Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

La communication politique

 | 
Arnaud Mercier

Présentation générale

Repérage de la communication politique

Arnaud Mercier

Full text

1Contrairement aux idées reçues, la communication n’est pas l’ennemie de la démocratie. À tous les niveaux, la politique a besoin de communication pour se réaliser pleinement. Au niveau anthropologique, la communication intervient comme mise en scène des détenteurs du pouvoir, associée à un travail de légitimation de l’autorité. Au niveau gouvernemental, la communication est liée à la propagande qui contrôle les représentations sociales et mobilise les gouvernés ou à l’art d’assurer la publicité la plus favorable aux actions entreprises. Au niveau électoral, la communication s’apparente à un travail persuasif, pour s’attirer les suffrages. Au niveau axiologique*, la communication, associée au principe kantien de Publicité (au sens de rendre public et transparent), s’avère constitutive du pacte démocratique et de l’avènement d’un Espace public, où la libre expression dans le respect de procédures garantissant la reconnaissance d’autrui, permet un fonctionnement pacifié du système politique. Il convient donc, à des fins pédagogiques, de se livrer à un travail précis de repérage de la communication telle qu’elle est imbriquée dans le politique, afin d’en comprendre les enjeux multiformes. Adossée au Laboratoire communication et politique, du CNRS, la revue Hermès a contribué au fil des ans à faciliter ce repérage.

La mise en scène des pouvoirs : une nécessité anthropologique*

  • 1 Abeles, Marc, Jeudy, Henri-Pierre, Anthropologie du politique, Paris, Armand Colin, 1997, p. 247 e (...)
  • 2 Bourdieu, P., « La représentation politique. Éléments pour une théorie du champ politique », Actes (...)
  • 3 Abeles, M., « Rituels et communication politique moderne », Hermès, no 4, 1989, p. 127-141 ; « Mis (...)

2Les détenteurs du pouvoir politique s’exposent et se mettent en scène depuis toujours, afin d’attester leur existence et celle de la collectivité qu’ils incarnent. L’anthropologue Georges Balandier (1992) décrit cette « théâtralisation du pouvoir » comme un exercice de « transfiguration mystique », mobilisant mythes, symboles, rites, et dont aucun pouvoir ne « peut faire l’économie ». Les démonstrations d’existence et d’autorité des pouvoirs en place contribuent à alimenter une véritable « mise en spectacle du pouvoir », qui atteste selon l’anthropologue Marc Abélès l’existence d’un « lien organique entre politique et représentation ». La mise en représentation n’est pas « une dimension subalterne ou dérivée de l’action politique », mais plutôt « une condition fondamentale, commune à l’ensemble des sociétés humaines »1. Tout se passe donc comme si le pouvoir devait exposer ses signes et ses représentations pour pouvoir s’exercer. Le souci de communiquer du pouvoir est loin d’avoir attendu l’essor des médias de masse. Depuis toujours, toute forme d’autorité politique se met en scène et en récit pour imposer ou confirmer son statut. Au cœur de sa légitimité, on trouve la démonstration de sa capacité à agir, en affichant son pouvoir de faire changer les choses. Ce qui peut se résumer en une formule : « les hommes politiques sont en représentation, agissent pour être vus agissant »2. Le numéro 43 d’Hermès, sur les rituels, paru en 2006, a rendu compte en partie de cette problématique, faisant écho aux articles des débuts publiés par Marc Abélès3.

La propagande : un désir de contrôler les représentations et de mobiliser les citoyens

  • 4 Blanchard, P., « La représentation de l'indigène dans les affiches de propagande coloniale », Herm (...)

