Version classiqueVersion mobile

Francophonie et mondialisation

 | 
Anne-Marie Laulan
, 
Didier Oillo

Un atout pour l'autre mondialisation29

Dominique Wolton

Texte intégral

  • 29 Reprise du no 40 de la revue Hermès, « Francophonie et mondialisation », 2004.

1Pourquoi la Francophonie n'est-elle pas plus présente dans l'espace public français, d'autant que la mondialisation repose brutalement la question des rapports entre culture, communication, politique ? Pourquoi tant d'intérêt pour les débats franco-français, une inquiétude légitime pour la diversité culturelle en Europe et une aimable indifférence à l'égard de la Francophonie, pourtant aux premières loges des affrontements culturels mondiaux ? La France n'est pas assez attentive à ses racines mondiales, qui lui donneraient une force considérable. Elle est trop centrée sur elle-même et sur l'Union européenne, sans réaliser que les expériences, analyses et patrimoines liés aux expériences de la Francophonie et des Outre-Mers sont des moyens indispensables pour aborder les problèmes de cohabitation culturelle à construire au sein de l'Europe.

France et Francophonie

2Le défi de la Francophonie n'est pas la gestion des restes de l'empire, pas plus d'ailleurs que pour les Outre-Mers. Il est au contraire la capacité à y voir, en grandeur nature, et en accéléré, une bonne partie des enjeux politiques et culturels de la mondialisation. La Francophonie est l'avant-garde de la pluralité des modèles de développement. Elle ne ferme pas le jeu, elle l'ouvre. Le début du XXIe siècle serait pourtant l'occasion d'évaluations équilibrées du bilan des colonisations et de la décolonisation. Il existe une sorte de triangle maudit, décolonisation – Outre-Mer – Francophonie qui empêche de passer à une autre étape de l'histoire.

3Les Outre-Mers et la Francophonie sont les deux racines de la mondialisation de la France. L'Outre-Mer, en posant directement la question du multiculturalisme qui est déjà une réalité française, insuffisamment vue et revendiquée ; la Francophonie, en posant directement la question de la diversité culturelle qui est au cœur des enjeux de la mondialisation.

4La diversité culturelle est un fait qui s'impose au monde : diversité des langues, des religions, des cultures... Le multiculturalisme est le moyen de gérer cette diversité culturelle au sein des Étatsnations. Les Etats-Unis, le Brésil, le Canada... sont des États multiculturels. J'appelle cohabitation culturelle cette gestion de la diversité culturelle au niveau mondial dans le droit-fil des chartes de l'ONU : respect des identités et adhésion aux valeurs de la communauté.

Quatre actions sont prioritaires

51. Ordonner et resserrer les institutions pour que la Francophonie ait une place meilleure dans l'espace public français. Il faut réduire l'empilement d'institutions s'occupant de Francophonie au niveau de l'État français. Pas moins de quatre structures et autant de guichets financiers : le quai d'Orsay (ministère de la Coopération et de la Francophonie – DGCID – Affaires francophones...). Le ministère de la Culture (Délégation générale à la langue française...). Le ministère de l'Éducation nationale (DRIC...). Quant au ministère de l'Outre-Mer, il n'a aucun rapport avec la Francophonie ! Parce que c'est « la France ». Ce trop grand nombre de structures françaises n'empêche pas une réduction catastrophique des moyens financiers pour l'action culturelle extérieure. Années après années, souvent sournoisement, les projets diminuent, le réseau culturel rétrécit, les centres ferment... Personne ne souligne cette contradiction effarante pour un pays à « vocation mondiale », où chacun vante les nécessités et les vertus de la mondialisation, en même temps que l'on réduit les capacités d'action culturelle dans le monde En un mot, des regroupements institutionnels sont à faire du côté de l'État français, ce qui obligerait la Francophonie à faire de même. Faute de ces réformes simples, la Francophonie pourrait bien devenir le « Poulidor » de la diversité culturelle.

62. Valoriser les réalisations de l'OIF. L'AUF crée de réelles solidarités humaines et permet de dépasser le rapport Nord/Sud. Elle est d'ailleurs un peu le laboratoire de l'OIF, en faisant notamment le lien entre enseignement, culture, politique et développement. Avec des accords entre 526 universités et instituts dans le monde, 2 000 boursiers, sur les 10 000, elle constitue un réseau à valoriser. Quand on franchit « la frontière », on est d'ailleurs étonné du nombre, et de la diversité, des activités et des initiatives. D'ailleurs les pays francophones, en élisant Boutros Boutros-Ghali, puis Abdou Diouf à la tête de l'OIF, ont décidé à juste titre de donner une voix et un visage à la Francophonie. La personnalisation du pouvoir est indispensable avec la mondialisation.

