Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La communication politique

 | 
Arnaud Mercier

La communication politique : construction d'un modèle

Dominique Wolton

Note de l’éditeur

Reprise du no 4 de la revue Hermès, Le nouvel espace public, 1989

Texte intégral

Éléments de définition de la communication politique

1La séparation entre l'action et la parole accompagnée d'une forte valorisation de la première et d'une méfiance pour la seconde caractérise donc depuis longtemps la politique et résulte peut-être du fait que le discours politique renvoie aux mensonges, promesses et idéologies qui sont l'autre face de la politique... Dans cette histoire mouvementée, l'époque contemporaine introduit un changement de taille en valorisant dans la politique ce qui concerne la communication, tant au niveau des discours échangés que du rôle des médias et aujourd'hui de l'opinion publique. Cette valorisation de la communication, avec notamment l'émergence de la communication politique, est contemporaine de la société et de la démocratie de masse, caractérisées par le suffrage universel égalitaire, le règne des médias et celui des sondages. Intuitivement, la communication politique évoque tout ce qui a trait à la production et l'échange des discours politiques tenus par les différents acteurs et répercutés par les médias. Mais en dépit de la place incontestable qu'elle occupe la communication politique ne bénéficie toujours pas d'une meilleure représentation. Autant la démocratie de masse, le suffrage universel, les sondages et même la télévision ont finalement réussi à acquérir leurs lettres de noblesse, autant la communication politique continue de susciter des réserves. Elle a « mauvaise presse » car elle condense tout ce que l'on peut reprocher à la politique moderne […]

2La communication politique est un changement aussi important dans l'ordre de la politique que les médias de masse l'ont été dans celui de l'information et les sondages, dans celui de l'opinion publique. La communication politique traduit l'importance de la communication dans la politique, non pas au sens d'une disparition de l'affrontement, mais au contraire au sens où l'affrontement qui est le propre de la politique se fait aujourd'hui dans les démocraties, sur le mode communicationnel, c'est-à-dire finalement en reconnaissant « l'autre ». L'émergence de la communication politique comme phénomène important est tout simplement l'aboutissement du double processus de démocratisation et de communication commencé il y a deux siècles, assurant la transcription de l'idéal politique démocratique du xviiie siècle dans un espace public élargi où les différents partenaires ont un statut légitime. Car le grand problème depuis deux siècles a été, non seulement de faire admettre le modèle démocratique, mais aussi de l'adapter à une société radicalement différente de celle dans laquelle il avait été pensé. Ce modèle bien que lié au vote et au droit d'expression était d'abord conçu dans une société inégalitaire, et peu nombreuse, très différente de la société de masse qui s'est dessinée au xxe siècle dominée par le poids du grand nombre, des médias et progressivement de l'opinion publique devenue force autonome.

  • 10 Voir aussi Nimmo, Dan D., Sanders, K. R., « Constructing the realities of a pluralistic field » in(...)

3La communication politique nous apparaît donc exactement comme le contraire d'une dégradation de la politique, mais comme la condition du fonctionnement de notre espace public élargi (Cayrol, 1986 ; Ferry, 1987 ; Habermas, 1987 ; Missika et Wolton, 1983)10. En permettant l'interaction entre l'information, la politique et la communication, elle apparaît comme un concept fondamental d'analyse du fonctionnement de la démocratie de masse. Elle ne conduit pas à supprimer la politique ou à la subordonner à la communication, mais au contraire, à la rendre possible dans la démocratie de masse. Nous définissons la communication politique comme « l'espace où s'échangent les discours contradictoires des trois acteurs qui ont la légitimité à s'exprimer publiquement sur la politique et qui sont les hommes politiques, les journalistes et l'opinion publique au travers des sondages ».

4Elle est un lieu d'affrontement des discours qui portent sur la politique et dont l'enjeu est la maîtrise de l'interprétation politique de la situation. Cette définition insiste sur l'idée d'interaction de discours contradictoires tenus par des acteurs qui n'ont ni le même statut, ni la même légitimité, mais qui de par leurs positions respectives dans l'espace public constituent en réalité la condition de fonctionnement de la démocratie de masse. (...)

5Cette définition présente cinq avantages.