3Traditionnellement, les détenteurs du pouvoir ont recours à des moyens coercitifs* pour servir leurs stratégies de communication. Les régimes totalitaires du xxe siècle ont ainsi utilisé tous les supports d’information disponibles pour conditionner les masses, en mettant en place une véritable propagande, dont les mécanismes ont été minutieusement décrits par Jacques Ellul (1990). Par la répétition incessante des mêmes thèmes, par la simplification des idées, par le mensonge, etc. des ennemis, la propagande permet de rallier au pouvoir de nombreuses personnes qui finissent par croire les dogmes du régime. Mais ce mécanisme est aussi utilisé par les démocraties en cas de guerre. La guerre de 1914-1918 a donné lieu à d’intenses campagnes de « bourrage de crâne », avec des mensonges conséquents dans chaque camp. Il en est allé encore de même en 2003, en Irak. Parmi les raisons invoquées par l’administration Bush et le gouvernement Blair pour justifier l’intervention militaire contre l’Irak, la plupart se sont avérées fausses. L’Irak ne possédait absolument pas d’armes de destruction massive, par exemple (voir Charon et Mercier, 2004). La revue Hermès s’est peu intéressée à cette problématique, sans doute parce qu’elle est considérée comme historiquement située4, et que dans l’espace démocratique qui est le nôtre, parler de propagande peut être considéré comme excessif.

Le marketing électoral : un travail de persuasion des citoyens

4Depuis l’avènement du suffrage universel, les forces en compétition déploient des trésors d’énergie pour rallier le maximum de suffrages, en distribuant des tracts, en collant des affiches, organisant des réunions publiques. À l’ère des médias de masse, les choses ont encore évolué. La télévision sert de support premier au marketing électoral. Face aux sollicitations des médias audiovisuels, et sous l’impulsion de conseillers images, les hommes politiques des régimes démocratiques ont peu à peu accepté d’adapter leurs discours, leur look, leur physique aux exigences audiovisuelles. Ils acceptent de se prêter à des mises en image qui relèvent plus du coup médiatique, de la séduction publicitaire, que de la solennité historiquement associée au pouvoir. Ils exploitent ainsi toutes les vertus persuasives du marketing et de l’audiovisuel, comme c’est le cas dans les années récentes de Silvio Berlusconi en Italie, de George Bush en Amérique, Jun'ichirō Koizumi au Japon, etc., faisant de ce phénomène le trait marquant de la fin du xxe siècle et du début du xxie. Le jeu politique dans son ensemble a été modifié par la montée en puissance des médias de masse audiovisuels. Les élites politiques se sont adaptées aux contraintes du style audiovisuel en s'attachant les services de conseillers en communication, en suivant des stages de préparation (media training) avant le passage à des grandes émissions politiques télévisées. Ces élites adaptent également leurs discours aux contraintes de l'outil. Elles préparent des « coups » médiatiques ou des « petites phrases » que reprendront les journalistes. Elles s’obligent à se montrer plus décontractées, à jouer de la séduction, à faire appel aux affects plus qu’à la raison, à jouer la carte du spectaculaire, ce qui appauvrit souvent le contenu des discours.

  • 5 Mouchon, J., « La communication présidentielle en quête de modèle », Hermès, no 17-18, 1995, p. 18 (...)

5Le style de communication politique actuel ne peut plus être celui du passé. Comme le montre Jean Mouchon dans le numéro d’Hermès qu’il a codirigé5, les longs monologues, sur le modèle des conférences de presse du général De Gaulle, ont cédé la place à des dispositifs de mise en scène plus « interactifs ». Le dialogue remplace le monologue. Les médias induisent aussi une certaine starisation qui incite les politiciens à « se livrer » davantage, à mettre en scène leur intimité. La politique s’humanise donc en apparence mais se privatise, ce qui induit une certaine dépolitisation, surtout quand on tombe dans la franche pipolisation, comme dans les « unes » consacrées au président Sarkozy et son épouse, ex-mannequin et chanteuse. À une rhétorique de la mobilisation se substitue donc une esthétique de la séduction.

Le marketing gouvernemental : une des clés de la gouvernance moderne

6Les gouvernants doivent surmonter plusieurs défis altérant la « gouvernabilité »* de nos sociétés :

  • complexification des problèmes posés,
  • mondialisation et libéralisation des économies, qui ont ôté aux gouvernements beaucoup de leur pouvoir réel d’intervention sur le fonctionnement de nos sociétés,
  • opacité du circuit politico-administratif de la décision.