73. Relier les trois mondes de la Francophonie : la Francophonie officielle, dont la dynamique n'est pas assez perçue de l'extérieur ; la société civile qui existe, mais n'est pas valorisée ; la Francophonie sauvage qui échappe souvent. Et la pointe visible de l'iceberg officiel masque les deux autres mondes. À la limite, deux univers cohabitent. Celui de la Francophonie officielle, celui de la société civile. D'un côté, un monde propre, diplomatique, faussement immobile, de l'autre des initiatives ignorées. Pourquoi et comment un jeune de 20 ans pourrait-il avoir envie de militer dans la Francophonie ? Ouvrir les fenêtres, rendre visibles les contradictions, relier ce pari aux valeurs souvent communes qui existent avec d'autres ONG humanitaires serait peut-être un moyen de rendre la Francophonie plus attractive.

84. L'Histoire et ses fractures. Le refoulement de l'histoire de la colonisation et de la décolonisation pèse alors même que nous sommes déjà dans une autre Histoire, celle de la mondialisation. Un des enjeux nouveaux de la mondialisation est de reprendre l'histoire précédente. Pour sortir de ces Histoires, il faut en parler, une bonne fois pour toutes, mais la France, comme la plupart des puissances coloniales européennes, reste amnésique. Pas de Francophonie pourtant sans travail sur l'histoire coloniale. Après tout, le 60e anniversaire du Jour du Débarquement, le 6 juin 2004, a permis de réunir de manière particulièrement émouvante les ennemis d'hier, et d'associer les Russes à l'ouverture de cette nouvelle histoire à construire. Fantastique événement pour l'Europe et le monde. Pourquoi ne serait-il pas possible de réussir à faire la même chose pour la décolonisation ? Mais, ce n'est pas seulement l'histoire de la colonisation et de la décolonisation qu'il faut reprendre, c'est aussi celle de l'immigration depuis trois générations. Rétablir les faits. Assumer l'histoire pour retrouver la solidarité. Sortir du silence pour dépasser les contentieux.

Langue-culture-diversité culturelle

9En élargissant son champ d'action, la Francophonie reste fidèle à une certaine conception de la culture qui est de s'intéresser aux conditions sociales, politiques et économiques de la vie des hommes. Les pères fondateurs de la Francophonie (L. S. Senghor, H. Bourguiba, H. Diori, N. Sihanouk) parlaient d'ailleurs de « valeur commune », pour le développement. La langue a été rapidement reconnue comme la première condition des valeurs partagées et en moins d'un demi-siècle on a assisté, à juste titre, à l'affirmation des liens inévitables entre langue et culture. Pas de Francophonie sans respect de sa propre diversité culturelle, condition ultérieure de la diversité culturelle mondiale.

10Ce lien entre langue, culture et diversité culturelle est à lui seul le raccourci le plus fort du projet de solidarité de la Francophonie. En passant de la langue à la culture, la Francophonie passe de l'unilinguisme au multilinguisme, puisque défendre le français, c'est reconnaître la légitimité des autres langues. Le lien entre langue et culture permet de voir comment la culture, depuis toujours, est une ressource politique. C'est d'ailleurs comme cela que la définit l'Unesco dans sa déclaration sur la diversité culturelle de décembre 2001. « Ce sont les traits distinctifs spirituels et matériels, intellectuels et affectifs qui caractérisent une société ou un groupe social... Elle englobe, outre les arts et les lettres, les modes de vie, les façons de voir ensemble, les systèmes de valeur, les traditions et les croyances ».

11Cette définition permet de faire le lien entre la culture patrimoine et la culture projet, ce que j'appelle la culture refuge et la culture relationnelle (cf. L'Autre mondialisation, Flammarion, 2003). Et ce sont ces deux identités culturelles dont les peuples ont aujourd'hui besoin. Assumer les racines et trouver les moyens de comprendre le monde contemporain, pour le transformer. Le lien, aujourd'hui très fort, entre la culture et les techniques de communication (presse, radio, TV, Internet) oblige encore plus à penser les rapports entre langue-identité culturelle et communication.

