Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La communication politique

 | 
Arnaud Mercier

L'argumentation dans les débats télévisés entre candidats à la présidence américaine : l'appel aux émotions comme tactique de persuasion

Anne-Marie Gingras

Note de l’éditeur

Reprise du no 16 de la revue Hermès, Argumentation et rhétorique, 1995

Texte intégral

Les fallacies dans le discours politique

1Les débats télévisés entre candidats à la présidence américaine constituent des moments de grande fébrilité lors des campagnes électorales ; ils attirent une audience dont la majorité se tournera exceptionnellement vers une émission à caractère politique, et les médias font de ces rencontres le spectacle politique par excellence en entretenant l'intérêt et même le suspense sur leur moment et leurs modalités ainsi qu'en rappelant les moments haut en couleur des débats précédents. Ce type de joute électorale donne l'occasion aux hommes et aux femmes politiques de se faire valoir, de démontrer leur maîtrise du langage, en utilisant de façon alternative esquives, attaques, et tactiques de persuasion de toutes sortes. Voilà sans doute pourquoi l'impression demeure qu'une gaffe monumentale ou une performance particulièrement brillante d'un ou d'une prétendante au pouvoir peut entraîner d'importants changements dans l'opinion publique, même si les recherches indiquent généralement que les débats électoraux modifient peu les choix de l'électorat (Krauss, 1988, p. 126-128 ; Trent, 1991, p. 232-233). (…) Cet article constitue une analyse de l'argumentation des candidats à la présidence américaine lors des trois débats télévisés de la campagne électorale de 1992, ainsi qu'une réflexion sur le langage politique [qui s]'appuie sur la théorie de la logique informelle et des fallacies* pour mettre en évidence les stratégies langagières utilisées par les candidats.

2(...)

3La pertinence de la logique informelle et des fallacies pour l'analyse du discours politique ne fait pas de doute ; plusieurs travaux portant sur le langage politique font état de procédés caractéristiques de ce langage qui sont des fallacies, bien qu'ils ne soient pas identifiés comme tels. Murray Edelman, par exemple (1971, p. 65-81 ; 1991, p. 109-116) identifie plusieurs mythes et métaphores politiques qui renvoient directement à l'appel aux émotions et à l'argument ad populum. Trent et Friedenberg (1991) expliquent que la répétition constitue une stratégie permettant de contrer l'oubli qui attend inévitablement ceux et celles qui apparaissent au petit écran, et identifient ainsi l'argument ad nauseam. Denis Monière (1992) fait état du « jeu des cautions », c'est-à-dire de l'argument d'autorité, et de « l'appel aux électeurs », qu'on peut compter parmi les arguments ad populum. (…)

4Dans cet article, la définition des fallacies s'éloigne de celles qui font référence à l'aspect trompeur de l'argument. Ici, les fallacies sont considérées comme des procédés discursifs apparentés à des erreurs de raisonnement ; la question de leur validité éthique ou politique ne sera pas prise en considération, bien qu'elle fasse l'objet d'une réflexion en conclusion. Les fallacies constituent une forme d'argumentation reliée aux stratégies langagières des candidats à la présidence, ce que Gilles Gauthier qualifie « d'argumentation périphérique », mais non à leurs idées. Les fallacies participent à la fonction cruciale du langage politique : créer des significations, des perceptions et susciter la confiance. Elles font partie intégrante du discours politique, puisque celui-ci s'appuie sur des symboles, des généralisations, des raccourcis, des attaques et des appels aux sentiments de toutes sortes.

5(…)

6L'analyse des trois débats entre George Bush, Bill Clinton et Ross Perot démontre tout d'abord que les fallacies, ou erreurs de raisonnement, sont utilisées en très grand nombre dans le discours politique. En 1988, s'interrogeant sur la fréquence des fallacies dans les débats politiques, Jason procédait à l'analyse des débats de 1960

  • 15 Jason, G., «Are fallacies common? A look at two debates», in Govier, T. (dir.), Selested issues in (...)