61. D'abord elle élargit la perspective traditionnelle. La plupart des travaux étudient l'influence des médias ou des sondages, ou celle des hommes politiques, parfois les relations deux à deux, mais très rarement les relations entre les trois. Ici, au contraire l'interaction constituée par la circulation simultanée des discours des hommes politiques, des sondages et des médias est d'emblée l'objet de la définition. Les trois discours font système dans la réalité, au sens où ils se répondent, mais aussi parce qu'ils représentent les trois légitimités de la démocratie, la politique, l'information, la communication. C'est leur interaction qui est constitutive de la communication politique, celle-ci étant définie moins comme un espace de « communication » que comme un espace de « confrontation » de points de vue contradictoires.

7C'est pour cela qu'elle ne comprend qu'un nombre limité d'acteurs, ceux qui ont légitimité à s'exprimer, et qu'elle est consubstantielle à une logique d'interaction. C'est aussi en ce sens qu'elle est différente de ce que l'on appelle le débat politique, fort important en démocratie, mais qui réunit le discours des acteurs politiques au sens strict. Il y a en outre dans l'idée de communication politique, celle du heurt de plusieurs légitimités et la sanction que représente l'horizon de l'élection par rapport auquel s'ordonnent les discours. Cette double contrainte lui donne un statut différent de celui du débat politique.

82. Le second avantage de cette définition est de souligner l'originalité de la communication politique : gérer les trois dimensions contradictoires et complémentaires de la démocratie de masse, la politique, l'information et la communication.

9La démocratie de masse est en effet inséparable de ces trois caractéristiques : l'élargissement du poids de la politique avec le nombre plus grand des problèmes traités au plan politique et le plus grand nombre d'acteurs impliqués avec le suffrage universel égalitaire ; l'existence de médias de masse pour informer le grand nombre grâce notamment à la radio et à la télévision ; la nécessité de connaître l'état de l'opinion publique dans ses revendications et ses réactions à l'action des hommes politiques. L'originalité et l'intérêt de la communication politique est d'être ce lieu d'expression et d'affrontement des légitimités constitutives et contradictoires, de la démocratie de masse. C'est en ce sens qu'elle est une réalité nouvelle, tant au plan fonctionnel que théorique.

10Les trois légitimités constitutives de la communication politique ne sont pas apparues ensemble, c'est la politique et l'information qui se sont développées d'abord à partir du xviiie siècle, la bataille pour le suffrage universel étant inséparable de celle pour la liberté de l'expression et de l'information. Par contre, l'opinion publique et la communication sont beaucoup plus récentes.

  • 11 Voir Padioleau, J.-G., « De l'opinion publique à la communication politique » in Padioleau, J.-G. (...)

11Pourquoi rapprocher communication et opinion publique ? D'abord parce qu'il n'y a pas de démocratie de masse sans prise en compte de l'opinion publique et que celle-ci est inséparable d'un processus communicationnel tant dans sa constitution que dans son expression11. En effet, l'opinion publique n'existe pas en soi, mais résulte d'un processus social permanent de construction/déconstruction, lié à la manière dont certains thèmes émergent ou non dans le domaine social et politique et sont l'objet d'un intérêt politique. C'est pourquoi, elle est inséparable d'une interaction sociale qui en quelque sorte la constitue. Mais par ailleurs, elle n'existe, ne prend sens, qu'au travers de la communication des sondages qui en sont le portevoix et qui lui assurent sa publicité dans l'espace public, sans laquelle elle « n'existe pas ». Historiquement, c'est donc la logique de l'opinion publique et de la communication qui est la plus récente, mais aujourd'hui les trois caractéristiques sont inséparables.

12La différence entre la légitimité de la politique qui est liée à l'élection et celle de l'information qui est liée à une valeur indispensable au système démocratique est claire pour tout le monde. Par contre la différence de légitimité qui existe entre les médias et les sondages requiert une précision, tant chacun a parfois tendance à considérer information et communication comme quasiment synonymes.