12En réalité, la mondialisation accentue l'effet de boomerang du couple culture-communication. Plus le monde s'ouvre, plus les revendications identitaires, donc linguistiques, s'affirment. Ce n'est pas le refus de la modernité, mais la volonté de la domestiquer. La Francophonie contribue à conjuguer maintien de l'identité et ouverture au monde, surtout avec la mondialisation de la communication où l'arrivée d'images, d'informations et de données du monde entier renforce la volonté de garder les langues locales. La défense du multilinguisme inhérent à la Francophonie permet donc à la fois ce maintien des identités et cette ouverture au monde. Elle contribue à résoudre ce que j'appelle le triangle infernal du XXIe siècle : les rapports entre identité, culture et communication. Gérer la diversité culturelle, c'est gérer ces trois relations assez conflictuelles.

13En moins de vingt ans, l'accentuation des échanges et l'omniprésence de la communication ont renforcé l'importance du lien culture-communication, insuffisamment explicite et valorisé.

14Le XXIe siècle est caractérisé à la fois par la mobilité et l'identité. On le voit très bien au travers de la créolisation du français, moyen à la fois de conserver les racines et de s'adapter à la modernité. Le phénomène général de créolisation – on pourrait presque parler de concept – est le moyen pour les populations de « coloniser » le français et lui permettre de servir de tête de pont, de passage entre la tradition et la modernité. Le langage « beur » s'est imposé en dix ans comme le langage de la jeunesse. Terrible revanche politique de ceux qui, dominés culturellement et souvent socialement, ont su faire de leur langue une arme de conquête de la rue puis de l'espace symbolique de la ville et finalement d'une bonne partie de la culture des jeunes. Adapter le français à l'économie, à toutes les formes de modernité et de créolisation est aussi le moyen d'éviter de l'enfermer dans le caveau de la culture. Il ne faut pas arriver à cette opposition, entre une langue anglaise, rapide, symbole de la liberté, du business, de la modernité et le français, langue de la culture et de la politique. Cette dichotomie conduit au ghetto et explique notamment toute l'attention qu'il faut apporter aux créoles. Les métissages linguistiques sont des enrichissements.

Trois chantiers sont à mener

151. La nouvelle trahison des clercs et des scientifiques. Ceux-ci, et pour la plupart les Français eux-mêmes, ne revendiquent pas l'usage du français dans les congrès scientifiques et séminaires internationaux. Le « complexe » de l'anglais est toujours là. Dans l'usage de l'anglais, il y a l'idée de modernité, de culture, d'émancipation, alors qu'il ne s'agit que d'un pauvre sabir. Peut-être adapté aux échanges en sciences de la nature, de la vie, de la matière et en mathématiques, où les mots et les concepts sont limités et presque univoques, mais qui est totalement inadapté pour les sciences humaines et sociales. Or, ce sont avec ces sciences que l'on pense la société, la politique, la paix et la guerre. Ici, les mots sont indissociables des concepts. On ne pense pas de la même manière d'une langue à une autre. Parler dans une autre langue, c'est penser autrement, c'est déplacer les raisonnements. Ce n'est pas pour rien que les traductions existent depuis toujours, ainsi que l'herméneutique.

16En changeant de langue, on change de mode de pensée, d'imaginaire, de raisonnement, de destinataire. Une langue, c'est une vision du monde. Parler, c'est utiliser toute une représentation du monde et de la société. La traduction rend compte de cette incommunication. Traduire est le premier signe de reconnaissance de la cohabitation culturelle. La traduction évite l'illusion du « cosmopolitisme » de la pensée. On peut évidemment utiliser les autres langues, il le faut, comme il faut banaliser l'anglais, mais ne jamais dire que l'on pense de la même manière dans une langue ou dans une autre. Le statut linguistique des connaissances scientifiques constituera un enjeu central de la bataille pour la diversité culturelle. Il y a là un lien direct à établir entre scientifiques et acteurs politiques.

172. Militer pour le pluralisme linguistique contre l'unilatéralisme anglophone. Et agir en faveur de trois langues – locale, internationale et transfrontalière ou régionale. Cet objectif doit être rappelé, comme exemple du lien entre la Francophonie et la diversité culturelle. C'est aussi rappeler, quel que soit l'élargissement des objectifs de la Francophonie, que l'impératif reste l'alphabétisation et l'apprentissage de la langue. L'ouverture aux langues locales, indispensable dans le cadre de la mondialisation, doit aussi s'accompagner d'une plus grande ouverture « aux langues de France », et à la charte européenne des langues régionales. Défendre la diversité linguistique est la première condition de cette troisième mondialisation dont j'ai parlé dans L'Autre mondialisation (op. cit.). La cohabitation culturelle comme contrepoids à la mondialisation économique. Plus l'emprise économique mondiale s'organise, plus il faut organiser la diversité culturelle.