715, entre John Kennedy et Richard Nixon, et de 1984, entre Ronald Reagan et Walter Mondale ; il identifiait alors pour chacun entre 40 et 50 fallacies. Ma propre analyse des débats de 1992 m'incite à considérer le discours politique adopté par les candidats comme étant principalement composé de procédés qui ont peu en commun avec une argumentation logique. En effet, environ 800 fallacies ont été identifiées lors des trois débats qui ont duré chacun une heure trente minutes, soit une moyenne d'environ 265 par débat, et l'analyse a été réalisée sans prétention à l'exhaustivité.

Les appels aux émotions

8Durant les trois débats de la campagne présidentielle de 1992, les appels aux émotions constituent le type d'argument le plus souvent utilisé ; environ le tiers des fallacies sont des appels à la fierté, à la compassion, au courage, à la crainte, à la confiance, etc. L'importance accordée à ce type d'argument ne surprend guère si on se réfère aux travaux de Murray Edelman. Selon lui, le discours des campagnes électorales fait appel à la participation populaire et de façon paradoxale, à la rationalité ; en fait, sous le couvert d'appels à la raison, le discours électoral est truffé d'appels aux émotions. Edelman explique que même si l'électorat semble rejeter les appels aux émotions parce qu'il est socialement mal vu d'exploiter l'irrationnel, la ferveur émotive abonde dans les exhortations politiques. En campagne électorale, l'astuce consiste donc à disséminer les appels aux émotions dans la discussion des questions de fond (Edelman, 1980, p. 135-137).

  • 16 Les citations sont en anglais dans le texte original, mais ont été traduites par le coordonnateur (...)

9On ne saurait se surprendre outre mesure du fait que les appels à de profondes convictions ou à certains instincts constituent les ressorts de la loyauté politique. Ainsi, parlant de la situation économique de son pays et exploitant la fierté de la première puissance mondiale, le président Bush s'exclame lors du premier débat : « ...Ce pays n'est pas en train de partir en capilotade [not coming apart at the seams], au nom du ciel. Nous sommes les États-Unis d'Amérique !16 »

10Tous les thèmes abordés lors des trois débats et toutes les questions politiques se prêtent bien à l'appel aux émotions, des sujets plus « humains », comme le SIDA, aux dossiers plus techniques, comme le libre-échange. Cependant, le cas des affaires extérieures mérite d'être souligné. Car si les candidats excellent dans l'art de susciter des émotions au sujet de thèmes abordés de façon rationnelle par les journalistes, ils n'ont pas à chercher longtemps pour lier le rôle des États-Unis à l'étranger aux émotions puisque les questions à ce sujet font souvent elles-mêmes appel aux émotions. Par exemple : « Monsieur le président, comment pouvez-vous observer les massacres en Bosnie et le nettoyage ethnique, ou la famine et l'anarchie en Somalie, et ne pas vouloir employer la puissance de l'Amérique, si ce n'est la force militaire pour essayer d'en finir avec ce genre de souffrance ? » (premier débat).

11Pour répondre négativement à une telle requête fondée sur la compassion, un homme ou une femme politique doit d'abord reconnaître la légitimité de l'émotion, puis utiliser une seconde émotion, tout aussi légitime. Les appels à plusieurs émotions à l'intérieur d'un même argument ne sont pas rares. Dans ce cas-ci, la fierté et la crainte sont jouées en tandem : « Les avions américains aident aujourd'hui au soulagement humanitaire de Sarajevo. C'est l'Amérique qui est en tête de l'aide au soulagement humanitaire de la Somalie. Mais quand vous lancez un de nos fils ou de nos filles dans la guerre, je pense que vous devez faire attention et être sûr qu'il y a un plan militaire qui peut faire ce qu'il faut » (G. Bush, premier débat). Certaines émotions ne sont exploitées qu'à l'occasion. La honte, par exemple, est inévitablement suivie d'un appel au changement doublé d'un appel à la fierté ou au courage. (...)