7À cela s’ajoute le choc des temporalités. La politique se compose de trois temporalités qui ont du mal à cohabiter. Traditionnellement en démocratie, s’opposent la temporalité politique et la temporalité électorale. Le temps long de l’action publique ne porte ses fruits que sur plusieurs années, voire une décennie. Le tempo du renouvellement électoral fait que les hommes politiques cherchent régulièrement à se faire réélire. Une partie de leur action est alors conditionnée par les effets qu’elle pourrait avoir dans un temps assez proche pour que les électeurs puissent les voir. Ces deux temporalités sont loin de vivre en harmonie, les élus pouvant avoir intérêt à différer certaines décisions impopulaires mais nécessaires au pays pour ne pas gêner leur réélection, ou pouvant prendre des mesures inappropriées parce que leurs premiers effets seront visibles assez vite. La présence des médias et l’usage quasi quotidien des sondages ont introduit une nouvelle accélération. La temporalité médiatico-sondagière évalue quasiment au jour le jour l’action des gouvernants, ce qui peut devenir un facteur d’ingouvernabilité, si les hommes politiques se sentent dans l’obligation de répondre à cette pression par des déclarations ou des actions spectaculaires immédiates.

8En réponse à ces défis, la politique de communication est devenue un complément indispensable de toute action, soit pour se faire mieux comprendre, soit pour mieux masquer les difficultés.

  • 6 Le terme « spin », souvent employé pour désigner les individus qui jouent le rôle de conseillers e (...)

9Dans un univers médiatique marqué par le tempo de l’urgence, par la pression exacerbée puis retombante des médias, la sphère politique peut être tentée de s’adapter à ces demandes médiatiques en se calant sur ses exigences, par des artifices qui visent deux objectifs : faire croire qu’on fait quelque chose (effet d’annonce) et habiller astucieusement les mesures prises pour leur donner plus de visibilité, plus de force apparente (effet d’emballage). La pression médiatique engendre logiquement des « réponses » politiques médiatiques, où l’événement est parfois créé plus par une annonce que par une action. L’effet d’emballage est repérable dans la façon dont Tony Blair, entouré de nombreux « spin doctors »6, a géré son image personnelle à travers l’action de son gouvernement. Le Times révéla ainsi le 17 juillet 2000 un « mémo » confidentiel du gouvernement intitulé : « Touchstone issues » daté d’avril 2000. Tony Blair en personne fait un bref bilan des sondages et de ce qui en ressortent comme les limites de son action. « Sur les questions de la famille et la problématique homosexuelle, nous sommes perçus comme faibles. » Aussi, il invite les quelques ministres destinataires de la note à proposer : « deux ou trois mesures frappantes allant dans le sens du renforcement de la famille conventionnelle ». Sur la criminalité, « nous sommes perçus comme trop doux ». En réponse, il appelle à « donner de la publicité aux reconduites à la frontière » et plus généralement « à mieux mettre en lumière toutes les mesures dures que nous avons prises ».

La communication : un substrat* de la démocratie

  • 7 Akoun, A., « La communication démocratique », Cahiers internationaux de sociologie, no 94, janvier (...)
  • 8 Ferry, J.-M., « Les transformations de la publicité politique », Hermès, no 4, 1989, p. 15-26.

10Puisqu’à l’ère moderne, la société démocratique refuse tout fondement transcendant*, « l'être-ensemble ne peut avoir d'autre légitimité que la communication entre sujets définis originairement comme « libres ». C'est dans le dialogue, dans l'argumentation que devra se former la règle commune »7. Cette communication de la société avec elle-même implique l'invention de modes et de lieux de communication, l'invention des formes modernes de Parlements, la diffusion de l'instruction et de la presse pour que chacun communique à distance avec autrui, en faisant connaître son point de vue et en prenant connaissance des points de vue qui s'expriment, bref, la création d'un espace public et l’amélioration des conditions de la Publicité8. L’un des apports décisifs de la revue a justement été d’encourager une réflexion sur les transformations historiques de l’espace public, en montrant par exemple que presse et démocratie se nourrissent l'une de l'autre. Les médias sont intrinsèquement liés à la démocratie, comme l'huile est indispensable au bon fonctionnement d'une machinerie complexe. En assurant différentes missions, d’information, d’éducation des citoyens, de contrôle des pouvoirs, les acteurs médiatiques exercent un rôle politique, en ce sens qu'ils sont amenés à soutenir le fonctionnement démocratique. Le rôle dévolu aux médias dans une société représente une sorte de miroir tendu qui trahit l'état de fonctionnement de la démocratie et les voies empruntées pour résoudre les problèmes qui se posent à elle. La liberté de la presse est donc indispensable.