183. Une politique audiovisuelle plus ambitieuse. Cela passe par un renforcement indispensable de TV5, seule chaîne francophone, indépendamment de savoir s'il existera ou non une chaîne d'information mondiale française. Sans oublier le rôle essentiel d'Euronews, surtout avec l'élargissement de l'Europe. L'AFP (Agence France Presse) et RFI (Radio France Internationale) doivent également être renforcées. Sans parler de la presse écrite francophone laissée de côté, ni des radios, et télévisions publiques francophones qui restent un réseau largement sous utilisé. La vérité est que la francophonie manque dramatiquement d'une politique de la communication. L'organisation est mondiale, les enjeux culturels et politiques sont mondiaux, la politique ne l'est pas.

La politique

19La politique est au cœur de la Francophonie, même si cela ne se dit pas nettement, compte tenu de la diversité des régimes politiques, culturels et sociaux qui la composent. Elle est politique au travers de son secrétaire général et de l'action de l'OIF. Elle est politique aussi, notamment depuis la Déclaration de Bamako (novembre 2000), où de plus en plus les orientations de la Francophonie sont réaffirmées dans le cadre de la démocratie, de l'État de droit, de la communauté internationale et des droits de l'Homme.

20C'est d'une certaine manière le lien croissant entre langue et culture qui, par extension, oblige à aborder la question politique, d'autant que la polysémie, inhérente à la politique, augmente avec la culture. Mais c'est finalement sur l'horizon d'un certain nombre de valeurs démocratiques liées au respect des droits humains que la Francophonie, courageusement, essaie de se regrouper et de prendre position sur la question du développement durable. En posant la question de la diversité culturelle, la Francophonie pose celle des conditions politiques à la croissance économique. En touchant à l'économie, elle est un exemple typique des difficultés à faire conjuguer universalité des principes démocratiques et respect des diversités culturelles. Diversités culturelles qui vont aujourd'hui jusqu'à une réflexion sur la pluralité des modèles économiques, réelle nouveauté dans l'histoire de l'économie où domina trop longtemps l'idée qu'il n'existait qu'un seul modèle. Un tel exercice suppose de réexaminer les mots qui fondent les rapports entre identité-culture et politique : gouvernance, droits de l'homme, démocratie, développement durable, diversité culturelle.

21En réalité, il existe une marge de manœuvre à la Francophonie pour inventer un nouveau modèle d'organisation politique. Elle bénéficie d'une certaine stabilité et dynamique liée aux contradictions de la mondialisation. Elle peut rebondir sur les événements. À condition d'être beaucoup plus vigilants sur les territoires-fractures comme les Comores, Madagascar, Haïti où le Vanuatu.

22De même, la Francophonie est-elle confrontée, avec l'élargissement à l'Europe des 27, au défi d'un changement de statut. L'élargissement lui est favorable à la condition d'un réel investissement intellectuel, culturel et historique car ces pays, souvent de tradition partiellement francophone, s'inscrivent toutefois dans des logiques qui n'ont rien à voir avec la colonisation. L'Europe bouscule les frontières traditionnelles de la Francophonie et la détache encore un peu plus de son histoire coloniale. Tant mieux.

23Au-delà de l'Europe, la Francophonie peut jouer un rôle considérable dans la construction de ce que j'appelle la troisième mondialisation, celle qui intègre la culture à côté de l'économie et de la politique. D'autant que les contractions liées à la mondialisation économique sont des accélérateurs des contradictions. Elle peut contribuer à éviter ce qui pourrait être le résultat de la mondialisation économique : une lutte des classes au plan mondial. Comme l'Europe en a connu une, entre le XIXe et le XXe siècle. Avec la mondialisation, le choix, est la cohabitation culturelle à l'échelle du monde, ou la lutte des classes à la même échelle...

