Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La communication politique

 | 
Arnaud Mercier

Les contradictions de la communication politique

Dominique Wolton

Note de l’éditeur

Reprise du no 17-18 de la revue Hermès, Communication et politique, 1995

Texte intégral

1La politique est inséparable de la communication, et d'ailleurs l'histoire de la démocratie est celle de leurs relations. Le problème, aujourd'hui, est plutôt de mieux cerner la spécificité de la « communication politique », au moment où, avec la radio, la télévision, Internet et les sondages, la communication est en pleine expansion.

1. L'absorption de la société civile par l'espace public

2Si la société civile est historiquement antérieure à la naissance de l'espace public, et conditionne d'un point de vue théorique son apparition, le risque est aujourd'hui la fin de cette séparation. Et pourtant, la société civile est un des processus dominants de représentation de la société sur elle-même. Cette représentation s'étend, au fur et à mesure du processus de laïcisation et de la fin de la réparation des ordres temporels et spirituels. L'emprise de la politique sur cette société civile contribue à rendre celle-ci encore plus visible et plus présente.

3Quant à l'espace public, son extension est liée à la démocratisation. Il traduit le phénomène de politisation de la plus grande partie des questions de société, au sens où en démocratie presque toutes les questions sont l'objet d'affrontements et de négociations. « L'espace public est l'espace symbolique où s'opposent, et se répondent, les discours pour la plupart contradictoires, tenus par les différents acteurs politiques, sociaux, religieux, culturels, intellectuels, composant une société », (Wolton, 1990). C'est une zone intermédiaire qui s'est constituée au moment des Lumières – Kant est le premier à en parler – entre la société civile et l'État. Elle est donc liée au double phénomène de laïcisation et de rationalisation de la société. La conséquence de cette extension de l'espace public ?

4C'est la diminution du rôle de la société civile. Mais simultanément l'extension de l'espace public aboutit à étendre l'espace politique, et donc la politique. Le risque est alors la surdimension de la communication politique, avec une sorte de superposition des différents espaces : communication politique, espace politique, espace public, société civile. « Tout devient politique », comme on dit.

2. La confusion espace public-espace politique, la fin de la frontière vie publique-vie privée

5L'existence de la communication politique suppose donc la distinction entre public et privé, c'est-à-dire entre ce qui, à un moment, fait l'objet de discours publics, et au sein d'entre eux, ceux qui peuvent faire l'objet d'un affrontement politique. Ceci par opposition à ce qui reste dans un ordre du privé, à une échelle interpersonnelle ou de petits groupes, et qui en tout cas n'est pas destiné à être débattu sur la place publique. Sur trente ans de vie politique, on voit bien par exemple que les thèmes du chômage, de la ville, de l'éducation, de la sécurité, de la formation professionnelle, de l'autonomie régionale, du statut des femmes, de l'immigration, de l'aménagement de la ville, des relations internationales, de la décolonisation... n'ont pas eu la même place dans l'espace public, et a fortiori dans la communication politique.

6Certains thèmes concernant l'individu, les mœurs, la reproduction, sont même « sortis » de la sphère privée pour devenir « publics ». En revanche, d'autres thèmes comme celui, hier très important, des anciens combattants ou de la décolonisation, ont quitté la sphère publique, faute d'objet. D'autres thèmes, comme par exemple celui lié au statut des commerçants ont suivi le même chemin, alors que d'autres discours liés au secteur tertiaire et à l'informatisation par exemple, qui auparavant ne faisait « pas de problèmes », entrent progressivement, dans la sphère politique du fait de leur poids social et de mutation technique. Ces quelques exemples prouvent que la communication politique comme forme temporaire des affrontements change dans le temps. C'est cette succession de formes différentes qui à chaque fois structure et donne sens aux enjeux de la politique, cœur de la vie démocratique.

7Autrement dit, il y a trois niveaux : privé/public ; société civile/espace public ; espace public/espace politique. La communication politique suppose ces trois distinctions. La politisation, ou tout au moins la publicisation de la sphère privée, réduit cette séparation entre les trois niveaux. Exemple ? Aujourd'hui, tous les problèmes, y compris les plus privés, on aurait dit hier les plus « moraux », comme la sexualité, les mœurs, la reproduction, la morale, sont dans le domaine public, et objet d'affrontement politique. Ils sont même l'objet de législations et entrent ainsi directement dans la sphère de la communication politique. Les problèmes du sida, ont également favorisé le passage du privé au public et au politique.