11Aujourd’hui, l’essentiel de la communication politique se joue dans la maîtrise ou non par les hommes politiques, des médias de masse et la reprise ou non par les journalistes, des intentions de communication des hommes politiques. Les médias grand public ont contribué à élargir l’espace public, espace d’information et de délibération, et donc rendu possible une démocratie élargie. Bernard Manin propose de replacer dans l’histoire, les caractéristiques de notre société politique depuis l'apparition des médias de masse. Il distingue trois temps dans l'histoire moderne de la représentation. Après le modèle parlementariste, né avec la Révolution, sont apparues « la démocratie de parti », puis, « la démocratie du public » (Manin, 1995). L'auteur dégage alors trois effets des médias audiovisuels sur la politique :

  • la personnalisation du choix électoral, les médias conférant un caractère direct et sensible à la perception des candidats par les électeurs ;
  • la quasi disparition de la presse d'opinion, du fait des évolutions techniques et économiques, puis de la désidéologisation. Radio et télévision ayant finalement réussi à se construire sur des bases non partisanes et grand public, la perception des objets publics est donc devenue moins dépendante des préférences politiques ;
  • l'apparition d'une volatilité électorale, partiellement due aux électeurs instruits, intéressés par la politique, et qui peuvent bien s’informer. Le vote redeviendrait pour une partie de l'électorat le fruit d'une délibération individuelle rationnelle.

L’apport de la revue Hermès à ce repérage

12Dans les quatre premiers larges extraits de textes qui suivent, on trouve une volonté commune de conceptualiser l'approche de la communication politique, en la reliant à la notion d'espace public ou en la re-situant dans le rôle structurant global du politique, afin de sortir d'une vision négative étroite de la communication politique, proche alors du marketing politique, avec tout ce que cela véhicule de suspicion en manipulation ou propagande. Dominique Wolton montre ainsi tout l'apport démocratique de la communication politique envisagé comme un triangle, où se critiquent librement, hommes politiques, médias et l'opinion publique représentée par les sondages. La communication politique moderne est un acquis du processus de démocratisation de nos sociétés, car elle implique la reconnaissance de l'autre, dans un esprit de tolérance et d'ouverture, même si bien sûr, nous l'avons vu, la tentation de la manipulation n'est jamais absente. Gilles Achache s'inscrit dans la même approche, en offrant un distingo entre trois modèles de la communication politique : dialogique, propagandiste, marketing.

13Eliséo Véron, partant de l'approche du politologue Alessandro Pizzorno, s'intéresse au rôle de l'instance politique entendue comme gestionnaire des identités collectives, comme pourvoyeuse de repères sociaux pour les populations gouvernées. Dans ce cadre, le rôle de la communication est fondamental, on peut parler d'une véritable anthropologie politique de la communication. Mais justement, le marketing introduit un affaiblissement des perspectives à long terme, au profit d'une accélération du temps (que la pression médiatique induit) et d'une hyperactualisation du présent, comme disent les économistes. Il montre alors que l'affaiblissement du système politique (mesuré par la progression régulière de l'indécision électorale et la montée régulière de l'abstention, en France et en Europe) a renforcé la centralité sociale des médias. C'est une mise en perspective critique de la médiatisation du politique qui est donc livrée ici, tout en soulignant combien la télévision a d'abord eu pour rôle d'enrichir la communication politique, avant que ses logiques propres ne gagnent la sphère politique et ne conduisent parfois à affaiblir la puissance symbolique du langage politique.