Quatre actions

241. Le fait religieux et la politique. La Francophonie, qui rassemble de nombreuses religions et régimes politiques différents, ne peut rester longtemps silencieuse sur les rapports religion-politique qui sont au cœur de la plupart des conflits politiques mondiaux depuis quinze ans. D'autant que la laïcité « à la française » s'impose parfois dans des discours, mais n'est plus toujours comprise. De nombreux pays francophones, et arabophones, ont été blessés par la manière dont, lors du débat sur le voile en 2004, la France a rappelé sa conception militante de la laïcité. La plupart des autres pays, n'étant pas en position de force politique et culturelle, n'ont pu exprimer leurs réticences, mais il est évident que la position française a suscité beaucoup d'incompréhension. 2005 n'est pas 1905. Demain, la question religieuse traversera la Francophonie. C'est-à-dire celle des rapports à établir entre politique, société, culture et religion. Ne pas en parler peut mettre en cause son unité. En parler permettra d'adapter ce concept, éminemment émancipateur à l'heure de la mondialisation. La diversité des racines religieuses, le dialogue interreligieux et les conditions d'une autre laïcité ne sont guère débattus. Si la Francophonie est laïque, c'est aussi à la condition de tenir compte de la diversité des situations culturelles et religieuses.

252. Les relations avec le monde anglo-saxon. Celui-ci a longtemps été identifié au camp de la liberté, de l'émancipation et de la modernité. Même si cela ne veut pas toujours dire grand-chose. Y compris pendant la Guerre froide et les luttes de décolonisation. Depuis la chute du communisme et la mondialisation, le statut de puissance impériale des Etats-Unis accélère le changement de la donne. La liberté repasse du côté de la Francophonie, surtout depuis la guerre du Golfe et de l'Irak. Ce qui permet de renouer avec une tradition de diplomatie et de concertation bien différente de celle d'une politique de puissance. Et la Francophonie peut alors être un lieu de débats privilégiés respectueux des grands enjeux sur la planète concernant l'environnement, la santé, l'éducation, le développement durable, la pauvreté, la société de l'information...

263. L'immigration. Notamment en Europe où, depuis trente ans, le débat est encombré par les prises de position, plus ou moins racistes et populistes, des partis d'extrême-droite. Réduire au XXIe siècle la question de l'apport des travailleurs étrangers à une logique d'« immigrés » qu'il faut surveiller et parquer est indigne des traditions de cohabitation culturelle par ailleurs proclamées. Les populations « étrangères » vivant en Europe illustrent plutôt la question du multiculturalisme quand elles relèvent des Outre-Mers, ou de la diversité culturelle quand elles viennent de pays souverains (Maghreb, Turquie...). Elles illustrent cette question essentielle de la cohabitation culturelle dans un monde ouvert. Ces populations (sans parler du statut des familles, des femmes, des enfants) veulent venir travailler dans les pays riches, qui par ailleurs en ont besoin, sans le dire, y compris pour des motifs démographiques non avoués... Et l'on continue de traiter ces populations sur le plan sanitaire, social, culturel et éducationnel comme si l'on était encore dans les années 1970.

27Le silence de la Francophonie sur les conditions de l'accueil de l'immigration, notamment en France, n'est pas compatible avec les idéaux proclamés par ailleurs en faveur de la diversité culturelle. La Francophonie peut d'ailleurs chaleureusement remercier le Canada et le Québec qui pallient les effets de cette politique malthusienne des visas de la France. Politique restrictive, totalement antinomique avec la tradition et les idéaux avancés. Comment parler de la patrie des droits de l'Homme, de la France terre d'asile, carrefour des cultures, et continuer une politique de plus en plus étroite et bureaucratique en matière de visas ? Là aussi, la France est victime de la pression de l'extrême-droite. Le grand écart entre les mots et les faits est catastrophique. Augmenter le nombre de visas à entrées multiples est une condition indispensable pour adapter la Francophonie à la mondialisation.

284. Devenir un espace de la diversité. La Francophonie est encore trop attachée à la rigidité française dont elle doit s'émanciper, et qui en retour sera un enrichissement pour la France. Le monde a besoin d'un lieu de délibération à côté des structures de l'ONU. La Francophonie pourrait offrir cet espace politique de débats où il y aurait une attention à la diversité linguistique, religieuse, un respect des racines historiques et des métissages. Autrement dit, une sorte d'espace public tolérant. Doublé d'ailleurs d'un espace de diplomatie. Les deux sont complémentaires. La diplomatie s'installe plus facilement dans un espace libre de débats que dans un espace fermé et secret. Il ne s'agit pas de se substituer à l'ONU et à l'Unesco, mais d'offrir un espace supplémentaire de dialogue. Cette évolution serait conforme aux statuts qu'affiche la Francophonie, et l'on verrait d'ailleurs que les débats qui l'animent, en interne, sont les mêmes que ceux qui existent dans le monde. En s'occupant des autres problèmes du monde, elle relativiserait certaines de ses divisions.