13La légitimité de l'information des médias repose sur le droit à l'information et à la critique qui est indépendant des techniques de communication, même si celles-ci ont eu progressivement une échelle de diffusion de plus en plus vaste, en passant du journal à la radio puis à la télévision. Mais les techniques de communication ne sont qu'un moyen, certes essentiel, puisque ce sont elles qui assurent la transmission de « l'information », mais second du point de vue de la théorie de la démocratie, puisqu'il existe de très nombreux pays où la presse, la radio, la télévision existent sans qu'il y ait pour autant une quelconque liberté de l'information ! Le droit à l'information est premier d'un point de vue théorique, même si aujourd'hui la communication lui assure un écho sans commune mesure avec ce à quoi pensaient les pères fondateurs de la démocratie américaine et même française.

14Par contre, pour l'opinion publique la communication est une valeur essentielle, nécessaire autant pour son « existence » que pour son exposition. C'est en cela que la communication politique assure la cohabitation entre ces trois logiques dont chacune constitue une partie de la légitimité démocratique. Les intellectuels peuvent faire partie de la communication politique car ils ont autorité à s'exprimer publiquement sur la politique à partir d'une logique de la connaissance. Une longue tradition de l'intervention des intellectuels existe depuis que ce terme est né à l'occasion de l'affaire Dreyfus. Mais il n'en sera pas fait mention explicitement ici car leur espace naturel d'expression est l'espace public et non la communication politique, sauf exception notamment en temps de crises où ils peuvent intervenir dans la communication politique. Par contre, les experts, techniciens, technocrates qui jouent un rôle décisif dans l'administration, le fonctionnement de l'État et donc dans la politique ne font pas explicitement partie de la communication politique. Non que leur intervention ne soit pas politique, mais parce qu'ils n'ont pas vocation à s'exprimer, comme ils le veulent quand ils le veulent sur les dossiers politiques. Ce statut de « partenaire silencieux » ne simplifie pas la question réelle de leur rôle et de leur influence dans la communication politique et plus largement dans l'espace public. Car au travers des décisions, notes et rapports semi-publics, ils influencent directement le discours des acteurs politiques. Mais leur statut leur interdit de s'exprimer librement publiquement. Ils ne le font publiquement que de manière précise et technique.

15Cette définition restrictive de la communication politique limitée à l'échange du discours des trois acteurs autorisés à s'exprimer sur tous les domaines de la politique permet de comprendre ce qui la distingue d'un autre espace d'échange fondamental à la démocratie, mais beaucoup plus vaste qu'est l'espace public. Celui-ci est consubstantiel à l'existence de la démocratie. Son principe d'organisation est lié à la liberté d'expression et s'il contient les thèmes politiques, il en contient bien d'autres puisqu'il est d'abord le lieu d'expression et d'échange de tout ce qui concerne la chose publique. La formule « rendre public » exprime bien la dimension de publicité au sens strict qui accompagne la référence à l'espace public. On rend public ce que l'on veut communiquer à l'espace public, ce qui caractérise bien l'espace public : un espace ouvert où s'expriment tous ceux qui s'autorisent à parler publiquement, donc à assurer une certaine publicité et médiation à leur discours. Ce sont d'ailleurs les contraintes liées à la démocratie de masse qui ont obligé à délimiter un espace beaucoup plus restreint, celui de la communication politique. L'espace public est plus large, ouvert par principe à tous ceux qui s'autorisent à s'y exprimer publiquement et dépasse donc largement le champ de la communication politique. Il n'est pas sanctionné par l'élection.

16Les techniciens, les technocrates et les experts, s'expriment dans l'espace public comme d'ailleurs les intellectuels dont l'adresse est plus large que celle des techniciens. En réalité, si tout le monde, n'a pas accès à l'espace public, ceux qui d'une manière ou d'une autre peuvent s'y exprimer, en partie ou totalement, sont nombreux. Il n'y a donc pas de recouvrement de la communication politique et de l'espace public. La communication politique est plus limitée et plus contrainte que l'espace public. (...)