8Le lien entre sphère privée, espace public, espace politique et communication politique n'a donc jamais été aussi direct qu'aujourd'hui. Plus les espaces et les logiques de nature différente communiquent, plus il est difficile de spécifier le rôle et l'enjeu de cette forme spécifique d'interaction qu'est la communication politique. L'efficacité de la communication politique dans le système politique général, dépend justement de cette autonomie et séparation des instances. Autrement dit, plus tout communique, plus il faut maintenir la distinction, ou pour le dire autrement, est-il possible qu'une société vive sans distinction public/privé, c'est-à-dire sans une autonomie de ces trois instances : le privé, le public, le politique ? Le pire est de croire qu'il y a un « progrès » dans la disparition de ces distinctions, alors même qu'elles sont au cœur du fonctionnement de la société démocratique.

3. L'égalitarisme, la fin de la responsabilité sociale des élites

9L'égalitarisation donne le sentiment faux d'une démocratisation. C'est particulièrement vrai en politique : chacun pense être au niveau de « tous » pour penser et analyser les problèmes de tous genres. L'égalitarisme politique exprime une certaine délégitimation de la place des élites, alors même que la hiérarchie sociale non seulement demeure dans les faits, mais reste également essentielle du point de vue du fonctionnement social. Le principe de l'égalité posé, il faut admettre le principe complémentaire des différences. Non pas comme sources d'inégalités, mais comme condition de fonctionnement d'une société. Reconnaître, valoriser et rendre responsable les élites est préférable à ce qui est aujourd'hui observé, à savoir la dénégation les concernant. Au nom de l'égalitarisme dominant, elles sont peu légitimées, alors que dans la réalité leur pouvoir est réel, sans les responsabilités éthiques et esthétiques qui devraient en résulter. Pour le dire en d'autres mots, mieux vaudrait du point de vue des valeurs d'une société démocratique, reconnaître et valoriser le rôle des élites en les doublant des responsabilités qui en résultent, plutôt que la position actuelle de l'autruche qui au nom d'un certain discours égalitariste refuse leur valeur, alors même que la réalité de leur emprise est bien là. Mais sans responsabilité corrélative. En d'autres termes, la communication politique comme enjeu de l'affrontement des discours, pour la conquête et la maîtrise du pouvoir politique et des discours s'y rapportant, joue ici un rôle central. Soit, elle renforce cette idéologie de l'égalité qui nie la réalité, soit elle contribue à préserver le rôle essentiel des différences, qui n'est nullement contradictoire avec l'égalité politique. Si tous les discours ont le même statut, la « différence de potentiel » qui anime, justifie et structure les affrontements discursifs disparaît. La politique ne disparaît pas pour autant, car les contradictions demeurent, mais un des dispositifs essentiels de la « mise en scène », au sens objectif du terme, du dispositif démocratique disparaît. La fausse mise à plat assurée alors par la communication politique est alors contradictoire avec l'objectif démocratique qui est d'assurer l'affrontement des discours, et non pas de faire croire à leur illusoire égalité. Résultat ? Elle risque de renforcer le pouvoir des « experts » qui se trouvent investis d'une autorité souvent disproportionnée, par le simple fait que dans un univers de discours « égaux », il faut bien préserver des critères de hiérarchie. Le renforcement du pouvoir des experts serait le résultat paradoxal du phénomène d'égalitarisation des discours.

4. La médiatisation sans limite

10Je ne reviens pas sur ce que j'ai analysé ailleurs, lié aux contradictions de l'espace public médiatisé7 : tyrannie de l'événement ; distorsion entre grande capacité d'accès à l'information et faible capacité d'action ; omniprésence de l'image... Non, je voudrais ici évoquer un des effets les plus pervers du processus par ailleurs démocratique de publicisation, celui de la médiatisation sans limite. On a vu que la publicisation, par l'intermédiaire des médias, a l'avantage de faciliter le passage des problèmes et discours dans l'espace public : tout est devenu discutable.

11L'inconvénient, on l'a vu également, est la disparition de la frontière public/privé. Mais il y a un autre effet discutable pour l'équilibre fragile de la communication politique. C'est le fait que les médias deviennent le seul étalon de la légitimité. Autrement dit, la logique de la communication devient le critère ultime avec le syllogisme suivant : ce qui est connu est médiatisé, donc ce qui est légitime est médiatisé. Ce qui n'est pas médiatisé, non seulement n'est pas connu, mais finalement n'est pas légitime. C'est le lien « connu – légitime » qui est devenu trop fort.