L'économie

29En ouvrant la boîte de Pandore de la mondialisation économique, la Francophonie pose explicitement la question de l'existence d'autres modèles de rationalité que le modèle anglo-saxon dominant. Question sacrilège, d'autant que la libéralisation qui a prévalu dans la globalisation économique, depuis les années 1980, et encore plus depuis la chute du communisme, semble légitimer le modèle anglo-américain visible également dans les grandes instances de l'ONU (FMI, Banque mondiale,...). Et ce malgré les crises économiques et sociales qui, dans plusieurs pays, ont marqué cette mondialisation économique.

30En s'immisçant dans la mondialisation économique, même timidement, la Francophonie introduit un réel facteur de diversité culturelle. Elle ose rappeler que l'économie est une science humaine et sociale et que si les hommes produisent et vendent dans tous les pays du monde, la manière de le faire change radicalement. D'autant qu'avec la mondialisation de l'information, ces différences seront paradoxalement de plus en plus visibles, créant la nécessité de dépasser le monopole culturel économique anglo-saxon dominant depuis le XXe siècle. La Francophonie, avec quelques autres, pose la question de ce que j'appelle le troisième pilier de la mondialisation, c'est-à-dire la diversité culturelle. Ce fameux troisième pilier, assez largement sous-évalué, sera demain déterminant : la diversité culturelle est une condition du développement économique.

31La Francophonie rappelle ainsi l'importance des données culturelles à la fois pour l'économie et au-delà de l'économie d'autant que les pays qui la composent sont très souvent parmi les pays les moins avancés (PMA), en tout cas beaucoup moins riches et développés que ceux du Commonwealth.

32Le niveau de développement n'est pas la condition sine qua non pour dire quelque chose sur les modèles de développement car, à ce compte, depuis toujours les pauvres et les dominés n'auraient qu'à se taire... En même temps, les PMA ne sont pas dupes de cette inégalité de la mondialisation et sont sensibles aux propositions alternatives que la Francophonie, avec d'autres, peut essayer de faire.

33Deux options complémentaires s'ouvrent à la Francophonie : intervenir au niveau des grandes entreprises mondiales francophones pour faire entendre un autre type de rationalité économique de gestion, de rapports sociaux, une autre manière d'aborder la mondialisation ; d'autre part, se saisir du dossier de développement durable, et y apporter sa contribution.

34L'enjeu est évidemment l'introduction d'un élément de diversité par rapport à la rationalité anglo-saxonne. Mais il faut pour cela que les grandes entreprises mondiales francophones s'émancipent elles-mêmes de ce schéma. Non seulement l'anglais est la plupart du temps la langue de travail internationale des conseils d'administration, mais tout, des cadres, aux styles et aux références, reste aligné sur le modèle anglo-saxon. La montée de l'antiaméricanisme dans le monde, la redécouverte d'un monde multipolaire, l'éveil de la Chine et de l'Inde sont autant de facteurs qui vont accentuer une prise de conscience de la nécessité d'un changement.

35Concernant le développement durable, la question est plus complexe. La Francophonie n'a aucune compétence spécifique dans ce domaine. Elle n'est pas un bailleur de fonds, mais un partenaire de coopération. Présente sur tous les continents, elle souligne l'importance de la diversité et du comparatisme. L'apport de la Francophonie est de rappeler l'importance de la diversité culturelle, des droits de l'Homme, des ressources humaines, de l'État de droit, des cadres juridiques stables, le respect des relations de travail, l'obligation d'une meilleure répartition des richesses... Cette dimension socio-culturelle, apparemment secondaire, est en réalité de plus en plus importante : chacun étant au courant, par l'information, des profondes inégalités existant dans le monde souhaite à la fois moins d'inégalités économiques et plus de dignité sociale et culturelle. Les idéaux de la Francophonie pouvaient paraître superfétatoires dans un modèle de pur libéralisme. Ils deviennent plus importants avec le retour de la pensée critique, symbolisée par le mouvement altermondialiste qui réintroduit dans l'économie les valeurs sociales, culturelles et politiques.

36Le développement durable, c'est aussi une autre idée du développement à inventer avec les populations de moins en moins passives, beaucoup plus informées et moins dociles. La mondialisation est peut-être une logique économique, mais elle a un effet inattendu qui, tel un boomerang, se retournera contre ceux qui croyaient fabriquer des consommateurs et qui se retrouveront face à des citoyens de plus en plus informés. Et critiques.