14Dominique Boullier, enfin, invite à repenser les cadres d'analyse de la communication politique à l'heure d'une mutation encore en cours, mais dont on sait déjà qu'elle est décisive, le passage à l'ère de la netpolitique. Il pointe les limites de l'idéal de citoyenneté numérique, tout en soulignant le travail d'invention de formes nouvelles de participation des citoyens et de construction de leurs connaissances politiques. Il est indéniable que la matérialité des supports de la démocratie, si dépendante de l'imprimerie puis des médias audiovisuels, est en train de changer. La question devient donc de savoir, sans tomber dans un déterminisme technique, si la numérisation et la mise en réseau tisseront autrement les appartenances sociales et les connaissances politiques, débouchant ou non sur un autre monde commun, ou à tout le moins sur une autre vision du monde commun.

15Une telle approche ne signifie pas que la revue Hermès n’a pas publié de nombreux articles mettant aussi en évidence les limites possibles de la communication, voir ses dérives. Des analyses de type monographique ont pu être conduites, comme celles sur la communication du Premier ministre Laurent Fabius (Agnès Chauveau, Hermès, no 13-14, 1994), du président brésilien Fernando Collor (Hermès, no 8-9, 1991), ou encore de la dernière campagne brésilienne de Lula et du rôle des conseillers en communication là-bas (J. Machado da Silva et F. Rudiger, Hermès, no 42, 2005). De cette riche production, nous avons retenu ici, des extraits issus de quatre articles, afin de mettre en exergue quelques-unes des dérives observées, que ce soit le non-respect de la séparation entre sphère privée et sphère publique (D. Wolton), avec toutes les conséquences dommageables que l'on connaît désormais. Que ce soit la simplification de l'argumentation politique, avec un appel de plus en plus renforcé aux émotions au détriment de l'argumentation (A.-M. Gingras). Que ce soit la confusion dans le bulletin municipal, entre un outil démocratique à destination d'une meilleure information des citoyens et un support d'auto-valorisation des élus (C. Le Bart). L'ensemble de ces remarques ne conduisent pas nécessairement à vouloir développer une vision passéiste et idéalisée de la communication politique d'antan. Au contraire, il faut pousser l'analyse et se demander si, les dérives constatées par rapport à l'idéal démocratique traditionnel n'obligent tout simplement pas à repenser les cadres d'analyse de la communication politique, en interrogeant l'émergence d'une « néo-politique » dont Silvio Berlusconi serait l'archétype (P. Musso).

Les effets relatifs de la communication politique médiatisée sur les citoyens

  • 9 Katz, E., « La recherche en communication depuis Lazarsfeld », Hermès, no 4, 1989, p. 77-92.

16À travers tous ces aspects, une question centrale est toujours présente, celle de l’influence de la communication politique. La revue Hermès a publié des articles qui renvoient une vision mesurée des effets, et ne donnent pas crédit a priori à une vision des médias comme manipulateurs de l’opinion. Le no 4 a rendu compte des travaux de l’équipe de Paul Lazarsfeld9 qui avait prouvé, dans les années 1940 (The People Choice), que peu de citoyens changeaient leurs intentions de vote durant la campagne, et que ceux qui changeaient citaient les discussions avec l’entourage avant les médias comme facteur d’influence de leur revirement. Cette théorie des effets limités a été battue en brèche régulièrement par ceux qui défendaient une vision marxiste bien plus dominatrice des médias, leur attribuant notamment un rôle de soutien à la domination idéologique des classes dirigeantes (Philo, 1990).