173. Le troisième avantage de cette définition est de rappeler que tous les discours politiques du moment ne sont pas dans la communication politique. Seuls y figurent ceux qui font l'objet de conflits et de polémiques. La communication politique est l'espace où s'affrontent les politiques contradictoires du moment, ce qui signifie que le contenu de cette communication politique varie dans le temps. Chacun voit bien comment les thèmes du chômage, de l'éducation, de l'immigration, de l'écologie, de l'indépendance nationale, de la régionalisation... n'occupent pas la même place conflictuelle au long des années. Le contenu contradictoire de ce qui s'échange a deux sens. Au sens classique des positions politiques de gauche, de droite, conservatrices, progressistes... mais également au sens où les hommes politiques, journalistes, instituts de sondages expriment de par leur position dans la réalité et la légitimité de leur discours, une interprétation différente de la réalité politique.

184. Le quatrième avantage est de revaloriser la politique par rapport à la communication, ou plutôt de montrer que les deux sont aujourd'hui intrinsèquement liées tout en conservant des différences radicales. La communication n'a pas « digéré » la politique car c'est plutôt la politique qui se joue aujourd'hui sur un mode communicationnel. Pourquoi la communication est-elle devenue en un demi-siècle un des problèmes essentiels ? Parce qu'elle est une conséquence de la démocratisation en ce sens que le suffrage universel et l'élévation du niveau de vie obligent à la prise en compte des aspirations d'un nombre de plus en plus grand de citoyens. Il n'est donc plus possible de gouverner sans « rétroviseur », c'est-à-dire en ignorant ce que souhaite l'opinion publique, et les sondages sont les rétroviseurs de l'opinion publique. La communication est donc indispensable au fonctionnement de la démocratie de masse dans le sens « descendant », du pouvoir politique à l'électorat par l'intermédiaire des médias, et « ascendant », de l'opinion publique aux hommes politiques, par l'intermédiaire des sondages.

19Il y a donc deux causes différentes à la place plus grande accordée à la communication. D'une part, la croissance des médias, liée au modèle démocratique et aux nécessités de fonctionnement de la société de masse, d'autre part, l'apparition d'une communication avec l'opinion publique par l'intermédiaire des sondages. C'est d'ailleurs cette croissance de la communication qui aboutit à une disjonction de la communication en deux sens différents, indispensables à maintenir pour le fonctionnement de la communication politique et de la démocratie de masse. Il y a d'une part une logique de l'information qui est fondamentalement celle de la presse et d'autre part une logique de la communication liée à l'opinion publique et aux sondages. Le tronc commun est connu, mais les différences sont de plus en plus grandes au fur et à mesure du développement de la démocratie de masse.

205. Cette définition a enfin l'avantage de montrer que le public n'est pas absent de cette interaction. La communication politique n'est pas seulement l'échange des discours de « la classe politique et médiatique », mais l'on y trouve également une présence réelle de l'opinion publique par l'intermédiaire des sondages. L'opinion publique est ainsi partie prenante, non seulement parce que les discours s'échangent devant elle, mais aussi parce que les sondages apportent des éléments d'information aux différents acteurs, modifiant en partie leurs discours. Certes, le public et le corps électoral ne sont pas équivalents à l'opinion publique et chacun fait la différence entre les deux tant d'un point de vue pratique que théorique, mais il n'empêche que dans la tradition démocratique, il est admis que l'opinion publique est une figure temporaire et imparfaite du corps électoral. (...)

21Les sondages sont représentatifs de l'opinion publique et elle-même est en partie représentative des comportements électoraux. C'est cette double hypothèse liée à notre philosophie politique centrée sur le choix individuel qui permet de prendre en compte le point de vue du public. Ceci dit, l'opinion publique ne se réduit pas aux sondages. Il existe une longue tradition de travaux critiquant le caractère non représentatif des sondages et surtout visant à mettre en cause l'adéquation possible de l'opinion publique, en supposant que celle-ci existe, avec celle des sondages. En outre, sur le plan pratique, il existe de très nombreuses expressions publiques qui ne passent pas par des sondages comme les mouvements d'opinion et surtout les mouvements sociaux.

  • 12 Wolton, D., « Les médias, maillon faible de la communication politique », Hermès, no 4, 1989, p. 1 (...)