5. La représentativité omniprésente

12Plus il y a de discours dans l'espace public, par l'intermédiaire des médias et la prise de parole des acteurs, plus se pose le problème, pour les journalistes, du critère au nom duquel donner la parole aux acteurs. Tout le monde ne peut pas parler ou s'exprimer. La communication requiert donc une logique de représentativité. Finalement, parle et s'exprime celui qui est légitime, c'est-à-dire représentatif. Ce processus démocratique produit ici un risque de rigidification, au sens où ce critère relève davantage de l'espace politique que de l'espace public. Si la représentativité est la transcription directe du principe de légitimité dans l'ordre politique, rien ne justifie a priori qu'elle organise également la hiérarchisation des valeurs de l'espace public. Autrement dit, il peut y avoir simultanément médiatisation et conformisme. Conformisme car chacun sait que le processus de représentativité peut se dénaturer en défense des intérêts acquis.

13Certes, la représentation démocratique des réalités est un progrès, mais à condition de ne pas trop la figer. On peut dire qu'aujourd'hui la communication politique est à la fois le processus qui permet au mieux dans des sociétés ouvertes de préserver la force du principe représentatif, et celui qui au contraire peut le desservir.

6 La simplification de l'argumentation politique

14L'avantage de la politique démocratique est d'obliger à une simplification du discours politique : la politique faite aux « balcons du peuple » doit être compréhensible. La télévision, après la radio, facilite ce phénomène. L'inconvénient est évidemment d'aller trop loin dans cette simplification de l'argumentation politique au point de réduire celle-là à un jeu de stéréotypes. Jusqu'où cette simplification est-elle possible ? Le risque ? Réduire l'hétérogénéité des discours échangés au sein de la communication politique, appauvrir celle-ci et donc ne plus lui faire jouer ce rôle essentiel de mise en scène des discours politiques du moment. La conséquence ? Dans un premier temps, une sorte d'assagissement de la politique, dans un second, l'émergence d'une politique sauvage qui conteste la politique institutionnelle. Ce risque est constant, mais il est dangereux, s'il arrive à mettre en cause l'efficacité de la communication politique. Trop de simplification est aussi dangereux que trop de représentativité. Avec le risque corollaire : l'illusion de la maîtrise du temps. Car tel est la conséquence ambiguë de cette simplification : comprimer l'échelle du temps, déjà réduite par le jeu des calendriers électoraux. L'avantage de la démocratie médiatisée est de pouvoir parler de tout, simplement ; l'inconvénient est l'usure des thèmes quand les problèmes demeurent, ce qui est le cas avec le chômage. La simplification, qui est la condition de cette communication élargie peut même devenir un handicap. Nous assistons à ce phénomène, avec la persistance d'un discours politique d'extrême-droite concernant l'immigration et finalement l'identité. Comme les autres forces politiques n'ont pas pour l'instant réussi à trouver des contre-arguments simples et convaincants et que le problème reste délicat pour l'avenir de l'Europe politique, on le laisse pour le moment en « jachère » de peur de relancer un débat politique dont les termes ne sont pas déplacés. Et en espérant que progressivement la relance économique résoudra ce que le discours politique n'a pas réussi à arbitrer...

15En un mot, la simplification de la communication politique ne change rien à la complexité de la politique. Au contraire ! Elle accentue les défauts de nos sociétés modernes qui acceptent difficilement le temps et la durée. L'accélération des débats, des échanges, des arguments, des thèmes qui entrent et sortent de la communication politique n'a pas de conséquence directe sur la solution des problèmes politiques. La difficulté est d'admettre ce découplage, et de ne pas confondre simplification des débats avec simplification de la résolution de problèmes.

7. L'unidimensionalisation des discours

16C'est le risque complémentaire du précédent. La simplification et l'institutionnalisation réduisent l'hétérogénéité des discours politiques vidant ainsi progressivement la communication politique de sa fonction de « carrefour symbolique », auxquels les différents milieux sociaux peuvent accéder. La paix civile dépend de la représentation que les différentes forces sociales se font de leur vision du monde et de la manière dont ils la retrouvent « au sein » de la communication politique. Une trop grande rationalisation favorise le retour de la politique sauvage.