12Enfin, l'appel à la juste proportion des choses – argument ad modum – et aux sentiments qui sont de meilleurs guides que la raison – sentimens superior – constitue les types d'appels aux émotions les plus rares. En voici un exemple : (...) « J'ai approché les vies de plus de personnes et j'ai vu plus de chagrin et d'espoir, plus de douleur et plus de promesses, que quiconque qui concourt pour la présidence cette année » (B. Clinton, premier débat).

13Après les appels aux émotions, le second type d'argument auquel on a davantage recours (un peu plus du cinquième des arguments identifiés durant les trois débats) est l’ad populum, c'est-à-dire l'appel à la popularité, aux sentiments populaires – y compris aux préjugés – une forme apparentée d'appels aux émotions. Il s'agit de susciter l'enthousiasme des masses ou de se servir des sentiments largement répandus dans la population (Walton, 1992, p. 184), pour remporter son adhésion à propos d'une question ou encore susciter son affection ou sa complicité. Ainsi, le candidat Ross Perot, exploitant la méfiance de l'électorat pour les partis politiques traditionnels et pour leurs modes de financement, affirme durant le premier débat : « ...la principale différence qui me sépare de mes concurrents est que mon bulletin n'a pas été mis dans l'urne par l'un des deux partis, par aucun lobby étranger, par aucun intérêt financier particulier ». Il continue lors du second débat : « ...rappelons juste que je n'ai aucun conseiller en communication (spin doctor). Je n'ai personne pour m'écrire mes discours... » (...) L'argument ad populum est celui dont se servent les hommes et les femmes politiques lorsqu'ils prennent position en faveur du petit, du payeur de taxes, de la veuve et l'orphelin contre les grandes compagnies, la bureaucratie, le Congrès et les lobbyistes étrangers. (...) La référence à la solidarité de groupe constitue une forme d'appel à la popularité. George Bush y a recours lors du premier débat : « Jetez un coup d’œil au Moyen-Orient. Nous avons dû nous élever contre un tyran. Les États-Unis sont venus, rassemblés comme rarement depuis des années, et nous avons expulsé ce type du Koweït à coup de pied ».

L'argument ad hominem

14Le troisième type d'arguments le plus fréquemment identifié lors des trois débats est l'ad hominem (environ 15 % de l'ensemble des fallacies), ou attaques personnelles. Ce genre de tactique doit être étudié en prenant en considération le contexte de la campagne présidentielle de 1992. Même s'il est difficile de juger dans quelle mesure les discours des candidats se sont adaptés à une humeur publique exaspérée des attaques personnelles, on peut certainement penser que les candidats et leurs équipes ont pris soin de préparer des attaques dont la négativité n'allait pas rejaillir sur eux-mêmes. Trois principaux genres d'argument ad hominem ont été repérés lors des trois débats : les attaques de culpabilité par association, et homme de paille ou encore les attaques indirectes, sous-entendues. Par exemple, Bill Clinton a été associé au Congrès à majorité démocrate, à l'ex-président Jimmy Carter dont la disgrâce est légendaire ou encore aux candidats démocrates défaits des élections antérieures, Walter Mondale et Michael Dukakis.

15Parmi les arguments ad hominem les plus efficaces, on compte ceux qui sont liés à d'autres types de fallacies. Dans l'exemple qui suit, en réponse aux attaques républicaines au sujet de la conscription qu'il a évitée et d'un voyage à Moscou qu'il a accompli alors qu'il était étudiant, Bill Clinton utilise l'argument ad hominem (culpabilité par association avec les membres de droite du Congrès et surtout Joe McCarthy), l'appel à la fierté, l'argument ad populum et le double appel à l'autorité (Amiral Crowe et Prescott Bush) : « Vous avez remis en cause mon patriotisme. Vous avez même convoqué quelques membres du Congrès de droite à la Maison-Blanche pour comploter sur la manière de m'attaquer pour être allé en Russie en 1969-1970 comme plus de 50 000 autres Américains. J'honore votre service durant la Seconde Guerre mondiale. J'honore le service de M. Perot, passé sous l'uniforme, et le service de chaque homme et femme qui a servi sous les drapeaux, don l'amiral Crowe qui était votre président des chefs d'état-major et qui me soutient. Mais quand Joe McCarthy a surgi, attaquant le patriotisme des gens de ce pays, il avait tort. Il avait tort. Et un sénateur du Connecticut s'est élevé contre lui, appelé Prescott Bush. Votre père avait raison de s'opposer à Joe McCarthy. Vous aviez tort d'attaquer mon patriotisme. J'ai été opposé à la guerre mais j'aime mon pays et nous avons besoin d'un président qui réunira ce pays, pour ne pas le diviser. Nous avons assez de divisions. Je veux conduire un pays unifié » (premier débat).

