Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La communication politique

 | 
Arnaud Mercier

La nouvelle matérialité de l'espace public : les dispositifs de la Netpolitique

Dominique Boullier

Note de l’éditeur

Reprise du no 26-27 de la revue Hermès, www.démocratielocale.fr ,2000

Texte intégral

L'inscription subjective des connaissances

1« Tout le monde peut accéder à toutes les informations ». Cette phrase, qui deviendrait le leitmotiv* idéologique du marché de masse des informations, n'a littéralement aucun sens. Le tri du stock de pages Web (automatique pour les moteurs de recherche ou manuel pour les annuaires) effectue une standardisation et un nivellement qui est actuellement le prix à payer pour son industrialisation. C'est pourquoi les concepteurs de site veillent à se faire référencer correctement, en plaçant les mots-clés qui conviennent dans les étiquettes des sites et en jouant sur la fréquence des termes dans les pages.

2Ces outils font « comme si » la recherche d'information était universelle alors qu'elle ne prend sens que dans un univers de référence donné. Sur cette base, aucun espace public ne peut naître car ces principes nient le caractère fondateur du débat. C'est pourquoi nous voudrions proposer un autre modèle d'organisation de la navigation dans ces « connaissances » pour redonner ses chances à l'espace public. Rappelons tout d'abord que la valeur d'une information est constituée par l'interprétation, qui est elle-même production d'information. Cette interprétation n'est pas une propriété secondaire, elle est la condition d'existence sociale et cognitive d'un message, qui n'est plus, dès lors, une « donnée ». De plus, cette interprétation, que certains voudraient réduire à une activité « pure » du cerveau, est directement combinée à une appropriation, à un marquage social, à une confrontation à l'univers d'appartenance du lecteur. La logique de stockage et de tri automatique qui domine l'univers du Web ne peut que conduire à la désorientation et à un nivellement de la valeur de l'information par la confusion, déjà vécue sur le Web. Les moteurs de recherche les plus sophistiqués buteront toujours sur cette difficulté : l'interprétation ne sera pas facilitée par une indexation plus fine et le volume d'information donnée supplémentaire n'y changera rien non plus. La recherche d'universalité des « ontologies » qui organisent ces univers de données est ainsi vouée à l'impasse (sans parler des problèmes de volume à traiter, dans un Web en croissance exponentielle). (…)

3Dans le modèle dominant du Web, il n'existe que du stockage, et cela ne produit aucun espace public. C'est pourquoi la place des médiateurs traditionnels n'est pas menacée fondamentalement (malgré les changements de forme) car il faudra des navigateurs dans cet océan d'informations, et des navigateurs autres que les dispositifs techniques, car devant être équipés de toutes les compétences interprétatives. Certes, la mise en rapport rapide et exhaustive de données de sources différentes offrira de nouvelles possibilités de glose* comme ce fut le cas au temps de l'imprimerie. Mais cette glose sera elle-même orientée par les traces des gloses précédentes.

4Les outils de production de ces traces sont encore à inventer. Leurs premiers indices sont présents dans les outils d'annotation et dans leur utilisation dans des systèmes de travail collaboratif. Leur mise en réseau, leur association aux techniques de profilage des internautes interprètes permettraient d'assumer la dimension sociale de l'interprétation. Ils seraient l'outillage « manifeste » de l’activité de reconnaissance et d'inscription qui constitue la connaissance.

5L'indexation subjective devient alors la base d'un nouveau régime auctorial* : l'auteur n'est plus le même, il est collectif, il ne fait plus autorité d'emblée puisque tous contribuent, mais son statut subjectif est explicite et sert de repère. C'est là un renversement de point de vue par rapport au modèle formel, universaliste et à base statistique, qui semble guider le développement des applications sur Internet : il faut au contraire se fonder sur le caractère situé et distribué de la connaissance, qui est une autre façon de dire qu'elle fonctionne à la dynamique intersubjective*, aussi outillée soit-elle. Les médiateurs se multiplient, certes, mais ils ne se masquent pas sous l'apparence technique d'un moteur universel où la technique à nouveau serait neutre et toute-puissante. Certains indices de cette exploitation du subjectif apparaissent déjà sur le Web. Amazon.com et les autres libraires indiquent ainsi à chaque nouveau visiteur ce que d'autres, qui ont acquis le même livre, par exemple, ont aussi acheté. Plus encore, ils font appel aux critiques (bonnes ou mauvaises) des lecteurs. (...)

La citoyenneté numérique

6Cette vision coopérative de la mise en réseau des connaissances n'a cependant rien de fatal ou de programmé, c'est un potentiel qui donnerait poids à ces visions citoyennes de la ville numérique et qui se rapprocherait, sans nul doute, de « l'intelligence collective » que Pierre Lévy (La Découverte, 1997) a déjà popularisée. La citoyenneté numérique, au-delà de la simple diffusion des informations municipales par exemple, doit pouvoir s'appuyer sur un nouvel espace pour animer les controverses et les débats sur les décisions.