17La communication politique assure la mise en forme et en scène du discours politique, avec le double écueil d'un éventail trop large ou trop étroit. L'institutionnalisation de la politique mène plutôt au second risque, avec la menace de la « spirale du silence » : les acteurs et les groupes qui ne se reconnaissant pas dans le jeu de la communication politique s'en excluent de plus en plus, sans qu'on le sache. C'est le phénomène bien connu, et paradoxal, de rétrécissement du champ de la communication politique. Il peut donc y avoir simultanément élargissement de la communication politique et unidimensionalisation des discours.

8. Le déséquilibre entre les trois discours de la communication politique

18On a vu que la communication politique est un équilibre fragile entre les trois discours (journalistes, politiques, opinion publique) dont l'enjeu est la maîtrise, momentanée, de l'interprétation de la réalité dans une perspective qui est toujours liée à la prise de pouvoir, ou à son exercice.

  • Le premier risque est celui où les médias mangent la politique : risque bien connu de la « politique spectacle ».
  • Le second risque est celui où les sondages mangent l'opinion publique, en donnant le sentiment d'une représentation possible de celle-ci. Ce qui est gagné en simplicité est perdu en complexité, et vérité.
  • Le troisième déséquilibre résulte de la rupture de la relation entre médias et opinion publique.

19Hier, les journalistes représentaient l'opinion publique face aux hommes politiques. Représentation libre et subjective puisque par définition, le journaliste parle en son nom personnel. Il est aussi le porte-parole implicite de cette opinion, au nom de laquelle il pose des questions aux hommes politiques, ou les critique. Il y a donc une sorte de concurrence entre les deux représentations de l'opinion publique, celle des sondages, celle des journalistes. Avec le risque suivant pour les journalistes. Avec les sondages, il y a une « représentation objective », en tous cas quantitative de l’opinion publique que l’on peut trouver « supérieure » à celle des journalistes. Avec le risque d’un renfermement du monde médiatique sur lui-même, ou d’une trop grande subordination de celui-ci à l’industrie des sondages.

9. Une communication hors de l'échelle humaine

20La communication politique comme processus de délégation des enjeux politiques n'est possible que si les citoyens s'identifient, d'une manière ou d'une autre, aux discours et aux enjeux. Or, le drame dans la société individualiste de masse actuelle est la distance entre l'échelle de l'expérience individuelle et l'échelle où est organisée la politique et l'économie. L'individu est au centre du système politique, mais il est perdu dans le nombre des grandes organisations. Souverain et libre, il est en réalité seul et sans pouvoir. Sans capacité d'action sur les grandes décisions.

21Voilà le paradoxe du citoyen de la société individualiste de masse.

10. La communication politique détachée des cadres nationaux

22On retrouve ici le décalage structurel entre les performances de communication qui permettent de tout savoir, sur tout, et le fait que la communication politique, comme lieu de lecture, et de légitimation des enjeux du moment, requiert des contraintes de temps et d'espace limitées.

23En un mot, les formes, et le sens de la communication politique sont différents à Paris, Bonn ou Rome, même si en grande partie, ce sont évidemment les mêmes problèmes qui dans l'ensemble sont débattus. Mais tout, du langage, des traditions, des vocabulaires, des représentations, des références historiques, des symboles, est différent. Il n'y a de communication politique que nationale. Et que dire pour l’Amérique latine, l’Asie, l’Afrique, il n'y a pas de citoyen mondial. Ce n'est pas parce que certains problèmes sont mondiaux que la politique est mondiale. Car il n'y a de politique que rapportée à un territoire physique et symbolique à partir duquel les citoyens se sont engagés. Aucun citoyen ne peut vivre à l'échelle mondiale. Telle est la limite à l'universalisme d'un certain modèle démocratique, ou plutôt la limite à un modèle qui ignore le poids déterminant des « variables locales ». Les variables locales ne sont pas des « restes » du passé, des « archaïsmes », mais les conditions essentielles de fonctionnement de la démocratie. La force et la fragilité de la communication politique demeurent la gestion contradictoire de deux échelles de temps constitutives de la politique : celle de l'événement ; celle de la structure. En un demi-siècle, tout a été vers une performance croissante de la première. Le risque serait la délégitimation de la seconde qui renvoie à l'anthropologie culturelle, sans laquelle il n'y a pas de politique. A fortiori démocratique. En un mot, plus l'événement domine, plus le temps long doit conserver sa place. Car c'est au carrefour des deux que se structure la communication politique ; le temps court des communications et des événements, et le temps long de la politique et de l'histoire.

© CNRS Éditions, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540