22Je montre dans un autre texte12, toute la nécessité théorique de maintenir une différence de nature entre sondages et opinion publique pour accepter ici un des grands changements introduits par le formidable développement des sondages en trente ans, à savoir donner une meilleure visibilité aux préoccupations du public par l'intermédiaire des sondages. Cette médiation n'est pas sans provoquer des erreurs sur l'état de l'opinion publique ou sur les comportements électoraux, mais il n'empêche que dans le « cours normal des choses » de la démocratie, les sondages, plus ou moins représentatifs de l'opinion publique, sont, en grande partie, les représentants des attentes de l'électorat. La communication politique a un caractère public dans un autre sens : se dérouler devant le public qui, par l'intermédiaire du vote, vient régulièrement en trancher les débats. La dimension visible de la communication politique constitue un principe essentiel de notre système politique où l'électorat, publiquement, décide.

23C'est ainsi que la communication politique apparaît comme la scène sur laquelle s'échangent les arguments, les pensées, les passions, à partir desquels les électeurs font leur choix. Elle est simultanément une instance de régulation où les élections donnent régulièrement la victoire à certains, relançant d'ailleurs immédiatement d'autres débats dont certains seront constitutifs de la communication politique suivante. Elle est finalement un ensemble de règles strictes permettant le fonctionnement de cet espace d'échanges de discours. À la limite, elle est un dispositif « neutre », comme la démocratie, c'est-à-dire un ensemble de procédures, – mais au rôle, en réalité, essentiel – sans lesquelles il n'est plus possible d'exercer la démocratie dans une société de masse dominée par l'opinion publique et les médias.

Caractéristiques de la communication politique

24La communication politique est un processus indispensable à l'espace politique contemporain en permettant la confrontation des discours politiques caractéristiques de la politique : l'idéologie et l'action pour les hommes politiques, l'information pour les journalistes, la communication pour l'opinion publique et les sondages. Ces trois discours sont en tension permanente car chacun détient une partie de la légitimité politique démocratique et peut donc prétendre interpréter la réalité politique du moment en excluant l'autre. Le caractère antagonique de chacun de ces trois discours résulte du fait qu'ils n'ont pas le même rapport à la légitimité, à la politique et à la communication.

25Pour les hommes politiques, la légitimité résulte de l'élection. La politique est leur raison d'être, avec une méfiance certaine pour l'événement – toujours perturbateur d'un calendrier – et une préférence pour les idéologies organisatrices de la réalité. La communication est surtout assimilée à une stratégie de conviction pour faire adhérer les autres, hommes politiques, journalistes ou électorat.

26Pour les journalistes, au contraire, la légitimité est liée à l'information qui a un statut évidemment fragile puisqu'il s'agit d'une valeur, certes essentielle, mais contournable qui autorise à faire le récit des événements et à exercer un certain droit de critique. Ils observent et relatent les faits de la politique sans jamais pouvoir eux-mêmes en faire. Ils sont les « face à face » des hommes politiques.

27Pour les sondages, « représentants » de l'opinion publique, la légitimité est d'ordre scientifique et technique. L'objectif est de refléter au mieux une réalité qui n'a d'existence objective qu'au travers de la construction qu'ils en font. La politique constitue la principale cause de leur succès pour l'anticipation qu'ils apportent parfois aux comportements du corps électoral.

Rôle et fonctions

28Le rôle essentiel de la communication politique est d'éviter le renfermement du débat politique sur lui-même en intégrant les thèmes de toute nature qui deviennent un enjeu politique et en facilitant ce processus permanent de sélection, hiérarchisation, élimination, elle apporte la souplesse nécessaire au système politique. Ce va-et-vient entre les thèmes de la communication politique qui entrent et ceux qui sortent se fait sans rationalité et de manière inévitablement arbitraire, dépendant en réalité des rapports de force au jour le jour. (...)

29La communication politique assure trois fonctions. D'abord, elle contribue à identifier les problèmes nouveaux qui surgissent, les hommes politiques et les médias jouant ici un rôle essentiel. Ensuite, elle favorise leur intégration dans les débats politiques du moment en leur assurant une sorte de légitimité. Le rôle des sondages et des hommes politiques est ici sensible. Enfin, elle facilite l'exclusion de thèmes qui ne sont plus l'objet de conflits ou sur lesquels un consensus temporaire existe. Là aussi, le rôle des médias est important par la place qu'ils accordent aux thèmes débattus sur la place publique. (...)