17En fait, ni limités, ni puissants, les travaux récents permettent d’affirmer que ces effets sont : circonstanciés et relatifs. En effet, comme Shanto Iyengar (1991) le démontre, la télévision joue un rôle dans l’attribution des responsabilités, dans l’émergence de problèmes et dans leur résolution, à travers le « framing effect », effet de cadrage. L’essentiel des reportages s’inscrit dans une présentation qui ne relie pas les faits à un environnement global, du coup les causes politiques de ces faits sont moins immédiatement perçues par le public. De même, les médias ont parfois des effets sur la campagne électorale et le vote, en faisant connaître les candidats et certains aspects de leur personnalité ou de leur programme. En outre, les médias mettent parfois au cœur de l’actualité des questions qui peuvent devenir un critère d’évaluation des candidats pour certains électeurs. Mais pas de façon systématique, pas de façon automatique, pas chez tous les électeurs, pas chez tous les publics, car encore faudrait-il que tous accèdent aux mêmes informations, avec la même motivation, le même regard, dans le même contexte affectif et social. Même sous son apparente passivité, un citoyen téléspectateur ordinaire met en œuvre des filtrages cognitifs* qui le font potentiellement se soustraire à la volonté d’influence contenue dans le message émis. Les citoyens n’arrivent pas vierges, sans passé, sans a priori, sans attentes, face aux campagnes électorales. Et dans nombre de cas, ils donneront d’autant plus de crédit à une information, un message, un candidat que cela rencontre leurs opinions, leurs vécus, leurs espérances, qu’ils ont envie d’y croire. L’insistance indéniable des médias sur les faits d’insécurité durant la présidentielle de 2002 a certes amplifié un climat d’opinion créant un effet d’agenda qui a conduit certains électeurs à privilégier le thème de l’insécurité dans l’évaluation des candidats et donc la détermination de leur vote. À partir de ce constat, il est pourtant faux d’en inférer que la télévision a fait l’opinion et plus encore l’insécurité et aurait donc entièrement provoqué le vote Le Pen. Car les médias suivent ce qu’ils considèrent être les goûts de leur public, évalués par les chiffres de diffusion et d’audience, et par les indications données par des sondages. L’intérêt pour l’insécurité dans les médias ne datait pas de la campagne électorale de 2002. De nombreuses enquêtes prouvaient que les Français considéraient cette question comme prioritaire depuis plusieurs années. Et si les médias devaient être coupables d’alimenter ces craintes, alors il ne faut pas omettre d’ajouter sur la liste des coupables les hommes politiques. J. Chirac a instrumentalisé ce thème, depuis au moins son interview du 14 juillet 2001, et a axé sa campagne là-dessus. Il a de ce fait encouragé les médias à relayer ce thème et à illustrer son analyse par des exemples précis. Ce qui s’est joué ici est une spirale à trois, où préoccupations réelles du public, instrumentalisations* politiques et suivisme médiatique s’alimentent mutuellement et enclenchent une précipitation, dont il serait vain de chercher à connaître le facteur premier, tant il est vrai que le précipité ainsi obtenu a besoin des trois pour émerger.

18Pour comprendre au mieux l’influence de la communication politique médiatisée, il faut donc privilégier un mode de raisonnement qui restitue la complexité des interactions formant le triangle de la communication : hommes politiques, médias, publics.

19Au sein de ce schéma, chacun influence l’autre, chacun agit en fonction de la réaction attendue ou constatée de l’autre. Du coup, l’accent est à porter sur la relativité des effets, en fonction des profils du média, du consommateur, de la consommation effective, etc. Approche que la revue Hermès a favorisée et que cet Essentiel permet de mieux cerner.

Bibliography

Références bibliographiques

Arendt, H., The Origins of Totalitarianism, New-York, Meridian Books, 1958. Traduction française, Le Système totalitaire, Le Seuil, 1972.

Balandier, G., Le Pouvoir sur scènes, Paris, Balland, 1992.

Bocca, G., Piccolo Cesare, Milan, Feltrinelli, 2002.

Cayrol, R., La Nouvelle communication politique, Paris, Larousse, 1986.

Charon, J.-M., Mercier, A. (dir.), Armes de communication massive, Paris, CNRS éditions, 2004.

Edelman, M., Pièces et règles du jeu politique, Paris, Seuil, 1991.

Edelman, M., Politics as Symbolic Action, New York, Academic Press, 1971.

Ellul, J., Propagandes, Paris, Economica, 1990.

Habermas, J., Théorie de l'agir communicationnel, Paris, Fayard, 1987.