Trois chantiers

371. Une réflexion critique sur le modèle de management des grandes entreprises francophones. Pourquoi miment-elles à ce point le modèle anglo-saxon ? Comme s'il n'y avait qu'un modèle de rationalité économique et de gestion, qu'un seul style. Quotidiennement, les entreprises sont confrontées à la diversité culturelle. Pour le moment, le seul choix, pour les salariés de ces multinationales comme pour les pays d'accueil, est celui de s'adapter aux règles de l'entreprise installée. Mais avec la multiplication des délocalisations, le pluralisme culturel sera de plus en plus visible. Les directions d'entreprises elles-mêmes n'arriveront plus à gérer cette diversité culturelle, alors qu'il suffirait de procéder autrement. Les anglo-saxons dans ce domaine sont paradoxalement en avance sur nous, alors qu'ils sont le modèle dominant. Ils parlent de « management inter culturel », pour tenir compte, déjà, de ces différences.

382. Le statut même des industries culturelles et de la communication. Non seulement la Francophonie doit défendre sa propre diversité culturelle, mais elle doit pouvoir agir au niveau mondial pour que la diversité des programmes, dans les médias et, plus généralement, dans le cinéma et les industries du spectacle, soit préservée. On retrouve la bataille centrale pour demain d'une économie de la culture et de la communication qui ne soit pas dominée par les multinationales anglo-saxonnes. Dans cette bataille, l'Unesco, au travers de la déclaration en faveur de la diversité culturelle en 2001, a pris position. Ainsi que l'Union européenne. La Francophonie doit pouvoir aussi continuer de s'engager, à la suite de la déclaration sur la culture en juin 2001 à Cotonou. Il en est de même pour Internet et les systèmes d'information. Le problème central n'est pas seulement l'écart Nord/Sud, mais celui de pouvoir préserver une certaine diversité dans les contenus et les usages. Il est évident que les nouvelles techniques d'information sont perçues au Sud comme une chance à ne pas rater pour accéder à plus d'autonomie, et ne pas prendre plus de retard. C'est donc du côté des modèles cognitifs des usages, des contenus, que les questions se posent. Autrement dit, oui à toutes les nouvelles technologies de l'information et de la communication, aux campus numériques, aux batailles pour un Internet francophone. Car les pays du Sud n'ont pas à subir ce décalage technologique, cette injustice supplémentaire. Mais à conditions que la Francophonie reste fidèle à ses valeurs : pas de financement des équipements et de l'accès aux programmes sans financement de professeurs et de professionnels - plus il y a de techniques de communication, plus il faut le complément en hommes, et pas l'inverse. D'autant que, plus les individus échangent, plus ils veulent se rencontrer, la communication en définitive est une rencontre physique. Les moyens financiers pour les réseaux doivent se doubler d'autant de moyens pour que les hommes se rencontrent.

393. Le développement durable. Jusqu'où la Francophonie peut-elle contribuer à construire un modèle de développement qui tienne les « deux bouts » : celui de langue de la culture et de la politique d'une part, celui de l'économie et de la société de l'autre ? Jusqu'où faut-il élargir à la perspective sociale, culturelle et politique ? À partir de quand faut-il aussi conserver l'autonomie de l'économie par rapport au reste ? La Francophonie pourrait devenir une sorte d'agitateur d'idées, de « Think Tank » pour essayer de mieux appréhender l'extraordinaire diversité des causes du développement. Imaginer. Expérimenter. Évaluer. Débattre. Autrement dit, élargir le cercle des critères économiques nécessaires à fonder la croissance.

Conclusion

40La Francophonie est une aventure très récente. Elle a moins de trente ans, ce que l'on a tendance à oublier, tant elle paraît « naturellement » là depuis toujours. Ceci est un incontestable facteur de légitimité et une raison majeure d'être optimiste. Elle illustre aussi cette évolution centrale, pour le siècle à venir : la culture devient une ressource politique qu'il n'est plus possible de dissocier de la communication. Elle est aussi un exemple des nouveaux rapports entre identité et diversité culturelle. La Francophonie n'est jamais le premier cercle d'alliances et de relations pour les pays qui la composent, chacun, la plupart du temps étant lié à d'autres structures. Mais c'est justement son caractère libre et transversal aux continents et aux institutions, qui en fait sa force. En tous cas, pas de diversité culturelle sans régulation pour éviter un simple communautarisme. C’est pourquoi il convient de valoriser à la fois la diversité et le poids des États-nations, comme amortisseurs de la mondialisation.