30En période d'élection, les sondages jouent un rôle considérable puisque chacun essaie de savoir à l'avance ce que pourra être le résultat, ceux-ci étant pour le moment le seul instrument représentatif permettant une telle approximation. À chaque campagne, on constate cette prééminence des sondages de plus en plus nombreux, et de plus en plus souvent commandés et publiés par les médias. Ils ont presque tendance à devenir l'agenda de la campagne, rendant plus difficile la nécessité pour les hommes politiques de préserver une logique d'analyse autre que celle issue de la simple interprétation des sondages. En période électorale, la communication politique est en tous cas le plus souvent dominée par une logique de sondages, même si évidemment, l'enjeu n'est pas au plan de l'opinion publique mais à celui de l'électorat.

31En situation normale, entre deux élections, la communication politique est surtout animée par les médias qui jouent au mieux leur rôle en faisant remonter les événements et les problèmes qui ne sont pas vus par le milieu politique. Ils assurent là une fonction de « veille démocratique » devenant en quelque sorte le cordon ombilical qui relie la classe politique inévitablement refermée sur elle-même au reste de la société. Certes, les hommes politiques sont des élus en contact permanent avec les circonscriptions, mais le jeu politique et l'exercice du pouvoir imposent souvent leurs règles entre deux élections. Les médias, en informant, sont en réalité les principaux facteurs d'animation et de renouvellement d'une communication politique qui tend naturellement à se refermer sur elle-même.

32En situation de crise politique intérieure ou extérieure, l'équilibre de la communication politique est encore différent, dominé par la prééminence des hommes politiques. L'urgence de la situation, l'importance de l'action et des décisions à prendre mettent l'homme politique au centre de la communication politique. Le rythme des événements et leur caractère inattendu diminue momentanément le rôle de l'opinion publique et l'intérêt des sondages, car la responsabilité des acteurs dans de telles situations est rarement d'agir en fonction de l'opinion publique. Si dans de telles situations les hommes politiques n'assurent pas cette maîtrise de la communication politique, le risque est que ce soient les médias qui le fassent, comme on le voit souvent en situation de crise.

La communication, « le moteur » de l'espace public

33L'existence de la communication politique, à la fois comme réalité empirique et concept fondamental d'analyse pour les démocraties dans les sociétés de masse présente cinq intérêts du point de vue de la théorie politique.

34Elle est d'abord la preuve qu'il n'y a pas d'antagonisme structurel entre les groupes sociaux, la communication politique impliquant l'échange, donc la reconnaissance de l'autre, c'est-à-dire de l'adversaire. Elle prouve qu'il existe un espace où peuvent s'échanger les discours politiques contradictoires. De nombreux auteurs ont insisté sur le fait que l'apparition de la démocratie était liée à la constitution d'un espace public, mais pour reconnaître la plupart du temps que les conditions de fonctionnement de cet espace public, dans une société de masse n'étaient plus réunies. La dégradation du « public », constitué hier d'individus librement regroupés et dénaturé aujourd'hui en une sorte de « masse », ainsi que l'omniprésence des médias et des sondages expliqueraient la dénaturation de l'espace public dans la démocratie de masse.

35La théorie de la communication politique montre au contraire que non seulement l'espace public n'est pas détruit mais que son fonctionnement, à l'échelle de la démocratie de masse, est directement lié à la communication politique. Quant aux médias et aux sondages, ils n'ont pas non plus dénaturé l'espace public, tel qu'il fut pensé au xviiie siècle, mais simplement ont permis son adaptation dans un cadre sociologique et politique radicalement différent. La communication politique, sans être la seule, est probablement une des conditions les plus importantes du fonctionnement de l'espace public élargi. Mais cette approche a rarement été abordée tant l'analyse critique est prompte à dénoncer les dégradations et les dénaturations d'un système qui évidemment était paré, hier, de toutes les qualités.