Iyengar, S., Is Anyone Responsible? How Television Frames Political Issues, Chicago, University Press, 1991.

Krauss, S., Televised Presidential Debates and Public Policy, New Jersey, Lawrence Erlbaum, 1988.

Latour, B., Politiques de la nature, Paris, La Découverte, 1993.

Le Bart, C., La Rhétorique du maire-entrepreneur, Paris, Pédone, 1992.

Legendre, P., L'Empire de la vérité, Paris, Fayard, 1983.

Manin, B., Principes du gouvernement représentatif, Paris, Calmann-Lévy, 1995.

Missika, J.-L., Wolton, D., La Folle du logis. La télévision dans les sociétés démocratiques, Paris, Gallimard, 1983.

Moniere, D., Le Combat des chefs. Analyse des débats télévisés au Canada, Montréal, Editions Québec, 1992.

Padioleau, J.-G., Arts pratiques de l'action publique ultramoderne, Paris, L'Harmattan, 2003.

Philo, G., Seeing and Believing: the Influence of Television, Londres, Routledge, 1990.

Sfez, L., Critique de la communication, Paris, Seuil, 1988.

Trent, J., Friedenberg, R., Political Campaign Communication. Principles and Practice, New York, Praeger, 1991.

Veron, E., La Sémiosis sociale. Fragments d'une théorie de la discursivité, Paris, Presses Universitaires de Vincennes, 1987.

Walton, D., Informal Logic. A Handbook for Critical Argumentation, Cambridge University Press, 1992.

Wolton, D., « Le statut de la communication politique dans les démocraties de masse. Ses rapports avec les médias et l'opinion publique », in Crises et modernisation, Paris, Éd. du CNRS, 1991.

Wolton, D., « La communication politique. Construction d'un modèle », Hermès, no 4, Éd. du CNRS, 1989.

Wolton, D., « Les médias, maillons faibles, de la communication politique », Hermès, no 4, Éd. du CNRS, 1989.

Notes

1 Abeles, Marc, Jeudy, Henri-Pierre, Anthropologie du politique, Paris, Armand Colin, 1997, p. 247 et 251.

2 Bourdieu, P., « La représentation politique. Éléments pour une théorie du champ politique », Actes de la recherche en sciences sociales, no 36, 1981, p. 15.

3 Abeles, M., « Rituels et communication politique moderne », Hermès, no 4, 1989, p. 127-141 ; « Mises en scène et rituels politiques : une approche critique », Hermès, no 8-9, 1991, p. 241-259.

4 Blanchard, P., « La représentation de l'indigène dans les affiches de propagande coloniale », Hermès, no 30, 2001, p. 149-168.

5 Mouchon, J., « La communication présidentielle en quête de modèle », Hermès, no 17-18, 1995, p. 187-200.

6 Le terme « spin », souvent employé pour désigner les individus qui jouent le rôle de conseillers en communication des hommes politiques actuels (les « spin doctors ») est difficilement traduisible. Si on prend l’étymologie du verbe to spin, on en vient à dire que « spin » signifie tout à la fois : tisser une toile (donc attraper) ; raconter une histoire (donc mettre en récit) ; baratiner (donc tromper par le mensonge).

7 Akoun, A., « La communication démocratique », Cahiers internationaux de sociologie, no 94, janvier-juin 1993, p. 66. Voir aussi Akoun, A., « Les droits de l'homme, a priori de la démocratie », Hermès, no 19, 1996, p. 191-200.

8 Ferry, J.-M., « Les transformations de la publicité politique », Hermès, no 4, 1989, p. 15-26.

9 Katz, E., « La recherche en communication depuis Lazarsfeld », Hermès, no 4, 1989, p. 77-92.

List of illustrations

URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/13666/img-1.jpg
File image/jpeg, 43k

Author

Professeur en sciences de l'information et la communication à l'université de Metz et membre de la rédaction en chef de la revue Hermès. A dirigé le laboratoire Communication et politique, du CNRS de 2004 à 2006.

© CNRS Éditions, 2008

Terms of use: http://www.openedition.org/6540