campagne de prom (...)

1Évoquer les fonctions identitaires du bulletin municipal, c'est rompre pour partie avec le discours de légitimation qui en accompagne la production. Mais pour partie seulement : après tout, beaucoup de journalistes municipaux reconnaissent à leur travail une fonction « intégratrice ». De même reconnaissent-ils volontiers que cette presse est autant levier d'action que restitution, autant discours performatif que discours constatif. Mais il est un point sur lequel l'analyse savante peut et doit se poser contre (et non plus seulement au-delà de) ces discours d'acteurs, c'est celui de leur fonctionnalité politique et même électorale. Sujet tabou donnant lieu à de récurrentes dénégations, le soupçon de politisation plane inévitablement sur le bulletin municipal. Alimenté par quelques évidences (cette presse est contrôlée par le maire, cette presse est destinée à tous les électeurs, cette presse se recompose au gré des alternances politiques), ces soupçons ont troublé jusqu'au Législateur soucieux de l'égalité entre candidats à l'approche des élections17. Il semble toutefois que la question soit souvent mal posée, peut-être par manque d'analyses de contenu rigoureuses. Plutôt que de traquer les dérapages repérables ici ou là sous la plume de tel ou tel élu, il nous semble possible de démontrer que par sa définition-même, le genre bulletin municipal contribue à la légitimation du maire en place. Ce qui revient à dire que les variations d'un bulletin à l'autre, sur lesquelles se centrent les polémiques mettant en cause tel bulletin, comptent finalement moins que les régularités, les invariants, les lois du genre « journal municipal ».

2D'abord le bulletin érige le maire en totem. L’élu apparaît comme le représentant de tous (et non de ses seuls électeurs), au service de tous (et non de ses seules clientèles électorales). De ce point de vue, il n'y a évidemment aucune symétrie entre la parole du maire et celle de l'opposition, quand bien même cette dernière aurait droit de cité dans le bulletin. Le premier parle en surplomb, du haut d'un rôle sacralisé, il parle le premier (éditorial), il parle à tous et au nom de tous, il dit l'intérêt général. La seconde prend la parole dans la confusion, et se voit conférer le rôle dévalorisant de messager du malheur (tout ne va pas si bien que ça). Face à un jeu d'emboîtements métonymiques * qui ne donnent pas prise à la critique (le maire, c'est la commune), les opposants donnent toujours l'impression de jouer contre leur camp : en dramatisant les problèmes locaux, ils noircissent le territoire ; en critiquant le maire, ils insultent la collectivité que celui-ci symbolise. On pourrait répliquer que cette totémisation * du maire profite au rôle (quasiment sacralisé) plus qu'à son titulaire : mais ce distinguo est trop artificiel. Il néglige la capacité des acteurs sociaux à incarner le rôle.

3Un second argument peut être avancé : le glissement de la presse municipale vers l'actualité locale (et non plus strictement municipale) peut certes s'analyser comme un élargissement qui met en valeur les « citoyens », la « société civile » (associations, entreprises, écoles...). Mais cette vision des choses demeure superficielle. Il convient en effet de ne pas oublier que l'effacement de l'instance politique n'est, dans les journaux municipaux, que très relatif. Si les élus ont certes cessé d'être les personnages exclusifs du récit municipal, ils n'ont pas cessé d'en être les héros.

4Car que signifie la prétention du bulletin à couvrir l'ensemble de l'actualité locale, sinon la prétention des élus à s'attribuer l'ensemble des réussites repérables à l'échelle du territoire communal ? La frontière entre le strict domaine de l'activité municipale (les politiques publiques) et la vie locale qui déborde nécessairement la précédente (vie associative, actualité économique, activités culturelles...) n'est jamais vraiment lisible. On fera certes valoir que cette frontière est de fait souvent difficile à tracer : une municipalité peut cofinancer un projet culturel, subventionner une association, mettre un local à disposition, etc. La réalité de l'action municipale se perd en d'infinies subtilités. Mais précisément : le bulletin ne donne pas à voir celles-ci ; par sa forme au moins, il accrédite la vision simpliste d'un pouvoir municipal souverain, qui connaît les problèmes, qui contrôle les ressources disponibles, qui fait agir les acteurs de terrain.

5La diversité s'ordonne alors : le maire en est le chef d'orchestre. Son statut symbolique, sa double position de locuteur maître du texte et de personnage finalement toujours présent dans le texte, tout ceci contribue à renforcer une vision du territoire conforme aux mythologies politiques les plus classiques : l'élu décide. Le choix de matériaux composant le bulletin municipal ne se fait plus par référence au critère municipal/non municipal, mais par référence au critère positif/négatif. Tout ce qui se passe de positif à l'échelle de la commune sera susceptible d'y figurer, afin de nourrir les stratégies d'imputation des élus : implantation d'une entreprise, performances sportives, avancée dans la lutte contre la pollution, tout cela doit « quelque chose » (sans qu'on sache jamais quoi) à l'action municipale. Le maire, en se réservant le privilège de pouvoir annoncer les bonnes nouvelles, joue de la confusion entre savoir et pouvoir. Il travaille à produire une « impression causale » (Le Bart, 1992).

6Le bulletin municipal ne donne pas à voir la complexité décisionnelle, il ignore les considérations contemporaines sur la « gouvernance » : il effectue des restrictions causales qui profitent aux seuls politiques. Il transforme des processus sans sujet en bilan de l'action municipale, il érige cette dernière en variable toujours décisive. Au total, il répond à la fois aux arrière-pensées des élus soucieux de leur image et aux attentes des citoyens désireux de se voir offrir une représentation positive et simplifiée de leur territoire et de leur personne. D'où, sans doute, le succès du genre, aussi bien auprès de ses producteurs que de ses destinataires. Encore celui-ci ne doit-il pas être exagéré : si les bulletins sont lus, s'ils apparaissent même comme la première source d'information sur la commune (avant la presse locale), la grande majorité des lecteurs ne sont pas dupes des proclamations de désintéressement politique des élus. Tout semble indiquer qu'ils considèrent cette presse comme une source d'information utile mais qu'ils se refusent à y voir la marque d'une avancée décisive en matière de démocratie locale.

Notes

17 La loi du 15-1-1990 interdit, dans les six mois qui précèdent un scrutin, toute « campagne de promotion publicitaire des réalisations ou de la gestion d'une collectivité ». La jurisprudence n'interdit pas la parution des bulletins municipaux pendant cette période, mais elle sanctionne les numéros spéciaux qui se présenteraient par exemple sous la forme d'un bilan de la municipalité sortante.

Auteur

Professeur en science politique à l'IEP de Rennes, ses recherches portent notamment sur le discours et les symboliques politiques et sur les territoires et les politiques locales (en France et en Europe). Il est le Directeur du Crape, CNRS, à Rennes.

© CNRS Éditions, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search