36La mise en valeur du rôle central de la communication politique présente un intérêt complémentaire ; déplacer l'éternelle question de la tyrannie des médias et des sondages, ces derniers ne détruisent ni la politique, ni la communication politique, mais sont au contraire une de ses conditions structurelles de fonctionnement. Leur rôle effectif est en outre très distinct l'un de l'autre et doit le rester, pour le bon fonctionnement de la communication politique et plus largement pour celui de l'espace public et de la démocratie.

37Le second intérêt est de retrouver l'importance des acteurs derrière les discours. Les logiques contradictoires qui sont au cœur de la communication politique sont en réalité incarnées par des acteurs. D'ailleurs, cette revalorisation du rôle des acteurs est parallèle à celle de la communication, car si celle-ci est une nécessité structurale, elle n'est rien sans le processus dynamique et instable d'échange des discours qui s'y déroule. Elle ne signifie pas que les acteurs « communiquent » mieux, mais qu'elle est l'espace où ils peuvent s'opposer, sans mettre en cause le fonctionnement de la démocratie moderne.

38Le troisième intérêt est de montrer l'autonomie des trois logiques de la politique, de l'information et de la communication. Cette autonomie a une conséquence importante du point de vue de la démocratie : rappeler la séparation qui s'est produite entre la logique de l'information des médias et la logique de la communication de l'opinion publique. On a vu qu'historiquement les deux étaient liées, mais aujourd'hui, notamment à travers la croissance du secteur de l'information et de l'industrie des sondages, les différences de nature entre ces deux genres d'information apparaissent. Les médias plus que jamais trouvent leur légitimité dans la valeur de l'information liée au projet démocratique politique, alors que l'opinion publique est liée à une légitimité de la communication et de la représentativité. Cette autonomisation de l'opinion publique par rapport à l'information est probablement un des acquis les plus importants consécutifs à la mise à jour du rôle essentiel joué par la communication politique.

39Elle traduit le changement de statut de l'opinion publique qui est à la fois le concept de référence indispensable au fonctionnement de l'espace public depuis le xviiie siècle, en même temps qu'un ensemble de problèmes et de préoccupations peu maîtrisables, mais indispensables au jeu politique. Autrement dit, l'émergence de la communication politique comme lieu autonome d'échange de discours contradictoires exprime deux changements qualitatifs dans nos démocraties : d'une part une séparation entre la logique des médias et celle de l'opinion publique qui depuis le xviiie siècle étaient plutôt liées, et d'autre part une position contradictoire des trois discours par rapport à la question de la représentativité de l'opinion publique.

40Le quatrième intérêt est de montrer que cette conception de la communication politique est essentiellement dynamique. L'idéal de la communication politique est une certaine égalité de tension entre les trois logiques constitutives, mais cet équilibre est rare, ne serait-ce que parce que les trois logiques de discours n'obéissent pas au même rythme et que le contexte historique introduit sans cesse des facteurs de déséquilibre. C'est pourquoi la communication politique est un modèle d'analyse dynamique et constitue un révélateur de l'état du système politique. Les situations de déséquilibre sont nombreuses et parfois dangereuses pour la vie politique, mais il est difficile de les évoquer ici faute de place.

41Le cinquième intérêt de cette théorie de la communication politique est de montrer que si la communication joue un rôle essentiel dans nos démocraties, la politique domine toujours. La communication ne se substitue pas à la politique mais lui permet d'exister, et l'on peut même avancer l'hypothèse que la reconnaissance de ce niveau de fonctionnement de la communication politique est le signe d'un bon fonctionnement de la démocratie et d'une certaine maturité politique. Maturité au sens où sont acceptés, dans la gestion nécessairement contradictoire des intérêts, les deux paramètres complémentaires de la communication et de la politique.

Notes

10 Voir aussi Nimmo, Dan D., Sanders, K. R., « Constructing the realities of a pluralistic field » in Nimmo, D., Sanders, K. (dir.), Handbook of Political Communication, Sage, Londres, 1981, p. 651-675.

11 Voir Padioleau, J.-G., « De l'opinion publique à la communication politique » in Padioleau, J.-G. (dir.), L'Opinion publique : examen critique, nouvelles directions, Paris, Mouton, 1981, p. 13-61.

12 Wolton, D., « Les médias, maillon faible de la communication politique », Hermès, no 4, 1989, p. 165-179.

© CNRS Éditions, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540