16(...) Les candidats ont eu recours à l'argument de l'homme de paille – distorsion de la position de son adversaire pour ensuite pouvoir mieux la critiquer – à quelques reprises : « sous cette administration, les dépenses ont augmenté plus que durant les 20 dernières années et il [George Bush] a demandé au Congrès de dépenser plus qu'il a dépensé réellement » (Bill Clinton, troisième débat).

17(...)

18Les arguments ad hominem abusifs constituent l'exception. Selon Walton (p. 134), le centre d'intérêt de ce genre de fallacies est la personnalité, qu'on attaque sur le plan de la morale – manque d'honnêteté, motivations douteuses, etc. Par exemple : « les gens vont poser cette question de la confiance, parce que je pense qu'il y a une manière chez le Gouverneur Clinton de dire une chose à un groupe pour le satisfaire puis d'essayer de satisfaire un autre groupe. Et je pense que cette façon de faire est une chose dangereuse à suggérer pour le travail au bureau ovale. Cela ne fonctionne pas de cette façon quand vous êtes président » (George Bush, troisième débat).

Synthèse

19Tout d'abord, malgré le fait qu'une écoute attentive des débats ait révélé la présence d'un grand nombre d'erreurs de raisonnement, les quelque 800 fallacies identifiées lors de l'analyse ont constitué une surprise de taille... Ceci m'incite à associer le discours électoral — et peut-être même le langage politique de façon plus générale — au débat légal dont l'objectif principal, selon Walton (p. 5) est de remporter une victoire verbale contre son adversaire en impressionnant son audience ; un argument « victorieux » ne relève donc pas nécessairement de la logique, l'important consistant à avoir l'air d'avoir le meilleur argument.

20Ensuite, les appels aux émotions ont été le type de fallacies le plus fréquemment utilisé, si l'on considère à la fois les appels à la fierté, au courage, à la compassion, à la confiance, etc., ainsi que l'argument ad populum, ou appel aux sentiments populaires, qui constitue une forme apparentée d'appels aux émotions (Walton, p. 84-93). Ainsi identifiées, les références aux émotions comptent pour plus de la moitié des fallacies lors des débats télévisés.

21Troisièmement, si les débats télévisés entre candidats à la présidence américaine constituent des moments privilégiés de la communication politique, il n'est pas sûr qu'on puisse considérer que le langage utilisé à ces occasions représente le langage typique des campagnes électorales ou de la gestion des affaires publiques. En effet, dans les joutes électorales à tout le moins, les attaques personnelles – argument ad hominem – s'avèrent en général plus fréquentes. Durant les débats télévisés, l'usage des arguments ad hominem risque d'attirer sur soi des attaques plus féroces de l'adversaire et ce, de façon immédiate, ce qui peut déstabiliser un candidat – ce n'est pas le cas dans la publicité électorale ou devant un auditoire partisan. De plus, les débats constituent l'occasion par excellence de paraître généreux, sympathiques, et surtout dignes d'être président. Il y a donc un niveau de langage au-dessous duquel on ne descend pas.

Notes

15 Jason, G., «Are fallacies common? A look at two debates», in Govier, T. (dir.), Selested issues in logic and communications, Belmont, Wadsworth, 1988, p. 20-34.

16 Les citations sont en anglais dans le texte original, mais ont été traduites par le coordonnateur du numéro dans un souci de clarté.

Auteur

Professeure de science politique à l'université Laval, Québec, ses recherches portent notamment sur la communication politique et sur les médias.

© CNRS Éditions, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540