41Elle est une organisation originale pour gérer les rapports entre langue et histoire d'une part, espaces géographique et culturel d'autre part, recherche de solidarité enfin. Elle essaye de résoudre la triple exigence contemporaine : respect des racines, attirance pour la mobilité, nécessité d'un cadre général.

42Cinq thèmes de réflexion apparaissent pour la Francophonie à l'épreuve de la mondialisation :

  1. Les rapports de complexité croissante entre culture et politique. La Francophonie peut-elle se développer en faisant par exemple un peu plus l'impasse sur la culture qui est toujours un facteur de division, alors même qu'elle met la culture au centre du projet ? Ou bien au contraire doit-elle, au titre des enjeux du développement durable, souligner immédiatement les liens politiques entre culture et mondialisation ? Doit-elle approfondir le lien langue-culture ou au contraire rester davantage centrée sur les langues ? Jusqu'où faut-il lier langue et politique ? Quel que soit le lien langue – culture – politique – communication, il est évident que la Francophonie ne doit jamais abandonner le centre de son projet lié à l'alphabétisation et l'apprentissage. Pas de culture et de politique sans langue maîtrisée. Elle ne pourra pas non plus échapper à une réflexion sur les rapports entre culture, politique et religion. On comprend que la Francophonie aille très lentement dans ce domaine où elle risque d'éclater sous ses propres contradictions. Mais peut-être trouvera-telle aussi, dans ce nouveau contexte, le moyen de refonder la laïcité. Inventer un concept de laïcité lié à la mondialisation et qui arrive à conjuguer universalité des principes et respect des spécificités culturelles et religieuses.
  2. La capacité de la Francophonie à gérer ces quatre logiques relativement complexes : langue, culture, politique, économie. On a vu que la dynamique historique a provoqué cet élargissement progressif, à condition qu'il ne soit pas lui-même facteur de contradictions insurmontables. Jusqu'où coordonner ces quatre logiques ? Mal étreindre pour avoir trop voulu embrasser ?
  3. L'originalité de la Francophonie : être à la fois une activité intergouvernementale, une réalité de société civile, et un militantisme. J'ai souvent dit que le monde ouvert de demain sera plus difficile à gérer que le monde fermé d'hier. Ne serait-ce qu'à cause de l'obligation de gérer les différences, rendues visibles, par la mondialisation de l'information. La contradiction de la Francophonie, qui est de se situer à ces trois échelles (intergouvernementale – sociétale – militante), deviendra alors peut-être, dans ce contexte, une chance plus qu'un handicap.
  4. Les rapports entre mondialisation, réseaux et déplacements. La force de la Francophonie est moins son réseau que le désir de vouloir se déplacer et pouvoir se rencontrer, pour tous ceux qui ont cette Francophonie en partage. Plus le monde est « interactif », plus ce que lui donnera son sens est la réalité « archaïque » de la rencontre physique. La force de la Francophonie réside dans cette capacité à multiplier les lieux de rencontre. Ce qui suppose des budgets substantiels. Autrement dit, demain, les coûts les plus importants ne concerneront pas les systèmes d'information et de communication, mais les moyens de faire se rencontrer les hommes. Après tout, c'est cela le plus important dans la communication. Il faut donc favoriser, partout dans le monde, de réelles capacités d'accueil, multiplier les bourses et les visas, et créer une politique digne de migration, afin que la dimension humaniste soit finalement la marque d'une Francophonie qui revendique cet idéal.
  5. Pourquoi y a-t-il si peu de recherches sur ce chantier passionnant de la Francophonie ? À quelles conditions pourrait-il y en avoir davantage ? Développer une logique de connaissances est fondamental pour accompagner ce gigantesque projet politique et culturel. Comparer, établir les ressemblances et les différences avec la Lusophonie, le Commonwealth, l'Hispanophonie, l'Arabophonie... Mais cette logique de connaissances doit être respectueuse des différences de styles. Car au-delà des connaissances, les identités se jouent sur des styles. Pour accepter les multiples enjeux de la mondialisation et le respect de l'identité, il faut à la fois comprendre ce qui nous ressemble et respecter nos styles.

Notes

29 Reprise du no 40 de la revue Hermès, « Francophonie et mondialisation », 2004.

© CNRS Éditions, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search