7Le nombre reste un problème-clé de la démocratie moderne, qui explique le poids des mass-médias comme le rappelle toujours D. Wolton (Éloge du grand public, Paris, Flammarion, 1990). Loin d'une reproduction de la démocratie athénienne qui jouait l'oralité possible à échelle restreinte, le traitement actuel du nombre a dû se faire par diffusion, créant une asymétrie radicale entre représentants et représentés : un bulletin de vote épisodique face à des écrits, des émissions de télévision, etc. Il reste qu'il faut pourtant organiser les détours, pour que n'apparaisse pas ce fantasme de la décision immédiate, de la toute-puissance d'un désir rabattu sur le besoin, toujours « urgent ». C'est dans le détour, fait de toutes les médiations, que la décision mûrit, que le désir se construit, dans ce différé qui apaise les passions urgentes. D'aucuns diront que l'expression citoyenne est trahie : c'est vrai, il faut admettre cela comme la condition de base, non de la démocratie seulement, mais de toute communication humaine. Il n'y a jamais d'équivalence dès lors que l'on échange, il y a nécessairement traduction, et donc perte, trahison, mais aussi invention, interprétation.

8La démocratie directe sera inévitablement tentante dès lors que les techniques permettent cette interconnexion technique de tous avec tous. Mais il est essentiel de considérer que la volonté collective n'opère pas par simple addition comptable des votes si le temps n'a pas fait mûrir cette volonté. Il faut enfin rappeler que le « tous connectés avec tous » ne définit pas une citoyenneté ni une communauté mais seulement un état technologique potentiel (s'il est réel, c'est l'encombrement, déjà vécu à certaines heures et sur certains accès).

9(...)

Construire les dispositifs de la Net-politique

10C'est dans le renouveau des formes pratiques (et donc des supports techniques) de la représentation politique que se construira une nouvelle centralité. Le travail d'invention des formes de participation des citoyens est déjà rendu incontournable par la nécessaire intégration des sciences et des techniques à tous les débats publics (Latour, 1993). Le potentiel technique de la numérisation, qui tend à rendre équivalentes des données et des entités hétérogènes, comporte des pistes de relance de la démocratie.

11Le seul exemple des « enquêtes d'utilité publique » suffirait à mettre en scène la mutation profonde que pourrait apporter la « numérisation » du politique. Voici la scène. Les dossiers sont tous numérisés. Ils comportent des plans, des photos mais aussi des images animées et des simulations (insertion dans le site, par exemple). Ces documents sont sur le réseau. Chacun peut y accéder. Des forums se constituent. Il ne s'agit plus seulement de consultations ou même de débats, il s'agit de transformer l'état des dossiers et des acteurs dans le cours même de la consultation. Les simulations sont possibles à partir de toutes propositions, les critiques sont prises en compte et les sources des arguments sont mobilisées et on peut les « déplier ». Des experts sont convoqués sur certains points et doivent argumenter avec leurs preuves numérisées mais les citoyens ordinaires y contribuent aussi. Le commissaire enquêteur devient un « médiateur-webmaster » chargé de piloter la transformation du projet. Les élus peuvent accéder et contribuer comme les autres mais le moment de la décision finale est repoussé tant que des solutions n'ont pas été testées, simulées, soumises aux critiques. À un moment donné, il est proposé de considérer que l'irréversibilité du projet est atteinte ou doit être forcée, pour des raisons de gestion du temps que seul le politique doit maîtriser. Les votes de chaque élu sont argumentés et publics.

12On le voit, la numérisation permet de mettre potentiellement en équivalence les avis des représentants comme des représentés, les supports techniques des uns et des autres, cartes des services techniques ou photos des citoyens. Mais équivalence pour le débat et la transformation du projet ne dit pas absence de décision ou décision de fait. C'est un espace matériel partagé qui peut être constitué et c'est déjà beaucoup pour modifier les dimensions de l'espace public, pour modifier le nombre, la qualité et la plasticité des acteurs qui le constituent. Cela ne veut pas dire que cela se fera fatalement, ni que les choix politiques en seront plus éclairés ou « meilleurs » ! L'application de ces techniques à l'exécutif et au judiciaire devrait aussi offrir des opportunités nouvelles à des soucis parfois anciens de relance de la démocratie.

13La question de la régulation du monde numérique en réseau par le politique ne peut pas résumer l'enjeu de l'espace public qui va se constituer. Le politique ne peut pas prétendre gouverner cette « vie numérique » depuis un état technique non-numérique. Que serait une société où l'oral serait resté le seul support de la décision face à un monde ordinaire dominé par l'écrit ? Que serait une société où le manuscrit serait resté le mode de transmission du seul politique dans un monde de l'imprimé ? Des décalages techniques sont certes possibles mais le politique devra gagner son existence dans un autre espace, celui du réseau, comme il l'a fait dans les quartiers, sur le territoire physique.

14La matérialité des supports de la démocratie, si dépendante de l'imprimerie puis des mass media, est en train de changer. La numérisation et la mise en réseau permettent de tisser autrement les appartenances et les connaissances, d'en faire un autre monde commun. Il faut dès lors produire un espace numérique de décision et de représentation politique qui soit l'opérateur (au sens de la barre de fraction, qui fonde seulement un rapport) de cette nouvelle urbanité. Opérateur qui n'est pas technique, qui ne se limite pas non plus au réseau comme tel, mais qui prétend à la mise en scène nouvelle de toutes les formes de ce couplage homme-processeur qui émerge à travers la numérisation. Le développement de la supposée « Netéconomie » ne saura se passer d'une « Netpolitique ».

Auteur

Professeur en sociologie à l'université Rennes 2, où il dirige le Laboratoire d'anthropologie et de sociologie. Il est aussi le Directeur de l’UMS CNRS 2809 Lutin.

© CNRS Éditions, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540